Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 JASRIELLE • Je serais toujours là pour toi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
InvitéInvité
Sujet: JASRIELLE • Je serais toujours là pour toi   Sam 7 Mai - 17:38


Jasrielle • Je serais toujours là pour toi
Rien ne vaut un meilleur ami. Pas même l'amour.

Syrielle soupira. Sa vie était un chaos monumental. Sa soeur - qu'elle venait juste de retrouver après sept mois d'absence - fuguait en permanence pour chasser les Obscurs sans se soucier du danger. Sa cousine - avec qui auparavant elle n'avait aucun secret - avait plus de secret pour elle que le journal intime de sa soeur. Sa parabatai était aux abonnées absentes. Son meilleur ami lui vouait une haine implacable parce qu'elle avait refusé son amour. Et le pire de tout, elle était en train de tomber amoureuse du pire psychopathe que la planète ai jamais porté. Non franchement, sa vie était encore pire que dans les thrillers romantiques que sa mère adorait. Elle ne comprenait pas comment après vingt ans d'amitié, Jasper et elle en étaient venus à se battre et à ne plus se parler. Pire que ça même il la haïssait. Il ne voulait plus la voir. Et il lui manquait tellement. Ca faisait presque une semaine qu'ils ne s'étaient ni vus, ni adressés la parole, à peine croisés dans les couloirs de l'Institut. Ils n'avaient plus chassés ensembles, ne s'étaient plus entraînés tous les deux. C'était comme si ils étaient de parfaits inconnus.

Mais a ses yeux elle avait suffisamment pleuré, s'était suffisamment énervé, suffisamment battue et elle s'était aussi suffisamment excusée pour toute une vie. Oui d'accord elle n'avait pas vu tout l'amour que Jasper lui portait et avait fini par en choisir un autre à la place et alors ? C'était une raison pour la haïr et la mettre plus bas que terre comme il l'avait fait ? Elle avait toujours été là pour lui et réciproquement, ils s'étaient jurés, enfants, que rien ne pourrait jamais les séparer et regardez-les aujourd'hui. Tout ça pour une foutue question d'histoire de coeur. C'était du grand n'importe quoi.

- Bon allez, raconte moi, qu'est ce qui se passe avec le petit Kairis en ce moment ? lança son père en lançant une attaque qu'elle para. C'était bon de le retrouver, de s'entraîner de nouveau avec lui, de l'avoir vivant en face d'elle. Depuis six mois qu'il était dans une sorte d'état léthargique elle n'y croyait plus. - J'en sais rien. Il a dit qu'il m'aimait puis il a pété un câble. Il m'a accusé de l'avoir détruit, de n'avoir rien vu, d'être la cause de sa douleur. Elle lui envoya son bâton dans le ventre, feintant avant de lui envoyer dans l'épaule mais lui aussi para son coup et la fit tomber au sol. Elle se releva rapidement pour lui refaire face. - J'ai été garce avec lui. Je l'ai provoquée. Je lui ai fait mal. Il l'avait un peu cherché mais j'y suis peut-être un peu allée fort j'avoue. Mais pas au point qu'il me haïsse tout de même. Logan fronça les sourcils et attaqua. Leurs bâtons s'entrechoquèrent. - Il ne te hait pas ma chérie, il souffre. Laisse lui un peu de temps ça lui passera. Il bloqua son bâton et lui envoya une circulaire pour la faucher aux jambes mais elle sauta pour l'éviter. - T'a pas vu son regard toi quand on s'est battus ... j'ai bien cru qu'il allait me tuer. Elle était perturbée par tout ça. Et ça faussait son combat. Son père la fit tomber une seconde fois. Elle resta allongée au sol. J'comprends rien aux hommes p'pa. Un jour ils te disent qu'ils t'aiment, te promettent la lune et les étoiles et puis le lendemain ils se mettent à te haïr et à te descendre plus bas que terre. Son père rit en lui tendant la main pour l'aider à se relever. - Ca va lui passer ma souris, déclara t-il en déposant un baiser sur sa tête.

Sissy soupira en hochant la tête, pas vraiment convaincue puis alla prendre une douche. Malgré tout ça lui avait fait énormément de bien de parler avec son père. Sortant de la douche elle passa un body en dentelle noir avec des manches trois quart, un jean griffé de la même couleur et des escarpins à talons aiguilles. Elle était toujours en talons. C'était comme un truc qui ne changeait pas, une routine habituelle qui la rassurait alors que son monde partait en vrille. Alors qu'elle se débattait avec les noeuds dans ses cheveux, elle entendit son portable vibrer. En fronçant les sourcils elle regarda. Genesis. Arquant un sourcil elle lut le message. Son déchet ? Ruelle du Lotus ? De quoi il parlait ? Elle le lui demanda et failli s'écrouler en lisant la suite. Jasper. Aussitôt elle attrapa sa veste, un sac avec une trousse de secours dedans et son épée et fila sans demander son reste. Elle le trouva effectivement dans la ruelle et dans un sale état.

- Jazz ... murmura t-elle d'une voix brisée en enlevant les détritus de sur son meilleur ami. Elle n'osa pas trop le bouger en voyant tout le sang qui s'écoulait de lui et se mit en mode "combat" pour contrôler ses émotions et ne pas se laisser submerger. Jazz et elle avaient beau s'être déchirés elle n'allait pas le laisser tomber ainsi. Sortant son portable elle appela la seule personne sur qui elle pouvait compter en ce moment précis : son père. - Papa ? Papa j't'en prie faut que tu viennes. Ils ont attrapés Jazz, ils l'ont torturés. Il est dans un sale état j'peux rien faire ! appela t-elle. - J'arrive, fit Logan au téléphone. Et dix minutes plus tard il était là. Il examina les blessures de Jasper que Sissy avait déjà désinfectée. C'était déjà mieux que rien. - Ok, on va le ramener à la maison. Le Chasseur d'Ombres prit le jeune Kairis dans ses bras et tous les trois, Sissy ouvrant la marche, rentrèrent tant bien que mal à l'Institut où Jasper fut transporté à l'infirmerie. - J'vais voir si je peux trouver Lux, murmura son père en la laissant avec Jasper. Syrielle s'approcha de lui, refusant de sortir quand le médecin le lui demanda. Elle prit sa main. - J'suis tellement désolée Jazz, murmura la jeune femme. Elle allait tuer Genesis. Sérieusement ... son portable vibra encore et encore et tout en étant présente pour son meilleur ami, elle répondait à son bourreau.

copyright acidbrain


1093
poste 1
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: JASRIELLE • Je serais toujours là pour toi   Sam 7 Mai - 18:20


JE SERAIS TOUJOURS LÀ POUR TOI
jasrielle

Douloureux, ça l'était. Même assommé, son corps ressentait cette brutale douleur à chaque instant, à chaque battement de son cœur, à chaque pulsation sanguine. Il ressentait ça comme une brûlure brutale qui débutait de ses genoux et qui traversait ses mains, ses poignets, jusqu'à sa joue où il y avait cette brûlure qui ne s'en irait peut-être jamais. Autant avant il avait été détruit mentalement par Syrielle, il était maintenant détruit physiquement et ce grâce à un Obscur qui le croyait aussi sombre que son propre père. Hors, il l'était bien plus, bien moins stable, bien plus brutal. Son corps avait finit par s'éveiller, il ressentait une pression sur sa main et serrait la mâchoire sans ouvrir les yeux. Il ne voulait pas savoir où il était, et il ne ressentait rien d'autre que douleur et haine. Seulement, il avait finit par retirer sa main de celle de Syrielle, il avait ouvert les yeux et s'était redressé presque immédiatement en s'aidant de ses coudes. Il avait regardé autour de lui, c'était un lieu qu'il connaissait et c'était bien plus rassurant que l'entrepôt dans lequel il s'était fait torturer pendant un moment assez long. Mais pourtant, il avait eu envie d'être dans cet entrepôt. Il avait vu Syrielle, évidemment, mais son état actuel ne lui permettait pas de lui adresser la parole sans être purement méchant. Il n'y avait que son obscurité qui était présente dans son corps à cet instant, celle que son père lui avait laissé, celle qui faisait qu'on l'appelait comme un sociopathe, alors qu'il tentait de le contrôler.

Et finalement, il finit par grogner, de douleur, de haine à la fois avant d'attraper Syrielle par la gorge avec sa main valide. « Il est où ? Osborn. Il est où ? Je vais le tuer. » Toute sa haine ressortait grave dans sa voix, c'était bel et bien visible la haine qu'il portait à celui qu'il appelait Osborn. Il haïssait toutes personnes qui portaient ce nom-là, et ça n'allait pas changer aujourd'hui d'ailleurs. La relâchant il avait finit par descendre son regard vers ses propres jambes, remontant son pantalon pour regarder l'état de ses genoux qui était clairement pitoyable. Il savait évidemment que ça allait se soigner, mais il ne pouvait pas se sentir autrement que mal à ce moment-là. Faible, sans intérêt, et rien de plus. Et ce même si son obscurité parlait à sa place. Passant ses doigts sur la blessure, il recommençait à ne pas faire attention à la jeune femme. Il n'était pas dans son état normal, ça se voyait à son visage, ça se voyait à ses gestes, ça s'entendait à sa voix. Il n'était pas dans le même état qu'habituellement, déjà physiquement mais également mentalement. Et il ne montrait aucune émotion, mis à part la douleur et la haine. Mis à part les deux émotions que son père lui avait apprit. Attrapant sa stèle des doigts qu'il pouvait encore bouger, Jasper attrapait le bas de son haut avec ses dents pour découvrir sa rune de guérison et l'activer dans un calme qui le dépassait lui-même. Ce n'était pas Jasper, ça, c'était n'importe qui, mais ce n'était pas lui.

Finalement, il avait posé la stèle et lâché son haut. C'était inutile et il s'en était douté. Ses blessures étaient trop profondes pour ça, et même si ça le soignerait un minimum, ça ne serait jamais complet. Il avait finit par se laisser tomber en arrière, posant sa tête contre le matelas du lit de l'infirmerie avant de fermer les yeux doucement. Sa douceur recommençait légèrement à prendre place dans son corps. Il ne l'avait pas poussé à son maximum, sa noirceur pouvait encore diminuer. Diminuer, mais elle ne disparaîtrait plus maintenant qu'Osborn était passé. « Qu'est-ce que tu fous là ? Je croyais que tu voulais plus me parler. » Et finalement, il relevait le visage en prononçant ces mots, réalisant qu'elle était là, réellement. « Ou alors tu te sens coupable ? Parce que c'est lui qui t'as appelé ? C'est lui l'autre, c'est ça ? Tu te sens coupable parce que tu te fais baiser comme la chienne que t'es par un type de la famille qui a détruit celle de ton meilleur ami, c'est bien. Pardon, j'oubliais. » Il levait sa main en guise d'excuse, se tournant dos à elle. « Celle de celui qui était ton meilleur ami, avant que tu le détruise totalement et que tu le transforme en son propre père. Je devrais peut-être laisser cette obscurité prendre totalement part de moi, non ? C'est fou ce que, putain, ça fait un bien fou de parler uniquement pour blesser les gens. » Il le faisait à cet instant. Il parlait pour la blesser, et non pas pour être sincère. Parce qu'il venait de lui en donner la raison : il avait recouvert une part entière de l'obscurité de son père.

869 MOTS - POST 2 - 24H
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: JASRIELLE • Je serais toujours là pour toi   Sam 7 Mai - 20:15


Jasrielle • Je serais toujours là pour toi
Rien ne vaut un meilleur ami. Pas même l'amour.

Le salaud. Elle venait le chercher, l'emmenait se faire soigner, restait à ses côtés et lui, la première chose qu'il faisait en se réveillant c'était de l'attraper par le cou et de serrer. Syrielle le foudroya du regard et ce fut comme un clash, la colère contre la folie, la froideur contre la rage meurtrière. - Lâche moi Jasper, fit-elle durement sans ciller alors même qu'il cherchait à l'étrangler, à lui faire du mal. Encore. Après un long moment il fini par le faire et elle passa sa main dans son cou en grimaçant légèrement. Il lui avait fait mal ce con. Je ne sais pas où il est. Et dans l'état où tu es tu ne serais même pas capable de tuer une mouche alors calme toi, balança t-elle d'un air agacé. C'est vrai quoi ! Le jeune homme regarda alors ses blessures. Genesis ne l'avait pas torturé à moitié. Les genoux, les bras, le visage. Il avait fait en sorte de lui faire mal. Très mal. De le briser encore plus que Syrielle - bien que ça n'ai pas été volontaire pour elle - ne l'avait fait. Il jura et attrapa sa stèle. - On te l'a déjà fait ça. Trois ou quatre fois au moins, fit-elle carrément exaspérée alors qui la passait sur son Iratze. Mais ses blessures étaient profondes. Trop pour être soignée par une rune. Elle aurait pu demander à Lehr ou à Nixie mais elle était à peu près sûre que ce con n'aurait pas voulu l'aide des fées. Trop de fierté et d'ego dans un seul homme. Avant elle trouvait ça drôle, se moquait de lui. Aujourd'hui, ça lui donnait juste envie de lui en coller une.

Pourtant il n'était pas dans son état normal elle le voyait bien. Elle voyait l'obscurité dans son regard, ses gestes fébriles et pressés, la colère dans sa voix, la même qui faisait trembler ses mains. Il semblait ailleurs, à moitié cinglé, dans un autre monde. Et elle avait mal de voir que leur relation s'était tellement dégradée en une semaine qu'elle n'avait même plus l'influence suffisante pour le ramener dans ce monde là. Auprès d'elle. Elle voulait son meilleur ami. Elle voulait son Jasper. Celui avec lequel elle avait grandit, qui la faisait constamment rire, qui la protégeait même d'elle même, qui était présent à ses côtés avec sa bonne humeur perpétuelle. Au lieu de ça elle retrouvait une carcasse presque vide, seulement peuplée de démons, de haine et d'obscurité. Ca ce n'était pas l'homme qu'elle aimait. - Qu'est-ce que tu fous là ? Je croyais que tu voulais plus me parler, balança Jasper lui faisant froncer les sourcils. - Le fait que je ne veuille plus te parler ne signifie pas que j'allais te laisser crever comme un chien errant dans cette ruelle, rétorqua t-elle froidement. Elle lui en voulait. Carrément. Mais apparemment il n'avait pas fini de lui balancer des amabilités. - Ou alors tu te sens coupable ? Parce que c'est lui qui t'as appelé ? C'est lui l'autre, c'est ça ? Tu te sens coupable parce que tu te fais baiser comme la chienne que t'es par un type de la famille qui a détruit celle de ton meilleur ami, c'est bien. Pardon, j'oubliais. Celle de celui qui était ton meilleur ami, avant que tu le détruise totalement et que tu le transforme en son propre père. Je devrais peut-être laisser cette obscurité prendre totalement part de moi, non ? C'est fou ce que, putain, ça fait un bien fou de parler uniquement pour blesser les gens.

Syrielle se redressa brusquement, envoyant valser la chaise sur laquelle elle était assise et força Jasper à se retourner pour la regarder. - Alors écoute moi bien Kairis, t'es peut-être un sociopathe, t'es peut-être complètement cinglé et peut-être que tu me hais pour avoir brisé ton putain de coeur, mais je t'interdit de me parler sur ce ton et de me traiter de salope. Elle plongea dans son regard dans le sien. Un regard froid, sombre, dur. Un regard qu'elle n'avait jamais eu envers lui. - Chacun possède une part d'ombres Jasper, chacun la gère comme il peut et ne me force pas à te montrer la mienne tu le regretterais amèrement, cinglé ou pas cinglé. Quand a être la responsable de ta transformation tu ne peux t'en prendre qu'à toi même Jasper Kairis. C'est toi qui choisis ton destin. Toi qui choisis qui tu veux être. Toi et toi seul bordel ! Alors arrête de rejeter la faute sur quelqu'un d'autre que toi ! Tu peux te battre, tu peux choisir d'être qui tu veux. Ce n'est pas parce que tu es paumé que tu dois m'en vouloir. Elle posa ses lèvres sur les siennes dure et brutale. Ce n'était pas un tendre baiser, c'était plus une preuve. De quoi ? Elle ne le savait pas elle même. Elle se recula avant qu'il ai pu faire un mouvement. Je t'aime. Rentre toi ça dans le crâne une bonne fois pour toute. Rien de ce qui deviendra par la suite ne changera ça. Et quand tu seras trop perdu, trop en colère, trop ténébreux, perdu dans ta folie meurtrière, souviens toi que même si elle t'a blessée, je serais à jamais la seule personne à t'aimer inconditionnellement pour qui tu es vraiment. Elle se redressa. Tu m'fais chier Jasper. Sérieux. T'es un putain d'emmerdeur. Maintenant va falloir que je trouve un moyen de dégommer Osborn et franchement chaque fois j'prend une raclée avec lui. Elle plaisantait à moitié, lui offrant un bref sourire.
copyright acidbrain


984 mots
poste 3
-24h


Dernière édition par Syrielle Lightwood le Jeu 12 Mai - 10:42, édité 1 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: JASRIELLE • Je serais toujours là pour toi   Sam 7 Mai - 20:51


JE SERAIS TOUJOURS LÀ POUR TOI
jasrielle

Non, Jasper n'avait pas envie de l'écouter. Quand elle l'avait forcé à le regarder, il avait eu cette envie de la mordre pour la faire lâcher mais ne lui avait donné qu'un coup de coude pour libérer son propre corps. Il était assez blessé comme ça, il n'avait pas besoin de son aide pour plus que ça. Mais, il l'avait écouté. Du début à la fin, et son baiser n'avait eu aucun effet sur lui. Il était partit bien trop loin pour que seulement ça ne le ramène à la raison. C'était une chose qui lui paraissait tellement banale, et il avait finit par se redresser lorsqu'elle avait finit de parler, se mettant dos au mur pour être face à elle, la regardant droit dans les yeux. Mais son regard ne voulait plus rien dire non plus, et finalement il s'était mit à sourire. Mais à sourire de cette façon provocatrice qu'il avait souvent sur le visage quand il n'en avait rien à foutre de la personne en face de lui. Faute à l'obscurité que Genesis avait réveillé, faute à rien d'autre. Essuyant sa bouche avec sa propre manche, il ne put pas s'empêcher de rire à la suite. « Tu penses vraiment qu'un baiser et qu'un je t'aime suffiront pour réparer ce que toi t'as brisé ? T'es naïve, j'adore ça. » Il s'était arrêté de sourire après avoir posé sa question. Et à la fin de ses mots, il s'était remit à sourire et il avait finit par rire de nouveau. Il se foutait clairement de sa gueule après tout, alors pourquoi est-ce qu'il se retiendrait de rire.

L'air dans ses yeux ne changeait pas, mais il reprit volontairement un air moins sombre sur le visage. Celui qu'il avait habituellement, quand il lui parlait. L'air qu'il avait, qui voulait clairement dire qu'il était amoureux d'elle. Mais pourtant, rien n'avait changé dans son crâne. Cette simple envie de blesser restait, mais il manipulait suffisamment le contrôle de son corps pour faire ce qu'il souhaitait. S'il avait été un simple terrestre, il aurait certainement été le meilleur pour le théâtre ou le cinéma. « Mais t'as raison Syrielle. Je peux m'en prendre qu'à moi-même d'avoir tué la seule personne coupable de l'obscurité qui reste en moi, d'avoir tué celui qui m'a élevé comme un monstre pour que je m'élève ensuite en tant que meurtrier. Mais c'est tellement plus facile d'en vouloir aux autres, de leur dire qu'ils te blessent intérieurement pour soulager ta propre culpabilité de t'être détruit toi-même. C'est tellement plus simple de haïr quelqu'un que tu aimes que de te haïr toi-même pour l'aimer. De te haïr pour l'avoir aimé chaque seconde de ta misérable vie avant de te rendre compte que ça n'a jamais été remarqué, et que t'es le seul coupable dans tout ça. » Son regard avait eu une seule seconde de lucidité lorsqu'il avait prononcé les derniers mots, et finalement son visage était redevenu aussi sombre. Il avait penché la tête et il avait sourit. « Je suis presque sûr que t'as cru à chacun de ces mots ? Naïve. T'es qu'une sous-merde, c'est pour ça que je te haïs. » Et évidemment, ça ce n'était pas les mots que Jasper aurait prononcé. C'était ce côté mauvais, ce côté méchant qui ressortait plus fort que tout.

S'appuyant sur ses mains, la douleur réveillait en lui les sentiments qu'il pouvait ressentir habituellement, tous d'un seul coup ce qui le blessait d'autant plus. Lâchant un gémissement de douleur, son visage s'était complètement radoucit. Il n'avait plus de contrôle sur rien, il n'arrivait pas à gérer sa haine et laissait tout ce qu'il cachait derrière son masque de bonne humeur ressortir. Et ce n'était que de la faute d'un Osborn, qui s'était amusé à éveiller ce qui sommeillait de plus mauvais au fond de lui. Son regard s'était rallumé, comme s'il venait réellement de se réveiller cette fois. Et il s'était détaché du mur quand il avait réalisé ce qu'il avait pu dire, il avait baissé le regard quelques secondes avant d'ouvrir la bouche. « Qu'est-ce qu'il m'a fait.. ? » Il ne posait pas vraiment la question, il essayait seulement de comprendre tout ce qu'il se passait dans son corps à ce moment-là. Il était misérable, il semblait tellement faible, c'était certainement la seule chose qui prouvait bien que son humanité était présente à cet instant, qu'il n'était pas totalement sombre. « Je veux pas te blesser Sissy, je te le promet. J'ai jamais voulu mais.. J'arrive plus à me contrôler. J'avais du mal déjà quand tu m'as littéralement fait imploser et je crois.. » Il croyait, et il avait bien raison. Il allait probablement le dire, fermant finalement les yeux en se rappuyant contre le mur. « Je crois qu'il s'est juste amusé à briser les limites que j'avais imposé au monstre que je suis vraiment. Et je sais pas si j'arriverais à réparer ça. »

910 MOTS - POST 4 - 24H
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: JASRIELLE • Je serais toujours là pour toi   Dim 8 Mai - 0:30


Jasrielle • Je serais toujours là pour toi
Rien ne vaut un meilleur ami. Pas même l'amour.

Syrielle aurait donné n'importe quoi pour revenir en arrière. Sept mois plus tôt pour sauver sa mère. Dix ans plus tôt pour sauver son meilleur ami. Pour se sauver elle même. Mais elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait rien faire pour ramener sa mère d'entre les morts. Rien faire pour recoller le coeur brisé de Jasper. Mais elle pouvait quand même essayer de le sauver, de le sortir de cette folie, de le tirer des ténèbres. Mais c'était comme si il voulait y rester, imperturbable face à son baiser, à la force de ses mots. Et il souriait ce salaud. D'un sourire de psychopathe qu'elle avait déjà vu sur Genesis et qui lui donnait envie de l'arracher de son visage à grand coup de batte de base-ball. - Tu penses vraiment qu'un baiser et qu'un je t'aime suffiront pour réparer ce que toi t'as brisé ? T'es naïve, j'adore ça. Syrielle le fixa du regard sans se redresser. - T'es un con Jasper Kairis. Et j'ai toujours eu horreur de ça. Elle se releva et s'éloigna un peu de lui alors que lui même se redressait dans son lit. Elle ne lui adressa même pas un regard alors qu'il enchaînait sur ses reproches. Bien sur qu'il était plus facile de haïr quelqu'un d'autre que soit même ! Surtout quand on aime une personne. Un jour sa mère lui avait dit qu'on se mettait plus facilement en colère contre les gens qu'on aimait parce qu'on savait qu'ils nous pardonneraient toujours quoiqu'on fasse. Petite, Sissy l'avait crut. Aujourd'hui, malade ou pas malade, torturé ou pas, Syrielle n'était pas sûre de pouvoir tout pardonner à Jasper. Et elle savait que c'était entièrement réciproque.

- Je suis presque sûr que t'as cru à chacun de ces mots ? Naïve. T'es qu'une sous-merde, c'est pour ça que je te haïs, lui balança Jasper. Syrielle lui jeta un regard de biais, les bras croisés, braquée. - Je suis presque sûre que si tu le répétais encore un peu plus tu finirais pas y croire toi même, railla t-elle. Elle était persuadée qu'il n'y croyait pas vraiment. Que c'était ce côté sociopathe torturé qui parlait à sa place. Elle n'en était cependant pas vraiment convaincue mais ça elle ne le montra pas. Elle resta là, debout, distante, froide, comme la statue d'une déesse guerrière d'une quelconque dynastie. Mais c'est alors que le visage de Jasper s'anima de nouveau. Son sourire flippant de barge disparu, il se laissa aller en arrière en gémissant de douleur alors que la douceur venait refaire surface comme si la lumière qui luttait avec acharnement contre l'obscurité en lui venait de faire une percée. Sissy décroisa les bras et s'approcha, toujours sur ses gardes mais moins froide. - Qu'est-ce qu'il m'a fait.. ? Comme c'était une question à laquelle elle n'avait pas de réponse, la Néphilim ne dit rien mais elle s'approcha un peu plus.

- Je veux pas te blesser Sissy, je te le promet. J'ai jamais voulu mais.. J'arrive plus à me contrôler. J'avais du mal déjà quand tu m'as littéralement fait imploser et je crois.. Je crois qu'il s'est juste amusé à briser les limites que j'avais imposé au monstre que je suis vraiment. Et je sais pas si j'arriverais à réparer ça. Syrielle s'approcha et s'assit près de lui, caressant la joue qui n'était pas brûlée. Ca c'était son Jasper, celui qu'elle connaissait, celui qu'elle aimait. - Je sais Jazz. Ne t'en fais pas pour ça. Je suis allée trop loin moi aussi, murmura t-elle. Elle savait que ça ne suffirait pas. Il n'avait pas vaincu toute sa noirceur, tout n'était pas comme avant. En fait rien ne serait jamais plus comme avant. Il y avait quelque chose de brisé entre eux maintenant. Probablement que si leur amitié était toujours présente à la fin de ce sombre épisode, ils en ressortiraient plus forts sauf si la vie se chargeait de les séparer définitivement. Auquel cas ils en ressortiraient brisés tous les deux. Elle prit sa main. - Je sais que j'ai des tords Jazz. Je sais que j'aurais du voir tout ça bien avant mais on va réparer tout ça. Ensemble. Tu n'est pas ton père Jazz. Et je t'interdit de penser que tu es pire que lui. Tu es bien plus fort au contraire. Tu es capable de t'en sortir. Tu es un Ange pas un Démon. Ne laisse pas Genesis Osborn te prouver le contraire. Elle lui sourit. On s'est jurés Jasper. On s'est jurés de détruire les Obscurs, de ramener la paix et de vieillir ensemble, à nous moquer des cheveux blancs de l'un et des rhumatismes de l'autre. Bon on sait parfaitement qu'on arrivera jamais à ce stade là mais on peut au moins essayer qu'en penses tu ? Elle lui tendit la main et lui sourit, lumineuse comme à son habitude dissimulant sa colère, son inquiétude et ses regrets pour ne pas attiser l'obscurité régnant en lui. Elle lui avait fait assez de mal.
copyright acidbrain


900 mots
poste 5
-24h
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: JASRIELLE • Je serais toujours là pour toi   Dim 8 Mai - 15:41


JE SERAIS TOUJOURS LÀ POUR TOI
jasrielle

Sa main tendue, il la regardait et pourtant il n'avait cette fois plus l'envie de la tenir. Il ne pouvait pas, il ne pouvait plus lui faire confiance comme il l'avait fait avant, parce qu'il savait qu'il briserait lui-même cette confiance-là s'il la reprenait. C'était que chaque mot prononcé par l'Osborn qui l'avait brisé restait dans son crâne à raisonner, encore et encore. Comme si ça résonnerait dans son crâne jusqu'à ce qu'il accepte les mots, qu'il se rende compte que c'était la réalité. Et il commençait enfin à accepter les mots qu'il avait entendu. Parce que Genesis n'avait eu tord en rien, il ne pouvait pas naître bon alors que ses parents avaient été mauvais. Il gardait son regard posé sur la main de la jeune femme un long moment, et il hochait finalement négativement la tête en se rasseyant correctement. « Tu te trompes totalement Syrielle. Mon père était un monstre, un traître et un cinglé. Ma mère était, à ce que j'ai entendu, tout aussi tarée que lui, et tout autant une traître également. Je suis né de deux monstres et.. D'un mal ne peut pas naître un bien. » Et à ces derniers mots, il était clairement visible que l'Osborn avait marqué son esprit. Marqué jusqu'à lui en faire prononcer le dicton de la famille qu'il haïssait. Il avait baissé le regard suite à ses mots, se penchant sur le côté pour se rallonger finalement. Il avait besoin de bouger, et pourtant il savait qu'il ne pouvait pas, il risquait de se blesser encore plus s'il essayait.

Son regard restait ancré sur le visage de la jeune néphilim, et bien qu'il avait envie de la toucher, il s'en empêchait. Il ne pouvait pas le faire en se disant qu'il continuerait de la blesser s'il perdait une seconde fois le contrôle. Et il ne pouvait pas perdre le contrôle en face d'elle, pas une troisième fois. « On s'est jurés de détruire les Obscurs. Oui, c'est vrai. Mais il y a que deux sorties dans une guerre. Soit tu détruis et tu gagnes, soit t'es détruis et tu perds. » Il avait soupiré longuement à ses mots et s'était lui-même montré de la main, haussant par la suite les épaules. Il n'avait pas pu s'empêcher de rire nerveusement en posant ses propres mains sur son visage, se mettant à pleurer sans aucune honte cette fois, brisant presque automatiquement sa voix. « Ils m'ont déjà détruit, ils ont gagnés. » Et pourtant, Jasper n'était pas défaitiste. Il était probablement la personne la plus optimiste existante au monde, et pourtant il avait réussi à lui faire perdre ça également. Essuyant presque directement ses larmes, il tournait le visage vers la jeune femme, il essayait de contrôler sa propre voix pour ne plus qu'elle se brise et finit par soupirer. « Je t'aime Syrielle, mais même avec toi, je sais pas si je.. » Il s'était arrêté, il avait finit par détourner le regard. Il n'arriverait pas à lui parler comme ça, pas de cette façon.

Allongeant correctement tout son corps, il se tournait quand même vers elle et finissait par attraper sa main, l'approchant de ses lèvres avant de fermer les yeux. « Même avec toi, je sais pas si j'arriverais à reprendre le contrôle. J'ai toujours eu le contrôle, même si c'était dur. Et là, j'y arrive plus. » Embrassant le dos de la main de Syrielle, il gardait ses yeux fermés et finissait par appuyer sa tête contre sa main. Il n'avait pas envie de briser ce contact-là, même s'il était faible. Elle était la seule ancre qui maintenait la personnalité qu'il s'était forgé depuis plus de vingt ans hors de l'obscurité qui l'envahissait maintenant. Alors il valait bien mieux qu'il ne la lâche pas, qu'il ne la lâche jamais. « Aide moi à détruire les Osborn. J'ai envie de les savoir mort, tous morts dans d'atroces souffrances. » Et là, ce n'était pas le côté obscur de sa personne qui parlait. C'était lui, le lui qui avait été là depuis toujours, avec Syrielle. Et elle allait probablement se rendre compte que ce n'était pas sa méchanceté qui prenait le dessus. C'était son envie de vengeance. « Ils ont détruit ma famille, c'est à moi de faire pareil avec la leur. Mais j'ai besoin de ton aide. Sans toi j'y arriverais pas. » Il avait rouvert les yeux, il avait lâché sa main pour glisser ses doigts le long de son bras, caressant sa peau. C'était bien Jasper, là. La personne douce qu'il était depuis toujours, et non pas le monstre éveillé par les Osborn.

S'appuyant sur son autre main pour se redresser, son poignet le fit immédiatement souffrir et il se relaissa tomber contre le matelas en lâchant un grognement de douleur. « Putain j'ai mal. » Et il avait de quoi à ce moment-là. Il n'avait probablement pas à le dire, il n'avait pas à exprimer le pourquoi il avait mal. En fait, ça se voyait. Il avait beaucoup de mal à seulement bouger à cause de cette foutue douleur, et cette douleur était même devenue mentale. Soupirant, il regardait la Lightwood un bon moment avant de murmurer quelques mots « J'ai cru que j'allais mourir. » et il y avait vraiment cru au départ. Mais il s'était rendu compte rapidement que ce n'était que de la torture. Fermant les yeux, il appuyait sa tête contre l'oreiller avant de soupirer. « Mais le pire c'est que l'idée me plaisait bien, parce que j'aurais plus eu à t'aimer avec ça. » Tournant le regard vers elle une nouvelle fois, il avait lâché un unième soupir. Il était désespéré. Par lui-même, par la situation, par ce qu'il s'était passé. « Quand j'ai commencé à avoir peur, j'ai lâché prise. J'ai arrêté de me contrôler. Mon père m'a pas élevé comme ça. C'est de ma faute, j'aurais pas du avoir peur de mourir. » Il y avait bien trop de pensées qui lui venait dans le crâne d'un seul coup, ce qui commençait à lui faire vraiment mal à la tête au passage. S'appuyant sur ses coudes, il relevait le haut de son corps en soupirant. « J'ai mal au crâne. Y faut que j'arrête de réfléchir maintenant. »

1129 MOTS - POST 6 - 24H
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: JASRIELLE • Je serais toujours là pour toi   Dim 8 Mai - 17:42


Jasrielle • Je serais toujours là pour toi
Rien ne vaut un meilleur ami. Pas même l'amour.

Syrielle tendit la main à Jasper en espérant qu'il la prenne. Elle espérait qu'il lui faisait encore assez confiance pour lui permettre de l'aider à se battre, à se relever. Elle espérait que tout ne soit pas brisé entre eux, que les vingt ans qu'ils avaient passés à grandir, à se forger ensemble n'est pas été totalement effacées par ces salauds d'Osborn. Mais il ne le fit pas. Au lieu de ça il détourna la tête totalement incertain de lui même et pourtant convaincu des paroles de Genesis. - Tu te trompes totalement Syrielle. Mon père était un monstre, un traître et un cinglé. Ma mère était, à ce que j'ai entendu, tout aussi tarée que lui, et tout autant une traître également. Je suis né de deux monstres et.. D'un mal ne peut pas naître un bien. Sissy fronça les sourcils - elle avait déjà entendu ça quelque part ... - et s'assit près de lui en essayant de le faire sourire, de lui montrer qu'elle était toujours sa meilleure amie, qu'elle était encore sa Sissy. - Je savais bien que tu n'écoutais rien en cours de maths, le taquina t-elle. On ne t'a jamais dis que moins par moins ça fait plus ? Plongeant son regard dans le sien elle cessa de plaisanter et reprit son sérieux. Il y a de la lumière en toi Jasper. Bien plus que tu ne l'imagine. Je le sais, tout le monde le sait. Et je ne la laisserais pas s'éteindre Jasper Kairis tu m'entends ? Je ne laisserais pas s'éteindre cette lumière si vive en toi au profit de cette putain d'obscurité dont tu te crois totalement pourvu. Tes parents étaient cinglés peut-être mais toi, toi t'es un mec bien. Toi t'a rien a voir avec eux. Mais elle voyait bien que ses paroles sonnaient dans le vide, il ne l'écoutait pas.

- Ils m'ont déjà détruit, ils ont gagnés. Il lui balança ça comme ça, comme si c'était tout à fait normal. Sissy senti son sang bouillonner en elle comme la lave en fusion d'un volcan prêt à exploser et à tout détruire sur son passage. Elle tenta de se contenir, maîtrisant ses émotions pour ne pas plus blesser Jasper qu'il ne l'était déjà. Mais elle ne comptait pas laisser tomber pour autant. - Merde Kairis regarde moi ! Regarde moi ! ordonna t-elle d'un ton dur. Elle prit son menton entre des doigts fins et le poussa à la regarder. Je t'interdis de dire ce genre de conneries ! Ils n'ont rien gagnés du tout tu m'entends ?! Tu es fort. Tellement fort. Alors cesses de te rabaisser, cesse de croire en leurs paroles ! Ca fait vingt ans qu'on se connait Jasper, vingt ans qu'on vit ensembles, on a grandit ensemble alors dis moi, sincèrement qui va tu croire ? Ta meilleure amie qui te connait par coeur depuis vingt ans ou bien un salopard d'Obscur qui t'a torturé pendant une demi-journée ? Et ne me répond pas la seconde option parce que je me mets à hurler ! Elle avait plongé son regard dans le sien, un regard à la fois dure et tendre et sa voix sonnait comme une douce menace, celle d'une femme qui aime un homme et l'empêche de prendre les mauvaises décisions. Une voix ferme et douce en même temps. Tu ne vas pas les laisser gagner. J'l'aisserais pas ça arriver. Jamais. Dussais-je en mourir pour que tu sois sauvé !

Elle se redressa un peu alors qu'il détournait la tête pendant quelques secondes avant de la regarder de nouveau, prenant sa main. Elle la serra doucement. - Je t'aime Syrielle, mais même avec toi, je sais pas si je.. Même avec toi, je sais pas si j'arriverais à reprendre le contrôle. J'ai toujours eu le contrôle, même si c'était dur. Et là, j'y arrive plus. Elle serra les dents pour retenir ses cris et ses larmes. - Alors je l'aurais pour nous deux, répondit-elle entre ses dents. Elle ne voulait pas le perdre. Elle aurait fait n'importe quoi pour lui. Elle aurait voulu être torturée à sa place, à en perdre la tête, à en perdre la vie, n'importe quoi plutôt que ce soit lui. Sa colère envers Genesis augmenta d'un cran. Ils continuaient à s'échanger plus ou moins des sms et pas d'une grande douceur. - Aide moi à détruire les Osborn. J'ai envie de les savoir mort, tous morts dans d'atroces souffrances. Syrielle regarda Jasper, son visage d'une neutralité impénétrable. Mais à l'intérieur elle était sur le point d'exploser. Elle ne pouvait pas faire ça. Ils ont détruit ma famille, c'est à moi de faire pareil avec la leur. Mais j'ai besoin de ton aide. Sans toi j'y arriverais pas, continua son meilleur ami. Elle failli craquer. Elle aurait tant voulu lui dire oui immédiatement, lui dire qu'elle serait son renfort, qu'ils les détruiraient tous et le vengerait. Mais elle ne pouvait pas. Elle avait beau être remontée contre Genesis, elle ne pouvait nier qu'elle l'aimait. Elle ne pouvait le tuer. - Remets toi d'abord en forme, tu ne tueras personne si tu es aussi faible qu'un chaton nouveau-né. On verra ça après, on fera des plans, répondit-elle à la place. Ni un oui franc, ni un non. Elle avait des choix à faire et il lui faudrait du temps pour y réfléchir. Elle ne pouvait tuer Genesis elle le savait parfaitement. Mais elle ne pouvait abandonner Jasper non plus.

Jazz tenta de se redresser avant de rester allongé en grimaçant de douleur. - Reste tranquille, lui ordonna t-elle doucement. - J'ai cru que j'allais mourir. Sissy ferma les yeux. Elle aurait pu le perdre. Et elle l'aurait perdu de la main de celui que son coeur et que son âme réclamaient. Cruelle destinée. - Mais le pire c'est que l'idée me plaisait bien, parce que j'aurais plus eu à t'aimer avec ça. Sissy rouvrit les yeux pour fixer Jasper. Une larme roula sur sa joue et elle ne la retint pas. - Je sais, murmura t-elle alors. Bien sûr qu'elle savait. Elle savait que son amour pour elle la tuait à petit feu, le torturant aussi bien que l'avait fait l'Osborn. Et elle le regrettait tellement. Elle aurait voulu être celle qu'il désire. Tout ça ne serait alors pas arrivé. Mais elle ne pouvait pas. Car son âme appartenait à un autre homme. A un autre monstre. Encore une fois il se rabaissait. Entre son père et Genesis, le pauvre était bien mal en point. Pourquoi avait-il fallu que ça lui tombe dessus, lui si optimiste, si doux, si ... angélique. -  J'ai mal au crâne. Y faut que j'arrête de réfléchir maintenant. Syrielle se leva pour aller lui chercher un cachet. Parfois, la médecin Terrestre fonctionnait mieux que la leur. - Repose toi un peu, fit-elle doucement. Puis elle s'allongea à ses côtés en faisant attention à ne pas le blesser. Elle ne savait pas quoi faire pour qu'il aille mieux. Pas quoi dire. Elle était en colère. Mais par dessus tout elle était triste. Parce que maintenant rien ne serait plus comme avant. - Ils paieront ... Je te le promets, murmura t-elle alors. Parce qu'elle ne savait pas quoi dire d'autre pour le consoler. Parce que même si elle ne tuait pas les Osborn elle ferait quand même tout pour qu'ils souffrent autant que Jasper et elle souffraient. Pour qu'ils voient qu'ils n'étaient pas les maîtres du monde et oui, eux aussi tout vampires et obscurs qu'ils pouvaient être, ils pouvaient souffrir. Elle le leur ferait payer. Elle se le promettait.
copyright acidbrain


1333 mots
poste 7
-24h
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: JASRIELLE • Je serais toujours là pour toi   Dim 8 Mai - 21:16


JE SERAIS TOUJOURS LÀ POUR TOI
jasrielle

Pendant tout le long, Jasper avait écouté Syrielle avec un calme impressionnant. Il ne parlait pas pour ne pas lui couper la parole, il ne parlait pas parce qu'il ressentait bien que son corps n'en avait plus la force. Oui, à cet instant Jasper avait clairement envie de tout abandonner. En l'espace d'une semaine, il avait perdu tout ce pourquoi il se battait encore. Le contrôle de ses sentiments et le masque derrière lequel il se cachait s'étaient fissurés d'une manière si profonde qu'il ne pouvait certainement plus les réparer. Le contrôle de son obscurité et la sociopathie qui faisaient part de lui étaient devenus incontrôlables, et il avait de plus en plus l'impression de perdre sa meilleure amie, en même temps qu'il se perdait lui-même. Elle s'allonge à ses côtés, et le seul geste qu'il a c'est de se décaler pour lui laisser un peu plus de place, passant finalement ses bras autour d'elle en posant sa tête contre son épaule. Il avait besoin d'elle, et là ça se voyait réellement.

Il avait posé un de ses bras sur le ventre de Syrielle, appuyé contre elle sans bouger ou sans même parler. C'était fou, mais en si peu de temps elle avait réussi à lui manquer plus que tout au monde. Elle avait été si loin de lui, même si elle avait à la fois été si près, qu'il avait pu ressentir ce manque intense qu'il ne voudrait ressentir de nouveau pour rien au monde. Il avait relevé le regard vers la jeune femme, restant tout de même silencieux. C'était rare qu'il soit silencieux à ce point, et pourtant cette fois il l'était. Il avait plusieurs raisons pour ça : il avait mal au crâne, il avait mal tout court, il était fatigué, il était à bout de forces. Il y avait beaucoup trop de choses qui faisaient qu'il ne voulait pas parler, et trop peu qui voulaient lui faire ouvrir la bouche. Alors, il se taisait. Il ne disait absolument rien, et il finissait par refermer les yeux. Il était vraiment fatigué, mais il n'avait pas non plus envie de s'endormir sur elle.

Remontant une de ses mains sur la joue de la jeune femme, il lui caressait avant de se redresser avec l'aide de ses coudes, observant le visage de la jeune femme après avoir rouvert ses yeux. Il ne la laisserait pas à ce moment-là. Même s'il voulait dormir, il n'avait pas envie de plonger dans un sommeil intense et il n'avait pas envie de la laisser éveillée toute seule. Descendant ses doigts dans son cou, il finissait par se lécher les lèvres doucement, parlant sur un ton bien assez bas mais pourtant suffisamment fort pour qu'elle l'entende. « Je t'aime tellement Sissy. Et là je te parle pas en tant qu'amour, mais en tant que meilleur ami. » Il était sincère dans ses mots, il l'était réellement. Il parlait en tant que Jasper Kairis, le meilleur ami de Syrielle Lightwood, et non pas en tant que Jasper l'homme foutrement amoureux depuis des décennies. « Je t'aime tellement, je sais pas ce que je ferais sans toi. » Il se penchait de nouveau vers elle, s'appuyant cette fois totalement contre lui en la prenant correctement dans ses bras, enfouissant son visage dans son cou avec un calme impressionnant.

Remontant ses lèvres sur la joue de la jeune femme, Jasper n'avait rien fait de plus que de lui y déposer un baiser assez court. Il avait au fond de lui une petite voix douce et calme qui lui disait de poser ses lèvres contre celles de sa meilleure amie, de les garder contre celles-ci jusqu'à ne plus pouvoir respirer et d'attendre un moment de plus pour reprendre sa respiration. Une petite voix qui lui donnait sa réelle envie, la chose qu'il souhaitait faire plus que tout au monde. Mais pourtant, il essayait de faire taire cette fois, il essayait de l'enfouir sous tout un tas d'oreillers et d'étouffer sa puissance, encore et encore. Encore et encore, d'autant plus et plus rapidement, jusqu'à ce qu'elle disparaisse pour de bon. « Je serais rien sans toi Sissy. Je serais absolument rien. J'ai tellement besoin de toi. » Oh, et il ne mentait pas. Il ne disait pas ça pour la compassion de Syrielle, il ne disait pas ça pour qu'elle ai besoin de le rassurer. Il disait ça parce que c'était la vérité. Une vérité qui ne changerait jamais. Parce qu'il avait toujours eu besoin d'elle, en plus de vingt ans il n'y avait pas eu un seul jour où il avait pensé qu'elle lui était inutile. Et encore à cet instant, il avait la preuve qu'elle était celle dont il avait, au monde, le plus besoin.

841 MOTS - POST 8 - 24H
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: JASRIELLE • Je serais toujours là pour toi   Dim 8 Mai - 23:33


Jasrielle • Je serais toujours là pour toi
Rien ne vaut un meilleur ami. Pas même l'amour.

Syrielle ne savait pas pourquoi elle s'était allongée près de lui. Après tout, son côté sombre pouvait resurgir et il pouvait de nouveau la blesser mais elle ne savait pas. C'était comme ça. Un pur réflexe acquis au fil des années. Il était son double, son autre moitié et elle avait toujours eu l'habitude de se blottir contre lui quand les choses n'allaient pas. Alors elle continua à le faire. Il lui fit de la place et elle eu peur qu'il veuille la fuir avant qu'il ne passe finalement un bras autour de son épaule, se blottissant contre elle, passant une main sur son ventre et enfouissant sa tête dans son cou. Syrielle senti à quel point il avait besoin d'elle à cet instant précis et lui offrit tout ce qu'il voulait, tout ce dont il avait besoin. Sa présence, sa douceur, sa lumière. Son amour. Elle caressa sa nuque, jouant dans ses cheveux alors qu'il s'accrochait à elle. Elle avait autant besoin de cette étreinte que lui. Besoin de sentir qu'il était là, qu'elle ne l'avait pas définitivement perdu, qu'ils se battraient pour leur amitié, pour eux.

Après un moment, Jasper se redressa pour la regarder, caressant sa joue avec délicatesse. Sissy lui renvoya un regard d'une infinie douceur et se laissa aller à ce tendre moment. Pourtant elle se sentait triste. Il avait l'air si fatigué, si las, si perdu. Tellement perdu. Elle aurait tant voulu qu'il se voit comme elle le voyait elle. Si fort, si beau, si lumineux. Il était son ange protection, son guerrier des ombres, il était son meilleur ami, son confident. Elle aurait voulu qu'il ressente l'amour qu'elle avait pour lui. Un amour inconditionnel, tendre et chaleureux. Alors peut-être que les morceaux de son coeur se recolleraient, peut-être qu'il comprendrait qu'il n'était pas un monstre et que même si elle ne l'aimait pas comme il le désirait, elle l'aimait quand même. - Je t'aime tellement Sissy. Et là je te parle pas en tant qu'amour, mais en tant que meilleur ami. Syrielle sourit. Le voilà, le Jasper qu'elle aimait. Son Jasper. Je t'aime tellement, je sais pas ce que je ferais sans toi. Elle caressa sa joue avec tendresse, son regard lumineux posé sur lui. - Je t'aime aussi Jasper Kairis. Ne l'oublie jamais d'accord ? N'oublie jamais que quoiqu'il se passe, quoiqu'il arrive, je serais toujours là pour toi. Je serais à jamais ta Sissy, ta meilleure amie.

Elle ferma les yeux quand il déposa un baiser sur sa joue. Elle savait aussi qu'il avait envie de plus. Mais ce plus, elle ne pouvait le lui offrir. Elle ne pouvait que lui offrir son amitié inconditionnelle, ne pouvait lui offrir que l'amour d'une soeur. - Je serais rien sans toi Sissy. Je serais absolument rien. J'ai tellement besoin de toi. L'aînée des Lightwood ouvrit ses yeux caramel pour les poser sur son meilleur ami. Elle lui sourit tendrement. - Over hill and under tree through lands where never light has shone by silver streams that run down to the Sea. Under cloud, beneath the stars over snow and winter's morn I turn at last to paths that lead home, se mit elle à chanter avec douceur. C'était leur chanson. Ca l'avait toujours été. Sissy avait toujours aimé chanter. Elle avait même une très jolie voix, un peu grave mais très douce. Pourtant, rares étaient ceux qui l'entendaient chanter. Jasper était l'un des seuls à savoir. - Par delà les collines et les montagnes ... sous les nuages et sous les étoiles ... j'ai pris les derniers tournants qui mène à la maison ... murmura t-elle alors. Elle avait son regard plongé dans celui de Jazz et elle laissait sa propre lumière le ramener parmi eux, auprès d'elle, loin de l'obscurité.

Elle le senti se détendre, il se rallongea près d'elle et elle caressa sa nuque en continuant doucement à chanter pour qu'il s'endorme. Sitaya faisait toujours ça quand ils étaient gosses et qu'ils n'arrivaient pas à dormir. Elle avait tellement prit de sa mère, elle qui avait pourtant été toujours la fille de son père. Elle senti la tête de Jasper devenir de plus en plus lourde au fur et à mesure qu'il s'endormait. Elle resta un moment avant de se dégager doucement.- Moi aussi j'ai besoin de toi, alors reste en vie d'accord ... murmura t-elle à son oreille. Elle le recouvrit pour qu'il ne prenne pas froid et déposa un tendre baiser sur son front. Quand elle se redressa, la douceur avait quitté son regard pour la flamme de la colère. Maintenant que Jazz allait mieux, venait le temps de la vengeance. Et des explications. Et Genesis allait devoir les lui fournir. Elle quitta l'infirmerie en sachant que Lux viendrait veiller sur Jasper. Il n'était pas seul. Ne le serait plus jamais. Elle en faisait le serment.
copyright acidbrain


861 mots
poste 9
-24h
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: JASRIELLE • Je serais toujours là pour toi   

 
JASRIELLE • Je serais toujours là pour toi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» (FINI)Quoi qu'il arrive je serais toujours là pour toi - Haley & Dean
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Je serais toujours la pour toi. Ft Soraya
» HÉRA ♥ Je ne suis peut être pas une déesse, mais une chose est sûr, je serais toujours là pour te protégé. (terminer)
» Elfyn&Mae • Ne t'inquiète pas rayon de soleil, je serais toujours là pour toi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: