Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 just can't get enough ▲ mariana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
42/77  (42/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOOliana C. Osborn

OLIARON

Il savait qu’au moment où il embrasserait cette jeune fille, au moment où ses rêves sublimes épouseraient ce souffle fragile, son esprit perdrait à jamais l’agilité miraculeuse de l’esprit de Dieu. Il avait alors attendu, écouté encore un moment la vibration du diapason qui venait de heurter une étoile, puis il l’avait embrassée, et à l’instant précis où ses lèvres touchaient les siennes, il avait senti qu’elle s’épanouissait comme une fleur à son contact, et l’incarnation s’était achevée.


Je suis à Chicago depuis le : 06/01/2017 et j'ai déjà payé : 79 factures et gagné : 257 gains. Il paraît que : emily - sexy - didonato est mon double. Schizo je joue aussi : zack b-herondale, le magnifique. On m'appelle : exotic (sarah) et pour mon profil je remercie : .sassenach.

Je suis : Célibataire dans ma tête, bien que tout le monde me cache que je suis en réalité fiancée.

OLIANA CAREL OSBORN
beauty and the beast

résumé uc.

Sujet: just can't get enough ▲ mariana   Lun 6 Fév - 12:54


Just can't get enough
Oliana C. Osborn & Marie G. Osborn
Mon accident m'avait beaucoup coûté, même si je ne me souviens plus de ce qui c'était passé. Apparemment, j'avais été blessé par accident par un humain, bien plus fort que moi, qui avait décidé de lui aussi s'amuser. Un sociopathe comme l'aurai qualifié les mundanes. Un qui avait voulu m'égorger, après m'avoir violé. On m'avait rapidement aidé, voyant qu'il prenait le dessus, affaiblis par ses points refermés sur ma nuque, incapable de respirer. Il m'avait frapper à la tête plusieurs fois, et lorsque j'avais voulu répliquer, cherchant ma stèle, il m'avait poussé dans les escaliers, tombant à la renverse, et me cognant dans la tête. La suite était simple. Je m'étais simplement réveillée en douceur quelques jours plus tard, avec la mémoire défaillante. Mais tout ça, je ne m'en souvenais plus. Et à vrai dire, j'étais plutôt reconnaissante, de ne pas pouvoir me souvenir de ses sales mains sur moi. J'aurai probablement plus eu l'envie de dormir. Mais là, ça allait. J'avais juste perdu 4 ans de ma vie. 4 années où c'était blanc. Parfois, je rêvais de bribes, de vie passée. Mais était-ce un souvenir ou juste un rêve ? ça je n'en savais rien. Des visions étranges sur ma vie, sur des moments vécus, ou imaginés...plus je les voyais, incohérents, plus il me laissait indécises sur le fait que ces choses là, je ne les reverrai peut être jamais. Ca me laissait perplexe, bien d'autant plus en analysant certaines réactions de mes proches lorsque j'essayais de comprendre un peu plus ce que j'avais oublié. C'était ma vie, alors pourquoi je ne me souvenais de rien ? Pouruqoi ils ne me laissaient pas les récupérer ? Et si je finissais par succomber à cette magie et accepter de retrouver mes souvenirs ? A quelle prix...? Ma vie ?

***

Me réveillant dans l'énorme lit vide, je me réveillais avec cette même sensation : Il me manquait quelque chose. Mais comme à chaque fois, j'étais incapable de savoir quoi. C'était assez essentiel pour que je ressente ça tous les matins, mais pas assez pour que je ne m'en souviennes pas, et ça me frustrait au plus haut point. Ne travaillant pas aujourd'hui, et n'ayant pas envie de sortir, j'envoyais rapidement un SMS à Marie, ma cousine, pour qu'elle passe à l'appartement. J'avais besoin de parler, ou simplement de voir un visage famillier. Une fois fait, je me levais, pris ma douche et rangea un peu l'appartement. Elle arriva qu'au milieu d'après-midi, alors que je faisais du thé fruité. « Oh te voilà enfin ! » dis-je en lui ouvrant la porte. « Je suis contente de te voir, j'avais besoin de parler. » Elle entra rapidement, déposa ses affaires à l'entrée, et tandis qu'elle passait au salon, j'apportais le thé chaud. « Il fait ultra froid dehors, encore. La tempête décide vraiment de prendre siège. » Je m'installa sur le canapé près d'elle, et lui servis une tasse, puis la mienne.  


© MADE BY SEAWOLF.» POST 1 ; 528 MOTS @Marie G. Osborn


Even when the light begins to fade. I’ll wait for You + Hold me now, I need to feel You. Show me how to make it new again. There’s no one I can run to and nothing I could ever do. I’m nowhere if I’m here without You

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
37/77  (37/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOMarie G. Osborn


MARIE GALITH OSBORN

• Stratège haut-placée oeuvrant pour le Nouvel Ordre.
• Hackeuse semi-professionnelle dans le monde terrestre.
• Réputée pour ses talents de repérage et de localisation mais aussi pour être la plus clémente de sa famille.
" Searching, following, killing. You can't find a psychopath without being a little insane yourself. "


" Ô toi qui n'es pas d'ici, méfies-toi des Osborns. Les enfants étaient destinés à un avenir glorieux et resplendissant. Pour une raison inconnue jusqu'alors, ils étaient venus au monde pour devenir des soldats, des stratèges ou encore des leaders. Ils étaient fait pour régner, contrôler, manipuler. Une minutie mortelle et une soif de sang sans limite, cette famille embellit les rangs d'Andrea Belson un peu plus chaque jour qui passe. "


Je suis à Chicago depuis le : 08/07/2016 et j'ai déjà payé : 167 factures et gagné : 872 gains. Il paraît que : Emily Browning est mon double. Schizo je joue aussi : moi-même, ça suffit amplement. On m'appelle : Maé et pour mon profil je remercie : Anaëlle (SIGNATURE) et Candy Apple (AVATAR)

Je suis : célibataire
Sujet: Re: just can't get enough ▲ mariana   Ven 10 Fév - 17:52

Just can’t get enough
“Sometimes I believe that this less material life is our truer life, and that our vain presence on the terraqueous globe is itself the secondary or merely virtual phenomenon.”
N
e lui dis rien Marie. Tu es dans la confidence et tu le sais. » Marie acquiesça timidement, ne pouvant pas répliquer comme elle le souhaitait. A cet instant, elle aurait voulu hurler à sa mère que sa cousine méritait de savoir, elle méritait de connaître la vérité dans son intégralité. Ils étaient sa famille alors pourquoi cacher une telle chose ? Pourquoi se comporter comme des inconnus à son égard ? Mais les choses n’étaient jamais simple dans cette dite famille et cette amnésie en avait probablement soulagé plus d’un. La relation qu’elle entretenait avec Cameron avait probablement tâché la si précieuse réputation des Osborn et quand ce malheureux accident était arrivé, certaines personnes avaient vu ça comme un renouveau. Une porte entreouverte qui pouvait donner lieu à de nouvelles options. Mais Marie ne voyait pas les choses de la sorte, bien au contraire. Bien que sa famille avait tout simplement accepté de faire profil bas face à la situation d’Oliana, la benjamine avait eu beaucoup de mal à l’accepter ou du moins à le mettre en pratique. A tel point qu’elle avait refusé de la voir jusque là. Si c’était pour lui mentir une fois de plus et la bercer d’illusions, alors c’était sans elle. Pour une fois elle était révoltée et remontée plus que jamais contre le monde entier. Mais elle avait beau s’opposer contre cet ordre, au final, la première victime de cette affaire était encore une fois Oliana.
Toutefois, Marie savait pertinemment que si son cas avait pu être réglé rapidement personne ne serait en train de réfléchir à chaque mot qu’il prononçait en sa présence. Elle savait qu’il existait bel et bien une solution mais cette dernière s’avérait être bien trop dangereuse et périlleuse. Ainsi, le dilemme était de taille. Jusqu’ici, personne n’avait tenté quoi que ce soit et ce facteur avait aussi eu raison de son sang-froid. Mais dans l’ombre, quand Marie n’était pas en train de s’entrainer ou sur le terrain pour ses missions, elle se lançait dans des recherches interminables pour trouver la solution miracle qui pourrait aider Oliana. C’était sa façon à elle de l’aider puisqu’elle n’était pas encore prête pour lui faire face. Avoir sous les yeux quelqu’un dans la détresse et être incapable de l’aider réduisait son coeur en mille morceaux.

J
usqu’au jour où elle reçut un message de sa part lui demandant de lui rendre visite. Elle n’allait pas pouvoir la fuir éternellement et elle se devait d’être présente pour sa cousine. Au final elle l’avait déserté elle aussi dans un sens. C’est à cet instant que la Osborn réalisa qu’actuellement la situation stagnait et qu’elle allait devoir prendre sur elle pour avancer. Tout ce qu’elle pouvait faire c’était d’être auprès de sa famille et de l’épauler pour l’aider à traverser cette ignoble et injuste épreuve. Cependant, elle devait déposer quelques dossiers à Andrea avant de passer et cela lui prit bien plus de temps que prévu. Et c’est stressée voire anxieuse que Marie se rendit à l’appartement d’Oliana. « Oh te voilà enfin ! » Entendit-elle dès que la porte d’entrée s’ouvrit. « Oui je suis désolée du retard, j’ai dû passer donner des dossiers à Belson et ça m’a pris une éternité. » Répondit-elle d’un ton fatigué mais quelque peu amusé, préférant rire de sa situation. Que voulez-vous, on ne refuse rien à Andrea Belson. L’atmosphère que dégageait la pièce avait eu don d’apaiser la demoiselle et c’est tout sourire qu’elle laissa volontiers ses affaires à sa cousine avant de pénétrer dans le salon. « Je suis contente de te voir, j’avais besoin de parler. » Quand Marie vit le thé déjà prêt un petit sourire à la fois triste et nostalgique vint se nicher au coin de ses lèvres. Ca lui rappelait énormément leur petit rituel personnel et elle fut émue de voir que sa cousine se souvenait de ça. « Il fait ultra froid dehors, encore. La tempête décide vraiment de prendre siège. » Un petit pouffement s’échappa de sa bouche mais Marie fit profil bas, comme si elle n’avait rien fait. Il n’y avait qu’elle dans sa famille à prendre en compte ce genre de détails. « Moi aussi je suis contente de te voir Oliana. » Débuta la benjamine en regardant la belle cousine. Qu’est-ce qu’elle lui avait manqué. « Merci aussi pour le thé, il n’y a qu’avec toi que j’aime faire ce genre de choses. » Continua Marie sincèrement. Au sein de leur famille, Oliana était la fille qui lui ressemblait le plus et de loin. Leur relation avait été évidente dès leur plus jeune âge. En buvant une première gorgée, la jeune femme se demandait si elle devait aborder le fameux sujet devenu taboo mais la réponse vint rapidement. C’était inévitable et une fois cette barrière franchit elle n’aurait plus besoin d’y prêter attention. « Comment tu te sens en ce moment ? » Voyant le regard que lui adressait subitement sa cousine, Marie posa sa tasse de thé et prit le soin de reposer sa question avec un tout autre ton bien plus reposé et doux. « Je veux dire… Est-ce que tu vas bien, toi ? » Tant qu’à faire, autant jouer la carte de l’honnêteté. « Si tu veux parler de quoi que ce soit saches que je serais là comme je l’ai toujours été pour toi. Je ferai mon possible pour t’aider même si je le fais déjà de mon côté. Je ne te lâcherai pas et tu peux compter sur moi. » Pour accompagner ses paroles, la jeune femme leva son petit doigt gauche en l’air, attendant patiemment la réponse de sa cousine. Enfants, c’était leur signe à elles, leur preuve de promesse.
© Mister Hyde


Post 2 - 932 mots
#cc0000


she just ran away
© by anaëlle.

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
42/77  (42/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOOliana C. Osborn

OLIARON

Il savait qu’au moment où il embrasserait cette jeune fille, au moment où ses rêves sublimes épouseraient ce souffle fragile, son esprit perdrait à jamais l’agilité miraculeuse de l’esprit de Dieu. Il avait alors attendu, écouté encore un moment la vibration du diapason qui venait de heurter une étoile, puis il l’avait embrassée, et à l’instant précis où ses lèvres touchaient les siennes, il avait senti qu’elle s’épanouissait comme une fleur à son contact, et l’incarnation s’était achevée.


Je suis à Chicago depuis le : 06/01/2017 et j'ai déjà payé : 79 factures et gagné : 257 gains. Il paraît que : emily - sexy - didonato est mon double. Schizo je joue aussi : zack b-herondale, le magnifique. On m'appelle : exotic (sarah) et pour mon profil je remercie : .sassenach.

Je suis : Célibataire dans ma tête, bien que tout le monde me cache que je suis en réalité fiancée.

OLIANA CAREL OSBORN
beauty and the beast

résumé uc.

Sujet: Re: just can't get enough ▲ mariana   Ven 17 Fév - 17:19


Just can't get enough
Oliana C. Osborn & Marie G. Osborn
C’était un poil bizarre. Ce sentiment que le monde vous observe, avec ce léger rictus qui affirmait qu’il connaissait ce secret, contrairement à vous. Cette frustration d’oublier quelque chose constamment, sans pour autant savoir quoi, alors que chaque regard que vous croisiez vous indiquerait presque qu’ils savent. Oh oui, ils savent. Mais quoi ? Je n’en savais rien. C’était juste constant. Quatre années de souvenirs oubliés, quatre années de rencontre, de missions, de liens, et en un simple instant, j’avais simplement oubliés. J’en avais même oublié mon accident, l’homme qui m’avait fait ça. J’en avais simplement entendu parler, parce que j’avais osé poser la question. J’avais de suite eu peur de la finalité, mais on m’avait rassuré. Quelqu’un m’avait sauvé, mais son identité ne m’avait jamais été révélée. Ou simplement, personne ne l’avais réellement su.

« Oui, je suis désolée du retard, j’ai dû passer donner des dossiers à Belson et ça m’a pris une éternité » Je me mis à rire. Andrea Belson était loin d’être patiente. Tout le monde le savait, alors, c’était une bonne excuse. « On ne refuse rien à Andrea Belson » dis-je amusée, d’une manière ironique, presque persuadée que Marie avait pensé la même chose. Je l’invitais ensuite à venir près du canapé où je venais tout juste de faire du thé. J’aimais le thé, j’avais toujours bu ça. Une véritable accro, et depuis adolescentes, on avait pris l’habitude avec Marie de se poser pour des après-midi papotage et thé. « Moi aussi, je suis contente de te voir Oliana. Merci aussi pour le thé, il n’y a qu’avec toi que j’aime faire ce genre de choses. » Je lui souris tendrement en remettant mes cheveux rebelles derrière les cheveux. Au fond, j’étais sans doute la plus ‘normale’ dans la famille. Ils étaient tous acharnés, sanguinaires, torturés…moi j’étais plutôt à la cool, et amoureuse du monde. A croire que mon monde n’était en réalité pas celui auquel j’étais vraiment destiné. Du moins, c’était ce que je me disais sans cesse. Mais au final, j’étais là, avec eux, ma famille. « Des moments douceurs dans un monde de brutes, ça fait toujours du bien » dis-je d’une manière relative. Prenant ma tasse de thé, la remuant doucement, puis souffla légèrement avant de boire une gorgée, je fus surprise par sa première questions. « Comment tu te sens en ce moment ?...Je veux dire…Est-ce que tu vas bien, toi ? Si tu veux parler de quoi que ce soit saches que je serais là comme je l’ai toujours été pour toi. Je ferai mon possible pour t’aider même si je le fais déjà de mon côté. Je ne te lâcherai pas et tu peux compter sur moi. » Je savais que Marie n’avait pas supporté mon accident et mon agression. Du moins, c’était ce qu’on m’en avait dit. Elle m’avait évité un temps, parce qu’elle sentait coupable Elle me leva son petit doigt gauche comme nos anciennes promesses, et je ne pus m’empêcher de lever le mien pour l’entrelacer avec le sien. On se m’y légèrement à rire, et rapidement j’haussais les épaules. « Y’a tellement de chose, je pense aller bien. Du moins, c’est ce que je me dis. » Mon thé reposé sur la table, je ramenais mes jambes et m’assis en tailleurs sur le canapé. « T’as déjà eu cette sensation que tout le monde sait quelque chose sur toi, mais toi t’es totalement dans le noir ? C’est ce que je ressens chaque jour. » Je me mordis la lèvre, il y avait plus. Mais devais-je réellement lui en parler ? Si en parler reviendrait à avouer tout ce que j’essaye de refouler. Lui en avais-je déjà parlé pendant ses quatre ans… ? Ou avais-je finalement réussis à l’oublier ? Toutes ses questions me donnaient mal à la tête. « Et…Y’a Cameron. Il… » Je baissais la tête peu fière de ce que j’allais dire. « Je sais pas ce que j’ai pu faire pendant ces quatre ans. Mais il est pire avec moi. »


© MADE BY SEAWOLF.» POST 3 ; 673 MOTS @Marie G. Osborn


Even when the light begins to fade. I’ll wait for You + Hold me now, I need to feel You. Show me how to make it new again. There’s no one I can run to and nothing I could ever do. I’m nowhere if I’m here without You

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
37/77  (37/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOMarie G. Osborn


MARIE GALITH OSBORN

• Stratège haut-placée oeuvrant pour le Nouvel Ordre.
• Hackeuse semi-professionnelle dans le monde terrestre.
• Réputée pour ses talents de repérage et de localisation mais aussi pour être la plus clémente de sa famille.
" Searching, following, killing. You can't find a psychopath without being a little insane yourself. "


" Ô toi qui n'es pas d'ici, méfies-toi des Osborns. Les enfants étaient destinés à un avenir glorieux et resplendissant. Pour une raison inconnue jusqu'alors, ils étaient venus au monde pour devenir des soldats, des stratèges ou encore des leaders. Ils étaient fait pour régner, contrôler, manipuler. Une minutie mortelle et une soif de sang sans limite, cette famille embellit les rangs d'Andrea Belson un peu plus chaque jour qui passe. "


Je suis à Chicago depuis le : 08/07/2016 et j'ai déjà payé : 167 factures et gagné : 872 gains. Il paraît que : Emily Browning est mon double. Schizo je joue aussi : moi-même, ça suffit amplement. On m'appelle : Maé et pour mon profil je remercie : Anaëlle (SIGNATURE) et Candy Apple (AVATAR)

Je suis : célibataire
Sujet: Re: just can't get enough ▲ mariana   Ven 17 Mar - 23:23

Just can’t get enough
“Sometimes I believe that this less material life is our truer life, and that our vain presence on the terraqueous globe is itself the secondary or merely virtual phenomenon.”
P
endant l’espace d’un instant Marie crût que sa cousine ne se souvenait pas non plus de leur petit rituel enfantin, mais ce doute se volatisa rapidement quand cette dernière lui rendit la pareille. Tout n’était pas perdu finalement. « Y’a tellement de choses, je pense aller bien. Du moins, c’est ce que je me dis. » Marie ne put qu’esquisser un fin sourire de gêne face à cette réponse. Evidemment qu’elle était perdue. Qui ne réagirait pas de la sorte dans à sa place après tout ? « J’imagine que ça ne doit pas être facile. » Son manque de tact l’exaspéra intérieurement alors qu’elle venait de prononcer ces mots. C’était un fait : elle détestait cette situation et c’était bien pour éviter ça qu’elle ne lui avai pas rendu visite plus tôt. Si ça ne tenait qu’à elle, Marie aurait déjà vendu la mèche depuis des mois. Elle ne supportait pas faire partie de cet immense mensonge qui au final ne fait que détériorer les liens intrafamiliaux des deux familles. « T’as déjà eu cette sensation que tout le monde sait quelque chose sur toi, mais toi t’es totalement dans le noir ? C’est ce que je ressens chaque jour. » A croire qu’Oliana avait vraiment vu clair dans son jeu, ou sinon elle choisissait réellement bien ses mots pour faire culpabiliser sa cousine au plus haut point. Marie croisa doucement les jambes et commença à triturer ses doigts avant de reprendre sa tasse de thé d’une main tremblante. « Oui je vois très bien ce que tu veux dire… » « Et…Y’a Cameron. Il… Je sais pas ce que j’ai pu faire pendant ces quatre ans. Mais il est pire avec moi. » En entendant ses paroles, la jeune Osborn avala sa gorgée de travers et manqua de s’étouffer. C’était bien trop de choses à gérer en une seule fois. Déjà qu’elle était mal à l’aise à l’idée de participer à cette mascarade, mais si en plus elle allait devoir inventer un mensonge elle-même pour couvrir Cameron, elle n’osera plus regarder sa cousine dans les yeux après ça. Cependant, elle ne pouvait pas se réfugier derrière ses écrans d’ordinateurs. Elle devait rester de marbre et ne pas perdre son sang froid. Une lourde tâche reposait sur ses épaules et elle savait pertinemment qu’elle devait se plier au règle. Cela dit, personne ne lui a interdit de dissimuler quelques indices pour qu’Oliana comprenne ce qu’il se tramait de leur côté. De toute manière, elle ne pouvait pas rester dans cet état d’ignorance éternellement. « Tu sais, ton accident a réellement touché tout le monde et personne n’y a échappé. » Comme pour appuyer ses paroles la benjamine se leva et alla s’asseoir à côté d’Oliana avant de poursuivre. «  On a cru que tu ne reviendrais jamais parmi nous. On a cru qu’on t’avait perdu pour toujours Oliana. » Rien que le fait de repenser à l’instant où elle avait revu sa cousine inconsciente, une vague d’émotions s’empara de son coeur et le serra comme jamais. Elle se souvenait parfaitement du déchirement fictif qu’elle avait crû ressentir au plus profond d’elle-même, aux larmes de rage et d’incompréhension qui avaient coulé, des cris et des insultes qu’elle avait lancé à tout va sans même réfléchir une seule seconde à la violence de ses propos. « J’ai crû que j’avais perdu la seule personne qui me comprenait dans cette famille et je ne l’ai pas accepté. » A cet instant Marie ressentit le besoin pressant de saisir la main de sa cousine, comme si elle voulait s’assurer qu’elle était bien réelle. « J’aurais dû être là à tes côtés ce soir-là, j’aurais peut-être pu t’aider. » La benjamine se laissait aller tout simplement, elle ressentait le besoin de lui dire, de lui révéler ses sentiments pour qu’elle comprenne comment elle l’avait vécu. A travers ses mots on pouvait sentir son regret et ses remords. Marie s’en voudra pour le reste de sa vie si la mémoire de sa cousine ne se rétablissait pas. « Quand tu es revenu à toi, ça a été un autre choc à encaisser pour nous. Il s’en est passé des choses en quatre ans tu sais. » La jeune retourna cependant sa veste et se résolut à lui dire ce que sa cousine avait accompli ou du moins ce qu’elle savait. « Tu t’es notamment améliorée en combat, et je rigole pas ! T’es devenue l’un des meilleurs éléments au Nouvel Ordre aux côtés de Gabriel et de Cameron. » Et c’était là qu’elle devait aborder le sujet le plus tendancieux. « Et étant donné que vous êtiez souvent ensemble, c’est Cameron qui a eu le plus de mal à accepter ce qui t’es arrivé. » Intérieurement, sa conscience lui criait toute la vérité mais elle ne pouvait pas l’entendre. Marie était toujours tiraillée entre deux camps qu’elle le veuille ou non, mais elle se sentait mieux en racontant toutes ces choses à la principale concernée. « Je sais qu’il est dur avec toi, et crois-moi que j’aimerais bien le remettre à sa place parfois. Mais c’est juste qu’il est fidèle à lui-même et… Une partie de tes souvenirs a emporté avec eux une partie des siens, et il essaie de gérer comme il le peut. Ne lui en veux juste pas trop, ça lui passera. »
© Mister Hyde


Post 4 - 869 mots[/color]


she just ran away
© by anaëlle.
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: just can't get enough ▲ mariana   

 
just can't get enough ▲ mariana
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Ayibobo pou MARIANA GRAJALES

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: