Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Good people are like candles. They burn themselves up to give others light ♆ Ft. Svenhild Desroses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
InvitéInvité
Sujet: Good people are like candles. They burn themselves up to give others light ♆ Ft. Svenhild Desroses   Ven 27 Mai - 0:28

Good people are like candles. They burn themselves up to give others light
Svenhild Desroses & Alek Avery.
Il pleuvait des clous. C’était un déluge épouvantable qui nous maintenait à l’intérieur de nos maisons à une chaleur pareil. Certes, il était nuit, mais les meilleurs partys sont la nuit et Alek aurait préféré sortir. Pour vaincre la chaleur qui monopolisait la maison du loup, il en avait laissé les fenêtres ouvertes. Les bruits des gouttes qui frappaient le carrelage de sa terrasse arrière se faisaient bruyants. Tellement bruyant qu’il l’entendait au deuxième étage. Alek ne vivait pas dans un château, mais il vivait encore moins dans une petite maison. Ses ''parents'' lui en avait payé une grande partie. 23H00 durant la nuit, il ne dormait toujours pas. La faim incomblable persistait à le maintenir debout. Bref, il était donc dans la cuisine pour se préparer quelques choses afin d’apaiser les lamentations de son estomac. La pizza cuisait déjà, sa croûte gonflait et se dorait petit à petit. L’odeur. Que dire de cette fameuse odeur lorsque la faim est le seul mot qui trotte dans notre esprit. Affamé, il salivait attendant la pizza assis sur son canapé. À la télévision? Aucun film intéressant passait. Il allait devoir se laisser provoquer par l’arôme qui aiguisait sa faim. Les pièces étaient sombres. Les seules sources de lumières provenaient de petites lampes de table ce qui semblait réchauffer et donné une apparence chaleureuse à la pièce. Soudain, on se battait contre la porte d’entrée. Sans arrêt, les coups étaient persistants, c’était la panique de l’autre côté. Il n’attendait pas de la visite pourtant. Il se leva rapidement et se posta devant la porte hésitant à ouvrir cette dernière. Puis, il colla un œil sur l’œil ''magique'' de la porte pour voir qui se tenait derrière. On y voyait qu’une longue chevelure brune, mais son visage se cachait en regardant le sol. Il ouvrit la porte.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: Good people are like candles. They burn themselves up to give others light ♆ Ft. Svenhild Desroses   Ven 27 Mai - 8:58


Good people are like candles.
They burn themselves up to give others light.

Svenhild Desroses & Alek Avery.

Debout, face à la porte d'entrée, elle tambourinait comme une dingue. Jamais elle n'aurait cru pouvoir se rendre ici de son plein gré. Il devait s'être passé quelque chose pour qu'elle agisse d'une telle façon. Svenhild, louve depuis peu maintenant, quelques semaines à peine, ne se contrôlait pas, loin de là. Elle était toujours colérique, toujours sur les nerfs ; ce qui n'était pas le cas quand elle vivait une belle et tranquille vie. Cela faisait des semaines qu'elle n'était pas aller à l'hôpital pour faire son service. Ses responsables la harcelaient par téléphone, mais elle n'osait pas décrocher. Elle était bien trop perturbé par sa nouvelle situation... aussi surnaturelle soit-elle.

Elle se mordit la lèvre, les yeux baissés vers ses pieds. Elle se sentait mal, ce soir-là. Svenhild venait d'attaquer un homme énervant sans le vouloir. Elle l'avait griffé et s'était enfui. L'homme l'avait pris pour une folle et grâce à son ouïe développée, elle l'avait entendu appelé la police pour signaler une agression. Identification : Jeune femme d'environ 25 ans, brune, assez grande, cheveux lisses, yeux marrons, en pantalon gris et sweat-shirt noir. Elle déglutit difficilement et se remordit la lèvre. Elle flippait totalement. Alek, bien qu'elle l'ai envoyé plusieurs fois sur les roses, lui avait dit qu'il serait là en cas de besoin. Ce soir, elle avait besoin, et plus que tout.

" Alek, s'il vous plait, ouvrez-moi, c'est... c'est important. " A travers la porte, elle sentait une odeur de pizza au four. Elle entendait les pas du jeune homme se rapprocher vers la porte. Celle-ci s'ouvrit. Les larmes aux yeux, elle vit son visage froid dans la noirceur du couloir de la résidence. " Aidez-moi s'il vous plait. "
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: Good people are like candles. They burn themselves up to give others light ♆ Ft. Svenhild Desroses   Sam 28 Mai - 5:03

Good people are like candles. They burn themselves up to give others light
Svenhild Desroses & Alek Avery.
La porte s’ouvrit sur son amie, du moins sur ce qu’elle représentait encore pour lui. Il savait qu’elle allait avoir besoin de son aide un jour. Cependant, il n’aurait jamais pensé que ce jour allait arriver aussi rapidement. Qu’avait-elle fait? À chaque fois, elle déclinait son aide prétextant être à la hauteur. À la hauteur? On s’y croit tous jusqu’au jour qu’on enfreint les règles. Alek même avec l’aide d’un autre ami loup-garou n’avait pas su se contrôler et lors d’une nuit, il avait mis fin à la vie d’un innocent. Mauvaise personne au mauvais moment. C’était juste un mauvais timing. Elle lui plaisait vraiment. Sa beauté, sa personnalité, la femme entière qu’elle était l’attirait. Elle lui avait pourtant fait comprendre qu’entre eux, ce n’était pas pour durer. Son visage sous un voile avide d’émotions se plaqua devant la femme. Les yeux de Svenhild scintillaient à cause des larmes qui coulaient. Une goutte perlait même sur l’une de ses joues. Elle était triste, apeurée et perdue. Tandis qu’elle se tenait devant lui suppliant son aide, il se battait contre sa voix intérieure afin de garder sa placidité. « Aidez-moi s'il-vous-plait », dit-elle en larmes. Sans réponse. Il fronça les sourcils glissant ses doigts dans sa chevelure dépeignée par la fatigue. Le loup tourna les talons laissant la porte ouverte. « Ferme la porte après toi, s’il-te-plait », chuchota-t-il à la louve pour l’inviter à entrer. Froidement, il lui pointa le canapé du grand salon tandis que lui se dirigea vers la cuisine. Peut-être qu’après avoir contenté sa faim il serait plus facile à Svenhild de l’apprivoiser à nouveau. Dieu sait à quel point se racheter au près du lycanthrope est une chose difficile. Il ouvrit le four, sortit la pizza et la plaça sur une planche de bois. Il apporta la planche qui supportait la pizza avec sa main gauche et de son autre main, il apporta deux verres ainsi que les bouteilles de vin. Son boulot de barman lui évita de partager sa nourriture avec son chien. Bref, il déposa le repas ainsi que le vin blanc et le rouge sur la table de salon et recula pour s’asseoir sur le canapé à la droite de Svenhild. Ses genoux en direction de l’âme en larmes, il abandonna sa froideur pour une amie qu’il ne pouvait pas, malgré tout, la laisser tomber. On entendait toujours en arrière-plan le ciel qui lui aussi était en larmes. À croire que cette journée avait été la plus merdique pour chacun d’entre nous. Toujours muet, il s’étira vers la louve pour l’enlacer caressant le frêle dos de la brunette. Elle avait une épaule sur qui compter et sur qui pleurer, même si entre eux ce n’était pas toujours rose. L’accolade finit, il posa un baisé sur son front puis se laissa s’enfoncer dans le canapé, ses verdoyantes prunelles dans celles brunes de son amie. « Expliques-moi du début… », lui proposa-t-il pour l’aider à cracher le morceau. Si elle était ici, c’était uniquement parce qu’elle avait fait une énorme erreur. S’il lui avait ouvert la porte, c’était pour l’aider. Il avait beau vouloir paraître insensible, mais au plus profond de son âme c’était impossible. En ne remettant pas ses talents pour mentir sur ses émotions en question, la seule personne qui arrivait à le déchiffrer était lui-même. Pour vous rassurez, c’est encore pire de vivre seul avec nos propres mensonges. « Attends, je reviens », l’interrompa Alek quelques mots après qu’elle ait commencé à raconter son histoire. Il monta rapidement à l’étage supérieur, pénétra dans sa chambre pour en ressortir avec un grand coton-ouate gris et une douce couverture foncée. Svenhild était trempée de la tête aux pieds. Il donna le vêtement entre les mains de son amie couvrant les épaules de la lycanthrope. Il étira le bras vers la bouteille de vin rouge et se servit un verre. De la tête, il lui fit signe de se servir à boire parmi les bouteilles de vin sur la table et de ne pas se gêner pour la pizza. Il croqua dans l’une des pointes de pizza et enchaîna : « Désolé, tu peux reprendre d’où tu étais… Tu disais..? ».
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: Good people are like candles. They burn themselves up to give others light ♆ Ft. Svenhild Desroses   Mar 31 Mai - 11:34


Good people are like candles.
They burn themselves up to give others light.




Svenhild Desroses & Alek Avery.

il était si gentil, si courtois. Svenhild n'en revenait pas. Les yeux pleins de larmes, elle s'avança dans l'appartement du jeune homme. Elle n'osait jeter un oeil autour d'elle. Elle était bien trop perturbée pour pouvoir le faire de toute façon. Toute cette colère qui résidait en elle, se transformait en pleurs. La demoiselle était devenue émotive en si peu de temps qu'on pouvait se demander si ses hormones n'étaient pas déréglés. Un soupir s'échappa d'entre ses lèvres. La chaleur de l'appartement tapait ses épaules trempées et très vite elle se retrouva sur le canapé, couverte d'un épais plaid face à de la nourriture encore fumante et deux verres. Alek avait toujours le chic pour rendre l'atmosphère détendue. Bien sûr, elle devra parler à un moment donné. Elle le regarda longuement avant qu'il ne lui offre une étreinte réconfortante. Svenhild était paniquée et n'osait dire mot, tout ce qu'elle pouvait dire c'était Merci.

"Merci, Alek." Ses mots étaient doux et frêles, presque inaudibles. Mais elle savait que Alek l'entendrait. Il était comme ça, comme elle. Il lui avait demandé gentiment d'expliquer ce qui était arrivé, une part de pizza dans la main, mais elle ne savait par où commencer.  Elle ne savait comment expliquer pourquoi et comment elle s'était retrouvé à décharger sa colère sur un pauvre humain innocent. Elle se mordit la lèvre. Elle sentait le regard persistant de Alek sur elle. Elle avait faim. Elle avait soif. Elle avait froid. Elle avait tout les malheurs du monde, et pourtant, la présence de Alek était réconfortante, réchauffante. Elle en avait oublié ses problèmes et ses envies dévorantes.

" J'ai agressé un humain." Ses mots tranchants raisonnèrent dans la pièce. Elle se blottit davantage dans le canapé. Elle ne voulait pas en parler. Elle en avait tellement honte. Alek l'avait prévenu qu'elle pourrait déraper si elle se contrôlait pas plus tôt. Alek avait raison, encore une fois. Elle l'avait rencontré par hasard et il avait senti qu'elle était comme lui. Svenhild l'avait nié. Elle niait toujours tout de toute façon, même en étant humaine. Elle se voile la face.

Elle tendit la main pour attraper une part de pizza brulante et la porta à sa bouche. Elle remercia le seigneur pour ce repas divin et échappa un léger sourire timide à Alek pour le remercier. Il y avait de quoi le remercier. Il l'accueillait, la nourrissait et l'écoutait. C'était déjà parfait, il ne pouvait sans doute pas faire mieux à cet instant.

"Je... Je ne sais pas ce qu'il m'a pris. Je l'ai attaqué, comme ça, par hasard. Je n'avais pas de raison préalable. Tu... Tu crois que c'est la pleine lune qui approche qui fait ça ? Je... Je ne lui voulais pas de mal à ce vieil homme, il était gentil et..." Elle se stoppa net. Elle préférait se taire plutôt que de se faire du mal. Elle se mordit la lèvre et déglutit. "Désolée..."
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: Good people are like candles. They burn themselves up to give others light ♆ Ft. Svenhild Desroses   Mar 31 Mai - 22:17

Good people are like candles. They burn themselves up to give others light
Svenhild Desroses & Alek Avery.
« J'ai agressé un humain », brisa-t-elle le silence. Ce peu de mots signifiaient tant de choses. Alek savait à quel point avouer à voix haute ce genre d’erreur inexcusable creusait notre âme. Oh que oui, c’était douloureux. Alek avait dû le faire à maintes reprises. Son langage corporel en était la preuve. Elle était gênée et gravement honteuse de ce qu’elle avait fait. Svenhild aurait probablement voulu partir se cacher ou même fuir, parce que c’est ce que l’on fait lorsqu’on s’en veut. La honte et les remords, ça hantent longtemps… « Je te l’avais dit », aurait-il pu dire, mais il se retint et profita de tendre l’oreille. Alek n’était pas de ce genre pour empirer les erreurs des gens. Ce qu’elle avait besoin, c’était de quelqu’un pour l’écouter, quelqu’un qui ne la jugerait pas. Croyez-moi Alek en avait fait plusieurs erreurs de ce genre, il était donc mal placé pour la juger. Toujours assis de son côté du canapé, il mord dans sa pointe de pizza pour y en arracher un morceau. Sa faim se rassasiait lentement au rythme qu’il finissait la pizza, mais c’était exactement ce qui lui fallait. En prenant son temps, il allait pouvoir bien digérer ce qu’il mangeait. Paradoxalement, c’était aussi ce qu’avait besoin Svenhild. Non, elle n’avait pas besoin d’une pointe de pizza, mais bien du temps. Le temps soigne la grande partie de nos blessures d’âmes. Comblant le vide du moment et probablement celui de son estomac, elle étira son bras pour s’arracher à son tour une pointe de pizza. Elle lui sourit, il lui sourit. Pourquoi gaspiller tant de salive si on pouvait se comprendre sans dire un mot. Elle lui aurait dit « Merci », il lui aurait dit « Ça fait plaisir ». Il plia une de ses jambes pour la retrousser sur le canapé laissant l’autre sur pendouiller juste devant. « Je... Je ne sais pas ce qu'il m'a pris. Je l'ai attaqué, comme ça, par hasard. Je n'avais pas de raison préalable. Tu... Tu crois que c'est la pleine lune qui approche qui fait ça ? Je... Je ne lui voulais pas de mal à ce vieil homme, il était gentil et... » Plus rien. Plus un seul son de sa bouche. Une autre étape venait de se franchir pour la jeune femme. Alek n’allait certainement insister pour la suite. La suite allait sortir un jour ou l’autre. « Ouais... c'est probablement la lune qui t'influence. C'est plus difficile d'y résister », rassura Alek. « Désolée… », termina-t-elle. Désolé? Elle faisait pitié. Contrairement à Alek, Elle voulait traverser tout ça seule. Alek décolla de peu son fessier du canapé pour se caller vers Svenhild. Il passa son bras sous la couverture qui la couvrait ainsi qu’autour d’elle caressant le long de son bras. Il s’étira à nouveau pour déposer la croute de pizza sur la table, elle qui lui était encombrante. Continuant l’effleurement entre sa paume et la douce peau de Svenhild, il se plaça à côté d’elle avec la couverture qui se partageait entre deux. « Ça va aller… Ça prend du temps, mais tu vas y arriver. Comme je te connais, tu es assez forte pour passer par-dessus ça », chuchotait-il à son oreille. Il savait que tout ce qu’il pouvait bien lui dire était déjà su par la femme. Elle était loin d’être sotte et encore loin d’être insensible à la douleur psychologique. Il laissa la brunette déposer sa tête sur son épaule pour probablement y verser quelques larmes puis répondit à Svenhild en penchant légèrement sa tête sur la sienne. La respiration d’Alek se faisait lente et profonde, il appréciait le confort qu’il avait avec elle et en profitait grandement. C’était d’ailleurs pourquoi son cœur avait craqué pour la jeune femme. Entre eux, c’était déjà voué à l’échec… Il l’aimait, mais il ressentait au plus profond de lui que leur relation n’aurait jamais fait long feu. Était-ce parce que l’intensité de leurs sentiments n’était pas équivalente? Peut-importe, Svenhild allait rester son amie dans le pire des cas.
PS:
 
Pour une nuit ou deux, il n’aurait jamais dit non si l’idée aurait été intégrée par Svenhild. En parlant de passer la nuit chez l’un ou l’autre, Alek ne voulait clairement pas la laissé rentrer chez elle dans cet état. « Ce soir, tu ne dormiras pas chez toi… Ça te va? Je n’ai pas trop envie de te savoir seule dans cette situation. De plus, tu es maintenant une criminelle recherchée je parie. Je te passerai des vêtements, t’en fait pas », essaya-t-il d’aborder avec une minime dose d’humour. Il savait que ce n’était pas le meilleur moment pour les blagues, mais depuis qu’elle était entrée dans la pièce, il s’ennuyait de son immense sourire contagieux. « J’ai déjà été recherché plusieurs fois, il faut faire plus attention que les Néphilims. On a pas de runes pour nous camoufler aux yeux des humains »
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: Good people are like candles. They burn themselves up to give others light ♆ Ft. Svenhild Desroses   Mer 1 Juin - 17:23


Good people are like candles.
They burn themselves up to give others light.



Svenhild Desroses & Alek Avery.

« Ouais... c'est probablement la lune qui t'influence. C'est plus difficile d'y résister » Le sourire aux lèvres, elle était davantage rassuré. Il la rassurait et elle se calmait. C'était ainsi qu'on utilisait l'amitié et l'amour entre des personnes. Svenhild soupira. Elle était aux anges, pratiquement. Elle essayait d'oublier et la présence de Alek était parfaite pour cela.
Spoiler:
 
« Ça va aller… Ça prend du temps, mais tu vas y arriver. Comme je te connais, tu es assez forte pour passer par-dessus ça » Il avait tout pour être parfait. Il lui promettait force et détermination. Il lui montrait qu'elle n'était pas une petite louve fragile et sans intérêt. Elle était forte, ça elle le savait, mais depuis sa transformation, elle ne réussissait pas à contrôler tout ce qui était devenue "elle". "Merci... Merci beaucoup, Alek. Ta présence m'est vraiment vitale." Plus que vitale. Le contact physique qu'elle avait avec lui, ce soir-là, la rendait folle. Au fond d'elle, elle se contenait. Son bras passé sous la couverture, collé à elle, son visage tout proche du sien, son chuchotement à son oreille, elle adorait cela. C'était doux et futile, mais c'était parfait. Rien ne pouvait plus combler Svenhild, mais elle savait aussi bien que lui, que jamais ils ne pourraient sortir ensemble et construire quelque chose. Tout ce qui les reliaient, c'était leur lycanthropie.

« Ce soir, tu ne dormiras pas chez toi… Ça te va? Je n’ai pas trop envie de te savoir seule dans cette situation. De plus, tu es maintenant une criminelle recherchée je parie. Je te passerai des vêtements, t’en fait pas » Elle fronça les sourcils. Il n'avait pas tort. Elle était recherché et ce pour un bon moment. Cette simple pensée la fit déglutir difficilement. Elle paniqua intérieurement. Elle frissonnait. Elle tremblait. C'était dur de se dire qu'on était une criminelle, maintenant. Svenhild baissa les yeux et tenta de s'écarter de lui. Elle avait honte et ne voulait pas lui causer plus de tort. Elle se mordit la lèvre et déposa la fin de la part de pizza sur l'assiette de la table basse. Elle ne pouvait plus rien avaler. C'était trop difficile pour elle. "Sérieusement, je suis qui ? Je ne suis rien, Alek. Je ne suis plus rien depuis que je suis devenue.... CA. Je n'ai pas voulu, et je ne le veux toujours pas." Déni. C'était ça qu'elle faisait. Elle niait les choses, niait l'évidence et la réalité. Elle n'avait pas la chance de supporter la situation plus facilement qu'un autre. Svenhild avait toujours été comme cela auparavant. Elle ne voulait pas regarder en face ce qu'il fallait prendre pour le destin. Svenhild n'avait pas le choix, mais ce n'était pas ce soir qu'elle accepterait sa condition. « J’ai déjà été recherché plusieurs fois, il faut faire plus attention que les Néphilims. On a pas de runes pour nous camoufler aux yeux des humains » De mieux en mieux. Svenhild leva les yeux au ciel. Il s'en ventait presque. Elle détestait ça. Elle ne voulait pas être fugitive. Elle était une petite interne de l'hôpital qui devait finir ses études. C'était ça, sa vie. C'était ça, qu'elle voulait. "Je suis désolé, Alek, mais ce que j'ai fait c'est impardonnable. Je ne veux pas être une fugitive. Je suis étudiante, à l'hôpital, j'ai des études à finir, j'ai une vie à construire." Elle se mordit la lèvre. Ses yeux étaient remplis de larmes. Elle ne contrôlait vraiment rien. "Comment t'as fait ? Comment t'as accepté toi ?"
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: Good people are like candles. They burn themselves up to give others light ♆ Ft. Svenhild Desroses   Jeu 2 Juin - 22:41

Good people are like candles. They burn themselves up to give others light
Svenhild Desroses & Alek Avery.
Aucun mot ainsi qu’aucune belle parole ne pouvait soigner cette blessure. D’ailleurs existait-il vraiment un moyen d’y parvenir? Alek se contentait de lui dire les mots les plus réconfortants qu’il savait dire. Au moins, ça il en était capable. « Je suis désolé, Alek, mais ce que j'ai fait c'est impardonnable. Je ne veux pas être une fugitive. Je suis étudiante, à l'hôpital, j'ai des études à finir, j'ai une vie à construire », dit-elle les yeux larmoyants. Une simple morsure avait su renverser les plans que Svenhild s’était fait pour son futur. Son âme en peine, elle ne contrôlait vraiment rien. Ses yeux se plongèrent dans ceux de la brunette lisant chaque partielle de son âme déboussolé. Puis, une larme ruisselait lentement vers le creux de son œil. Tout doucement, elle déferlait sur sa joue avant d’être délicatement essuyée par l’autre loup. Instinctivement, le revers de sa main vint même se glisser contre son doux visage. Au contact contre sa peau, Alek ferma légèrement les yeux profitant du moment qui semblait perpétuer éternellement dans un espace temporel figé. « Tu sais », lui chuchota-t-il en reprenant ses esprits. Il tourna doucement les épaules dans sa direction pour l’observer tandis qu’elle l’écoutait. Ce soir, elle lui semblait mille fois plus magnifique. Malgré les larmes, malgré les yeux irrités par la fatigue et le bouleversement d’émotions, elle l’attirait comme un aimant. « Ça n’a pas toujours été facile pour moi que cela en a l’air », continua-t-il en admirant la beauté de la louve-garou. Passion & attraction. Voilà ce qu’il ressentait lorsqu’il était prisonnier dans les prunelles brunes de Svenhild. « Comment t'as fait ? Comment t'as accepté toi ? », questionna-t-elle le brun. Il vivait bien avec ce fait. Il ne pouvait faire autrement qu’aimé vivre ainsi, car ironiquement il n’aurait pas pu vivre sans. La morsure lui avait été donnée quelques minutes avant son décès officiel. Il était presque mort devant Ashen. Son corps était affreux, puis, son visage qui charme la plupart des femmes était loin d’être de toute beauté. Les plaies, les entailles, les morceaux de verre dans sa chair, ses os cassés, ses foulures, ses égratignures… Il était prêt pour la mort. Sauf que, comme dit plus haut, la lycanthropie s’injecta dans son sang et fit circuler la malédiction dans tout son corps. Deux ou trois jours inconscient avant de reprendre ses esprits, il se régénérait lentement. Svenhild, elle, ne l’avait pas désiré. On l’avait obligé. Certes, Alek avait été d’une façon obligé, mais il n’aurait jamais pu en vouloir à son ami, son frère de cœur. « C’est normal de nier la situation… On est des monstres, voilà ce qu’on pense. Je ne suis plus le même, je ferai du mal aux gens que j’aime… », s’arrêta-t-il pour se rassurer qu’il ne blessait pas Svenhild. « Si je n’avais pas accepté cette morsure et que je ne l’aurais pas eu, je n’aurais jamais pu t’aider en ce moment. Crois-moi, je préfère t’aider qu’errer six pieds sous terre. J’ai toujours aimé vivre, c’est bête dit ainsi, mais voilà ce sur quoi je m’accroche », reprit-il se massant sa nuque. Maintenant, Alek crevait de chaud. Svenhild et la chaleur de la pièce ne laissait pas Alek indifférent. Il fit tomber la couverture de ses épaules afin de ne pas finir trempé par sa sueur. Il retourna sa tête vers le visage de la brunette aux traits magnifiques et délicats. Le voilà repartit aux anges. « Peut-être euh que… », essaya Alek. Il en perdait ses mots. « Peut-être que... te concentrer sur le fait de… », termina-t-il sur une syllabe presque interminable. Il frotta sa main contre son front en valsant la tête de droite à gauche, gêné. Ses mains devenaient lentement moites. Il humidifia ses lèvres qui s’étaient asséchées avant de reprendre. Il étouffa un rire de nervosité pour finalement cracher le morceau. « Tu pourrais peut-être te concentrer sur les points positifs d’être une louve-garou, même si tu crois qu’ils sont tous négatifs… », dit-il en effaçant petit à petit la distance qui séparait son visage du sien. « Il y a nos sens qui sont amplifiés », prit-il encore une pause. « Notre force… notre rapidité… », continua-t-il en posant dans une douceur sensuelle ses mains dans le creux de sa nuque. « Nos intuitions, nos sensations... », susurra Alek en étouffant ses derniers mots avec les lèvres de Svenhild. Il glissa ses doigts de part et d’autre de son cou. C’était comme si la chaleur de la pièce avait décuplée en peu de temps. Passion & attraction. Il sourit légèrement décollant ses lèvres comme si le monde était au ralenti. Il fit descendre la couverture qui couvrait encore le dos de la brunette. Se laissant aller, ses mains baladeuses descendirent vers le creux de ses reins en survolant durant la descente ses clavicules et ses côtes frôlant de même son ventre. Le loup en lui aurait voulu hurler à la lune tellement que les sensations se multipliaient à elles seules. Ses prunelles champagne scintillaient d’une couleur magnifique. Il n’avait aucune raison d’avoir peur cette fois-ci, le loup n’allait pas se transformer. Les yeux uniques, aussi magnifiques sont-ils, des loup-garou sont probablement l’un des points positifs que pourrait ajouter la brunette à sa liste. Chaque loup avait une couleur différente, bien qu’elle puisse être similaire. Celles d’Alek, elles étaient entièrement de couleur champagne avec une texture ressemblant à un quadrillage, mais composé de losanges. À nouveau, il posa lascivement ses lèvres sur son cou fermant les yeux. Le sang chaud du lycanthrope réagissait à chaque mouvement procurant une sensation d’extase à ce dernier.
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Good people are like candles. They burn themselves up to give others light ♆ Ft. Svenhild Desroses   

 
Good people are like candles. They burn themselves up to give others light ♆ Ft. Svenhild Desroses
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Sometimes bad things happen to good people [PASCAL]
» The Haitian People Need a Lobbyist
» Rèl kay Makorèl: sanble nou gen boat people ki peri nan Boyton
» Boat-people: L'etat ne peut rester les bras croises
» ★ GLAMOUR PEOPLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: