Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
InvitéInvité
Sujet: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Sam 18 Juin - 20:50


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Des SMS, encore et toujours. Et pourtant, aucune réponse. Elle ne me répondait pas et m'ignorait depuis le soir où je lui ai sauvé la vie quand on s'est retrouvé tous les deux en mission. Et clairement, au fur et à mesure que les jours passaient, ma frustration augmentaient. Elle augmentait de façon exponentielle et là, je me retenais de ne pas péter un câble pour la traquer. Sauf qu'au bout de cinq jours, j'avais cédé. Je l'avais traqué, comme à mon habitude. C'était quelque chose de nouveau et qui était quand même assez effrayant, et énervant. Mais en vrai, ça me bouffait. Pourquoi.. pourquoi est-ce qu'elle avait cette influence sur ma vie, sur mon humeur ? Je ne comprenais pas et c'était aussi pour ça que je me montais la tête tout seul sur ce silence radio qui était de bien loin la pire chose qu'elle pouvait faire. M'ignorer, me zapper. C'était une erreur qu'elle faisait et je me devais de la retrouver et de comprendre ce qui se passait. Le lieu où elle se trouvait à présent ? Une chambre d'hôtel au sud de Chicago. Accompagnée. D'un homme. Qui n'était pas moi. Autant dire que je voyais rouge de savoir qu'elle en voyait d'autres et qu'elle ne voulait pas me voir moi. Poings serrés, je me dirigeais vers sa chambre et après avoir soufflé un coup, j'entrais dedans sans prévenir, ouvrant la porte avec force, de mon pied, pour découvrir les deux protagonistes en sous-vêtements. Mon sang fit qu'un tour. La voir face à moi, à moitié à poil si ce n'est presque entièrement, me glaçait le sang. Et je vis rouge presque immédiatement. Rapidement, j'attrapais le mec, l'attrapant par le bras tandis que je l'attirais avec moi à la sortie de la chambre. “Même pas tu tentes de rester, si tu veux rester en vie.” disais-je d'un ton cinglant et menaçant. C'était à ses risques et périls. Refermant la porte et la verrouillant, je me retournais vers Pandora, aucune expression sur le visage. Je la voyais, portant simplement des sous-vêtements sur son dos, revoyant dans ma tête la langue de l'autre gars dans sa bouche. Et là, rapidement, je me trouvais face à elle, ma main sur sa gorge, la poussant contre un mur. “Pourquoi tu me réponds pas, hein ? Pourquoi tu fais la morte auprès de moi et tu continues de baiser des vauriens qui valent rien du tout ?!” La colère s'était emparée de moi et au fur et à mesure que je continuais de me faire des films dans ma tête, ma main se resserrait un peu plus autour de sa gorge. Je ne faisais pas gaffe, je n'avais plus le contrôle. La colère avait repris le dessus et c'était comme si je n'étais plus le maître de moi-même. C'était cette autre part de moi qui était vraiment mauvaise, bien plus mauvaise que moi et qui était d'une destruction sans égale qui parlait à ma place. C'était elle qui me guidait et c'était elle qui blessait actuellement Pandora. Cette part de moi qui noircissait mes yeux, cette part démoniaque.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 1, 551 mots.
@Pandora Nichols
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Sam 18 Juin - 21:07


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
L'éviter, ne plus penser à lui. C'était ce qu'elle s'était mit en tête depuis la nuit qu'ils avaient passés ensemble après qu'il l'ait sauvé d'un coup qui aurait pu être mortel. Le problème avec la blonde, c'était que tout ce qu'elle ne comprenait pas, elle le repoussait au loin. Et là, c'était typiquement le même schéma. Elle ne comprenait pas et pour la peine, elle préférait faire comme s'il n'existait plus. Oh, elle les avaient bien vu les nombreux message qu'il lui avait envoyé mais elle avait préféré ne pas y répondre. Ignorer encore et toujours, les uns après les autres. Il finirait par lâcher l'affaire et c'était mal le connaître. Mais c'était malsain ce truc entre eux. Pour limiter les dégâts, elle avait prit la meilleure des décisions. Et puisque même les entraînements ne suffisait pas à enlever l'image de l'obscur de sa tête, elle avait trouvé la solution. Enchaîner les conquêtes, encore et toujours. Parfois plusieurs dans la journée même. Et là, elle avait une autre proie. Un terrestre sans aucune utilité, pour la sortir un peu de son monde. Dans une chambre d'hôtel miteux, elle retirait ses vêtements sans se faire prier gardant un ensemble de dentelle rouge vif contrastant parfaitement avec sa peau pâle et le blond de ses cheveux. A califourchon sur lui, elle torturait sa bouche sans vraiment réfléchir. L'envie n'était pas là mais agir de la sorte, ça l'empêchait de penser. Et la porte s'ouvrait subitement. Elle sursautait levant son regard vers l'entrée découvrant un Timothy le visage déformé par la rage. Roulant sur le côté, elle retombait sur ses deux pieds, sa proie de la soirée se levant d'un air hébété. “Même pas tu tentes de rester, si tu veux rester en vie.” Il l'avait attrapé par le bras, entraînant l'inconnu hors de vue et elle, elle restait sur place. Les bras croisés sur sa poitrine, l'air frustrée. Pour qui se prenait-il ? La colère laissait rapidement place à l'incompréhension quand, une fois en face d'elle, il enserrait sa gorge de sa main, la collant contre le mur. “Pourquoi tu me réponds pas, hein ? Pourquoi tu fais la morte auprès de moi et tu continues de baiser des vauriens qui valent rien du tout ?!” J'te dois rien qu'elle répondait sur un ton sifflant alors que la prise de l'obscur se raffermissait. Portant ses propres mains à celle de Tim, elle se débattait tant bien que mal pour respirer alors qu'il lui écrasait la trachée avec puissance. Tim.. qu'elle suffoquait alors. Il se rendait compte qu'il était en train de l'étouffer ? Que son visage virait au rouge et qu'elle était à deux doigts de ne plus avoir assez d'air ? Tapant sur son bras à plusieurs reprise, elle tentait de lui faire lâcher prise sans grand succès.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 2, 521 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Sam 18 Juin - 21:40


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
J'arrivais pas à ne pas penser à elle. Mes pensées étaient toutes dirigées vers elle et ça me rendait juste fou. Si j'avais pu passer du temps avec d'autres filles dans la semaine, c'était pour éviter de devenir complètement cinglé. Alors j'en baisais une, deux, trois par jour mais toujours dans l'espoir d'avoir une réponse de la Nephilim. Mais non, aucune. Et chaque jour, l'intensité de mes rapports aux gens étaient de plus en plus contrariés, de plus en plus énervés. Mais là j'avais craqué. J'avais besoin de la voir, de voir ce qu'elle faisait et quand j'ai découvert qu'elle était avec un autre homme, ça m'a rendu complètement dingue. Simplement habillée de ses sous-vêtements rouges, ils étaient de la même couleur que ma vision actuelle. Le sang qui ne faisait qu'un tour dans mon corps était empli de haine envers cet homme, mais envers elle aussi. Pour qui elle se prenait pour m'expulser comme ça de sa vie ? Je lui avais sauvé la vie, je l'avais mise à l'abri pour qu'elle puisse guérir et elle me remerciait comme ça ? Je vais lui apprendre la politesse moi à cette Nephilim irrespectueuse. L'homme extirpé de la chambre, je me retrouvais face à Pandora, à moitié nue, et très rapidement, ma main se trouvait sur sa gorge, la serrant fort tandis que je la plaquais contre le mur. La haine se lisait sur les traits de mon visage et j'avais envie de lui faire mal, de lui faire comprendre à quel point c'était le chaos dans ma tête actuellement. “Tu m'dois la VIE putain !” Elle avait oublié ce qui s'était passé il y a quelques jours ? Quand j'ai risqué ma place dans la garde du Nouvel Ordre, juste pour la sauver des lames mortelles de mes compatriotes ? Très rapidement, son visage devenait rouge, l'oxygène n'arrivant plus à ses poumons, n'étant plus transporté par le sang pompé par son coeur et elle allait être étouffée. Alors je la jetais sur le lit violemment, me positionnant au dessus d'elle. “Tu voulais baiser, hein, tu veux baiser c'est ça ? Alors baisons, si c'est c'que tu veux” Je défaisais ma ceinture d'une main, tandis que l'autre s'occupait de reprendre place sur sa gorge. Au moins, elle peut toujours taper avec ses bras mais sans se redresser, puisque je la plaquais sur le lit. Il était hors de question qu'elle m'échappe, c'était inenvisageable de toute façon. Cette fille est à moi, à moi et à personne d'autre. Je perdais alors toute notion de sens commun ou de réalité bien/mal. Tout ce que je voulais, c'était la posséder, de tout mon être. D'être le seul qui la fasse crier. D'être le seul qui la fasse jouir. C'était dingue d'en arriver là, mais je ne me contrôlais pas. Et j'arrivais pas à stopper, c'était trop tard, j'allais la forcer à coucher avec moi et elle pouvait pas m'en empêcher.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 3, 534 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Sam 18 Juin - 21:58


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Elle avait la vision qui se troublait, elle était mal et.. Elle avait renoncé à taper sur son bras, à bout de force, incapable de se démettre de cette situation. Il avait complètement pété les plombs. Depuis quand est ce qu'elle avait des comptes à lui rendre ? Depuis quand devait-il être le seul qu'elle avait l'autorisation de voir ? C'était du n'importe quoi, il pétait juste les plombs et de par sa colère qu'il ne contrôlait pas, il était en train de l'étrangler. “Tu m'dois la VIE putain !” Elle réagissait même pas, trouvant toute la situation absurde. Espérant juste qu'il finisse par se ressaisir lâchant la pression qu'il excerçait sur sa gorge. Et c'était ce qu'il faisait. Ce n'était juste pas pour autant qu'il s'était calmé et la décollant du mur, il la projetait sur le lit s'installant au dessus d'elle. Sous le choc, elle ne réagissait pas et lui, reprenait la parole. “Tu voulais baiser, hein, tu veux baiser c'est ça ? Alors baisons, si c'est c'que tu veux” Sa main venait attraper sa gorge une nouvelle fois en même temps qu'il défaisait son pantalon. Vraiment ? Il allait pas faire ça. Elle contrôlait plus rien, y avait ses émotions qui lâchaient prise et des larmes commençaient à inonder ses yeux. Tentant de se débattre, elle se tortillai à plusieurs reprise mais l'emprise qu'il avait sur elle était bien trop forte. Elle faisait pas le poids Pandora, elle avait pas la force nécessaire pour le repousser. Fais pas ça Tim.. Fais pas ça qu'elle arrivait à sortir entre deux sanglots. Il pouvait pas lui faire ça, pas après ce qu'ils avaient vécut.. Ils avaient vécut quoi au juste ? Elle savait même pas mais il ne pouvait pas lui faire. C'était.. Monstrueux. Elle tentait de capter son regard toujours déformé par la colère et.. Non, il pouvait pas. Arrête.. qu'elle murmurait. ARRETE. Cette fois, elle avait hurlé tentant de produire chez l'obscur un électrochoc. Sans grand succès de toute évidence puisqu'à la place, il serrait juste un peu plus sa main autour de sa gorge. Elle fermait les yeux cherchant à se réveiller de ce cauchemar. Mon dieu, il pouvait pas. Il avait tellement pas le droit de lui faire subir ça.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 4, 416 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Sam 18 Juin - 22:28

/!\ NE VRAIMENT PAS LIRE MERCI:
 

Post 5, 595 mots.


Dernière édition par Timothy Halloway le Sam 18 Juin - 23:41, édité 1 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Sam 18 Juin - 22:46


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Elle aurait voulu qu'il ait une prise de conscience, qu'il se rende compte que tout ça, c'était du n'importe quoi. Qu'il percute à quel point c'était affreux, qu'il avait pas besoin d'agir comme ça pour l'avoir. Il devait s'en rendre compte, il avait pas le droit de lui faire subir un truc pareil. De changer du tout au tout. Il pouvait pas être le gars attentionné puis la violenter de la sorte par la suite. Alors elle tentai le tout pour le tout. Le suppliant plus que de raison, lui demandant d'arrêter comme si ça allait changer quoi que ce soit. “TAIS TOI PUTAIN !” Les yeux fermaient, elle lui hurlait d'arrêter. Lui hurler de pas faire ça. Ca faisait rage à l'intérieur d'elle et pourtant, elle était totalement impuissante face à tout ça. “Ta gueule” Elle gardait les yeux fermés la blonde, elle voulait pas voir ça. Et au fond, elle gardait l'espoir qu'il arrête ça. Qu'il arrête au dernier moment, qu'un éclair de lucidité lui traverse l'esprit. “Souris Panda, c'est pas comme si on l'avait jamais fait” Elle ouvrait une nouvelle fois les yeux, horrifiée par ce qu'il était en train de dire. Comment pouvait-il être.. Aussi ignoble ? Et sa bouche venait heurter la sienne, sa langue s'infiltrant dans sa bouche sans lui laisser le moindre choix. Ses mains se baladaient sur son corps, sa poitrine et écoeuré, elle réprimait un haut le coeur. Il était vraiment en train de faire ça, de la salir à ce point, de l'user comme si elle ne représentait rien. De ses bras elle tentait de lui mettre des coups et à chaque fois qu'elle lui en portait un, la main qui enserrait sa gorge lui rappelait qu'elle n'avait pas le dessus sur tout ça. Et soudainement, il s'infiltrait en elle continuant l'acte à travers des coups de reins sans aucune douceur. La blonde, elle pleurait, elle pleurait, gardait les yeux fermés, priai intérieurement pour que son supplice s'arrête. Oh, elle aurait préféré mourir de cette dague dans le dos plutôt que subir ça. Et finalement, il se retirait la laissant user sur le matelas. Les larmes ruisselaient su son visage et immobile, elle était incapable d'effectuer le moindre geste. “Panda..” Oh non, ne l'appelle pas. N'ose même pas lui adresser la parole après ce que tu as osé lui faire faire subir. “Panda... je..” C'était la rage de l'intrépide qui parlait à ce moment là. Le visage rougis par les larmes, le dégoût sur son visage, la peur dans ses yeux. Bien sûr qu'elle avait peur de lui à ce moment précis. Comment pourrait-il en être autrement ? Et pourtant, elle glissait du lit récupérant son tee shirt pour cacher sa peau abîmé par les actes de l'obscur. Elle réalisait pas. Elle réalisait pas qu'il ait pu lui faire ça. Et soudainement, elle fonçait dans sa direction martelant sa poitrine de ses poings. T'ES UN MONSTRE ! qu'elle hurlait de rage. Un putain de monstre. Il l'avait abîmé comme jamais personne n'avait pas pu le faire. Comme personne n'avait le droit. Et elle saisissait la dague qu'il lui appartenait la posant dans les mains de l'obscur. Tu me dois au moins ça. L'achever. Parce que c'était pas viable ce qu'il venait de lui faire endurer. Elle pouvait pas garder ça. C'était de la torture qu'il venait de lui infliger. Et elle se laissait glisser sur le sol, l'air soudainement absent. Il n'imaginait même pas à quel point il venait de l'abîmer.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 6, 651 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Sam 18 Juin - 23:59


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Je me reculais. Prise de conscience. Je ne comprenais pas pourquoi j'avais fait ça, la colère étant redescendue d'un coup alors que je sortais d'elle. Je ne comprenais pas et j'étais dans l'incompréhension la plus totale. Déglutissant, je me reculais un peu plus à chaque fois, jusqu'à retrouver le mur qui se trouvait derrière moi. Forcément que je ne me sentais pas au meilleur de ma forme, je venais de commettre un acte qui, certes me représentait, mais qui venait d'être appliqué à Pandora et... non, je ne voulais pas faire ça à la base. Je remontais alors mon pantalon, rebouclant la ceinture alors que je répétais son prénom à plusieurs reprises. Impassible, je ne savais pas quoi dire, quoi faire. Je me reprenais les flashback dans la gueule au fur et à mesure que je prenais conscience de l'acte que je venais de faire et.. non, j'étais sale, j'étais un connard et.. ouais, j'avais pas su contrôler le démon en moi. J'avais pas pu reprendre le contrôle et maintenant, elle jonchait sur le lit, sale de ce que je venais de faire. Le regard fixé sur elle, je ne pouvais pas le bouger, le déplacer. C'était elle, j'avais besoin d'une réaction de sa part. J'avais besoin qu'elle vienne me reprocher les choses. Et finalement elle glissait hors du lit, attrapant le t-shirt qu'elle enfilait rapidement. Un regard dans ma direction et puis elle fonçait sur moi, venant alors asséner à mon torse tout un tas de coups tous plus forts les uns que les autres. “Je sais... putain, JE SAIS !” J'étais un putain de monstre, depuis la première fois qu'on s'est vus. Je l'avais toujours forcée à faire les choses avec moi. Je l'ai embrassée et j'ai couché avec elle. J'ai forcé les choses mais là... Je l'ai forcée à coucher avec moi. J'avais commis un viol avec celle qui me faisait sentir bien. Quel paradoxe au final. J'avais fait du mal à celle qui me faisait du bien. J'étais un monstre comme elle savait bien le dire. Et puis elle attrapait ma dague, la posant dans mes mains, me demandant clairement de la tuer. Secouant instinctivement la tête, je refusais, je pouvais pas. “Non. Pas ça” Je lâchais la dague qui tombait au sol, le regard posé sur Pandora. “Tout mais pas ça. J'peux tuer ta famille et tous les Nephilims mais pas toi” Je sais bien, je me souviens bien que la tuer avait été une obsession, mais cette dernière a changé en volonté de possession. Elle était mienne et personne ne devait lui faire du mal. Un comble quand c'est moi qui venait de la briser au plus profond d'elle. “J'voulais pas Panda, j'voulais pas j'étais... J'avais plus le contrôle” tentais-je de me défendre, sans grand succès. Même moi j'étais pas convaincu par mes mots. Tout ce que je voulais, c'était effacer ce qui venait de se passer.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 7, 521 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Dim 19 Juin - 0:20


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Si elle avait voulu croire qu'il y avait une part d'humanité en lui, elle s'était totalement trompée. Il n'en disposait pas une seule seconde, c'était inhumain de lui faire subir un truc pareil et.. Elle pensait que la haine qu'il éprouvait pour elle était partit. Qu'il y avait quelque chose de plus puisqu'il l'avait sauvé mais fallait croire que c'était pas le cas. Il ne pensait qu'à lui et sans qu'elle ne comprenne réellement pourquoi, il s'était jeté sur elle dans une colère incontrôlable. Bien sûr qu'elle n'avait pas répondu à ses messages, qu'elle l'avait évité pendant quelques jours mais méritait-elle vraiment une sentence pareil de sa part ? Il l'avait forcé, il ne lui avait pas laissé le choix comme si elle n'avait pasl e droit à la parole, comme si elle n'était pas en mesure de décider si oui ou non elle voulait faire ce genre de chose. “Je sais... putain, JE SAIS !” ALORS POURQUOI ? S'il savait, pourquoi l'avait-il fait ? Dans sa tête, c'était le chaos absolu. Elle avait mal, c'était empreint sur son visage et finalement, elle avait posé la dague dans ses mains le suppliant de faire stopper tout ça. “Non. Pas ça” Elle relevait ses yeux vers lui, cherchant à lui montrer toute la douleur qu'elle pouvait ressentir. “Tout mais pas ça. J'peux tuer ta famille et tous les Nephilims mais pas toi” Elle relevait ses genoux contre sa poitrine sans comprendre. Tout le monde mais pas elle. Tenait-il autant à sa personne pour vouloir l'épargner envers et contre tout ? Et si c'était le cas, pourquoi ne l'avait-il pas épargné sur ça ? “J'voulais pas Panda, j'voulais pas j'étais... J'avais plus le contrôle” Elle fermait les yeux, sous le choc de ce qui venait de se produire. C'est ça ton excuse ? T'avais plus le contrôle ? C'était.. Pathétique. Il pouvait même pas apporter de justification à son acte, il était juste un monstre. Les mains tremblante, elle les passait sur son visage. Elle aurait du fuir directement et pourtant, elle restait assise près de lui sans bouger. Elle comprenait plus la blonde, elle était dans l'incapacité de bouger et.. C'était le chaos dans sa tête. J'veux plus jamais que tu m'approches. Plus jamais. Et cette fois ça n'était pas comme avant. Elle était sérieuse, catégorique. Elle ne voulait plus qu'il l'approche, elle ne voulait plus jamais entendre le son de sa voix. Tu t'en vas et je t'interdis de revenir une seule fois. Je t'interdis de t'approcher de moi. Plus jamais. Pas même pour une mission parce que si ça arrivait, elle n'aurait plus aucune hésitation à le tuer.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 8, 500 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Dim 19 Juin - 1:00


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Me regarder dans un miroir après ce qui venait de se passer ? Ça me semblait être assez difficile. Ouais, je regrettais, je sentais que j'avais mal au coeur, que j'avais envie de vomir. Mais je ne pouvais pas revenir en arrière malheureusement. Elle avait été souillée par mon corps et moi, je m'en voulais encore plus. Alors me traiter de monstre, c'était tellement vrai. J'étais un monstre à présent à ses yeux et je savais que c'était justifié. “J'en sais rien, ok ?! J'EN SAIS RIEN !” C'est pas comme si j'avais pu me contrôler en fait. C'était hors de mon contrôle. Sauf que voilà, elle voulait mourir à présent et ça me faisait réaliser que c'était vraiment grave. Si j'avais pu blaguer sur ça auparavant, maintenant c'était quand même réaliste, une réalité pour elle, pour moi et ouais, si j'pouvais, j'irais vomir là. Mais non, rien ne voulait sortir et je faisais tomber la dague au sol, ne pouvant pas m'en servir sur elle. Jamais en fait. “J'étais totalement fou... Je voyais rouge. Te voir avec un autre... j'sais pas, j'sais pas...” Je soupirais, n'osant pas fermer les yeux, de peur de revoir les mêmes images que tout à l'heure. La voir encore, sous mon corps, impassible et immobile. Elle avait été forcée par moi-même et je m'en voulais encore. Mais là, elle m'obligeait à ne plus l'approcher et autant dire, ça avait l'effet d'un électrochoc. Certes, c'était normal, elle venait de subir une agression. Mais mon côté égoïste ne pouvait pas la laisser partir. Elle était mienne et.. non, je pouvais pas. “Panda..” Je pouvais pas me défaire de ce surnom, même si maintenant il était si lié à ce moment. Non, fallait que j'arrête.. mais je pouvais pas. Encore une fois, c'était l'égoïsme qui primait. “Okay” soupirais-je finalement, résolu. En fait, je ne vois pas du tout comment j'aurais pu faire autrement, elle ne voulait plus me voir et elle allait me repousser à chaque approche. Peut-être pourrais-je tenter plus tard, mais là c'était mort. Tout simplement. “Je... désolé” Je rattrapais ma dague au sol et je m'éclipsais de la pièce, la laissant seule dans cet endroit de malheur. C'était la première fois que je disais ces mots, à une autre personne que Maddison, et je sais pas si ça allait avoir un impact. Le fait est que, chamboulé par ce qui venait de se passer, c'était sans faire la moindre attention à mon environnement que je sortais de l'hôtel. Et c'était à ce moment là qu'avait choisi un loup-garou pour m'attaquer. M'attaquer de face, avec ses griffes, qui s'étaient enfoncées dans ma peau, le long de mon torse. Ouais, la blessure était profonde et m'avait carrément surpris sur le coup. Mais il allait me mordre là, il allait me mordre et j'avais pas envie de ça, alors j'attrapais ma dague en vitesse et je la lui plantais dans l'épaule avant de la retirer. C'était avant de pouvoir faire quoique ce soit de plus qu'il avait décidé de s'en aller, me laissant alors seul, ici dans ce coin de rue, blessé. Baissant le regard sur la blessure, je voyais le sang couler et je tombais contre le mur, toussant et sentant le goût ferreux du sang dans ma bouche. “Merde...” Je l'avais pas vue venir celle là.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 9, 601 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Dim 19 Juin - 1:31


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Après ce qu'il lui avait fait, comment est ce qu'elle pourrait éprouver la moindre pitié à son égard ? C'était juste pas possible en réalité. Elle ne pouvait plus l'épargner, elle ne pourrait plus le regarder comme elle avait prit l'habitude de le regarder. Parce que ce qu'il venait de lui faire là, c'était la chose la plus ignoble au monde et non, c'était la dernière fois qu'elle le laissait partir vivant. S'ils retombaient l'un sur l'autre, elle n'hésiterait pas une seule seconde. “J'en sais rien, ok ?! J'EN SAIS RIEN !” C'était tellement hypocrite de sa part de se mettre à hurler. C'était à elle d'être dans tout ses états, seulement elle. Il avait pas le droit d'hurler de la sorte parce que s'il y avait quelqu'un qui devait être en colère dans cette pièce ce n'était qu'elle. “J'étais totalement fou... Je voyais rouge. Te voir avec un autre... j'sais pas, j'sais pas...” Et puis quoi ? Il allait lui sortir que ce n'était qu'une question de jalousie ? N'importe quoi. Ils se devaient rien, ELLE ne lui devait rien. Ils étaient simplement.. Elle savait même pas mais à l'heure d'aujourd'hui, ils n'étaient définitivement plus rien. Quoi qu'il en soit, il l'avait sali, bafouée et tout ça pour une jalousie qui n'avait même pas lieu d'exister. Ca la rendait dingue d'entendre un truc pareil, de se dire que ce qui n'était qu'un vulgaire plan cul avait pété les plombs de la voir avec un autre et avait finit par lui faire subir ce calvaire juste par possessivité. “Panda..” Elle lui lançais un regard noir levant la main pour lui intimer de se taire. Il avait perdu le droit de l'appeler. Que ça soit un surnom, un prénom. Peu importait. Elle ne voulait plus exister pour lui et vice versa.“Okay” Elle calait sa tête entre ses genoux inspirant lentement. Pour une fois qu'il écoutait ce qu'elle disait, c'était presque choquant. “Je... désolé” Oh, s'il savait à quel point elle se fichait de ses excuses. Ca lui passait clairement au dessus de la tête. Il pourrait lui demander pardon des millions de fois que ça ne changerait jamais rien à ce qu'il avait fait. Alors il pouvait aller en enfer lui et ses pardons, elle n'en avait strictement rien à faire la blonde, trop blessée dans son estime, trop brisée par ce qu'il lui avait fait. Il quittait la pièce et elle attendait quelques minutes avant de se relever. Récupérant son short, elle enfilait celui ci s'arrêtant devoir le miroir miteux pour remettre ses cheveux en place. Question d'apparence. Elle était Pandora et jamais elle ne parlerait de ça aux autres Néphilim. Jamais elle ne laisserait quiconque apprendre ce qui venait de se passer. Encore moins sa famille. C'était bien plus qu'une question de fierté à ce niveau là mais.. Elle ne voulait pas qu'on sache qu'elle avait pu se retrouver dans cette situation. Passant ses doigts sous ses yeux elle essuyait les traces de noir sous ses yeux et elle entendait le bruit infernal dans la rue. Un loup Sortant par automatisme son poignard séraphique, elle se précipitait dans les escaliers et.. Rien. Personne. “Merde...” Sa tête se tournait vivement découvrant un Timothy sur le sol. Un Timothy couvert de sang. Un Timothy qu'elle n'avait jamais vu comme ça. Elle réfléchissait même pas, elle mettait tout de côté courant en sa direction se laissant tomber à côté de lui posant ses mains sur les blessures béantes qui ornaient son torse. Chut, ça va aller.. qu'elle murmurait fouillant frénétiquement dans les poches de l'obscur avant d'en sortir la stèle qui lui appartenait. Elle lui plaçait dans la main reprenant aussitôt la parole soigne toi.. Come on Tim, reste pas comme ça. Elle paniquait la blonde, elle paniquait vraiment. En réalité, elle voulait pas le voir mourir, elle ne le voulait pas. S'il te plaît Tim, fais un effort.. S'il te plait. Bien sûr qu'elle le suppliait. Parce qu'il devait utiliser sa saleté de stèle pour s'en sortir, c'était pas possible autrement en fait. Je retire ce que j'ai dis ok ? Si.. Si tu veux m'approcher ok mais utilise ta putain de stèle ! Et on l'entendait dans sa poids qu'elle frôlait la crise d'hystérie à se moment là. Elle posait même son front contre le sien plaquant ses mains une nouvelle fois sur la blessure que le loup lui avait infligé imaginant que ça pourrait stopper un tant soit peu l'hémorragie.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 10, 826 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Dim 19 Juin - 2:36


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Désolé. Le mot, j'ai du le dire maximum cinq fois dans ma vie, principalement dans mon enfance à mes parents, ou quelques fois à ma soeur quand j'allais un peu trop loin. C'était le mot qui était presque proscrit de mon vocabulaire parce que j'assumais chacun de mes actes. Mais là, là, c'était pas ce que je voulais. C'était comme si j'étais éjecté de mon propre corps et que j'avais été dans l'incapacité d'agir comme bon me semblait. Le démon en moi avait pris le contrôle et la possessivité que je pouvais ressentir à propos de Pandora m'avait poussé à la posséder charnellement, contre son gré. Et maintenant, je m'en allais, respectant sa volonté de m'éjecter de sa vie. Mais marchant sur le trottoir, à peine sorti de l'hôtel où venait de se produire le pire souvenir de la Nephilim, je fus accaparé par un loup-garou qui attendait que je sorte. Et il n'était pas venu en ami, non. A peine posté devant moi que ses griffes venaient s'enfoncer dans mon corps, au niveau de mon abdomen, et remontaient jusqu'à mon torse. Et s'il voulait m'attaquer de nouveau, par une morsure, je tentais de l'en empêcher, l'attaquant avec ma dague. Ouais, je n'étais pas certain qu'une telle attaque l'empêche de continuer mais visiblement oui, puisque je le voyais détaler plus loin, m'abandonnant à mon propre sort. Mais clairement lacéré jusqu'à mes boyaux, je tombais contre le mur, sentant mon sang couler le long de mon corps. Je suffoquais, j'avais le goût de mon propre sang dans la bouche et je me sentais mal. J'allais mourir là, si je me laissais me vider de mon sang. J'allais mourir parce que je n'avais pas été capable d'être aux aguets quand un loup-garou m'a attaqué par surprise. Mais visiblement, l'état dans lequel j'étais avait poussé Pandora à tirer un trait sur ce qui venait de se passer. La jeune femme venait de courir à mon chevet, tentant alors de me sauver comme elle pouvait. Elle ne le pouvait pas, sa stèle ne pouvait pas agir sur ma personne. Elle me tuerait si elle le faisait. Mais c'était pour cette raison qu'elle cherchait la mienne, fouillant dans mes poches, à la recherche de cet objet qui pourrait me sauver. “J'voulais pas Panda.. j'voulais pas” disais-je avant de cracher du sang. Ouais, c'était dégueulasse, mais j'avais pas tellement le choix, j'allais cracher du sang encore pendant plusieurs minutes, avant que le seuil critique ne soit atteint et que la majorité de mon quota vital soit en dehors de mon corps. Tremblant, je me retrouvais avec ma stèle dans les mains, la Nephilim l'ayant trouvé et l'ayant placé là, afin de me pousser à me soigner. Mais je n'avais aucune force et je ne savais pas comment faire pour en trouver. “On peut rien.. on.. on peut rien faire... Laisse moi partir” Je déglutissais avec bien du mal, le goût étant juste affreux dans ma bouche, mais j'allais devoir m'y habituer, puisque c'était le dernier goût que j'aurais de toute façon. Son front contre le mien, je ne comprenais pas pourquoi elle voulait me voir guérir, elle qui voulait que je la tue quelques instants plus tôt. Non, je ne comprenais pas et... j'avais du mal à assimiler tout ça. Peut-être même que c'était qu'une hallucination au final. Mon subconscient me disant que je voulais la voir une dernière fois et que je devais me battre pour ne pas mourir. Mais.. non, j'avais pas la force. Fermant les yeux, posant ma main libre sur sa joue, quand bien même elle soit recouverte de sang, je lui confiais une nouvelle fois “Je suis désolé... pour tout” Moi, Timothy Halloway, jumeau et Parabatai de Maddison Halloway, venait une nouvelle fois de s'excuser auprès de la jeune femme qu'était Pandora Nichols, des actes commis durant les dernières semaines. Elle avait pris une place dans ma vie, inattendue, inexplicable. Indescriptible même. Et au final, elle était la deuxième raison qui fait que je devrais me battre pour rester en vie. Mais j'arrivais tout simplement pas à trouver la force. J'avais du mal à tenir ma stèle et j'avais du mal à rester éveillé. Alors comment allais-je pouvoir invoquer le démon qui me permettrait de guérir. Je caressais doucement sa joue, y laissant un peu de sang avant de laisser tomber ma main contre moi. Ma blessure continuait de laisser le sang s'échapper et je commençais à fermer les yeux, la force s'échappant encore plus vite que tout à l'heure. Oui, c'était dur, oui, c'était compliqué mais j'abandonnais, tout simplement. Je n'avais plus vraiment de raison de me battre. Maddison ne m'en voudra pas... enfin si, mais je ne serai plus là pour entendre ses plaintes.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 11, 850 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Dim 19 Juin - 14:55


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Elle était totalement impuissante dans cette situation et elle détestait ça. Mais il était hors de question qu'elle le laisse mourir. Hors de question qu'il se vide de son sang sous ses yeux. Elle avait l'impression de revivre la même scène qu'avec Laeticia et ça lui tordait les entrailles avec violence. Non, il ne pouvait pas mourir, il en était hors de question. Horrifiée, elle continuait de compresser ses mains sur sa poitrine sentant le sang glisser entre ses doigts. Non, non non. Il pouvait pas mourir, pas maintenant. Et ça lui filait la nausée tout ce sang, de le voir dans cet état, les boyaux à moitié à l'air. Elle avait envie d'hurler, de tout casser autour d'elle et lui.. Il faisait aucun effort. Elle lui avait plaqué cette putain de stèle dans la main mais sans son aide, sans un peu d'effort de la part de l'obscur, elle ne pourrait rien faire. Utiliser sa propre stèle de Nephilim sur lui équivaudrait à le tuer encore plus vite et il en était hors de question. “J'voulais pas Panda.. j'voulais pas” C'était pas le moment pour avoir cette conversation. Pour tenter d'expliquer le pourquoi du comment. C'était juste pas le moment et elle refusait d'écouter quoi que ce soit. Il n'avait pas le droit de parler comme s'il allait mourir, il avait pas le droit. Elle avait envie de le frapper pour le faire réagir, de le secouer dans tout les sens mais elle savait aussi qu'en employant ce genre de réaction, elle ne ferait qu'accélérer le processus. “On peut rien.. on.. on peut rien faire... Laisse moi partir” Non. Elle avait envie d'hurler, ça faisait rage à l'intérieur de la chasseuse d'ombre. Et la panique commençait à prendre un peu trop le dessus quand, en dépit de ses efforts, l'obscur ne faisait rien pour arranger son cas. Mais il comprenait pas ? Il comprenait pas qu'elle ne voulait pas le voir mourir ? Timothy Halloway, si tu meurs maintenant tu peux être sûr que je te haïrais jusqu'au bout de ma vie. Bien sûr qu'elle le menaçait, elle savait pas vraiment quoi faire d'autre pour le faire réagir. Et elle était pas bête l'intrépide, elle savait qu'elle comptait pour lui, c'était visible à des kilomètres alors peut être.. Peut être que si elle lui disait des horreurs en rapport avec son manque d'effort, il finirait par avoir une réaction. La main de l'obscur venait se poser sur son visage alors que des larmes recommençait à couler de ses yeux. Pourtant, elle pleurait jamais l'intrépide, elle cachait ses émotions à tout le monde et lui, c'était la troisième fois qu'il la voyait en position de faiblesse. “Je suis désolé... pour tout” La ferme ! Qu'elle clamait la blonde. Qu'il la ferme un peu. Elle voulait pas entendre ses excuses, pas maintenant. Elle avait les mains poisseuse, du sang partout sur elle et pourtant, elle avait encore l'espoir qu'il utilise sa foutu stèle. Qu'il fasse quelque chose. Les doigts de l'obscur caressait doucement sa joue et la main de ce dernier finissait par retomber le long de son corps. Non, non, non. Elle avait envie de tout casser, il pouvait pas. Elle tentait le tout pour le tout et y avait rien qui arrivait à le secouer au moins un peu. Il fermait les yeux et elle avait l'impression de mourir avec lui. Elle passait ses doigts fin sur les joues de Tim le suppliant à mi voix. S'il te plait Tim.. S'il te plait. Elle libérait une de ses mains la posant sur celle de l'obscur où était posé la stèle. Allez utilise la putain, t'attends quoi pour l'utiliser ? Elle comprenait pas pourquoi elle accordait autant d'importance à tout ça alors qu'un peu plus tôt, elle aurait souhaité pouvoir le tuer de ses propres mains. Oh, dans la logique des choses, elle aurait du le laisser se vider de son sang. Le laisser mourir sans y accorder la moindre importance après ce qu'il avait osé lui faire subir mais.. Elle ne pouvait pas. Elle le regardait là et elle pouvait pas se résigner à le laisser partir. Il avait eu cet effet sur elle, le genre de chose qu'on ne contrôle pas, qu'on ne comprends pas. Bien sûr qu'elle comprenait pas cette addiction qu'elle avait pour lui, la blonde elle savait pas pourquoi est ce que malgré tout elle restait obnubilée par lui mais c'était le cas et non, elle pouvait pas le laisser partir. Son front venait à nouveau se coller contre celui de l'obscur, ses mains caressaient doucement son visage et.. Tant pis pour le sang de partout, tant pis pour tout ça. Elle posait ses lèvres sur les siennes, doucement. Espérant inconsciemment que ça pourrait le faire réagir. Et elle avait aucune idée de si ça pouvait marcher mais après ce qu'il avait fait, ce qu'il lui avait fait, il était dans l'obligation de l'écouter. Me laisse pas s'il te plait. Ne lui meurs pas dans les bras.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 12, 905 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Dim 19 Juin - 21:25


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Il n'y avait pas pire sensation que de sentir sa peau se déchirer sous les griffes acerbes d'une créature surnaturelle. Le sang coulait, affluait comme l'eau qui suivait son cours d'un point A à un point B. Sauf que là, il n'y avait pas de point B. Ça coulait, ça coulait et ça se répandait au sol, cherchant à s'étaler le plus possible. Forcément que la force me quittait peu à peu alors, quand Pandora débarquait pour me dire de me guérir, me donnant la stèle dans les mains après m'avoir fouillé pour la trouver, je ne pouvais pas. Je ne pouvais tout simplement pas parce que faire des efforts reviendrait à faire couler encore plus le sang et... quitte à mourir, autant que ça dure le plus longtemps, que je puisse la regarder et m'imprégner de son visage. Je l'avais brisée cette fille, malgré moi. Je l'avais brisée, je l'ai vu dans son regard tout à l'heure, alors ouais, je ne comprenais pas pourquoi elle me forçait à utiliser cette putain de stèle, alors qu'elle m'a dit qu'elle voulait me tuer si elle me revoyait. C'était l'occasion en fait, c'était le moment de me laisser mourir et de ne plus avoir à me voir par la suite. Ou alors, il me manquait une information. Une information cruciale qui expliquerait alors la raison qui fait qu'elle veuille que je reste en vie. Mais là, je n'étais pas en position de réfléchir des masses. Tout ce que je souhaitais, c'était oublier cette soirée qui allait de pire en pire. “Tu me hais déjà” confiais-je doucement à la chasseuse d'ombre, avant de me mettre à tousser, crachant un peu plus de sang par la même occasion. Ouais, elle me haïssait, je ne pouvais plus l'approcher. Alors à quoi bon me battre ? J'avais perdu toute envie de rester là, de trouver une excuse pour avoir la force de me guérir. Et quand je cherchais à m'excuser une nouvelle et dernière fois auprès de la blonde, elle me gueulait dessus, au tac-o-tac. La ferme. Aucune réaction. Elle me gueulait dessus mais je ne réagissais pas. A quoi bon. C'est pas comme si ça allait changer quoique ce soit. Si je me guérissais, si je faisais cette rune de guérison à l'aide de la stèle, elle ne voulait plus me voir, elle voulait me tuer de ses propres mains. Enfin, elle voulait que je reste en vie et elle n'était pas assez tordue pour me forcer à guérir et ensuite me tuer. Alors quoi, elle voulait vraiment que je reste en vie ? Ça n'avait aucun sens. Vraiment aucun sens. Mes doigts avaient caressé sa peau, qui commençait à être recouverte de ses larmes, mais la force n'était pas suffisante et mon bras retombait le long de mon corps. Je commençais en plus de ça à avoir du mal à respirer mais ça, c'était qu'un détail. Après tout, la fin était proche et c'était qu'une question de temps. Elle serait libérée du fardeau que j'ai pu être. De la plaie qui ne faisait que l'irriter la plupart du temps. Celui qui venait de lui faire subir la pire chose. Sa main avait caressé mon visage avant de finalement retrouver celle qui tenait la stèle. S'il te plait Tim.. S'il te plait. Encore une fois, tout ceci m'échappait. J'avais été salaud, connard, enculé. Violeur. Et pourtant, elle ne voulait pas que je m'en aille, elle ne voulait pas me voir partir et mourir en paix. Elle se résignait pas, comme Rose qui tentait d'épargner Jack quand le Titanic coule. (#choquéedéçue, le Titanic coule à la fin) Déglutissant, avalant alors ce liquide au goût de fer qui avait envahi ma bouche, je me sentais mal, affaibli et complètement désemparé. Comment je pouvais trouver la force ? Mes yeux étaient fermés et j'attendais que mon heure arrive. Que je sois emporté à travers les mondes pour rejoindre les enfers. C'est pas comme si j'avais une chance de me retrouver au paradis avec tout ce que j'ai pu faire. Alors ouais, je m'attendais à rejoindre les enfers. Sauf que là, j'avais encore toutes les sensations et je sentais le front de Pandora se coller au mien. Elle était là, contre moi. Sa respiration venait s'abattre contre ma peau. Ses mains venaient caresser ma peau, et je sentais le sang qui se collait sur mes pores. Sauf que je m'en fichais pas mal au final, je me laissais mourir alors qu'elle me barbouille, si ça peut lui faire plaisir. Ouais, et qu'elle m'embrasse aussi. Mais non, ça, ça ne me laissait pas de marbre, malgré tout ce que je pouvais tenter de dissimuler. Ses lèvres sur les miennes, contre toute attente, ça faisait accélérer mon rythme cardiaque. Pourquoi m'embrassait-elle ? Pourquoi le faisait-elle alors que j'avais été ignoble ? C'était encore une fois un acte qui me dépassait. Me laisse pas s'il te plait. Je soupirais, grimaçant alors que je levais mon bras avec lequel je tenais la stèle de ma main. L'agrippant du mieux que je pouvais, j'invoquais le démon qui me permettrait de guérir et je dessinais la rune sur mon bras, le plus haut possible, que ce soit proche de ma blessure importante. Puis dès qu'elle fut dessinée, je laissais ce bras tomber, relevant le regard pour regarder Pandora “Voilà..” disais-je avant de tousser, crachant une nouvelle fois du sang. Et petit à petit, la blessure se refermait sous mon t-shirt lacéré par les griffes du loup-garou, laissant cependant les blessures internes telles qu'elles sont, pour le moment. “Panda..” Ma main venait retrouver une nouvelle fois son visage, le caressant encore une fois. Sa peau si douce.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 13, 1002 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Dim 19 Juin - 22:11


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Il avait pas le droit de lui faire ça. Elle était contre ça, il avait pas le droit de lui faire vivre l'enfer et de lui mourir dans les bras par la suite. A ce moment précis, elle pensait plus à la colère et le dégoût qu'elle avait pu éprouvé avant. Il n'y avait plus que cette peur indescriptible de sentir son dernier souffle. Elle était contre cette possibilité et haïssait le fait qu'il n'en fasse qu'à sa tête. De ne pas pouvoir l'aider. De n'avoir aucune solution pour l'aider d'elle même. Au final, tout reposait sur lui. Il était le seul à pouvoir arranger tout ça, à en faire une meilleure situation, sauf qu'il n'était pas déterminé. Il voulait mourir et ça la dépassait totalement. Elle pouvait faire quoi au juste à part lui crier dessus ce qui n'avancerait probablement à rien ? “Tu me hais déjà” Elle poussait un soupir sans trop savoir quoi surenchérir. Ses mèches blondes étaient imbibés de sang, son coeur battait bien trop vite et.. Il avait pas tord. Elle éprouvait de la haine pour lui. Parce que ce qu'il lui avait fait dans cette chambre était inadmissible. Personne ne pouvait pardonner un truc comme ça. Le pouvait-elle ? Semblai-il que oui. Il suffisait de voir sa réaction à ce moment précis. Plutôt qu'éprouver du dégoût pour sa personne, plutôt que le laisser mourir comme un chien, elle était là. Elle était là, à moitié avachi sur lui, le visage inondé de larme, la peur lui nouant le ventre. Et tout ça pour quoi ? Parce qu'elle ne voulait pas le voir partir. Parce que partout en elle, ça hurlait devant cette possibilité. Elle comprenait pas ce qu'elle avait pour lui, pourquoi est ce qu'elle lui accordait autant d'importance mais c'était bel et bien là. La preuve était que de base, si elle avait arrêté de répondre à ses messages s'amusant à coucher avec les premiers venu, c'était tout simplement pour se le sortir de la tête. Pour qu LUI, Timothy Halloway, cesse d'hanter son esprit à chaque seconde. Alors oui, il y avait bien quelque chose, quelque chose où elle n'arrivait pas à placer de mot dessus mais c'était bel et bien réel. Puis c'était de Pandora dont il s'agissait. Elle était avare sur les sentiments, les discussions. Forcément que là, ça n'échappait pas à la règle. Il avait pas comprit lui, il avait pas comprit parce qu'elle parlait pas assez mais c'était pour son propre bien qu'elle avait agit de la sorte. Pour ne pas plonger dans quelque chose de totalement malsain. Et voilà le résultat. Elle tentait de sauver coûte que coûte celui qui venait d'être son bourreau. Non. qu'elle répondait sur un ton catégorique. J'voudrais mais j'y arrive pas. Elle le détestait par fréquence mais suffisait qu'elle le regarde pour que le sentiment s'envole. C'était insupportable cette situation, complètement. Et elle détestait se sentir de cette façon, ne plus avoir d'emprise sur tout ça. Pourquoi avait-il fallut qu'il croise sa route ? Tout aurait été tellement plus simple si leurs chemin s'était croisé sur une mission. Alors elle l'embrassait. Simplement. Un simple baisé, rien de prononcé. Juste pour donner de l'impact, pour qu'il comprenne et par l'ange, elle espérait qu'il ait comprit. Entrouvrant ses paupières, elle le regardait fermer sa main autour de la stèle se décidant finalement à faire la foutu rune. “Voilà..” C'était probablement le soulagement qui faisait qu'elle pleurait encore plus à ce moment précis. Ouais, ça devait être ça. Mais c'était comme si elle s'arrêtait plus. T'es un idiot Halloway. De lui avoir fait aussi peur, d'avoir déclenché tout ça chez elle. Pandora, c'était l'impassible, la froideur même, la tête brûlée. Et face à lui, elle avait tout perdu se laissant aller dans la terreur de la perdre. “Panda..” Elle fermait les yeux au contact de sa main ne réagissant même pas au surnom qu'il venait encore de lui donner. En réalité, ça lui importait peu. Et elle restait comme ça pendant ce qui lui semblait être une éternité avant de se redresser tentant sa main pour l'aider à son tour. Il faut qu'on retourne à l'intérieur. Qu'elle lui disait le laissant l'utiliser comme une béquille. Heureusement que sa rune d'invisibilité marchait encore, avec tout le sang répandu sur sa peau, elle en aurait effrayé plus d'un sans l'ombre d'un doute. Et quand ils arrivaient finalement à la chambre, elle le guidait jusqu'au lit le laissant prendre place sur celui ci. Elle inspirait profondément se dirigeant vers la salle d'eau remplissant une bassine d'eau et récupérant les serviettes à disposition. Enlève ton tee shirt. Elle posait la bassine sur la table de chevet l'aidant à se défaire de celui ci avant de tremper une serviette dans l'eau chaude. La blonde elle l'essorait avant de la pauser sur le torse ensanglanté de l'obscur tentant de nettoyer du mieux qu'elle pouvait. Tu me dis si je te fais mal.. Elle y allait en douceur mais elle savait que si les plaies avaient disparut, la douleur intérieure, elle, était toujours bel et bien présente. Toujours avec autant de précaution, elle réitérait le geste des dizaines de fois, rinçant la serviette avant de la plonger une nouvelle fois dans l'eau. Faudra vraiment qu'on parle. De tout ça, de tout les évènements. Ils pouvaient pas rester comme ça de toute façon, c'était juste pas possible. Ils avaient besoin de parler, de mettre les choses aux clairs. Y avait trop de truc flou dans son cerveau et il lui devait au moins des explications.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 14, 1014 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Lun 20 Juin - 0:46


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Je n'avais pas peur de la mort, je la confrontais tous les jours et j'acceptais quand elle était là pour moi. Et là, c'était un coup du destin. Si Pandora voulait me voir mourir tout à l'heure, elle avait la possibilité de me voir réellement mourir à présent. Mais pour une raison qui m'échappe, elle voulait que je survive à cette attaque. Elle voulait que je reste en vie et que je me guérisse grâce à une rune démoniaque. Mais pourquoi ?! C'était l'interrogation du moment qui, malgré mon état, m'obsédait légèrement. En même temps, tout ce qui concernait Pandora m'obsédait. Elle avait ce truc qui m'avait capté dès la première fois qu'elle m'a confronté. Elle m'a épargné. Une fois. Deux fois. J'allais la tuer et puis elle a pris le dessus, préférant s'en aller encore une fois plutôt que de me tuer. Et quand je l'ai vue dans le cimetière, qu'on a couché ensemble ce soir-là, encore autre chose s'est produit. Une espèce d'addiction. En fait, il y avait ce lien interdit, qu'on bravait contre toute attente. Pourquoi aller à l'encontre de tout ça ? Nos prises de position politique ? Pourquoi pas. Mais bon, moi je m'en fichais. Coucher avec elle ne changeait rien en fait. J'avais toujours cette envie de tuer des Nephilims. Et je l'avais fait, même la fois où nous étions en mission et que je l'avais remarquée. J'en avais tué quelques uns avant de la voir et qu'elle soit blessée. Et ce qui s'était passé par la suite, c'était troublant. Avenant, prévenant, tendre. C'était pas moi, et pourtant, je n'avais pas pu m'en empêcher. Je l'avais tiré de la merde, je l'avais protégée des potentielles attaques de mes compatriotes et emmenée dans un endroit sain et sauf, où elle pouvait se guérir sans avoir peur de quoique ce soit. On s'était embrassés plusieurs fois, sans avoir cette envie dévorante de sexe. Et c'était le plus perturbant au final, que ce soit comme ça et pas comme d'habitude. Et puis il y a eu ce soir. Ce soir où les choses ont dérapé. Les choses sont devenues aussi noires que mon âme. Aussi noires que l'ensemble des âmes des Obscurs. C'était vraiment affreux et pourtant, elle était là, à vouloir me sauver. C'était illogique et plein de non-sens. Et c'était aussi pour ça que je ne fournissais aucun effort, pensant qu'elle me haïssait réellement. Non. Quoi ? J'voudrais mais j'y arrive pas. Si j'avais pu, j'aurais froncé des sourcils, mais ce n'était pas le cas. Je ne comprenais juste pas et je m'affaiblissais de surcroit. Et le pire dans tout ça ? C'est que, son front collé au mien, elle venait m'embrasser. Tendrement, comme quand c'était elle qui était blessée. C'était bizarre mais.. ça me donnait la force de me battre. Les actes étaient bien plus forts que les mots et.. ouais, j'avais agrippé ma stèle et j'avais dessiné la rune de guérison sur ma peau, afin de permettre à ma blessure de se refermer. C'était presque aussi rapide que le temps de souffler, et je le confirmais à la jeune femme. C'était fait. Et je la voyais encore plus pleurer, ce qui était assez perturbant, et c'était pour cette raison que ma main venait retrouver son visage, la caressant doucement, alors que ce surnom qu'elle détestait tant sortait de mes lèvres. “J'suis pas idiot” Non, j'étais juste réaliste. A quoi bon vivre ? Mais j'allais survivre. Grâce à elle. Et puis j'attrapais sa main quand elle voulait qu'on aille à l'intérieur de l'hôtel, dans cette chambre de malheur. Mon bras sur ses épaules, je marchais difficilement, la suivant jusqu'à la porte. J'étais bien content d'avoir ma rune d'invisibilité, elle aussi. Le sang était présent sur mon t-shirt lacéré, sur mon pantalon aussi. Elle aussi en avait pas mal sur elle et du coup, c'était préférable de rester invisible aux yeux des gens "normaux". Et puis une fois dans la chambre, mon regard se posait sur le lit. Je déglutissais une nouvelle fois avant de me laisser guider dessus. Forcément que j'étais pas au meilleur de ma forme. Que ce soit de ma condition physique, mais également mentale. Assis, tandis qu'elle allait s'occuper dans la salle de bains, je m'installais sur ce lit, préférant de loin être ailleurs. Mais je prenais sur moi, la douleur, le mal-être, et je m'allongeais, attendant qu'elle revienne. Une fois qu'elle est de nouveau là, je m'exécutais, avec son aide, pour retirer ce vêtement qui ne servait plus à grand chose maintenant. “Merci” J'appréhendais un peu le moment où elle poserait cette serviette mouillée sur ma peau et.. ouais, je n'avais pas pu m'empêcher de grimacer légèrement quand elle la posait sur moi. Seulement, c'était nécessaire. J'avais du sang partout, sec et collant, qui devait pourtant être retiré. “Continue” disais-je pour l'inciter à continuer malgré tout. C'était pas comme si je pouvais pas endurer la souffrance. Certes, tous mes boyaux étaient lacérés et ça allait prendre du temps avant que je redevienne normal, mais c'était un mal pour un bien. J'irai bientôt mieux et je pourrai reprendre le cours de ma vie. Et puis, alors qu'elle avait répété l'opération plusieurs fois, elle lançait des mots qui, forcément, m'avaient stoppé d'un coup d'un seul. “Parler.. On peut le faire là, si tu veux” Après tout, elle pouvait être sûre que je ne pouvais pas m'échapper. Et du coup, elle pouvait dire tout ce qu'elle voulait, j'allais devoir répondre à n'importe quelle question. Cependant, j'avais quand même quelques frayeurs quant à ce qui pouvait être mentionné. Le viol ? L'attaque du loup-garou ? Le reste ? J'avais peur, mais je le montrais pas. Comme à mon habitude en fait. Je pouvais comprendre qu'elle soit perdue, je l'étais aussi de mon côté en fait. Parce que putain, c'était une colère noire qui faisait que j'avais perdu le contrôle tout à l'heure, une colère noire et démoniaque. “J'supporte pas.. de t'voir avec un autre. De... t'imaginer avec un autre. Et.. ouais, savoir que tu veux plus m'revoir, ça m'a pas donné envie de m'battre pour ma vie” C'était de la confession là, quelque chose d'inédit pour moi, qui est aussi fermé qu'une huître en temps normal. Et pourtant, je l'avais fait là, j'avais tenté de mettre des mots sur ce que j'ai ressenti cette dernière heure, et c'était loin d'être glorieux. Rien de ce que j'ai pu faire me rendait fier. Mais je devais assumer et je pouvais aussi me douter qu'à la suite de la soirée, elle me ressorte une nouvelle fois qu'elle ne veuille plus me revoir. C'était possible, et quant bien même je n'en ai pas envie, fallait bien que je l'accepte. Soulevant le bras, je venais, encore une fois, caresser sa joue. Faut croire que j'aimais un peu trop ça. “Tu m'rends complètement fou.. Un fou atteint de la folie la plus folle... mais quelque part, j'ai pas envie que ça change” Un peu trop masochiste sur les bords faut croire.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 15, 1288 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Lun 20 Juin - 1:25


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Oh, il avait pas le droit de ne pas y répondre. Il avait pas le droit d'esquiver quoi que ce soit parce que si la blonde était convaincu de quelque chose, c'était bien qu'il lui devait au moins ça. Et après les actes passés, tenter ne serait qu'une seule seconde de se désister de tout ça, ça serait se foutre de sa gueule avec violence. Alors elle comptait bien le faire parler qu'il le veuille ou non. Puis elle était fourbe la blonde, elle n'était certainement pas un modèle de sainteté. Et s'il tentait réellement de dévier les sujets, elle n'aurait aucun remord à lui balancer ses tords en plein visage. C'était comme ça qu'elle fonctionnait Pandora. Sans aucun état d'âme. Encore moins quand il lui avait fait ce qu'il avait fait. A cette pensée, un frisson lui parcourait l'échine et la blonde, elle fermait les yeux quelques secondes tentant de chasser les images de son esprit. Probablement qu'elle ne comprendrait jamais pourquoi est ce qu'il avait fait ça, probablement que ça ne s'effacerait pas et qu'au fond, elle aurait toujours au fond d'elle cette douleur. Parce qu'elle aurait jamais pensé qu'il puisse lui faire ça Pandora. Malgré la noirceur qui émanait de lui, elle aurait pas cru qu'il était capable de ça. Et ça lui donnait la nausée de repenser à sa main autour de sa gorge. A la violence avec laquelle il l'avait traité. Mais s'il y avait bien un truc qu'elle savait la blonde, c'est que se repasser ce film en boucle dans la tête ne l'aiderait pas. Au contraire, ça la tirerait vers le bas et.. Aussi étrange que ça puisse paraître, elle ne voulait pas. Avoir été à deux doigt de le perdre lui avait suffisamment prouvé qu'elle avait ce truc avec lui. Cette addiction qui la rendait folle. Ce besoin irrépressible d'être avec lui. Pourtant, elle avait tenté de lutter. Certes, pas si longtemps que ça, à peine quelques jours mais elle avait tenté. Et en dépit de tout ses efforts, il était resté omniprésent dans son esprit. Peut être que lutter contre ça ne servait strictement à rien. Peut être qu'aussi elle n'avait pas réellement envie de lutter. Alors que la haine aurait du être présent dans son regard, il n'en était rien. Non, à la place elle n'était que douceur continuant à nettoyer son abdomen, s'inquiétant de lui faire plus mal que de raison. Timothy c'était son addiction Assise à côté de l'obscur, elle prenait sa tâche à coeur enlevant petit à petit le sang brunâtre pour laisser apparaître sa peau bien plus blanche. “Parler.. On peut le faire là, si tu veux” Elle ne bronchait pas gardant simplement le silence. En réalité, elle ne savait pas réellement par quoi commencer. Y avait tellement de truc qu'elle aurait voulu lui demander et même si elle sentait qu'il était enclin à la conversation, elle savait aussi que le moindre mot en trop pourrait complètement le fermer. Ne pas se précipiter. C'était pourtant le genre de truc qu'elle faisait jamais Pandora. Tête brûlée, toujours à agir avant de réfléchir. C'était pas la fille qu'on appelait pour établir des stratégies. Langue bien trop pendu, un penchant malsain pour les piques blessantes.. Sauf que là, elle voulait faire les choses bien. Au fond, elle en avait besoin de cette conversation. Elle avait besoin d'entendre les choses peut être pour réussir à faire elle même le tri dans sa tête. Alors elle voulait pas précipiter les choses, peser ses mots avant de les prononcer. L'air concentrée, elle prenait une serviette propre s'appliquant à les passer sur le visage de l'obscur alors que celui ci finissait par prendre la parole de lui même. “J'supporte pas.. de t'voir avec un autre. De... t'imaginer avec un autre. Et.. ouais, savoir que tu veux plus m'revoir, ça m'a pas donné envie de m'battre pour ma vie” Elle se stoppait net dans son action, le regardant quelques secondes de ses prunelles azurs, tentant de percuter ce qu'il venait de dire. N'importe quoi. Elle était pas en train de le traiter de menteur, elle ne comprenait juste pas. Elle ne comprenait pas comment est ce qu'elle pouvait avoir un impact aussi important sur quelqu'un comme Timothy. Se dire qu'une seule phrase avait pu lui donner envie de réellement mourir. C'était juste.. Pas croyable. Elle tentait de sonder ses expressions cherchant la faille dans son visage et.. Rien. On est pas compatible Tim. Clairement pas. Elle était une Nephilim. Elle faisait partie de la rébellion et il était un obscur. Il faisait partit du nouvel ordre. Y avait rien pour les réunir tout les deux à part une bataille ensanglanté. Et personne n'approuverait jamais quelque chose comme ça. Elle le savait Pandora, elle pouvait déjà voir le regard réprobateur de Megara. Le dégoût des autres chasseurs d'ombres s'ils venaient à être au courant. Alors non, ils n'étaient pas compatible qu'ils le veuillent ou non. La main de Timothy venait s'poser sur son visage et si elle frissonnait dans un premier temps, elle finissait par couper le contact retournant à sa tâche première qui consistait à le nettoyer de tout son sang. “Tu m'rends complètement fou.. Un fou atteint de la folie la plus folle... mais quelque part, j'ai pas envie que ça change” Elle fronçait les sourcils sans rien dire laissant retomber la serviette sur le sol une fois sa tâche terminé. C'était pas nickel mais déjà bien mieux que précédemment. Le contemplant pendant encore quelques secondes, elle savait qu'elle devait reprendre la parole. Elle avait demandé la conversation, elle ne pouvait pas éviter. C'est mal qu'elle avait balancé d'une voix rauque. Et puis la blonde, elle était pas douée pour parler de ce qu'elle ressentait de toute façon. La position dans laquelle il l'avait vu quand il perdait son sang, c'était un peu de l'inédit. Elle avait totalement perdue le contrôle et ce n'était pas le genre de chose qui arrivait souvent. Tu veux quoi concrètement Tim ? Parce que y avait tout qui les opposés. Leurs sangs, leurs choix. Personne ne cautionnerait jamais rien qui les mettrais en rapport. Je.. J'arrive pas à te sortir de ma tête et le mec de tout à l'heure, c'était juste pour plus penser à toi. Je cherchais pas à te faire péter les plombs, j'voulais juste me sentir mieux moi. Parce que si la blonde elle était de nature rebelle, elle savait aussi que faire quoi que ce soit avec lui, ça serait considéré comme de la trahison. Le simple fait de l'avoir épargné et de l'avoir vu à plusieurs reprise en était une et.. Est ce que ça valait le coup tout ça ? Elle poussait un soupir jouant nerveusement avec ses doigts. Pourquoi t'as fais ça tout à l'heure ? Parce qu'au fond, lui dire ce qu'il lui disait maintenant, ça aurait été bien plus facile que d'agir comme il l'avait fait. Que de la briser comme ça. Tu m'fais peur Tim. Vraiment. Elle avait eu peur de lui un peu plus tôt. Elle avait été totalement terrorisée. J'ai peur de te perdre mais j'ai peur de rester avec toi. Et forcément, ça créait un gros problème. Pas des moindres.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 16, 1300 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Lun 20 Juin - 2:30


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Avoir une conversation avec Pandora, c'était un peu comme devoir m'ouvrir et.. non, je ne pouvais pas. C'était pas moi. Et pourtant, mes mots étaient semblables à un oui. Oui, j'acceptais d'avoir cette conversation. Autant en finir dès maintenant en fait. Parce que là, elle avait l'avantage du fait que je ne puisse pas m'enfuir comme un voleur, moi, bloqué sur ce lit déjà souillé par mes méfaits. Alors ouais, j'avais accepté et puis maintenant, je n'avais pas trop le choix que de commencer à parler. Pourquoi pas elle, alors qu'elle avait lancé le truc ? Peut-être parce que je sentais le gros blanc arriver. Comme moi, elle ne savait sûrement pas par où commencer. Alors ouais, j'avais été le premier à donner des mots sur mes "sentiments", si on pouvait dire ça comme ça. J'avais du sang de démon, je n'avais pas de coeur. C'était Maddison la Halloway avec un coeur. Pas moi. Alors ouais, je cherchais les mots que je pouvais lui dire, sans chercher à mettre un filtre ou quoi. En fait, c'était plus à but thérapeutique dans le sens où ça m'aiderait sûrement moi aussi, de mettre des mots sur ce que j'étais en train de vivre avec elle. Peut-être que j'aurais un éclair d'illumination quand je chercherai les mots pour le lui expliquer. Ou alors peut-être que je serai encore plus perdu parce que je n'avais aucune idée de dans quoi j'avais mis les pieds avec elle. Tout avait débuté avec un baiser où elle m'avait mordu la lèvre. Et puis cette fois au cimetière où j'avais réussi à lui donner envie de coucher avec moi. C'était juste ça à la base. Ou alors il y avait quelque chose de plus ? Aucune idée. Je n'en avais pas la moindre idée. Finalement, j'étais le premier à parler. Le premier à mettre des mots sur ce que je ressentais. Et c'était peut-être pas ce à quoi elle s'attendait. De ses mots, ce que je disais semblait être hors de propos. N'importe quoi. De quoi ? Mon envie de mourir de tout à l'heure ? Sûrement ouais, mais ça changeait rien, j'en avais réellement eu envie en fait. Et c'était probablement ce qui lui avait fait le plus peur. “Tu l'as bien vu” Mais en plus de ses mots, mes actes y étaient pour beaucoup. Je ne sais pas comment j'ai bien pu faire ce que j'ai fait. Certes, je n'étais pas un gentil garçon, mais je n'étais pas cette brute qui force une fille à coucher avec lui. Alors ouais, c'était pour cette raison que j'avais pas cherché à me sauver. On est pas compatible Tim. Je soupirais. Je le savais, je le savais très bien et je ne cherchais pas non plus à ce qu'on le soit. En fait, je mettais juste des mots sur ce que moi je ressentais, sans forcément avoir du recul vis-à-vis de nous deux. Puis alors que je continuais de parler, elle finissait sa tâche qui était de me nettoyer. D'ailleurs, la serviette finissait sa course sur le sol, non sans le petit bruit qui allait avec. Splock. Et elle restait là, sans rien dire, me regardant. Au moins, mon torse était bien plus propre maintenant. Mais là, j'attendais une réaction de sa part. Qui mettait d'ailleurs le temps à arriver. Et puis ça arrivait. Des questions, des réponses. Et encore des questions. Et des nouvelles affirmations. Elle avait peur de moi, ouais, je le savais. C'était compréhensible puisqu'elle s'est quand même retrouvée forcée à coucher avec moi parce que j'avais pété les plombs. “J'sais pas ce que j'veux... Tu le sais toi ?” Ouais, parce que c'était un peu la question à un million de dollars. Je n'avais aucune idée de ce que je voulais, que ce soit sentimentalement ou le reste. Je sais même pas ce que je voudrai manger demain matin. Mais, mine de rien, j'étais quand même soulagé d'entendre que j'étais omniprésent dans sa tête, dans ses pensées et elle était obligée de coucher avec d'autres pour tenter - peut-être sans aucun succès au final - de m'oublier. Mais j'y étais encore. Encore et toujours, et j'en étais bien satisfait. Pâle et affaibli, ça ne m'empêchait pas de trouver la force et la concentration pour cette conversation des plus sérieuses. Surtout quand elle venait finalement me parler de ce qui s'était passé tout à l'heure, un moment sombre, autant pour elle que pour moi. Ouvrant la bouche, prêt à répondre à la Nephilim, elle m'achevait cependant. Elle avait peur de moi. Elle avait peur de moi. Soupirant, je baissais la tête, venant poser mes deux mains sur le visage avant de la redresser et la regarder. “Je ne suis pas un ange.. ni un modèle, je.. Je sais même pas si tu peux comprendre ce qui m'est passé par la tête, même si j'ai les mots justes” disais-je avant de déglutir. “J'ai vu rouge, tout simplement. Et le démon en moi a pris le contrôle. Même si j'avais pas envie de te faire subir ça.. j'pouvais pas m'en empêcher. J'veux pas t'faire peur.. j'veux pas..” Et je soupirais, parce que je savais que c'était possible que ça recommence si jamais je la retrouvais dans une telle situation. Des fois, mon impulsivité prenait le dessus et c'était quand même pas vraiment bon. “J'peux pas t'promettre de plus te faire peur, je ne me contrôle pas... Mais sache que si... si j'suis le seul que tu vois, que tu fréquentes, y'a peu de chance que je me retrouve dans un tel état de folie dévastatrice” Je haussais les épaules avant d'attraper sa main dans la mienne. “Tu accepterais... de ne voir que moi ?”

© MADE BY SEAWOLF.

Post 17, 1024 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Lun 20 Juin - 2:51


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
En gros, elle était tiraillée entre deux émotions, deux envies. Y avait ce côté ou elle avait envie de le toucher, d'être avec lui, de pouvoir le posséder et puis l'autre qui entrait en conflit. Parce qu'elle en avait peur, avait peur de l'impact qu'il pouvait avoir sur elle et elle le savait incontrôlable. Il l'avait prouvé de la pire des manières qu'il soit. Alors ouais, elle était partagée et probablement incapable de prendre une décision à vrai dire. Le plus facile aurait été de rompre tout ça. Puisqu'il allait bien, elle aurait pu simplement quitter la pièce et rejoindre l'institut puisqu'il était de toute manière pas en état de la rattraper. Ouais, ça aurait été beaucoup plus facile comme ça mais elle était en incapacité de se lever. En incapacité de le laisser là, de se mettre en tête qu'elle ne le reverrait plus pour son propre bien. Ouais, elle pouvait pas faire ça. Peut être qu'au fond, la décision était déjà prise sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte. Elle poussait un soupir, certaine de rien, bercée d'indécision. Comment est ce que Timothy Halloway avait pu avoir un impact aussi puissant sur sa vie ? Elle s'intéressait à personne pourtant Pandora. Elle était du genre à se foutre de tout, à ne pas aimer grand monde. Et ouais, quand elle le faisait ce n'était pas à moitié mais tout de même réservé à une minorité de gens. Alors pourquoi est ce qu'il avait réussi à prendre autant de place en si peu de temps ? Pourquoi était-elle incapable de le sortir de la tête rien qu'un peu ? C'était frustrant, elle était fatiguée de tout ça et pourtant sortir de la pièce et le laisser tout simplement n'était pas envisageable. Elle ne pouvait pas, même si elle le voulait elle ne pouvait pas. Elle restait là, à le regarder de ses grands yeux bleus, cillant à quelques paroles sans pour autant prendre la fuite. “J'sais pas ce que j'veux... Tu le sais toi ?” Elle haussait les épaules secouant la tête négativement. Est ce qu'elle donnait l'impression de savoir ce qu'elle voulait ? Elle n'était même pas capable d'anticiper la moindre réaction vis à vis de lui. Disons qu'il était compliqué de faire un choix quand on ne connaissait même pas les possibilités qu'on pouvait avoir. En somme, elle était paumée. Et tout ça à cause l'obscur qui n'avait de cesse de s'immiscer dans sa tête. “Je ne suis pas un ange.. ni un modèle, je.. Je sais même pas si tu peux comprendre ce qui m'est passé par la tête, même si j'ai les mots justes” Probablement qu'elle ne comprendrait pas. Même avec l'explication la plus claire du monde. Parce qu'au fond, c'était pas possible de justifier un truc pareil et elle pourrait lui en vouloir jusqu'à la fin des temps. Alors non, elle ne comprendrait pas mais elle avait besoin de savoir, d'avoir une réelle réponse. “J'ai vu rouge, tout simplement. Et le démon en moi a pris le contrôle. Même si j'avais pas envie de te faire subir ça.. j'pouvais pas m'en empêcher. J'veux pas t'faire peur.. j'veux pas..” Ouais. Elle l'avait pourtant supplié la blonde. Elle l'avait supplié de ne pas faire ça, elle avait pleuré, hurlé et s'était tout simplement confronté à un mur. Il avait rien fait pour s'arrêter, lui avait fait mal, lui avait à moitié broyé la trachée. Est ce qu'elle voulait que ça recommence ? Parce que c'était le problème avec lui et elle savait au fond que ça pouvait recommencer. Mais c'est le cas.. Bien sûr qu'elle avait peur qu'il le veuille ou non et le sentiment persisterai probablement un moment. Je.. J'aime être avec toi et à côté, tu me terrifie. Il pourrait faire n'importe quoi à n'importe quel moment. Elle avait beau savoir se battre Pandora, ça changeait pas le fait que face à lui, elle faisait clairement pas le poids. La ruse l'avait sauvé les deux premières fois mais dans des situations comme celle qu'ils venaient de vivre, elle n'avait clairement aucune chance. “J'peux pas t'promettre de plus te faire peur, je ne me contrôle pas... Mais sache que si... si j'suis le seul que tu vois, que tu fréquentes, y'a peu de chance que je me retrouve dans un tel état de folie dévastatrice” Elle arquait un sourcil alors qu'il attrapait sa main. C'était quoi ça ? Il était réellement en train de lui demander une sorte d'exclusivité ? Parce que.. C'était étrange. Une nouvelle fois malsain. Il était en train de dire que pour qu'elle soit en sécurité, elle devait accepter sa proposition. Avait-elle réellement le choix au fond ? “Tu accepterais... de ne voir que moi ?” Elle plongeait son regard dans le sien, hésitante. Et finalement, elle se perdait dans son regard. Comme si tout le reste autour n'existait pas. Est ce qu'elle pouvait faire ça ? Ne voir que lui. Tu te rends compte que t'es en train de me demander de construire une relation avec toi ? Parce qu'indirectement c'était ce qu'il lui demandait. Lui donner une exclusivité, lui appartenir. C'était le schéma typique de la personne qui se mettait en couple. Pour un simple plan cul, elle aurait techniquement eu le droit de voir n'importe qui à côté de ça et là, il lui demandait explicitement de ne pas le faire. Je.. Tim.. Mon dieu mais ça ne marcherait pas. C'était voué à l'échec tout ça, c'était se précipiter dans la gueule du loup et.. Elle savait pas la blonde. Peut être qu'elle flippait un peu. Mais elle restait Pandora. Elle était celle qui n'écoutait rien, qui agissait comme elle le voulait. Le regardant à nouveau, elle caressait doucement la main de l'obscur à l'aide de son pouce avant de murmurer. Seulement si tu ne vois que moi. C'était du donnant donnant au fond. On avait rien sans rien.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 18, 1078 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Lun 20 Juin - 9:44


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
J'étais pas le genre de mec à se caser avec une meuf. J'ai eu quelques relations, ça n'a tout simplement pas marché à cause de ma tendance à être un peu trop volage. Les filles en question n'étaient pas blanches non plus. Trop collante, bien trop demandeuses. Il me fallait ma liberté avant tout, aucune attache, rien. Mais là, c'était différent. Avec Pandora, même si je savais que la “relation” que nous avions était interdite, je ne pouvais pas m'empêcher de la vouloir, de tout mon être. Obsédé. J'étais obsédé par cette fille d'une façon qui ne m'était jamais arrivé d'être obsédé à ce point. Si, peut-être quand je voulais réellement rejoindre la Garde du Nouvel Ordre. Je n'avais que ça en tête pendant des mois. Je ne pensais qu'à ça et je ne vivais que pour ça. C'était un peu la même avec cette Nephilim, sortie de nul part. Et c'était effrayant quelque part de voir qu'elle avait cet impact sur moi, me donnant alors envie de mourir quand plus rien n'allait entre nous. C'était étrange parce que tout ceci avait été rapide, bien trop rapide. Quelques fois à se voir, quelques fois à coucher ensemble et voilà que je perdais la tête quand un autre homme la touchait. J'avais été loin, très loin. Trop loin. Le tir ne semblait pas être rattrapable. Un peu, mais pas totalement. Et c'était ce qui me faisait peur également. J'avais pas envie qu'elle ait encore peur de moi à cause de ce simple moment où j'ai perdu le contrôle. Si elle me demandait ce que je voulais concrètement, je n'avais aucune idée de quoi lui répondre. Ce que je voulais ? Beaucoup de choses. La garder pour moi, garder ma liberté, n'avoir aucun sentiment, arrêter d'être obsédé par sa personne. Mais malheureusement, je ne pense pas que ces choses-là puissent arriver un jour. Je ne pense pas que l'obsession envers elle puisse disparaitre à présent. C'était bien trop fort, on l'avait attisé. Et maintenant, on se retrouvait à avoir cette discussion. Le pire à présent ? Ressasser ce qui s'était passé plus tôt dans la soirée. L'agression. Ce que ça avait généré par la suite. Elle avait peur de moi, peur de ce démon qui pouvait prendre le contrôle à tout moment. Peur que je la blesse une nouvelle fois. Tu me terrifies. Les mots étaient dits et ça avait eu l'effet d'un petit électrochoc en moi. Comment rattraper le tir ? Je n'en avais strictement aucune idée malheureusement. Le temps ? Faut croire. Restait juste à savoir si nous l'avions, ce temps. Ce qui était fort peu probable, vu nos métiers respectifs dans nos groupes respectifs. Je craignais d'ailleurs être de nouveau face à elle dans une mission. Et si on se blessait à chaque fois que l'un était proche de l'autre dans des situations les plus cocasses ? Je pouvais pas risquer de devenir faible, devenir le soldat qui se prenait tous les coups et qui n'en rendait aucun. J'avais une réputation à tenir, un nombre de victimes à continuer de me vanter. Je pouvais pas finir sur le banc de touche, tout simplement parce que Pandora était dans les parages. Seulement, c'était ce qui risquait de se passer, tout simplement parce que je ne pouvais pas l'exclure de ma vie. Et si ça a été le cas pendant plusieurs jours, de son choix à elle, j'avais fini par péter les plombs. Et on sait tous les deux qu'il ne faut pas que ça se reproduise une nouvelle fois. J'avais alors baissé les yeux à ses mots, ne sachant quoi lui répondre. Je la terrifie, mais je n'avais aucune solution pour ça. Je m'étais excusé, je lui avais dit que j'avais pas envie d'en arriver là. Maintenant, j'étais à court de solution. Mais.. ça voulait pas dire que j'avais pas autre chose en tête. L'exclusivité. L'avoir que pour moi. Aucun autre homme ne pouvait la posséder comme moi je le pouvais. Sûrement que c'était la solution. Sûrement que c'était le seul moyen d'éviter des crises de colère et d'excès de violence. Peut-être. Alors je le lui proposais, d'une petite voix, la fatigue s'emparant alors peu à peu de moi. J'attrapais sa main, je plongeais mon regard dans le sien, attendant alors une réponse de sa part, n'importe laquelle. Ne voir que moi, oui, ça revenait à construire une relation. Je n'en étais pas là dans mon raisonnement, surtout bien trop concentré sur la notion de "tu ne vois que moi, je me porterai bien mieux", mais ouais, du coup c'était visiblement ce que je demandais. “Faut croire ouais..” Pas trop convaincu le mec, mais en même temps, je ne pouvais pas renoncer à cette demande. Je serai bien trop satisfait si elle acceptait. Ne l'avoir que pour moi, être le seul à pouvoir toucher son corps, l'embrasser ou lui faire des caresses. Ouais, j'étais complètement prêt à l'exclusivité, il n'y avait aucun souci. “Panda” Je voyais bien sur son visage l'hésitation, la réflexion. Elle était en train de peser les pour et les contre de cette demande. Je pouvais le concevoir, j'étais comme ça aussi... ouais bon, je le faisais surtout après coup. Mais bon. Son pouce caressait à présent ma main et son regard toujours fixé au mien, elle répondait sous condition, ce qui me fit ouvrir les yeux un peu plus gros. Exclusivité des deux côtés. “Quoi ?” Ok, je ne l'avais pas vu sous cet angle. Être exclusif à elle, c'était renoncer à beaucoup de choses, énormément de choses. Moi, j'étais comme un papillon, butinant un peu partout, dans le but de passer du bon temps. Je suis pas sûr de pouvoir butiner dans la même fleur pendant longtemps. C'était ennuyeux à souhait et il n'y avait aucune diversité. “Mais.. pourquoi ?” Ouais, je ne comprenais pas pourquoi elle souhaitait ça et la surprise pouvait se lire sur mon visage. Je ne comprenais pas, tout simplement. Et le pire dans tout ça ? Ça : “Okay...” C'était sorti tout seul. “J'veux bien. Tu vois que moi, je vois que toi.” Mais.. pourquoi j'ai dit ça ?! Je pense que le plus perturbant dans tout ça, c'était mes doigts, qui s'étaient emparés de sa main et qui s'étaient glissés entre chacun de ses doigts pour venir y trouver refuge. Nos doigts entrelacés, je tirais un peu sur son bras, l'invitant à me rejoindre sur le lit, à côté. Comme l'autre jour. Comme... dans une bulle à nous.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 19, 1161 mots.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   Lun 20 Juin - 15:41


no one can touch you besides me
feat. TIMPANDA
Elle ne savait pas vraiment ce qu'il avait en tête en lui demandant un truc pareil mais elle connaissait le phénomène. Au fond, elle savait qu'il parlait d'un exclusivité à sens unique. Qu'elle lui appartienne mais que le retour ne soit pas le même. Sauf que ça fonctionnait pas comme ça avec Pandora. Elle était contre stopper de voir les autres si la pareille n'était pas rendu à côté. Pas stupide la blonde, bien loin de là même. Et s'il espérait qu'elle cesse de ramener d'autre homme dans son lit, il avait plutôt intérêt à se mettre sur le même égal que la Nephilim, ça ne pourrait pas fonctionner autrement. Alors oui, elle donnait pas de réponse bien précise, elle lui proposait le deal. Libre à lui d'accepter ou non mais si la réponse était négative, il était claire que jamais elle n'accepterait. Oh non, elle ne serait pas cette conne à se donner gentiment à un seul homme quand lui pourrait batifoler avec n'importe quelle pétasse trouvé dans la rue. Il en était tout simplement hors de question. “Faut croire ouais..” Mh, il pouvait bien aller dans le sens de ses paroles, elle était pas aveugle et elle sentait rien qu'à l'intonation de sa voix qu'il n'était pas convaincu. Elle haussait les épaules secouant légèrement la tête. Ou c'est un plan cul et dans ce cas, j'ai le droit de voir n'importe qui. Ou c'est une relation et là, t'as le droit à l'exclusivité. C'était comme ça que marchait et lui, il lui avait demandé l'exclusivité. C'était probablement une erreur tout ça. Dans quel monde est ce que l'obscur et elle même pourrait construire quoi que ce soit ? Ils n'étaient pas fait pour être ensemble, ça marcherait pas et un jour ou l'autre, ils n'auraient d'autre choix que de se tuer pour survivre. Elle le savait tout ça la blonde, elle savait tellement. “Panda” Elle fermait les yeux continuant à réfléchir. C'était compliqué ce qu'il lui demandait. C'était compliqué et elle avait besoin de faire le vide dans sa tête. De peser le pour et le contre. Pour. Elle aimait être avec lui. Elle aimait sa présence. Avait le besoin irrépressible de le posséder. Ne supportait pas que du mal lui soit fait. Elle se sentait vivante en sa compagnie. Contre. Ils n'étaient pas compatible. Il la terrifiait bien plus que de raison. Tout les opposés. Leurs clans respectif n'accepteraient jamais un truc pareil. La famille de la blonde allait la trucider. Ouais. Les contres étaient tout de même assez marqués. Et rien que pour ça, elle aurait du lui dire "non". Lui dire que ce n'était pas possible, que ça avait été chouette mais que c'était terminé. Sauf qu'elle faisait tout le contraire, fidèle à son caractère. “Quoi ?” Elle arquait sourcil, pas spécialement heureuse de cette réaction sans pour autant en être surprise. Ouais, elle le savait au fond qu'il allait pas aimer l'ultimatum qu'elle lui mettrait en retour. Mais il pouvait pas exiger d'elle des choses qu'il ne ferait pas lui même. “Mais.. pourquoi ?” Pourquoi ? POURQUOI ? Il osait vraiment le lui demander ? Ou l'obscur était complètement con ou.. Il était complètement con. Et ça l'énervait de l'entendre lui demander un truc pareil. Il croyait quoi ? Qu'il pourrait se la taper n'importe quand tout en variant ses plaisirs avec d'autre ? La blague. “Okay...” Ew.. Sur son visage on pouvait lire l'incompréhension. Ses émotions passaient du tout au tout. Colère, étonnement. C'était comme si elle avait des moments d'absence et qu'elle débarquait dans une conversation qu'elle ne comprenait pas. Parce que ouais, là, elle avait du mal à saisir le revirement de situation. “J'veux bien. Tu vois que moi, je vois que toi.” Oh. Donc ils avaient leurs deal. Une exclusivité. Elle lui appartenait et la réciproque était là. Elle semblait un peu perdu la blonde et quand il tirait sur son bras pour qu'elle s'approche de lui, un mince sourire venait étirer ses lèvres. Allongée à ses côtés, légèrement blottit dans ses bras, elle tentait de réaliser ce qui venait de se passer, comment elle avait pu en arriver là. Elle savait pas tellement tiens et c'était perturbant. Mais ça change pas qu'on est pas compatibles. qu'elle ne pouvait s'empêcher de dire. Parce que c'était la réalité malheureusement et si quelqu'un venait à découvrir ça, ils étaient dans une merde immense mine de rien. Ce serait vraiment plus facile si on arrêtait de se voir. Réflexion qu'elle se faisait plus à elle même qu'autre chose. Mais elle tournait légèrement la tête plantant son regard dans le sien avant de reprendre. J'en ai juste pas envie. De ne plus le voir, de ne plus avoir sa présence. Alors tant pis pour la difficulté, ils trouveraient bien une solution et puis peut être que cette étrange addiction finirait par passer. Qu'il ne serait plus obsédé par elle et que tout rentrerait dans l'ordre par la suite. Autant vivre au jour le jour au fond, profiter de ce qu'elle avait, voir où ça pourrait la mener. Elle venait chercher ses lèvres doucement, comme pour sceller le pacte qu'il venait de faire. L'acceptation de ne se donner qu'à lui. Parce qu c'était ce qu'elle venait de faire. Elle n'était plus Pandora, la Nephilim frivole aimant butiner un peu partout. Elle était celle qui appartenait à Timothy pour un temps indéterminée. Tu devrais dormir tu sais.. La fatigue était lisible partout sur son visage, ses traits étaient tirés. C'était normal après ce qu'il venait de vivre de toute façon. Reposant sa tête contre lui, elle laissait ses doigts glisser le long de son torse gardant le silence. Préférant réfléchir à tout ce qui venait de se produire.

© MADE BY SEAWOLF.

Post 20, 1040 mots.
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA   

 
PSYCHOTIC POSSESSIVITY ✩ TIMPANDA
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» † psychotic venus.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: