Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 I really need you + Fitzthorne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOOctavia Bettsthorne

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
A little bit dangerous
but baby that's how I want it

Je suis à Chicago depuis le : 27/06/2016 et j'ai déjà payé : 79 factures et gagné : 400 gains. Il paraît que : Phoebe Tonkin On m'appelle : wolfgang et pour mon profil je remercie : morrigan et wolfgang

Je suis : bisexuelle

PUT ON YOUR DOLL FACES
GO BACK TO BE IN PLASTIC

Octavia l'ancienne Nephilim, l'ancienne chasseuse d'ombre de la rébellion mordu par un loup, reniée par sa famille et maintenant seconde de la meute du nouvel ordre. Octavia, c'est la tempête. Caractère bipolaire, un jour ça va, l'autre non. Quand ça ne change pas à la seconde. Elle aime ou elle n'aime pas, y a pas de juste milieu. Elle vit au jour le jour, n'a pas spécialement de projet. Octavia elle est étrange, probablement un peu trop sauvage. Elle aime pas qu'on l'approche, elle aime pas qu'on lui parle. Généralement, c'est elle qui décide. Octavia, c'est une badass.

minutieuse, charmeuse, honnête, hautaine, arrogante, prétentieuse, indomptable, sournoise, rancunière, égoïste.


Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    Mar 5 Juil - 20:38


I really need you
feat. Octavia & Jeremiah
Elle était dans cette ruelle sombre entendant le rire de Jasper se répercutant contre les pierres délabrés. Elle entendait les moqueries qu'il avait à son encontre, toutes les piques qu'il s'amusait à lui lancer. Plus vite feignasse. Qu'il avait lancé riant une nouvelle fois. Et la brune accélérait le pas avant de dessiner une rune sur son avant bras. Tu triches. Il trichait tout le temps et la Nephilim ne cessait jamais de lui faire remarquer. La mission était terminé et plutôt que rentrer directement à l'institut, Jasper s'amusait à la faire tourner en rond, jouant de son agilité pour la perdre dans les endroits peu fréquentés de Chicago. Jasper, il faut qu'on rentre. S'exclamait-elle fatiguée de cette partie de cache-cache qu'il avait lui même lancé. Et c'était à ce moment précis qu'elle entendait le hurlement. Le hurlement poignant que son frère venait de lancer ainsi que la douleur fulgurante qui l'a prenait à la poitrine. Elle pressait le pas Octavia s'engageant dans une course effrénée. Assez rapide pour voir le loup sauter par dessus un muret. Et il était là, gisant sur le sol, baignant dans une flaque de sang. Non, non, non. Elle hurlait de douleur se précipitant sur le sol, se fichant bien d'être à son tour imbibé. La stèle en main, elle dessinait l'Iratze au dessus du coeur de Jasper, la main tremblante, les yeux embués. Ca allait marcher, il allait pas mourir maintenant, pas comme ça. [...] Les choses se troublaient autour d'elle, enveloppés dans une sorte de brume, elle distinguait la silhouette de son père avançant dans le pénombre. Sa mère était là aussi. Pleurant sans s'arrêter. C'est de ta faute Octavia, tout ça c'est à cause de toi. Elle secouait la tête affolée tenant toujours le corps inanimé de son frère contre elle. C'est pas vrai, il va revenir.. Il va revenir sanglotait-elle alors que la voix de son géniteur venait recouvrir la sienne avec bien plus de puissance. Il est mort à cause de toi ! L'accusation venait se répandre sur la Nephilim qui avait la sensation de suffoquer. « Jasper ! Je peux encore le sauver. »

Des mains venaient s'abattre sur son visage. Changement de décor soudain. « O, regarde-moi, je suis là. » Les yeux vide, la louve semblait déconnectée du réel. Présente physiquement, bien loin mentalement. « Ce n’était qu’un cauchemar O, les effets du virus vampirique. Tu es chez nous O, tu es chez toi. » Elle entendait une voix lui parler, voix bien trop lointaine. Et la panique commençait à la submerger. Elle voulait se débattre, partir aider son frère. Le sauver. Bien sûr qu'elle pouvait le sauver. Mais la brune elle semblait clouée sur place, totalement paumée. Elle sentait un frôlement sur sa peau. Son front, ses joues, son nez et finalement ses lèvres. Jeremiah. Elle semblait le voir pour la première fois, ses pupilles s'agrandissant alors qu'il stoppait l'échange pour l'attirer contre lui. « C’est bientôt fini O, je reste avec toi. Tout ira bien. Je suis là. » Les mains de la jeune femme, tremblante, s'accrochait au corps du sorcier semblant se servir de cette prise comme d'une ancre dans le monde réel. Y avait la fatigue qui la submergeait et pourtant, elle ne pouvait se résoudre à fermer les yeux une nouvelle fois. Pas après ça. Elle pouvait pas revivre ça. C'était de ma faute. Il est mort à cause de moi qu'elle murmurait alors, effrayée par la conclusion. Ses parents ne détestaient pas les loups, ils la détestaient elle. Et c'était pour ça qu'ils s'étaient servit du prétexte de la morsure pour la rejeter le plus loin possible. C'était à cause de moi. Elle l'avait pas sauvé, elle était à la traîne et si elle était restée à ses côtés, il aurait pu avoir une chance. Elle avait précipité la mort de son parabatai et le poids de la culpabilité venait s'abattre sur ses épaules. Octavia, elle battait des cils tentant de chasser les larmes qui obstruaient ses pupilles sans grande conviction. C'était à cause d'elle. Et elle n'arrivait pas à chasser cette fatalité de son esprit. Tout était de sa faute. J'aurais du mourir à sa place.

Et cette phrase tournait en rond dans sa tête, entrechoquant ses pensées, faisant une place dans son esprit. L'immortel continuait pourtant à prendre soin d'elle, s'appliquant à la recoucher, remontant les couvertures sur sa peau moite. « Je reviens dans trente petites secondes, il faut qu’on fasse baisser cette fièvre, même pour une louve-garou c’est trop là… » Octavia, elle se contentait de fixer le plafond, comme si elle n'entendait pas ce qui pouvait se passer autour d'elle. Au final, elle ne réagissait que quand un gant d'eau froide venait s'abattre sur son front. « Courage O… » Elle le fixait finalement, ses prunelles le suppliant silencieusement. Je dois mourir, ils avaient raison, j'aurais du mourir. Elle aurait du utiliser cette dague pour mettre fin à ses jours la brune. Elle aurait du le faire pour apaiser ses souffrances et celle qu'elle avait pu infliger aux autres. La brune, elle avait la sensation de se battre intérieurement avec elle même. Tenter de démêler le faux du vrai. C'était un rêve.. murmurait-elle plus pour elle même. C'était juste un rêve parce que les choses ne s'étaient pas passés comme ça. C'était pas ça l'histoire. Elle arrivait plus à savoir ce qui était vrai ou pas. Aurait-elle pu le sauver ? Était-elle réellement coupable ? Son mal de crane ne cessait d'augmenter s'apaisant par moment quand l'immortel imbibait un peu plus le gant qu'il déposait sur elle.

Octavia, elle clignait des yeux à plusieurs reprise semblant reprendre conscience des choses. Les choses autour d'elle était peut être un peu plus nette, moins floutées. Elle tendait la main cherchant à retrouver celle de Jeremiah une nouvelle fois, l'attirant vers elle une fois fait. Elle le voulait à ses côtés. Son visage n'était plus qu'à quelques millimètres du sien, scrutant chaque centimètre de sa peau. Les doigts de la louve venait se poser sur la bouche du sorcier, dessinant doucement les contours à plusieurs reprise. Il était là, il était réel. C'était le reste qui était faux. Embrasse moi pour de vrai qu'elle chuchotait doucement. Pour de vrai. Pas un simple frôlement, pas juste pour une demi seconde. Quelque chose de vrai, de réel.
Post 21, 1215 mots

© MADE BY SEAWOLF.



SO NOW TAKE ME INTO YOUR LOVING ARMS ☆
And, darling, I will be loving you 'til we're 70. And, baby, my heart could still fall as hard at 23. And I'm thinking 'bout how people fall in love in mysterious ways maybe just the touch of a hand well, me—I fall in love with you every single day and I just wanna tell you I am --- (anya est grave baisable, thanks) ☆

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
57/77  (57/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOJeremiah Fitz
Je suis à Chicago depuis le : 04/05/2016 et j'ai déjà payé : 684 factures et gagné : 635 gains. Il paraît que : Jamie Bell est mon double. Schizo je joue aussi : Lehr O'Siodhachain. On m'appelle : Luiyna et pour mon profil je remercie : Shiya & Tumblr.

Je suis : en train de tomber pour les beaux yeux d'une louve
Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    Mer 6 Juil - 0:49


❝All that is gold❞
Octavia & Jeremiah
does not glitter. Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost.
La jeune femme s’était réveillée en sursaut, encore hantée par son cauchemar, elle avait eu du mal à se raccrocher à la réalité. Il avait semblé à Jem’ qu’elle n’était vraiment revenue qu’à l’instant où il avait déposé ses lèvres sur les siennes. Elle s’accrochait à lui comme s’il était la dernière chose tangible en ce monde, et au vu ce qu’elle lui avait dit plutôt, peut-être que c’était vrai. L’anglais réalisait à quel point elle semblait presque dépendante de lui, malgré deux ans avec la meute du Nouvel Ordre, il restait son seul ancrage. Ça le touchait autant que ça l’effrayait, il craignant tant de ne pas se montrer à la hauteur de ses attentes, il était si cynique, brisé par son passé, terni par la noirceur de ses crimes… S’il avait arrêté de compter les cadavres après la première année, il n’avait oublié aucun visage et il y en avait énormément… beaucoup trop pour établir un nombre. Comment tenir à quelqu’un d’aussi ignoble que lui ? Il ne tuait même pas parce qu’il aimait ça, comme c’était le cas pour certains, non, c’était juste pour cette sensation de paix que cela lui procurait, ça ne le rendait pas plus heureux, pas plus malheureux non plus, mais il se sentait comme apaisé. Un peu comme quand il s’adonnait aux plaisirs charnels avec les courbes féminines de ses nombreuses conquêtes. C’était un sentiment éphémère, mais c’était toujours ça de pris.

Il l’entendit murmurer sans comprendre tout de suite ce qu’elle disait jusqu’à ce qu’elle le répète. « C'était à cause de moi. » Il était presque certain que c’était faux, elle n’avait jamais parlé des circonstances, mais il la connaissait la brune, il savait que ça ne pouvait pas être vrai. Sans doute que son cauchemar avait pris ses souvenirs et en avait superposé d’autres par-dessus. « J'aurais du mourir à sa place. » Le sorcier tiqua. Et se retint de répliquer, il ne supportait pas de l’entendre dire de telles choses mais il savait que c’était l’effet de la fièvre en grande partie. Il décida donc que la seule façon de l’empêcher de dire des âneries pareilles était de faire baisser sa température. Aussi s’éclipsa-t-il un instant pour ramener de quoi diminuer la fièvre. « Je dois mourir, ils avaient raison, j'aurais du mourir. » Il grimaça, il avait déjà eu envie de tuer les parents de la jeune femme à l’époque, ce n’était pas la peine de ranimer cette haine. Il n’avait pas compris la réaction de ces stupides Nephilims, ils n’étaient même pas certains qu’elle serait contaminée, que déjà il l’avait considérée comme morte. Pour un être qui, comme lui, avait perdu toute sa famille, la réaction des Chasseurs d’Ombres n’avait pas eu le monde sens. « Ça suffit Octavia. » dit-il d’un ton sec. « Je t’interdis de dire ça, tu m’entends ? » siffla-t-il entre ses dents, la colère s’insinuant dans sa voix malgré ses efforts pour la contenir. « Peu importe ce que tu viens de voir dans tes songes, ce n’était pas vrai. » reprit-il en tachant de calmer sa colère alimenté par l’angoisse que les délires de la jeune femme faisait naître en lui. Et si elle ne lui avait jamais pardonnée de l’avoir sauvée ? Si elle finissait par se donner la mort ? Pourrait-il le supporter ?

La louve finit peu à peu par reprendre ses esprits. Sans doute que les linges humides qu’il plaçait régulièrement sur son front aidait à calmer la fièvre et les délires avec. Elle vint même attraper la main de l’anglais avant de l’attirer à elle. Leur visage se faisaient face, si proches qu’il sentait le souffle d’Octavia se mêler au sien. Il frissonna quand elle vint passer ses doigts sur ses lèvres. « Embrasse moi pour de vrai » chuchota-t-elle à peine. Un léger sourire étira les lèvres du sorcier, il faillit lui répliquer qu’il l’avait déjà fait, mais il savait au fond ce qu’elle voulait dire par là. Pas juste un effleurement de lèvres, pas le genre de baiser que certaines familles se font entre eux pour se saluer, un vrai baiser. De ceux qui vous transcendent. Il se pencha pour éliminer les quelques millimètres qui les séparaient encore pour que leur bouche se rencontrent à nouveau. Lentement, ses lèvres se mirent à jouer avec celles de la jeune femme, sensuellement comme une dance entre deux amants. C’était bizarre pour Jem’ d’embrasser quelqu’un à qui il tenait réellement pas une conquête d’un soir qu’il ne reverrait probablement jamais. Enfin… bizarre n’était peut-être pas le terme adéquat, c’était différent pour sûr. Il y avait de la douceur dans ce baiser, de la tendresse, énormément, de la passion aussi. Sans rompre leur baiser il vint s’allonger doucement à ses côtés, sa main venant se glisser sur sa hanche avant de poursuivre sa course dans le creux de ses reins pour serrer leur deux corps ensemble. Son autre main elle était venue se poser dans le cou de la louve, alors que la langue de l’immortel venait quémander l’entrée pour entamer une danse langoureuse avec celle de la jeune louve. Pourquoi avait-il attendu aussi longtemps déjà ? Non. Ne répondez pas. Merci bien.

Il finit par interrompre le baiser, d’une parce que, immortel ou non, il avait besoin de respirer –contrairement aux sangsues– de deux parce qu’il s’inquiétait toujours de l’état de la brune. « Comment tu te sens O ? » s’enquit-il ses lèvres toujours si près de celle de la louve qu’elles venaient les effleurer à chaque syllabe. Si on lui retournait à la question en cet instant la réponse serait probablement « Merveilleusement bien. » Alors qu’il n’allait jamais bien d’habitude, encore moins merveilleusement.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 1018 MOTS.






Dernière édition par Jeremiah Fitz le Dim 17 Juil - 17:10, édité 1 fois

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOOctavia Bettsthorne

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
A little bit dangerous
but baby that's how I want it

Je suis à Chicago depuis le : 27/06/2016 et j'ai déjà payé : 79 factures et gagné : 400 gains. Il paraît que : Phoebe Tonkin On m'appelle : wolfgang et pour mon profil je remercie : morrigan et wolfgang

Je suis : bisexuelle

PUT ON YOUR DOLL FACES
GO BACK TO BE IN PLASTIC

Octavia l'ancienne Nephilim, l'ancienne chasseuse d'ombre de la rébellion mordu par un loup, reniée par sa famille et maintenant seconde de la meute du nouvel ordre. Octavia, c'est la tempête. Caractère bipolaire, un jour ça va, l'autre non. Quand ça ne change pas à la seconde. Elle aime ou elle n'aime pas, y a pas de juste milieu. Elle vit au jour le jour, n'a pas spécialement de projet. Octavia elle est étrange, probablement un peu trop sauvage. Elle aime pas qu'on l'approche, elle aime pas qu'on lui parle. Généralement, c'est elle qui décide. Octavia, c'est une badass.

minutieuse, charmeuse, honnête, hautaine, arrogante, prétentieuse, indomptable, sournoise, rancunière, égoïste.


Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    Mer 6 Juil - 2:07


I really need you
feat. Octavia & Jeremiah
Elle aurait tellement voulu que les choses soient différentes. Que l'aveu de ce que voulait réellement ne soit pas rythmé par une fièvre mordante et des hallucinations terrifiantes. Parfois, elle avait imaginé ce moment. Et peut être que comme toutes les filles, elle avait rêvée de la perfection. Que ça soit fait au moment opportun et que tout aille bien. Octavia, elle n'avait jamais voulu d'un conte fée digne des plus grandes histoires. Elle n'était pas le genre de princesse qui avait besoin d'être sauvée et qui ne vivait que pour un amour tiré par les cheveux. Mais elle avait imaginé que les choses pourraient être belle. Réellement. Et bien sûr que la finalité de la conversation tournait exactement dans le sens qu'elle voulait, c'était le à côté qui ne suivait pas. Elle pouvait dire adieu à la romance d'une nuit puisque toujours secouée par le venin vampirique, elle faisait bien pâle figure. Oh, Jeremiah il l'avait vu dans des états pire que celui-là. Leurs première rencontre avait été du à une morsure de loup et cinq ans en arrière, ce n'était pas de la fièvre qui l'endommageait mais bel et bien une marre de sang qui l'enveloppait. C'était plus où moins le jeu quand on venait d'un monde comme le leurs mais la brune, elle aurait voulu que pour une fois, les choses se passent parfaitement bien. Peut être bien qu'il avait raison l'immortel. Que la morsure qu'on lui avait infligée lui avait fait débiter des tas de paroles qu'elle aurait du garder pour elle. Mais pour rien au monde elle n'en changerait l'issu. Parce qu'elle avait Jeremiah maintenant. Elle l'avait pour de vrai, de la façon dont elle l'avait toujours voulu. Et peut être que le chemin serait long et tortueux, qu'il ne serait pas aisé pour que le sorcier s'ouvre réellement à elle mais, la louve, elle le connaissait assez bien pour savoir qu'il ne jouait pas. Pas avec elle. Et s'il acceptait ce début d'histoire, c'était parce qu'elle comptait réellement. De la façon dont elle le voulait. Son était n'était pas merveilleux, si elle n'était pas en train d'agoniser, on ne pouvait pas non plus dire qu'elle se portait comme un charme. Le cauchemar qui l'avait sortit de son sommeil un peu plus tôt ne l'aidant pas à aller mieux. Et les mots qui sortaient de sa bouche sonnaient comme désespérés. Voilà ce qu'elle était ; désespérée. « Ça suffit Octavia. » Il était rare de l'entendre employer un ton pareil à son encontre. « Je t’interdis de dire ça, tu m’entends ? » Elle cherchait pourtant pas à lui causer de la peine Octavia, elle n'avait jamais voulu le faire. Mais peut être qu'elle aurait du mourir plutôt que renaître comme un démon aux yeux des ses parents. « Peu importe ce que tu viens de voir dans tes songes, ce n’était pas vrai. » Vrai. Ce n'était pas l'exacte vérité, ce n'était pas totalement faux pour autant. Ne te fâche pas Jé.. C'était pas ce qu'elle cherchait, elle voulait pas subir sa colère ce soir. Les mots étaient juste sortit de sa bouche et elle sentait dans le ton de la voix du sorcier que c'était bien loin de lui plaire.

Et plutôt que continuer sur cette pente là, la louve clignait à plusieurs reprises des yeux avant de faire sa demande. C'était comme s'il la ramenait sur terre à chaque fois que ses lèvres se posaient sur les siennes et elle voulait sentir une nouvelle fois cette sensation. En des milliers de fois plus prononcés. Alors Octavia, elle désirait un vrai baiser. Pas les deux droits qu'ils avaient échangés et qui pouvait sembler ridicule au plus haut point. Des ses pupilles chocolat, elle voyait le visage de Jéremiah s'approcher un peu plus du sien réduisant totalement l'espace qu'il pouvait y avoir précédemment. Puis y avait le contact. La peau de la jeune femme s'embrasait immédiatement, son coeur battant la chamade, sa respiration prenant un rythme saccadé. Elle mouvait ses lèvres contre celle du sorcier. D'abord avec douceur, ensuite avec envie. Peut être un mélange des deux en fait. Leur premier baiser. Leurs deux corps se collant ensemble comme s'ils étaient destinés à s'appartenir, les mains de l'immortel sur sa peau lui procurant bien trop de frisson. Elle tombait pour lui à chaque seconde Octavia. Et doucement elle entrouvrait la bouche laissant sa langue entrer en contact avec celle de l'immortel. Elle aurait voulu que ce moment dure une éternité. Que les sensations à l'intérieur d'elle même ne s'arrête pas. Jamais elle n'avait ressentit ça pour personne et il déclenchait tellement de chose chez elle Jeremiah.

Les paupières toujours fermés, elle laissait le sorcier rompre doucement le partage qu'il venait d'avoir. Son souffle continuait à s'abattre sur sa peau et tout ce qu'elle souhait était recommencer. Il lui appartenait vraiment. Elle ne le voyait pas comme un objet la louve, pas comment quelqu'un qu'elle pouvait posséder mais.. Il était sien. Et c'était la seule chose qui importait ce soir. « Comment tu te sens O ? » Elle réouvrait ses yeux chocolats mordillant légèrement la lèvre inférieure de Jem avant de sourire. Plutôt pas mal à vrai dire. Bien sûr qu'elle n'était pas au top de sa forme, que la fièvre était toujours présente et qu'il lui faudrait encore quelque temps avant que tout ne soit évacué mais, il était là et rien que pour ça, ça allait. Sa main venait se poser doucement sur le visage de l'homme qui comptait tant à ses yeux caressant avec une douceur infini chaque millimètre de sa peau. Je suis désolée pour ce soir murmurait-elle alors. Fallait dire qu'elle avait débarquée chez lui à l'improviste dans un état frôlant la panique avant d'hurler à la mort quand il avait cherché à la soigner. Le tout couronner par une crise de nerf qu'elle avait finit par lui piqué et maintenant, des hallucinations pour bien clôturer le tout. Ouais, elle pouvait au moins s'excuser pour la soirée éprouvante qu'elle lui faisait passer. [b]Et d'un autre côté, je ne le suis pas qu'elle finissait dans un sourire. Parce que ce soir, c'était aussi leurs début à eux deux et pour ça, elle ne demanderait pas pardon.
Post 23, 1161 mots

© MADE BY SEAWOLF.



SO NOW TAKE ME INTO YOUR LOVING ARMS ☆
And, darling, I will be loving you 'til we're 70. And, baby, my heart could still fall as hard at 23. And I'm thinking 'bout how people fall in love in mysterious ways maybe just the touch of a hand well, me—I fall in love with you every single day and I just wanna tell you I am --- (anya est grave baisable, thanks) ☆

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
57/77  (57/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOJeremiah Fitz
Je suis à Chicago depuis le : 04/05/2016 et j'ai déjà payé : 684 factures et gagné : 635 gains. Il paraît que : Jamie Bell est mon double. Schizo je joue aussi : Lehr O'Siodhachain. On m'appelle : Luiyna et pour mon profil je remercie : Shiya & Tumblr.

Je suis : en train de tomber pour les beaux yeux d'une louve
Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    Sam 9 Juil - 2:10


❝All that is gold❞
Octavia & Jeremiah
does not glitter. Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost.
Le sorcier savait qu’au départ Octavia avait eu du mal à voir ce qu’il avait fait comme un sauvetage et la réaction qu’avait eu les parents de la Nephilim y était pour beaucoup. Mais c’était il y a plus de cinq ans déjà, il ne pensait pas que c’était toujours d’actualité… L’entendre le dire après tout ce temps… C’était trop et il n’avait pas réussi à s’empêcher d’hausser le ton envers la jeune femme.  « Ne te fâche pas Jé.. » avait-elle demandé. Jem’ avait soupiré, elle avait raison, ce n’était pas sa faute si c’était ce qu’elle ressentait… mais ça le blessait tout de même. C’était bête, mais quand la louve disait ce genre de choses cela lui donnait le sentiment qu’il n’était pas assez bien, pas suffisant pour qu’elle voie le positif d’avoir survécu même en étant devenue ce qu’elle était. Ça lui donnait l’impression d’avoir échoué –encore une fois– à sauver une Nephilim à laquelle il tenait. Elle était en vie, mais malheureuse de l’être. Evidemment il savait que le venin n’était pas étranger à tout ça, mais au fond… il devait bien y avoir une part de vérité ? Et c’était ça le plus difficile, savoir qu’au fond de son cœur la jeune femme avait encore des doutes, une part d’elle-même pensait encore qu’elle aurait mieux fait de mourir ce jour-là, que Jeremiah n’aurait jamais dû empêcher l’Alpha de la tuer.

Pourtant, elle finit par lui demander de l’embrasser, de vraiment l’embrasser. Et c’est ce qu’il avait fait, pas besoin de lui dire deux fois, tant il était heureux d’accéder à la requête de la brune. Baiser qu’il avait fini par interrompre pour savoir comment la jeune femme se sentait. Après tout la soirée avait été plutôt rude pour elle. « Plutôt pas mal à vrai dire. » avait-elle sourit après être venue lui mordiller la lèvre. « O… » soupira-t-il bien que son ton était clairement plus amusé que réprobateur. « Tu sais bien que ce n’était pas ce que je demandais… » souffla-t-il avant de venir poser le dos de sa main contre le front de la jeune fille. La fièvre avait bien baissée même si elle restait toujours présente. La main de la jeune femme elle, était venue se poser sur le visage de l’immortel caressant sa peau tendrement. Il frissonna, cela faisait si longtemps qu’il n’avait pas eu ce genre de relation avec quiconque. « Je suis désolée pour ce soir. Et d'un autre côté, je ne le suis pas. » avait-elle murmuré en finissant sa phrase par un sourire. Le sorcier ne put s’empêcher de lui rendre son sourire lui aussi. Il savait exactement ce qu’elle ressentait, il était désolé de tout ce qu’il lui avait fait subir ce soir, l’eau bénite en tête de liste, et d’un autre côté il ne l’était absolument pas. « Idem. » avait-il soufflé avant de revenir capturer les lèvres d’Octavia pour leur second vrai baiser. Même si cette nouvelle situation entre eux était un peu angoissante pour lui –et s’il se plantait ? et s’il la perdait ?– il comptait pourtant bien tout faire pour que cela marche et en profiter un maximum.

Si le premier baiser avait été doux, sensuel, celui-ci était plus passionné, plus fiévreux, comme s’il y mettait toutes ses années qu’ils avaient perdu à ne pas oser dire, ou même voir, à quel point ils tenaient l’un à l’autre. Il aurait voulu l’embrasser encore et encore, indéfiniment jusqu’à en oublier de respirer. Il goûtait ses lèvres, sa peau en descendant ensuite le long de sa mâchoire, dans son cou où trônait toujours cette immonde morsure. Pourtant il vint l’embrasser aussi, comme s’il voulait laisser sa marque par-dessus celle de la sangsue. Les mains du sorcier glissaient le long des hanches et des côtes de la jeune femme dont la peau était mise à nu tandis que ses lèvres revenaient trouver celle de la louve. « Je suis tellement désolé. » souffla-t-il en posant son front sur celui de la louve, et il ne s’excusait pas que pour ce soir. Il s’excusait de ne pas l’avoir sauvée plutôt il y a cinq ans, pour qu’elle ne devienne pas ce que ses parents haïssaient tant, il s’excusait pour avoir mis autant de temps à comprendre ce qu’elle représentait pour lui et il s’excusait aussi des circonstances dans lesquelles cette révélation s’était faite. Il s’excusait pour toutes ces choses, même celles sur lesquelles il n’avait eu aucun contrôle, surtout celles-là d’ailleurs. « Est-ce que… est-ce que tu regrettes vraiment toujours de ce que tu es devenue ? » demanda-t-il doucement, hésitant à poser la question, celle dont il redoutait le plus la réponse. « Est-ce que tu… Tu m’en veux toujours d’être intervenu face à l’alpha ? » voilà. C’était dit. Il n’était toujours pas certain de vouloir connaître la réponse, mais il en avait besoin. S’ils voulaient avancer tous les deux, il avait besoin de savoir ça. Même si la réponse ne devait pas lui plaire, il fallait qu’il sache.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 912 MOTS.






Dernière édition par Jeremiah Fitz le Dim 17 Juil - 17:11, édité 1 fois

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOOctavia Bettsthorne

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
A little bit dangerous
but baby that's how I want it

Je suis à Chicago depuis le : 27/06/2016 et j'ai déjà payé : 79 factures et gagné : 400 gains. Il paraît que : Phoebe Tonkin On m'appelle : wolfgang et pour mon profil je remercie : morrigan et wolfgang

Je suis : bisexuelle

PUT ON YOUR DOLL FACES
GO BACK TO BE IN PLASTIC

Octavia l'ancienne Nephilim, l'ancienne chasseuse d'ombre de la rébellion mordu par un loup, reniée par sa famille et maintenant seconde de la meute du nouvel ordre. Octavia, c'est la tempête. Caractère bipolaire, un jour ça va, l'autre non. Quand ça ne change pas à la seconde. Elle aime ou elle n'aime pas, y a pas de juste milieu. Elle vit au jour le jour, n'a pas spécialement de projet. Octavia elle est étrange, probablement un peu trop sauvage. Elle aime pas qu'on l'approche, elle aime pas qu'on lui parle. Généralement, c'est elle qui décide. Octavia, c'est une badass.

minutieuse, charmeuse, honnête, hautaine, arrogante, prétentieuse, indomptable, sournoise, rancunière, égoïste.


Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    Dim 10 Juil - 18:41


I really need you
feat. Octavia & Jeremiah
Jamais elle ne pourrait demander pardon pour avoir enfin réussit à avouer plus ou moins ce qu'elle pouvait ressentir pour le sorcier. Parce que mine de rien, les sentiments qu'elle pouvait avoir à son encontre avaient prit beaucoup trop de place. Et peut être qu'elle n'aurait pas pu supporter de garder le silence pendant encore trop longtemps. Alors non, elle demanderait pas pardon pour tout ce qui venait de se passer parce que malgré le calvaire qu'elle venait de vivre, y avait une finalité à tout ça. Elle avait Jeremiah. Elle l'avait réellement, il était à elle et à partir de maintenant, elle pouvait le garder. Elle n'avait plus à le partager, à faire comme si rien ne la dérangeait et surtout, y aurait plus d'autres filles. C'était juste elle et lui et c'était tout ce qui comptait. Elle n'avait besoin de rien d'autre. Elle fermait les yeux goûtant une nouvelle fois à la tendresse d'un baiser de Jeremiah. Puis à la passion ardente qui émanait de celui ci. Et elle se collait contre son corps laissant passer toute l'envie qu'elle pouvait ressentir pour lui. Puis quand ses lèvres dérivaient sur sa peau, embrassant avec légèreté son cou elle frissonnait s'accrochant un peu plus à lui. Elle savait pas comment il voyait les choses et peut être bien qu'Octavia, elle était beaucoup plus attachée à lui que ce qu'il pouvait l'être avec elle, mais elle savait que quelques part ils étaient fait pour être ensemble. Elle en était convaincu la louve, elle était convaincu que la seule personne avec qui elle voulait être était l'immortel et personne d'autre. Un nouveau baiser et elle inspirait profondément alors qu'il reprenait la parole. « Je suis tellement désolé. » Et elle arquait un sourcil sans vraiment comprendre où est ce qu'il voulait en venir. Désolé de quoi au juste ? Parce qu'il n'avait rien fait. Absolument rien. Et c'était plutôt à elle de s'excuser pour être un boulet. Octavia, elle avait le chic de se mettre dans des situations merdique à chaque fois. C'était pas sa faute, elle était juste comme ça mais pour la peine, c'était à elle de s'excuser. « Est-ce que… est-ce que tu regrettes vraiment toujours de ce que tu es devenue ? » Oh. Cette conversation. C'était peut être pas la meilleure idée au monde que de parler de ça maintenant. Tout allait bien et elle était heureuse là Octavia. Elle était juste heureuse et elle n'avait pas envie que tout soit gâché à cause de ça. « Est-ce que tu… Tu m’en veux toujours d’être intervenu face à l’alpha ? » Elle soupirait secouant la tête avant d'user de ses mains pour se redresser. Désormais assise sur le lit, elle relevait ses cheveux un peu trop humide se mordant la lèvre à plusieurs reprise. Oh, elle savait que c'était à cause de ce qu'elle avait dit en se réveillant mais en parler maintenant qu'elle avait les idées un peu plus claire n'était pas spécialement bon signe. C'est compliqué. Qu'elle avait finit par murmurer sachant pourtant par avance qu'il ne s'en tiendrait pas à ça. Alors la brune, elle finissait par reprendre la paroles, réfléchissant aux mots qu'elle pourrait employer. Je n'aime pas ce que je suis. Regarde moi Jem', regarde moi. Elle passait ses mains sur son visage secouant la tête. J'suis un animal. Comment veux tu que j'aime ce que je suis ? C'était pas possible. Elle était passé de moitié à ange à une bête. Et c'était affreux, elle avait du mal à le supporter. Mais je t'en veux pas Jem.. Si tu m'avais pas sauvé je ne t'aurais pas toi. Bien sûr que parfois, elle se surprenait à penser qu'il aurait été mieux qu'elle meurt et même si elle gardait les choses pour elle pour ne pas le blesser ouais, parfois elle le pensait. Mais à côté de ça, mourir il y a cinq ans lui aurait empêché de construire tout ce qu'elle avait pu avoir avec lui et c'était pas envisageable. Arrête de te torturer avec ça d'accord ? Parce qu'elle le connaissait l'immortel et elle ne voulait pas qu'il culpabilise pour quoi que ce soit. Qu'il se mette en colère ni même autre chose du genre. Tu regrettes de m'avoir sauvé ? murmurait-elle finalement. Elle avait besoin de savoir en fait. De savoir si quelque part, il ressentait une once de regret. Je te serais toujours reconnaissante pour tout ce que t'as pu faire pour moi. Ca, c'était certain. Parce qu'il avait été d'une aide et d'un soutien que peu de gens étaient capable d'apporter. Mais si tu m'avais laissé partir, peut être que les choses auraient été plus facile.
Post 25, 900 mots

© MADE BY SEAWOLF.



SO NOW TAKE ME INTO YOUR LOVING ARMS ☆
And, darling, I will be loving you 'til we're 70. And, baby, my heart could still fall as hard at 23. And I'm thinking 'bout how people fall in love in mysterious ways maybe just the touch of a hand well, me—I fall in love with you every single day and I just wanna tell you I am --- (anya est grave baisable, thanks) ☆

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
57/77  (57/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOJeremiah Fitz
Je suis à Chicago depuis le : 04/05/2016 et j'ai déjà payé : 684 factures et gagné : 635 gains. Il paraît que : Jamie Bell est mon double. Schizo je joue aussi : Lehr O'Siodhachain. On m'appelle : Luiyna et pour mon profil je remercie : Shiya & Tumblr.

Je suis : en train de tomber pour les beaux yeux d'une louve
Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    Lun 11 Juil - 21:21


❝All that is gold❞
Octavia & Jeremiah
does not glitter. Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost.
Jeremiah avait toujours eu une certaine ouverture d’esprit en ce qui concernait les Créatures Obscures, après tout il en était une. Mais il n’était ni comme les faeries qui se pensaient supérieurs à tout le monde, ni comme les loups ou les vampires qui se livraient leur sempiternelle guerre qui ne trouverait probablement jamais de fin. Si les Sorciers étaient sans doute les plus opportunistes, les plus individualistes, ils étaient aussi les plus tolérants, d’une certaine manière. Evidement l’anglais lui ne tolérait ni les Terrestres ni les Nephilims depuis plusieurs décennies à présent mais c’était un cas un peu particuliers, auparavant il n’avait aucun problème avec eux. Et puis même aujourd’hui, finalement, il ne gardait pas une si grande rancœur envers les Chasseurs d’Ombres, après tout, il en avait sauvé une, il l’avait recueillie pendant plus de 5 ans à ses côtés, et il ne l’avait même laissé partir que par obligation. Mais maintenant, maintenant il ne la laisserait plus jamais partir. Il voulait la garder à ses côtés, pour ce qu’elle était, toute entière, pour sa part Nephilim qui, malgré tout, restait enfouie dans son cœur, et pour sa part louve, qu’il avait toujours jugé magnifique, sans doute un peu par le côté dangereux et sauvage, mais également car il avait toujours trouvé cet animal comme l’un de plus noble et des plus fascinant.

Il la regardait se redresser pour s’asseoir sur le lit, avant de relever ses cheveux, lui offrant une vie de son cou et de la ligne de son dos, qu’il ne put s’empêcher de venir effleurer du bout des doigts, comme s’il ne supportait pas de ne plus être en contact avec sa peau. « C’est compliqué. » l’avait-il entendu murmurer. Il se hissa en s’appuyant sur sa main, pour lui aussi se redresser et vint à nouveau coller son corps à celui de la jeune femme. « Explique-moi. » souffla-t-il avant de déposer un léger baiser dans le creux de son cou et de son épaule. « Je n'aime pas ce que je suis. Regarde moi Jem', regarde moi. » Jem’ ne faisait que ça de la regarder, et il ne comprenait pas. Elle était une magnifique jeune femme, forte et indépendante, même en intégrant la meute du Nouvel Ordre, elle continuait à n’en faire qu’à sa tête. Et c’était une des choses qu’il appréciait le plus chez la jeune femme, son caractère bien trempé comme l’était sa femme, paix à son âme. « J'suis un animal. Comment veux tu que j'aime ce que je suis ? » Il tiqua à l’entente de cette explication. Au jeu du « qui est le plus gros monstre » elle arrivait probablement très loin derrière. Dans une course à cinquante participants, lui serait probablement dans le top cinq, se disputant le titre avec des vampires, très certainement, quant à elle… Elle serait aisément dans les… quarante… trente maximum… Depuis sa transformation il avait toujours veillé sur elle, veillé à ce qu’elle ne blesse personne involontairement, il savait qu’elle n’aurait jamais pu le supporter. Evidemment depuis qu’elle avait rejoint la meute il n’avait pu être autant là pour elle, d’où le doute entre les trente ou quarante. « Mais je t'en veux pas Jem.. Si tu m'avais pas sauvé je ne t'aurais pas toi. » Un léger sourire étira les coins de ses lèvres, c’était ce dont il avait le plus peur, qu’elle l’en tienne responsable, il avait déjà du mal à l’imaginer continuer à détester ce qu’elle était quand lui la trouvait sublime qu’elle soit humaine ou louve. Tout ça n’avait pas d’importance pour lui. « Arrête de te torturer avec ça d'accord ? » Son sourire devint amusé, la brune le connaissait bien. Un peu trop bien sans doute. Il  ne put s’empêcher de penser que cela les mettait en danger tous les deux. Autant il se fichait pas mal d’être dans une situation risquée, autant il n’aimait pas ça pour la louve. Il aurait voulu pouvoir lui épargner d’autres souffrances. « Tu regrettes de m'avoir sauvé ? » avait-elle murmuré, si doucement qu’il se demanda s’il avait bien entendu. « Pardon ? » ne put-il s’empêcher de s’exclamer. « Je te serais toujours reconnaissante pour tout ce que t'as pu faire pour moi. Mais si tu m'avais laissé partir, peut être que les choses auraient été plus facile. » Non, il avait bien entendu. Il vint la prendre dans ses bras, la soulevant légèrement pour l’installer en travers de ses cuisses, comme on pourrait le faire d’un enfant. « Plus simple pour qui, exactement, O ? » demanda-t-il plus de manière rhétorique qu’autre chose puisqu’il ne lui laissa pas le temps de répondre. « Tu ne te vois que comme un animal, tes mots, mais bien des humains sont de pires animaux encore, et crois-moi je sais de quoi je parle. » souligna-t-il avec un mélange de colère et d’infinie tristesse dans la voix. « Même entre toi et moi, O, de nous deux je suis sans doute celui avec le compte de morts le plus élevé… et aucun d’entre eux n’est accidentel. » précisa-t-il, car s’il y a bien une chose dont il était prêt à tout miser c’était que, quel que soit le ou les morts que la jeune femme avait sur la conscience ce serait soit un accident soit qu’il l’aurait réellement mérité.
Si Jeremiah mettait chaque mort sur le dos de son désir de vengeance envers sa femme, il n’en avait pas moins conscience que cela n’était presque plus vrai du tout… S’il continuait à tuer c’était surtout parce que cela lui apportait une certaine paix, avant que la douleur de l’absence, de la culpabilité aussi, ne l’assaille à nouveau. « J’ai l’impression que tu ne me vois pas pour ce que je suis, réellement. » soupira-t-il en baissant légèrement la tête. « Je ne suis pas un héros, dans cette histoire je suis le croquemitaine qui effraye les enfants la nuit, et le jour aussi. » fit-il d’un ton égal, comme si ça ne le touchait pas plus que ça au fond d’être le grand méchant loup. Doucement il l’a fit se rallonger avant de se lever du lit, la bordant elle. « Tu n’as pas choisi d’être un animal, O, » dit-il en appuyant légèrement sur le mot. « moi si. Et c’est ce qui fait que de nous deux, le monstre, c’est moi. » son ton était presque froid, sans émotion, comme une phrase apprise par cœur et réciter par automatisme plus que par conviction. « Tu as besoin de dormir et de te reposer O. Ta fièvre a déjà bien baissé, le plus dur est déjà passé, ton corps doit simplement récupérer des efforts fournis pour te soigner. » expliqua-t-il tout en dirigeant vers la porte de la chambre. « Si tu as besoin de quoique ce soit je serais dans le salon. » précisa-t-il avant de sortir et de refermer la porte derrière lui. Il s’adossa au mur, se frottant le visage d’une main.

Avait-il eu réellement raison d’accepter que leur relation change ? Elle serait avec lui plus souvent, elle dormirait avec lui, serait probablement réveillé par les cauchemars du sorcier, toujours les mêmes qui agitaient presque toutes ses nuits… La louve découvrirait des facettes de lui dont elle ignorait encore tout… Il ne lui avait jamais parlé de sa femme, pas réellement, la brune savait juste qu’elle était morte il y a plusieurs décennie, assassinée avec toute la famille de l’anglais. Mais elle ignorait tout, elle ne savait pas qu’il avait épousé une Nephilim, ignorait qu’ils s’étaient rencontré lors de la première guerre mondiale, n’avait pas idée qu’ils avaient été abattus lors d’une fusillade entre deux gangs mafieux de Terrestres, ne soupçonnait pas qu’il blâmait sur l’Enclave de ne pas avoir plus ingéré dans les affaires des humains pour que cette situation n’arrive pas. La brune ne savait rien de la blessure toujours béante que cette perte avait causée chez le Sorcier, et pourtant il l’avait accepté qu’elle fasse partie de sa vie… Alors qu’il ne lui avait jamais parlé de tout ça. Il avait fait une immense erreur, il aurait dû lui dire avant. Il ne pouvait s’empêcher de penser qu’il la perdrait totalement lorsqu’elle découvrirait tout ça, lorsqu’elle découvrirait que s’il l’avait sauvé c’était parce qu’elle lui rappelait sa femme. Comment le prendrait-elle si elle venait à l’apprendre un jour ? Au fond il savait que si c’était la raison pour laquelle il l’avait sauvé, aujourd’hui il y avait plus que ça, qu’à présent si on venait à lui enlever il mettrait le monde à feu et à sang, comme il l’avait fait pour sa femme. Si elle n’était toujours qu’une vague ressemblance, un léger souffle de nostalgie il pourrait s’en remettre, or il était conscient qu’il vrillerait totalement si elle mourrait aujourd’hui. Raison pour laquelle il avait réagi si violemment en constant qu’une sale sangsue avait posé ses crocs sur sa protégée. Il ne supporterait pas de la perdre elle aussi. Il avait repris peu à peu l’envie d’exister pour autre chose que sa vengeance, on ne pouvait pas lui arracher encore une fois. Jem’ se redressa, en soupirant, avant de prendre la direction du salon, se servant un whisky on the rock avant de s’installer devant sa fenêtre, se pinçant l’arête du nez en inspirant et respirant profondément, comme si cela pouvait lui donner la solution pour le pétrin dans lequel il avait accepté de les entrainer tous les deux.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 1686 MOTS.






Dernière édition par Jeremiah Fitz le Dim 17 Juil - 17:11, édité 1 fois

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOOctavia Bettsthorne

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
A little bit dangerous
but baby that's how I want it

Je suis à Chicago depuis le : 27/06/2016 et j'ai déjà payé : 79 factures et gagné : 400 gains. Il paraît que : Phoebe Tonkin On m'appelle : wolfgang et pour mon profil je remercie : morrigan et wolfgang

Je suis : bisexuelle

PUT ON YOUR DOLL FACES
GO BACK TO BE IN PLASTIC

Octavia l'ancienne Nephilim, l'ancienne chasseuse d'ombre de la rébellion mordu par un loup, reniée par sa famille et maintenant seconde de la meute du nouvel ordre. Octavia, c'est la tempête. Caractère bipolaire, un jour ça va, l'autre non. Quand ça ne change pas à la seconde. Elle aime ou elle n'aime pas, y a pas de juste milieu. Elle vit au jour le jour, n'a pas spécialement de projet. Octavia elle est étrange, probablement un peu trop sauvage. Elle aime pas qu'on l'approche, elle aime pas qu'on lui parle. Généralement, c'est elle qui décide. Octavia, c'est une badass.

minutieuse, charmeuse, honnête, hautaine, arrogante, prétentieuse, indomptable, sournoise, rancunière, égoïste.


Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    Mar 12 Juil - 17:10


I really need you
feat. Octavia & Jeremiah
Plus facile pour elle, pour lui, pour tout le monde sûrement. Octavia, elle n'était plus vraiment la même depuis son changement de nature. Y avait quelque chose qui s'était brisé en elle et parfois, elle avait l'impression d'être la seule à s'en rendre compte. Et peut être étais-ce parce que personne ne la connaissait "avant" tout ça. Ouais. Il était là le problème. Personne ne savait qui elle avait pu être avant de devenir un loup. Pour la simple et bonne raison qu'elle avait été jeté à la rue avec l'ordre de s'ôter la vie. Parfois, elle regrettait d'avoir était trop lâche pour réellement le faire. Elle avait juste fuit, s'autorisant à espérer que la morsure n'aurait pas d'effet sur elle et.. Après il avait été trop tard. Le monstre était né. Peut être que tout ceux de l'institut, tout ceux qui avait apprit à partager son quotidien la croyait morte à l'heure d'aujourd'hui et c'était certainement pour le mieux. Comment pourrait-elle les regarder en face et leur montrer ce qu'elle était ? Comment pourrait-elle justifier le changement et le fait qu'elle fasse désormais partit du nouvel ordre ? Elle fermait les yeux inspirant profondément pour chasser le dégoût qu'elle ressentait à son propre égard. Le problème avec Octavia, c'est que depuis cinq ans, elle n'avait pas apprit une seule fois à s'aimer. Elle était le monstre qui avait tué son frère, voilà ce qu'elle était et probablement que jamais elle ne pourrait réellement accepter sa nouvelle condition.

Alors avoir cette conversation avec Jeremiah, c'était pas forcément la meilleure idée au monde. Quelque part, elle était convaincu qu'il n'avait pas forcément envie de savoir ses états d'âmes. Parce qu'ils étaient tout sauf positif et qu'elle savait que le sorcier pourrait venir à se blâmer lui même s'il pensait rien qu'une seule seconde que c'était à lui qu'elle en voulait. Et oui, fut un temps où elle l'avait détesté. Elle avait haït le fait qu'il lui vienne en aide, qu'il lui impose tout ça mais ce n'était plus le cas. Parce que malgré l'aversion qu'elle pouvait ressentir envers sa propre personne, pour rien au monde elle n'échangerait ce qu'elle avait pu vivre à ses côtés. Elle était heureuse avec lui, il délenchait des tas de chose chez elle et rien que pour ça, elle ne serait plus capable de lui reprocher quoi que ce soit. Après tout, ce n'était pas de la faute de l'immortel si après toutes ces années, elle avait du mal à s'accepter. Et puis elle tentait de lui expliquer comme elle pouvait Octavia, tentant de ne pas se faire déstabiliser à chaque fois qu'il effleurait sa peau du bout de ses doigts où quand il l'embrassait délicatement. La brune, elle n'opposait aucune résistance quand il venait la tirer à moitié sur lui se contentant d'un faible sourire pendant que sa voix venait rompre la litanie de sa tirade. « Plus simple pour qui, exactement, O ? » Elle haussait les épaules, préférant éluder la question et de toute manière, il ne lui laissait pas vraiment le loisir d'y répondre. « Tu ne te vois que comme un animal, tes mots, mais bien des humains sont de pires animaux encore, et crois-moi je sais de quoi je parle. » C'était pas pareil. Elle ne parlait pas de sauvagerie, de meurtre ou bien d'autre chose encore. Elle parlait d'elle. Je suis un loup donc un animal. J'suis pas réellement humaine. C'était comme ça qu'elle le voyait et y'aurait probablement rien pour la faire changer d'avis. « Même entre toi et moi, O, de nous deux je suis sans doute celui avec le compte de morts le plus élevé… et aucun d’entre eux n’est accidentel. » Fronce les sourcils, fait claquer sa langue contre son palais. Elle n'est pas d'accord avec ses paroles Octavia. Elle n'est strictement pas d'accord avec ce qu'il dit. Ca suffit qu'elle lui intime. Elle veut pas en entendre plus, elle ne veut plus l'entendre se dénigrer à chaque fois qu'elle ose dire du mal de sa propre personne. « J’ai l’impression que tu ne me vois pas pour ce que je suis, réellement. » Oh si. Elle le voyait juste d'une façon bien plus belle que la perception qu'il pouvait avoir à son sujet. « Je ne suis pas un héros, dans cette histoire je suis le croquemitaine qui effraye les enfants la nuit, et le jour aussi. » Octavia, elle laisse courir son index sur l'épaule de l'immortel, embrasse doucement la commisure de ses lèvres et murmure : T'es mon héros, ça me suffit. Et il n'avait rien d'effayant pour la louve, elle l'aimait comme ça c'était l'essentiel. Et voilà qu'il faisait en sorte de la faire glisser sur le matelas, remontant une nouvelle fois les couvertures sur sa personne. « Tu n’as pas choisi d’être un animal, O, moi si. Et c’est ce qui fait que de nous deux, le monstre, c’est moi. » Pense ce que tu veux Jem, mais t'es bien loin d'en être un. Et elle était catégorique Octavia, elle cherchait même pas à ce qu'il discute. « Tu as besoin de dormir et de te reposer O. Ta fièvre a déjà bien baissé, le plus dur est déjà passé, ton corps doit simplement récupérer des efforts fournis pour te soigner. » Pourquoi avait-elle la désagréable impression qu'il tentait de rompre la conversation ? D'éviter un sujet en particulier ? « Si tu as besoin de quoique ce soit je serais dans le salon. » Elle ne dit rien, fais la tête, comme à son habitude. Octavia parfois, elle garde un comportement d'enfant. Et puisqu'il évoque son état pour s'échapper, elle refuse de lui parler.

[...]

La brune, elle ouvre ses paupières et voit les rayons du soleil filtrait à travers les rideaux. Doucement, elle se redresse, massant délicatement ses tempes un peu trop douloureuse. Ouais, c'est douloureux. La soirée qu'elle a passé la veille était pas des plus faciles. Elle pose un pied à terre quittant le lit de l'immortel qui n'avait de toute évidence pas ressentit l'envie de venir la rejoindre dans la nuit. Octavia, elle préfèrerait éviter le conflit mais elle ne comprend pas. Elle ne comprend plus grand chose et peut être qu'au fond, elle aurait pensé qu'il serait resté à ses côtés. En particulier vis à vis de la conversation qu'ils avaient eu entre deux de ses délires. Mais non, rien. Elle pousse un soupir et gagne la salle de bain frissonnant à la vue de la baignoire. Pour rien au monde elle ne revivrait ce supplice et pourtant, elle retire ses vêtements et glisse sous l'eau glacée pour la soulager un peu. Pensées confuses, trop d'incompréhension. Elle éteint l'eau, attrape une serviette et repart vers la chambre piquant une chemise appartenant au sorcier. Elle n'a plus vraiment d'affaire ici et au final, Octavia ne sait même plus s'il veut vraiment la voir revenir. Elle enfile le vêtement de coton, essore ses cheveux et glisse le long du couloir pour rejoindre le salon. Il est là, avachit dans son fauteuil, une bouteille de whisky jonchant le sol. Alors c'était pour ça ? Avait-il passé la nuit à boire pour oublier qu'elle était là ? Elle n'est pas vraiment de bonne humeur au réveil la louve, jamais avant d'avoir ingurgité une tasse de café fumant. Et elle aime pas ce qu'elle voit, elle aime pas le voir là, elle aime pas se poser autant de question. Elle soupire, récupère la bouteille et la pose finalement sur la table. Puis elle a pas spécialement envie d'être sympa, pas après qu'il l'ait lâché de la sorte la veille. Un verre d'eau et hop, directement dans sa figure pour lui remettre les idées en place. Bienvenue dans le monde des vivants. Sarcastique qu'elle est, on peut entendre toute l'ironie dont elle fait preuve en prononçant ses mots. tu veux que je te serve un verre ? Sait-on jamais. Peut être que monsieur ressentait encore l'envie de boire jusqu'à perdre la raison. Ou peut être que tu préfèrerais que je sorte te chercher une bouteille ? Elle est pas moralisatrice par habitude Octavia. Elle l'a toujours laissé vivre comme bon lui semblait à partir du moment qu'il n'empiétait pas trop sur sa vie à elle non plus. Mais elle comprend pas la brune et peut être qu'elle est un brin vexée de tout ça. Qu'après toutes les confidences, il ait choisit son fauteuil et son whisky au détriment de sa présence. Ouais, ça la fâche ce genre de chose Octavia.
Post 27, 1612 mots

© MADE BY SEAWOLF.



SO NOW TAKE ME INTO YOUR LOVING ARMS ☆
And, darling, I will be loving you 'til we're 70. And, baby, my heart could still fall as hard at 23. And I'm thinking 'bout how people fall in love in mysterious ways maybe just the touch of a hand well, me—I fall in love with you every single day and I just wanna tell you I am --- (anya est grave baisable, thanks) ☆

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
57/77  (57/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOJeremiah Fitz
Je suis à Chicago depuis le : 04/05/2016 et j'ai déjà payé : 684 factures et gagné : 635 gains. Il paraît que : Jamie Bell est mon double. Schizo je joue aussi : Lehr O'Siodhachain. On m'appelle : Luiyna et pour mon profil je remercie : Shiya & Tumblr.

Je suis : en train de tomber pour les beaux yeux d'une louve
Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    Mer 13 Juil - 3:09


❝All that is gold❞
Octavia & Jeremiah
does not glitter. Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost.
Comme il aurait pu s’y attendre, Octavia s’entête à ne pas voir le monstre en lui, elle persiste à voir en lui le preux chevalier qui l’a sauvée. De l’Alpha et sans doute d’elle-même d’une certaine manière. Mais lui il sait. Une bonne action ne rachète pas des décennies passées à tuer. D’autant qu’il n’est pas prêt d’arrêter. Le pire ? C’est qu’il est quasiment certain que même s’il lui racontait tout, toutes les horreurs qu’il a faite, les tortures qu’il a réalisé, les assassinats qu’il a fomenté, etc. elle réussirait à lui trouver des excuses, tout comme il lui arrivait parfois de le faire, bien que sa morale se soit éteinte en même temps que son cœur. C’était une conversation qui ne mènerait à rien, car aucun des deux ne cèderait sur ses convictions, malgré le fait qu’elles étaient en totale contradiction. Aussi le sorcier avait préféré coupé court. Il ne se sentait pas prêt pour lui parler de son passé, il ne le serait jamais, et elle, elle avait besoin de reprendre des forces.

Il avait, comme souvent, atterri dans le salon, s’offrant un verre de whisky comme à son habitude. Un verre qui s’était transformé en un autre, puis un autre, jusqu’à ce que la bouteille ne soit vide. Il voulait se vider l’esprit, endormir la bête et ses crocs autour de son cœur, sans succès. L’anglais sortit de sa poche la vieille montre à gousset qu’il avait du temps où cela était très en vogue, c’était sa femme qui lui avait offert. À l’intérieur une photo d’eux, tous les sept, souriant, lui regardant amoureusement son épouse, elle, couvant du regard les enfants qu’ils avaient recueillis et adoptés. La photo avait été prise peu de temps après la dernière adoption, bien des années avant leur tragique disparition à tous. Malgré lui l’immortel ne put retenir une larme qui roula le long de sa joue. « Que dois-je faire mon aimée ? » murmura-t-il, attendant sans doute qu’une solution miracle lui soit soufflée depuis l’au-delà. Pourtant rien ne vint, il rangea sa montre et il s’endormit ainsi dans son fauteuil, la bouteille de pur malte vide à côté.

[…]

C’est un verre d’eau glacé qui le tire de son sommeil embrumé par l’alcool. Pour une fois il n’a presque pas fait de cauchemars, presque. Mais ce réveil en sursaut, il ne l’apprécie pas du tout. Et Octavia ou pas, cela se paiera cher. « Bienvenue dans le monde des vivants. » lâche-t-elle avec tout le sarcasme dont elle est capable, n’obtenant néanmoins qu’un vague grognement de la part du sorcier. Il aurait bien deux ou trois répliques cinglantes, rapport au mort-vivant qui a mordu la louve la veille, mais l’anglais retient sa langue. « tu veux que je te serve un verre ? Ou peut être que tu préfèrerais que je sorte te chercher une bouteille ? » Il lui rend un regard blasé. C’est quoi son problème exactement ? Depuis quand se soucie-t-elle qu’il boive ou non ? Jem’ n’est pas stupide, il se doute que ça doit vaguement avoir un rapport avec ce qu’ils se sont dit cette nuit, probablement aussi à la façon dont il a coupé court à la discussion et, il le voit dans son regard, elle est surtout blessée qu’il ne soit pas venu dormir avec elle par la suite. « Très sympa la tenue. » Ne peut-il s’empêcher de relever, après tout, elle ne porte qu’une de ses chemises à lui. La voir ainsi, les cheveux encore humide de la douche, lui donne des idées qu’il n’aurait jamais eu avant. Il secoue la tête comme un chien qui s’ébroue après avoir plongé dans une mare d’eau. Sauf que lui, c’est pour remettre ses idées en place. « Je constate que tu te sens beaucoup mieux. » poursuit-il, ignorant délibérément les sarcasmes et remarques de la jeune femme. À quoi bon de toute façon ? Puisque dans tous les cas elle n’en attendait pas de réelles réponses. « Je vais prendre une vraie douche.. Fais comme chez toi. Si c’est toujours ce que tu souhaites, en tout cas. » soupire-t-il en se passant une main dans ses cheveux humides du verre qu’elle lui a balancé à la figure. La mauvaise humeur de la louve ce matin, fait légèrement douter l’immortel quant à sa demande de la veille. Peut-être a-t-elle changé d’avis cette nuit, une fois que tout le venin du vampire avait quitté son système. « Je pourrais envoyer des gens t’aider pour les cartons, si tu désires toujours revenir vivre ici. » Il n’a pas envie de se battre ce matin, la nuit l’a épuisée moralement, il n’est pas en état d’avoir encore une crise émotionnelle à gérer, alors il préfère l’éviter. Même si son instinct lui dit que la louve ne s’en tiendra probablement pas là.

Il ne s’en préoccupe pourtant pas, il n’attend pas qu’elle lui hurle dessus une fois encore, il se rend directement à la salle de bain pour se glisser sous l’eau chaude qui vient frapper ses épaules endolories par le stress et la nuit passée dans le fauteuil. Peut-être leur laissera-t-elle du répit, rentrant chez elle faire ses cartons pour revenir, ou alors elle retournera chez elle, lui imposera un silence radio de plusieurs jours, voire peut-être semaine pour lui faire payer. Il n’est jamais trop sûr de savoir à qui il aura à faire à chaque fois. Ou peut-être tout simplement qu’elle sera toujours à attendre dans le salon pour reprendre la discussion qu’il a si vite expédiée, ou peut-être n’attendra-t-elle pas si longtemps et il la verra débarquer ici… Même pas vingt-quatre heures et déjà le sorcier se pose trente-six milliards de questions. Ça promettait.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 1031 MOTS.






Dernière édition par Jeremiah Fitz le Dim 17 Juil - 17:12, édité 1 fois

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOOctavia Bettsthorne

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
A little bit dangerous
but baby that's how I want it

Je suis à Chicago depuis le : 27/06/2016 et j'ai déjà payé : 79 factures et gagné : 400 gains. Il paraît que : Phoebe Tonkin On m'appelle : wolfgang et pour mon profil je remercie : morrigan et wolfgang

Je suis : bisexuelle

PUT ON YOUR DOLL FACES
GO BACK TO BE IN PLASTIC

Octavia l'ancienne Nephilim, l'ancienne chasseuse d'ombre de la rébellion mordu par un loup, reniée par sa famille et maintenant seconde de la meute du nouvel ordre. Octavia, c'est la tempête. Caractère bipolaire, un jour ça va, l'autre non. Quand ça ne change pas à la seconde. Elle aime ou elle n'aime pas, y a pas de juste milieu. Elle vit au jour le jour, n'a pas spécialement de projet. Octavia elle est étrange, probablement un peu trop sauvage. Elle aime pas qu'on l'approche, elle aime pas qu'on lui parle. Généralement, c'est elle qui décide. Octavia, c'est une badass.

minutieuse, charmeuse, honnête, hautaine, arrogante, prétentieuse, indomptable, sournoise, rancunière, égoïste.


Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    Sam 16 Juil - 16:49


I really need you
feat. Octavia & Jeremiah
Peut être que la louve avait la fâcheuse tendance à faire des crises existencielles pour pas grand chose mais.. Fallait la comprendre. Fallait tenter de se mettre dans sa tête quelques secondes. Ce qu'elle avait vécut la veille ça l'avait lessivé et magré tout ça, elle avait pour une fois dans sa vie parlé de ce qu'elle ressentait à voix haute. C'était le genre de chose qui n'arrivait pour ainsi dire jamais. Et malgré tout ça, malgré les mots qu'elle avait pu avoir, il avait soudainement quitté la chambre pour préférer s'enfiler le contenu d'une bouteille de whisky avant de finalement trouver le sommeil dans le fauteuil du salon. Comment était-elle censée le prendre ? Regrettait-il tout ça ? Peut être que le sorcier aurai préféré oublier, revenir en arrière et ne pas la laisser s'immiscer d'un coup d'un seul dans sa vie. Ouais, peut être que c'était ça. Et ça faisait mal d'y penser, d'imaginer des possibles regrets qui n'existaient peut être pas. Elle savait rien, elle ne comprenait pas et elle agissait de la seule façon qu'elle connaissait. Avec aggressivité. Jem', il la connaissait. Il savait que ses crises de nerfs étaient bien trop récurentes par moment et que pour un rien, elle pourrait tout faire exploser autour d'elle. Tempérament explosif de la brune. « Très sympa la tenue. » Elle baisse le regard, découvre la chemise qui ne couvre pas grand chose de sa peau et secoue la tête. Là n'est pas la question et détourner le sujet de la sorte n'est pas la meileure chose à faire. La louve croise les bras sur sa poitrine, reporte son regard sur l'immortel, visiblement en colère. « Je constate que tu te sens beaucoup mieux. » Aha. Trouvait-il ça réellement amusant ? Parce que ce n'était pas son cas à Octavia. « Je vais prendre une vraie douche.. Fais comme chez toi. Si c’est toujours ce que tu souhaites, en tout cas. » Elle lève les yeux au ciel, ouvre la bouche pour protester mais aucun mot n'en sort. « Je pourrais envoyer des gens t’aider pour les cartons, si tu désires toujours revenir vivre ici. » Secoue la tête, fronce les sourcils un peu plus. J'ai pas besoin de toi. marmonne t'elle se fichant bien de savoir comment il pourrait interpréter ses mots. Et le voilà qui quitte la pièce comme si de rien était. Comme si la colère de la louve n'était absolument pas importante. Oh, elle rageait à ce moment précis Octavia. Elle avait envie de tout casser et contenait du mieux qu'elle pouvait la tornade en elle. Quitter l'appartement et disparaître quelques jours pour le faire culpabiliser ? Ouais, elle y pensait. Mais elle ne pouvait pas agir éternellement comme une enfant et peut être qu'au fond, la louve n'avait réellement envie de le quitter maintenant. Pas après toutes les paroles qui avaient réellement compté pour elle la veille.

Inspire, expire. Elle tentait d'évoquer le calme chez elle, de taire ce qui pourrait provoquer les pires situations. Si Octavia détestait faire du mal physiquement aux autres, elle maîtrisait les mots comme personne et se savait capable de briser des gens rien que par ses paroles. Torturant ses doigts pendant plusieurs minutes, elle restait plantée en plein milieu de la pièce incapable de prendre une décision. Sortir et ne revenir que plusieurs heures plus tard ? Un moyen pour possiblement calmer les tensions et quoi qu'encore, il était probable qu'ils finissent par avoir une conversation par la suite. Peut être que ce n'était rien d'autre que retarder la finalité. Disparaître plusieurs jours ? Il lui en voudrait à coup sûr. Surprotecteur, il était. Et si la louve choisissait de faire un silence de mort pour venger sa désertion de la nuit, il était clair que par la suite, il risquait de lui rabâcher pendant des heures et des heures. Peut être que crever l'abcès sur le moment était la meilleure chose à faire, du moins, elle osait l'espérait. Et finalement, après un soupir, elle prenait la direction de la salle de bain, poussant la porte se fichant bien de savoir s'il était toujours sous l'eau ou non. Pourquoi t'as dormi dans le salon ? La voix d'Octavia avait claqué dans l'air mélangeant colère et tristesse. Elle avait besoin de comprendre, besoin de savoir. Est ce que tu regrettes ? qu'elle demandait par la suite à titre d'information. Et elle parlait des mots échangés, de l'évolution de leurs relation même si au final, elle ne savait toujours pas ce que ça pouvait être. Regrettait-il tout ça ? Avait-il envie d'effacer les mots et de continuer à agir comme si elle était de sa famille ? La brune, elle appréhendait quelque peu la réponse, elle n'avait pas envie d'entendre certaine chose même si elle ne pourrait probablement pas y échapper. J'ai besoin de savoir si tu veux qu'on oublie ce qui s'est produit hier. Les baisers, la proximité et tout ce qui avait pu avoir. Parce que peut être qu'au fond, il avait juste été embarqué dedans n'osant pas dire quoi que ce soit à cause de son état et.. Peut être qu'il voulait pas d'Octavia de cette façon.
Post 29, 954 mots

© MADE BY SEAWOLF.



SO NOW TAKE ME INTO YOUR LOVING ARMS ☆
And, darling, I will be loving you 'til we're 70. And, baby, my heart could still fall as hard at 23. And I'm thinking 'bout how people fall in love in mysterious ways maybe just the touch of a hand well, me—I fall in love with you every single day and I just wanna tell you I am --- (anya est grave baisable, thanks) ☆

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
57/77  (57/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOJeremiah Fitz
Je suis à Chicago depuis le : 04/05/2016 et j'ai déjà payé : 684 factures et gagné : 635 gains. Il paraît que : Jamie Bell est mon double. Schizo je joue aussi : Lehr O'Siodhachain. On m'appelle : Luiyna et pour mon profil je remercie : Shiya & Tumblr.

Je suis : en train de tomber pour les beaux yeux d'une louve
Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    Dim 17 Juil - 0:17


❝All that is gold❞
Octavia & Jeremiah
does not glitter. Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost.
Depuis cinq ans Jeremiah avait l’habitude des colères de la louve, qu’elles soient justifiées ou non, qu’il y comprenne quelque chose ou non. Il avait fini par ne plus s’en soucier, ne réagissant presque plus parfois. Comme là, se contentant d’ignorer royalement ses sarcasmes, préférant partir sur d’autres sujets. Notamment la tenue de la jeune femme. Malgré ses efforts les coins de ses lèvres se relevèrent légèrement en un petit sourire mi-vainqueur, mi-moqueur lorsque la jeune femme croisa les bras sur sa poitrine, faisant d’ailleurs légèrement remonter la chemise sur ses cuisses.
Il continua habillement à éviter de répondre aux remontrances de la louve, parlant de son futur déménagement, un moyen subtil de savoir si elle souhaitait toujours revenir. La réponse de la jeune femme restait plutôt floue sur ses intentions. Refusait-elle son aide à lui pour le déménagement, ou refusait-elle son aide tout court. Le sorcier préféra donc ne même pas prendre la peine de relever, se dirigeant directement dans la salle de bain afin de finir de se réveiller et d’effacer les stigmates de cette nuit.
L’anglais ouvrit le jet d’eau, laissant les gouttes frapper et délasser ses épaules. Pourtant il ne cessait de repenser à cette nuit, à tout ce que la jeune femme ignorait encore et qui, il en était sûr, ferait qu’il la perdrait quand elle saurait. Le sorcier craignait qu’elle ne finisse par fuir quand elle comprendrait à quel point il était endommagé, brisé. Il n’imaginait pas quelqu’un de sain d’esprit consentir à faire autant d’efforts. Il n’en valait pas la peine. Cela faisait bien longtemps que Jem’ ne valait plus qu’on se batte pour lui, qu’on risque sa vie pour lui. C’était pour ça qu’il se refusait aux relations stables et pourtant il avait fini par accepter de laisser Octavia faire partie de sa vie, réellement. Et si c’était ce qui finirait par les perdre ? De rage Jeremiah enfonça son poing dans le mur de la douche, éclatant l’un des carreaux et meurtrissant ses phalanges.

Il était encore à observer l’eau de la douche délié le sang qui s’écoulait de sa plaie, comme s’il s’étonnait de s’être blessé en frappant le mur, quand il entendit la jeune femme entrer en trombe dans la salle de bain. Evidemment qu’elle n’avait pas attendu. La louve n’en avait rien à carrer des convenances, surtout avec lui, et encore plus quand elle était en colère contre lui. Probablement qu’elle n’avait pas vraiment réalisé au fond qu’il pouvait encore être sous la douche. Peut-être qu’elle s’en fichait aussi. « Pourquoi t'as dormi dans le salon ? » demanda-t-elle cinglante même s’il perçut une pointe de tristesse mêlée à sa colère. « Parce que je m’y suis endormi. » répondit-il du tac-o-tac avant de couper l’eau. À question stupide, réponse stupide. Il attrapa la serviette qu’il avait suspendue au-dessus du pare-douche, la nouant à sa taille avant de sortir pour faire face à la jeune femme. « Est ce que tu regrettes ?  J'ai besoin de savoir si tu veux qu'on oublie ce qui s'est produit hier. » s’enquit-elle ensuite. Le sorcier se massa les tempes d’une main entre son majeur et son pouce en soupirant. Il n’avait pas imaginé une seule seconde qu’elle interprèterait son comportement de la sorte, qu’elle sauterait à la pire des conclusions. L’Anglais aurait dû y penser pourtant… il la connaissait bien depuis le temps. Mais il avait encore tellement de mal avec les réactions des femmes, des siècles d’expériences et il n’y comprenait toujours rien. « Non, O, je ne regrette pas, et je ne retire aucune parole que j’ai dite, aucun acte que j’ai fait hier. » déclara-t-il avec une solennité à rendre admiratif un faerie. C’était ce qu’elle avait besoin le plus de savoir, il le savait, elle craignait qu’il ne la rejette, qu’il ne l’abandonne, mais ça n’arriverait jamais, s’était la promesse tacite qu’il avait faite en la recueillant après que ses propres parents l’aient presque sommé de s’ôter la vie.
Mais il savait qu’elle avait besoin de plus d’explications, qu’elle ne s’arrêterait pas à cette affirmation, qu’elle voudrait en savoir plus. « Nous autres immortels nous avons de nombreuses vies, de nombreux passés, et parfois ceux-ci reviennent pour nous hanter. » soupira-t-il avant d’attraper une autre serviette, plus petite, pour se sécher les cheveux et le haut du corps où les gouttes d’eau continuaient à ruisseler sur son torse. « Il y a tant de choses que tu ignores sur moi, Octavia… Peut-être que c’est toi qui fuiras quand tu découvriras mes vies passées, ce que j’étais, ce que je suis, pourquoi je le suis devenu… » souffla-t-il doucement, murmurant presque, serrant le poing qui ne tenait pas la serviette. « Tu ne cesses de dire que je suis ton héros… mais les héros sont censés être infaillibles, et c’est loin d’être mon cas… » poursuivit-il sans vraiment la regarder, ne voulant pas lire une fois de plus la désapprobation dans ses yeux alors qu’elle ignorait tout de ce qui le poussait à penser ça de lui-même. Il savait à quel point elle le tenait en haute estime pour l’avoir sauvée et prise sous son aile quand son monde s’écroulait. Elle refusait de le voir pour le monstre qu’il était. Il s’avança vers le lavabo et les placards, afin de soigner sa main qui s’était remise à saigner quand il avait contracté son poing. « C’est à tout ça que je pensais hier soir, pour ça que j’ai fini par m’endormir, saoul, dans le fauteuil où tu m’as trouvé ce matin. » avoua-t-il, le regard fixé sur ses phalanges sur lesquels il versa un antiseptique (#Dakin #Lel). Il finit par se tenir aux rebords de l’évier, ses doigts crispés dessus, malgré la douleur dans sa main droite qu’il avait précédemment enfonçant dans le carrelage de la douche, et sa tête baissée, les yeux fermés. « Je n’ai pas l’habitude de me confier O. C’est quelque chose de difficile pour moi. Mais il y a des choses que tu dois savoir sur moi, que tu aurais dû savoir avant de faire ce choix… Sauf que… je ne peux pas… C’est trop dur de parler de tout ça… pas maintenant…  Et j’ai trop peur de te perdre plus tard quand tu sauras… » Il avait besoin de temps, et si c’était fait de la plus maladroite des façons, c’était ce qu’il lui demandait. Il la suppliait d’être patiente avec lui, de l’aider à se confier sans vraiment lui forcer la main, le laisser aller à son rythme. Même s’il était parfaitement conscient que la patience était loin d’être le fort de la louve. Pourtant elle n’aurait pas vraiment le choix, le sorcier n’était pas prêt pour toutes ses révélations, pour lui dire le monstre qu’il était, le mari, le père qu’il avait été, ce guerrier impitoyable qu’il était déjà avant, ni même les raisons égoïstes qui avaient poussé ce sorcier déjà aigri à sauver une Chasseuse d’Ombres, une race qu’il exécrait déjà énormément à l’époque.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 1276 MOTS.





Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOOctavia Bettsthorne

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
A little bit dangerous
but baby that's how I want it

Je suis à Chicago depuis le : 27/06/2016 et j'ai déjà payé : 79 factures et gagné : 400 gains. Il paraît que : Phoebe Tonkin On m'appelle : wolfgang et pour mon profil je remercie : morrigan et wolfgang

Je suis : bisexuelle

PUT ON YOUR DOLL FACES
GO BACK TO BE IN PLASTIC

Octavia l'ancienne Nephilim, l'ancienne chasseuse d'ombre de la rébellion mordu par un loup, reniée par sa famille et maintenant seconde de la meute du nouvel ordre. Octavia, c'est la tempête. Caractère bipolaire, un jour ça va, l'autre non. Quand ça ne change pas à la seconde. Elle aime ou elle n'aime pas, y a pas de juste milieu. Elle vit au jour le jour, n'a pas spécialement de projet. Octavia elle est étrange, probablement un peu trop sauvage. Elle aime pas qu'on l'approche, elle aime pas qu'on lui parle. Généralement, c'est elle qui décide. Octavia, c'est une badass.

minutieuse, charmeuse, honnête, hautaine, arrogante, prétentieuse, indomptable, sournoise, rancunière, égoïste.


Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    Lun 18 Juil - 19:36


I really need you
feat. Octavia & Jeremiah
Ce serait douloureux à entendre. Vraiment trop. Et elle était pas spécialement prête à entendre une réponse de la sorte mais.. Elle avait toujours préféré l'honnêteté aux faux semblants. Alors s'il regrettait ne serait qu'une seconde les échanges qu'ils avaient pu avoir, elle voulait le savoir, être au courant. Et tant pis pour la peine, tant pis pour la colère. Probablement qu'elle disparaîtrait quelques jours, histoire d'oublier, de se faire du bien, de ne plus penser mais dans tout les cas, la louve était incapable de ne plus lui parler. Qu'il le dise donc qu'il ne ne la voulait pas de cette façon, ça lui permettait au moins de ne pas se bercer d'illusion. De ne pas imaginer un futur, quelque chose, n'importe quoi, qui n'aurait jamais lieu. Alors peut être que si, elle était prête à encaisser la fatalité, disons juste qu'elle le vivrait mal par la suite. Inspirant profondément, elle enroulait nerveusement une de ses mèches encore humide autour de son doigt, attendant quelque chose, une réaction, une parole. A tout ses mots, à toutes ses interrogations. « Parce que je m’y suis endormi. » Elle lève les yeux au ciel, soupir, secoue la tête avec nonchalence. C'est le genre de réponse qui l'exaspère Octavia, parce que ça lui donne la désagréable impression qu'on se fout d'elle et elle ne supporte pas ça, même venant de l'immortel. Et elle le regarde sortir de la douche, serviette autour du torse, déviant son propre regard par la même occasion. Il était en train de prendre sa douche, forcément qu'elle le verrait comme ça. Et peut être que la louve, au final, s'immisçait bien trop dans la vie du sorcier, peut être que ça lui porterait plus préjudice qu'autre chose mais quand la colère de la brune venait frapper, elle n'avait pas vraiment tendance à réfléchir à ses actions. « Non, O, je ne regrette pas, et je ne retire aucune parole que j’ai dite, aucun acte que j’ai fait hier. » Et un mince sourire venait étirer ses lèvres. Sourire qu'elle s'empêchait de dissimuler dans la seconde pour ne pas qu'il s'imagine que la trève était signé. Alors explique moi Jem, parce que je comprends pas. Elle ne comprenait pas l'attitude qu'il avait eu la veille. Son sommeil dans le fauteuil. Le cadavre de bouteille à ses côtés. Et elle avait besoin de savoir Octavia. « Nous autres immortels nous avons de nombreuses vies, de nombreux passés, et parfois ceux-ci reviennent pour nous hanter. » Les bras de la brune venait se croiser sur sa poitrine alors qu'elle se pinçait les lèvres préférant garder le silence. Jeremiah, il parlait pas beaucoup et quand il le faisait, l'interrompre serait prendre le risque de clôre la conversation. « Il y a tant de choses que tu ignores sur moi, Octavia… Peut-être que c’est toi qui fuiras quand tu découvriras mes vies passées, ce que j’étais, ce que je suis, pourquoi je le suis devenu… » Sa bouche formait un "o" dans le but de donner un son et au final, elle se contentait de secouer la tête. Il avait faux, elle ne fuirait pas. Elle ne le fuirait pas. « Tu ne cesses de dire que je suis ton héros… mais les héros sont censés être infaillibles, et c’est loin d’être mon cas… » Faux. Elle voulait pas d'un héros infaillible, de ceux qui semblaient s'en sortir à tout les coups. Ce qu'elle aimait chez Jem, c'était aussi le fait qu'il lui ressemble et la louve, c'était loin d'être une héroïne. « C’est à tout ça que je pensais hier soir, pour ça que j’ai fini par m’endormir, saoul, dans le fauteuil où tu m’as trouvé ce matin. » Elle hochait la tête d'un air compréhensif sans pour autant réellement comprendre les choses. Il restait trop vague l'immortel, il l'était toujours bien trop. Et ce n'est que quand il versait un liquide sur ses doigts qu'elle se rendait compte du sang qu'il perlait. Par instinct, elle s'avançait vers lui alors qu'il reprenait. « Je n’ai pas l’habitude de me confier O. C’est quelque chose de difficile pour moi. Mais il y a des choses que tu dois savoir sur moi, que tu aurais dû savoir avant de faire ce choix… Sauf que… je ne peux pas… C’est trop dur de parler de tout ça… pas maintenant… Et j’ai trop peur de te perdre plus tard quand tu sauras… » La brune elle touchait fébrilement les doigts de l'immortel, finissant par décrocher ses mains du lavabo. Comment t'as fais ça ? murmurait-elle alors regardant toujours la blessure du sorcier. Ses prunelle venait se poser sur lui alors que sa main libre effleurait doucement son visage. Tu me perdras pas Jem.. Je me fiche de savoir ce que t'as fais avant, de ce que tu étais et.. J'm'en fous. J'resterais là. Avec lui. Parce qu'il était sa bouée de sauvetage, son pilier, la personne qu'elle aimait le plus au monde et peut être qu'un jour, il arriverait finalement à se le rentrer en tête. Ce qui compte, c'est la personne que tu es maintenant et.. J'aime ce que je voix. Depuis des années maintenant. Pourquoi continuer à appréhender son départ alors qu'elle ne partirait jamais ? Et doucement, elle posait ses doigts sur sa mâchoire faisant pivoter la tête de l'immortel pour poser ses lèvres sur les siennes. Et cette fois, elle allait bien. Ce n'était pas un rêve, pas une image créé par son esprit. Tout ça était bel et bien vrai et il l'avait confirmé, il voulait d'elle.
Post 31, 1059 mots

© MADE BY SEAWOLF.



SO NOW TAKE ME INTO YOUR LOVING ARMS ☆
And, darling, I will be loving you 'til we're 70. And, baby, my heart could still fall as hard at 23. And I'm thinking 'bout how people fall in love in mysterious ways maybe just the touch of a hand well, me—I fall in love with you every single day and I just wanna tell you I am --- (anya est grave baisable, thanks) ☆

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
57/77  (57/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOJeremiah Fitz
Je suis à Chicago depuis le : 04/05/2016 et j'ai déjà payé : 684 factures et gagné : 635 gains. Il paraît que : Jamie Bell est mon double. Schizo je joue aussi : Lehr O'Siodhachain. On m'appelle : Luiyna et pour mon profil je remercie : Shiya & Tumblr.

Je suis : en train de tomber pour les beaux yeux d'une louve
Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    Lun 18 Juil - 23:10


❝All that is gold❞
Octavia & Jeremiah
does not glitter. Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost.
Jeremiah avait toujours eu du mal à exprimer ses pensées, à mettre en mot ce qu’il ressentait, mais il avait conscience qu’il se devait d’expliquer à Octavia. La louve avait un tempérament de feu et sans explications il savait pertinemment qu’elle l’incendierait. Pourtant il ne pouvait se résoudre à tout lui révéler, pas tout de suite, il ne pourrait pas éviter éternellement de parler de sa famille, de sa défunte femme. Elle allait découvrir ses cauchemars, qui le réveillait, hurlant et en sueur certaines nuits. La brune avait laissé le sorcier parler sans l’interrompre, elle le connaissait bien, elle savait que lorsque l’anglais se lançait il valait mieux ne pas l’arrêter, sous peine qu’il ne parle plus à nouveau.

Du coin de l’œil il l’avait vu s’avancer quand il s’était mis à nettoyer les plaies sur sa main. Instinctivement il eut un léger mouvement de recul quand elle posa ses doigts sur sa main endolorie, sans pourtant interrompre le contact et il finit par la laisser faire, détachant ses mains du lavabo. « Comment t'as fais ça ? » avait-elle murmuré. Il laissa son regard glisser jusqu’à ses doigts, comme s’il avait déjà oublié la présence de ses blessures. Avant de relever les yeux vers ceux de la louve quand elle vint effleurer son visage. « C’est rien O, je ne sens déjà presque plus rien. » esquiva-t-il, ne se voyant pas lui avouer qu’il avait exploser le mur de sa douche en pensant qu’il pourrait la perdre un jour. « Tu me perdras pas Jem.. Je me fiche de savoir ce que t'as fais avant, de ce que tu étais et.. J'm'en fous. J'resterais là. Ce qui compte, c'est la personne que tu es maintenant et.. J'aime ce que je vois. » Il secoua la tête en soupirant. « O… » O, quoi ? Que pouvait-il dire au fond ? La brune lui assurait qu’il ne la perdrait pas, mais elle n’en savait rien, comment pouvait-elle penser ça quand lui-même se savait être un monstre. Il n’en avait pas spécialement honte, il savait ce qu’il était, il avait choisi de le devenir pour venger la mémoire de sa famille. Personne ne pouvait aimer un homme au cœur aussi noir.

Il sentit les doigts de la jeune femme glisser le long de sa mâchoire pour l’obliger à tourner sa tête vers elle avant de venir poser ses lèvres sur les siennes. Parfois les actes en disent plus long que les mots. Il se laissa aller dans ce baiser, abattant les barrières qu’il ne cessait de s’imposer. Ses mains vinrent glisser sur les hanches de la jeune femme, sur ses reins, l’attirant à lui pour serrer un peu plus son corps contre le sien, sentir sa peau contre la sienne. L’anglais avait autant besoin d’elle que d’elle de lui. Elle lui redonnait une raison de se battre, de vivre, une raison d’être tout simplement. Pendant longtemps il n’avait pensé qu’il ne serait jamais plus rien que cette haine féroce, ce désir ardent de vengeance, mais là, entre ses bras, sa bouche contre la sienne, il se sentait bien plus que ça. Il ne ressentait même plus l’envie, ou le besoin de tuer. S’il avait cru au destin, sans doute aurait-il pensé que la vie l’avait mise sur son chemin pour être son salut. Cependant, il croyait au fantôme, et aux être du passé qui veillait sur vous. Peut-être qu’au fond c’était sa femme qui avait fait en sorte que Jem’ se trouve justement dans cette allée ce jour-là, qu’il voit Octavia. Peut-être était-ce la manière qu’avait trouvé sa femme pour lui faire comprendre qu’il était temps pour lui de faire son deuil, qu’il devait rouvrir son cœur et recommencer à vivre.

Il fut le premier à interrompre le baiser, la serrant toujours dans ses bras, posant son front contre le sien. L’anglais frissonnait de cette proximité nouvelle qu’il y avait entre eux, et au vue du peu de tissu qu’ils portaient l’un et l’autre sur eux, il était difficile de ne pas sentir la tension sexuelle qui régnait dans la pièce. Si ç’avait été n’importe quelle autre femme, il aurait déjà été en train de la dévêtir sans ménagement. Mais elle n’était pas n’importe qui, c’était Octavia. « O… Il faut qu’on arrête maintenant… Je pensais ce que je t’ai dit, je veux essayer de te laisser pleinement dans ma vie, mais je ne veux pas brûler les étapes. » murmura-t-il doucement. Et pour un sorcier dont l’élément principal était le feu, sentez toute l’ironie de cette phrase. « Je ne veux pas que tu sois comme toutes ces autres, tu représentes tellement plus que ça pour moi O. » Oh oui il la voulait, difficile de ne pas s’en apercevoir, mais il se refusait à précipiter les choses, il souhaitait faire les choses dans l’ordre. Même s’il était conscient que le vingt-et-unième siècle était légèrement différent en la matière. Mais il s’était tellement servi des femmes pour son plaisir personnel, pour oublier sa haine et sa douleur entre leurs draps… il aurait trop l’impression de faire pareil en cédant à l’appel de la chair dès maintenant avec Octavia. Pourtant il en crevait d’envie depuis qu’il l’avait vu à son réveil simplement vêtue d’une de ses chemises. Et malgré ce qu’il venait de dire il était incapable de se détacher d’elle.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 966 MOTS.





Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOOctavia Bettsthorne

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
A little bit dangerous
but baby that's how I want it

Je suis à Chicago depuis le : 27/06/2016 et j'ai déjà payé : 79 factures et gagné : 400 gains. Il paraît que : Phoebe Tonkin On m'appelle : wolfgang et pour mon profil je remercie : morrigan et wolfgang

Je suis : bisexuelle

PUT ON YOUR DOLL FACES
GO BACK TO BE IN PLASTIC

Octavia l'ancienne Nephilim, l'ancienne chasseuse d'ombre de la rébellion mordu par un loup, reniée par sa famille et maintenant seconde de la meute du nouvel ordre. Octavia, c'est la tempête. Caractère bipolaire, un jour ça va, l'autre non. Quand ça ne change pas à la seconde. Elle aime ou elle n'aime pas, y a pas de juste milieu. Elle vit au jour le jour, n'a pas spécialement de projet. Octavia elle est étrange, probablement un peu trop sauvage. Elle aime pas qu'on l'approche, elle aime pas qu'on lui parle. Généralement, c'est elle qui décide. Octavia, c'est une badass.

minutieuse, charmeuse, honnête, hautaine, arrogante, prétentieuse, indomptable, sournoise, rancunière, égoïste.


Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    Mer 20 Juil - 17:49


I really need you
feat. Octavia & Jeremiah
Elle avait un peu de mal à réaliser tout ça. Tout les évènements de la veille, ce qui s'passait aujourd'hui. Peut être que c'était un peu trop d'un coup. Mais fallait comprendre aussi, ses émotions faisaient le yoyo depuis un peu plus de douze heures et elle ne savait jamais quoi penser de tout ça. La seule chose dont elle était certaine était qu'elle le voulait. Lui. Jeremiah Fitz. Et c'était le cas depuis longtemps déjà, disons juste que la veille, elle avait finalement osé faire le premier pas. Mais qu'est ce que ça signifiait au juste ? Qu'est ce que ça faisait d'eux ? Parce que si y avait bien un truc dont elle était au courant, c'était le tempérament compliqué du sorcier. Et avec lui, on ne savait jamais vraiment à quoi s'attendre. Elle aurait pu lui poser des tas de question d'Octavia, tenter de tirer tout un tas de réponse mais.. Elle savait que c'était prendre le risque de déclencher une énième prise de tête. Avec l'immortel, fallait s'armer de patience. Chose plutôt compliqué quand, comme elle, on en disposait pas. Disons que c'était le genre de don qui lui avait fait défaut dès la naissance. Et la louve, elle avait bien du mal à rester en retrait vis à vis de lui. On est quoi Jem ? Est ce que je serais la seule ? Comment tu me vois ? Est ce qu'il y a un nous ? Ouais, tout ça elle aurait voulu le lui demander mais elle n'aurait probablement réussit qu'à le faire fuir. Prendre le risque de le voir se refermer une nouvelle fois sur lui même. La seule solution, c'était le temps. Lui laisser le temps de tout, lui laisser le temps d'apprendre à dire, à ressentir. Elle pouvait au moins essayer. « C’est rien O, je ne sens déjà presque plus rien. » Encore une réponse peu satisfaisante. Au fond, elle est habituée avec lui et pour une fois, elle n'insiste pas. Elle se contente de se pincer les lèvres, de lever les yeux au ciel et rien que ça, ça veut déjà tout dire. « O… » Non. S'il te plait fait pas ça. Elle ne voulait pas l'entendre tout contredire encore une fois. Elle n'en avait pas la force. Et si la louve avait choisit de ne pas le voir comme un monstre, elle voulait au moins qu'il accepte ce choix. Parce qu'il pouvait bien penser toutes les choses néfastes du monde à son propre sujet, elle ne serait jamais en accord avec. Jem, c'était un torturé. Un putain de foutoir mais certainement pas un monstre. Alors elle l'embrassait avec douceur, juste pour clôturer la conversation. Et les mains de l'immortel venaient s'poser sur ses hanches l'attirant tout contre lui. Elle frissonnait Octavia, elle frissonnait d'envie, de plaisir, de tout. C'était le genre de contact qu'elle n'aurait jamais pensé avoir avec lui jusqu'à ce que tout bascule. Et c'était en ressentant ce genre de chose que la louve se rendait compte qu'au fond, c'était évident. C'était elle et lui depuis le début. Peut être qu'ils avaient été trop aveugles, trop ammochés pour le voir mais c'était elle et lui. La brune, elle mettait un peu plus d'ardeur dans le baiser, un peu plus de passion. Elle le voulait, le désirait de tout son être, c'était comme ça. Mais l'immortel finissait par rompre le contact de leurs lèvres posant son front contre le sien. Octavia, elle avait le coeur qui battait trop vite, la respiration saccadée, affreusement chaud. T'arrêtes pas Jem. Qu'elle aurait voulu lui dire mais c'était le sorcier qui brisait le silence en premier. « O… Il faut qu’on arrête maintenant… Je pensais ce que je t’ai dit, je veux essayer de te laisser pleinement dans ma vie, mais je ne veux pas brûler les étapes. » Et.. Quoi ? C'était comme prendre soudainement une gifle. Se réveiller d'un mauvais rêve. Il voulait essayer mais rien n'était fait. Désillusion. Au final, elle avait tout mal interprétée O. Elle avait pas su voir la réalité. « Je ne veux pas que tu sois comme toutes ces autres, tu représentes tellement plus que ça pour moi O. » Elle fermait les yeux canalisant une fois de plus la colère. Faudrait qu'il se rende compte d'à quel point elle se contenait pour lui. Parce que c'était pas son genre de retenir ses émotions. Quelles soient faites de violence ou non. Pas brûler les étapes.. répétait-elle machinalement. Ouais et puis quoi alors ? Ils faisaient quoi ? Elle laissait le feu la consumer sans jamais rien tenter ? Ils était quoi putain ? Donc, tu ne veux pas me toucher. Conclusion qu'elle finissait par tirer. Et elle sentait encore le souffle chaud de l'immortel se propager sur sa peau. C'était cette constatation qui faisait que d'elle même, la louve se décalait. Ne plus le toucher, ne plus être en contact avec sa peau. Je comprends pas ce que tu veux Jem. J'comprends vraiment pas. Et puis quoi ? Fallait juste qu'elle attende éternellement qu'il finisse par s'ouvrir ? Par l'accepter ? Non, elle aimait pas cette possibilité. J'suis pas comme toi, j'suis pas immortel. Et j'pourrais pas t'attendre des centaines d'années. Parce qu'elle avait besoin de vivre Octavia et pour elle, le temps était compté. J'vais renter faire mes cartons. Réfléchir aussi par la même occasion. Parce qu'avec lui, c'était un pas en avant, une vingtaine en arrière. Prise de tête, mots doux et soudainement, un écart de sa part. Peut être qu'en fait, la patience elle ne l'avait vraiment pas.
Post 33, 1037 mots

© MADE BY SEAWOLF.



SO NOW TAKE ME INTO YOUR LOVING ARMS ☆
And, darling, I will be loving you 'til we're 70. And, baby, my heart could still fall as hard at 23. And I'm thinking 'bout how people fall in love in mysterious ways maybe just the touch of a hand well, me—I fall in love with you every single day and I just wanna tell you I am --- (anya est grave baisable, thanks) ☆

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
57/77  (57/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOJeremiah Fitz
Je suis à Chicago depuis le : 04/05/2016 et j'ai déjà payé : 684 factures et gagné : 635 gains. Il paraît que : Jamie Bell est mon double. Schizo je joue aussi : Lehr O'Siodhachain. On m'appelle : Luiyna et pour mon profil je remercie : Shiya & Tumblr.

Je suis : en train de tomber pour les beaux yeux d'une louve
Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    Jeu 21 Juil - 0:21


❝All that is gold❞
Octavia & Jeremiah
does not glitter. Not all those who wander are lost; The old that is strong does not wither, deep roots are not reached by the frost.
Jeremiah aurait aimé être comme tous ces Terrestres qu’il tuait régulièrement, être insouciant, vivre l’instant présent, comme s’il allait mourir demain. Sauf que c’était bien trop improbable pour le sorcier pour qu’il arrive à vivre ainsi, il était immortel après tout… Il fallait toujours qu’il sur-analyse tout, qu’il réfléchisse aux conséquences, à l’avenir. L’anglais prenait toujours son temps, même lorsqu’il s’apprêtait à tuer un homme, il prenait tout son temps, la patience du sniper sans doute, inspirer, observer sa proie, expirer en la regardant jouir de ses derniers instants, inspirer le doigt sur la détente, concentré sur le cible, expirer et tirer en plein cœur. Alors même dans la vie, pour les choses vraiment importantes, il préférait toujours que cela se passe en douceur, lentement, posément. Et Octavia elle était très importante, plus qu’il ne l’avouerait jamais à quiconque, peut-être bien à lui-même aussi… à la fois par peur qu’on ne se serve d’elle contre lui, mais aussi par peur de ce qu’elle pourrait faire de lui. Aimer c’était donner du pouvoir sur soi à l’autre. Et cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas donné de pouvoir à quiconque. Sauf que la louve, elle, elle n’était pas de cet avis. Il sentait la colère en elle, il avait l’habitude de la voir la ravaler, généralement avec lui, car avec les autres elle laissait souvent libre court à sa rage. Jem’ ne comprenait pas trop pourquoi, mais il savait qu’il l’avait blessée, qu’elle était vexée, et qu’elle ne rêvait probablement que de lui sauter à la gorge toutes griffes dehors. « Donc, tu ne veux pas me toucher. » avait-elle fini par lâcher, n’obtenant qu’un froncement de sourcils de la part du sorcier. Wait what ? C’était pourtant tout l’inverse, il ne voulait que ça, il ne désirait plus que ça. Et en même temps, il craignait trop qu’en cédant à cette pulsion maintenant cela ne vienne à tout gâcher. Jem’ il était inconstant depuis la mort de sa femme, il passait de bras en bras, se lassant presque instantanément de chacune de celles avec qui il avait partagé les plaisirs de la chair. Et si cela arrivait aussi avec Octavia ? Si parce qu’il s’était précipité il ruinait toutes leurs chances d’avoir autre chose ? Il savait qu’elle ne voulait pas que ça la louve, du mois était-ce ce qu’il avait compris, elle voulait vraiment faire partie de sa vie, être là avec lui, pas seulement pour quelques instants. Et lui aussi le voulait. C’était difficile à avouer pour lui, encore plus à expliquer, mais il avait vraiment besoin de la brune, qu’elle soit à ses côtés, pas uniquement dans son lit. Il la voulait tout le temps.

Elle fut la première à briser le contact, s’éloignant légèrement. Avant de lui dire qu’elle ne comprenait pas ce qu’il voulait. Ce n’était pas étonnant au fond… Le sorcier n’était pas le plus doué quand il s’agissait d’expliquer ce genre de choses. C’était délicat au fond, et pourtant si simple à la fois… « J'suis pas comme toi, j'suis pas immortel. Et j'pourrais pas t'attendre des centaines d'années. » Si c’était l’électrochoc qu’elle recherchait, elle mettait dans le mille. Il le savait. L’anglais le savait pertinemment.  Il le regrettait amèrement en cet instant. Mais que pouvait-il lui répondre ? Je sais ? Nul doute que ça ne ferait que l’énerver un peu plus. Il garda donc le silence, même quand elle l’informa qu’elle rentrait faire ses cartons. Il releva la tête pour la voir sortir de la salle de bain. Il aurait voulu la retenir, lui expliquer, mais Jem’ ne savait même pas comment il aurait pu commencer. Et il savait que s’il la retenait, il ne pourrait pas s’empêcher d’aller plus loin, pour lui prouver qu’elle avait tort, qu’il la voulait, de toute les manière possible. Mais c’était trop tôt. Il était sincère en disant ne pas vouloir brûler les étapes. Il voulait lui montrer à quel point elle comptait, il voulait lui offrir ce qu’elle lui avait demandé : qu’elle fasse réellement partie de sa vie. Ensuite seulement, ils scelleraient leur destin par cette union charnelle.

C’est en entendant la porte de l’entrée claquer qu’il prit seulement conscience qu’il était immobile depuis l’instant où la louve avait quitté la pièce. Reprenant vie –façon de parler– le sorcier finit de se sécher avant de s’habiller et de sortir. Il devait se rendre à Idris, il avait des choses à voir. Notamment comment tuer ce satané Dracula pour le mal qu’il avait fait à Octavia. Il paierait cher pour ça, et Jeremiah n’en avait cure de savoir qu’il était le chef de l’essaim de Chicago, qu’il était un des tout premiers vampires. Il le tuerait, même si cela devait être la dernière chose qu’il ferait. Tout bien reconsidérer, nul doute qu’Andrea Belson lui ferait payer lourdement cet affront, pas forcément en s’en prenant directement à lui, mais elle ferait probablement le lien avec O. Il ne pouvait pas se le permettre. Le sorcier se devait d’être malin sur ce coup, lui faire payer sans le tuer, enfin pas définitivement. Peu importe le moyen, il allait recevoir la monnaie de sa pièce.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 937 MOTS.




Contenu sponsorisé
Sujet: Re: I really need you + Fitzthorne    

 
I really need you + Fitzthorne
Aller à la page : Précédent  1, 2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: