Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Mer 8 Juin - 17:59



Un passé bien trop compliqué
Tu es sur la trace d'un démon. Pour cette mission tu n'avais pas besoin d'être encadré, puis, Freya était occupée ailleurs. Tu aurais pu prendre avec toi quelques Néphilims de ton groupe, mais sur ce coup, tu avais juste besoin d'un peux de solitude. La nuit était tombée, tu t'étais mis sur la trace d'un Drevak, tu te devais donc d'être très prudent. Ceux-ci avaient beaux être aveugles, ils n'en restaient pas moins dangereux grâce à ces piques empoissonnés qui recouvraient leur corps. Ton arbalète sur l'épaule, tu avais activé ta rune d'invisibilité pour que les Terrestres ne soient pas alarmés par ton arme visible. Tu avais entendus parlé de lui pour la dernière fois dans ces environs, tu te doutais donc qu'il ne devait pas être bien loin. Espion des sorciers et des démons supérieurs, il devait chercher quelque chose de bien précis. Mais quoi...Voilà la question. Alors que tu passes près d'une ruelle, un bruit fait en sorte de te stopper dans ta lancée. Droit comme un piquet, tu fronce les sourcils et tu attends quelques instants. Ce fut néanmoins assez pour qu'un gémissement te parvienne. Instinctivement, tu fais glisser ton arme de prédilection de ton épaule pour l'armer et la pointer vers le vide. Discrètement, tu t'enfonce dans l'obscurité de cette ruelle puante. Bordel, les Terrestres ne savent pas vivre proprement non? Tu ne te laisse pas distraire par la puanteur, car au loin, tu vois une forme se mouvée lentement. Tu souris. Tu es tellement discret qu'il ne t'a pas entendu, malheureusement pour toi, son odorat lui ne te manqua pas. Malgré l'odeur des alentours, il distingua la tienne et comprit qu'un ange était sur ses traces. Tu t'apprêtes à tirer quand un bruit derrière toi te fait te crisper. Des Raveners. Charmantes créatures à moitié scorpions et alligators. Tu ne t'y attendais pas à celle-là. Tu laisse ta flèche échapper à ton arbalète pour se planter dans le Drevak, te disant que c'était déjà un de moins. Inutile de te faire encercler. Tu t'étais mis à avancer te retournant brusquement, faisant face aux Raveners. Bordel, qu'ils sont moches!

Tu sais que tu ne dois pas les laisser approcher, ils sont extrêmement venimeux et mortels. Bien qu'ils soient dangereux, ces démons ne sont pas très intelligent, ce qui te donnais une longueur d'avance. Tu arme de nouveau ton arbalète et tu tire rapidement, ne manquant pas ta cible. Ils sont deux et le second en profite pour te bondir dessus. Tu l'évite de justesse, te prenant le dos dans une poubelle. Franchement, t'aurais apprécié être attaqué dans un espace moins puant et plus grand, histoire d'être libre de tes mouvements. Tu n'as pas le temps de remettre une flèche en joue que le démon te saute de nouveau dessus. Tu t'accroupi alors qu'il passe au dessus de toi, se foutant lui-même la tête dans le mur. - Pathétique. En plus d'être moche, vous ,les raveners vous êtes d'une stupidité étonnante. Sans qu'il n'aille eu le temps de se redresser tu tire une flèche et il disparait sous tes yeux. Tu soupires, passant une main sur ton visage. Encore une bonne chose de faite. Mais quand il y en a plus et bien, il y en a encore. Car, sur ta gauche, tu venais d'entendre un craquement. Sans réfléchir, sans prendre la peine de visé tu tires une flèche. Pas très malin. Généralement tu ne manque jamais ta cible, mais ça, c'est quand tu prends la peine de viser. Hors, t'avais juste fait le con...ou pas. Ta flèche n'atteint pas son but. Tu ne sais pas comment, mais elle fut déviée au dernier moment pas...Kaleb? Au départ tu penses rêves. Immobile dans cette ruelle, ton arme pointée vers le blond, tu sembles complètement paralysée. La surprise se lut sur ton visage, l'espace d'un instant, avant que tu ne reprenne le contrôle de tes émotions. Ce mec tu le connais et pas qu'un peux, genre, franchement intimement. En vrai, vous aviez couchés plus d'une fois ensemble, vous vous étiez fréquentés durant quelques temps, éveillant en toi ces sentiments que tu refusais d'admettre. Tu reprends ton masque de froideur, ne baissant pas ton arme pour autant.

- Tu fous quoi ici Kaleb? Ta voix est froide voir glaciale alors que tu masque ce flot d'émotions qui semble s'emparer de toi. Depuis quand ne l'avais-tu pas vu? Ah oui, depuis qu'il n'avait plus donné de nouvelles du jour au lendemain. Tu es sur tes gardes, ton arbalète prête à lancer une autre flèche, ton avant dernière. Tu le vois bouger légèrement et te serre les dents. - Même pas en rêve, ne t'approches pas! Oui, tu ne voulais pas qu'il s'approche. Tu ne voulais pas de lui près de toi. Tu étais partagé entre l'envie de lui tirer une flèche dans le pieds ou entre les deux yeux. Il l'aurait franchement mérité. Mais une fois de plus tu ne laisses rien paraître, comme si tu ne ressentais rien face à cet homme qui avait durant un temps bouleversé ton existence. Ta respiration est calme, ton regard froid, la dureté c'est emparé de ton visage et tes muscles sont tendus. Serais-tu capable de lui tirer dessus? Bien sur! Après ce qu'il t'avait fait, tu n'éprouvais plus rien pour lui. Alors pourquoi ton coeur s'emballait-il ainsi?

AVENGEDINCHAINS
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Sam 11 Juin - 16:44


Tu n'aurais jamais du partir.
Partir, fuir, disparaître. C'est des fois la seule chose qu'on puisse faire pour éviter les répercussions qui étaient souvent, mauvaise dans ce genre de cas. Robin avait tout fait péter, en balançant mes virées à droit à gauche, mais surtout notre relation. J'aurais mieux fais de ne jamais lui parler de sentiments, j'aurais mieux fait de ne vivre que pour moi, comme la plupart le faisait, dans cette famille sans amour. Je pensais que parce qu'il était mon jumeau, qu'on avait été très proche pendant notre enfance, qu'il serait avec moi et ne dirais rien qui pourrait me nuire. Mais j'ai eu tort. Il c'était renseigné, il t'avait traqué et avait découvert le poteau rose. Un Lightwood. Ouais, franchement, j'aurais pu me renseigner un peu sur toi, avant d'avoir ses sentiments assez durs à effacer pour toi. Mais malheureusement à l'époque,je me moquais bien de la vraie identité de la personne qui partageais mon lit. Certes, j'étais pourtant la parfaite personne pour connaître les identités, puis c'était un peu mon boulot mais non. Il valait mieux ne jamais savoir, ce n'est pas comme si après, je niais le fait que j'avais couché avec des Nephilims, j'en étais même complètement conscient que dans le paquet que je m'étais fait sur une courte période. Enfin bon, du passé.

Du moins...un passé qui vint à ressurgir, ce soir. Je ne pensais pas te recroiser à nouveau, pas maintenant surtout. Cela ne faisait pas super longtemps que j'avais coupé les ponts, cela ne faisait pas énormément de temps que j'avais manqué de peu de mourir ou d'être banni des Morgenstern pour mes sentiments à ton égard, que j'avais un peu trop crié sous tous les ponts. Sauf peut-être à toi, en fait. Oui, car de base, je n'avais jamais été quelqu'un qui montrait ses sentiments mais étrangement, quand j'étais avec toi, j'étais un peu différent. J'avais été différent, plus ce mec super froid qui ne souriait jamais. Et franchement, c'est sûr que maintenant, plus jamais cela ne reviendrait. Il ne faut pas croire que je ne pensais pas à toi, c'est mentir que de dire cela.

Je cours, assez vite mais sans me détruire un poumon. J'étais habitué à poursuivre une cible, qui était proche de la mort dans le cas présent. Oui, je jouais avec mes proies mais quelque secondes. Je prenais un pied monstre à les détruire, à voir la peur sur leur visage. Mais là autre chose vint me déconcentrer. Une bagarre, mais pas n'importe quel type de bagarre, je vis des démons et c'est comme ça que je me retrouve face à toi. Oui, au début tu ne m'avais pas vue, bien trop concentrer à sauver tes jolies fesses de ce pétrin. J'aurais pu t'aider mais je ne le fis pas, tu étais fière et qu'on t'aide alors que tu pouvais le faire toi-même, tu l'aurais mal pris. Toutefois, je fus surprise de voir une flèche me foncer droit dessus, que j'arrive à éviter de justesse. Je plisse légèrement le front, mon cœur ayant manqué un battement non pas par ce que tu avais manqué de m'embrocher, mais de te voir ici et entendre tes paroles. Je reste silencieux un moment, avant d'enfin me dérider.
« Quoi ? Tu crois que je vais venir te tuer ou quoi ? Tu n'es pas si stupide pour croire un truc pareil j'espère. » Soupirais-je légèrement, me calmant presque aussitôt en faisant le rapprochement avec ta véritable identité. Oui, tu étais un Lightwood, je le savais maintenant. Je garde une mine pincée, tout en te fixant. C'était dur pour moi de rester là, j'avais qu'une envie : partir.
« Je travaille. Enfin je travaillais. Pourquoi ? Je n'ai pas le droit de passer ici ? » Lâchais-je d'un ton un peu pincé, même si très honnêtement, je n'arrivais pas à te parler mal. Normal, j'avais été très amoureux de toi et vas savoir si je l'étais pas encore, à te voir comme ça. Même si je savais parfaitement qu'il valait mieux pas.

Mais avant qu'on ne fasse quoique ce soit, je vis un démon derrière toi, prêt à te décapiter ou te blesser très fortement. Je lance alors mon poignard avant que l'acte ne soit accompli, te sauvant encore une fois la vie, même si l'autre fois tu n'en avais aucunement conscience. Je reste silencieux même si je m'approche de toi, qu'importe ta menace précédente de ne pas le faire. J'aimais m'imposer et tu le savais, c'est sans doute pour ça que tu m'avais dis de prendre mes distances, ce que je ne fis pas, évidemment. Je ramasse donc l'arme, avant de lever mes pupilles sur ta personne, avant d'ajouter :
« Ne me remercie pas surtout. »
785 mots© 2981 12289 0


Dernière édition par Kaleb Morgenstern le Sam 11 Juin - 19:53, édité 1 fois

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Sam 11 Juin - 17:25



Un passé bien trop compliqué
Tu es là, immobile devant un passé bien trop douloureux. Tu avais essayé de l'oublié. Oh oui et tu y étais presque parvenu. Enfin, pas vraiment, c'est ce que tu aimais te dire. Tu avais enfouis cette partie de ta vie dans un coin de ta tête, barricadant celle-ci de toutes émotions, voilant vos souvenirs pour ne plus jamais y avoir accès. Malheureusement, un premier amour ça ne s'oublie pas aussi facilement. Tu te souviens encore de ces jours passé à te poser des questions, à te demander pourquoi. Oui, il avait disparu du jour au lendemain, te laissant dans le flou le plus total. Tu avais ressenti une étrange sensation d'abandon. Tu te souviens de ce jour où tu avais compris qu'il n'allait pas revenir, que tout était fini. Ce jour-là tu t'étais renfermé sur toi-même, le coeur en lambeaux, réalisant qu'au final, tu éprouvais bien plus pour lui que tu ne l'avais imaginé. C'était-il joué de toi? Tu l'avais pensé à mainte reprise. Tu avais fricoté avec l'ennemi, tu en avais subis les conséquences dramatiques, gardant à jamais le secret sur cette relation destructrice. Tu lui interdit de s'approcher. Pas par peur, non, mais par craindre d'aimer son rapprochement, d'en réclamer d'avantage. Tu n'es pas stupide, tu sens ton coeur s'emballer face à sa simple vue. Tu as envie de te mettre une gifle mental. - Venant de toi je m'attends à tout.Tu avais dis ça d'une voix froide et insensible. Tu lui en veux profondément et tu tentes de lui exprimer le plus de mépris possible. Un mépris qui sonne tellement faux. Tu n'as pas baissé ton arbalète, le gardant en joue comme tu le ferais avec un autre. Sauf que non, un autre tu aurais sûrement déjà tiré depuis longtemps, lui plantant une flèche entre les deux yeux. Sauf que c'est Kaleb. L'homme qui avait partagé de nombreuses nuits à tes côtés. L'homme qui avait éveillé de nombreuses sensations en toi. Plaisir, amour, envie. Tu n'avais jamais été un homme très expressif, lui non plus, mais une fois tout les deux vos sentiments ne pouvaient rester enfouis. Tu n'avais jamais autant souris cas ses côtés. C'était d'autant plus cruel pour les autres, car depuis, tes sourires sont rares.

Tu serres la mâchoire face à ses paroles. Il travaillait. Bien sur. - Encore en train de tuer des innocents. Et non, tu en as pas le droit, j'aurais préféré que tu traces ta route comme autrefois. Ca ne t'aurait pas changé vois-tu. Tu avais dis ses paroles de nouveau avec froideur, des paroles pleines de sous-entendus évident. Tu n'as pas oublié. Tu n'oublieras sûrement jamais. Après tout, votre histoire était restée inachevée dans un sens. Pas de rupture, pas de disputes. Juste un vide total, le néant le plus brutale. Tu sens ta gorge se serrer alors que tu ne le quitte pas des yeux. Il te fait toujours autant d'effet, c'est évident, mais tu ne le montre absolument pas. Nullement prêt à céder devant des pulsions malsaines que tu avais appris à contrôler. Il est l'ennemi, il est celui qui t'a brisé sans que tu n'ailles rien demandé. Tu étais amoureux, tu en avais fais les frais. Depuis, tu n'avais plus jamais aimé, refusant qu'une telle émotion t'envahisse une nouvelle fois. Non, tu gardais un gout amère dans la bouche. Il avait fait énormément de dégâts en partant, mais ça, tu n'étais pas prêt à lui avouer. Tu allais lui envoyer une réplique cinglante quand tu le vois lancer son poignard vers toi. Tu te crispes, te baissant par pur réflexe. Après une seconde tu réalises que ce n'était pas toi qui était visé. Te tournant, tu peux voir les restes d'un démon qui rejoignit rapidement sa dimension. Tu te redresse, les sourcils froncés, alors que ton arbalète pointe vers le sol. Il approche de toi et tu fais plusieurs pas sur le côtés, gardant une distance raisonnable avec lui. C'est douloureux, ce coeur qui bat bien trop vite, malgré ton visage froid et grave. Il lève ses iris et tu plonges les tiennes dedans. Tu ricane froidement. Est-il sérieux là? - Te remercier? Laisses-moi rire. Tu peux toujours rêver Kaleb. Tu t'arrêtes devant lui, lui faisant face. Quelques pas vous séparais et tu tenais fermement ton arbalète, près à tirer si nécessaire.

- Et si tu disparaissais comme autrefois. Pouf. En disant ce dernier mot, tu joins le geste à la parole, bougeant tes doigts comme si tu laissais échapper de la fumée invisible. - Tu es doué pour ça hein. Nouveau reproche, nouveaux sous-entendus. Tu ne peux pas t'en empêcher, ça te brûle les lèvres depuis trop longtemps. Tu as juste envie de lui faire payer la souffrance que tu as toi-même éprouver durant des semaines. Parce que oui, tu avais souffert, un peux trop peut-être. Tu avais l'impression d'avoir été pris pour un con...Pourtant, tu avais cru qu'entre lui et toi c'était sérieux. Oui, tu avais songé à ce que votre relation puisse durer malgré vos différences. Grave erreur. Tu ne referas plus jamais celle-ci. - Non, tu sais quoi. C'est moi qui vais partir. Inutile de rester plus longtemps en ta compagnie. Tu lèves les mains en l'air reculant de plusieurs pas, secouant négativement la tête en ne le quittant pas des yeux. Tu n'es peut-être pas prêt à entendre ses explications, si il y en avait. Tu n'étais pas capable de l'entendre dire que tu n'avais été qu'un jouet, qu'un mec parmi d'autres. - Je me casse. Et déjà tu lui tournais le dos pour commencer à t'éloigner, la boule au ventre.

AVENGEDINCHAINS

Post 3
991 mots
-24h


Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Sam 11 Juin - 19:51


Tu n'aurais jamais du partir.
Sourire. Je ne savais plus ce que c'était de sourire. Je t'avais souris tellement naturellement, quand nous étions ensemble que pour l'heure, je me demandais comment je devais faire pour que cela le soit à nouveau. Mais plus rien ne me redonnais le sourire. Rien. Même pas que ma meilleure amie me fasse une déclaration amicale d'amour, que j'ai une belle promotion ou même que je finisse maître du monde...Rien ne me faisais vraiment sourire, de façon sincère. Le faux. Je savais tellement jouer la comédie. Avec une famille comme la mienne, c'est de toute manière ce qu'il fallait apprendre dés le début : être faux et manipulateur. Mais les sentiments malheureusement...Sa faisait vraiment ressortir le meilleur de nous mêmes. Même une part de nous qu'on ne connaissait pas encore et c'est ce qui c'était passé entre nous, du moins pour moi. Le froid et impénétrable Kaleb Morgenstern.

« Si ça t'amuses, balance ton venin. Cela m'importe peu. » Soupirais-je légèrement, essayant de faire l'ignorant face à tes piques, qui se voulaient blessantes et qui dans le fond l'était bien, mais cela ne me faisait rien. Pourquoi ? Car je savais que j'étais pas en tort, même si j'avais été un peu idiot de ne pas te prévenir. Mais c'était mieux ainsi, que tu sois dans le déni complet de ce qui se passait dans ton dos. Tu devais être en sécurité et j'avais choisi le fait de ne pas t'en parler pour te protéger. Puis, ce n'est pas comme si j'avais eu le choix. On m'avais lourdement surveillé pendant des mois, donc forcément...Même si j'avais voulus te voir, je n'aurais pas pu car on se serait fait tuer, sans aucune hésitation. L'une de mes sœurs ou mon père lui-même aurait fait exprès le déplacement pour laver l'honneur de la famille.

« Et bien part, fait le fuyard comme tu le faisais déjà avant. Je vois que tu ne changes pas, c'est marrant. Toujours à fuir quand la situation devient intéressante, n'est-ce pas ? » Lâchais-je sans grande gêne. Oui, tu avais été difficile à avoir, au début. Tu avais tout fait pour m'évité, pour éviter les sentiments qui avaient naquit, mais j'avais réussi. Nous deux, ça avait été quand même un beau challenge. Mais au final, quelle satisfaction que cela avait été de te faire baisser les armes, et de t'avoir rien qu'à moi...Enfin ça, c'était avant. Mais je ne pourrais pas mentir : ça me manquait. Tu me manquais et te voir là, faisait monter encore plus ce manque douloureux. Mais pas le choix.

« Si tu savais tout ce que je fais pour toi, tu ne dirais pas ça.. » Soufflais-je assez bas, sans être vraiment sûr que tu allais entendre, vu que tu t'éloignais. Je ramasse donc mon poignard, regardant alors les alentours. Ma proie était sans doute partie, car oui, j'aimais tuer comme tu l'avais si bien dis. Je m'en étais jamais caché.
« En tout cas, chapeau. Je n'aurais pas cru que t'étais un Lightwood. Tu comptais me le dire un jour où tu attendais que je le découvre ? » Lâchais-je alors, assez fort cette fois, pour te faire revenir. Oui, j'avais eu envie de te le dire directement quand je t'avais vue, mais bon. Je trouvais le moment propice maintenant, pour le faire.

587mots
-24h © 2981 12289 0

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Sam 11 Juin - 20:43



Un passé bien trop compliqué
Tu aurais juste eu besoin d'une explication. De quelques mots pour t'expliquer le comment du pourquoi. Qu'avais-tu fais de mal? Certes, tu n'avais pas été le meilleur des petits amis, puis, au final, vous viviez votre relation discrètement, cachée aux yeux des autres. Mais aviez-vous seulement le choix? Il était un Obscur et toi un Néphilim. Vous étiez censé vous combattre et non finir dans le même lit, non vous aimer. Tu n'aurais même pas pu imaginer la tronche de tes parents si ils avaient découvert ça. La tête de ta soeur également...Elle t'aurait clairement tué sur place. Mais malgré ça tu t'étais laissé allé contre lui, tu avais finis par baisser ta garde, tombant amoureux de lui au lieu de la haïr comme tu aurais logiquement dû le faire. Tu n'aurais jamais dû le laisser gagner. Non, tu aurais dû résister encore et encore. Oui, tu n'aurais pus dû échanger ce premier baiser avec lui, succomber à ses sourires, ses paroles, ses provocations. Parce qu'au final, tu n'avais pas cédé directement. Oh que non. Tu avais tenté de lutter contre tes sentiments, durant des jours, des semaines, avant de baisser les armes et de céder à cette vile tentation. Oui, ton venin tu as envie de lui envoyer en pleine figure, de lui faire avaler à la grande cuillère jusqu'à ce qu'il s'étouffe avec. Mais n'en avais-tu pas le droit? Bien sur que si. Il ne méritait que ça. Ni plus, ni moins, pour t'avoir entraîné dans ces jours sombres que tu avais vécu sans lui. - Tant mieux si ça t'importe peut, il y a beaucoup de choses dont tu te fous royalement Kaleb. Vos prénoms sont forts semblables, une lettre change, une seule et ça t'avait toujours désarçonné. Autant tu n'aimais pas qu'on t'appel Caleb, autant tu aimais ce prénom quand il s'agissait de lui. Ce n'était pas un secret, tu te faisais appeler Dimitri et non Caleb, surtout depuis votre relation. Un vestige bien trop présent. Comme si même ton propre prénom était destiné à te rappeler qu'autrefois tu l'avais aimé, que peut-être, tu l'aimais toujours. Cruelle évidence.

Tu serres les dents en écoutant ses paroles. Tu lâche alors d'un souffle. - Tu es mal placé pour parler. Ce n'est pas moi le lâche dans l'histoire à ce que je sache. Oui, toi tu n'étais pas parti, toi tu ne l'avais pas abandonné sans un mot. Comment osait-il seulement te retourner la faute en pleine face, alors qu'il était le seul coupable dans votre situation. Tu commence à t'éloigner mais sa phrase ne passe pas inaperçue. Tout ce qu'il a fait pour toi? Pardon? Tu freine tes pas, piqué à vif. Tout ce qu'il avait fait pour toi était de te foutre dans la merde, de te briser de l'intérieur, de te changer radicalement auprès des tiens. Oui, il avait foutu un vrai bordel dans ta vie et ça, seulement parce que tu avais eu la faiblesse de l'aimer. - Mais oui, bien sur. C'est tout ce que tu trouvas à dire, ne souhaitant pas en entendre d'avantage. Mais alors que tu allais reprendre la route, tu entendis ton nom de famille résonner assez fort et tu te figes. Oui, tu n'avais jamais dit à Kaleb qui tu étais réellement. Ce qui, au final, était réciproque vu que tu ne connaissais pas le nom de famille de celui-ci. Tu soupire bruyamment, faisant demi-tour, revenant vers lui. Tu t'arrête face à cet Obscur au regard envoutant, plantant tes yeux dans les siens sans peur, sans crainte. - ça aurait changé quoi? De toute façon les limites étaient déjà franchies. Tu es un Obscur, je suis un Néphilim. A quoi bon savoir mon nom de famille? Sa aurait changé quelque chose dit moi? Tu t'es quand même royalement foutu de ma gueule. Alors franchement, retiens ta langue parce qu'ici, le fautif c'est toi. Tu avais élevé la voix sans t'en rendre compte, alors que celle-ci c'était faite plus vibrant sous une certaine colère montante. Tu sentais tes émotions prendre le dessus, chose qui t'arrivait pourtant rarement. Tu avais appris à contrôler tes sentiments, à garder un masque impassible, froid. Mais dès qu'il était dans les parages, tu devenais plus expressif, pour ton plus grand malheur. Et apparemment, ça n'avait pas changé avec le temps.

Tu le défie du regard. Tu sais que tu as raison, oui, tu sais que tu n'as absolument rien à te reprocher. - Tu es partis comme un voleur, sans rien dire et tu oses me dire que je fuis devant toi? Que je suis resté un fuyard? Sincèrement, tu me dégoute Kaleb, toi et tes conneries, toi et ta mauvaise foie. Tu avais sifflé ses paroles alors que ton coeur battait bien trop vite dans ta poitrine. Mais qu'on te l'arrache ce foutu organe qui ne servait plus à rien! Tu pinces les lèvres, secouant la tête avec froideur. - Moi au moins je t'aimais pour toi, non pas pour un nom de famille. D'ailleurs, je n'ai jamais connu le tiens, alors arrête de te la jouer victime, tu es tout autant coupable que moi. Voir plus. Tu ne réalise pas vraiment lui avoir laissé entendre que tu l'avais aimé, de toute façon, tu étais sûr qu'il le savait au fond. Tes pieds sont ancrés dans cette ruelle, tu ne parviens pas à bouger. Tu as besoin d'entendre ce qu'il allait répondre à sa. Tu as besoin de ça pour tourner la page définitivement, pour peut-être aller de l'avant et enfin tracer une croix sur vous. Néanmoins, es-tu seulement prêt à l'oublier complètement? Pas sur.

Post 5
993 mots
-24h

AVENGEDINCHAINS



Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Dim 12 Juin - 0:10


Tu n'aurais jamais du partir.
Un léger soupire s'échappe d'entre mes lèvres. Pourquoi je n'étais pas surpris d'entendre tout ça ? Car je m'y attendais. Plus d'un soir, je m'étais imaginé cette scène, ses retrouvailles. J'étais certain de toute façon, qu'on se recroiserait, c'était ainsi. Un premier amour, ça ne s'oublie pas et ce n'est pas comme si le territoire était grand. Si tous les Nephilims étaient convertis, tu y passerais forcément, alors bon. Mais il faut dire que c'était plus difficile à entendre en vrai, que d'imaginer tes paroles dans ma tête. D'un côté, cela me faisais un petit quelque chose, mais d'un autre, pas vraiment. Car je savais le pourquoi du comment, contrairement à toi. Tu m'en voulais et je ne pouvais que comprendre ta colère, même si je ne pensais pas que tu m'en veuilles autant. Clairement, je ne pensais pas que tu avais vraiment des sentiments pour moi, que tu avais juste eu un petit coup de cœur, pas vraiment des sentiments comme moi, j'avais eu pour toi. C'était plus pour me rassurer, que j'avais dis ça, il faut croire.

« Quoi ? Et bien tu me connais mal, à ce que je vois. En fait, je me demande si on se connaît vraiment sur ce coup. » Dis-je sans mâcher mes mots, te regardant avancer vers moi, pour enfin me faire face. Quelques centimètres nous séparaient autant en hauteur qu'en distance.
Tu gardais tes distances mais la colère était bien encrée dans ton regard, je la voyais là, tout au fond. Je pouvais la comprendre, tu m'aurais fais ce que je te faisais, j'aurais sans doute agi pareil, voir pire. Je t'aurais retrouvé toutefois, et je t'aurais fait payer de m'avoir fait du mal.
« T'a jamais réfléchi à ça ? De savoir si j'avais pas une bonne raison de le faire hm ? Car pourquoi je t'aurais abandonné du jour au lendemain sans raison, alors que j'avais aucune raison de ne plus vouloir être auprès de toi, mais bref. Crois bien ce que tu veux. » Un haussement d'épaule accompagne mes paroles, j'essayais un peu de te faire réfléchir à tout ça, mais je ne comptais pas te dire clairement la vérité. Je ne pouvais pas le faire, car cela pourrait être dangereux pour toi, mais surtout que j'avais aucune envie d'étaler mes problèmes, de te raconter cette horrible situation dans laquelle j'avais finis.

« C'est pas ça le souci, mais à mon avis toi, tu aurais su le mien plus tôt, je crois que tu n'aurais pas aimé. Enfin bref, sa change rien, on s'en fout maintenant. Je me suis pas fichu de toi, j'ai une raison à avoir fait ça, et crois moi que c'est pour notre bien, notre survie à tous les deux. » Ajoutais-je simplement en soutenant ton regard, sans aucun mal. Je ne m'en voulais pas, et je voulais que tu le voies. Je ne m'en voulais pas car je faisais ce qui était bon pour nous, même si je t'avais fais du mal, involontairement. Mais au final, il valait mieux quoi ? Un cœur brisé ou la vie sauve ? Personnellement, je préférais la vie,donc je n'avais pas été égoïste en faisant ce choix pour toi.Toutefois quand tu me parles d'amour, une expression assez surprise tire les traits de mon visage, qui n'avait pas changé depuis le début de notre conversation, mais là...Avec ce que tu venais de dire, c'était pas la même chose.

« M'aimer ? C'est maintenant que tu me le dis ? Et bien, c'est dingue quand même, faut qu'on se prenne la tête car je t'ai laissé, pour que tu dises enfin ce que tu penses, ma parole. Sache que je t'ai jamais aimé pour ce que tu n'étais pas, arrête d'inventer, je ne sais quoi Dimitri. Certes, et vaut mieux pour toi que tu ne le saches pas. » Pestais-je en coin, avant de finalement me détourner un court instant. J'avais envie de te dire clairement qui j'étais mais connaissant notre passif familial enfin..Entre les Morgenstern et les Lightwood, c'était un peu compliqué. Mais qu'importe, de toute façon il fallait bien qu'un jour tu le saches :
« Je suis un Morgenstern. »

690mots
-24h © 2981 12289 0

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Dim 12 Juin - 0:44



Un passé bien trop compliqué
Oui au final vous ne vous connaissiez pas. Tu t'en étais rendu compte bien trop tard, quand il avait disparu. Que connaissais-tu de lui? Pas grand chose. Assez pour l'aimer en tout cas. Assez pour en tomber amoureux. Tu serres les dents alors qu'il te lâche sa en pleine tronche, gardant le même visage sans tressaillir. Pour une fois tu es celui qui exprime le plus d'émotions. Pour une fois, tu laisses ta colère s'échapper de ton regard, émaner de tout ton être. Mais il y a bien plus que ça. Frustration, blessure profonde qui n'a jamais réussit à se refermer finalement. Parce qu'une blessure comme ça sa prend du temps, beaucoup de temps à guérir. Quoi que, finalement, ça ne guérit jamais. - Non, on ne se connait pas, c'est certain! Tu avais dis ses mots avant autant de froideur que tes autres paroles. Tu ne comprends pas le sens des siennes par contre. Où voulait-il en venir? Que voulait-il dire? Tu n'en avais pas la moindre idée. Tu secoue la tête perplexe, ne laissant pourtant rien paraître. Si lui-même avouait qu'il n'y avait pas de raison, pourquoi l'avait-il fait? Que voulait-il insinuer en te disant tout ça? Il hausse les épaules et tu as envies de lui en coller une devant tant de désinvolture de sa part. Tu as l'impression qu'il s'en fou totalement de toi, qu'il ne ressent absolument rien face à cette situation. Tu as l'impression de passer pour un vrai con. - Mais va y accouche alors Kal', expliques moi tes si bonnes raisons. Cette fois tu avais pratiquement crié, perdant littéralement patience devant tant d'énigmes, tant de sous-entendus. Tu as besoin de réponses clairs, pas de mots qui ne veulent rien dire. Mais apparemment ton ex n'est pas disposé à t'en offrir, préférant rester dans le flou pour ton plus grand malheur, ton plus grand désarroi.

Tu lèves les bras au ciel face à ses nouvelles paroles. Maintenant il s'agit d'une question de survit, mais franchement, se foutait-il de ta gueuler? Rien que le fait de coucher ensemble était dangereux, vous le saviez dès le début. Ce n'était pas un secret entre vous. Votre relation devait rester secrète, elle allait toujours devoir le rester. Vous deviez vivre dans l'ombre, faire attention à ne pas être suivis, ni vus ensembles. - Mais bordel dis moi cette raison qu'on en finisse une bonne fois pour toi. Une question de survie? Je sais me défendre à ce que je sache et toi aussi, alors putain, ne me dis pas qu'il s'agit d'une question de survie. J'avais mon mot à dire là dedans! Il soutient ton regard et tu n'y décèle aucuns remords. Ca te fou encore plus hors de toi. Il ne regrette rien, mais vraiment rien. Cela ne te rassure pas, loin de là et te conforme dans l'idée qu'il n'avait jamais ressenti de quelconques sentiments à ton égard. Là, de suite, tu as envies de l'étrangler face à son comportement des plus énervant. Il était tellement froid, tellement indifférent. Tu l'avais connus autrement. Légèrement plus expressif, plus souriant également. Tu avais aimé son sourire, son rire quand tu disais une connerie ou que tu tombais du lit en voulant te retourner pour dormir...Oui, vous en aviez passés des bons moments ensemble. Mangeant devant la télévision, commentant un film complètement pourri, vous rejetant la faut l'un et l'autre en niant que c'était toi qui avait voulu le regarder. Puis, il y avait eu des moments plus tendres. Son bras qui vient enrouler ta taille alors que tu regardes par la fenêtre, toi qui t'endor contre lui après une nuit mouvementée. Non, tu dois oublier.

- Déjà, je t'interdis de dire ce qui est le mieux pour moi. Ensuite, on ne se prend pas la tête, se prendre la tête est un faible mot et cette expression ne convient pas. Un couple se prend la tête, des amis se prennent la tête. Nous ne sommes ni l'un ni l'autre. Tu avais pointé un doigt vers lui alors qu'il se détournait de toi. Oui, il n'avait aucun droit de savoir ce qui était bon pour toi ou non... Et ce fut le choc...tu entends ses paroles, son nom de famille et tu réagis au quart de tour. Tu l'attrape furieusement et le plaque contre un mur, alors que ta lame cachée dans ta ceinture se retrouva sous sa gorge, appuyant dangereusement sur celle-ci. Tu respires vite, trop vite alors que ton regards se plonge dans le sien. Il est de ceux qui ont tués ta tante, transformé ta cousine en louve...Tu appuies un peux plus fort sans pour autant le blesser, tremblant. Mais tu n'y arrive pas...Furieusement tu le relâches et tu recules et, sans vraiment le réaliser, tu te mets à t'acharner sur les poubelles. Frappant dans une benne, enfonçant ton poids dedans, puis dans un mur. Tu n'arrives pas à le tuer, c'est plus fort que toi et tu viens clairement de te montrer faible devant Kaleb. C'est violent, les émotions qui te submerges. Tu te tournes vers lui. - Dis-moi que tu n'as rien a voir avec son meurtre. Dis-moi que l'homme que j'ai aimé n'a rien a voir avec le meurtre de ma tante, la transformation de ma cousine! Tu avais hurlé ses paroles, pointant un doigt vers lui. Tu ne pourrais jamais supporter cette idée...non, jamais. - Pas toi. Je veux tout savoir tu m'entends, j'en ai marre des mensonges, maintenant tu vas tout me dire. Tu n'as pas remarqué que ton poing est pas mal amoché, laissant ton sang tomber doucement sur le pavé de cette ruelle sombre.


Post 7
994 mots
-24h

AVENGEDINCHAINS



Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Dim 12 Juin - 1:41


Tu n'aurais jamais du partir.
Nous n'étions plus rien. C'est toi qui le pensais ou qui voulait t'en convaincre, mais techniquement, je ne t'avais jamais vraiment quitté, cette séparation avait été forcée, contre mon grès car il était évident que je n'aurais jamais quitté quelqu'un comme toi, qu'importe que tu sois un Ligthwood ou n'importe quelle autre famille de Nephilims. Bon certes, cela aurait compliqué notre relation si nous en avions parlés quand tout fonctionnait, cela aurait crée notre première embrouille, sans doute. Mais bon, au moins maintenant, c'était le moment ou jamais, car je ne voulais pas te cacher ça. Ta réaction fut telle que je l'avais imaginé : spontanée et violente. Bon franchement, je m'étais plus attendu à ce que tu me foutes un pain que de vouloir me planter. Oui, tu aurais pu me tuer, je n'aurais rien dit de toute manière, mais bizarrement...je savais que tu ne me ferrais rien, comme moi je ne pourrais jamais rien te faire. C'était ainsi. Je déglutis légèrement pour avaler ma salive, ce qui fut difficile avec la lame bleutée, planté sous ma pomme d'adam. Mon regard ne faiblit pas, restant plongé dans le tien. Je ne dis rien, qu'est-ce que tu voulais que je dise de toute manière ? Rien. Nous avions vécu une relation un peu dans le déni, nous nous étions cachés beaucoup de choses, à croire qu'on sentait que notre relation était déjà un danger, mais qu'il valait mieux que sa reste ainsi. Une évolution aurait été possible ? Finalement, je pense que non, que c'était peut-être mieux comme ça...d'être juste partie.fait A moins de devenir Obscurs, nous n'aurions jamais pu être ensemble, officiellement du moins. Oui, car je m'en moquais bien de savoir si ma famille allait apprécier le fait que je sois avec un homme, c'était pas là le problème. Le problème était les familles. Rien de plus. Et de la situation actuelle à Idris.
« Arrête. » C'est la seule chose qui sortis quand je te vis frapper ce mur, cette pauvre poubelle qui n'avait rien fait, hormis d'être là au mauvais endroit en fait. Je regarde ta main saigner, n'ayant vraiment rien à dire. Qu'est-ce que tu voulais que je dise ? Que j'étais désolée d'être ce que j'étais ? Non, je n'étais pas désolée d'être un Morgenstern, je n'étais pas désolée du passif qu'avaient nos deux familles ensembles. C'était comme ça, un point c'est tout.

« Bien sûr que non, que ce n'est pas moi. Nos familles se sont toujours détestées, c'est en général les aînés de la famille qui se charge de ce genre de ''chose'' on va dire. Concernant ça, je sais plus qui en est l'auteur, mais pas moi. Je ne m'amuse pas à transformer quelqu'un en loup-garou ni à tuer une femme qui n'a pas commis un crime envers la Coupe. » Dis-je simplement,étant tout ce qu'il y a de plus honnête. Bon, sauf le fait que je savais qui avait tué ta tante et transformer ta cousine, mais ça, c'était pas à dire, car tu voulais sans doute vengeance toi et ta famille pour ça. Je m'avance alors, prudemment quand même, pour pas que est vraiment envie de m'étrangler, te stoppant dans ton envie de redécorer le mur de ton sang. J'attrape fermement ton poignet, venant à déchirer un bout de mon tee-shirt pour te faire un pansement, pour arrêter le saignement de ta main, qui était légèrement ouverte. Toucher ta peau, cela me redonne des frissons, me souvenant ô combien elle était douce. Je ferme les yeux un court instant pour chasser mes pensées de toi dans des situations que j'avais adoré te voir, surtout au réveil, pour me concentrer sur ce moment. Je te relâche assez vite pour pas trop abuser du contact physique que tu avais toléré ce qui m'étonnais un peu, mais tant mieux. De toute manière, tu savais que tu aurais beau me résister, j'avais une grande force, et tu savais que je te dominais largement sur certains points, donc celui-ci.
« Je peux pas. Je peux pas car ce qui c'est passé, à été un enfer, tu comprends ? Qu'à cause de moi, t'a faillis y passé, et tu vas y passé si je reste plus longtemps. Arrête de croire que je pense qu'à ma gueule, fait moi juste confiance sur ce coup. Si je fais ça, c'est bien parce que je t'aime et qu'au fond, je dois toujours t'aimé comme un con, car crois moi que je m'en serais foutu de te voir mort, si j'avais pas ces sentiments. Donc maintenant rentre, on est resté trop longtemps l'un avec l'autre. » Ajoutais-je en révélant quelques petites choses mais restant toujours sur des sous-entendus, lourds de sens. Mais je ne pouvais pas t'offrir mieux, pour le moment. Je me recule cette fois, m'éloignant alors pour de bon. Je me retourne un court instant pour te regarder de biais, un peu comme pour garder ton visage dans mon esprit, pour le graver encore et encore. Je souffle un peu, avant de baisser le regard, reprenant donc ma course folle contre le temps. Contre l'ennemi. Je savais que je te reverrais, car tu voudrais des réponses, mais pas maintenant, pas aujourd'hui. Je devais fuir avant que quelqu'un ne me voie et qu'on nous tue. Car c'est ce qui se passerait, si on nous voyait ensemble.

La nuit ne me porta pas conseil. J'étais paumé, vraiment. Je voulais dire tout ce qu'il y avait à dire, te dire que je t'avais aimé comme un fou, que j'aurais même été capable de suivre la Rebellion pour toi et accepté le bannissement s'ils ne t'avaient pas menacé de mort, mais non. J'étais incapable de faire un truc pareil, je ne le pouvais pas . Je ne pouvais pas te dire ce que mon jumeau avait fait, ni les conséquences de tout ça. Ah...C'était à s'en arracher les cheveux, vraiment. Qu'importe, il fallait que je fasse comme si de rien n'était, de rentrer à la maison familiale en ayant toujours la même expression,en montrant aucun signe nouveau qui pourrait me trahir. Je devais reprendre ma mission, retrouvée ce Nephilims et le tuer, car je l'avais perdu du coup, en te retrouvant dans cette ruelle.

Franchement ? Le destin voulait vraiment nous réunir, car pourquoi à peine mes yeux se sont posés dans cette salle bondée, bruyante, puante de sueur et d'une musique franchement détestable, que nos regards ce sont à nouveaux croisés. Ce regard sombre qui manquait à chaque fois de me faire péter un câble et ne pas te sauter dessus. Je te regarde fixement, de loin. Mais je détourne vite le regard, ne voulant pas être dérangé dans ma mission, mais mon petit doigt me disait que ça serait pas le cas, malheureusement. Je me faufile entre les gens, la moitié était de toute manière des Obscurs, des créatures voir des Nephilims, qui se cachaient un peu. On était tous cachés par des runes, mais chacun ne savais pas qui était quoi, sauf ceux qui étaient protégés. Je m'avance vers le bar, prenant un verre, car j'en avais bien besoin. Je bus le whisky d'une traite, gardant dans mon champ de vision ce type qui c'était déguisé. Malin, mais pas assez pour me distancer. Alors que j'allais pour m'avancer, que je me retrouve nez à nez avec toi. Bigre.
« Quoi ? Ce n'est pas le moment, surtout pas ici. J'ai du boulot. » Lâchais-je en plissant légèrement le front, car vue comme je t'avais quitté la dernière fois, normale que tu ai envie de répondre à mes paroles.

1284 mots
-24h © 2981 12289 0

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Dim 12 Juin - 2:22



Un passé bien trop compliqué
Il aurait pu te repousser, t'empêcher de guider cette lame contre sa propre gorge alors que tu sens cette haine violente monter d'un cran. Tu aurais aimer avoir la force de le tuer, de lui trancher la gorge et le voir s'étouffer dans son propre sang. Malheureusement, au lieu de sa tu recules, te défoulant sur ce qui te passe sous la main. Tu l'entends te demander d'arrêter, tu ne le fais pas directement. Tu as besoin de déverser ta rage sur quelque chose, ta faiblesse devant lui. Tu as envie d'hurler. De demander aux anges ce que tu as bien pu faire pour mériter un sort pareil. Tomber amoureux d'un Obscur était quelque chose de déjà très limite, mais en plus cet obscur faisait partie de cette famille ennemie de la tienne. Tu te retourne vers lui, hurlant après des explications, hurlant en lui demandant si il avait fait partie de cette mission qui avait brisé les tiens. Tu espérais que non. Vraiment, sinon, tu te serais senti encore plus mal de ne pas être capable de l'achever. Tu trembles en l'écoutant parler. Il t'affirme qu'il n'était pas en cause et tu te surprend à douter l'espace d'une seconde. Néanmoins, tu penses qu'il te dit la vérité, après tout, il a raison, c'est souvent les aînés qui font le mauvais travail chez eux. Tu avais déjà eu l'occasion d'en être témoin. Tu recules de plusieurs pas, poussant un léger cri de rage, te remettant à frapper dans le mur. Mais quelque chose t'arrête. Non, il t'arrête et tu te crispes sous le contact de sa peau sur la tienne. Sensation que tu avais oublié, sensation que tu n'aurais jamais cru pouvoir de nouveau ressentir...Et pourtant, il était bien là en train de penser ton poing meurtri par ta crise de colère. Tu serres les dents, ne le regardant pas. Tu n'en a pas le courage, tu as bien trop peur de céder. Ton coeur bat trop rapidement dans ta poitrine, ça en devenait douloureux. Quand il te lâche ce ne fut pas du soulagement qui remplit ta poitrine, mais bien ce manque cruel qui refit surface avec bien trop de passion. Tu te déteste pour éprouver ça après ce qu'il t'avait annoncé.

Tu l'écoutes te déballer qu'il t'aime sûrement toujours, qu'il fait tout ça pour toi, que tu dois lui faire confiance. Tu le vois s'éloigner. - Non mais t'es sérieux! Kal! Mais il disparaissait déjà de ton champ de vision. Trop perturbé pour le suivre, tu tombes les fesses sur le sol, touchant du bout des doigts ce bout de tissus qui enroulait ton poing. Tu as le coeur en miette. Ca fait mal. Terriblement mal et tu ne pensais plus ressentir pareil sentiment après son départ. Passant une main sur ton visage, tu finis par te relever, attrapant ton arbalète qui avait glissée de tes mains lors de ta crise de colère. Tu te mets en marche. Lentement. Trop lentement alors que tu finis par te réfugier dans ta chambre. Tu n'as pas pris la peine de te changer, plongeant dans ton lit, recroquevillé légèrement sur toi-même. Durant un instant tu essaye de te dire que ça n'est pas arrivé, que tu as simplement rêvé. Malheureusement, le bandage improvisé contre ta peau te disait le contraire et la douleur s'éveilla enfin. La VRAI douleur. Cette qui te consume de l'intérieur, qui te bousille les entrailles sans que tu ne puisses rien y faire. Et tu gémis, plaquant tes mains contre ton visage, poussant un hurlement étouffé par tes couvertures. Parce que cette douleur, oui, celle-ci, est d'une cruauté redoutable. Tu n'es plus ru de rien, tu ne sais plus quoi penser. Partagé entre le dégout de toi-même d'aimer cet homme, l'amour justement que tu lui portais et la douleur de ce second abandon qui avait en plus ouvert diverses questions. C'était trop pour toi. Trop pour une seule soirée... La nuit porte conseil? Pas chez toi. Tu te réveilla au plus mal, le coeur au bords des lèvres. Toute la sainte journée tu restas fermé aux autres, passant ton temps libre à t'entraîner, t'isolant de ta soeur, de ta famille. Tu avais besoin de ce calme, de cette bulle et tu fus sacrément de mauvaise humeur. Tu essayas de ne pas y penser. Il hantait chaque parcelle de tes pensées, lui et ses énigmes, lui et ses révélations. Tu devais avoir des réponses et vite, avant de devenir fou.

Tu es dans cette boite de nuit, tu ne sais pas vraiment trop pourquoi. Ah oui, ta mission...Un démon qui ne cessait de faire de sacré ravage. Tu voulais t'en occuper seul, du coup, n'ayant rien dit à personne, tu avais quitté l'institut et tu l'avais tracé. Te voilà donc la gueule au milieu de cette foule, le regard balayant la salle, alors que tu évitais quelques terrestres bien trop ignorants. Et puis...tu croises son regard et tu te figes.. Toi qui essayais de bosser pour oublier, le destin semblait se foutre royalement de ta santé mentale. Serrant les dents, tu en oublies ta cible. C'était l'occasion rêvée. Il se dirige vers le bar, tu fais de même sans aucune hésitations. Il veut s'en aller, tu te postes devant lui, te retrouvant nez à nez avec Kaleb. - Rien à foutre de ton boulot. Grouilles toi d'aller dans les sous-sols du club, sinon, je te jure que je fais un scandale devant tout le monde.. Et ça grouille d'obscurs, de démons, de néphilims et ça ne sera absolument pas bon. Ni pour toi, ni pour moi. Tu es sérieux, tu es capable de tout ce soir. Tu vois bien que Kaleb n'est pas enchanté, pourtant, il se dirige vers la cave et tu choppes une bouteille au passage. Tu vas avoir besoin d'un verre. Tu passe derrière avec lui et tu descends rapidement les escaliers, buvant une bonne gorgée de Whisky au passage, directement à la bouteille. Une fois la porte fermée, tu t'assure qu'elle le reste en traçant une rune de blocage. Une fois la manœuvre effectuée tu te tournes vers lui. - Tu ne peux pas me lâcher que tu m'aimes et te barrer comme ça c'est clair! Attend, tu joues à quoi là Kaleb? Tu as cru quoi, que j'étais une chaussette qu'on prend, qu'on jette, qu'on prend, qu'on jette. Je sais pas quoi, si c'est comme ça que tu prouves ton amour ben bordel, t'es mal barré mec! Tu bougeais les bras comme un crétin, la bouteille en main. Bon, quand t'es énervé tu gigotes beaucoup...Puis, d'accord, tu avais bu un verre avant de partir de l'institut...juste pour te donner du courage hein. Un pti... Finalement, tu te stoppes le regardant droit dans les yeux. Tu remarques que tu es assez proche, sans pour autant être collé à lui. Mais non. Fierté exige, tu ne bougeras pas!


Post 9
1209 mots
-24h

AVENGEDINCHAINS



Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Dim 12 Juin - 3:04


Tu n'aurais jamais du partir.
Te connaissant, j'aurais dû savoir que tu ne lâcherais pas l'affaire, surtout avec la petite bombe que je t'avais lancé. En vrai, ma langue avait vraiment fourchée, car je n'aurais jamais dis ça, si j'avais été très conscient de la situation, de tout ce qui se passait. Oui, car je me rappelais bien maintenant, que je t'avais dit que je t'aimais. Une faiblesse encore. Tu étais, ce foutue boulet accroché à ma cheville, qui me faisais couler vers le fond. Tu étais celui qui causerait ma mort, j'en étais certain et sans doute moi, la tienne. Car oui bordel, je crevais d'envie de me jeter sur toi, te serrer contre moi, embrasser tes lèvres chaudes et douces qui m'avais vraiment fait chavirer quand j'eu la chance de les capturer pour la première fois et j'en passe. Tu étais cette fichue personne dont on crèverais si on ne pouvais plus l'avoir, qu'on en crèverais de ne plus vivre sans lui et franchement ? Tu m'avais terriblement manqué. C'est sans doute pour cela que je m'étais stoppé dans cette ruelle, car même si je savais qu'on aurait une altercation, je voulais te voir, te parler, entendre le son de ta voix, qu'importe les mots qui sortiraient de ta bouche.Qu'importe, je t'avais vue et même quelques minutes, cela m'avais suffit pour me rendre un peu heureux, après toute la tragédie que j'avais vécu dernièrement. Toi, tu souffrais peut-être d'un chagrin d'amour, et bien moi il fallait y ajouté une trahison terrible, une famille sur le dos qui ne me lâchais plus, et surtout le sentiment de n'être aimé par personne. Oui, c'était horrible, même quand on a plus vraiment de cœur.

Te recroiser aussi rapidement, me rendais heureux comme malheureux, car je ne pouvais pas faire grand chose. Il fallait juste que je te dégage de mon chemin, c'était le seul moyen pour nous de survivre. Car il ne fallait pas croire, mais j'étais étroitement surveillé, surtout par ma frangine, Eryn. Elle était l'une des pires et je savais qu'elle était bien capable de me tuer. La famille pour elle, c'est sacré. Du coup mon père savait qu'elle ne m'aiderais pas, bien au contraire qu'elle me tuerait pour avoir fait de l'ombre à la famille. Elle m'avais clairement dit l'autre jour, que si j'avais été son fils ou si elle était dans la capacité de le faire, elle m'aurait tué immédiatement qu'elle aurait su tout ça. Je fus un peu surpris de te voir aussi...Entrepreneur, mais insistant clairement sur une menace pour me faire bouger. Je soupire légèrement, cela ne se remarque évidemment pas, avec le bruit qu'il y avait ici, c'était quasi impossible que tu l'es entendu, remarqué à la rigueur, oui. Je te suis donc, ne voulant en effet pas me faire remarquer. Décidément, déjà deux fois que je manquais ma cible à cause de toi, j'espère que la troisième serait la bonne.

Je me retrouve donc dans cette ruelle, sinistre mais peu bruyante contrairement à l'intérieur, pour me retrouver donc face à toi, qui semblait plus tout à fait clair. Je baisse les yeux, voyant ta bouteille dans la main. Mes sourcils se plissent. Je te connaissais bien là, tu ne tenais pas vraiment l'alcool et tu t'étais dit que cela te donnerait de la force pour travailler ou me parler si tu m'avais suivis, ce qui m'étonnais. Je souffle légèrement, tirant la bouteille de tes mains, mais que tu m'empêches de prendre, offrant donc un contact de nos deux mains un petit moment. Je finis par te lâcher, car j'avais déjà du mal à résister à la fichue tentation de pas te plaquer contre le mur de brique, alors bon. Je remets ma mèche blonde en arrière, regardant légèrement de chaque côté en répondant :

« Arrête de boire déjà. Ensuite, je t'es expliqué déjà que ce n'est pas de mon voulu. J'ai jamais voulu partir comme ça. Si je l'ai fais c'est parce que les conséquences ou plutôt les répercussions seront mortelles pour nous tu comprend ça ? Je ne veux pas en parler, j'aurais pas dû te dire ça, voilà, si c'est ce que tu voulais entendre, et bah je te le dis. Mais je ne vais pas te mentir en disant que je mens en le disant. Car oui mes sentiments ne changeront pas, et croient bien que j'ai essayé. Donc le mieux c'est qu'il vaudrait mieux que tu refasses ta petite vie, que tu continues à rester dans l'ombre pour pas finir Obscurs et que tu restes loin mais alors très loin de moi et des Morgenstern. Quoique tu veuilles vraiment. » Lançais-je, un peu confus avec toute cette histoire. Bordel, c'était pas mon truc moi, les explications amoureuses tout ça...J'avais déjà du mal à garder le fil quand je me brouillais avec quelqu'un car je partais vite au quart de tour et sa finirait plus en combat qu'en parlotte avec moi. Mais là franchement, je savais plus quoi répondre. Mais bien sûr, je ne puis m'empêcher de balancer :
« Crois-moi que si, ce que je fais maintenant, c'est bien une sacrée preuve de ce que je pense et ressens pour toi. Tu le sais juste pas, ni à quel point. Mais qu'importe, c'est moi qui en prend la responsabilité et qu'importe si tu me détestes maintenant, je préfère ça qu'autre chose. » Oui, en disant le ''autre chose, je parlais bien de la mort''. Être détesté mais avoir sauvé celui qu'on aime ? Et bien je le referais 100 fois si ça te sauvait la vie à chaque fois. Je laisse alors mes bras pendre le long du corps, levant mes yeux pour les plonger dans les tiens. L'ambiance était lourde, pesante. J'avais du mal à resté en place, tranquille. Mon corps entier n'avait qu'une envie : toi.

963 mots
-24h © 2981 12289 0

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Dim 12 Juin - 3:33



Un passé bien trop compliqué
Tu n'a pas spécialement les idées clairs. Faut dire que tu es sur les nerfs, que tu as besoin de comprendre, de savoir ce qu'il se passe. Il te dit qu'il t'aime toujours et disparait une fois de plus dans la nature, t'abandonnant la tête remplie de questions. Non, tu ne pouvais pas accepter ça une fois de plus, cela ne t'était simplement pas possible. Tu le menace. Tu n'en as rien à foutre d'être vu en sa compagnie, là de suite tu voulais juste qu'il te suive. Tu voulais qu'il quitte ce lieu pour un autre plus calme, un endroit ou vous pourriez sans nuls doutes vous entendre parler. Et il le fait. Tu es pleins de courage. Oui, tu es remontés à bloque et tu comptes bien lui botter les fesses si il ne crache pas le morceau. Ton amie la bouteille y est pour beaucoup... Tu fermes la porte derrière vous et tu commence à parler, t'agitant tout en balançant ce que tu as sur le coeur. Enfin, une toute petite partie. Il tente de prendre la bouteille et vos doigts entres en contactes. Tu frissonnes d'envie, de plaisir, d'un tout que tu aurais aimés oublié. La sensation de ses lèvres sur les tiennes, de ses caresses frôlant ta peau du bout des doigts. Stop. Tu ne dois pas y penser. Non, jamais plus tu n'auras l'occasion de renouveler ce style d'expérience. Tu l'empêche de prendre la bouteille, la tirant vers toi, un regard menaçant planté sur ton visage. Ca aurait pu être comique comme vision, sauf que la détresse qui s'y lisait, elle, n'était absolument pas drôle. Parce que oui, Kaleb éveillait en toi toutes ces émotions bien trop intense pour que tu puisses les contenir, surtout en étant légèrement enivré. Tu secoues la tête, lui faisant bien comprendre qu'il n'aurait pas ta source d'inspiration, ta force du moment, ta bouteille de Whisky. Tu en as clairement besoin, parce que autant tu étais confiant en descend les marches, autant tu te sentais beaucoup plus con une fois devant lui. Il remet ses cheveux en place et tu te crispe. Tu avais toujours adoré le voir faire ça. Ton corps s'éveille, ta peau semble brûler, manque cruel de la sienne.

Tu sens un coup invisible te percuter l'estomac quand il te dit que tu devais refaire ta vie. Tu ne le montre pas, tu refuse littéralement de lui montrer cette détresse cruelle qui venait d'éveiller avec brusquerie. " Tu crois que je n'ai pas essayé. T'es plus con que je ne l'aurais cru." Tu ne comprends rien à ce qu'il veut te faire comprendre. Il semble avoir ses raisons, des raisons dont il tiens à garder dans le secret le plus total. Tu prends une grande gorgée dans ta bouteille, commençant à faire les sens pas. Tu as chaud, tu enlèves ta veste en cuir pour la jeter dans un coin de la ruelle. - Tu en prends la responsabilités...Tu veux que je refasse ma vie... Tu viens te planter de nouveau en face de lui, plongeant tes yeux dans les siens, mais cette fois-ci tu es proches, trop proche et ton coeur s'emballe, ton corps s'enflamme. - T'as rien pigé en vrai. J'ai jamais pu t'oublier Kaleb, j'ai essayé. J'ai juste réussis à vivre avec. Et puis tu te ramènes avec ta belle gueule et tu me dis que tu m'aimes, que tu es partis parce que tu avais tes raisons, que t'es un putain de Morgenstern et tu aimerais que je lâches l'affaire? Non mais tu as crus quoi? Que tu pouvais revenir foutre le bordel dans ma vie. Refaire remonter des sentiments sans en payer les conséquences également? Tu avais sifflé ça assez froidement, parce que oui, tu essayes de te montrer froid même si au final, tu l'avais déjà été bien plus que ça. Brusquement, tu jettes la bouteille contre le mur derrière toi, faisant en sorte qu'elle se brise en milles morceau. Tu perds patience, tu souffres de trop, tu es en colère, véritablement. - Tu veux que je refasse ma vie Kal? Et bien soit, mais avant je veux des explications et des vrais. Je veux savoir cette putain de vérité. Puis ainsi, tu n'aurais plus à rien assumer. Je n'ai pas besoin d'une nounou. Non, j'avais besoin de toi à cette époque et seulement de toi. Pas de ton absence!

Tu parles un peux trop, tu as une fois de plus élevé la voix au moment ou tu avais énoncé le fait d'avoir besoin de lui et non de son absence. Parce que oui, tu aurais eu besoin de lui...Malgré ce qu'il est, malgré son nom de famille. Tu l'aimais. C'est con, mais c'est comme ça. Même si cet amour est voué à l'échec le plus total, même si vous fonciez droit dans un mur, ça ne se contrôlait absolument pas. Tu approches d'un pas, réduisant la distance entre vos corps. - La porte est là. Tu désignes la porte avec ton doigt sans pour autant le quitter des yeux. - Va y pars...mais si jamais tu pars sans rien me dire, je jure sur ma propre existence que je trouverais des réponses, avec ou sans ton accord... Ta voix puait la sincérité. Tu pointais toujours la porte du doigt. L'heure des révélations avaient sonnées...Allait-il partir ou rester?



Post 11
941 mots
-24h

AVENGEDINCHAINS



Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Lun 13 Juin - 2:10


Tu n'aurais jamais du partir.
Je n'étais pas stupide, mais j'étais surtout un peu maladroit, avec mes mots. Je ne savais pas vraiment comment faire pour vraiment t'envoyer paître. Sans doute car dans le fond, je n'en avais aucune envie. Que je voulais pas justement, que tu partes à tout jamais, car je voulais toujours avoir de tes nouvelles, sentir les choses comme elle venaient et être à tes côtés encore longtemps. Mais bon, je sais que c'était un peu impossible. On ne pourrait pas tout avoir, pas en étant de deux clans bien distincts, tant que la guerre ferrait plus ou moins rage. Tant que nous étions un Lightwood et un Morgenstern. Limite, recommencé à zéro, autant l'un que l'autre, partir tel deux nomades et faire notre vie ensemble serait la seule solution à toute cette histoire fort pénible et difficile à géré. Oui, j'étais fatigué aussi, de devoir endossé ce rôle, de devoir te cacher, toutes les choses qui c'étaient produites dans ma famille, même si cela ne te regardait pas forcément, bien que tu étais quand même ciblé pour avoir accepté mes bras pour plus que quelques nuits. Pourquoi avais-je autant de sentiments pour toi... Vraiment, je me le demandais encore. Tu savais parfaitement que j'étais un Obscur, mais tu n'en avais pas tenu rigueur et je crois que c'était ça en fait. Tu l'avais clairement dit l'autre fois, que tu m'avais aimée pour ce que j'étais, pas un nom. C'était pour cela. Personne ne m'aimais vraiment pour moi, sauf peut-être quelques membres de ma famille mais je les soupçonnais grandement de mentir. Alors oui, quand quelqu'un nous aime vraiment, dur de la laisser filer.

« J'ai jamais dis que c'était facile. Je ne peux pas te dire que moi aussi j'ai essayé, car c'est faux, je suis loin de vouloir tenter quelque chose avec qui que ce soit, je n'en ai d'ailleurs pas le temps, mais de toute manière cela n'arrivera plus. Je ne compte pas être avec quelqu'un de sitôt et la seule façon que sa soit le cas, c'est un mariage arrangé, comme nous risquons tous de finir, autant de mon côté que de beaucoup de personnes. Enfin bref. Oui, je t'ai dis ça, car c'est la vérité. J'arrivais à aimer personne à part moi, donc pour une fois que c'était différent, je te le dis. Car tu ne semblais pas croire que ça soit le cas, tu doutes de moi, j'en suis sur encore. » Lâchais-je donc en te regardant déblatéré tes propos d'ivrogne, car ouais, tu étais saoul, je sentais ton haleine guère fraîche. Je soupire un peu tout en venant croiser mes bras contre mon torse, te regardant d'un drôle d'air quand tu enlèves ta veste comme ça. Wow, mais qu'est-ce que tu étais en train de foutre sérieusement ? Je déglutis un peu, ne pouvant m'empêcher d'admirer tes courbes apparaissantes sous ton haut, me souvenant ô combien elles étaient parfaites.

Un ultimatum. J'aurais dû m'en douté. Partir ou dire la vérité. Franchement ? Tu n'avais pas mieux en stock quand même ? Tu savais parfaitement que le choix était plus que simple pour moi. Je n'étais pas ce genre de personne à céder aux caprices. Qu'importe que tu cherches la vérité en ayant des infos, car tu risquerais jamais de les trouver à moins d'aller te frotter à ma famille, ce que tu ne ferras pas, car tu n'étais pas assez stupide pour ça. Enfin...J'espère.
« Très bien. Tu sais parfaitement qu'elle est ma réponse. Crois-moi Dimitri. Tu auras toujours besoin de moi, comme moi au final j'aurais besoin de toi, en temps et en heure. Et crois moi quand je te dis que tout ça, ce n'est pas égoïste, je te protège. Et quitte à te voir me détester, je m'en fou complètement. » Rajoutais-je en venant murmurer ces paroles proches de ton oreille, ayant murmuré la dernière phrase au creux de celle-ci, nos corps se frôlant par la même occasion. Ta chaleur était terrasante. J'eus grand mal à ne pas tourner de l'œil avec tout ça. Je mis un certain temps avant de reculer, levant mes iris bleutés sur ta personne, nos visages n'étant qu'à quelques centimètres. Purée...Comment arrivais-je à garder mon sang-froid ? Et bien malheureusement, je faillis. Et bien vite je repris possession de ce qui m'appartenais, d'une façon très possessive, avec envie, mais surtout comme un réel besoin. Un besoin vital de goûter, de sentir tes lèvres contre les miennes, qu'importe que tu me repousses, j'en prenais le risque de me faire frapper. Au moins, cela te ferrait taire un court instant.

757 mots
-24h © 2981 12289 0

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Lun 13 Juin - 2:43



Un passé bien trop compliqué
Tu l'entends te parler et pourtant tu ne comprends pas grand chose. Il est buté sur ses propres opinions, toi, tu es têtu comme une mule. Tu l'observe dire qu'il avait aimé que toi, qu'il n'avait réussit cas t'aimer toi. Tu aimerais le croire, vraiment, mais face à ce comportement tu as du mal. Tu attrape chaud face aux diverses émotions qui t'envahissent, tu es vite obligé d'enlever ta veste pour chercher un peux de fraicheur. Oui tu doute de lui. Bien sur. Comment pourrais-tu avoir confiance en lui après tout ce qui se passait entre vous actuellement? - Arrêtes de parler si c'est pour dire des conneries. Tu avais sifflé ses paroles, essayant de t'en convaincre toi-même. Tu aurais pu quitter les lieux, ne plus chercher à le rencontrer. Oui, tu aurais même pu demander à un sorcier d'effacer ta mémoire, tes souvenirs de ce moment où, dans cette ruelle, tu avais de nouveau croisé son chemin. Malheureusement, tu te savais incapable de le faire. Non, c'est comme si cette souffrance faisait partie de toi, comme si tu avais besoin d'elle pour tenir. Tu l'avais aimé, tu l'aimais toujours. Peut-être que tu l'aimerais encore demain et après demain, te laissant un gout de brûlé dans la gorge, un blessure saignante dans la poitrine. Parce que oui, tu ne pourras jamais la panser, il n'y a pas de remède pour ça. Malheureusement. Tu le vois croiser les bras et t'as juste envie qu'il les ouvre pour te serrer contre lui, pour que tu puisse t'y loger comme autrefois. Oui, c'est con, mais t'es partagé entre la colère et cette vile sensation qu'il exerçait sur toi. Puis ce regard...Tu as du mal à ne pas le regarder, c'est désarçonnant, c'est violent. Ton regard passe de Kaleb au mur, de Kaleb au sol. Tu essaye de résister, mais tu as du mal.

Il parle dans ton oreille et tu serres un peux plus les dents, serrant ton poing alors que tu sens son souffle contre ton oreille. Ses paroles résonnes près de toi, il est bien trop proche et ton corps semble se tendre d'avantage. Vos corps se frôlent et tu crèves d'envie de te coller à lui, mais tu résiste, par fierté. Puis, ses paroles sont claires, son choix est fait, il va s'en aller. Et déjà, tu te sens vaciller dangereusement vers cette nouvelle passe sombre de ton histoire. A croire que les Ligthwood sont maudits quand on parle de sentiments. Alec et Magnus, Isabelle et Meliorn. Ils sont tous tombés par amour, tu étais en train de faire la même erreur! Tu sens ta gorge se serrer alors que tu frissonne sous votre proximité. Il recule son visage et plonge son regard dans le tiens. Tu n'ajoutes rien, il n'y a rien à dire. Il va partir, t'abandonnant une fois de plus et toi, tu allais de nouveau devoir te relever face à cette cruelle vérité. Il n'y a plus rien entre vous. C'est terminé. Fin de la partie. Ton visage est proche du sien, ton regard sombre plongé dans ses yeux clairs. Tu sens ton souffle se couper. Quelques centimètres vous sépares et ton rythme cardiaque s'accélère brutalement. Et là tu ne compris absolument rien. Il était censé partir, pourtant, ses lèvres viennes se poser sur les tiennes avec cette possessivité qui lui est propre. Tu ne peux pas t'en empêcher, tu y réponds avec autant d'envie. Putain, en vrai t'es juste un homme faible quand il s'agit de cet Obscur. Tu savoures ce baiser avant de te reculer brusquement, vacillant dangereusement, trébuchant dans une poubelle, alors que ton dos heurte le mur. - Non, non, non, non. Tu peux pas te la jouer comme ça Kaleb. C'est hors de question. Tu as le souffles coupé et rien que ça trahi ton avis de recommencer. Tu aurais voulu t'éloigner le plus possible, sauf que le mur bloquait tes gestes. Bon, en même temps tu n'avais pas vraiment envie de t'enfuir, ton corps aurait sûrement refuser cette éventualité. - Tu cherches quoi? Attends, parce que tu me dis que tu pars, que tu veux plus de moi pour des raisons qui te sont propres et là tu m'embrasse? Tu veux pas faire des pirouettes sur ta tête tant qu'on y est!

Et sans prévenir tu avance brusquement vers lui et tu va puiser dans ta force de Néphilim pour le plaquer contre le mur. Trop d'animosité, trop de rancune et trop...d'envies également. Ton corps est collé au sien, plus pour tenter de le bloquer, quoi que, ça te déstabilisa vachement sur le coup. Mais malgré ça, tu ne te décolla pas de lui, non, tu accentuas inconsciemment la pression de ton corps contre le sien. - J'en ai marre de jouer Kaleb, je suis fatigué de jouer à ce jeu merdique. Tu avais murmuré ses paroles alors que tes mains étaient positionnées sur le mur, encadrant le visage de Kaleb, ton regard plongé dans le sien. Tu trembles légèrement avant de dire doucement. - D'accord, t'as gagné... Et tu recules. Tu es épuisé et ça se voit. Pas physiquement, non, mentalement. T'as qu'une envie, lui sauter dessus, mais t'as juste l'impression que ce n'est qu'une vaste blague. - j'en ai marre de lutter contre ce que je ressens pour toi. Si tu veux que je t'oublie, que j'avance...et bien soit. Mais tu n'y arriveras pas, tu le sais. - Maintenant juste...va t'en Kaleb...parce que j'ai foutrement envie de te sauter dessus et que voilà.



Post 13
976 mots
-24h

AVENGEDINCHAINS



Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Mar 14 Juin - 16:30


Tu n'aurais jamais du partir.
Tu avais raison. Je devais stopper de dire des conneries, car au final, j'en disais pas mal sur ce coup, c'était même lamentable. J'essayais de trouver des arguments, de savoir comment faire mais bon. Je ne pouvais pas te dire la vérité, je ne voulais pas surtout. Tu ne devais pas apprendre le pourquoi du comment et même si je devais te laisser partir, je le ferrais. Oui, c'était quand même incroyable, venant de moi, d'être aussi...protecteur envers quelqu'un ,car je n'aurais pas fait tout ceci, si je n'avais pas eu des sentiments pour toi. Une personne banale, du genre une de mes nombreuses conquêtes d'antan, je l'aurais laissé mourir sans trop de regret, bon peut-être un peu mais trop peu pour que cela m'affecte réellement. Mais toi, c'était autre chose. Je ne pourrais pas ne pas agir, si je te savais en danger, car quoiqu'il se dise, j'étais encore amoureux de toi, bien que j'avais fais mine de t'avoir oublié. Faux, car si cela avait été à 100% le cas, je ne me serrais pas arrêté dans la ruelle et je ne t'aurais pas sauvé d'une blessure de démon qui aurait pu être grave. Non, j'aurais juste jeté un œil, quelques secondes, et j'aurais pris mes clics et mes claques, l'air de rien.

Ce baiser, j'en avais eu envie depuis que je t'avais vue. Me connaissant, je n'allais pas me gêner si nous devions nous re-cotoyer pour le faire à nouveau. J'avais un grand culot et tu le savais, c'est pour ça que tu étais dans cet état après le baiser, je le savais. Tu avais peur car tu savais parfaitement que j'étais capable de te faire craquer en quelques secondes. Il faut dire que c'était pleinement réciproque. Et l'envie de t'avoir rien qu'à moi, était fort aguichante. Je te laisse donc reculer, me mordillant la lèvre avec gourmandise et un certain amusement quand tu te cognes de la sorte dans les poubelles. Je manque de peu de rire et même sourire, preuve qu'encore une fois, tu étais le seul à pouvoir me dérider, mais je me retins quand même. Tu étais fort séduisant en étant aussi perdue, adorable. Je vais pour te répondre, quand tu me plaques de la sorte, rendant la situation encore plus palpable qu'elle ne l'était déjà. Tu me donnais drôlement chaud à force de me coller de la sorte et de te sentir aussi prêt, c'était vraiment excitant. Mais bien sûr, je sais me contenir et je sais être sérieux cinq minutes bien sûr. Toutefois, je ne puis garder plus longtemps ce sourire qui manque de se dessiner, car ta dernière phrase était bien amusante. Bien sûr que je savais que tu avais envie de moi de me sauter dessus. On avait toujours été très fortement attiré physiquement l'un pour l'autre, et chaque fois qu'on en avait eu l'occasion, on se sautait dessus. Même si c'était peu espacé à chaque fois.

« J'aurais bien aimé te dire que oui, que ce pseudo-jeu est pénible, mais malheureusement Dim', c'est pas un jeu. C'est sérieux et crois-moi que je préférerais juste me moquer de toi pour t'embêter ; Mais ce n'est pas le cas. Comprends-le. » Répondis-je en soufflant légèrement, te regardant tout autant droit dans les yeux que précédemment.
« Je sais. Tu crois que je lutte ? J'ai jamais lutté sur ce sujet. Mais bon, nous sommes comme ça chez nous, on souffre en silence et on essaie de trouver de l'occupation pour pas y penser. Et croit moi que j'évite d'y penser. Mais bon, cela risque d'être pas évident si je te croise et si je t'entend me dire ça encore une fois.. » Soufflais-je en parlant bien sur du fait que t'avais envie de me sauter dessus. Oh oui, tu me le disais encore une fois, et c'était certain que j'allais le faire. Je m'avance vers toi, ma main passant derrière ta nuque pour te tirer vers force, plus prêt de moi. Ton visage est à quelques millimètres du mien. Nos souffles s'entremêlent, je sens tes lèvres frôlées les miennes, chaudes et désireuses. Ma main agrippe d'avantage ta nuque. Je taquine tes lèvres des miennes, avant de lancer faiblement :

« Tu crois que j'ai envie de quoi moi hm ? Pas un jour que j'ai pas eu cette envie. » Je finis par glisser un léger baiser sur tes lèvres, ayant grand mal toutefois à pas le poursuivre plus langoureusement. Mais surtout à pas avoir envie de t'enlever tes vêtements et te prendre. Ma main libre reste en suspens, désireuse de se poser sur ton corps. Non, il ne fallait pas. Mes yeux s'ouvrent légèrement, regardant de côté. Ouais, pas ici, surtout pas. Je finis par reculer, soupirant profondément. Je me penche pour te balancer ta veste avant de lancer :
« Fais-moi plaisir, arrête au moins de boire pour ce soir. »

813 mots
-24h © 2981 12289 0

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Mar 14 Juin - 17:36



Un passé bien trop compliqué
Ce baiser, tu le sentis jusque dans tes tripes. Tu es loin d'être ainsi avec tout le monde. En général tu es un homme assez froid et distant, barricadant ses émotions, ses sentiments pour ne laisser aucune failles transpercer ton visage. Pourtant, quand il était entrer dans ta vie, tu avais finis par dévoiler une autre facette de toi. Une facette plus soumise, moins froide. Autant tu savais diriger d'une main de fer ton équipe aux côtés de ta soeur. Autant tu savais tenir tête aux plus têtus, autant devant lui, tu ne savais pas faire grand chose. C'est con, mais il avait cette emprise irrévocable sur toi. Tu n'irais pas à dire que tu es soumis à toutes ses volontés, non, mais à beaucoup de choses venant de lui. Que cela soit mental ou physique. Tu ne peux t'empêcher de répondre à son baiser, mais rapidement, tu t'écartes comme un con, trébuchant dans une poubelle. Tu as envie de bien plus et il est bien là le soucis. Tu peux remarquer son air légèrement amusé, tu as appris à le déchiffrer avec le temps. l'expression de son regard, de ses lèvres quand elles s'étiraient autrefois dans un sourire amusé ou moqueur. Tu te laisses aller à tes émotions, ne sachant pas trop comment réagir. Tu le colle au mur et tu recule, comme un enfant perdu entre deux feux, ne sachant si il devait prendre à gauche ou à droite. Cruelle comparaison car effectivement, là de suite t'as l'air d'un gamin. Tu l'écoute parler. Il dit que ce n'est pas un jeu pour lui, qu'il est sincère et t'as envie d'enrouler tes mains autour de son cou et de le secouer franchement. Mais qu'il réagisse alors. Tout allait en contradiction chez l'obscur. Il disait t'aimer mais ne pouvait être avec toi, ce qui en soit tu pouvais le comprendre vu que tu étais dans la même situation. Il disait luter mais au final il restait de marbre, alors que toi, devant son regard tu te prenais une poubelle dans les pieds.

Il s'avance vers toi et tu frissonnes. Rien cas l'idée qu'il puisse te toucher de nouveau, ton corps est prêt à en découdre. Tu ne bouges pas. C'est un vrai jeu de suis moi je te fuis, fuis moi je te suis que vous étiez en train de faire. Enfin, c'était surtout toi qui fuyais actuellement, parce que lui, venais clairement à ta rencontre. Sa main se plaque contre ta nuque et tu te tend comme un arc, te laissant approcher. Tes lèvres frôlent les siennes sans pour autant s'y poser. Tu serres les poings cherchant à ne pas poser tes mains sur lui. Tu le sais, si tu le touche t'es foutu et tu lui arracheras ses vêtements dans cette ruelle. Ce qui ne serait pas une bonne idée, vous êtes totalement à découvert. Ainsi, il avait également envie de toi? C'était bon à savoir... Tu réponds légèrement à son baiser alors qu'il s'éloigne, te jetant ta veste que tu attrape d'une main. Néanmoins, ton regard à changé. Il semble plus...taquin? Ce regard Kaleb ne devait pas avoir trop de mal à le reconnaitre. - Je ne promets jamais rien, tu devrais le savoir. Tu enfiles ta veste d'un air détaché, ce qui contrastait totalement avec les quelques minutes précédentes. Une fois celle-ci sur ton dos, tu approches de lui doucement. - Tu sais Kaleb, je t'ai connu plus entreprenant que ça. Tu étais arrivé près de lui, ton corps à quelques centimètres du sien. Tu approches soigneusement tes lèvres de son oreille. - Peut-être que finalement, l'homme si farouche au lit a disparu... surement la fatigue...mh, comme quoi, l'âge ne fait pas tout. La provocation. Tu le connais, tu sais qu'il fonctionne à ça, sauf que, tes gestes avaient accompagnés tes mots.

Tes lèvres frôlent la peau de son cou, alors que ta main gauche se glisse sous son haut, frôlant sa peau, descendant vers son entre-jambe avant de...rien du tout, tu recules. - C'est pas tout ça mais, comme j'ai sacrément envie de toi mais que tu ne sembles pas en état. Outch, tu joues avec le feu et tu le sais, mais déjà, tu t'éloigne pour sortir de la ruelle et pas lentement. Non, tu marches rapidement parce que tu le sais, il va te suivre et c'est l'effet que tu attendais. Tournant la tête tu ne le vois pas, mais tu le sens. Oui, tu sais qu'il est la et tu souris avec amusement. Mains dans les poches tu te mets à siffler un air amusant avant de tourner brutalement sur la gauche, entrant dans une maison qui servait souvent de refuge aux Néphilims pris en chassent pas des démons ou des Obscurs. Elle est inhabitée, mais équipée au cas où. Tu enlèves ta veste et t'effondre dans le canapé quand tu entends la porte s'ouvrir. Tu n'as pas besoin de savoir qui c'est, tu sais que c'est lui. - Tiens, tu t'es réveillé Kal? Tu continue dans la provocation...parce que plus il se sentira provoqué, plus vite il te sautera dessus et tu le sais. Après tout, il avait dit en avoir envie autant que toi...Un dernier adieu? C'est malsain, mais c'est comme ça.




Post 15
921 mots
-24h

AVENGEDINCHAINS



Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Mer 15 Juin - 1:45


Tu n'aurais jamais du partir.
Trop, c'est trop. Tu me connaissais trop bien et j'en venais presque à détester ça. Tu savais parfaitement que la provocation était la chose qu'il ne fallait pas faire avec moi, que j'étais ce genre de mec qui marchait à ça. Tu me cherches ? Tu me trouves, toujours. Là, je savais que tu voulais jouer sur ce tableau, bien qu'un brin de surprise me traversais. Pourquoi ? Car j'étais surpris que tu veuilles, après avoir pété un câble l'autre fois, me sauter dessus alors que tu étais plutôt sensé vouloir m'oublier. C'est pas en s'envoyant en l'air ensemble que ça allait aller dans la simplicité, loin de là. Mais qu'importe, tu étais malin et malheureusement pour toi, quand tu faisais ça avec moi, cela marchait presque toujours.

J'étais plus faible qu'avant car il faut dire que tu ne m'avais pas retravaillé au corps à ce niveau depuis un moment. J'avais été fermé comme une huître coincée sous des roches pendant ses mois très longs. Pas un sourire, pas une envie précise, même aucune envie de baiser avec qui que ce soit, ce qui était très étonnant venant de moi, qui avait été très frivole, même quand je t'es connus.
« Les choses changent, comme on dis. Pas forcément une question de faiblesse, mais de raison et d'être plus sérieux. Tout simplement. » Lâchais-je tout en te laissant faire ton petit manège. Ah ça c'est sur que c'était pas moi qui allais arrêter. Quand je sens ta main chaude glissée sous mon haut, un frisson terrible me parcourt l'échine, faisant accéléré un court instant mon cœur, un peu plus vite. Tes lèvres contre mon cou...Bordel que cela m'excitait encore plus. J'adorais en plus, à cet endroit ; et tu le savais. Mes iris s'ouvrent quand tu recules et que tu balances à nouveau cette provocation. Bien sûr que j'allais te suivre, mais j'avais fortement envie de te refuser tout droit ce soir. J'avais envie car ma fierté en prenait un coup de me faire provoquer et me soumettre à ta volonté mais d'un côté, ma fierté me disait aussi de pas te laisser ainsi, à parler comme ça et donc à te donner ce que tu voulais, indirectement dis. Je te suis donc, gardant une petite distance quand même. Ma volonté était tiraillée entre l'envie de craquer, et celle de pas te donner ce que tu voulais, aussi facilement.

Je soupire légèrement, gardant un œil de lynx sur les alentours, avant d'entrer dans les lieux. Un léger doute me parcourt, que j'efface assez vite. Oui, car c'était un lieu guère pour moi, et j'avais un peu peur que tu me fasses un sale coup. Une peur tout à fait justifiable, après ce que je t'avais fais. De partir comme un voleur.
« Pas vraiment, j'étais déjà parfaitement réveillé. » Dis-je en regardant la pièce, silencieusement. Je jette un coup d’œil dans ta direction, voyant bel et bien que t'attendais qu'une chose, avachie dans ce canapé : Que je viens t'y rejoindre et que j'assouvisse ton envie. Mais quitte à ce que je craque car je sais que je partirais pas sans t'avoir eu au moins encore une fois ce soir, je comptais bien te faire tourner un peu en bourrique, un tout petit peu. Je prends donc mon temps, allant faire le tour de la pièce, l'air de rien. J'observe aussi, soigneusement, les autres pièces, avant de sortir ma stèle un peu différente de la vôtre, pour pouvoir poser une rune sur la porte d'entrée pour éviter d'être repéré. Je trace également une rune pour camoufler aux yeux des inconnus mes runes de démons, d'obscur. Au cas où. Je finis par revenir dans la salle principale, ou tu attendais plus ou moins impatiemment la sentence. Je me retins de ne pas sourire narquoisement en coin.

« Quoi ? Arrête de me regarder comme ça. » Pestais-je en voyant ton fichu regard provocateur et terriblement attirant à la fois. Je m'avance un peu, restant piqué sur mes deux jambes et mes positions, avant de m'approcher de toi, voyant que tu t'asseyais.Je m'avance vers toi, me mettant en face de ta personne. Je glisse entre tes cuisses, avant de prendre ton visage dans mes mains, t'observant en silence. Comme pour graver ton image, à nouveau. C'est fou comme je ressentais ce manque de ne pas avoir eu ta compagnie pendant ses longs mois. Je ressentais tout le mal, à cet instant que tout ça, me faisais. J'avais tout enseveli sous une montagne de dureté pour pas avoir mal quand j'avais fais ce qu'il fallait, mais te voir en face de moi, cela faisait remonter tout ça.
« Pourquoi devrais-je te donner satisfaction dis moi ? Dis-moi pourquoi ? Car je t'ai manqué ? Car tu as envie de m'avoir prêt de toi encore ? Dis moi ce que j'ai envie d'entendre. » Dis-je en prenant un ton de voix assez particulier, assez dominateur. Je voulais t'entendre dire tout. Que je t'avais manqué, peut-être que tu m'aimais aussi, c'était toujours intéressant, surtout toi qui disait pas souvent ce que tu pensais.

842 mots
-24h © 2981 12289 0

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Mer 15 Juin - 2:15



Un passé bien trop compliqué
D'être plus sérieux? Tu n'as jamais été homme a courir à gauche et à droite. Loin de là. Kaleb avait été le seul mec avec qui tu avais eu des relations. Néanmoins, tu n'en avais jamais ressenti le besoin, sauf avec lui. Il t'avait comblé et ce dans tout les sens, mais il t'avait également détruit d'une certaine façon. Tu sais qu'il a beau jouer les gros dur, il te suivra, l'ayant provoqué ouvertement. Et c'est ainsi que tu pris la route, le sentant prendre la même direction que toi. Tu file dans cette maison t'affalant dans le canapé, ayant balancé ta veste sur la table de salon. Tu n'attends pas très longtemps avant qu'il vienne te rejoindre, alors que tu entends la porte s'ouvrir et qu'il réponde à ta réflexion. Tu souris en coin avec amusement. Il semble tendu, comme si il s'attendait à un piège quelconque. - Non, tu ne trouveras pas de piège ici Kal. Il avance dans la pièce et tu reste simplement couché à l'observer. Il joue avec toi, tu le vois bien. Vous saviez comment manipuler l'autre, c'est sûrement ce qui était le plus intéressant. Vous jouez des faiblesses de l'autre. Tu es impatient et lui démarre à la provocation, du coup, ce petit jeu risquait d'être fort intéressant. Tu te mords l'intérieur de la joue en laissant ton regard glisser sur lui. Tu l'as toujours trouvé bel homme, séduisant avec cet air mauvais garçon que tu pouvais posséder quand la situation l'exigeait. Il sort sa stèle différente de la tienne, cela te rappel que tu as affaire à un Obscur et non un Néphilim...Tu fricotte avec l'ennemi, comme autrefois. Néanmoins, tu ne t'en formalise pas, non, tu ne veux pas y penser. Tu le laisse faire son petit manège, posant ta tête sur l'accoudoir du canapé, jouant avec une lame avec habilité. Il revient enfin dans la pièce principale et tu tourne ton regard vers lui. - Je ne vois absolument pas de quoi tu veux parler. Tu ranges ta lame, tu n'en auras pas besoin, pas avec ce que tu prévoyais de faire avec lui.

Il approche et tu finis par t'asseoir doucement et il vient se planter entre tes jambes, prenant ton visage entre ses mains. Tu l'observe calmement alors que l'envie monte d'un cran. Tu entends ses paroles et un léger sourire s'affiche sur ton visage. Kaleb a toujours été un dominateur de nature, par instant tu opposais quelques résistances mais jamais très longtemps, c'était pour le fun dirons-nous, juste pour lui tenir tête et éveillé son envie d'avantage. Puis, quand c'est trop facile on se lasse facilement... Tu te redresse pour lui faire face, quittant le canapé, un regard provocateur sur le visage. Tes lèvres approches des siennes mais tu les détournes au dernier moment, approchant de son oreille. - Si tu m'as manqué? Tu déposes un baiser dans son cou, laissant ta langue y tracer un sillon assez sensuel. Tu sais que cette partie de son corps est plus sensible, qu'il appréciait autrefois tes baisers, que ça avait tendance à le faire sortir de sa stupeur. Tu décolles tes lèvres et glisse vers les siennes, mais une fois de plus tu ne les touches pas, allant à son autre oreille... - Pourquoi ais-je envie de t'avoir près de moi... Tu répètes ses phrases, lui donnant comme toute réponse un autre baiser dans le cou, mais cette fois ta main glissa de nouveau sous son haut pour y frôler sa peau du bout des doigts. Tu reviens lui faire face, ton visage proche du sien, ta main au niveau de sa taille. - J'ai envie de toi parce que je t'aime encore, malgré tout mes efforts pour cesser de t'aimer. Tu viens déposer tes lèvres sur les siennes, prenant un malin plaisir à y mordiller la lèvre inférieur, n'approfondissant néanmoins pas le baiser. Il avait voulu jouer, et bien soit, tu n'allais pas lui rendre la tache facile. Si il te voulait, il allait devoir se montrer plus démonstratif. Tu lâche sa lèvre et lourdement tu t'assois, un sourire mesquin sur les lèvres. - On se matte un film? Bien sur tu es loin d'être sérieux, mais vraiment loin de l'être...Parce que bon, tu n'as absolument pas envie de regarder un film...

Tu penches la tête sur le côté, plantant ton regard dans le sien avec une légère fierté. Tu es impatient, oui, mais tu peux voir qu'il n'est pas indifférent malgré ses grands airs. Tu sais néanmoins que tu viens de jouer avec le feu et que les représailles n'allaient pas se faire attendre...Pourtant, tu n'as pas peur. Son corps te manque cruellement, c'est encore plus cruel que tu sais ce qui se cache sous ses vêtements. Tu t'en souviens comme si c'était hier et ça éveille cette douce chaleur au creux de ton ventre, faisant monter la température dans la pièce. Tu appuies ton dos dans le canapé, ne le quittant pas des yeux. Tu gardes ce regard provocateur alors que tu te noie dans ses yeux clairs.



Post 17
895mots
-24h

AVENGEDINCHAINS



Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Ven 17 Juin - 20:07


Tu n'aurais jamais du partir.
Toute cette histoire, allait mal se terminer. Autant ce soir, car je savais parfaitement ce qui allait se passer, c'était tellement prévisible dans un sens, et puis je parlais tout autant de la suite, dans le futur. Oui, qu'est-ce qu'on va faire ensuite ? On vas se revoir encore ? Faire ce genre de choses et partir chacun de notre côté jusqu'à la prochaine...C'était mauvais. C'était carrément malsain et mauvais. Nous ne pourrions pas continuer comme ça éternellement. Ce genre de chose n'était pas bon, même si pour le moment, je ne voyais pas ce que nous pouvions espérer de plus. Je ne pouvais pas t'offrir plus que quelques entrevues du type. Je voulais vraiment plus, je voulais t'avoir rien qu'à moi, mais c'était bien trop dangereux. Je connaissais que trop bien ma famille, ils me surveillaient. Eryn, devait être sur mon dos depuis quelque temps, pas tout le temps car elle savait que j'étais malin et que je sentais quand j'étais suivi, mais je l'avais déjà surpris deux fois à épier mes faits et gestes. Je sais que si j'avais pas trafiqué mon téléphone, ils auraient utilisé un GPS ou une puce pour me suivre et pour voir tout ce que je faisais. Du coup je devais me méfier, même maintenant. D'où mon attitude un peu défensive. Il valait mieux ça que de se faire attraper par surprise et d'être tué sur le vif. Car ma sœur était forte, très forte. Elle te tuerait facilement, je le sais.

« Tu as l'air bien sur de toi. » Lâchais-je d'un ton calme, tout en revenant donc dans la salle principale. Mes pupilles claires se posent sur toi, soupirant un peu en écoutant tes paroles. Tes gestes mais en plus mêlé à tes mots, à tes sentiments que je voyais encore bien distinct pour moi enfin, pour la première fois plutôt, cela me faisait vraiment du bien. J'avais besoin de savoir ce que tu pensais, si tu m'aimais. C'était important. Oui, c'est encore plus malsain de te l'entendre dire, car maintenant je devais vivre avec le fait de t'avoir ignoré pendant des mois, sans nouvelles et de savoir qu'aujourd'hui tu m'aimais encore. Je devais être un peu masochiste, dans le fond. Pour aimer souffrir comme ça. Tes doigts sur ma peau mais tes baisers bien placés dans le creux de mon cou, cela me faisais réellement fondre. Des frissons parcourent mon échine, mes omoplates et tout mon corps au grand complet. Un léger soupire s'échappe de mes lèvres, avant de ne plus rien sentir. Tu te stoppes complètement, et c'est sans doute mieux car je t'aurais sauté dessus, là de suite.
« Décidément, tu as toujours ce côté diabolique. » Lançais-je d'un ton légèrement amusé, restant droit comme un i en te regardant t'affaler de la sorte dans le canapé. Oh oui, tu savais y faire encore plus qu'avant. Je me mords légèrement la lèvre supérieure, sentant encore presque la douceur des tiennes sur les miennes. Limite, je voulais les avoir à nouveau contre les miennes, et j'en avais un peu marre de ce jeu, car je sentais que de toute façon, la finalité serait la même, donc autant se laisser aller, maintenant.

« Le seul film que tu te materas, c'est moi en train de te prendre sauvagement. » Dis-je, en te poussant sur le côté pour que tu t'allonges, venant au-dessus de toi, prenant appui sur mes genoux et mes coudes, pour venir capturer avec sauvagerie tes lèvres. L'une de mes mains attrape ta hanche, la pressant légèrement entre mes doigts. Je te rapproche de mon corps, ma main restant proche de ton bas-ventre, sentant déjà toute cette envie bien présente au creux de ce dernier. Un petit sourire se dessine légèrement entre deux baisers, mes lèvres venant descendre le long de ta mâchoire et de ta gorge, mordant cette dernière avec possessivité. Je ne tarde d'ailleurs pas à glisser mes mains sur mon torse, pour jeter ma veste ainsi que mon tee-shirt sombre sur le côté, me retrouvant torse nue. J'avais craqué oui, mais je ne voyais pas vraiment comment j'aurais pu faire, tu me cherchais trop. Vraiment trop.

691 mots
© 2981 12289 0

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Ven 17 Juin - 20:46



Un passé bien trop compliqué
Tu as envie de lui, c'est une évidence. Tu as toujours eu envie de lui sauter dessus, de sentir ses lèvres sur les siennes, son corps contre le tien. C'était plus fort que toi. Tu avais souvent tenté d'y résister, malheureusement, tu n'y étais jamais parvenu. Si tu étais sur de toi ? Certes, dans un sens tu l'étais. Tu savais que d'une manière ou d'une autre vous finiriez nus tout les deux, que cette nuit, une fois de plus, vous allez succomber à vos pulsions malsaines. Tu n'étais pas ici pour lui tendre un piège, non, tu étais ici pour profiter de lui comme autrefois. Tu l'entends soupirer alors que tes lèvres glissent sur sa peau, laissant tes paroles lui annoncer la cruelle évidence. Tu l'aime toujours, tu l'aimeras sûrement encore demain. Il était celui qui t'avait  fait aimer pour la première fois, il avait également été celui qui t'avait brisé plus que nécessaire. Pour ça tu lui en voulais. Tu ne comprenais toujours pas ses raison, mais là, de suite, tu n'en avais plus rien à foutre. Les questions reviendront plus tard. Tu le sens frissonner sous tes baisers, alors qu'un soupire s'échappe de ses lèvres. Tu le sais à présent, tu lui fais toujours autant d'effet et cela ne peut que te ravir. Tu t'en amuse, tu t'en sers. Tu connais ses points faibles, tu connais ses envies et tu sais ce qu'il t'attend plus tard si tu le provoque encore. Mais c'est ce que tu attends. Tu veux simplement qu'il se jette sur toi comme il le faisait autrefois. De toute façon, si il ne le fait pas tu t'en chargeras toi-même. Tu n'es pas patient, tu ne l'as jamais été. Pas à ce niveau-là en tout cas. Pourtant, tu finis par te laisser aller dans le canapé, un sourire aux lèvres, le laissant sur sa fin. Si tu lui offrais de trop d'un coup il n'y aurait pas de challenge, il n'y aurait pas de monté d'adrénaline. Ça serait dommage.

Tu souris à ses paroles. Tu as beau être un néphilim, tu n'en es pas pour autant un ange innocent. Oh que non. - Tu sais ce qu'on dit, avec l'âge ça ne s'arrange pas. Tu le vois se mordre la lèvre et ça t'amuse, souriant en coin. Tu le sens fléchir malgré le fait qu'il soit encore droit comme un piquet alors que toi, tu étais appuyé contre le fond du canapé. Tu attends sagement qui craque, allant même jusqu'à pousser le vice en lui demandant si il voulait regarder un film. Tu connais déjà sa réponse, c'est sur, mais cela ne t'a pas empêché de le dire. Tu n'as pas ta langue dans ta poche, quand tu veux jouer les emmerdeurs tu peux carrément exceller là dedans. Et oui, il craque enfin face à ses paroles plus que expressive. Ben voilà, il suffisait d'un peux de patience, d'un peux de provocation et il vient te rejoindre dans le canapé. Tu glisses sur le côté sans opposer de résistance, le laissant te surplomber alors qu'il passait au dessus de toi, capturant tes lèvres avec possessivité. Tu réponds sans attendre à ses baisers. Un de ses mains attrape ta hanche et ton bassin se soulève légèrement à ce simple contact, alors que déjà, ta respiration s'emballait. Sa main est proche de ton bas ventre et, déjà, l'envie que tu ressentais commençait à se dessiner, se sentir. Tu glisses ta main sur son avant bras alors qu'il laisse ses lèvres descendre le long de ta gorge. Ses dents s’enfoncent dans ta peau et tu soupires de plaisir. Tu avais oublié quel effet cela te procurait. Cet effet explosif quand il posait ses lèvres sur ton corps, comment tu semblais si facilement te soumettre à lui. Il fait tomber sa veste et son haut sur le côté se retrouvant torse nu. Sans tarder tu l'imites, venant rechercher ses lèvres avec envie. Ton souffle se mélange au sien, alors que, sûrement, ta main se plaque dans sa nuque. Tu viens mordre sa lèvre inférieur en réponse à la morsure qu'il t'avait offerte auparavant, il n'était pas le seul à pouvoir mordre, autant qu'il s'en rappel !

Tes lèvres finissent par glisser de nouveau dans son cou, alors que tes mains, elles, glissèrent le long de son dos pour venir rejoindre son torse. Inutile de voir ce que tu fais, tu es assez habile pour ça. Tu atterris sur l'attache de son pantalon que tu défais assez facilement, laissant tes doigts frôler son bas ventre sans pour autant y aller franchement. Ben quoi, faut bien faire monter la pression non ? Il voulait dominer et bien soit, il avait cas dominer jusqu'au bout ! Tu mordilles la peau de son épaule, d'abord doucement puis plus franchement, alors que tes doigts glissent sur élastique de son sous-vêtement, directement ses fesses, passant par ses hanches. Tes mains viennent se loger sous son pantalon, mais néanmoins au dessus de son boxer, alors que tu collais ton bassin au sien avec envie. Ton cœur bat beaucoup plus vite alors que tu viens l'embrasser avec fougue, laissant ta langue trouver la sienne pour entamer une danse endiablée. Tu viens murmurer à son oreille un sourire aux lèvres. - Ce film est censé être interdit aux mineurs Kal. Bouges tes fesses ! D'accord, nouvelle provocation, tu joues avec le diable et tu le sais...



Post 19
955mots
-24h

AVENGEDINCHAINS


Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    Sam 18 Juin - 0:33

Interdit pour les petits curieux :
 
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: (Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.    

 
(Kaleb) Tu n'aurais jamais du partir.
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» (M) Will Higginson → T'aurais jamais dû partir sans te retourner...
» Vous croyez que j'aurais jamais mis ma présentation, EH BEN NON JE L'AI FAIT, LE CHANGEMENT C'EST MAINTENANT || Kit
» Si tu vis 100 ans, j'espère bien vivre 100 ans moins un jour, comme ça, je n'aurais jamais à vivre sans toi. [PV FLY]
» Je n'aurais jamais du venir ici...[PV Antalpy S. Khan]
» Je n'aurais jamais cru te revoir... (Kora)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: