Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
InvitéInvité
Sujet: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Lun 4 Juil - 14:59

I got this feeling inside my bones


Ce matin, Gideon se lève de bonne humeur. On lui a dit qu'il allait entrainer de futurs chasseurs d'ombre, du moins, les initier à diverses types de combats, dans la matinée. Gideon s'est levé de bonne humeur, mais il ne va pas l'être longtemps. Quand il franchit le seuil de la salle d'entrainement, il n'aperçut personne. Il décide de profiter de ce moment de solitude pour s'entrainer seul. Vêtu d'un pantalon noir et d'un t-shirt gris foncé moulant, il a des atouts de feu, mais cela ne l'empêche pas de vouloir s'entrainer davantage pour être encore meilleur qu'il n'a pu l'être auparavant.

Il sourit. Un coup, deux coups de poings. Il frappe le plus possible le sac de sable et s'entraine à l'esquive et au combat à mains nues. Pendant une demi heure durant, le voilà parti dans un entrainement intensif. Il en oublie vite ses priorités et ses élèves de pas plus de 13 ou 14 ans arrivent sur le lieu d'entrainement. Il sourit davantage. Ils sont petits et frêles, comme il les aime. Non pas que Gideon aime les torturer ou leur faire peur, mais il faut leur montrer la dur réalité de la vie. Un soupir s'échappe de ses lèvres. Il range les bandes qui protégeaient ses mains du sac de sable et se tourne vers eux.

" Vous êtes tous présents ? " dit-il d'une voix rauque et ferme. Non pas qu'il veuille se montrer dur et froid, mais c'est souvent sa voix naturelle. " Vous êtes... 15 c'est ça ? " Ils acquiescent sans un mot. A croire que Gideon les effraie vraiment. Ce n'est pas un nombre énorme pour commencer un entrainement de base, mais c'est suffisant. Gideon pense commencer par l'art du lancer de couteau et finir par le combat à mains nues. Le plus simple vers le plus dur, à ses propres yeux.

Il ouvre une malle dans laquelle se trouve différents types d'armes et n'entend pas les pas d'une personne s'approcher de lui. Quand il se retourne, il se retrouve nez à nez avec une jeune femme. Blonde, plutôt jolie, plutôt petite, des yeux petits. Un sourire narquois. Il grimace et se racle la gorge. Juliet.

" Tu fais quoi là, Blackthorn ? " Sa voix est froide. Elle va ruiner ses chances de donner ses cours tranquillement. Avant de répliquer autre chose, il se rappelle une condition que l'instructeur chef lui a énoncé. " Par contre, tu ne seras pas le seul. Tu auras besoin d'aide. " Et merde Gideon, la prochaine fois écoute attentivement au lieu de sauter sur l'occasion. Il comprend vite qu'il n'a pas le choix. Cette matinée ne sera finalement pas de tout repos. Collaboration avec Juliet Blackthorn. Du sang va couler, c'est certain.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Mar 5 Juil - 22:03

Juliet se souvient encore de son réveil où elle pensait pouvoir prendre un petit-déjeuner tranquille avant de pouvoir flâner en ville. Le problème c’est qu’alors qu’elle savourait tranquillement ses pancakes, un de ses oncles, instructeur de métier, s’est rué vers elle pour lui expliquer que la personne qui devait s’occuper des petits avec Gideon s’était blessé et donc il fallait quelqu’un pour le remplacer. Pourquoi le sort s’acharne ainsi sur elle, elle ne le sait pas mais ne pouvant décemment pas dire non, elle a bien sur accepté de se coltiner l’abruti de français pour un cours avec les petits. C’est donc rapidement qu’elle a fini son petit-déjeuner pour se précipiter dans la salle d’entrainement où les gamins petits et frêles se trouvaient déjà ainsi que le français. Inspirant, Juliet fixe la silhouette du garçon qui a enfiler un tee-shirt beaucoup trop moulant pour son propre bien et le sien aussi ainsi qu’un pantalon noir qui mettait encore plus le dit tee-shirt. Refusant de rester planté sur le pas de la porte, elle se dirige vers la mallette que Gideon a ouverte pour savoir ce qu’il a prévu comme entrainement et essayer de s’adapter à ce qu’il souhaite faire. De base, ce n’est pas elle qui aurait du faire ce cours avec lui et elle a envie de rester en retrait pour que le cours se passe de manières la plus correcte possible pour les gosses. Non, parce que si les gosses n’étaient pas présent, Juliet, elle laisserait tomber la pédagogie et lui rentrerait direct dans le lard comme à son habitude mais là, elle doit se montrer pédagogue, diplomate et patiente. Et de la patience, elle va en avoir besoin de beaucoup, une tonne serait surement même insuffisant, elle en a pleinement conscience. S’arrêtant à quelques pas de Gideon, elle l’observe quand il tourne la tête et tâche de garder un visage neutre qui le reste jusqu’à sa réplique qui lui fait hausser un sourcil. Sérieusement, le mangeur de grenouilles est obligé de la traiter avec cette froideur comme-ci elle est une obscurs ? Franchement, il ne peut pas tenter une approche diplomatique et neutre, se serait trop demandé ? Visiblement oui, elle ne peut pas s’empêcher de lever les yeux au ciel face à ce constat. « Ton binôme initial est à l’infirmerie, elle s’est blessé. Du coup, je suis chargée de la remplacer pour une raison qui m’est inconnue même si je pense que je suis la dernière en réserve parce que personne de sain d’esprit dans ma famille, tu sais ceux qui s’occupent de l’instruction des jeunes, n’aurait l’idée de nous mettre tous les deux ensembles pour un cours... » Le ton est sec, mordant et remplis de sarcasmes pendant que ses yeux analysent Gideon pour essayer de deviner ses intentions. Elle ne met pas plus de deux secondes pour comprendre ce qu’il souhaite et affiche un sourire en coin comprenant qu’il a décidé de commencer par quelque chose où il excelle beaucoup plus qu’elle. Si elle peut s’en offusquer, elle ne le fait pas décidant de prendre l’initiative sur la leçon.

Se tournant vers les quinze jeunes qui leur font face avec yeux curieux en se demandant bien quand leurs deux instructeurs vont se mettre à se taper dessus, les rumeurs sur leur relation courant à travers l’institut, elle affiche un sourire enjoué. Comparé à l’autre à côté d’elle, elle ne souhaite pas leur faire peur mais instaurée un climat convivial et d’entraide au sein de la leçon parce que les chasseurs d’ombre doivent avant tout s’entrainer et non rentrer dans des querelles de rivalités. « Bien. Nous allons commencer la leçon par le lancer de couteau. Qui parmi vous à déjà pu s’entrainer à cet art avec un membre de sa famille ou seul ? » Juliet compte le nombre de mains levée, à savoir seulement cinq sur le groupe ce qui est assez peu quand on connait les habitudes des nephilims. Les enfants sont incités à apprendre à se battre jeunes et il est assez facile d’emprunter des couteaux pour s’entrainer à l’institut ce qui prouve que son groupe est un groupe qui a tendance à suivre les règles. Cela risque de beaucoup déplaire à monsieur, je suis impulsif qui n’a rien à faire des règles mais qui lui convient totalement. Laissant Gideon s’occuper de la récupération des couteaux et de leurs distributions, elle place chaque gamin face à une cible en veillant à mettre les cinq ayant déjà eut une initiation quelconque proche de ceux n’y connaissant rien. Une fois tout le petit monde en place, elle jette un coup d’œil à son condisciple français pur lui céder la place afin qu’il explique comment procéder. Visiblement, le fait d’assister à la démonstration du Pucey déplait à un garçon de la bande qui décidé de l’ouvrir pour faire part de sa désapprobation. « Pourquoi c’est lui qui va nous montrer comment faire ? C’est le fils de deux lâches, il n’est pas même pas vraiment un Néphilims et il est loin d’être au niveau d’une Blackthorn-Herondale ! On apprendrait beaucoup mieux si c’est vous qui faites la démonstration et nous donnait des conseils ! » Juliet fixe le garçon blond aux yeux bleus qui affiche un air arrogant avec surprise en se demandant s’il n’est pas rattaché à sa famille d’une manière ou d’un autre. Toujours est-il qu’elle ne sait pas vraiment comment réagir face à cette intervention qui basée sur des faits réels dérivent un peu trop loin tout en la complimentant. Et puis, elle préfère s’assurer que Gideon ne réagisse pas trop violement et se concentre donc sur sa réaction à lui face à l’insulte pour parer tout violence envers le gamin beaucoup trop arrogant pour son propre bien.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Mer 6 Juil - 10:34

Quand il l'a vu apparaitre dans son champ de vision, il s'est figé comme une statut. Gideon ne veut rien avoir à faire avec elle, mais les instructeurs en ont décidés autrement. D'après les dires de mademoiselle Herondale-Blackthorn, le binôme de base de Gideon est en convalescence. Ca n'arrange pas la situation. Il soupire. Il déteste être pris au dépourvu, surtout dans ce genre de situation-là. Gideon grommelle dans son coin mais il doit se résigner à suivre le mouvement du cours. Elle pose des questions et dispose les élèves dans la salle face aux cibles. Il commence à sortir plusieurs couteaux et en donne un à chaque élève. Gideon voit bien que certains ne semblent pas à l'aise avec leurs couteaux et il sourit. Ca lui rappelle sa propre personne, quand il a découvert l'Institut et la mort de ses parents. Son oncle Terry l'avait emmené en ces lieux ancestraux pour achever sa formation de chasseur d'ombre et quand son mentor lui a donné un couteau, Gideon s'est senti bête. Que faire ? Que dire ? Il a appris avec le temps. Il est même devenu plutôt bon au lancer de couteaux, mais cela ne vaut pas les capacités de ses propres parents à l'époque. Gideon en a entendu parlé : des talents de ses parents. Annabelle excellait dans l'art de guérison avec les plantes et Marcus était très doué avec les armes. Gideon aurait du, c'était même certain, acquérir les capacités de ses parents. Le temps et le destin en ont décidés autrement et le voilà considéré comme un traitre plutôt qu'autre chose.

La voix d'un des élèves raisonne dans la pièce. Gideon se raidit. Ses yeux s'écarquillent. Même le plus stupide des petits est au courant de sa situation. Ses parents étaient des lâches et ça, tout le monde le savait. Il se mord l'intérieur de la joue. La colère bouillonne en lui. Il aurait presque eu envie de pleurer si il n'était pas fort de caractère. Il inspire. Il expire. Ca lui rappelait vaguement un souvenir...

" Pourquoi c’est avec lui que je dois travailler ? C’est le fils de deux lâches, il n’est pas même pas vraiment un Néphilims et il est loin d’être au niveau d’une Blackthorn-Herondale ! On apprendrait beaucoup mieux si vous me laissiez travailler avec un membre de ma propre famille ! " Gideon se trouve face à une jeune demoiselle dont le nom est inconnu. Elle a de longs cheveux blonds, un petit nez, des yeux plutôt foncés. Elle est petite mais elle semble très bien entrainé, contrairement à lui. Il aimerait se faire tout petit à présent. Elle ne semble pas l'apprécier. Il grimace, se mord la joue et baisse les yeux. " Juliet, ce n'est pas à toi de décider. Tu es la meilleure pour l'entrainer. Il a perdu assez de temps pour devenir aussi un lâche ne crois tu pas ? " Un lâche... C'est le mot préféré des instructeurs et des élèves envers lui. Gideon s'est senti très mal lors de ses premières semaines à l'Institut. On le traitait comme un moins que rien.

" Si tu n'es pas content, sors de cette classe, d'accord ? " Il garde son calme et répond d'une voix légère et autoritaire. Gideon garde sa colère pour plus tard, mais il faudra l'évacuer par tout les moyens possible. Il soupire et attrape le couteau d'un élève. " Ou sinon, si tu te crois fort, mets toi devant la cible, qu'on voit ce dont tu es capable. " C'est une très mauvaise idée, et il le sait. Il sait aussi que Juliet n'appréciera pas ce jeu dangereux, mais Gideon doit prouver qu'il est à la hauteur de ce qu'il est. Un enfant des anges, un Pucey, malheureusement abandonné par ses parents morts au combat. Il n'est pas un lâche, il n'est pas comme eux. Gideon a été élevé par Terry dans le bonheur et l'amour. Celui-ci lui a toujours dit de prouver ce qu'il vaut, quoi qu'il en coûte. A cette pensée, il sourit, tout seul. Ses yeux fixes le jeune garçon qui n'ose pas bouger. " Vas y, je t'en prie. Prend place. " Le jeune garçon semble hésiter. Son sourire arrogant semble avoir disparu tout d'un coup. Gideon se tourne vers Juliet qui le regarde d'un mauvais oeil et s'approche d'elle. Il se penche jusqu'à son oreille. Il sent son souffle touché la peau de son cou, frêle. " Laisse moi juste réglé ça et je te laisse le cours, okay ? " Il n'a aucune envie d'attirer l'attention des instructeurs et encore moins d'attirer la foudre de tout l'Institut pour son comportement inacceptable. Il se trouve vers le jeune garçon à nouveau et échappe un sourire satisfait en le voyant planté devant la cible comme un piquet. Il a peur. Il le sent. Gideon n'aurait pas peur à sa place. Il serait fier de montrer sa bravoure, tout simplement. "Surtout bouge pas, okay ? " Un sourcil se hausse sur son visage et il inspire profondément. Il lève le bras, le couteau au bout de ses doigts, mais il ne lance pas. Il savoure le moment.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Mer 6 Juil - 13:40

Juliet ne sait vraiment pas quoi faire pour résoudre le problème qui se présente devant ses yeux, à savoir une crise entre un gamin arrogant qui pense tout savoir et Gideon avec son ego surdimensionné. Quand la voix de l’ainé résonne, elle ne peut s’empêcher de lâcher un léger soupir de soulagement en se disant qu’il a finalement fait le bon choix. Une vision qui ne dure que quelques secondes puisque très vite elle le voit s’emparer d’un couteau pour demander au gosse de se mettre devant la cible. Elle croise les bras et fusille du regard l’autre instructeur ignorant totalement le gamin qui semble terroriser à l’idée de se placer devant la cible. Ce n’est pas la bonne méthode qu’utilise le français pour prouver sa force, terroriser un gosse c’est juste une attitude de lâche pour bon nombres de Nephilims. Elle sait d’avance que quand les autres l’apprendront, ils le reprocheront à Gideon et pire certains membres de la famille du petit risque de vouloir le venger. Si le petit semble regretter ses paroles, la punition est disproportionnée et montre surtout une tendance au sadisme digne d’un obscur et non d’un fils d’un ange. En somme, Gideon à tout faux comme souvent mais elle doit lui prouver de manière diplomate et éviter qu’il lui balance un refus parce que cela risque de très mal tourner dans le cas contraire. Elle a conscience que Louis n’est pas là pour approuver ses paroles et raisonner Gideon sans parler du fait qu’une dispute entre eux n’apporterait aucun bénéfice mais mettrait plutôt à mal leur leçon commune. Alors quand son regard croise celui de son camarade, elle fait un mouvement de tête léger de droite à gauche pour lui dire de ne pas le faire, de ne pas terroriser ainsi ce gosse car cela le desservirai. Une attitude qui visiblement pousse le garçon à se rapprocher en quelques pas et elle écarquille les yeux étonnés avant de sentir le souffle du garçon contre son cou. Un souffle léger qui réveille ses sentiments et la pousse à décroiser les bras et effleurer son torse à travers le tee-shirt avant que ses paroles résonnent. Elle a envie de lui dire non, de tout lui expliquer mais il ne lui laisse pas le temps de se reprendre qu’il se tourne vers le gosse qui a pris place. Se mordant la lèvre inférieure, elle observe Gideon provoquer le petit en lui disant de ne pas bouger avant de s’amuser de sa peur en tenant le couteau levé dans sa main.

Elle ne peut pas le laisser faire. Le constat est simple et elle décide d’intervenir avant que le couteau fuse en bloquant le bras du français et plongeant ses yeux dans les siens. « Non, Gideon. Je ne peux pas te laisser faire ça parce que tu donnerais raison à ce gosse alors que c’est faux. T’es beaucoup de chose mais pas un lâche… » Son murmure est à peine audible pour les enfants autour d’eux mais Gideon a très bien pu entendre chacun de ses mots. Si Juliet n’est pas autant préoccupé par la situation, elle aurait surement incité sur le fait qu’il est un abruti mais pas un lâche mais là, elle a décidé d’arrondir les angles. Son souffle se mêle à celui du garçon, leurs bouches se trouvent à quelques centimètres l’une de l’autre et Juliet pense fortement à l’embrasser pour pouvoir le désarmer. Mais avant qu’elle ne le puisse, le gamin devant la cible qui a repris du courage en voyant l’intervention de Juliet ne peut pas s’empêcher de renifler dédaigneusement. Visiblement, il a lui aussi un ego surdimensionné et il tient à le faire savoir avec son reniflement et ses grognements inaudible mais clairement insultant pour Gideon. Ne supportant pas cette insubordination, elle se tourne vers ce gosse avec un regard glaciale qui le fait déglutir bien que son corps le protège toujours du couteau. Il a de nouveau peur le gosse et il a conscience que Juliet est beaucoup plus vicieuse que le Pucey dans ses habitudes. « Tais-toi ! Aux dernières nouvelles, gamin, tu n’as jamais fait de sortie pour combattre des démons ou des obscurs donc tu n’as aucun palmarès ce qui n’est pas le cas de Gideon. Tes insultes sont donc seulement celle d’un gamin arrogant qui ne connait que la théorie et se ferait surement dessus s’il voyait un démon… Gideon va te prouver qu’il n’est pas un lâche en prenant ta place pendant que je tirerais des couteaux. Je tiens à te préciser que s’il ne bouge pas durant dix lancers de couteau, tu devras lui présenter tes excuses et tu ne sortiras pas de cette pièce tant que nous ne serions pas satisfaits de tes progrès en combat. Tu ne pourras pas abandonner qu’importe tes blessures ou ta fatigue, compris ? » Son ton est froid et calculateur, elle a conscience de ne pas être au niveau de Gideon en terme de lancé de couteau mais elle se sait suffisamment habile pour ne pas le blesser gravement durant ses lancées. Son idée lui ai venu durant son discours et elle lui semble tout à fait approprié, Gideon pourra ainsi prouver qu’il n’est pas un lâche et le gosse regrettera son acte quand il se réveillera à l’infirmerie. Car Juliet ne compte pas le laisser partir avant qu’il ne s’évanouisse afin de lui faire comprendre qu’on n’insulte pas ses aînés et que l’avenir qu’il l’attends est dangereux. Une leçon instructive en somme et elle se tourne vers Gideon pour plonger ses yeux dans les siens et tenter de l’inciter à lui faire confiance à la suivre.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Mer 6 Juil - 18:22

Ce sentiment au fond de lui, ce n'est pas la première fois qu'il le ressent. Elle lui sauve la vie. Encore une fois. Il déteste ça, mais il ne peut pas lui en vouloir. Il sait que c'est mesquin, mauvais ce qu'il fait et que jamais il ne devrait être si mauvais avec des petits élèves comme ce garçon. Il ne s'en veut pas pour autant. Son regard froid croise celui de Juliet. Elle se trouve là, à ses côtés et lui tient le bras. Elle ne veut pas qu'il fasse ça et il boit ses paroles, silencieux. Sa joue le titille. Il la mord furieusement. Gideon est mal à l'aise. Il se trouve bien trop près d'elle, il sent son coeur battre bien trop fort. Il inspire profondément, mais l'odeur du parfum de Juliet l'enivre totalement. Il serait presque prêt à tomber dans les vapes à cause de cette odeur magnifique. Gideon est perdu dans ses pensées et n'écoute pas les prochains mots de Juliet. Il voit le jeune garçon vacillé sous le regard de la demoiselle, puis, elle le regarde lui. Il fronce les sourcils. " Pardon ? " souffle t-il à la demoiselle. Ses yeux plongés dans ceux de la demoiselle, il tente de lire en elle, seulement, il n'en est pas capable. Le simple fait de regarder ses yeux le rend terriblement mal. Il soupire. " Okay... D'accord... " Il attrape la main de Juliet et pose dans sa main, le couteau qu'il tenait. Il frôle ses doigts doucement, ainsi que la paume de sa main. Il a envie de la tenir, longtemps, très longtemps. Gideon ne comprend pas pourquoi il ressent de genre de choses. A ses yeux c'est stupide. Il est stupide.

Gideon a déjà vécu ce genre de situation. Toucher la main de Juliet, sentir l'odeur de son parfum. Un soir, alors qu'il s'entrainait, elle était là. Juliet, vêtue d'une simple robe noir moulante, elle était entré dans la salle d'entrainement. Gideon, lui, s'entrainait, comme par habitude. Il devait être bien tard et il transpirait de tout ses pores. Haletant, il s'arrêta net quand il aperçu la demoiselle. " Encore là pour m'emmerder ? " Ses mots étaient froids, durs. Sa voix était glaciale. Il tapait dans le sac de sable quand elle est entré dans sa tenue magnifique. Gideon l'a remarqué : sa beauté. Les festivités étaient surement lancés quelque part et mademoiselle était invité, comme d'habitude. Gideon avait l'habitude. Lui, il n'était pas convié, surement pas un lâche comme lui. Un soupir s'échappait d'entre ses lèvres. Finalement, elle s'était approché. Il lui avait lancé quelques vannes, quelques méchancetés. Et puis, Gideon l'avait embrassé, fougueusement. C'était surement sa beauté fatale qui l'avait attiré, ou peut être plus que cela. Ses lèvres ont dansés avec celles de Juliet. Sa main s'est posé sur sa nuque. Son parfum l'a enivré. Ses doigts se sont faufilés dans sa chevelure. Il fut hors d'haleine, et encore une fois, il s'est arrêté, muet. Encore une fois, il s'est demandé pourquoi avoir agi de la sorte... C'est son ennemi, sa rivale, jamais elle ne sera autre chose.

Il avance vers la cible et pose une main sur l'épaule du jeune garçon pour qu'il se décale. Celui-ci lui jette un regard noir, ce qui fait rire Gideon. Il soupire et se place devant la cible, tourné vers Juliet et les autres élèves. De là, il voit à quel point elle peut être forte et déterminé. De là, il peut voir qu'elle est l'ainée de ces élèves puériles et arrogants. Il lui lance un sourire enjôleur, non pas qu'il veut la déstabiliser, mais il sait qu'elle n'est pas une pro du lancer de couteau pour autant. Peut être que Juliet est habile, mais Gideon tient à sa vie, aussi, il aurait aimé lui dire de ne pas le tuer. " Hesite pas à me faire une petite coupe, Blackthorn, j'ai besoin de passer au coiffeur. " Gideon échappe un rire. Les blagues de mauvaises augures c'est sa façon de détendre l'atmosphère. En réalité, il flippe. Il se demande si c'est une bonne idée. Il a confiance en elle, évidemment, mais assez pour ne pas être blesser ? Il inspire profondément et plonge ses yeux dans ceux de Juliet. Ils sont beaux, rayonnants. Il plonge dedans tête baissé et ne peut la quitter des yeux. Elle est jolie aujourd'hui. Ses yeux ont un air légèrement fatigué. Ses lèvres sont pincés, elle est stressée. Ses cheveux sont d'un blond toujours éclatant. Gideon adore regarder ses traits et la dévisager. Il adore étudier chacune des parcelles de son visage et de son corps, comme si... comme si il en était amoureux. Mais c'est impossible, tout bonnement impossible. Silencieux, il attend qu'elle lance les couteaux. Il prouvera sa bravoure à la façon de Juliet, pour la première fois de sa vie.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Mer 6 Juil - 21:42

Juliet hausse un sourcil en entendant l’interrogation de Gideon comme s’il n’avait rien écouté de ce qu’elle disait. Il semble sincère même perdu et elle se demande bien ce qui a pu le perturber à ce point pour qu’il se perde dans ses pensées et déconnecte du moment présent. Elle se souvient de chacun de leurs baisers, de chacune de leurs caresses mais elle ne peut croire qu’il se perde dans ses pensées simplement parce qu’elle se tient en face de lui, c’est complètement stupide. Il y a de la tension entre eux, une tension très forte qui les pousse l’un vers l’autre mais rien de plus enfin c’est ce dont elle se persuade et surtout elle ne peut pas croire qu’il l’aime après tout son ton froid et mordant la plupart du temps le prouve. Elle, elle est paumée sur ce qu’elle ressent pour lui même si elle se doute qu’il y a beaucoup plus que ce qu’elle admet pour une question de fierté. Mais elle n’est pas assez naïve pour croire que l’autre en face d’elle ressent la même chose et qu’il puisse être réellement amoureux d’elle, alors elle s’interroge. Des interrogations qui ne durent pas longtemps puisqu’il finit par comprendre et qu’il lui attrape la main pour y déposer un couteau en caressant ses doigts doucement. Elle se mord la lèvre inférieure face à ce contact léger se souvenant de ses rêves où les doigts du garçon caressent plus que sa main, elle ne doit pas y penser maintenant alors qu’elle s’apprête à lui envoyer des couteaux à la figure. Mais quand il passe à côté d’elle et que son parfum lui arrive aux narines, elle ne peut s’empêcher de fermer les yeux un court instant se replongeant dans un de rêves qui hantent régulièrement ses nuits, trop régulièrement.

Ils sont nus dans un lit, l’un à côté de l’autre et elle caresse doucement son torse alors qu’il fixe le plafond pour reprendre son souffle. Un contact léger sur son corps encore chaud de leurs étreintes alors qu’elle affiche un sourire heureux d’être à ses côtés sans aucune dispute entre eux pour une fois. Il se tourne vers elle, affiche un sourire en coin avant de caresser doucement sa joue puis son épaule lui murmurant des mots qu’il ne dira surement jamais dans la vraie vie. Elle lui répond alors qu’il vient cueillir ses lèvres pour un baiser auquel il répond. Leurs corps se pressent l’un contre l’autre et elle se sent à sa place, réellement à sa place pour la première fois de sa vie, sans aucune peur ou haine, juste de la confiance et de l’amour. Elle se sent en sécurité avec lui dans ses draps et elle sait qu’elle est à lui plus qu’elle ne se l’est jamais avouer avant.

Le rire de Gideon face au regard noir du gosse la ramène dans la réalité face à sa cible et à la zone qu’elle ne doit surtout pas atteindre pour éviter de blesser le garçon. Elle est habile et se débrouille plutôt bien au lancer de couteau mais elle préfère le tir à l’arc de loin et elle a peur de se tromper et de tuer le français ce qui serait extrêmement regrettable. Elle sait qu’elle ne se le pardonnerait jamais de le tuer, elle tient à lui plus qu’elle ne le dit et surtout elle ne se voit pas vivre sans lui, le monde serait ennuyeux et peut-être, elle commence à l’envisager un peu, elle est en train de tomber amoureuse de lui. Alors que le gosse arrogant qui semble décidé à ne pas lâcher du terrain rejoint ses camarades pour fixer celui qu’il considère comme un lâche, les bras croisés, elle se concentre pour viser juste. Quand elle entend la remarque de Gideon sur le fait qu’elle peut lui faire une petite coupe, elle laisse un rire cristallin éclater dans sa gorge avant de laisser filer le premier couteau loin de l’homme qui la rend folle. L’arme se fiche à plus de dix centimètres du chasseur d’ombre et reniflement dédaigneux du gosse, lui apprends qu’il trouve ce lancé pitoyable voir même un peu trop protecteur. Tendant la main, Juliet laisse un des gamins déposer une nouvelle arme qu’elle lance plus près se rapprochant de Gideon avec dangerosité pour faire monter la pression. Elle ne rompt pas le contact visuel tentant d’encourager le garçon ainsi à tenir pendant qu’elle l’effraie en se rapprochant à chaque fois plus près de lui sur les deux tirs suivants. Le but est de prouver qu’il n’est pas un lâche et donc de tester sa peur avec les dix couteaux qu’elle a promis de lancer et elle sait qu’il peut le faire tant qu’elle ne le touche. Son cinquième lancé le frôle pour se planter près de son cou sans l’égratigner, un coup de chance qui la fait douter un instant. Elle doit se calmer, calmer son cœur qui bat trop rapidement et se concentrer, il reste cinq lancés et elle ne peut pas flancher sinon elle va ruiner sa réputation sans sauver celle du français. Inspirant profondément, elle plonge son regard dans celui de son vis-à-vis pour y trouver une dose de courage avant d’envoyer trois autres couteaux. L’un atterris au-dessus de sa tête, l’autre près de son épaule et le dernier près de son coude. Il n’en reste plus que deux elle a une idée, saugrenue, dangereuse mais les jambes légèrement écarté de Gideon lui semble tout à fait propice pour ça ainsi que ses lancés précédent. Sans le prévenir, elle lance un premier couteau qui atterrit près de sa hanche en se plantant dans le tissu de son tee-shirt avant que le dernier couteau saisie rapidement file dans l’écartement entre les jambes proche de la partie intime. Gideon ne sait pas retirer une seule fois, il est resté à sa place et le sale gosse arrogant a eut tout le temps qu’il fallait pour devenir livide et faire dans sa culotte, enfin, il aurait pu car Juliet constate qu’il a su se maitriser ce qui l’agace. « Bien. Gideon a remplis sa part du contrat ce qui veut dire que tu es obligé de rester ici jusqu’à ce qu’on décide de te libèrera et autant dire que je me sens pas vraiment d’humeur généreuse... Puisque je lance beaucoup moins bien que Gideon, qui lui maitrise toute la technique de cet art, vous allez l’observer lancer quelques couteaux avant de vous entrainer pendant une demi-heure avant de changer de style de combat. Est-ce que quelqu’un souhaite s’opposer à ce programme ? » Aucun des mioches ne pipe un mot et Juliet affiche un sourire en coin fière d’elle avant de se tourner avec le brun. Elle a très envie d’aller l’embrasser et de le féliciter pour la manière remarquable dont il n’a pas bougé mais elle se dit qu’il vaut mieux attendre la fin de la leçon. Après le lancer de couteau, elle pense passer à une séance de tir à l’arc puis quelques techniques de corps à corps avant de passer à du renforcement musculaire. Un renforcement qui ne s’éternisera que pour une seul membre de la petite équipe qui finira au sol sans pouvoir se relever car Juliet ne compte pas le lâcher lui comme ceux qui déciderais de suivre son exemple.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Jeu 7 Juil - 9:42

A l'intérieur de lui, il rit. Au début, il pensait qu'elle n'était pas doué dans l'art du lancer de couteaux, seulement, il se trompait. Le premier couteau se fiche à quelques centimètres de lui, il ne frisonne même pas. Gideon a l'habitude, non pas qu'on l'ai souvent pris comme cible lors de son entrainement, mais Gideon a le sang froid qu'il faut pour ce genre de choses. Il sait se taire, ne pas bouger, ne pas broncher quand il le faut. C'est une de ses façon à lui de prouver qu'il a quelque chose de spécial en lui, car il sait pertinemment que n'importe quel chasseur d'ombre aurait eu la frousse de le faire à sa place. Gideon ne se croit pas exceptionnel pour autant, mais il a du cran, et pour lui c'est suffisant pour se sentir fier. Deuxième couteau, un peu plus près, un peu plus intime. Il sourit mielleusement, mais personne ne peut discerner son léger sourire sur ses lèvres fines. Gideon a le don de dissimuler ses sentiments, aussi, il semble rester impassible face à elle. Son coeur bat à tout rompe depuis qu'il fixe le regard de la jeune femme. Il ne l'a jamais regardé aussi longtemps de toute son existence, c'est peu dire si il manque la crise cardiaque.

Trois.
Quatre.
Cinq.
Six.
Sept.
Huit.

Deux lancés restants et l'adrénaline fait soufflé le jeune homme au bout de la cible. Il inspire profondément mais son souffle est coupé malgré lui. Il a l'impression d'étouffer tellement il manque d'air. Elle est doué, c'est inévitable. Le neuvième couteau se fiche au niveau de sa hanche et transperce son t-shirt. Ce qu'elle ne sait surement pas c'est qu'elle l'a touché. Il retient une grimace affolante. Elle l'a coupé. Une légère égratignure. Une petite coupure ridicule mais saignante. Il se mord la joue, silencieux. Dernier coup, fatal. Il atterrit entre ses jambes. Gideon est légèrement surpris de se revirement de situation. C'est difficile à dire, mais Gideon est satisfait. Si il le pouvait, il se serait jeter sur elle pour l'embrasser de toutes ses forces. Egratignure ou pas, il en est fou. Il se refuse de le croire, mais son coeur bat si fort qu'à présent, il le sent. Tout son être lui avoue qu'elle l'attire. Il se mord à nouveau la joue et écoute Juliet prendre la parole face au jeune garçon arrogant. Il semble légèrement dérouté par cette scène. A sa place, Gideon déguerpirait illico, mais il sait que les chasseurs d'ombre ont trop de fierté en eux pour fuir. Ils seraient des lâches, comme ses parents. Il se refuse d'être comme eux et que personne ne devienne comme eux.

Gideon retire le couteau qui le retient à la cible et inspecte discrètement la douleur de la coupure. Ce n'est rien de bien grave, il fera avec. Il est fort et la douleur ne l'atteint pas plus que cela. Il s'est déjà fait tabassé un milliard de fois, et il se relevait malgré tout. Gideon a toujours une force d'esprit qui en épatait plus d'un. Il sait quand la douleur l'achève, mais c'est bien rare. L'entrainement a porté ses fruits sur lui. Il est tenace et il n'abandonne pas. C'est sa force, sa motivation. Il a des poings, il les utilise. Seulement, il attire souvent les ennuies, c'est le problème avec Gideon. Un sourire aux lèvres, il s'approche de Juliet et pose sa main sur son épaule, son torse frôle le dos de la jeune femme. Il est bien trop proche. Il sent à nouveau l'odeur de son parfum. Il est doux, magique. Il adore cette odeur malgré lui. " Une idée de la suite ? " Il échappe un soupir. La douleur lui picote les entrailles, mais il fait mine de rien. En général, une petite coupure de se genre de lui fait ni chaud ni froid, mais il fallait dire que l'entaille était profonde. Elle avait réussi son coup. Il fait signe d'une main aux élèves de commencer leurs lancers. Ils sont pitoyables mais c'est un début, forcément. Certains plantent le sol, d'autres les murs. Il vaut mieux reculer. Il attrape l'autre épaule de Juliet et la fait reculer avec lui. Distance de sécurité des dangers publics. " Je pensais au tir à l'arc, mais ils vont être aussi ridicule que le lancer de couteaux. " Il échappe un rire. C'est peu dire. C'est un carnage qui se déroule devant ses yeux, et il préfère ne rien dire de peur de se prendre encore les foudres d'un élève mécontent de voir un lâche dans la salle d'entrainement. Il se place à ses côtés, lâchant ses épaules et le contact chaleureux qui les réunissait presque. Il tourne la tête vers elle, un sourire en coin. " Je ne sais pas si je dois te remercier ou t'étriper pour cette expérience. " Expérience intéressante dans tout les cas. Gideon a ressenti des choses qu'il n'aurait surement jamais ressenti avant. Il l'a embrassé plus d'une fois, mais il s'était refusé d'y croire. Il est un lâche, elle une fille de bonne famille. Ils ne sont pas fait pour être ensemble, c'est tout prévu d'avance. " Je veux dire, tu es la première à me traiter de lâche, et là... Tu ne le fais pas. " Il est reconnaissant malgré tout. Venant d'elle, c'est surement surprenant mais il est heureux qu'elle l'ai fait. Il ne lui dira surement pas, mais il a apprécié jouer au chat à la souris. Le chat tire, la souris ne bouge pas devant la cible. Il s'approche à nouveau de son oreille. Ses lèvres frôlent la peau de son lobe. " Et tu es douée. " Son souffle se balade sur son cou. Gideon s'approche d'elle un peu plus et son visage se déplace, se frôlant un chemin vers sa joue, puis ses lèvres. Mais il ne l'embrasse pas. Il frôle ses lèvres un instant et dépose finalement un léger baiser sur sa joue en guise de remerciement pour ne pas l'avoir tuer. Il recule et inspecte les dégâts des élèves. Ils sont bons pour nettoyer la salle à la fin de l'entrainement. C'est un carnage total.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Jeu 7 Juil - 14:28

Juliet donne les consignes sans se soucier de Gideon et elle ne remarque pas qu’il inspecte la blessure qu’elle lui a faite par inadvertance, une blessure dont elle ignore tout. Elle ne pense pas l’avoir touché et égratigner ce qui représente un exploit pour elle et quand il sort du champ de tir pour laisser les gosses tirer, elle lui sourit heureuse de le retrouver entier. Elle n’était pas vraiment sur d’elle durant les tirs même si elle a réussit à le cacher et elle est contente de voir qu’il s’en est sortie en un seul morceau et sans prendre peur. L’épisode de cet entrainement risque de se répandre rapidement dans tout l’institut et il y a de forte chance qu’on ne l’insulte plus de lâches mais de tête brulé ce qu’il est réellement. Elle observe les gosses reprendre leurs places avant de tourner la tête vers Gideon qui vient de déposer une main sur son épaule, un sourcil haussé, elle l’interroge du regard pour savoir ce qu’il veut. Quand elle entend sa question, elle affiche un petit sourire ironique en prenant conscience qu’il n’a pas entendue ses consignes surement à cause de l’adrénaline et la tension qui retombait. Mais elle n’a pas le temps de lui répondre qu’elle sent son torse frôler son dos ce qui lui arrache un léger frisson et lui fait perdre immédiatement son sourire pendant qu’elle se raidit instinctivement face à ce contact léger auquel elle ne s’attendait pas. Sa raideur disparait au moment où les bruits de couteaux résonnent dans la salle et ramène Juliet au carnage que font les gosses à quelques pas d’elle pendant que Gideon se trouve toujours dans son dos. Il serait si simple de rompre la distance pour se blottir contre lui pendant un court instant et oublier le reste du monde, elle en meurt d’envie mais elle résiste à cause des enfants pas très loin et aussi par méfiance. Elle ne sait pas pourquoi il se comporte ainsi soudainement et elle craint que ce ne soit qu’un jeu pour le déstabiliser malgré le moment fort qu’ils viennent de vivre pendant qu’elle était un chat et lui une souris. Elle n’a pas quitté son regard magnétique durant tous les lancés et elle a pu s’imaginer un futur avec lui pendant ce court instant où ils n’étaient vraiment que tous les deux, les gosses n’étant que des regards peu intéressants. Elle suit le mouvement quand il l’éloigne du carnage, protecteur, ne voulant pas qu’ils soient blessé et elle fronce les sourcils en entendant sa remarque, elle n’en est pas si sur pour le tir à l’arc. Après tout, c’est très différent du tir au couteau, les positions ne sont pas les mêmes et si avec les couteaux il faut prendre de l’élan avec le bras, avec un arc il suffit de visualiser sa cible et de lâcher la corde. La précision vaut pour les deux mais dans l’un la trajectoire à moins de raison de fluctuer que dans l’autre et Juliet s’est souvent dit que c’était à cause de l’élan qu’il fallait impulser au couteau qu’elle avait plus de mal avec cet art et que le tir à l’arc. Le contact entre eux se rompt et elle ressent à la fois du soulagement mais aussi une pointe déception face à cet éloignement qui lui permet toutefois de pouvoir croiser le regard du garçon qui exprimer son avis sur le fait d’être pris pour cible. A nouveau, un sourire ironique né sur ses lèvres alors qu’elle perd de nouveau encore le fil de ses pensées en écoutant les remarques du français qui l’amuse et surtout qui lui permette d’oublier son envie d’être contre lui. Elle a besoin de calmer la tension qui monte en elle avec un désir mêlé à une forte frustration qui se réveille à nouveau alors qu’il se rapproche profitant que les gosses soient occupés à leurs lancés pour s’amuser avec elle. Le compliment au creux de ses oreilles lui arrache un nouveau frisson plus léger et elle se mord la lèvre en sentant le souffle de Gideon se balader contre sa peau. Il est en train de la rendre folle et elle serre les poings tentant de se maitriser alors qu’il se rapproche de ses lèvres faisant cogner son cœur de plus en plus fort contre sa cage thoracique. Ses yeux se rouvre quand elle sent enfin les lèvres du garçon non pas contre ses lèvres mais sa joue et machinalement avant qu’il ne se retire elle passe sa main dans ses cheveux court pour le décoiffer. Elle l’observe inspecter le carnage que les gosses font avec leurs couteaux avant de laisser éclater un rire face au cri de l’un d’eux qui vient d’atteindre la cible. « Pas mal pour un début ! Mais je préfère te prévenir tout de suite, la seule chose que ton lancé ferait réellement à un adversaire c’est le rendre encore plus enragé et décidé à te tuer... » Juliet n’est pas le genre de professeur à faire des compliments pour faire des compliments mais elle ne voit pas non plus l’intérêt de dévaloriser inutilement le travail d’une personne. Elle souhaite donc faire comprendre au garçon qu’il a fait un grand pas mais qu’il doit continuer à s’entrainer comme les autres et surtout monsieur l’arrogant qui ne semble visiblement pas doué du tout. Tout ses lancés atterrissent sur le sol, surement à cause de sa nervosité face à qu’il l’attend à cause de l’exploit de Gideon.

Plusieurs minutes s’écoulent et Juliet tâchent d’ignorer Gideon et son désir qui est un peu trop grand dans son corps, elle refuse de le laisser gagner à ce petit jeu et encore plus de s’y adonner devant les gosses. Ils ont déjà suffisamment à raconter pour en rajouter aux rumeurs qui ne vont pas tarder à circuler. Alors, elle observe et intervient pour donner des conseils en remarquant des progrès avant de finalement décider de passer au tir à l’arc. Jetant un regard à Gideon, elle tâche de ne pas se noyer à nouveau dans le bleu de ses yeux si intense qui lui font face pour parler d’une voix claire et limpide. « Bien. Vous devez maintenant tous avoir suffisamment de base pour vous entrainer à l’avenir et perfectionner vos lancés. On va donc passer au tir à l’arc, allez prendre chacun un arc et un carquois de flèche, normalement vous devez déjà savoir comment vous équipez mais n’hésitez pas à demander à vos camarades si vous en avez besoin. » Pendant que les gamins foncent vers le mur où se trouvent les armes, Juliet rompt la distance entre elle et Gideon pour poser une main sur son épaule avec un sourire enjôleur bien décidée à se venger. Elle n’a pas réussit à faire descendre le désir qui bout en elle et ce projet n’a pas cesser de la titiller. Doucement elle se rapproche laissant sa main remonter le long du cou du garçon en frôlant sa peau avant de s’arrêter contre sa joue tandis que son visage se rapproche doucement de celui du garçon. Elle effleure ses lèvres avant de se diriger vers son oreille faisant le chemin inverse de celui qu’il avait accompli pendant que les gosses sont occupés à regarder ailleurs et ne peuvent donc rien voir. « Tu leur fait le démonstration ou je m’en occupe, mon cœur ? » Elle prononce les deux derniers mots dans un français impeccable avec une pointe de sarcasme avant de s’éloigner doucement de lui laissant ses lèvres frôler une dernière fois mâchoire masculine. Les bras croisé, elle lui fait maintenant face à quelques centimètres un sourcil levé en attendant sa réponse. Elle espère l’avoir déstabilisé autant qu’il l’a fait voir plus pour être vengée comme il se doit.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Jeu 7 Juil - 17:17

Ô Juliet, Belle Juliet, pourquoi es-tu si taquine ? Gideon manque de s'étouffer quand elle commence à jouer à son propre jeu. Il déglutit difficilement. C'est étrange pour lui se voir son jeu se retourner contre lui-même. Au fond de lui, il n'apprécie que trop l'attention qu'elle lui porte, les mots qu'elle prononce et le toucher qu'elle lui offre. Il apprécie tellement qu'il s'en délecte intérieurement. Tout son être frissonne de plaisir, d'envie. Il n'a encore jamais ressenti ce genre de choses avant avec une fille. Il en a eu des petites amies, mais elles ne lui ont jamais procurer ce bien être incroyable qu'il ressent avec Juliet. Pourtant, elle n'a rien d'extraordinaire. C'est Juliet Herondale-Blackthorn, son ennemie, sa rivale, la chiques de service, la donneuse de leçon, celle qui ne l'aime pas pour un clou. C'est impossible qu'il soit attiré par un être aussi différent de lui, aussi peu complémentaire. Aussi, le voilà légèrement perdu, ses sentiments, ses actions précédentes, ses envies, ses pensées, tout est mélangé en lui et il ne sait que dire et que faire. Tout ce qu'il trouve à faire c'est la regarder de haut en bas, la dévisager, la dévorer du regard. Elle est belle, c'est manifestement vrai, ceci dit, pourquoi Gideon agit de la sorte. Il veut se ressaisir mais la tension entre eux n'est plus aussi froide et mesquine, elle s'est transformé en quelque chose dévorant, de tumultueux. Il soupire. " Voyons, darling, tu viens de prouver à quel point tu pouvais être supérieur à moi au lancer de couteaux. La règle fait que c'est à moi de faire cette démonstration à présent. " Il joue le jeu. C'est amusant. C'est excitant.

Il se déplace pour rejoindre les élèves devant les cibles de tirs à l'arc. Elles sont légèrement différentes et tout comme Juliet l'a dit, le tir à l'arc ce n'est pas de l'habilité uniquement. Il y a la précision et la détermination. Il faut être précis, fin et habile. Il faut visé, de manière rapide sans pour autant avoir peur de rater sa cible. Il sourit et attrape à présent un arc et une flèche dans le carquois d'un élève et se met en position. Ses yeux sont fixés sur son objectif. Ses doigts appuient doucement sur la corde et puis il lâche tout. La flèche file se planter à quelques millimètres du centre dans la partie rouge. Il aime beaucoup le tir à l'arc, mais ça l'ennuie fortement. A présent, il n'y a plus d'adrénaline nulle part. Ils vont juste regarder les élèves tirés, se rétamés. Ils vont juste dire qu'ils ont besoin d'entrainement et Gideon passera à l'entrainement suivant. Il tire deux ou trois flèches de plus. Puis, il jette un regard à Juliet, légèrement en retrait derrière lui. " Mademoiselle Blackthorn a eu la chance d'être l'une des meilleures en tirs à l'arc. " Elle est la meilleure dans cette art-ci, c'est vrai. A vrai dire, Gideon sent le regard des autres sur lui et il n'apprécie guère. Il a l'impression qu'on le prend pour une bête de foire. " Pourrais-tu montrer à l'un d'eux comment se tenir face à sa cible ? " Il a dans l'idée qu'elle utilise n'importe quel élève sauf le grognon et arrogant qui se tient en retrait depuis le lancé de couteaux. Il espère qu'elle fera un bon choix. Il baisse son arc et la regarde. Son coeur s'emballe quand elle s'approche, quand elle sourit, quand elle parle. Son odeur le rend fou. Gideon ne comprend pas cet excès de folie pour elle alors qu'elle a été méprisante toute sa vie avec lui. Elle a toujours été là pour le rabaisser, mais malheureusement, elle a aussi été là pour lui, pour le sauver, à de nombreuses reprises. Il l'aurait tué pour l'avoir sauver alors qu'il s'en sortait. Au lieu de ça, il la récompensait à sa manière : Un baiser. Puis, deux, puis, trois. Gideon l'a embrassé 4 fois en tout depuis qu'ils se connaissent et toujours avec fougue et intensité. Aujourd'hui, quand il l'a regarde il a envie de l'embrasser encore. Ses lèvres fines et roses l'appellent autant que son corps lui dit de se rapprocher d'elle. Gideon soupire. Il se force à penser à autre chose. Il ne veut pas tomber amoureux. Il ne mérite personne, pour lui.

La douleur de la coupure sur sa hanche le fait revenir à la réalité. Il grimace légèrement. Ca picote et ça saigne. On aperçoit vite une tache de sang sur son t-shirt gris. Il le soulève discrètement en tournant le dos aux élèves et à Juliet. Il inspecte la coupure profonde malgré tout. Elle n'est pas des plus belles. Le sang afflue, mais commence à se dissiper. Il lève les yeux au ciel. Comment a-t-elle pu le couper de la sorte ? C'est ridicule de se retrouver avec une coupure pareille après un lancer de couteaux. Gideon se sent stupide d'être blessé de la sorte et d'avoir mal. Il n'est pas habitué à subir une douleur fulgurante en présence de Juliet mais en aucun cas il veut faire le martyr blessé et lui donner la victoire. Elle serait bien trop heureuse de l'avoir blessé. Il se sentirait rabaissé et complètement idiot. Il inspire une bouffé d'air qui lui picote à nouveau la hanche et expire en se retournant vers les autres. " J'espère que vous n'avez pas peur du corps à corps mes petits. " dit-il avec une voix enjoué et cherchant à les effrayer. Gideon adore le corps à corps, mais là, il est mal barré pour réussir à se battre d'avance.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Jeu 7 Juil - 19:39

Si Juliet est fière d’elle ? C’est un fait d’autant plus qu’elle remarque son trouble et la manière dont il est déstabilisé, si elle avait encore la possibilité de le faire, elle ne pourrait pas s’empêcher de compter les points. Sauf que voilà, elle n’y pense pas parce qu’elle a envie de continuer ce petit jeu, de voir jusqu’où ça va la mener quitte à se bruler les ailes ce qui va surement arriver. Mais elle a envie de lui, il a réveille ce désir et la manière dont il la dévore du regard ne fait qu’attiser ce désir au fond d’elle ce qui ne l’aide pas vraiment à réveiller sa petite voix de conscience pour la raisonner. Alors quand il rentre dans le jeu, elle affiche un sourire en coin teinté de victoire mais aussi de malice, la manière dont il a prononcé le surnom anglais a fait accélérer les mouvements de son cœur et elle n’a plus qu’une envie qu’il prononce ce mot encore et encore. Elle l’observe prendre un arc et pique des flèches à un élève pour faire des tirs plutôt correcte mais loin de son panache à elle qui excelle dans cet art. C’est bien simple, elle combat à l’arc la plupart du temps et elle adore la concentration que cela lui procure car elle lui permet de tout oublier pour se concentrer seulement sur sa cible. Mais là, ce n’est pas elle qui fait face à la cible pour tirer mais le français et elle peut admirer la manière dont il s’y prend et ses muscles sous l’action de ses tirs. Un détail l’interpelle au niveau de son tee-shirt, une tâche plus sombre qui lui fait froncer les sourcils mais elle n’a pas le temps d’y réfléchir que la voix du garçon résonne dans la salle d’entrainement. Elle hausse un sourcil face à l’intervention et s’approche d’un gamin pour montrer la position face à des yeux attentifs enfin sauf celle de Gideon qui semble préoccuper par autre chose. Elle ne le remarque à peine jusqu’à ce qu’il fasse une remarque sur le corps à corps qui la laisse stupéfaite, les gosses n’ont pas eut le temps de tirer c’est donc un peu précipité. Elle s’apprête à faire la remarque quand elle voit son oncle déboulé dans la pièce comme s’il avait le feu aux trousses pour s’arrêter net face à toutes les paires d’yeux qui le regardent. Visiblement perdu, le nouvel arrivant regarde la troupe un peu étonné avant de marmonner que les gosses sont attendus dans la bibliothèque pour une leçon d’études des runes, qu’il avait oublié de les prévenir pour cette leçon et que l’autre professeur vient d’arriver donc que les petits doivent y aller. Les gosses filent reposer les arcs rapidement et filent à la bibliothèque conscient que leurs professeurs de runes ne leur fera pas de cadeau enfin tous sauf un. « Vous êtes sur que vous avez oublié cette leçon ? Ce ne serait pas plutôt parce que vous ne voulez pas que l’autre fils de lâche reste trop longtemps avec votre nièce ? Je peux comprendre vous savez... » « Dégage ! Et ne crois pas que je vais oublier tes insinuations, mon petit. Ta part du contrat n’est toujours pas remplis et je te promets qu’un soir je te trainerais de ton lit pour t’entrainer personnellement et on verra bien qui de toi ou Gideon est le plus lâche ! » Le gamin hausse les épaules pour se donner une contenance mais elle est très vite mise à mal par l’oncle de Juliet qui lui flanque une grande tape dans le dos en lui hurlant de filer à la bibliothèque pendant que Gideon et Juliet rangeront le bazar qu’il a mis dans la salle ensemble car il ne voit pas pourquoi il devrait avoir honte d’un chasseur d’ombre comme Gideon. Une marque de soutien entre ainés auquel les jeunes doivent le respect, c’est ce qu’est l’intervention de son oncle et Juliet le sait puisque celui-ci est surement venu les empêcher de se battre devant des petits ce qui aurait nuit à l’enseignement inculqué.

En quelques secondes à peine, Gideon et Juliet se sont retrouvés tous les deux seuls dans la pièce puisque les mômes partis, son oncle les a suivis et à refermer la porte en les laissant entre eux sans se soucier de ce qui pourrait se passer. Juliet ne sait pas vraiment comment gérer la situation et elle observe le garçon avant de remarquer la tâche sombre qu’elle a vu quelques minutes plus tôt qui la pousse à se diriger droit vers lui. Posant sa paume sur son torse, elle le fixe dans les yeux en se rapprochant pour effleurer ses lèvres afin d’essayer de le déstabiliser d’avoir une réponse car elle connait sa fierté et son art de l’esquive or elle est trop inquiète pour l’accepter. « Gideon ? Qu’est-ce que tu as la hanche ? Il y a une tâche qui s’agrandit sur ton tee-shirt et... » Elle se doute que c’est du sang surement du à une blessure ce qui l’amène directement à penser que durant le lancé de couteau, elle l’a blessée et elle s’en veut immédiatement. Il faut qu’elle le soigne si c’est le cas sauf que le regard du garçon lui laisse comprendre que s’il ne sait pas comment réagir, il ne va pas lui dire la vérité et elle ne peut pas l’accepter. Alors profitant de l’effet de surprise, elle l’envoie au tapis avant de s’asseoir à califourchon sur lui pour fixer la fine coupure profonde d’où le sang s’écoule. « Par les Anges ! J’arrive pas à croire que je suis tellement nulle au lancé de couteau que je t’ai touché alors que je ne le voulais pas ! » Juliet est mortifiée de ce qu’elle a fait et elle fixe la blessure un moment avant de se décider à réagir en sortant sa stèle pour appliquer un Iratze afin que la coupure se referme. Elle observe la cicatrisation se faire sous ses yeux sans trop savoir comment réagir face à la plaie qu’elle a imposé à Gideon sans le vouloir, elle devrait lui présenter ses excuses, elle le sait mais les mots restent bloqués dans ses gorges. Levant ses yeux, elle croise le regard du garçon et soupire avant de se pencher vers lui pour caresser sa joue et passer sa main dans ses cheveux. Sans comprendre comment, elle finit par tomber sur lui laissant sa stèle rouler loin d’elle alors que sa seule main libre se retrouve sur l’épaule du garçon. Ses lèvres à quelques centimètres de l’oreille du garçon, elle murmure une vague excuse mais ne se relève pas. Son cœur bat beaucoup trop vite dans sa poitrine et elle n’a pas vraiment envie de bouger, elle veut qu’il la prenne dans ses bras et lui dise que ce n’est rien sauf qu’il ne le fera surement pas. Alors elle s’attend à être rejeter en laissant sa main se perdre dans les cheveux bruns pendant que ses narines s’imprègnent un peu plus de ce parfum masculin qui l’envoûte de plus en plus.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Jeu 7 Juil - 20:48

Au début, Gideon n'a pas compris ce qu'il se passait sous ses yeux. L'oncle de Juliet apparut tandis que les élèves se dispersaient et filaient à un autre cours. Gideon se sent comme un raté, il a l'impression d'avoir foirer son opportunité de prouver qu'il est quelqu'un de consciencieux, motivé et fort. Ils se parlèrent brièvement. Le garçon arrogant ouvrit sa bouche mais la ferma aussitôt suite à l'intervention de Juliet. Tout se déroula rapidement sous ses yeux sans qu'il ne puisse ouvrir la bouche.

Et il se retrouva seul avec elle, avec son envie irrésistible de l'embrasser. Il déglutit difficilement alors qu'elle s'approche de lui. Elle lui parle de son t-shirt et de sa "blessure" mais il ne l'écoute pas. Il est trop occupé à fixer ses yeux, son nez, sa bouche, son visage tout entier qui se rapproche dangereusement de lui. Elle pose ses doigts sur ses lèvres. Il se renfrogne et tente de reculer mais elle le fait basculer sur le sol violemment. Sa tête manque de cogner le sol, ses fesses rebondissent et son dos craque violemment. Il échappe une grimace de douleur. Qu'est-ce qu'elle peut paraitre violente parfois. A califourchon sur lui, il ne peut plus bouger. Il sent la pression de ses jambes contre les siennes, ainsi que celle du bassin de Juliet sur le sien. Ca le rend terriblement mal à l'aise. Elle soulève son t-shirt et il lève es yeux au ciel. Il n'en a que faire de cette blessure, il n'a rien, il est juste égratigné, c'est une petite éraflure ridicule. Mais alors qu'il pense bien fort tout ce qu'il aimerait lui dire, elle le soigne avec sa stèle, à l'aide d'une rune de guérison. Il soupire, soulagé. La douleur disparait. Ca fait un bien fou. Il veut la remercier mais il n'en a pas le temps, elle pose sa main sur sa joue, l'autre sur son épaule et puis, elle s'écroule littéralement sur lui. Stupéfait, il ne sait pas comment réagir à ce genre de situation. Juliet Herondale-Blackthorn est couché sur lui, de tout son être et il ne réagit même pas. Gideon ferme les yeux un instant et inspire profondément. Le moment est magique pour lui. L'odeur de Juliet l'enivre. Ses cheveux caressent son visage. Il ne manquerait plus qu'un... Il se ressaisit avant d'y penser et attrape ses épaules pour la soulever doucement. Il tente de la faire se rassoir et se relève par la même occasion. Le voilà assis, la demoiselle sur ses cuisses. Il la voit de bien trop près pour rester calme et serein. Il sent bien trop son parfum pour ne pas en être enivrer. Gideon perd la boule, il devient fou d'elle. Pour se ressaisir, il tente de se lever, sans succès, elle ne semble pas vouloir bouger. " Juliet, il faudrait ranger, et je dois aller voir ma soe- " Stop. Elle n'est pas au courant. Elle ne sait pas qu' il a une soeur, ni même de la famille ici. Personne ne sait rien de lui. Gideon doit garder le secret pour Gabrielle. C'est pour la protéger qu'il doit  faire cela, mais Juliet n'est elle pas une personne de confiance après le nombre de sauvetage qu'elle a à son actif ? C'est sa rivale, il ne doit pas l'oublier et elle le restera surement longtemps avant que Gideon trouve l'amour, la vie, la famille et le bonheur réunis. Gideon est seul au monde aux yeux de tous et Juliet n'a surement aucune idée de l'existence de Gabrielle. Il se racle la gorge. Si on a plus cours, je dois me rendre quelque part. Je n'ai pas le temps pour... " Pour ? Pour quoi, Gideon ? Pour des enfantillages ? Pour des sentiments ? Pour l'amour ? Il se mord la joue intérieur. Tu en dis trop. Tu parles trop. Il soupire et tente de se lever une seconde fois. Cette fois, elle roule sur le côté et il retombe sur les genoux, au dessus d'elle cette fois. Son visage s'enfouit dans son cou, son nez dans ses cheveux. Il hume l'odeur de son parfum et de son shampoing. Un délice vivant. " P...Pardon. Il faut vraiment que j'apprenne à prendre mon équilibre. " Il roule les yeux vers le ciel et se relève. Il tend la main à Juliet pour l'aider à se relever et la tire vers le haut. Elle se retrouve dans ses bras, les mains sur son torse, le visage dans le coin de sa clavicule. Il adore cette sensation, cette chaleur humaine. C'est différent de toutes celles qu'il a connu avant, et différent de tout ce qu'il a vécu auparavant avec Juliet en elle-même. " Merci pour ... ça. dit-il en regardant la blessure qui n'est plus là, invisible. Il se penche et attrape la stèle de Juliet. " Tu as laissé tomber ça. " Il attrape sa main et la lui pose doucement dedans. Il sourit. Il aime ce toucher et ce contact. Il aimerait ne pas le rompre, mais tout en lui, lui dit de le faire. C'est inévitable, il faut qu'il s'en aille et qu'il court se cacher loin. Gideon n'est pas un lâche mais en amour, il a toujours agi de façon stupide, surtout avec Juliet. Seulement, il a dit qu'il doit partir. Mais il ne peut pas. Ses pieds restent bloqués, ils ne bougent pas, même si il le voulait. Il reste planté face à elle et il la regarde, encore et toujours. Elle est belle. Elle est magnifique. Tu perds la boule, Gideon, tu vas tomber de haut, Gideon. Pas la peine de se parler à lui-même pour savoir ce qui adviendra du futur. Il se mord la lèvre cette fois. Gideon veut agir, il veut faire quelque chose de défendu. Il s'approche d'elle doucement. Sa main se poste derrière sa nuque et il tire doucement la demoiselle vers lui. Sa tête se penche et puis, ses lèvres se posent de façon légère sur celles de Juliet. Il en a rêvé pendant toute la séance d'entrainement et le voilà qu'il fait ce qu'il voulait faire depuis tant de temps. Il a l'impression que cela fait des heures que son ventre le tiraille que son coeur le martèle. Ses lèvres ne quittent pas celles de Juliet. Elles sont ancrés en elle. Il refuse de partir. Sa deuxième main se pose sur sa hanche et il se presse davantage contre Juliet. Le souffle coupé, il rompt le baiser. " Je dois... J'ai quelque chose à faire... " Pas la peine de parler, Gideon, on sait que tu veux rester là. Il ne recule pas pour autant, il en est incapable.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Jeu 7 Juil - 22:13

Juliet est complètement ailleurs, à la seconde même où elle s’est écroulée sur Gideon, elle a oublié tout ce qui l’empêchait d’être avec lui comme le fait qu’il était un abruti d’impulsif. Tout ce qui reste c’est l’odeur du garçon, son corps sur le sien et le fait qu’elle a très envie de rester près de lui, de ne pas le quitter qu’importe les conséquences du lendemain. Mais au fond d’elle, une petite voix lui fait remarquer qu’il va la repousser, parce qu’il est lui tout simplement et qu’il ne reste jamais, fuyant à chaque fois ce genre de rapprochement entre eux, comme un lâche. Alors quand il commence à faire un mouvement pour la soulever, elle ne réagit pas se laisse faire pour finir assise sur ses cuisses le détaillant comme si elle ne l’avait jamais vu et comme si demain elle ne le verrait plus jamais. Son souffle est pénible et elle a l’impression que son cœur qui cogne dans sa poitrine résonne dans toute la pièce. Elle ne veut pas qu’il parte, elle veut qu’il reste mais elle n’a pas la force de s’y opposer et quand il essaie de se relever c’est juste son poids qu’elle le veuille qui le bloque sur le sol. Parce qu’elle ne peut pas s’opposer à ce qu’il veut, parce qu’elle a tout oublié jusqu’à son nom en chutant sur lui et qu’elle ne maitrise tout simplement plus rien. Puis, elle entend les paroles de Gideon comme à travers une vitre ou du coton, les mots peinent à arriver à son cerveau pour les décrypter jusqu’à l’interruption brutale qui lui fait froncer les sourcils. Il doit aller voir qui ? La syllabe lui fait immédiatement penser à un mot mais elle ne le comprend pas, ce n’est pas logique à moins que, une idée germe dans son esprit commence à faire son chemin. Une idée qui est interrompu par la suite des paroles où il dit qu’il n’a pas le temps, elle ne comprend pas vraiment Juliet ce qu’il veut exprimer par là et l’observe interrogative occultant l’idée qui vient de germer dans un coin de sa tête. Elle ressortira plus tard, elle s’y penchera plus tard et finira surement par découvrir la vérité sans piper mot car elle sait tenir les secrets la jeune fille. Le choc de la roulade sur le côté lui arrache un petit cri surpris qui la ramène enfin dans le présent et la tire de la brume dans laquelle elle évoluait. Elle sent son visage dans son cou et son nez dans ses cheveux, un sourire né sur ses lèvres alors que doucement sa main se perd à nouveau dans les mèches brunes. Elle la retire en laissant un rire éclater alors qu’il s’excuse et parle de son équilibre, elle ne vaut pas mieux pour sa part vu la manière dont elle s’est écroulée mais elle ne le dit pas pour autant. Elle accepte la main qui se tend vers elle alors qu’il vient tout juste de se relever et se retrouve dans ses bras comme elle le souhaitait au tout début savourant ce contact en fermant les yeux alors qu’une de ses mains se cramponne à son tee-shirt. Son instinct, son désir parle pour elle sans qu’elle ne le veuille et cherche à s’y opposer, elle se sent bien là, elle ne veut pas le quitter et elle ne veut surtout pas qu’il parte, l’abandonne dans cette salle. Elle rouvre les yeux en entendant ses remerciements et sa main se referme sur sa stèle alors qu’il la dépose dans sa main, elle la range sans rien, prête à faire face à ce qui va arriver. Il l’a dit, il a un truc à faire maintenant que le cours est annulé et il doit partir, alors il va le faire parce que c’est ce qu’il fait toujours fuir ce genre de choses entre eux. Elle plonge son regard dans le sien attendant la suite qui n’est pas du tout ce qu’elle avait prévu et qui la prends par surprise même si au fond cela ne devrait pas tant être surprenant que ça. Il a pris cette habitude de l’embrasser avant de partir sans un mot. Elle s’y est habitué, puisant dans ses baisers la force de continuer parce que les Nephilims n’aiment que passionnément et que c’est ce qu’il y a entre eux. Et puis, elle est forte, elle ne va pas s’effondrer à cause de lui.

Le baiser léger devient plus intense alors qu’elle entrouvre les lèvres comme une invitation pour une danse à deux. Sa main se perd à nouveau dans la chevelure brune, tirant sur quelques mèches quand elle sent Gideon presser leurs corps l’un contre l’autre laissant un gémissement mourir sur ses lèvres. Sa deuxième main glisse le long de sa ceinture et s’y accroche alors qu’elle reprend son souffle maintenant qu’il a rompu leur baiser. Elle l’observe articuler les mots qui doivent justifier sa fuite, une fuite qu’il ne prend pas restant face à elle qui ne souhaite pas le voir partir. Doucement, elle effleure ses lèvres avec les siennes et descend le long de son cou pour y murmurer dans le creux un simple mot. « Reste. » Ce n’est pas une supplique même si elle en crève d’envie, elle refuse de le supplier et cela ressemble presque à un ordre sans l’être vraiment car elle n’a pas la force de l’y contraindre. Elle plonge ses yeux dans les siens et doucement elle capture à nouveau les lèvres de Gideon pour l’embrasser avec passion. Elle s’accroche à lui passant une de ses mains derrière sa nuque tandis que l’autre remonte un peu sous son tee-shirt découvrant les abdos qu’il possède, elle veut le faire rester. Tant pis si demain elle le regrette, tant pis si leur relation prends un tour encre plus compliqué, elle le veut et elle compte bien l’avoir d’autant plus qu’il veut la même chose qu’elle, elle le sent, elle le sait. « Reste. » Le mot sonne un peu plus comme un ordre mais teintée d’une invitation, un simple murmure contre ses lèvres alors qu’elle a rompu le baiser. Elle laisse redescendre sa main et s’accroche à la boucle de la ceinture pour doucement attirer Gideon prêts d’un coin dans l’ombre. Elle s’arrête quand elle sent le mur contre son dos et relâche sa prise, elle le laisse choisir ce qu’il souhaite. Il la suivis jusqu’à ce mur mais il peut encore reculer, partir, faire ce qu’il doit faire qu’importe ce que sait ou laisser tomber cette chose et rester avec elle qui le souhaite douloureusement. Elle ne sait pas comment elle va survivre à la frustration s’il part maintenant mais elle le fera bien qu’elle espère qu’il reste de son propre choix. Elle ne veut pas lui imposer une décision mais son regard accroché à celui du garçon, elle tente de le faire plier à ce qu’elle souhaite. Il n’y a aucun contact entre eux maintenant et pourtant elle a l’impression que la tension loin de descendre ne fait que monter jusqu’à ce que Gideon rompe la distance entre eux pour franchir une limite, car il sera très difficile de retourner en arrière après ça.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Ven 8 Juil - 9:17

Il l'a déteste. Pour tout ce qu'elle fait, pour tout ce qu'elle est, pour ces sentiments qui l'enivrent totalement, pour ce coeur battant la chamade dans sa cage thoracique. Il soupire légèrement. Gideon est perdu. Son esprit est ailleurs, il lui dit de fuir, mais son corps tout entier résiste. Cette fois, elle prononce quelques mots. "Reste" Il aimerait tellement. Il devrait tellement. Gideon ne sait plus quoi faire, quoi dire. Il ne réfléchit même plus. Au début, ils étaient juste là pour entrainer des gamins, et là, ils étaient voués à eux-même et à leurs pulsions. Il rêverait de fuir, mais il ne peut pas. A chaque fois, c'est ce qu'il faisait. Aujourd'hui, il en est incapable. Son corps en a marre de fuir. Il réclame Juliet de tout son être. Gideon échappe un léger soupir mécontent. Elle l'embrasse à nouveau. Ses lèvres se mouvant contre celles de Juliet, il ferme les yeux. Il s'imprègne de l'instant. Il en a tellement rêver que cela parait irréaliste à ses yeux. Il sent les mains de la demoiselle se déplacer sur sa nuque et sur son torse. Il frisonne. C'est agréable, tellement agréable, que Gideon ne sait pas si il doit mettre fin au carnage ou bien continuer. D'habitude, c'est elle qui lui fait la leçon, qui lui rappelle qu'ils sont différents, que c'est un stupide impulsif et qu'elle est douce et intelligente. Aujourd'hui, il n'y a plus de différence. Leurs lèvres se mêlent. Leurs langues se mêlent. Il ne veut pas rompre le contact. C'est tellement merveilleux. Elle murmure un deuxième Reste, dans la foulée. Ô oui, je veux rester, ma belle.

Gideon a réellement rendez-vous cependant. Il doit rejoindre Gabrielle, sa petite soeur, ou cousine, cela dit il préfère que cela ne se sache pas. Qu'elle soit de sa famille ou pas, il préfère la protéger de toute éventualité. On lui en a fait baver autrefois, il refuse que ce soit le cas de Gabrielle. Elle a vécu la belle vie à l'Institut, des amis, des amours, elle n'a jamais été considéré de lâche, contrairement à lui. Il en remercie énormément Terry pour cela. Avant qu'il n'ai plus rétorqué quelque chose à Juliet, le voilà pousser contre un mur avec elle. Elle se colle au mur et le lâche totalement. Elle le fixe de ses prunelles envieuses. Il adore ce regard-là, celui qui le dévore totalement des yeux. Il se mord la joue et sourit, gêné. Gideon ne veut pas la blesser, ni lui faire du mal. Il se refuse de lui offrir ce qu'elle veut. Elle est bien trop magnifique à ses yeux. Elle ne le mérite pas. " Ce n'est pas toi qui me dit toujours que nous sommes différents ? " murmure-t-il. Sa main se lève pour frôler sa joue. Ses doigts parcourent un chemin de sa joue, son front, son nez, sa bouche, et descend dans son cou. Il soupire. Ses yeux se baissent. " S'il te plait Juliet, tu ne me mérites pas... " souffle t-il. Il aimerait reculer mais ne semble pas y arriver pour autant. Tant pis pour la petite soeur, tant pis pour Gaby. Elle comprendra surement l'urgence que c'était de se jeter dans les bras d'une jeune femme comme son ennemie juré, ou peut-être pas. Il déglutit. C'est difficile de rester là, les bras croisés tandis qu'ils se sont épris d'amour quelques secondes plus tôt. Sa main redescend doucement jusqu'à sa main droite. Il l'a prend d'un geste léger et l'apporte à sa bouche. Il dépose un baiser léger sur le dos de la main de Juliet, tel un gentleman. " Tu mérites quelqu'un de mieux pour ton bonheur... " Ses lèvres remontent tout doucement le long de son bras. Il se rapproche petit à petit, et embrasse son cou. Il y dépose des dizaines de baisers. Il remonte jusqu'à la mâchoire de la demoiselle, son menton, sa joue. Il s'arrête quelques instants et la regarde dans les yeux. " Après tout, je suis stupide... " Il dépose un baiser sur son nez. " Idiot... " Cette fois, ses lèvres se posent sur son front. " Un crétin... " Il pose son front contre le sien. Leurs regards ne se quittent plus. Leurs souffles se mêlent. Il sourit légèrement. Il a l'impression d'être heureux, cette fois-ci. Il a l'impression que tout le malheur qu'il a vécu autrefois est parti. Il ne ressent plus que cette envie d'être avec elle, pour toujours. Il se mord la lèvre. Il ne faut pas l'embrasser. Il ne faut plus l'embrasser. " Tu mérites carrément mieux que moi. Tu mérites le garçon que tu as rencontré l'autre jour en boîte, ou même le garçon qui t'a accompagné à la soirée de l'Institut où je n'ai pas été invité. Tu mérites n'importe qui sauf un lâche, Juliet. " Jaloux, Gideon ? Peut-être que c'est possible. Autant il l'a détesté, autant il a rapidement ressenti des choses pour elle. Un baiser après l'autre, il est devenu plus jaloux, plus distant aussi. Il sait qu'il n'a pas le droit de l'aimer, surtout pas elle, une fille Herondale-Blackthorn. Il a préféré l'ignorer et la détester au fond de lui. La rivalité entre eux réveillait malgré tout les sens, les sentiments, l'envie. La preuve en est aujourd'hui. Il n'arrive plus à être un rival, un ennemi, pour elle. Il soupire, son front quitte le sien. Il a reculé un petit peu. Sa main ne quitte pas celle de Juliet. Il l'a contemple silencieusement. " Tu m'as détesté dès le premier jour, pourquoi ce serait différent maintenant ? " Il se pose bien trop de questions. C'est mignon. C'est sa façon à lui de lui prouver qu'il l'aime, mais qu'il ne veut pas le dire, pas l'avouer, qu'il veut la protéger mine de rien. Il veut la protéger de lui, le lâche.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Ven 8 Juil - 16:42

Juliet l’observe contre le mur, elle voit son sourire gêné et prit pour qu’il reste, ne part pas faire ce qu’il a faire pour elle, qu’il abandonne son projet pour elle. Elle écoute sa question et secoue la tête de gauche à droite, pas pour nier ce fait qu’elle emploie régulièrement mais pour le balayer comme un détail sans importance. Car ce n’est pas important leurs différences, personne n’est semblable cela n’a donc aucune valeur. Elle ferme les yeux alors qu’il caresse doucement son visage, un sourire de joie sincère s’épanouissant doucement sur ses lèvres jusqu’à la phrase. Elle rouvre les yeux pour plonger son regard dans celui du garçon qui fuit le contact en regardant le sol. Il n’a pas le droit de dire ça, plus maintenant qu’il a prouvé sa valeur et qu’elle se fiche pas mal de ses parents bien que sous la colère elle dise le contraire. Elle n’en a rien à faire de l’avis des autres, ça se serait de toutes façon si elle s’en souciait vu la manière franche qu’elle a de se comporter avec ses camarades. Ses parents sont morts durant une grande bataille ce qui ne laisse que deux personnes qui pourraient vraiment s’opposer à ce qu’ils font et elle connait assez bien ses sœurs pour savoir qu’elles contenteraient de castrer le français s’il venait à vraiment faire une bêtise. Or, Gideon est idiot mais surement pas à ce point, Juliet le sait et puis, elle ne veut pas penser aux autres ou à un autre alors qu’il est là avec elle, elle veut juste se concentrer sur eux deux, uniquement lui et elle. Elle le fixe, le voit déglutir et sans son cœur sombre quand il fait de même avec sa main, un cœur qui semble se remettre à battre quand il s’empare de sa main pour y déposer un baiser léger avant de remonter le long de son bras jusqu’à son cou. Elle l’écoute sans rien dire, les yeux de nouveau fermés face au contact des lèvres sur sa peau, elle a conscience que le discours du garçon est défaitiste mais aussi que c’est la première fois qu’il s’ouvre ainsi tendre en lui laissant entrevoir la vérité derrière les actions. Alors quand elle sent son front posé sur le sien, elle rouvre les yeux croisant le regard du garçon qui exprime ses émotions aussi bien que ses mots et lui coupent le souffle. Elle veut l’embrasser mais se retient, il n’a pas fini, elle le sent au fond d’elle et elle ne veut pas l’interrompre, pas maintenant. Elle l’écoute sans rien dire encore alors que son cœur se déchire quand il mentionne le garçon de la boite de nuit et surtout le garçon qu’il l’a accompagné à une soirée de l’Institut où un fils de lâche n’était pas le bienvenu. Elle avait d’abord pensé à Gideon juste pour rabattre son caquet à un de ses camarades mais elle avait été invité avant par un autre garçon timide. Un garçon d’une bonne famille sans la réputation de la sienne dont les deux seuls défauts sont sa timidité et son intérêt pour les livres au lieu des armes. Elle n’avait pas pu dire non, elle ne voulait pas le blesser alors que d’autres les entendaient et s’apprêtaient à se moquer de lui, elle avait accepté en tant qu’amie parce qu’elle apprécié ce garçon. Son souffle est rauque, elle peine à sortir de ses émotions face à ce que lui dit Gideon, ses paroles la touchent et elle le trouve encore plus mignon, plus attirant sous ce jour-ci que lors de leurs disputes. Alors quand il recule, elle serre sa main plus fort, pour le retenir, pour qu’il l’écoute parce qu’elle ne veut pas le laisser partir ainsi.

La question la heurte de plein fouet, elle ne s’y attendait et elle écarquille les yeux surprise en comprenant rapidement le chemin emprunté par le garçon dans ses pensées. Un léger soupir s’échappe de ses lèvres et elle l’observe doucement, serrant toujours sa main dans la sienne, l’autre venant doucement voler sa joue pour y déposer une caresse légère. Elle plante ses yeux dans les siens alors que sa main libre vient doucement contre la ceinture du garçon logeant certains de ses doigts dans un passant du pantalon sans se soucier de ce qu’il peut penser. « Je ne t’ai pas détesté dès le premier jour... Je t’ai haïe parce que tu n’étais qu’un gosse arrogant qui n’en faisait qu’à sa tête alors que tu avais l’étoffe d’un grand chasseur d’ombre. Ensuite, j’ai appris à te connaître et j’ai cessé de te haïr, tu m’as juste paru désespérant mais surtout agaçant... Et c’est normal que cela évolue, on n’était que des gosses à l’époque, deux orphelins aux destins différents mais qui voulaient la même chose au fond, on a grandie, on a changé et nos...le reste...notre relation a évolué... » Les mots peinent à sortir, elle ne sait pas comment les exprimer, elle ne sait pas comment exprimer ce qu’elle veut après ce qu’il lui a dit mais il le faut. Doucement, elle rompt la distance entre eux, leurs corps se frôlent et leurs souffles se mêlent à nouveau, leurs lèvres à quelques centimètres l’un de l’autre. « Le garçon de la boite de nuit est un terrestre, je ne souhaite pas le mêler à cette vie, il ne comprendrait pas. Pour lui, je suis juste une fille qui ressemble beaucoup à toutes les filles qu’ils côtoient mais qui est aussi très différente sans qu’il ne sache pourquoi. Il finira par partir, comprendre que la femme de sa vie est juste à côté et qu’il ne la voit pas parce qu’il préfère baver sur les pompom-girl. Quand à l’autre garçon, je comptais t’inviter toi, au début mais comme il m’a invité en première, j’ai accepté. Les autres le trouvent moins doués, inutile dans ce moment de guerre et je voulais les faire taire tout simplement. Aucun d’eux ne m’attirent, que se soit ces deux là ou un autre, enfin pas autant que toi, Gideon, t’es unique. Je me fiche de ce que tes parents ont fait et je veux que tu arrêtes de te penser lâche, tu ne l’es pas, tu l’as prouvé tout à l’heure devant la cible. T’es impulsif et irréfléchie mais pas lâche comme tes parents, ce n’est pas une tare génétique, ce n’est pas l’héritage qu’ils t’ont légués... » Juliet se mords la lèvre en se rendant compte qu’elle insulte les parents de Gideon, qu’elle entretien l’histoire familial qui lui a valu sa réputation. Elle veut lui montrer qu’il a pris le meilleur de ses parents pour devenir un grand chasseur d’ombre et qu’ils seraient fiers aujourd’hui de le voir mais elle est sur de s’y prendre comme un manchot. Se rapprochant de lui, elle effleure ses lèvres avec les siennes, passent doucement sa main dans ses cheveux avant de déposer de léger baiser le long pour remonter le long de son oreille qu’elle caresse de son souffle. « Je te connais, Gideon Pucey, je sais qui tu es et je me fiche de ce que les autres peuvent penser. Tu es courageux et tu es un grand chasseur d’ombre. Si c’est ton nom de famille qui pose problème, changes-le, je suis prête à te céder le mien, pour t’aider... Parce que tu me mérites autant que lui... » Doucement, elle revient face à lui pour soutenir son regard, sa proposition reste entre eux, une proposition qu’elle ne compte pas retirer, ni aujourd’hui ni jamais. Elle connait le poids d’un nom, le fait d’être une Blackthorn-Herondale est à la fois un privilège et un fardeau car tout le monde s’attend à une attitude de votre part, à ce que vous rentriez dans un moule. Et si Juliet porte ce poids avec facilité aujourd’hui, elle se souvient qu’enfant, elle avait peur de ne pas être à la hauteur, de ne pas être une grande guerrière et faire honte à son patronyme. Alors elle comprends un peu la situation de Gideon et elle est prête à l’aider quitte à tout perdre car pour le moment, il n’y a que lui qui compte, et seulement lui.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Dim 10 Juil - 10:08

Les mots de Juliet touchent Gideon. Ils le touchent en plein coeur, de plein fouet. Il aimerait tellement lui dire les mêmes mots, mais aucuns mots sortent de sa bouche. Il fixe ses prunelles sombres, un léger sourire sur les lèvres. Pour elle, il semble être différent de tous. Pour elle, il semble être le bon. Il soupire doucement. Au fond de lui, Gideon ne veut pas y croire, il ne peut pas y croire. Il a vécu tant de choses depuis son arrivé à l'Institut, qu'une opportunité comme celle-ci se présentant si soudainement, n'est pas normal, n'est pas rationnelle. Finalement, il recule. Pourquoi il la croirait ? Pourquoi il l'aimerait ? Au fond de lui, tout lui dit de ne pas reculer, de l'embrasser fougueusement, mais Gideon n'est pas prêt pour ça. Il se mord la joue. C'est trop difficile pour lui de se confier ou d'aimer pour le moment. Il a perdu tant de personnes et de moments merveilleux dans sa vie, qu'aujourd'hui, il veut faire abstraction du bonheur. Il déglutit difficilement, fixant toujours la demoiselle. " Je ne peux pas Juliet. " Il ne peut pas maintenant, il ne pourra jamais. Il se mord la lèvre. Elle peut voir surement son anxiété, mais il s'en fiche. Il est sérieux. Il ne peut pas continuer ce petit jeu. Lui aussi il l'a détesté, il l'a aimé, mais il se refuse de continuer ainsi. Elle est bien trop importante à ses yeux pour qu'elle s'arrête à un seul homme. Il attrape sa main gauche, doucement, tendrement. Il la porte à son coeur, et la pose sur son torse. " Aujourd'hui, c'est impossible pour moi. De... De rester et de continuer à t'embrasser. " Se confier c'est rare venant de lui. Il a tellement de mal à exprimer ses sentiments. Il ne l'a jamais fait auparavant, ni à sa soeur, ni à son oncle, ni à personne, même Louis ne sait pas tout sur lui. Personne ne sait rien sur lui. C'est une statue de pierre sans sentiments. Il inspire profondément l'air. Elle est compact et il se sent mal. Il étouffe dans cette pièce, seul avec elle, et ses sentiments. Il lâche sa main. Elle l'a laisse sur son torse. Il soupire à nouveau. Il semble terriblement désolé, mais au fond il n'a pas le choix. Il avance vers Juliet, ses pas poussent la demoiselle à se coller au mur. " Promets moi de ne pas m'en vouloir... " Il s'approche dangereusement de ses lèvres, une dernière fois. Il n'attend même pas le feu vert de la demoiselle, ses lèvres sont déjà collés aux siennes. Elles se déplacent à l'unisson et il savoure ce dernier instant. Il oublie tout le reste un moment.

La porte de la salle d'entraînement s'ouvre et une voix retentit. L'oncle de Juliet. Gideon recule d'un geste vif, les joues légèrement rouges, le souffle coupé. Il s'avance vers eux, le regard interrogateur. " Je venais voir si vous aviez ranger. D'autres attendent la salle. " Gideon acquiesce légèrement, il se penche et attrape un couteau. " C'est le dernier et nous avons terminé. " Gideon a retrouvé son sérieux et son calme. Ses yeux sont devenus plus terne, plus neutre. Il n'ose pas regarder la demoiselle. L'oncle de celle-ci soupçonne quelque chose. Il fronce les sourcils. Gideon a peur qu'il les ai vu. Ce serait mauvais pour elle, autant que pour lui. Il refuse que la demoiselle en soit victime. Elle mérite mieux que ça, mieux que des réprimandes. " Quels sont vos programmes de l'après-midi ? " La voix de l'oncle de Juliet est froide et rauque. Gideon a des frissons. Il n'aime pas réellement cet homme. Il lui fait l'effet d'une douche froide à chaque fois qu'il le croise. Il se mord à nouveau la joue. C'est un tic chez lui, de se mordre quelque part. " Je comptais m'entrainer, sauf si il y a des missions importantes. " L'instructeur lui fait un signe de tête et se tourne vers sa nièce. Gideon ne sait pas quoi faire à part la regarder, elle aussi. C'est la première fois qu'il voit son expression face à son oncle. Elle est silencieuse et semble totalement froide et renfermé. Il fronce les sourcils. Comme ils sont encore proches, Gideon ne peut s'empêcher de frôler sa main et de caresser le dos de celle-ci pour la rassurer. Il est là malgré tout, il ne peut pas partir, c'est trop dur pour lui.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Dim 10 Juil - 12:20

Juliet le laisse reculer en se mordant la lèvre inférieur, elle s’attendait à tout sauf à ce recul même si finalement cela lui semble la seule réaction logique de Gideon. Quand ses mots arrivent à ses oreilles, elle hausse un sourcil et se retient de se braquer pour lui demander pourquoi au juste il ne peut pas, cela n’apporterait rien de bon et elle n’a pas envie d’une dispute. Elle le laisse se saisir de sa main pour la poser sur son torse, à l’emplacement de son cœur, elle écarte doucement les doigts ayant l’impression de sentir le cœur du garçon battre à travers le tissus de son tee-shirt et de sa peau. Elle déglutit et le fixe dans les yeux, l’écoute en se mordant la lèvre, en se retenant de lui hurler dessus qu’il est qu’un crétin et qu’il a intérêt à rester sinon elle le raye de sa vie. Elle a mal rien qu’à l’idée du fait qu’il va la planter après ce qu’elle lui a dit, elle veut juste le faire souffrir avec des mots, des promesses qu’elle ne tiendra jamais car elle ne pourra pas. Elle sait ce qu’elle ressent pour lui, elle ne l’avoue pas encore parce que c’est tout simplement rare qu’elle se l’admette à elle-même. Il y a des jours où elle comprend la situation, l’envisage sous l’angle qu’elle devrait l’envisager et d’autres jours où poussée par la colère, elle se braque, nie tout en bloc, enfin il n’y a pas que la colère qui la pousse à agir ainsi, il y a sa fierté et la peur de le perdre. Parce que c’est un crétin qui fonce sans jamais réfléchir, qu’il a tout d’une étoile filante qui s’éteint rapidement trop rapidement et elle ne veut plus perdre de proches Juliet. Elle a déjà perdu ses parents alors elle refuse de perdre quelqu’un d’autres, c’est égoïste, digne d’une petite princesse pourrie-gâtée mais c’est ce qu’elle est en plus d’être une sale peste prétentieuse. Alors quand Gideon se rapproche d’elle à nouveau, elle recule doucement et quand elle se retrouve bloquée contre le mur et qu’il lui demande de ne pas lui en vouloir, de lui promettre, elle est perdue. Elle ne comprend plus rien, elle ne doit pas lui en vouloir pourquoi ? De ne pas être assez bien pour elle ? C’est un tissu d’idiotie ces arguments. Du fait qu’il va la planter là en la frustrant un maximum ? Elle n’est pas sur qu’elle pourra ne pas lui en vouloir, cela dépendra du garçon sur lequel elle se jettera pour compenser et de ses capacités de celui-ci, enfin si elle le fait réellement. Elle est perdu et ne sait pas quoi répondre jusqu’à ce qu’elle sente ses lèvres sur les siennes. Instinctivement, elle répond à ce baiser, s’accroche à lui avant de lâcher sa main pour passer la sienne dans ses cheveux derrière sa nuque tandis que l’autre descend le long du tee-shirt pour passer dessous. Elle veut le faire rester et elle veut imprimer le contour de ses abdos qu’elle trace du bout de ses doigts. Si ses caresses ne le font pas rester au moins elle pourra se dire qu’elle a réussit à découvrir un peu plu son corps et cela sera une maigre consolation. Quant à sa promesse de ne pas lui en vouloir, elle ne voit absolument pas comment elle le pourrait sur le moment, trop prise dans ces émotions.

Quand la porte s’ouvre et que la voix de son oncle retentit, elle écarquille les yeux et le maudit, ce crétin ne peut donc pas éviter de se pointer comme ça et gâcher ce moment. Elle se passe la main dans es cheveux tentant de reprendre son souffle et d’afficher la mine la plus innocente possible ce qui est peine perdue vu que son souffle est tout aussi court que Gideon et ses joues d’une belle teinte pivoine qui ressort avec ses cheveux blonds. Elle écoute son oncle, la réponse de Gideon fixant un point loin derrière son oncle qui s’est rapproché d’eux pour éviter de croiser son regard, elle n’a pas honte mais elle est sur qu’il les a surpris et elle ne veut pas en parler. Mais quand il leur demande leur programme de l’après-midi, elle réagit instinctivement en se braquant pour fixer son oncle d’un regard polaire directement dans ses yeux en se demandant ce qu’il cherche réellement à savoir à travers cette question. Il n’a pas cherché à dissocier son programme de l’après-midi de celui de Gideon donc il les a clairement surpris et cherche à en savoir plus ainsi en déviant la conversation. La réponse de Gideon lui parvient détournant l’attention de son oncle pendant quelques secondes avant de revenir vers elle. Elle lui fait face en réfléchissant sans rien trouver à répondre puisque celui-ci à foutu sa journée en l’air avec un changement à la dernière minute. Elle avait prévu de flâner un peu en ville puis d’étudier ses cours pour le reste de la matinée avant de les terminer après le déjeuner pour ensuite passer à un entrainement. Sauf qu’elle n’a pas pu entamer ce programme et que du coup, elle ne savait pas comment réorganiser sa journée d’autant plus qu’elle n’avait absolument plus envie de travailler mais juste de se taper le garçon à côté d’elle. Elle sent la main du garçon venir doucement caresser la sienne et elle l’observe du coin de l’œil remarquant ses sourcils froncés face à son attitude glaciale qui doit le surprendre après tout elle n’est pas réputé pour ne pas s’entendre avec sa famille. Le problème c’est qu’elle sait que son oncle apprécie Gideon en tant que chasseur d’hommes mais pas en tant qu’homme à cause de ses fréquentations et qu’il craint que le garçon la fasse souffrir inutilement. Et puis, sa réputation entacherait directement celle de Juliet et beaucoup d’autres garçons chercheraient à lui prouver qu’elle vaut mieux que ça. En sommes, ils devraient se battre pour s’affirmer et son oncle connait les dégâts que cela peut faire alors il préfère qu’elle soit avec un autre, elle a conscience c’est pour ça qu’elle ne lui a jamais parlé des baisers. Sauf que maintenant, il les a surpris et il ne la lâchera surement pas car ses parents morts, il est de sa responsabilité de s’occuper d’elle et de ses sœurs donc de veiller à leur sécurité et à leur bonheur. « Je ne sais pas encore. De bases, j’avais prévu de faire mes devoirs pour l’Université, ce matin et de m’entrainer cet après-midi mais ta demande a complètement changer mes plans alors, je ne sais pas... » Son ton est froid et cassant, un ton qu’elle emploie rarement et son oncle en semble affecter au point qu’il lâche un léger soupir. Il a du noter l’accusation dans sa voix qui regroupait plus que sa demande de ce matin et comprendre que Juliet ne souhaitait absolument pas évoquer Gideon. « Je vois... La salle d’entrainement est prise pour le reste de la journée et aucune mission importante n’est à remplir. Mais il y a une salle un peu plus long dans l’étage que vous pourriez utilisez cette après-midi. C’est une ancienne salle d’entrainement et personne ne l’utilise plus, enfin officiellement puisque j’y vais de temps en temps. Vous y seriez tranquille... La clé est dans mon bureau, vous aurez qu’à la prendre... Bon, je vais aller prévenir les autres que la salle est disponible. » Juliet se retient de lever les yeux au ciel face au regard de son oncle qui lui fait comprendre, qu’ils discuteront plus tard mais qu’elle n’y coupera pas avant de partir. De nouveau, seule pour quelques minutes, elle fait face à Gideon avec une attitude moins froide et moins fermée mais qui le reste encore un peu. « Ca te dérange qu’on s’entraine ensemble cette après-midi ? Je ne voudrais pas te forcer à quoique se soit surtout si tu ne peux pas... » Elle l’observe ne se demandant s’il va accepter ou fuir en trouvant une excuse bidon. Elle aimerait le revoir et tenter de continuer leurs entrevues cette après-midi voir même tout de suite dans cette autre salle secrète mais elle sait que Gideon a autre chose de prévu avec une autre. Elle en crève de jalousie mais elle tente de ne pas le montrer, elle ne sait pas qui est cette autre mais elle a intérêt à être de sa famille quand elle connaitra son nom car sinon elle ne répondra plus de rien.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Lun 11 Juil - 15:59

Gideon écoute l'oncle de Juliet. Il le fixe. Il se tait. Il préfère ne rien dire et attendre pour qu'il parte, silencieusement. Il se mord la lèvre. Gideon sait que l'instructeur est au courant, qu'il a tout vu et qu'il est clairement contre l'idée que Gideon et Juliet sortent ensemble. C'est normal après tout, Gideon est le fils de deux lâches, son nom est entaché, rien de va de son côté alors que Juliet est tout le contraire. Il soupire tandis que l'oncle quitte la pièce. Juliet l'observe un instant avant de lui poser une question fatidique. Il sourit légèrement. Que faire ? Que dire ? A vrai dire, Gideon a l'embarras du choix, mais il ne sait réellement pas quoi faire. Il aimerait rester avec elle, toute la journée si il le pouvait. Cependant, il se doit de rejoindre Gaby dans quelques heures, à la maison, comme si de rien était. Il ne supporterait pas de la rendre triste et mécontente et il ne supporterait pas non plus que Juliet se retrouve seule. C'est un choix difficile, très difficile, mais Gideon pense que Juliet pourrait comprendre. Sa main toujours dans celle de Juliet, il la retire délicatement et s'approche d'elle pour retirer une mèche folle de cheveux sur son visage et la mettre derrière son oreille. Il lui sourit. Il s'agit là d'un vrai sourire sincère, un des plus beaux que Gideon ai pu faire dans sa vie. Il l'observe. Elle est toujours jolie, toujours belle, en quelques minutes elle n'a pas changé. Son visage est le même. Sa moue froide et distante aussi. Il la connait presque par coeur, cette rivale de toujours.

"J'ai quelque chose à faire. " Sa voix rauque semble directe et froide, mais ce n'est pas le sentiment qu'il veut émettre. Il se racle la gorge et continue. "Je veux dire, je dois voir mon oncle et ma cousine dans une heure, je ne peux pas rester avec toi." Il s'approche davantage d'elle, sa main n'a pas quitté sa position. Ses doigts glissent sur sa joue délicate. Son sourire redouble d'intensité. "Même si je rêverais de rester avec toi, Juliet..." Ces dernières paroles sont émises dans un souffle léger. Il s'approche encore d'elle, son visage est à quelques centimètres du sien. Il peut voir qu'elle est vexée. Tenace comme elle peut l'être, il est presque sûr qu'elle va refuser de le voir partir, encore, mais il a vraiment besoin de quitter l'Institut pendant un moment. Il a besoin de réfléchir, de se faire une idée de tout ce qu'il s'est passé. " Si tu veux, on se rejoint dans celle salle "secrète" dans quelques heures, ou bien, ce soir. " souffle t-il à son oreille. Il n'a rien derrière la tête, il pense juste que c'est la meilleure solution à lui proposer. Une alternative à ce départ précipité. Il lui sourit davantage. Elle est magnifique, et ça, il ne pourra décidément pas changer d'avis sur cet vision d'elle. Son coeur bat à tout rompt. Ses lèvres ne demandent qu'à l'embrasser à nouveau. Son corps tout entier brule de se coller à elle et de la sentir contre lui. Gideon se retient. C'est un homme avec du bon sens, il se refuse de se jeter comme un lion affamé sur une femme comme elle. Elle n'est pas n'importe qui à ses yeux. Il sourit doucement et dépose un baiser sur sa joue. "Ne m'en veux pas, mais j'ai besoin... " Sa phrase reste en suspens. Tais toi donc, tu vas tout gâcher. " J'ai besoin de me faire à l'idée que tu es folle de moi. " Il échappe un léger rire coquin. C'est une façon pour lui de lui montrer qu'il est toujours le même. Il ne perd pas ses habitudes pour la taquiner, l'embêter, la rendre folle. Il recule d'un geste rapide, manquant de l'embrasser au passage. Sa main toujours dans la sienne, il tire Juliet de la pénombre. Il ne veut pas se cacher. Elle mérite mieux qu'un baiser d'adieux dans un coin perdu. Le sourire aux lèvres, il la fixe de ses yeux émerveillés. Il se tait et la contemple. Gideon n'a rien à dire. Il a perdu tout les mots qu'il aurait pu dire encore une fois pour se racheter de partir si vite. Gideon est amoureux d'elle. Oui, cela est vrai. Mais, faut-il déjà qu'il s'en rende compte lui-même. Sa main libre monte sur la joue de la demoiselle. Il attend son accord, silencieux, adorateur de la créature qu'elle est face à lui. Ô oui, Gideon, tu es amoureux, mon cher.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Lun 11 Juil - 18:27

Juliet attends la réponse de Gideon et quand il lui explique qu’il a autre chose à faire, elle sent la jalousie monter d’un cran comme si le fait de le savoir ne suffisait pas, il faut qu’il le redise. Mais la suite l’apaise, il s’agit de son oncle et de sa cousine, elle les connait de vu et elle ne voit pas vraiment comment ils pourraient représenter une menace pour elle, l’inceste étant condamner chez les chasseurs d’ombres. Ils pourraient s’opposer d’une autre manière mais Juliet craint surtout une rivale, une rivale qui pourrait la priver définitivement du garçon. Elle le laisse jouer avec sa mèche de cheveux qu’il a repositionner habilement en lui donnant l’impression d’être quelqu’un d’important pour lui, quelqu’un qu’elle n’aurait jamais pensé être. Elle l’écoute, un poil vexé qu’il privilégie sa famille à elle alors que ses gestes tendres semblent montrer un attachement fort. Elle n’est pas habituée à être délaissé et elle aimerait qu’il reste comme la petite princesse pourrie-gâtée qu’elle est sauf qu’elle ne peut pas parce qu’elle est suffisamment mature pour se contenir. Elle l’écoute, ce flot de parole qui vient en partie calmer son ressentiment surtout quand il propose de la retrouver plus tard, dans quelques heures ou le soir même. Un sourire ironique s’affiche sur ses lèvres, elle a conscience qu’il voit ça comme une alternative et non une invitation tendancieuse mais elle, elle y a pensé notant toute la symbolique de la chose. Elle se sent mieux jusqu’à ce qu’il termine son discours par quelque chose qui lui fait immédiatement rouler des yeux, elle ne peut pas s’en empêcher face à cette remarque complètement stupide. Elle s’est détendu depuis le départ de son oncle et grâce à son comportement ce qui est une vraie chance pour lui, car sinon elle lui aurait mis un coup dans ses parties juste pour avoir formulé cette idée. Elle se laisse tirer dans la lumière le détaillant alors qu’elle sent la main de Gideon sur sa joue et voit dans ses yeux la demande silencieuse qu’il lui fait. Joueuse, elle caresse cette main et l’enlève pour lier ses doigts avec ceux de celle-ci avant de franchir la distance qui rester entre eux. A quelques millimètres des lèvres du garçon, elle passe sa main libre derrière sa nuque pour l’attirer et l’embrasser avec ardeur. Une minute, c’est le temps qu’elle lui accorde avant de rompre le baiser pour s’amuser avec sa lèvre inférieur pendant un instant avant de la relâcher. « On se retrouve à seize heures dans la salle pour s’entrainer et tu as intérêt à être à l’heure, puceau, parce que sinon je ferais de ta vie un véritable enfer... » Sans ajouter un mot, elle effleure les lèvres du garçon et relâche sa main avant de quitter la pièce. Elle a besoin de prendre l’air, de faire ses devoirs et de remettre un semblant d’ordre dans pensées chaotiques.

Seize heures, Juliet est passée dans le bureau de son oncle cinq minutes plus tôt pour piquer la clé de la pièce et s’y rendre afin de découvrir les lieux. A l’instar de la salle d’entrainement c’est une salle assez grande avec des cibles et des parcours sauf qu’elle est beaucoup plus poussiéreuse et sombre à cause de son inutilité. Et puis, elle ne peut pas s’empêcher de remarquer qu’il y a plus de tapis que dans l’autres ainsi que ce qui ressemble étrangement à des draps et lui arrachent une grimace. Visiblement son oncle ne se sert pas que de cette salle pour s’entrainer aux combats réglementaires et si elle ne s’en étonne pas, il n’est toujours pas mariés, elle n’apprécie pas vraiment d’avoir la preuve sous les yeux. Durant l’après-midi, elle a eut le temps de finir ses devoirs et surtout d’enfiler une tenue plus adéquate à un entrainement que celle rapide qu’elle avait enfilé ce matin. Ses cheveux blonds sont attachés en une queue de cheval tandis qu’elle porte un pantalon noire sur un haut noir, une tenue simple mais qui grâce à sa coupe la transforme non pas en simple guerrière mais en guerrière sexy. Profitant du fait que Gideon n’est pas encore arrivé car elle ne doute pas qu’il se pointe, elle entreprend d’aménager l’espace pour qu’il pousse s’entrainer tranquillement et aussi de l’éclairer afin qu’il ne combatte pas dans le noir complet. Une fois ses préparations sommaires faites, elle s’approche de certaines cibles pour s’entrainer avec son arc qu’elle a amené ainsi que d’autres armes. Doucement, elle vise le cœur de chaque cible en reculant à chaque fois d’un pas en arrière pour s’en éloigner de plus en plus. Elle est une grande archère mais elle ne se repose jamais sur ses acquis, s’entrainant régulièrement et en gagnant en calme. C’est d’ailleurs ce calme qui lui permet d’oublier tout ce qu’il y a autour d’elle y compris le fait que Gideon risque de bientôt arriver et qu’elle n’a pas arrêter de penser à lui depuis leur entrevue du matin, enfin jusqu’à ce qu’elle se mette à tirer des flèches vers ses cibles.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Mar 12 Juil - 13:23

Debout devant la porte de la salle d'entrainement, il hésite. Il a passé les dernières heures en présence de son oncle et de sa soeur. Ca lui a permis d'oublier Juliet un instant, mais son esprit était bien occupé à se remémorer leur entrevue du matin. Il ne sait pas pourquoi mais cette attraction pour elle est d'autant plus forte depuis qu'il sait qu'il va la revoir à l'instant même où il aura franchi le seuil de la porte. Il se mord la joue. Est-ce une bonne idée ? Il ne sait même pas si il pourra retenir son calme et son impulsivité si elle le plaque au sol lors d'un combat. Il ne sait pas non plus si ils vont vraiment s'entrainer ou faire autre chose d'ailleurs. Un soupir s'échappe d'entre ses lèvres. Il aperçoit vite une lumière tamisante, légère et fade à travers la vitre de la porte. Il n'aperçoit pas la silhouette de Juliet. Finalement, il pose une main sur la poignée et l'enclenche. C'est l'entrée fatidique du tombeur.

" Juliet ? " Il murmure doucement son nom, s'avançant dans la pièce. Elle sent la poussière et le vieux. Gideon a horreur de ça. Ca le rend malade, ça le fait tousser. Il est presque allergique à tout ce qui contient de la poussière. Il se mord la joue, manquant un toussotement. Il aperçoit la silhouette de la demoiselle au fond de la pièce, une arc à la main. Elle s'entraine déjà. Juliet ne perd jamais le nord pour s'entrainer, c'est l'une des meilleures. Gideon apprécie ses capacités et des connaissances, mais au fond, il déteste être le deuxième. Depuis toujours, ils se sont chamaillés. Depuis toujours, son coeur s'est emballé à cause d'elle, que ce soit d'énervement ou d'excitation pure. Il s'approche à pas de loup, fixant la demoiselle lancer ses flèches. Elle est doué, c'est sans équivoque la réalité. Il sourit légèrement. Il se sent presque fier de ses capacités en tir à l'arc. Il arrive à sa hauteur et se poste à côté d'elle tandis qu'une flèche s'abat sur la cible. " Salut. " souffle t-il. L'odeur de la pièce le rend malade. Il sent sa gorge le piquer et sa vue de brouille à force de cligner des yeux. Il n'avait pas prévu un tel changement d'environnement pour leur entrainement. Elle a la main et il est faible. C'est pas du jeu. " C'est un peu poussiéreux non ? " affirme t-il avec un rire léger et rauque. Il ne sait pas quoi dire depuis leur dernière entrevue. Il se souvient de la chaleur de ses baisers, de ses mains sur son torse. Il rêverait presque que cela se reproduise, mais Gideon doit se contenir, il se l'est promis. Gabrielle lui a demandé de bien réfléchir avant d'agir, car elle se méfie de Juliet depuis toujours. Elle est bien faite pour être sa soeur, aussi méfiante qu'une pierre. Gabrielle l'a souvent croisé et elle a toujours entendu Juliet dire des choses futiles et faibles sur Gideon, comme si elle cherchait à trouver une raison valable pour le détester. Gideon n'avait écouté que d'une oreille, mais c'était assez pour retenir certains éléments des dires de sa soeur. Il soupire et s'affale sur le sol. Il croise les jambes en tailleur et lève la tête pour regarder la demoiselle écarquiller les yeux. Il ne sourit pas et détourne le regard. " Bon, on est là pour s'entrainer ou pour se tourner les pouces ? " Il s'allonge de tout son long sur le sol et fait l'étoile. Il s'étire de tout son long. Ses membres se détendent doucement. C'est une sensation magnifique qu'il ressent là. Il a l'impression de ne pas s'être étiré depuis des années. Il inspire profondément et soupire bruyamment avant de rouvrir les yeux et de se relever d'un bond. " J'ai besoin de te mettre la raclé, ça me permettra de me sentir mieux. " L'ancien Gideon est de retour, toujours aussi tranchant et glacial. Mais au fond, son regard meurt dans les yeux de la demoiselle. Il se noie dans ses yeux comme il se noierait dans une piscine. Son sourit ravageur redouble d'intensité. Il ajuste son t-shirt froissé et se poste devant elle. " T'a peur Blackthorn ? " Il maintient le regard et fronce légèrement les sourcils. Il la cherche. Il la taquine. Il veut quelque chose qu'il n'aura surement pas. Gideon a envie d'elle autant qu'avant, mais pour le moment, il veut s'amuser, se défouler. Sa seule présence le rend heureux, mais il ne le montre pas.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   Mar 12 Juil - 13:58

Juliet se concentre sur sa cilbe, oubliant tout ce qui l’entoure pour n’avoir que la cible, la flèche et son arc dans ses pensées. Elle oublie son entrevue du matin et son pouls se calme, faisant baisser la tension dans son corps et son désir comme si plus rien ne pourrait jamais la perturber à l’avenir. La cible est atteinte à chaque fois alors qu’elle ne casse de reculer en complexifiant la chose et en anesthésiant un peu plus son corps à chaque lancé. Prise dans ses pensées, elle n’entend pas Gideon rentrait et elle ne prend conscience de sa présence que quand il se rapproche d’elle en réveillant ses désirs enfouis du matin avec son léger souffle pour la saluer. Elle tourne la tête vers lui et remarque que le changement d’environnement ne lui réussit pas trop ce qui lui arrache un sourire moqueur, il a un problème avec la poussière le Pucey. Cela la fait sourire et quand il pose la question, elle ne peut pas s’empêcher de laisser son rire éclater dans la pièce, un brin moqueuse mais sans avoir l’attention de le vexer car elle tient trop à lui. « Oui, ça l’es un peu…Mais cette salle est peu utilisé aussi… » C’est un constat simple pour elle et elle s’y attendait aussi elle hausse un peu les épaules face à cette question bien que sa voix reste neutre et non moqueuse ou ironique. Elle ne veut pas déjà le braquer, pas alors que son corps lui rappelle leurs baisers de ce matin et la manière dont elle avait découvert une partie de son torse. Elle le laisse s’effondrer sur le sol et tente de capter son regard sans succès ce qui lui arrache une grimace, visiblement sa famille s’est amusée à le prévenir contre elle. Elle se retient de croiser les bras et de marmonner des insultes mais elle en crève d’envie alors elle l’écoute en se contrôlant au maximum. Quand il se relève et lui annonce son besoin, elle affiche de nouveau un sourire et sans lui répondre sa dirige dans un coin pour déposer son arc et son carquois plein de flèches ce qui amène une question qui lui fait lever les yeux au ciel. Elle revient bien vite se placer face à Gideon pour le fixer dans les yeux et afficher une moue ennuyé et dédaigneuse face à sa remarque. « Avoue que tu aimerais bien, Pucey ! Mais non, j’ai préfère me délester de mes armes pour éviter de te blesser par erreur… Allez viens essayer de mettre une raclée alors qu’on sait tous les deux que tu n’en es pas capable. » Juliet fait signe à Gideon d’attaquer en se mettant en position, elle fait semblant d’attendre quelques secondes avant de se rapprocher de lui rapidement de lui pour porter un coup.

Le combat continue sans qu’aucun d’eux ne prenne l’avantage jusqu’à ce que Juliet finisse au sol avec Gideon au-dessus d’elle. Elle s’est laissé captiver quelques secondes de trop par le regard du garçon qui en a profité pour la mettre au sol. Grognant, elle ne cherche pas à se dégager s’allongeant sur le sol comme pour se rendre afin de le déstabiliser. Son plan fonctionne puisque le garçon relâche son attention quelques secondes de trop qu’elle met à profit pour se saisir de son col et l’attirer à elle pour l’embrasser. Elle n’a pas put s’empêcher, elle en a besoin encore plus après ce matin et ce combat et elle se fiche royalement de ce que les autres peuvent en penser. Elle finit pourtant par rompre le baiser en replaçant sa tête contre le sol pour se plonger dans les yeux du garçon. « Désolé, j’en avais besoin…tu m’as manqué depuis ce matin… » Deux petites phrases entrecoupées de son souffle court qui montre l’intensité de leur combat. Deux petites phrases empreinte de vérité qu’elle ne cache pas alors qu’elle se laisse totalement captiver par le regard de Gideon.
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: (gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones   

 
(gideon&juliet) ★ I got this feeling inside my bones
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» Roxy Juliet Montgomery ☆ Si vous avez des larmes, préparez-vous à les verser.
» oh sometimes i get a good feeling[17/05 à 13h46]
» 05. Can't fight this feeling anymore.
» Bed, stay in bed, the feeling of your skin locked in my head

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: