Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Go out of my head, stops upsetting everything. (Zack)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
47/77  (47/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGarett B-Herondale
A hope, a spark.

Some legends are told Some turn to dust or to gold But you will remember me Remember me for centuries And just one mistake Is all it will take We'll go down in history Remember me for centuries

Je suis à Chicago depuis le : 21/06/2016 et j'ai déjà payé : 147 factures et gagné : 1108 gains. Il paraît que : Sam Claflin est mon double. Schizo je joue aussi : Dimitri C. Lightwood On m'appelle : Manon et pour mon profil je remercie : Nebula

Je suis : Célibataire
They say we are what we are But we don't have to be I'm bad behavior but I do it in the best way I'll be the watcher of the eternal flame
Sujet: Go out of my head, stops upsetting everything. (Zack)   Mar 18 Oct - 8:59

Go out of my head, stops upsetting everything.I need your nose ...
to see more.
Zack & Garett

Regarde-toi…Qu’es-tu en train de faire ? Tu es vraiment en train de le suivre ? Etais-tu tombé aussi bas ? Apparemment… Tu avais attendu qu’il sorte de l’institut, tapis dans l’ombre tel le fantôme que tu es. Les heures c’étaient écoulées, pourtant, tu n’avais pas bougé, comme figé dans le temps en attendant qu’il daigne faire son apparition. Tu le sais, il finir par pointer le bout de son nez, c’est fatidique. Après tout, c’est également un chasseur d’ombre, tu sais que dans son sang coule le besoin de partir, de chasser les êtres comme toi. Votre dernière rencontre t’avait chamboulé plus que nécessaire, éveillant en toi bien des souvenirs, des ressentiments également. Depuis l’épisode torture, tu ne voyais plus la vie du même œil, ne prenant même plus plaisir à faire couler le sang de tes ennemis. Tu avais essayé, oh oui, mais à chaque fois une boule grotesque s’empare de toi et tu ressens ce sentiment étrange qui te ronge de l’intérieur. Certes, tu n’avais rien laissé paraître, en tout cas pas immédiatement. Il faut bien l’avouer, ceux qui te connaissaient bien et qui te fréquentaient régulièrement avaient notés un changement. Toi, tu te refusais de le voir, d’y croire. Tu n’es plus ainsi. Dès qu’ils t’avaient obligés à boire dans cette coupe, tu avais tué l’humanité qu’il coulait dans tes veines, la remplaçant pas un vide béant et noir comme les ténèbres. Et pourtant, te voilà en train de le suivre dans cette rue alors que le soleil, doucement se couche à l’horizon. Tu es discret, comme toujours. Une distance raisonnable vous sépare et dès qu’il se retourne pour surveiller ses arrières, tu disparais de son champ de vision avec une facilité déroutante. Pourquoi ? Pourquoi es-tu là ? Ne devrais-tu pas en profiter pour le tuer ? Là n’est pas ton but…et ça te fou les nerfs à vifs.

Tu es là pour lui, pour vérifier si il va bien. Ôh désespoir, si jamais quelqu’un te surprend t’es clairement dans la merde. Tu n’es pas censé t’inquiéter pour lui. Quoi que, est-ce vraiment de l’inquiétude ? Non, tu aimes penser que c’est juste un automatisme de cette ancienne vie qui, quelques fois, refait surface sans prévenir. Tu sors de ta cacher, plantant ton regard dans le dos de ton cadet, te remettant en marche après quelques secondes d’immobilité. Tu ne sais pas trop où il va, ce qu’il compte faire, mais tu t’en contre fiche. Tu es juste là pour garder un œil sur lui, pour vérifier que les dégâts que tu lui as infligés ne sont pas encore présents. Pour l’instant, il ne semble pas vraiment souffrir, ayant sûrement reçu les soins nécessaires à l’institut. Tu te souviens encore de vos regards qui c’étaient croisés à l’instant même où il était sorti par cette fenêtre…A ce souvenir, ton cœur se serre un peu trop douloureusement à ton gout et tu plonges dans tes souvenirs, tel un débutant, en oubliant de faire attention à cette proie que tu suis depuis quelques minutes maintenant. Tu as l’impression que tu ne pars que quelques secondes, trois tout au plus, pourtant, lorsque tu reviens à la réalité Zack a disparu de ton champ de vision. Tu t’arrêtes en pestant intérieurement, serrant les dents comme un gamin. Ton regard glisse dans la foule peu nombreuse de Chinatown et s’arrête sur une ruelle. Tu ne vois pas trop où il aurait pu aller d’autre, après tout, c’est pas comme si il avait le pouvoir de disparaitre ou encore de voler. Calmement, tu t’engouffre dans cette ruelle aux odeurs franchement peu agréables. Un mélange de reflux et de bouffes en décompositions. Charmant.

Tu fais quelques pas en avant, évitant soigneusement de marcher dans un plat de nouille renversé sur le sol. Super, tu avais de nouvelles chaussures et elles étaient bonnes pour la poubelle. Pas que tu sois une chochotte, non, juste que tu n’aimes pas te salir pour rien. Tu te stoppe en plein milieu de celle-ci alors qu’une sensation étrange s’empare de toi. Tu n’es plus le chasseur, tu es le traqué, tu en es sûr ce sentiment tu le connais que trop bien. On t’observe, un regard pèse sur toi et tu détestes ça. « On ne t’a jamais dit qu’observer les gens sans se montrer c’est franchement mal poli Zack. » Tu as un culot monstre quand même vu qu’il y a même pas trois minutes, c’était toi qui suivait ton frère dans l’ombre. En-même temps, c’est bien connu, tu t’es toujours permis de faire des choses que lui ne pouvait pas faire. Ton regard glisse sur la ruelle cherchant des yeux ce jeune homme que tu connaissais si bien, sauf qu’il s’est bien caché le petit Néphilim, comme quoi, tes enseignements lui servent encore aujourd’hui. « Sors de ta cachette, je ne suis pas là pour me battre. » Vérité étrange alors que tu prends ton paquet de cigarette pour allumer une de celles-ci d’un air bien trop décontracté. Tu devrais faire attention, être sur tes gardes…après tout, il risquait bien de vouloir t’empaler suite aux multiples blessures que tu lui avais gentiment offertes quelques temps plus tôt. Si seulement il savait…mais non, il ne sait pas, c’est sûrement mieux ainsi.

Post 1 - 874 mots
made by neon demon

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
45/77  (45/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOZack B-Herondale
I'D COME FOR YOU

Je suis à Chicago depuis le : 04/01/2016 et j'ai déjà payé : 1356 factures et gagné : 73 gains. Il paraît que : Chris Wood est mon double. Schizo je joue aussi : Oliana - sexy - Osborn On m'appelle : Exotic (sarah) et pour mon profil je remercie : * { Lux.

Je suis : Marié à Emma De Lornet, papa d'un petit garçon (15 Decembre)
SOME INFINITIES ARE BIGGER
THANKS OTHER INFINITIES

+ EMMA
+ NATHANAËL





FIND YOUR TRIBE.
LOVE THEM HARD


+ MEG
+ SEB
+ ENOLA
+ TESSA
+ LEHR




MEMORIES WARM YOU UP FROM THE INSIDE. BUT THEY ALSO TEAR YOU APART


+ GARETT
+ ELSA




EMMA & LEHR (x) EMMA & MEG & DIM (x) ENOLA (x) GARETT (x)
WEDDING (x) EMMA TG SALEM (x) EMMA (x) DIMITRI (x)

Sujet: Re: Go out of my head, stops upsetting everything. (Zack)   Jeu 20 Oct - 21:35

go out of my head, stops upsetting everything ∞ herondale
Mes jours semblaient être similaires depuis des jours maintenant. Ils n’étaient guère question d’entraînement de tâches ingrates que Juliette trouvait nécessaire de me faire faire. Je la soupçonnais plutôt de se venger de la nouvelle tardive. Cette femme avait de la poigne et elle me l’avait témoigné devant tout le monde en m’en foutant une belle à ce diner important, simplement parce qu’elle était enfin au courant. L’avais-je mérité ? Certainement. Mais ne m’avait-elle pas poussé elle aussi à bout ? Ne m’avait-elle pas traité comme un enfant, un renégat ? Certes, ma fierté en avait pris un coup, mais au moins la vérité avait éclaté. J’allais devenir papa, officiellement. Et j’allais épouser la femme de ma vie, officiellement. Alors d’accord, c’était encore une situation qui allait devoir prendre du temps, mais Juliette avait bien raison sur un point : si je ne voulais pas que mon fils soit élevé comme un bâtard, j’avais fort intérêt à épouser Emma rapidement.

J’étais finalement sorti de mon cours tardive du soir avec ces adolescents rudes ; ceux qui ne me laissaient aucune pitié, quant à la manière de leur apprendre le combat. J’étais lessivé d’avoir ce genre d’exercice à longueur de mission, sans pour autant me libérer dans une mission. J’étais incapable de me défouler réellement sur un ennemi, simplement parce que Juliette avait perdu sa confiance en moi. Je savais qu’elle devrait la récupérer mais pour le moment, ou simplement parce que je devais encore prendre des forces selon elle, je devais rester à l’arrière. Foutaise. J’étais rétabli. Du moins, j’osais l’espérer. La tête sous ma capuche noire, les mains dans les poches, je contournai la première rue afin de rentrer tranquillement à pied. J’avais besoin d’air, pour ne pas retrouver cette boule de nerf qu’était devenu Louisa à la maison. Emma quant à elle, voulait une soirée entre sœurs, et je savais pertinemment que ça lui tenait à cœur ; j’aurai tué pour pouvoir avoir la possibilité de quémander une simple soirée avec mon frère, mais je savais que maintenant, c’était impossible. Pas après ce qu’il m’avait fait enduré.

J’aurai pu tracer ma route sans se soucier des gens autour de moi. Charmes ou non, ils ne prêtaient guère attention, comme je ne leur prêtais pas attention. Perdu dans mes problèmes, je continuais de sonder le ciel pour avoir des réponses à des questions. J’aurai pu simplement rentrer chez moi, et m’écrouler sur mon lit comme chaque nuit, mais mon regard de chasseur capta une attention derrière moi. Un sentiment de déjà-vu, une présence opportuniste, une sensation hasardeuse. Continuant à agir normalement, je finis par remarquer grâce à des phares de voitures et la vitre d’une devanture qui finissait par m’épier. Garett. Mon frère. Mon cœur se serra aussitôt, et j’eus tout le mal du monde pour éviter de sortir Anaël. A la place, je profitais d’une ruelle sombre pour me cacher dans les hauteurs pour le surprendre. Lorsqu’il capta qu’il m’avait semé, il déboula dans cette pénombre, en regardant autour. Qui était le traqueur maintenant ?

« On ne t’a jamais dis qu’observer les gens sans se montrer c’est franchement mal poli Zack » finit-il par dire, d’une voix presque maline. Le comble. Il se fichait de moi en plus. Restant dans l’ombre, j’essayais de savoir ce qu’il était venu faire ici. Me kidnapper encore ? Pour me refaire subir sa torture ? Ou simplement… parler ? Non. Ce n’était certainement pas ça.  J’avais sorti un petit poignard, et le serrait de toute mes forces dans la main. « Sors de ta cachette, je ne suis pas là pour me battre » Il s’occupa en attendant de sortir son paquet de cigarette et mentalement je réprimai un roulement d’yeux. Il fumait encore comme un pompier. Si un démon ne le tuait pas avant, ses cigarettes s’en chargeront pour lui.  Il en prit une délicatement, et tenta de l’allumé, cigarette au bec. C’est alors, que par défis, je lui lançai le poignard que j’avais, qui alla toucher la cigarette sans pour autant le toucher lui. En faisant ça, il su où j’étais sans forcément m’approcher.  Je me relevais des escaliers de secours, et nos regards se croisèrent. « C’est bizarre, j’aurai parié que t’étais mort après mon évasion. » Il en avait forcément payé le prix. Lequel ? Je n’étais pas certain de vouloir le savoir. J’aurai pensé qu’une bêtise pareille chez eux signifiait la mort absolue, mais je me trompais parce que visiblement, il était là.  « Tu veux quoi Garett ? Me kidnapper une nouvelle fois ? »



Mon père disait qu'il ne faut jamais comparer les gens, chaque personne est différente, l'important est de trouver la différence qui vous convient le mieux.
Emma était ma différence


Dernière édition par Zack B-Herondale le Mar 1 Nov - 22:56, édité 1 fois

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
47/77  (47/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGarett B-Herondale
A hope, a spark.

Some legends are told Some turn to dust or to gold But you will remember me Remember me for centuries And just one mistake Is all it will take We'll go down in history Remember me for centuries

Je suis à Chicago depuis le : 21/06/2016 et j'ai déjà payé : 147 factures et gagné : 1108 gains. Il paraît que : Sam Claflin est mon double. Schizo je joue aussi : Dimitri C. Lightwood On m'appelle : Manon et pour mon profil je remercie : Nebula

Je suis : Célibataire
They say we are what we are But we don't have to be I'm bad behavior but I do it in the best way I'll be the watcher of the eternal flame
Sujet: Re: Go out of my head, stops upsetting everything. (Zack)   Ven 28 Oct - 23:37

Go out of my head, stops upsetting everything.I need your nose ...
to see more.
Zack & Garett

Le cœur qui bat peut-être un peu trop rapidement. Fausse nonchalance que voilà, alors que tu tentes de ne rien laisser paraître. Les retrouvailles vont être brutales, tu en as consciences, mais fuiras-tu pour autant ? Non, bien sûr que non. Tu étais là et tu allais y rester. Tu allais faire front à ce frère qui te tourmentait, qui te tuais sans vraiment s’en rendre compte. L’impact avait été brutale, brutalisant tes convictions, tes entrailles comme personne n’aurait pu y parvenir. Pas étonnant qu’elle souhaite le voir mort, cette femme qui faisait tout pour te pousser à lui ôter la vie alors que tu t’y refusais, détournant, reculant cet acte qui semblait pourtant inévitable. Tu en payais les pots cassés encore et encore, mais une fois de plus, tu accusais les coups sans jamais flancher. C’est ainsi que tu fonctionnes, que tu as toujours fonctionné. Non sentimentales, tu as appris à refouler les émotions fâcheuses qui auraient pu te faire tomber. Mais voilà, ce sentiment-là, tu n’aurais jamais cru qu’il aurait pu un jour te nuire. Alors, au lieu de l’étouffer, tu l’avais alimenté. Cet amour fraternel. Sifflement dans la nuit alors que sa lame glisse dans les airs pour venir toucher ta cigarette qui suis le mouvement, s’ôtant de tes lèvres pour atterrir dans une flaque d’eau. Fichue…Ton regard se pose sur celle-ci alors que tu n’as pas frémi, pourtant, seul le battement de ton cœur aurait pu te trahir. Il aurait pu te tuer, il ne l’a pourtant pas fait. Étais-tu suicidaire au point de ne pas te méfier de lui ? Si tu devais mourir, oui, tu préférais que ce soit de ses mains plutôt que de celles d’un autre. « Une cigarette gâchée pour rien… » Paroles dites avec exaspération alors qu’un soupire s’échappe de tes lèvres.

« C’est bizarre, j’aurai parié que t’étais mort après mon évasion. » Tu daignes enfin tourner ton regard vers lui, alors que redressé, il t’offrait sa position. Déjà, tu sortais une autre cigarette pour l’allumer, haussant simplement les épaules d’un air complètement dénudé d’intérêt, banale. « Il en faut plus pour me tuer. » Tu avais néanmoins bien morflé, ton corps en était encore témoin, heureusement, tes vêtements couvraient les coups infligés, les brûles, coupures que tu avais subis en guise d’avertissement. Le dernier disait-elle… « Tu veux quoi Garett ? Me kidnapper une nouvelle fois ? » Un petit sourire s’affiche sur tes lèvres alors que tu te tournes complètement vers lui, laissant la fumée s’échapper de tes lèvres pour former un petit nuage toxique autour de toi. « Si je souhaitais vraiment te kidnapper une nouvelle fois, tu serais déjà inconscient Zack…tu devrais le savoir. » Que pouvais-tu lui répondre ? Que tu étais là pour vérifier si il allait bien ? Si il n’avait pas trop de séquelles de votre dernier entretient ? Non, bien sûr que non, ce n’était pas pensable. Alors, tu gardes le silence l’espace de quelques secondes, laissant ton regard le sonder avec une intensité implacable. Enfin, c’est ce que tu aurais aimé…mais ce regard, il avait quelque chose en plus, quelque chose de différent des autres fois. De la fierté peut-être…cette fierté en l’observant ainsi. Fier de ce travail mené durant toutes ses années à l’entraîner, à faire de lui ce qu’il était. « Et si tu descendais de ton perchoir petit frère, que l’on puisse discuter…sauf si tu souhaites que je vienne te rejoindre. » Tu hausses un sourcil, portant une nouvelle fois ta cigarette à tes lèvres sans pour autant le quitter des yeux. Tu finis par te détourner pour aller récupérer cette lame autrefois jetée.

Elle glisse entre tes doigts alors que ton corps fait un demi-tour avec rapidité. Nouveau sifflement en sens inverse. Elle le frôle mais ne le touche pas. Oh tu avais visé juste, tu aurais pu l’embrocher mais ce n’était pas ton attention, justement, signe de bonne foi, tu lui rendais son arme. « Tu as laissé tomber ça… » Petit sourire amusé, presque taquin alors que tu vas t’appuyer contre un mur, le regard brillant d’un amusement incompris. « Je ne te ferais aucun mal Zack, je ne suis pas là pour ça…Mais si tu veux te battre, alors, tu le feras seul car je n’opposerais aucune résistance. » Et tu es sincère. Si il souhaitait te frapper, te tuer et bien soit, qu’il le fasse. Tes derniers jours avaient été pénibles à supporter, ton esprit vol, se brise, se liquéfie un peu plus à chaque instant. S’il ne le fait pas, un jour ou l’autre, eux le feront. Ils allaient réaliser que tu étais en train de changer, de fléchir et ils n’allaient pas te rater. Bon nombre d’Obscurs souhaitaient ta mort, ta place auprès d’Andréa et dès qu’ils en auront l’occasion, ils tenteront de te défier, de t’arracher le cœur. Autant que Zack s’en charge, seul lui en avait le droit, l’autorisation ! L’espace d’une seconde, ton regard se détourna alors que tu te perdais dans tes pensées, ta cigarette se consumant entre tes doigts. Reprenant tes esprits tu te crispes, souhaitant au fond que ton frère n’ait rien vu de cette faiblesse passagère, de ce Garett d’autrefois.

Post 3 - 868 mots
made by neon demon

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
45/77  (45/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOZack B-Herondale
I'D COME FOR YOU

Je suis à Chicago depuis le : 04/01/2016 et j'ai déjà payé : 1356 factures et gagné : 73 gains. Il paraît que : Chris Wood est mon double. Schizo je joue aussi : Oliana - sexy - Osborn On m'appelle : Exotic (sarah) et pour mon profil je remercie : * { Lux.

Je suis : Marié à Emma De Lornet, papa d'un petit garçon (15 Decembre)
SOME INFINITIES ARE BIGGER
THANKS OTHER INFINITIES

+ EMMA
+ NATHANAËL





FIND YOUR TRIBE.
LOVE THEM HARD


+ MEG
+ SEB
+ ENOLA
+ TESSA
+ LEHR




MEMORIES WARM YOU UP FROM THE INSIDE. BUT THEY ALSO TEAR YOU APART


+ GARETT
+ ELSA




EMMA & LEHR (x) EMMA & MEG & DIM (x) ENOLA (x) GARETT (x)
WEDDING (x) EMMA TG SALEM (x) EMMA (x) DIMITRI (x)

Sujet: Re: Go out of my head, stops upsetting everything. (Zack)   Mar 1 Nov - 22:55

go out of my head, stops upsetting everything ∞ herondale
Je n'avais pas encore compris le sens de toute cette situation : comment j'avais finis par atterrit dans cette geôle, torturé par mon propre frère, comment j'avais finis par réussir à m'échapper par son aide, et comment j'avais finis par retrouver chemin auprès des miens. C'était tout aussi difficile à croire que de savoir que maintenant chaque nuit, chaque songe, chaque rêve se transformait à sa vision en cauchemars ardents. C'était d'autant plus difficile de le voir là ce soir, alors que je pensais ne plus le revoir. Pas après ce qu'il m'avait fait enduré. Pas après qu'il m'ait sauvé. C'était un comble, un paradoxe qui me hantait chaque jour sans que puisse vraiment y trouver un sens. Avait-il simplement perdu la raison ? Etait-il devenu comme tous ces obscurs, sans coeur ni discernement, simplement guidé par deux choses : l'envie et la violence ? C'était ce que j'avais longtemps supposais mais ce regard - pas le genre de regard qu'un ennemie peut vous lancer, ni celui d'un traitre - mais bien un regard de frère, juste avant que je m'échappe écorché par cette fenêtre n'avait eu aucun sens à mes yeux. Toute la logique que j'avais tenté de trouver dans son comportement finissait par disparaître lorsque je repensais à cet instant de flottement, où pendant une seconde j'avais eu l'impression de retrouver celui que j'avais perdu, celui qui me tendait le bras. Je n'en avais parlé qu'à Emma, simplement parce qu'elle aurait été la seule à comprendre réellement. J'avais pas eu l'audace d'essayer d'en parler à d'autres, ils m'auraient simplement pas cru, ou simplement renvoyer dans mes rêves interdits: « Tu délires, petit » m'auraient-ils répliqués avec leur sourire débile. Mais je savais, je le devinais : quelque chose ne tournait pas rond.

Le voir ce soir chamboula encore un peu plus tout ce que j'avais refoulé pendant ces derniers jours depuis l'évasion. Tout ce que j'avais tenté de comprendre, tout ce que j'essayais d'éclaircir...C'était ainsi, il balayait tout encore une fois. Des principes ? Il n'en avait jamais eu. Il en faisait qu'à sa tête depuis l'enfance, alors à quoi bon le changer ? Il n'était pas du genre à être cerner facilement. C'était le genre rebel qui, pourtant par des efforts remarquables, finissait par vous surprendre sans cesse. « Il ne faut plus pour me tuer » Avec lui, toujours plus. Il avait toujours été le plus coriace entre nous, et il le restera probablemennt. « Si je souhaitais vraiment te kidnapper une nouvelle fois, tu serais déjà inconscient Zack...tu devrais le savoir. » J'hochais les épaules tout en appuyant les mains sur la rembarde devant moi. « Oh tu sais, tes envies et tes humeurs...un jour tu me kidnappes, un jour tu me relâches. » Cette fois-ci, je ne me laisserai pas faire. Parce que je n'étais plus tout seul dans l'équation. J'étais redevable à ce petit être pas encore là. J'étais redevable à cette femme remarquable. Alors non, ça n'allait pas finir encore une fois comme Monsieur le désirait. Ça allait finir comme ce que j'aurais décidé. Et non l'inverse.

« Et si tu descendais de ton perchoir petit frère, que l'on puisse discuter...sauf si tu souhaites que je viennes te rejoindre. » Il s'était retourné chercher mon poignard, et avant même que j'ose lui répondre par la négative, il me le renvoya aussi rapidement que je l'avais fait. Il alla se planté juste derrière moi, dans le mur de brique. « Tu as laissé tomber ça...» Son petit sourire amusé me rappela lorsqu'on était jeune et inconscient. Je me souvins alors de ce jour où on avait choisis un bel arbuste de rose pour s'entraîner à la cible mouvante. On voulait simplement savoir qui était le meilleur dans ce cas présent... On avait su décapité toutes les belles roses sans prendre la peine d'en avoir conscience. Je me souviens de la semaine de corvée qu'on avait récolté en guise de punition. « Je ne te ferais aucun mal Zack, je ne suis pas là pour ça...Mais si tu veux te battre, alors, tu le feras seul car je n'opposerais aucune résistance. » Mon poings se referma aussitôt. Colère. Frustration. Souvenir. Hantise. Regret. Tout me revint comme si cette simple phrase avait été la valve à ouvrir. « Très bien...» soufflais-je d'une manière inaudible pour lui. Je récupérais sauvagement mon poignard toujours plantée, la fourra dans ma ceinture et dans un saut contrôlé atterrit juste à quelques mètres de lui. D'un bas décidé, alors que la pluie commençait doucement à tomber et mouillé mes cheveux, je m'avançais vers lui avec le poing le plus fermé possible. Lorsqu'il s'abbatit sur son visage d'ange, il vacilla quelques secondes. « As-tu la moindre idée de ce qu'on ressent lorsqu'on est torturé par prore frère...? » dis-je en le tapant une seconde fois de l'autre côté de sa mâchoire. «...de penser mourir sous ses coups, alors que c'est la seule famille que tas toujours connue...» Une nouvelle frappe dans les côtes qui le fit reculé aussitôt. Il ne daigna ni contrer, ni répliquer. Il était docile, comme il l'avait dit, et son regard toujours vif était maintenant complètement vide d'émotions. «...de se dire que tu ne reverras jamais le visage de la femme que t'aime...?» La rage m'emportait, les coups le faisaient un peu plus reculé contre le mur en bois qui délimitait la ruelle. Son sang avait tâché ma main, et alors qu'il crachait du sang à terre, je lui saisis le cou et le releva pour le plaquer contre le mur. Ma main meurtrie par les coups se leva de nouveau, prêt à assigner un nouveau coup. « ...Il aurait pu grandir sans son père...» C'était sorti brutalement. Avec rage. Avec désespoir. Avec détresse. Je restais bloqué dans cette image-là, tandis que les yeux de Garett, eux, s'écarquillaient devant mes paroles. Le savait-il déjà ? Venais-je de le lui dire ? A vrai dire, je me fichais de ce qu'il pensait. L'idée même que mon propre fils pouvait vivre ce que j'avais pu vivre, non ce que nous avions pu vivre, Garett et moi, lorsque notre père ne fût pas celui qui rentra à l'Institut ce soir là me brisait encore un peu plus. Mais ça, Garett ne le comprendra sans doute jamais.



1114 MOTS


Mon père disait qu'il ne faut jamais comparer les gens, chaque personne est différente, l'important est de trouver la différence qui vous convient le mieux.
Emma était ma différence

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
47/77  (47/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGarett B-Herondale
A hope, a spark.

Some legends are told Some turn to dust or to gold But you will remember me Remember me for centuries And just one mistake Is all it will take We'll go down in history Remember me for centuries

Je suis à Chicago depuis le : 21/06/2016 et j'ai déjà payé : 147 factures et gagné : 1108 gains. Il paraît que : Sam Claflin est mon double. Schizo je joue aussi : Dimitri C. Lightwood On m'appelle : Manon et pour mon profil je remercie : Nebula

Je suis : Célibataire
They say we are what we are But we don't have to be I'm bad behavior but I do it in the best way I'll be the watcher of the eternal flame
Sujet: Re: Go out of my head, stops upsetting everything. (Zack)   Mer 2 Nov - 17:28

Go out of my head, stops upsetting everything.I need your nose ...
to see more.
Zack & Garett

Paroles échangées, tu n’en restes pas moins troublé par cette présence que tu aurais dû fuir. Zack n’amenait rien de bon chez toi, juste des doutes, un trouble évident que tu dissimule devant un sourire amusé, quelques provocations subtiles également. « Oh tu sais, tes envies et tes humeurs...un jour tu me kidnappes, un jour tu me relâches. » Tu le regardes à peine face à ses paroles. Savait-il seulement la pression que tu endurais à cause de lui ? Non, bien sûr que non. Le fait qu’il respire encore était mal vu par Andréa, elle qui voulait que tu prouves ta loyauté, ta valeur en lui ôtant la vie. Pourquoi marchait-il encore ? Pourquoi existait-il encore ? Voilà bien des questions sans réponses… « Tu sais, je suis comme les filles, j’ai les hormones qui joues beaucoup ces derniers temps. » Tu avais dit ça avec un certain amusement, bien que ton visage n’affiche aucun sourire. La lame siffle dans l’air pour se loger derrière Zack, lui rendant ainsi son bien. Geste que tu voulais rassurant, que tu voulais signifier que tu ne lui voulais aucun mal. D’ailleurs, tu ne te gênes pas pour le lui dire, ajoutant que tu n’allais pas bouger s’il souhaitait t’en coller une. Bon, en disant de tels mots, tu savais clairement qu’il n’allait pas se gêner. « Très bien... » Tu le sais dès lors, les coups vont pleuvoir. Mentalement tu es épuisé, physiquement, tu étais prêt à encaisser ceux-ci sans soucis. Peut-être qu’il allait enfin te réveiller. Oui, peut-être qu’ente frappant, il allait te mettre tellement en colère que tu allais redevenir le monstre qu’au final…tu n’avais jamais été. Mais ça, il ne le sait pas, il ne voit que l’évidence, comme un enfant boudeur qui ne voit pas plus loin que le bout de son nez.

Il approche et tu soupires légèrement, te redressant convenablement pour t’ancrer sur tes pieds. Le poing vole et s’écrase contre ton visage, alors que ton corps lui, vacillait légèrement sous l’intensité du coup. « As-tu la moindre idée de ce qu'on ressent lorsqu'on est torturé par propre frère...? » Tu te redresse légèrement alors que le gout métallique du sang glissait déjà dans ta gorge, alors que ton visage, lui, te lançait furieusement. «...de penser mourir sous ses coups, alors que c'est la seule famille que tas toujours connue...» Un nouveau coup venait d’atterrir de l’autre côté, accompagné rapidement d’un dans les côtes. Tu recules sous ceux-ci, pourtant, tu ne cherches pas à répliquer, docile comme un animal en train de crever. Ton regard n’offre plus aucunes émotions. Tu avais envie de lui répondre, de lui demander si lui il savait ce que c’était que de donner sa vie pour son frère, sa liberté, ses origines. Parce qu’au final, c’était ce qui était arrivé. Une mission qui tourne mal, toi qui tente de le protéger, qui te jette dans la gueule du loup pour lui laisser le temps de s’en aller. Une capture, des heures de tortures avant qu’enfin, on ne te foute la coupe sous le nez pour te changer. Tout ça, tu l’avais fait pour lui au départ et le reste était survenu naturellement. «...de se dire que tu ne reverras jamais le visage de la femme que t'aime...?» Les coups ne cessent de pleuvoir et bientôt, tu dû cracher sur le sol ce liquide rouge. Tu souffres, mais tu n’en as que faire, la douleur n’est rien contre ton mental qui semeur un peu plus chaque jour. Tu te retrouves plaqué contre le mur, la gorge enserrée entre ses doigts. Une fois de plus tu te tais, gardant le silence, épuisé. « ...Il aurait pu grandir sans son père...»

Tes yeux s’écarquilles légèrement, mais pas pour les raisons auxquelles il pense. Était-il si stupide ? Tu commençais à en avoir marre…marre qu’il n’ouvre pas les yeux, marre qu’il croit en toutes ses conneries. Brusquement, tu attrapes son poignet sans pour autant le tordre, sans pour autant faire en sorte qu’il te lâche. « Tu es aveuglé par ta bêtise Zack, combien de fois t’ai-je dit d’analyser les situations avant d’y voir une quelconque signification ! » Tu étouffes, ton corps est meurtri par les coups violents de ton frère, ta voix meurt entre ses doigts. « Nate…ta torture…ma transformation…c’était dans un seul et unique but… » Tu tentes de reprendre ta respiration. « Te protéger Zack, j’avais pas le choix, Andréa veut ta mort. » Tu te laisses complètement aller, cessant de te battre mentalement, comme un homme qui ne possède plus d’espoirs, plus d’avenir. Car là est le souci, tu n’avais plus rien. Plus d’identité, plus de famille, plus d’amis. Plus rien. Tu te sentais vide. Enveloppe charnelle dont l’âme est sans cesse tourmentée et ce, depuis bien trop longtemps. « J’ai jamais accepté de boire dans cette maudite coupe…ils m’ont forcés…Zack… » Ton regard devient flou sous le manque d’Oxygène et tu ne parviens plus à parler, s’il continue, il allait clairement te tuer et ton corps souhaitait répliquer par instinct de survie. Tu t’y refuses, tu t’emprisonne dans l’immobilité la plus parfaite.


Post 5 - 853 mots - 24h
made by neon demon

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
45/77  (45/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOZack B-Herondale
I'D COME FOR YOU

Je suis à Chicago depuis le : 04/01/2016 et j'ai déjà payé : 1356 factures et gagné : 73 gains. Il paraît que : Chris Wood est mon double. Schizo je joue aussi : Oliana - sexy - Osborn On m'appelle : Exotic (sarah) et pour mon profil je remercie : * { Lux.

Je suis : Marié à Emma De Lornet, papa d'un petit garçon (15 Decembre)
SOME INFINITIES ARE BIGGER
THANKS OTHER INFINITIES

+ EMMA
+ NATHANAËL





FIND YOUR TRIBE.
LOVE THEM HARD


+ MEG
+ SEB
+ ENOLA
+ TESSA
+ LEHR




MEMORIES WARM YOU UP FROM THE INSIDE. BUT THEY ALSO TEAR YOU APART


+ GARETT
+ ELSA




EMMA & LEHR (x) EMMA & MEG & DIM (x) ENOLA (x) GARETT (x)
WEDDING (x) EMMA TG SALEM (x) EMMA (x) DIMITRI (x)

Sujet: Re: Go out of my head, stops upsetting everything. (Zack)   Lun 19 Déc - 23:18



GO OUT OF MY HEAD, STOPS UPSETTING EVERYTHING.I NEED YOUR NOSE ...
TO SEE MORE.
Zack & Garett B-Herondale
Le frapper, c'était comme une libération, comme une vengance. De toutes les douleurs qu'il avait pu me faire subir. De toutes les horreurs qu'il avait pu m'infliger. De tout le manque qu'il avait pu laisser. Le frapper c'était rendre justice à mon âme. J'avais trop longtemps encaisser, son kidnapping, sa transformation, la mort de Nate, la nuit d'Elsa et d'Ethanaël, la rupture, la réconcilliation, le bébé, mon kidnapping, ma torture. Tout s'était enchaîné en un an et j'avais simplement du mal à remonter à la surface. Alors oui, j'avais trouvé un certain équilibre dans ma vie, grâce à elle. Mais j'avais beaucoup perdu. J'avais beaucoup souffert, laissant à jamais un creu dans mon coeur. Alors forcément, le rendre responsable me semblait légitime. Le rendre responsable me permettait d'y trouver une justice, un soulagement. Je le frappais jusqu'à ce que son sang impregnait mes mains. Je le frappais jusqu'à ce qu'il ne puisse plus reculer. Et ce n'est que lorsque je mentionnais alors mon fils, qu'il écarquilla les yeux. Il savait ce que c'était de vivre sans un père, d'éduquer son petit frère à la place de son paternel. Il savait ce que ça faisait de perdre son père, et ça me foutait encore plus en rogne lorsque je me revoyais, menotté à cette chaise, le visage enflé sous ses coups.

« Tu es aveuglé par ta bétise Zack. » Encore les mêmes paroles ; encore et toujours. La même chose, sans cesse. Les même reproches, les même conneries.  « Combien de fois t'ai-je dit d'analyser les situations avant d'y voir une quelconque signification ! » Je relâchais mon poignée qu'il avait finit par saisir, me reculant de lui. « Nate...ta torture...ma transformation c'était dans un seul et unique but...» Arrêtes...Arrêtes ça. Je ne pensais qu'à ça. Qu'il arrête de mentionner tout ça. Qu'il arrête ce qu'il était sur le point de dire. « Arrêtes...» soufflais-je sans m'en rendre compte. « Te protéger Zack, j'avais pas le choix, Andréa veut ta mort. » « Arrêtes! » criais-je maintenant en me reculant, la pluie ruisselant sur nos visages désormais  « T'avais le choix ! On a toujours le choix ! » Je m'étais mis en mouvement, sans m'en rendre compte. Mes jambes avaient l'habitude de marcher lorsque j'étais contrarié, en colère, furax. Elles tentaient déliminer toute cette énergie en vain.  « J'ai jamais accepté de boire dans cette maudite coupe...ils m'ont forcés Zack...» Je me mordis la lèvre inférieure, à tel point que je sentis le goût métallique du sang dans la bouche. Il n'avait pas bouger d'un poil, il continuait de me regarder comme si il était désolé de la situation. Mais j'estimais qu'il avait le choix, qu'on avait toujours le choix. Qu'importe la torture, qu'importe la situation, on pouvait toujours choisir sa famille.  « Et toi, tu ne comprends absolument rien ! Tout ce que je voulais c'était mon frère ! T'es ma seule famille Garett! MA PUTAIN DE SEULE FAMILLE ! Et t'es le premier à me torturer ! Tu...» J'étais littéralement fou de rage. Fou de rage d'entendre que c'était sa manière de me protéger. Ca me fou à vrai dire totalement la gerbe.  « Tu crois sincèrement que tout ça...tout, c'était pour me protéger ? T'as déjà oublié ce que veut dire notre nom Herondale ? »

© MADE BY SEAWOLF.» POST 3 ; 607 MOTS @garett b-herondale


Mon père disait qu'il ne faut jamais comparer les gens, chaque personne est différente, l'important est de trouver la différence qui vous convient le mieux.
Emma était ma différence

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
47/77  (47/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGarett B-Herondale
A hope, a spark.

Some legends are told Some turn to dust or to gold But you will remember me Remember me for centuries And just one mistake Is all it will take We'll go down in history Remember me for centuries

Je suis à Chicago depuis le : 21/06/2016 et j'ai déjà payé : 147 factures et gagné : 1108 gains. Il paraît que : Sam Claflin est mon double. Schizo je joue aussi : Dimitri C. Lightwood On m'appelle : Manon et pour mon profil je remercie : Nebula

Je suis : Célibataire
They say we are what we are But we don't have to be I'm bad behavior but I do it in the best way I'll be the watcher of the eternal flame
Sujet: Re: Go out of my head, stops upsetting everything. (Zack)   Mar 20 Déc - 12:09



GO OUT OF MY HEAD, STOPS UPSETTING EVERYTHING.I NEED YOUR NOSE ...
TO SEE MORE.
Zack & Garett B-Herondale
Les coups pleuvent et tu ne fais rien pour les faire cesser. Il en a besoin, tu en as conscience. Il a besoin de te rendre responsable de tous les malheurs du monde, il a besoin de s'en prendre à quelqu’un. Tu es le parfait coupable dans ce jugement intégral. La douleur te tiraille mais tu encaisses. Tu aurais pu lui tenir tête trop de complications, mais tu avais fait une promesse. Tu avais fait une promesse comme celle d’autrefois : je serais toujours là. Et tu l’avais été, d’une certaine façon. Tu avais vécu dans l’ombre de l’homme que tu étais devenu, laissant le sang démonique envahir tes veines comme un doux poison qui te changeait au fil du temps. Enfin, tu le bloques, ça suffit, il est temps qu’il écoute ce que tu as à dire. Tu n’as jamais été réellement son ennemi, le grand-frère a toujours vécu, écraser par le poids du dégout et de la culpabilité. Alors, tu lui parles, tu tentes de lui faire comprendre. « Arrêtes...» Non, non tu n’arrêteras pas, non tu ne te tairas pas. Tu le sais, tu ravives sa douleur, sa souffrance, ses souvenirs. Il a besoin de fixer des images sur tes mots pour mieux en comprendre le sens. « Arrêtes! » Il crie, mais tu ne réagis pas, tu n’as pas peur face à ce frère enragé, animé par la haine. Il recule et tu ne bouges pas, immobile, laissant le sang couler de ton visage gonflé. La pluie caresse ton visage, tentant vainement de nettoyer les traces de la douleur. « T'avais le choix ! On a toujours le choix ! » Tu soupires, secouant la tête. « Non, pas toujours Zack… » Le choix ne t’avait pas appartenu, même si au départ tu avais cherché à lutter.

Il se met en mouvement et tu ne le quittes pas des yeux, lui expliquant que tu avais été forcé de boire dans cette coupe maudite. Tu te souviens encore de ce jour où tu n’eu plus rien d’angélique. Tes ailes étaient tombées, tu avais été déchu. « Et toi, tu ne comprends absolument rien ! Tout ce que je voulais c'était mon frère ! T'es ma seule famille Garett! MA PUTAIN DE SEULE FAMILLE ! Et t'es le premier à me torturer ! Tu... Tu crois sincèrement que tout ça...tout, c'était pour me protéger ? T'as déjà oublié ce que veut dire notre nom Herondale ? » Tu sens ta gorge te serrer, bien que ton visage n’affiche rien qu’une douce neutralité. Tu as toujours été ainsi, luttant contre tes propres sentiments, tes propres émotions. Tu as toujours été le moins émotif des deux, le plus glaciale sûrement. Tu restes planté là, ne daignant pas faire un seul mouvement sous cette pluie ravageuse. Tu le sais, quoi que tu dises, il ne l’acceptera pas. Quoi que tu fasses, il ne comprendra pas. Vous avez deux visions différentes des choses, là où tu vois une obligation, il n’y voit qu’une traitrise. « Tu voulais ton frère Zack…je peux le concevoir, mais, il n’existe plus. Plus réellement, tu ne sais pas ce que ça fait que de se sentir charger d’une noirceur pareille et ce, même pour un homme comme moi. » Tu n’es pas connu pour tes faiblesses, pour flancher devant quiconque, devant une situation imposante. Non, toi, tu es l’homme fort, stratège, l’homme aux épaules larges. Mais il ne peut pas comprendre…Il n’est pas à ta place, il n’a pas ce sang démoniaque qui coule dans tes veines. « REGARDE-MOI ! » Cette fois-ci c’est toi qui te met à hurler, attirant brutalement son attention.

« Tu aurais voulu quoi ? Que je revienne pour t’imposer une telle vision ? Que je revienne auprès de ceux qui n’ont plus rien en commun avec moi ? Herondale ? Foutaise, dès que j’ai bu dans cette coupe je n’en étais plus un, on m’a arraché mon identité pour mieux m’enchaîner comme une bête qu’on dirige de par ses instincts meurtriers. » Tu ne t’en rends pas vraiment compte, mais ta voix c’est mise à trembler, tes membres également alors que ton cœur est pris en étaux. « Tu ne sais pas ce que c’est que de vivre ainsi Zack…j’ai dû faire des choix, parfois brutaux et violents, je le conçois et je me dégoute pour ça. Mais au final, c’était ça ou ta mort. Je sais que tu aurais préféré me voir mourir ce jour-là…mais qui aurais veillé sur toi putain ! Après moi, tu crois qu’ils auraient été cherchés qui Zack ! Tu crois que si je n’étais pas là, debout devant toujours aujourd’hui, tu aurais la vie que tu mènes ? » Non, bien sûr que non. Ils auraient été cherchés le deuxième Herondale, ils auraient bousillé ton frère autant qu’ils t’avaient bousillés toi. « Je ne l’aurais jamais permis tu m’entends, si je dois vivre l’Enfers et bien qu’il en soit ainsi. Si tu dois me haïr, fais-le, mais je sais pour qui je me bats constamment. Maintenant, si tu veux vraiment me voir mort. » Tu prends brutalement ta lame que tu balances à ses pieds. « Alors fait le de tes propres mains, je préfères que ce soit toi que ses chiens. »


© MADE BY SEAWOLF.» POST 4 ; 878 MOTS @garett b-herondale



Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
45/77  (45/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOZack B-Herondale
I'D COME FOR YOU

Je suis à Chicago depuis le : 04/01/2016 et j'ai déjà payé : 1356 factures et gagné : 73 gains. Il paraît que : Chris Wood est mon double. Schizo je joue aussi : Oliana - sexy - Osborn On m'appelle : Exotic (sarah) et pour mon profil je remercie : * { Lux.

Je suis : Marié à Emma De Lornet, papa d'un petit garçon (15 Decembre)
SOME INFINITIES ARE BIGGER
THANKS OTHER INFINITIES

+ EMMA
+ NATHANAËL





FIND YOUR TRIBE.
LOVE THEM HARD


+ MEG
+ SEB
+ ENOLA
+ TESSA
+ LEHR




MEMORIES WARM YOU UP FROM THE INSIDE. BUT THEY ALSO TEAR YOU APART


+ GARETT
+ ELSA




EMMA & LEHR (x) EMMA & MEG & DIM (x) ENOLA (x) GARETT (x)
WEDDING (x) EMMA TG SALEM (x) EMMA (x) DIMITRI (x)

Sujet: Re: Go out of my head, stops upsetting everything. (Zack)   Lun 26 Déc - 19:14



GO OUT OF MY HEAD, STOPS UPSETTING EVERYTHING.I NEED YOUR NOSE ...
TO SEE MORE.
Zack & Garett B-Herondale
« Tu voulais ton frère, Zack…je peux le concevoir, mais, il n’existe plus. » Ses paroles étaient rudes. Elles étaient injustes, difficile à entendre, et mensongères. Il était dans le déni depuis le début, depuis qu’il avait bu dans cette maudite coupe. Il m’avait fait la vie dure, uniquement pour ce qu’il n’avait pas eu le choix ? C’était des foutaises. Au fond de moi, je savais. J’entendais bien qu’il ait pu vouloir me protéger, mais pas de cette manière. Oui, j’aurai préféré qu’il soit mort cette nuit là, j’aurai préféré qu’il m’évite toute cette souffrance, j’aurai préféré qu’il reste à mes yeux mon frère, mon grand frère. Mais ça n’en était rien. Et je devais dealer avec ces tristes paroles d’un fou « Plus réellement, tu ne sais pas ce que ça fait de se sentir charger d’une noirceur pareille et ce, même pour un homme comme moi. » A vrai dire, je comprenais ce qu’il avait enduré, parce que j’en avais gouté quelques jours par sa faute, j’avais connu ce sang de démon coulé en moi. Et quand bien même, je ne l’aurai pas testé, je comprenais sa solitude, la manière dont tout le monde lui a tourné le dos. J’avais vécu la même chose depuis la nuit d’Ethanaël. Je comprenais cette noirceur qui vous ronge, cette obsession qui vous hante, cette envie meurtrière constante. Je comprenais ces changements soudains, ces moments solitaires à tenter de trouver la vérité, un but, une vengeance. A vrai dire, je le comprenais plus qu’il ne l’imaginait. « REGARDE-MOI ! » Je m’étais arrêté net, en obéissant. Il avait ce ton autoritaire, qu’il avait autrefois quand j’avais fait une connerie. « Tu aurais voulu quoi ? Que je revienne pour t’imposer une telle vision ? Que je revienne auprès de ceux qui n’ont plus rien en commun avec moi ? Herondale ? Foutaise, dès que j’ai bu dans cette coupe, je n’en étais plus un, on m’a arraché mon identité pour mieux m’enchaîner comme une bête qu’on dirige de par ses instincts meurtriers. »  Je déglutis ; il en avait bavé, c’était évident, mais le voir souffrir me déchirait un peu plus, parce que pendant tout ce temps, pendant tous ces mois séparés, nous étions juste deux âmes qui mourraient petit à petit. « Tu ne sais pas ce que c’est de vivre ainsi Zack, j’ai du faire des choix, parfois brutaux et violents, je le conçois et je me dégoute pour ça. Mais au final, c’était ça ou ta mort. Je sais que t’aurais préféré me voir mourir ce jour-là, mais qui aurait veillé sur toi putain ! » Il n’avait pas idée de toute la souffrance qu’il avait apporté en restant en vie. Ca avait été une obsession, de le retrouver. Je m’étais mis en péril, j’avais mis en péril des êtres chers uniquement pour le retrouver. Non, il ne savait pas ce que j’avais aussi enduré, simplement pour qu’il puisse soit disant me protéger. « Après moi, tu crois qu’ils auraient été cherchés qui Zack ! Tu crois que si je n’étais pas là, debout devant toujours aujourd’hui, tu aurais la vie que tu mènes ? » Je repensais à Emma, à Nathanaël. Il avait certainement raison sur ce point. J’aurai été simplement tué. Je n’aurai jamais pu être père. Je n’aurai jamais pu être marié. Ma colère s’évapora sous l’eau froide qui nous trempait jusqu’à l’os. « Je ne l’aurais jamais permis, tu m’entends, si je dois vivre l’Enfer et bien qu’il en soit ainsi. Si tu dois me hair, fais-le, mais je sais pour qui je me bats constamment. Maintenant, si tu veux vraiment me voir mort… » Il ramassa sa lame, et me la jeta à mes pieds «  Alors fait le de tes propres mains, je préfère que ce soit toi que ses chiens. » Je le regardais toujours, mon regard se remplissant de larme, les larmes d’un homme brisé devant son frère brisé. Comment pouvais-je le tuer ? Comment pouvais-je abattre mon propre sang ? Je l’aurai préféré mort, oui. Mais…moi, j’étais incapable de lui faire du mal. Incapable de le faire endurer ce qu’il m’avait fait endurer. Et soudain, j’eus l’impression qu’un fossé nous séparait. Il était le noir, j’étais le blanc. Et pourtant, tout ce que je souhaitais c’était qu’on soit gris. Me baissant vers la lame, je la fixais sans réagir. Je me laissais tomber sur le sol trempé, en soufflant : « J’en suis incapable, Garett… »  Je jetais la fameuse lame loin de nous, puis releva mes yeux, meurtris par les larmes, et par la pluie. « Je t’ai hais, tu ne peux pas savoir. Je t’ai voulu mort, pendant des mois. Mais à chaque fois que je m’approchais un peu plus de toi, j’avais cet espoir. Ce putain d’espoir qui me hurle que tu restes mon frère, qu’importe si tes runes sont maintenant rouges, que tu bosses pour le diable, que tu ais pu m’apporter autant de souffrance. Tu ne le comprends pas, mais je tuerai pour prendre ta place, pour que tu puisses un jour connaître le bonheur que je connais…Parce que tu restes mon grand frère. » Ma voix se brisa, mes épaules s’affaissa, et ma tête se baissa. J’étais faible, j’étais stupide. Mais qu’importe, je ne pouvais pas. Je voulais simplement qu’on se retrouve comme frère, qu’importe si nous devions donner sa vie l’un pour l’autre. La grande question maintenant était-ce celle la : allions-nous pouvoir trouver ce gris ? Ou préférait-il simplement rester dans les ténèbres ?

© MADE BY SEAWOLF.» POST 4 ; 923 MOTS @garett b-herondale


Mon père disait qu'il ne faut jamais comparer les gens, chaque personne est différente, l'important est de trouver la différence qui vous convient le mieux.
Emma était ma différence

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
47/77  (47/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGarett B-Herondale
A hope, a spark.

Some legends are told Some turn to dust or to gold But you will remember me Remember me for centuries And just one mistake Is all it will take We'll go down in history Remember me for centuries

Je suis à Chicago depuis le : 21/06/2016 et j'ai déjà payé : 147 factures et gagné : 1108 gains. Il paraît que : Sam Claflin est mon double. Schizo je joue aussi : Dimitri C. Lightwood On m'appelle : Manon et pour mon profil je remercie : Nebula

Je suis : Célibataire
They say we are what we are But we don't have to be I'm bad behavior but I do it in the best way I'll be the watcher of the eternal flame
Sujet: Re: Go out of my head, stops upsetting everything. (Zack)   Mar 27 Déc - 14:26



GO OUT OF MY HEAD, STOPS UPSETTING EVERYTHING.I NEED YOUR NOSE ...
TO SEE MORE.
Zack & Garett B-Herondale
Regarde-nous. Oui. Tu observes ce frère, vos âmes meurtries pas tant de différences, par tant de souffrance. Si tu ne montres que peux tes émotions, cette fois-ci, c’est trop. Tu es à bout, tu imploses, tu exploses. Tu gueule dans cette ruelle, tu tentes de lui faire comprendre que tout n’est pas aussi simple. Tu balances ce que tu as sur le cœur, cherchant ce frère qu’il avait toujours été, ce frère que tu ne cesseras jamais d’être. La pluie s’écoule sous vos corps, comme pour accentuer cette situation des plus dramatique. Ils avaient bousillé ta vie, ils avaient bousillé la sienne, la vôtre. Vous n’êtes plus rien, du moins, toi, tu n’es plus que l’ombre de toi-même. Alors, pour la première fois depuis bien longtemps, tu lui parles, tu lui dis ce que tu penses. Pour la première fois, tu as l’impression de retrouver ton petit frère, un semblant de normalité. Et tu le vois succomber à la peine et ce, malgré la pluie. Tu vois les larmes envahir son regard et tu comprends, tu mesures l’ampleur de sa peine, aussi violente que la tienne. Pardonne-moi. C’est ce que tu aurais aimé lui dire, à la place, tu lui balance la lame. Si il voulait ta mort et bien, soit, qu’il en soit ainsi, tu étais prêt à mourir si c’était ce qu’il souhaitait. Tu restes planté là, le regardant posé sur lui, le cœur vibrant, la gorge serrée. Et il tombe à genoux, fragile. Ce frère qui, comme toi, avait bien trop souffert de cette déchirure. « J’en suis incapable, Garett… » La lame est jetée au loin, mais tu ne détournes pas les yeux de lui. Non, tu l’observes sous l’averse qui ne cesse de vous couvrir. Ton cœur se serre plus que douloureusement alors que le grand-frère en toi s’éveille.

« Je t’ai hais, tu ne peux pas savoir. Je t’ai voulu mort, pendant des mois. Mais à chaque fois que je m’approchais un peu plus de toi, j’avais cet espoir. Ce putain d’espoir qui me hurle que tu restes mon frère, qu’importe si tes runes sont maintenant rouges, que tu bosses pour le diable, que tu ais pu m’apporter autant de souffrance. Tu ne le comprends pas, mais je tuerai pour prendre ta place, pour que tu puisses un jour connaître le bonheur que je connais…Parce que tu restes mon grand frère. » Les frissons de chagrin t’envahissent et tu serres les dents, cherchant à refouler les larmes qui se propages, qui menacent de s’écouler le long de tes yeux clairs. Je suis toujours là. Oui, tu es toujours là, ce frère qui n’a jamais cessé de l’aimer plus que de raison, plus que n’importe qui. Maladroit, fier, brisé, sans identité. Tu avances doucement vers Zack, tombant à genoux juste en face de lui. Et, dans un élan de tendresse, ta main glisse dans sa nuque et tu l’attires contre toi. Ton bras s’enroulant autour de lui, ta tête se posant contre la sienne. « Je suis là…j’ai toujours été là Zack. » Ta main glisse dans ses cheveux, comme tu le faisais autrefois quand son cœur était rempli d’un chagrin insurmontable. Ton regard se ferme, tu soupires, ce contact, tu avais cru ne jamais pouvoir le retrouver. « Déteste-moi autant que tu le veux, détestes-moi je pourrais faire avec…Parce que tu es mon frère Zack, parce que je n’ai jamais cessé de l’être malgré tout. Je ne t’aurais jamais abandonné, je n’aurais jamais troqué ma place contre la tienne…Je sais que c’est compliqué à comprendre pour toi, mais, à refaire, je te sauverais de cette destiné une fois encore. »

Oui, à refaire, tu le referais, sans aucune hésitation. Doucement, tu le relâches, l’obligeant à te faire face, à te regarder droit dans les yeux. « J’aimerais tellement que les choses soient différentes…je suis coincé. Si je pars je me condamne à mort, je te condamne à mort…si je reste, je finirais par être exécuté pour désobéissance. Il faut que tu comprennes que, d’un côté ou d’un autre, cette histoire se terminera mal… » Tu ne veux pas lui mentir, tu ne veux pas lui cacher la vérité, ce n’est pas ton style, ça ne là jamais été. « Tu as toujours été tellement fort Zack…même lorsque tu chouinais comme un gamin… » Tu ris légèrement, alors que cette fois-ci, ton regard fut percé de larmes salées. « Mais j’ai toujours su…j’ai toujours su que tu porterais fièrement le nom d’Herondale. Je ne te l’ai peut-être pas assez dit, mais, je suis fier de toi. Ils seraient tous fier de toi… » Et là, tu poses un baiser sur son front, comme autrefois. Tu as le cœur au bord des lèvres, le cœur en miette. « Pardonne-moi…j’aurais dû te protéger davantage. » Tes muscles se crispes. Tu dois partir, tu n’as plus ta place ici, tu ne l’auras plus jamais. « Je t’aime Zack. » Mot que tu ne dis que rarement et ça il le sait, en général, ça t’arrache la gueule de dévoiler ce genre de choses. Et là, tu le relâches, tu te lèves. Ton visage est traversé de cette peine, de larmes, alors que tes traits redeviennent durs. « Lèves-toi maintenant et va t’en. » Un ordre, ton autoritaire, comme lorsqu’il tombait lors de vos entraînements. Sans lui laisser le temps de réagir, tu l’attrape par le bras et tu le soulèves, tel le grand-frère que tu as toujours été. « Souviens-toi…lorsque tu tombes… » tu dois toujours te relever.



© MADE BY SEAWOLF.» POST 6 ; 920 MOTS @garett b-herondale



Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
45/77  (45/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOZack B-Herondale
I'D COME FOR YOU

Je suis à Chicago depuis le : 04/01/2016 et j'ai déjà payé : 1356 factures et gagné : 73 gains. Il paraît que : Chris Wood est mon double. Schizo je joue aussi : Oliana - sexy - Osborn On m'appelle : Exotic (sarah) et pour mon profil je remercie : * { Lux.

Je suis : Marié à Emma De Lornet, papa d'un petit garçon (15 Decembre)
SOME INFINITIES ARE BIGGER
THANKS OTHER INFINITIES

+ EMMA
+ NATHANAËL





FIND YOUR TRIBE.
LOVE THEM HARD


+ MEG
+ SEB
+ ENOLA
+ TESSA
+ LEHR




MEMORIES WARM YOU UP FROM THE INSIDE. BUT THEY ALSO TEAR YOU APART


+ GARETT
+ ELSA




EMMA & LEHR (x) EMMA & MEG & DIM (x) ENOLA (x) GARETT (x)
WEDDING (x) EMMA TG SALEM (x) EMMA (x) DIMITRI (x)

Sujet: Re: Go out of my head, stops upsetting everything. (Zack)   Mer 4 Jan - 21:34



GO OUT OF MY HEAD, STOPS UPSETTING EVERYTHING.I NEED YOUR NOSE ...
TO SEE MORE.
Zack & Garett B-Herondale
Si j'avais prévu la tournure des événements, j'aurai sans doute ris jaune. Moi, assis par terre devant Garett, après l'avoir battu de mes propres mains, comme pour me venger de ce qu'il avait pu me faire ? Non, je n'aurai jamais penser ça. Oh, je l'avais souvent imaginer en revanche : la manière dont j'avais envie de lui rendre la monnaie de sa poche, de le faire souffrir autant qu'il m'avait fait souffrir. Je l'avais souvent imaginer ce moment où on finirait par se croiser pour mettre les choses aux clairs, et tout ce que j'aurai pu lui dire, tout ce que j'avais envie de lui dire. Sur ce qu'il avait pu apporté, son kidnapping, ses jours noirs à le chasser, la mort d'Ethanaël, ma rupture, la mort de Nate, ma torture. J'avais tant à lui dire que je ne saurai quoi dire réellement. Tout mon monde s'était écroulé à cause de lui, tout mon monde avait tourné noir à cause de lui. Et je ne saurai si un jour j'arriverai à tout lui pardonner. Et pourtant...

Pourtant, j'étais là, bien devant lui, à lui dire combien mon frère me manquait. Toute cette haine, ces regrets et ces obsessions s'étaient envolés. Tout ce que j'avais besoin, c'était de lui, qu'importe ce qu'il avait pu faire, et ce qu'il comptait faire. J'avais envie de mettre fin à nos souffrances mutuelles, dans le seul but de pouvoir retrouver ma famille. Alors, après la colère, la rage, mon visage s'était fissuré, ma bulle s'était fissuré, révélant l'énorme blessure qu'il avait pu laisser ces derniers mois. J'étais un homme brisé. Un homme qui avait tant perdu, tant affronté pendant un laps de temps très court, que cet homme là, il n'était pas sur de pouvoir se relever.La pluie ajoutait un côté dramatique à la scène, et avait finit par nous tremper jusqu'au os. Elle me faisait grelotter, même si au fond, c'était sans doute ni le froid ni la pluie qui me faisait trembler mais bien toutes ces émotions qui se chevaucher sans que je ne puisse les contrôler. Les pieds de Garett finirent par entrer dans mon champs de vision, et il s'accroupit. Allait-il me gifler d'être aussi faible ? D'être aussi pathétique ? Je crains sa main qui se leva, mais lorsqu’elle glissa le long de ma nuque pour finalement ramener sa tête contre la mienne, je ressentis un étrange soulagement. Mon frère. Mon frère était toujours là, je le savais. Malgré le sang de démon, malgré les horreurs, malgré la haine, le dégoût, il était là. Il n'avait jamais cessé d'être. « Je suis là…j’ai toujours été là Zack. Déteste-moi autant que tu le veux, déteste-moi je pourrais faire avec...Parce que tu es mon frère Zack, parce que je n'ai jamais cessé de l'être malgré tout.» Agrippant son bras, comme pour lui montrer que pour moi, c'était réciproque, je buvais ses paroles. Ses paroles qui me réconfortaient et commençaient à cicatriser un peu ma blessure. Je retrouvais cet être qui m'avait élevé, qui m'avait appris, et qui était comme mien. Deux frères. Deux âmes. S'il n'y avait pas eu Nate, s'il n'y avait pas eu Emma, mon troisième égal aurait été mon frère, mon propre sang. «Je ne t'aurai jamais abandonné, je n'aurais jamais troqué ma place contre la tienne...je sais que c'est compliqué à comprendre pour toi, mais à refaire, je te sauverais de cette destiné une fois encore. » Il se détache de nous, et me regarde le regard franc et sincère. « J'aimerais tellement que les choses soient différentes...je suis coincé. Si je pars je me condamne à mort, je te condamne à mort...si je reste, je finirais par être exécuté pour désobéissance. Il faut que tu comprennes que, d'un côté ou d'un autre, cette histoire se terminera mal...» Je secouais la tête, en entendant ce qu'il voulait me faire comprendre. Mais j'avais jamais perdu espoir, cet espoir de retrouver mon frère. Non, j'avais jamais perdu l'espoir de le retrouver, et le voilà devant moi. Alors, non, je ne perdrais pas espoir de le voir enfin un jour libre. « Tu sais que je n'y arriverai pas. T'abandonner, comme ça. » Je saisis son poignée, et ajouta : « On est frère. On trouvera un moyen de te sauver la vie. Je refuse d'abandonner, avant même d'avoir essayer. » Une promesse, pour lui, comme pour moi, parce qu'au fond, je savais que s'il en était autrement, je ne me le pardonnerai jamais. Alors, on allait trouver un moyen de rompre cette malédiction qui s'était abattue sur nous. « Tu as toujours été tellement fort Zack...même lorsque tu chouinais comme un gamin. » Je l'accompagne en riant, en haussant les épaules. « J'ai eu un bon entraîneur. » « Mais j'ai toujours su...j'ai toujours su que tu porterais fièrement le nom d'Herondale. Je ne te l'ai peut être pas assez dit, mais je suis fier de toi. Ils seraient tous fier de toi.. » Il me déposa un baiser sur le front, et instinctivement, je relevais les yeux vers le ciel, les larmes aux yeux. « Il serait fiers de toi aussi, Garett..» soufflais-je dans un murmure qui faisait mal. Oui, qu'importe ce qu'il avait pu faire, je n'étais pas le seul dont on pouvait être fier. On pouvait tous changer, on avait tous des démons. On connaissait ceux de Garett, mais son cœur était pur, aussi pur qu'un Herondale. « Pardonne-moi...j'aurais dû te protéger d'avantage. Je t'aime Zack. » Je le regardais étonné. Lui, me dire ça, c'était comme attendre une pluie durant une sécheresse, presque impossible. C'était un cœur d’artichaut, et je ne me souviens plus de la dernière fois qu'il me l'avait dit. Peut être était-ce au décès de notre père...? Il se releva aussitôt, et fut de nouveau tendu. « Lèves-toi maintenant et va t'en » Il n'avait pas tord, nous étions resté trop longtemps ensembles. Quiconque qui passait par là allait nous causer des ennuies. J'opinais, et me releva à ses ordres, pourtant, je ne partis pas en courant. « Souviens-toi...lorsque tu tombes... » «...Tu dois toujours te relever.» Complétais-je en me rapprochant de lui et l’étreignis avec une force surhumaine. « J'ai toujours su que tu étais encore là...On trouvera un moyen de te sortir de là. Je t'aime frérot » Un murmure sincère à son oreille, une étreinte presque interminable, et je finis par me détacher de lui. Je le regardais une dernière fois, et lui sourit. Il me sourit au coin de la bouche, et je su que mon cœur allait guérir. Un jour, je le retrouverai vraiment. Je me m'y à courir et disparut sous le rideau de pluie, tout en sachant une chose : ce jour-là, j'avais hâte qu'il arrive.

END.


© MADE BY SEAWOLF.» POST 5 ; 1210 MOTS @garett b-herondale


Mon père disait qu'il ne faut jamais comparer les gens, chaque personne est différente, l'important est de trouver la différence qui vous convient le mieux.
Emma était ma différence
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Go out of my head, stops upsetting everything. (Zack)   

 
Go out of my head, stops upsetting everything. (Zack)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» DART to Haiti - Words of Thanks to Canadian Head of State
» Buy you gotta keep your head up { Adam Carter
» you say good morning when it's midnight going out of my head alone in this bed ∞ 6/11/11 4h35
» GHOST IN MY HEAD (ft. THE peacekeeper)
» Your head is running wild again ∞ 11/02 - 15:17

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Relaxation :: Anciens RPs-
Sauter vers: