Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 (genesis+jasper) dysfunctional

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
InvitéInvité
Sujet: (genesis+jasper) dysfunctional   Jeu 5 Mai - 15:55


DYSFUNCTIONAL
feat genesis

Douleur, violente, brutale, comme si ses os se brisaient, comme s'il était réduit en poussières. Comme un trou noir dans sa tête qui avale tout ses souvenirs, toutes ses pensées. Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Il bouge à peine et lâche un gémissement de douleur. Et puis des images lui reviennent. Un ? Deux ? Peut-être cinq personnes ? Il ne sait plus vraiment, il se rappelle juste qu'ils étaient beaucoup trop pour lui, qu'il n'a pas fait le poids. Est-ce qu'il est mort ? Il n'en sait rien. La mort n'est pas censé être paisible et non douloureuse ? Il réfléchit. Il n'est pas mort, alors. Il est assit, il le sent. Quand il tente finalement de bouger, il se rend compte que ce n'est pas possible. Comment est-ce qu'on peut se sentir à la fois si faible et vulnérable lorsqu'on se retrouve assit et attaché ? Il se le demande bien, lui qui n'avait jamais eu l'impression d'être faible venait de redescendre brutalement les six étages de son piédestal.

Finalement, ses yeux s'ouvrent, il pose immédiatement son regard sur ses mains qu'il ne pouvait pas bouger, les retrouvant attachées. Il ressent presque un stress qui commence à monter, à augmenter dans son propre corps sans qu'il ne puisse faire quoi que ce soit. Regardant autour de lui un moment, son stress ne fait que s'amplifier. Il n'est jamais venu dans cet endroit, il ne sait pas où est-ce qu'il est, il ne sait pas ce qu'il se passe. Et son père ne l'avait jamais entraîné pour savoir comment réagir dans cette situation-là. Reposant son regard sur ses mains, Jasper avait commencé à tirer sur les liens pour tenter de se dégager. Il ne pensait pas avoir besoin d'appeler à l'aide, il n'avait jamais cru devoir demander une seule aide à qui que ce soit parce qu'il se pensait bien trop doué tout seul.

En plus de ça, il faisait bien trop sombre à son goût autour de lui. Abandonnant l'idée de retirer les liens en tirant dessus, le jeune Kairis finit par poser son regard sur sa rune de vision nocturne et se mit à regretter de ne pas l'avoir réactivé avant, il aurait pu voir ce qu'il y avait autour de lui et là il ne pouvait pas attraper sa stèle. Est-ce qu'il l'avait au moins ? Regardant son propre corps, le jeune homme finit par se rendre compte qu'il n'avait ni ses armes, ni aucune forme sur sa veste qui pouvait prouver la présence de sa stèle. Et là, c'est le moment où il est censé paniquer. Un soupir sortait de la bouche de Jasper, un soupir pour se redonner de l'espoir à lui-même et pour se dire qu'il n'y avait rien de totalement perdu. Fermant les yeux, le jeune Kairis finit par s'appuyer correctement dans la chaise sur laquelle il était. « Du calme, Jasper, ça va aller. » Il avait prononcé ces mots doucement, tout ça pour lui-même. Se rassurer tout seul, quelle bonne idée.

Tentant de regarder derrière lui, Jasper se mit à penser que le silence qu'il y avait dans cette pièce était bien plus effrayant que le fait qu'il y soit attaché, assit, seul et en plus de ça presque dans le noir. Qui l'avait emmené ici ? Et pourquoi ? Il se mit inconsciemment à penser que ça pouvait être Maya. Elle lui avait toujours dit qu'elle finirait par l'enfermer quelque part pour qu'il lui appartienne, mais de là à ce qu'elle le fasse ? Grognant, Jasper finit par se mettre réellement à parler. « Excusez-moooooi ? Y'a quelqu'un ? Je peux dire que ce serait très aimable de me détacher, pas que ça me fasse mal ou quoi que ce soit, c'est très poétique comme façon de kidnapper quelqu'un hein. Mais c'était rigolo une seconde, là c'est agaçant quand même. » Même dans cette situation, il arrivait à rester de bonne humeur. Stressé, mais de bonne humeur. « Et Maya si c'est toi, laisse moi te promettre que tu peux aller te faire foutre. » Lâchant un grognement, il finit par tirer de nouveau sur les liens. Ils l'avaient bien attaché ces cons. Après réflexion, ils étaient plusieurs, ceux qui l'avaient amenés ici. Alors il se mit à réfléchir, réalisant une chose avant de le prononcer plus doucement. « C'est pas Maya. » Bien vu Jasper, c'est pas Maya.

789 MOTS - POST 1


Dernière édition par Jasper Kairis le Ven 6 Mai - 23:24, édité 1 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (genesis+jasper) dysfunctional   Jeu 5 Mai - 16:50


dysfunctional.
Genesis & Jasper




« Tiens, le voilà. » Mon frère aîné balance le corps inerte de Jasper dans l'entrepôt avec une facilité déconcertante, alors que mon plus jeune frère et mes sœurs observaient la scène avec un petit sourire aux lèvres. Enfin, Marie par vraiment....C'est sûrement la seule qui ne kiff pas être une Osborn, mais elle était encore jeune, ça pouvait changer. « Tu vas faire quoi de lui ? » Me demanda Eve en observant ses ongles d'un air incertaine. Joshua était un vampire, du coup, sans difficultés il le plaça sur la chaise prévue à cet effet et l'attacha assez fort. Je ne prends pas la peine de regarder mon aîné faire car déjà mon père entrait dans la pièce accompagné de ma mère. Putain, réunion de famille les mecs ! « Il va faire ce qu'il doit être fait. Pour ça, il va lui falloir de l'espace. Joshua, tu resteras avec Genesis au cas où...évite de le vider de son sang par contre. » Joshua sourit et croisa simplement les bras alors que notre famille nous laissait gérer le reste. J’éteins toutes les lumières et referme le box ou nous avions enfermés Jasper. Mon rôle dans tout ça ? Et bien, j'allais devoir faire ressortir le côté Obscur du jeune homme, le faire exploser, le laisser se faire submerger par ses émotions. Posant mon dos contre un mur j'attends patiemment que le crétin ne se réveille, jouant avec mes lames sournoisement. Joshua envoyait des messages à je ne sais qui. « C'est bon Joshua, va-y je vais me débrouiller... » Il lève les yeux vers moi et me sourit simplement avant de disparaître dans la nuit. Faut dire que mon aîné n'était pas le pire de notre famille. D'ailleurs, en y réfléchissant bien, le pire, c'était moi. « Excusez-moooooi ? Y'a quelqu'un ? Je peux dire que ce serait très aimable de me détacher, pas que ça me fasse mal ou quoi que ce soit, c'est très poétique comme façon de kidnapper quelqu'un hein. Mais c'était rigolo une seconde, là c'est agaçant quand même. » Oh...qui entendais-je là ? Un sourire mauvais s'affiche sur mon visage alors que je me redressais en silence, rangeant mes lames à leurs places habituelles. Prenant tout le temps qu'il faut. « Et Maya si c'est toi, laisse moi te promettre que tu peux aller te faire foutre. » Je pouffe légèrement. Si seulement il savait...

Mon regard se pose sur ses armes, sa stèle que nous lui avions enlevés avant son réveil. Bien sûr, nous ne sommes pas des débutants...Soit. Je fini par ouvrir la porte assez lentement et j'allume sans soucis la lumière, un sourire mauvais aux lèvres, un regard animé par cette folie que je portais en moi depuis ma plus tendre enfance. « Jasper ! Enfin éveillé. Bien dormi ? » Dis-je d'un voix enjouée en me dirigeant vers une petite table installée là depuis plusieurs mois. Sur le sol on pouvait admirer des tâches de sangs datant d'autrefois, plusieurs étaient également sur les parois de l'entrepôt. Oui, vous l'avez deviné, nous étions bien dans ma salle de torture personnelle. Cet endroit était parfait pour étouffer les hurlements. Isolé, j'avais également pris soin de demander à un sorcier de lancer un sort autour de cette salle, histoire que personne ne puisse entendre les hurlements de mes victimes. « Tu as bonne mine vieux...enfin, pour l'instant. » Je lui tourne simplement le dos, frôlant divers instruments du bout des doigts, cherchant par quoi j'allais commencer. Je n'appréciais pas Jasper...la cause ? Vous osez vraiment me le demander ? Syrielle bien sûr. Il était poche d'elle et je l'avais déjà remarqué, sauf qu'à présent les choses avaient évoluées entre elle et moi. Chose à noter, elle m'appartenait d'avantage et donc, Jasper allait payer pour oser avoir posé ses sales pattes sur ma Syrielle. Je décide de commencer simplement et j'enlève ma veste avec lenteur, retroussant ensuite mes manches. Attrapant une chaise de libre, je traîne celle-ci jusqu'en face de ma prochaine victime, me posant dessus. « Mes frères et sœurs n'y ont pas été trop forts quand même ? Hein ? Parce que je m'en voudrais du fait que tu ne sois pas à cent pour cent en forme... » Mais au moment ou il ouvre la bouche je sors un couteau à cran d'arrêt et lui enfonce dans le genou, faisant en sorte que celle-ci frôle l'os. Ça doit faire un mal de chien quand même. Enfin, là ce n'était absolument rien. « Si tu permet je vais le laisser placer à sa place...sinon tu risque de te vider de ton sang...ça serait dommage. »


816 mots
Post 2

© ACIDBRAIN
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (genesis+jasper) dysfunctional   Jeu 5 Mai - 18:32


DYSFUNCTIONAL
feat genesis

Et qu'entre le diable. Ce fut ce que Jasper se disait lorsque la lumière l'aveuglait et lorsqu'il entendait la voix de celui qui l'avait emmené là. Il n'avait pas besoin de réfléchir pour reconnaître les voix de cette famille-là, la famille qu'il aurait volontiers empoisonné avec ses mots et qu'il rêvait tout les soirs de détruire, de blesser, d'égorger, lentement, jusqu'au dernier. Il ferme les yeux plusieurs fois, le temps seulement de s'habituer à la lumière, et puis sa voix devient grave, presque brutale, et presque comme une insulte il ne prononce qu'un nom : « Osborn. ». Il n'a pas besoin de dessin pour savoir ce qu'il va faire. Soit il va le tuer, et ce serait pas une mort douce, soit il allait pousser le dernier Kairis existant à faire la même connerie que celui qu'il avait lui-même assassiné, froidement. Il préférait qu'il se charge de la deuxième et qu'il le détache pour qu'il se transforme, de cette façon il pourrait s'amuser lui-même à lacérer son visage avec une arme, aussi doucement et douloureusement que possible.

Lumière allumée, Jasper avait finit par regarder plus attentivement autour de lui, observant les tâches de sang autour de lui, sur le sol et sur les murs, posant son regard sur l'étalage d'armes qu'avait l'Osborn avant de réaliser. Tout ça ne ressemblait en rien à une salle de discussion ou d'exécution. En réalité, ça se voyait et c'était clairement une salle de torture. Il n'avait pas prononcé un seul mot en réalité, son stress ayant monté en flèche lorsqu'il avait vu tout ce sang, toutes ces armes, il commençait à se demander s'il avait bien fait de sortir de l'institut cette fois-ci. En voyant l'obscur se rapprocher de lui, Jasper eu le seul geste d'essayer de se libérer une nouvelle fois. Ce n'était pas un geste de peur, c'était un geste de rage tout simplement. Il avait continué de regarder autour de lui avant de poser son regard sur ses propres armes, qu'il venait d'apercevoir. Il savait que l'Osborn se rendrait probablement compte du fait qu'il les avait vu, notamment parce qu'il essayait encore de défaire les liens, mais il s'en foutait. Il avait envie de reprendre son épée séraphique dans la main pour en enfoncer la lame dans sa rate, rien que ça.

Quand il se mit juste en face de lui, Jasper finit par s'arrêter de bouger et par poser son regard sur le jeune homme. Il n'avait pas envie d'entendre sa voix, il n'avait pas envie de le voir, il avait juste envie qu'on lui foute la paix. Et s'il ne le faisait pas, alors il le tuerait. Gentiment, avec un peu de douce torture avant et un peu de corps brûlé après. Il comptait cependant lui répondre pour lui dire d'aller se faire foutre. Mais il refermait la bouche aussitôt après l'avoir ouverte, ressentant une douleur extrême au niveau du genoux. Il n'avait pas retenu pourtant la douleur qu'il ressentait, mais il l'avait exprimée en mordant ses lèvres. Il supposait qu'il n'était pas idiot, l'autre, et qu'il s'était assuré qu'on ne l'entendrait pas. Il avait gardé son regard posé sur le jeune homme, regard meurtrier. Tout ce qu'il avait envie de lui faire se voyait dans son regard, tout ce qu'il pensait, tout ce qu'il voulait. C'était clair et plutôt évident de savoir pourquoi.

Les mots du jeune homme n'avaient pas atteint Jasper qui ne l'écoutait plus. Il écoutait ses propres pensées qui lui disaient ce qu'il devrait faire lorsque ses mains seraient détachées, qui lui disaient comment faire pour se détacher même. Desserrant ses poings qu'il avait pressé lorsqu'il avait ressentit cette brutale douleur, Kai finit par afficher un léger sourire satisfait, hochant la tête. « Pas mal. Et tu crois qu'avec ça tu me fais peur ? C'est faible, Osborn. Pourquoi tu me détacherais pas, qu'on voit par nous même lequel est le plus apte à vivre ? » Il était arrogant, comme toujours, avec l'éternel sourire qu'il gardait sur son visage, pour toujours et à jamais. Il n'avait pas peur de lui, il n'avait même pas peur de mourir, alors qu'est-ce qu'il croyait exactement. « T'en fais pas pour moi, mon corps est un peu fait d'acier. Les coups de tes frères et sœurs ? J'ai rien sentis. Et on dit que les obscurs sont plus puissant que les néphilims ? Quand on s'y met à sept, c'est facile, forcément. » Là par contre, il essayait volontairement de le provoquer. Et il espérait bien y arrivait. Si Genesis croyait réellement avoir un esprit dérangé, c'était bien heureux pour lui qu'il n'ai pas rencontre l'esprit de Jasper Kairis.

Bougeant ses mains avant de poser son regard sur le couteau, il se mit directement à penser au fait qu'il doive trouver comment le retirer sans se vider de son sang, et sans avoir l'aide de qui que ce soit. Il finit par tirer de nouveau sur les liens avant de penser à ceux-ci, les regardant par la suite. « C'est bien attaché dis moi. J'imagine que c'est pas toi qui l'a fait, hm ? Est-ce que celui qui m'a attaché a pensé au fait que je m'en foute complètement de me briser les os pour me détacher ou est-ce que ça vous est sorti de la tête, ça aussi ? » Tirant plutôt brutalement sur les liens de sa main gauche, il finissait par se lécher les lèvres calmement. Il était réellement capable de faire ce qu'il venait de dire, il allait même le prouver. Appuyant sa main contre le bras de la chaise, il finit par tirer beaucoup plus brutalement, ce qui laissait entendre un craquement assez brutal et qui lui fit lâcher un gémissement de douleur assez puissant. Abruti. Mais avec ça, il avait réussi au moins à desserrer un minimum le lien, ce qui n'allait certainement pas durer longtemps et il en avait conscience. Relevant le regard vers l'Osborn, Kai finit par pencher la tête. Il a cette foutue envie de le tuer qui le brûle de plus en plus. « Tu comptes faire quoi alors ? Me faire venir dans ton camps comme mon père ? Je suis pas comme mon père, ta famille et toi vous perdez votre temps. » Erreur pourtant, Jazz était comme Matthew. En réalité, il était même pire. C'était un Kairis, avec le dérangement mental de Matthew quintuplé.

1155 MOTS - POST 3 - 24H
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (genesis+jasper) dysfunctional   Jeu 5 Mai - 21:23


dysfunctional.
Genesis & Jasper




Pourquoi faisais-je ça ? Et bien, par plus plaisir certainement. Parce que je suis un homme qui aime faire du mal, faire couler ce sang si précieux. Je savais à qui j'avais affaire et je n'avais pas peur, lui non plus j'en étais conscient. Sur certains points nous nous ressemblions assez. Il n'avait pas peur de grands choses, la mort n'était qu'une grande rigole à ses yeux comme aux miens et bien sur, cette folie qu'il dégageait secrètement et bien moi je la laissais exploser depuis des années. Ma famille avait poussé son père à rejoindre les Obscurs, le faisant ainsi boire dans la coupe. Je me souviens de ce jour comme si c'était hier, j'étais présent un regard sournois sur le visage. Puis, Jasper l'avait tué et j'avais souris encore plus face à cette nouvelle. J'étais né Obscur, n'ayant pas eu besoin de la coupe pour faire de moi ce que je suis. Je n'avais rien contre les autres, soyons clairs. Mattias était né humain et avait bu à la coupe pour devenir un Obscur, pourtant, il était mon parabatai, mon tout, ma moitié, mon complément. Non, c'est juste que perdre une personne ne me fait ni chaud ni froid, sauf quand il s'agit d'elle. « Osborn. ». Je souris doucement quand il prononce mon nom de famille. Il me haïssais, il haïssait les miens et sûrement pour de très bonnes raisons. Nous étions ceux qui tuions le plus de néphilims sans scrupules, ceux qui étaient envoyés en première ligne pour mener cette guerre sanglante. Nous étions ceux qui même à terre arrivaient encore à faire des victimes. Le sang vampirique coulant dans nos veines attisait cette soif de sang, de brutalité, de folie présente dans nos gênes. Nous étions simplement les plus cruels et les plus fous. Point. Même les autres familles tentaient de nous éviter. Pourtant, malgré ça, j'avais été fiancé à Mina Halloway alors que j'en aimais une autre. Parce que oui, je pouvais aimer. L'amour est un sentiment contradictoire. Mes parents m'aimaient et aimaient mes sœurs et mes frères. Oui, notre amour était comparable à une explosion nucléaire, les retombant radioactifs étaient les conséquences de nos cœurs battant à l'unisson. Sauf qu'avec elle c'était différent, surtout depuis que nos corps c'étaient trouvés avec passion, ardeur, folie. Je m'en souviens encore comme si c'était hier. Ses lèvres, sa peau, son regard, ses gémissements...J'en frissonne.

Je savais pourtant que cette relation allait-être destructrice, violente, malsaine, surtout avec quelqu'un comme moi. La preuve, Jasper se trouvait devant moi, les lèvres serrées sous la douleur alors que je venais de lui enfoncer un couteau dans le genoux. Il ne crie pas et je n'en attends pas moins de lui. Il va vouloir me provoquer, me chercher, me faire exploser. Pas de chance pour lui je suis de bonne humeur, et donc, j'ai tendance à être plus calme, plus serein. Ma victime affiche un léger sourire et je fais de même, ne bougeant pas d'un battement de cils. Je sais qu'il tente de défaire ses liens, mais qu'importe, j'en aurais fini avec lui avant qu'il ne parvienne à défaire ceux-ci. « Pas mal. Et tu crois qu'avec ça tu me fais peur ? C'est faible, Osborn. Pourquoi tu me détacherais pas, qu'on voit par nous même lequel est le plus apte à vivre ? » Je souris de plus belle. Pensait-il gagner la partie avec son arrogance ? Ses provocations ? Mon dieu, non pardon, mon diable qu'il est stupide cet homme en face de moi. Je ne vois aucune peur dans son regard, il ne verra aucune peur dans le mien. Nous sommes ainsi fait. Bâtis dans la roche des sentiments de la folie, sans peurs, sans craintes. Je laissais mes airs de psychopathe diriger et me faire avancer. « Te faire peur ? Jasper, voilà bien longtemps que je sais que tu ne crains ni moi, ni personne. Pour ça nous nous ressemblons assez tu sais...Pour ce qui est de te détacher, malheureusement j'ai des ordres. Ça vient de plus haut que moi tu vois. Papa, maman, les patrons blablabla... » Je hausse simplement les épaules en croisant les bras. Oui je prenais mon temps, qui plus est, je parlais à Jasper comme si notre conversation était des plus banale. Car oui, pour moi c'était la routine, simplement. Ici personne ne pouvait le trouver, cet endroit n'était connu que de ma famille ainsi que du sorcier (que j'avais préalablement empêché de parlé) et de mon parabatai. « T'en fais pas pour moi, mon corps est un peu fait d'acier. Les coups de tes frères et sœurs ? J'ai rien sentis. Et on dit que les obscurs sont plus puissant que les néphilims ? Quand on s'y met à sept, c'est facile, forcément. »

Je ris de bon cœur. Ses provocations ne m'atteignent pas, je suis bien trop cinglé pour ça. « Il faut bien que jeunesse se fasse hein..les plus jeunes avaient besoin de s'entraîner, du coup, ils avaient rien de mieux à faire. Mais soit, tu es tombé évanoui à cause d'une chute de tension hein. Promis, j'écrirais ça sur ton avis de décès. » Je vois son regard glisser sur le couteau alors qu'il tire de nouveau sur ses liens. Je ne m'en fais pas, mon frère avait bien serrés ceux-ci et même si il venait à se détacher et bien...un combat au corps à corps ne me fera absolument pas de mal. « C'est bien attaché dis moi. J'imagine que c'est pas toi qui l'a fait, hm ? Est-ce que celui qui m'a attaché a pensé au fait que je m'en foute complètement de me briser les os pour me détacher ou est-ce que ça vous est sorti de la tête, ça aussi ? » Je grimace légèrement en écoutant l'os se briser. « Anh mec...tu m'enlève tout le plaisir là c'est pas cool... » Pardon ? J'aurais du être impressionné ? Euh...non, pas vraiment. J'en avais déjà vu se couper les mains pour échapper à des liens, ou encore, se couper je ne sais trop quoi. Bon d'accord, généralement c'était moi qui coupais les membres de mes victimes, passant d'un doigt à une langue, à un bout de chair ou encore à une jambe ou un bras en entier. Mais très lentement hein, genre avec une toute petite lame...je l'avais déjà fait avec un couteau à beurre mais je ne le referais plus. La cause ? Ça prend une éternité ! Au début c'est cool, mais après ma cible fini par s’évanouir et c'est moins jouissif. « Tu comptes faire quoi alors ? Me faire venir dans ton camps comme mon père ? Je suis pas comme mon père, ta famille et toi vous perdez votre temps. » Je penche doucement la tête sur le côté, passant ma langue sur mes lèvres. Doucement, je me lève en prenant soin de prendre appuis sur le couteau, l'enfonçant d'avantage dans la peau du Néphilim. « Je sais, je sais...mais que veux-tu, mon père pense que tu vaux quelque chose. Moi j'étais pour te tuer, mais bon malheureusement ce n'est pas moi qui commande. »

Je passe une main dans ma nuque et me positionne derrière Jasper, l’attrapant par les cheveux, penchant sa tête en arrière avec une puissance étonnante. D'une seule main je resserre ses liens, prenant une fois de plus soin de cette fois, appuyer sur son os brisé. Ben quoi, il n'avait cas pas faire le con à ce moment-là. Soit. Je retourne vers mon attirail de torture et attrape une pince, jouant doucement avec, revenant vers le jeune homme. « Il pense qu'en te torturant tu vas lâcher prise, laisser ta noirceur prendre le dessus...je suis curieux de voir ça. Ce qui m'ennuie c'est de ne pas pouvoir te tuer par la suite...c'est franchement frustrant. » J'attrape ses liens et bloque ses mains tout en plongeant mon regard dans le sien. La tête légèrement penchée sur le coté, un sourire niai sur le visage, seul mon regard exprimait l'ampleur du dérangement mental que je possédais en moi. J'adorais ce que je m'apprêtais à faire. Et si Jasper n'avait pas peur cela m'importait peut, son corps n'est pas surpuissant, la douleur il la ressent, il n'est pas unique, il n'est pas invincible et il y avait plus puissant que lui. Si il était masochiste alors, oui, il allait clairement apprécier ce qui allait suivre. J'approche l'engin de torture de son doigt et attrape un petit bout de son ongle, ne le quittant pas des yeux. Allait-il crier ? Sûrement ou peut-être pas. Mais nous avions tous nos limites, j'allais atteindre les siennes et
une fois totalement anéanti, je le relâcherais dans la nature avec sa haine et son obscurité comme seuls amis. « ça va piquer un peux d'accord. Plus tu vas bouger et plus ça va faire bobo. » Et je commence à tirer, soulevant son ongle de sa peau, laissant celui-ci se décoller au fur et à mesure alors que rapidement du sang émerge de cette entaille que je me fais un plaisir de lui infliger.


1609 mots
Post 3
-24h

© ACIDBRAIN
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (genesis+jasper) dysfunctional   Jeu 5 Mai - 22:11


DYSFUNCTIONAL
feat genesis

C'était presque évident, mais Jasper n'avait pas peur. Il n'était pas effrayé, son cœur battait juste beaucoup trop rapidement à cause de son niveau de stress qui était monté de six crans lorsqu'il s'était réveillé ici, attaché et sans savoir où il était. Maintenant il le savait, il était dans la salle de jeu des Osborn, quel euphémisme. Un sourire apparaissait de nouveau sur les lèvres de Kai lorsqu'il entendait Genesis parler de son avis de décès. Il venait de se griller tout seul, il n'allait pas le tuer. Sinon, il l'aurait fait passé bien plus clairement que ça. « Je dirais plutôt que ça vient du coup qu'ils m'ont foutu derrière la tête avec le manche d'une arme qui m'a bien l'air d'être en béton. Si j'ai une commotion, vous me ferez le sublime plaisir de payer l'hôpital. N'est-ce pas ? » Il parlait d'une façon qui laissait croire que cette conversation était normale. Dans la tête de Jazz, elle l'était en réalité. Il n'avait pas assez de stress pour parler autrement, dans tout les cas.

Lorsqu'il s'appuyait sur le couteau, Kai ne put pas empêcher un gémissement de douleur qu'il n'avait pas senti arriver. Quel enfoiré, l'autre en face. Il se disait probablement qu'il abandonnerait bien vite ? Mais Jasper avait apprit à ne jamais abandonner, même s'il devait crever pour ça. Ses mots résonnent et Jazz lève les yeux au ciel. Putain mais il a pas comprit quoi dans ses mots exactement ? Un rire finit par sortir de la bouche du jeune homme. Magnifique la rencontre de deux sociopathes, ce serait parfait dans un film d'action. « Et t'es bouché en plus. J'adore, merci. Lâcher prise ? Désolé, ça fait pas vraiment parti de mon vocabulaire. Et niveau noirceur, pour la seconde fois, je suis pas comme mon père. La plus grosse partie de noirceur que j'ai, c'est celle que j'avais le jour où j'ai tué le monstre dans le corps de mon père. Ce qui a malheureusement tué, aussi, mon père. Repose en paix Matthew Kairis, tu ne me manques pas. » Son esprit à cet instant ? Il était un peu.. Dysfonctionnel.

Il regarde l'Osborn faire, il regarde la pince et sait presque immédiatement ce qu'il compte faire, ce qui le fait rire parce qu'il ne l'en croyait pas capable, et pas du tout même. « Tu déconnes avec ta pince j'espère ? Mon dieu la faiblesse, et ça c'est un Osborn ? » Ce fut la suite de ses mots qui firent disparaître son sourire, et alors qu'il posait son regard sur ce qu'il faisait, la douleur fut telle qu'il finit par ouvrir la bouche immédiatement avant de la refermer. Ce fut tout comme il refermait les yeux, il sentait bien cette douleur brûlante qui remontait dans ses doigts, dans sa main, dans son bras et puis dans le reste de son corps, sa respiration qui avait du mal à se faire correcte prouvait d'ailleurs toute sa douleur. Mais il avait apprit à subir et à se taire, alors il le faisait à cet instant même.

Bougeant le haut de son corps en faisant attention à garder ses mains immobiles, Kai finit par secouer la tête. Il gardait les yeux fermés, se chargeant de penser à autre chose même s'il sentait son propre sang couler, à la fois le long de ses doigts et également le long de sa jambe. Cette pensée lui ravive la douleur qu'il ressent, ce qui lui fait lâcher un court grognement alors que sa mâchoire se serre. C'est douloureux, extrêmement douloureux. Et c'était bien rare qu'il s'avoue ce genre de choses. Ouvrant les yeux pour le regarder d'une manière meurtrière, Jasper finit par ouvrir la bouche pour parler. Même si ses mots débutèrent avant tout par un grognement, sourd grognement. « T'es un véritable psychopathe, j'adore ça. Enchanté, quant à moi, il paraît que je suis un sociopathe. Et quand tu vas me libérer, je vais pas te tuer. Je vais juste te faire mal. Vraiment, vraiment, vraiment très mal. » Aucune noirceur disait-il ? Et pourtant sa haine et sa rage commençaient déjà à faire ressortir le pire côté de sa personnalité. Le côté qui n'avait aucune limite, qui torturait les autres pour le plaisir et qui tuait par envie. Il faisait déjà ressortir la personne que Matthew Kairis avait mise en son fils, il faisait ressortir la personne que lui, Jasper Kairis, était réellement, sans se l'avouer. Il faisait ressortir le monstre qu'il cachait derrière un masque, celui que personne ne voulait réellement voir.

814 MOTS - POST 5 - 24H
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (genesis+jasper) dysfunctional   Ven 6 Mai - 18:43


dysfunctional.
Genesis & Jasper




Lui cacher que je n'allais pas le tuer ? A quoi bon. Je ne suis pas un homme qui aime bien parler pour dire n'importe quoi, surtout quand il s'agit de torture ou encore de mort. Non, si je souhaitais le tuer et bien, je lui aurais dit sans aucuns remords. Sauf que là ce n'était absolument pas mon intention. Je devais le torturer, peut-être lui faire frôler la mort mais pas lui faire atteindre celle-ci. Je voulais l'entendre me supplier de stopper mes conneries...ça allait être difficile, certes, mais j'espérais pouvoir y arriver rien que pour mon bon plaisir. Bon, si il ferme sa grande gueule tant pis, j'allais faire avec. Après tout, si je suis moi-même torturé j'aurais tendance à ne pas dire un mot, voir à en réclamer d'avantage. « Je dirais plutôt que ça vient du coup qu'ils m'ont foutu derrière la tête avec le manche d'une arme qui m'a bien l'air d'être en béton. Si j'ai une commotion, vous me ferez le sublime plaisir de payer l'hôpital. N'est-ce pas ? »  Je souris légèrement. Cette conversation semblait des plus logiques, des plus banales entre nous. Il était aussi cinglé que moi, peut-être d'une façon différente, certes, mais le fait était là. Cette noirceur je pouvais la sentir onduler en lui, comme j'avais senti cette petite flamme obscur en Syrielle quand je n'avais formé plus qu'un avec elle. Quel délice. « Bien sûr, je m'en voudrais de laisser des dettes derrières toi. Puis, j'irais même jusqu'à payer l'enterrement, la cérémonie...tu veux quelle genre de fleurs ? Ou peut-être souhaites-tu être incinéré... » Je me redresse en prenant soin d'appuyer sur le couteau et son gémissement de douleur déclenche en moi une douce sensation. Je trouvais ça excitant. Franchement, si Syrielle aurait été là avec moi et bien, j'aurais été capable de lui arracher ses vêtements sans plus de cérémonie. Ouai, je suis complètement glauque comme mec et je ne l'ai jamais caché. Si la néphilim pensait pouvoir me changer elle était bien loin du compte. Je suis ainsi, je le resterais à jamais. Mon père m'avait fait à son image, ma mère également. Il était le sanguinaire, elle était la reine sans cœur. Et moi ? Et bien, j'étais le psychopathe, l'homme des pires tortures.

Je ferais un excellent vampire. Quoi que, complètement instable voir imprévisible si vous voulez mon avis. J'entends son rire résonner dans l'espace clos qui nous abritais. « Et t'es bouché en plus. J'adore, merci. Lâcher prise ? Désolé, ça fait pas vraiment parti de mon vocabulaire. Et niveau noirceur, pour la seconde fois, je suis pas comme mon père. La plus grosse partie de noirceur que j'ai, c'est celle que j'avais le jour où j'ai tué le monstre dans le corps de mon père. Ce qui a malheureusement tué, aussi, mon père. Repose en paix Matthew Kairis, tu ne me manques pas. » J’attrape la pince entre mes doigts. Il se voilait la face le petit Jasper. Il a beau avoir du sang angélique dans les veines, il n'en reste pas moins un sociopathe aussi cinglé que ma petite personne. Il n'avait pas sa place avec les angéliques, sa place était avec nous. Enfin, selon mon père. Personnellement je trouvais que sa place était avec les asticots... « J'aime quand un homme se voile la face...tu es aussi sombre que ton père, sauf que toi, tu te la joue intouchable en mode rambo. C'est con parce que ta vie serait bien plus facile si tu te laissais aller. Ne me dis pas que tu ne prends pas ton pieds en tuant Jasper... » Je m'approche avec la pince et prends de nouveau place sur la chaise. Ces gestes sont naturels chez moi, vraiment. Comme un robot qui effectue les mêmes choses encore et encore sans plus éprouver quoi que ce soit. Faut dire que la première personne que j'avais torturé c'était un gamin de douze ans qui avait osé me voler mon Twix...Je me souviens encore de ses cris de douleurs, de ses pleures avant d'enfin succomber à ses blessures. Ça avait prit huit heures...huit heure ou pour la première fois de ma vie j'avais bandé comme un taureau. « Tu déconnes avec ta pince j'espère ? Mon dieu la faiblesse, et ça c'est un Osborn ? » Je souris vilainement et commence mon petit hobbies en décollant très doucement son ongle de son doigt, laissant le sang s'échapper de son corps. Directement cette vue me donna des palpitations de plaisir, alors que cette douce flamme en moi s'illumina, accentuée par le sang vampirique qui coulait dans mon corps.

Je le sens se débattre évitant de bouger ses mains, gigotant comme un asticot sur sa chaise. Pourtant, moi, je ne voyais que cette partie de son corps qui s'arrachait de force de son doigt. Quel délice. Je fini par l'arracher avec un bruit de succion que beaucoup auraient trouvés peut appréciable. « T'es un véritable psychopathe, j'adore ça. Enchanté, quant à moi, il paraît que je suis un sociopathe. Et quand tu vas me libérer, je vais pas te tuer. Je vais juste te faire mal. Vraiment, vraiment, vraiment très mal. » Je ris de bon cœur en laissant l'ongle tomber sur le sol face à ses douces menaces. J'aime ça...Je plonge mon regard dans le sien et fait tapoter sa joue du plat de ma main. « Brave Sociopathe, aussi doux qu'un agneau... » Et une fois ce geste effectué, j'attrape son doigt de sa main encore validé et le plie en deux dans un craquement sonore, brutale. Je ne lui laisse pas le temps de respirer que je recommence avec un second, puis un troisième...Laissant les deux autres intactes pour l'instant. « BON, passons aux choses sérieuses, j'en ai marre de faire joujou...c'est lassant tu ne trouves pas ? » Je pousse ma chaise et m'étend de tout mon long pour faire craquer mes épaules et ma nuque. « Tu sais, les Terrestres ont des méthodes assez amusantes de tortures. Tu as déjà senti l'odeur de chair brûlée ? C'est presque la même odeur que quand on crame du cochon...Puis, c'est cool parce que sa laisse des marques tu vois... »


1100 mots
Post 6
-24h

© ACIDBRAIN


Dernière édition par Genesis Osborn le Ven 6 Mai - 21:43, édité 1 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (genesis+jasper) dysfunctional   Ven 6 Mai - 21:29


DYSFUNCTIONAL
feat genesis

En face de lui se trouvait la deuxième partie du diable. Il avait longtemps considéré la partie sombre de sa propre personne comme la première partie, et c'était presque un soulagement de voir qu'il n'était pas le seul à être aussi cinglé. C'était également un soulagement de voir qu'il n'était pas le seul à aimer cette sensation, la sensation d'être en vie, d'être bien, ce plaisir qu'il pouvait ressentir quand il faisait souffrir d'autres personnes, lorsqu'il les saignait, lorsqu'il les transperçait de sa propre arme ou lorsqu'il les blessait avec ses mots. Ce bien être presque malsain qui faisait de lui ce qu'il ne voulait pas être, qui faisait de lui l'homme que son père voulait qu'il soit : un véritable sociopathe, dangereux et instable. Il était aussi sombre que son père, il lui disait, il se voilait la face. Oh non, l'Osborn était loin de la vérité. Il était cinq fois pire que son père. Matthew, lui, aurait été capable de tuer un homme pour son plaisir personnel. Mais Kai, Kai lui était capable de tuer la famille d'un homme sous ses yeux pour son plaisir personnel, il était capable de le torturer, de le soigner et de le faire se sentir bien pendant quelques instants pour recommencer une seconde fois. Et recommencer encore, encore, et encore. Pour finir par le battre à mort avec une batte de baseball, ou tout type de chose inutile et non tranchant que les terrestres considéraient comme non-dangereux. Un sourire apparaissait de nouveau sur les lèvres de Kai. Voulait-il vraiment lui montrer à quel point il était sombre, à quel point il avait raison ? Il n'en savait rien. Son esprit était déjà en train de s'embrumer et son obscurité faisait clairement taire sa conscience. Il allait probablement réussir son coup, l'Osborn, et y arriver bien. « Tout dépend de la personne, Osborn. Si c'est quelqu'un de ta famille que je tue, je prendrais un pied monstre, identique au septième ciel. Mais si c'est seulement un ennemi, alors soit. Je préfère tuer qu'être tué. » Il venait bel et bien de lui rappeler le dicton de sa famille. Peut-être que l'Osborn avait oublié qui étaient les Kairis, et Jasper allait lui rappeler.

Encore maintenant, évidemment que Jasper ressentait la douleur brûlante que lui faisait subir Genesis. Mais pourtant, il avait ce sourire sur le visage. Il savait ne pas montrer ce qu'il ressentait, sauf lorsqu'il commençait à peine à le sentir. C'était pour ça qu'il avait montré sa douleur au coup de couteau, lorsqu'il avait commencé avec sa pince également. Mais il avait réussi à cacher ça derrière un nouveau masque, qui allait probablement imploser dans très peu de temps tout de même. Lorsqu'il sentit la main de l'Osborn frapper contre sa joue, Kai n'eut qu'une idée en tête : il allait le faire saigner, il allait le détruire. Il fit alors la seule chose qui lui vint en tête : attraper sa main avec ses dents, les enfonçant au plus profond de sa peau qu'il le pouvait. Une seule envie : il voulait sentir son sang contre sa langue, que ce liquide écarlate coule le long de ses lèvres et qu'il ne puisse pas retirer sa main autrement qu'en s'arrachant une grande partie de la chair qui recouvrait ses os. Cependant un gémissement de douleur le fit lâcher. Il s'amusait à lui briser les os, à lui casser les doigts, et dieu ce que ça pouvait lui faire mal. Trois fois, trois douleurs intenses qu'il relâchait en grognement plus qu'autre chose. Il faisait ressortir le mauvais côté de Kai : il faisait ressortir l'animal, la personne brutale, le sociopathe qu'il cachait depuis tant de temps sans le laisser s'exprimer, ou en ne le faisant que quelques secondes, le temps d'achever quelqu'un. Mais il ne le montrait pas, son regard avait seulement changé en un regard très singulier. Il était en train de le faire devenir complètement dingue, complètement cinglé. Il avait cette envie de malade mental de lui couper chaque parcelle de sa peau avec un outil rouillé. Et là, c'était mauvais. C'était même très mauvais. Il avait entendu chacun de ses mots. Sa conscience s'était endormie depuis quelques secondes et ce ne fut probablement que le sociopathe en lui qui comprenait ses mots. Plus une seule once de sentiment pouvait transpercer son regard : il n'en ressentait à ce moment-là tout simplement aucun.

Le feu, il parlait de feu. De brûler, de cramer. Dans le fond, Jazz avait toujours voulu faire ça. Brûler quelqu'un vif, l'entendre hurler et l'entendre demander de l'aide, demander de l'eau pour éteindre ce qui le blessait. Mais là, l'entendre lui, Genesis Osborn, parler de ça ? Non, ça ne faisait que le faire rire. Et il n'avait pas pu s'empêcher de réellement le faire, penchant la tête sur le côté avec cet air instable qui avait prit place sur son visage. Il y arrivait finalement, l'Osborn. Il arrivait à faire ressortir son obscurité. « Oh non je sais pas encore. Mais donne moi une allumette, je me ferais un plaisir de la gazer pour te brûler vif. » Son calme était impressionnant. Il était de nature patiente, mais dès que ce côté de sa personnalité ressortait cette qualité disparaissait. Et Genesis allait finir par le voir. Tirant sur ses liens, ignorant la douleur qu'il ressentait lorsque son poignet cassé frappait celui-ci, Jasper finit par sourire en s'arrêtant. Sourire qui disparu aussitôt au moment où il regardait l'Osborn. Il l'avait seulement poussé à la moitié du chemin, il n'était pas encore venu à bout de son contrôle. Et s'il s'arrêtait maintenant, Kai pouvait aisément reprendre le contrôle de lui-même. « Détache-moi. » Il avait prononcé ces mots avec un ton calme avant de tirer plus brutalement sur les liens, lui répétant ces mêmes mots en lui hurlant dessus. Non, là il n'était plus réellement calme. Il avait plusieurs idées de comment le tuer qui se bousculaient dans sa tête. Il avait cette envie de lui sauter à la gorge et de lui y enfoncer son propre couteau, de trancher sa rate et de voir son sang couler au sol. Il avait cette envie mortelle de le blesser, et peu importe comment mais il le ferait. « Montre moi comment tu te débrouilles quand on est au même niveau, lâche. Ou alors tu préfères toujours attacher les autres, te montrer comme une sous-merde, comme le reste de ta famille ? » Il avait affiché un grand sourire suite à ses mots. Il ne savait pas s'il le regretterait ou non, et il s'en foutait. « Détache-moi, que je puisse m'amuser moi aussi à lacérer chaque parcelle de ta peau avec mes ongles, que je puisse moi aussi te poignarder. Mais pas une fois, non, c'est trop peu. Deux fois, trois fois, à des endroits qui ne te tueront pas, juste pour te blesser suffisamment avant de te voir crever de tes blessures. Franchement, ça me ferait un bien fou et ça me ferait tellement plaisir de te faire ça. » La haine que Jazz ressentait à cet instant ne l'aidait pas forcément à se contrôler, il devenait de plus en plus instable, de moins en moins proche de la personne qu'il était habituellement, de plus en plus proche de la personne que son père avait voulu qu'il soit. De plus en plus proche de la personne qu'il était, malgré le fait qu'il ne le veuille pas.

1315 MOTS - POST 7 - 24H
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (genesis+jasper) dysfunctional   Ven 6 Mai - 23:26

RP TRES VIOLENT:
 
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (genesis+jasper) dysfunctional   Sam 7 Mai - 1:00


DYSFUNCTIONAL
feat genesis

Dingue, fou à lier, c'était comment Genesis commençait à le faire tourner. Il avait envie de l'égorger, il avait en même temps cette envie de ne pas le faire. Peut-être qu'il était le seul qui pourrait comprendre sa folie, qui pourrait comprendre ce qu'il était, comment il vivait avec cette noirceur qu'il avait dans le cœur, dans l'âme, comment il était cette noirceur ? Alors comment est-ce qu'il pouvait envisager tuer la seule personne qui réussirait à le comprendre, et qui réussirait sans le prendre pour un taré ? Il n'en savait rien, mais il en avait envie. Tuer ce type, qui faisait parti d'une famille qui avait ruiné la sienne. Tuer ce type, le seul qui lui ressemblait sans qu'il n'ai besoin de changer pour ça. Il regarde sa lame sortir du feu, il sait ce qu'il va faire. Il le sait, il l'aurait fait aussi. Avec cette noirceur qui commençait à l'aveugler, cette obscurité qui prenait possession entière de son corps, qui allait le faire imploser, qu'il voulait pourtant contenir mais que son cœur ne pouvait plus contrer. Il avait beau dire le contraire, il l'avait, cette part d'obscurité qu'il refusait depuis toujours. Obscurité que sa tante, Lya, avait eu et que son père avait arrêté en l'assassinant pour qu'elle ne fasse pas de mal. Obscurité que son père avait eu, dès sa naissance, à son mariage et jusqu'à sa mort. Obscurité qui restait certainement la seule chose de génétique dans cette famille, sociopathes à chaque naissance, et certains l'acceptaient comme certains le refusaient. Jasper, lui, le gardait juste de côté.

La brûlure de la lame contre sa peau lui arrache un hurlement de douleur cette fois. Mais il ne lâchait pas le regard de Genesis. Il voulait qu'il voit la haine dans ses yeux, il voulait qu'il le ressente aussi. Son regard s'était bien plus obscurci, et sa conscience au fond de lui espérait qu'il y avait encore un moyen de retourner en arrière, de contrôler ça, de regagner une humanité certaine. Il était un monstre, Genesis avait raison. Ce parasite, cette abomination qui avait détruit sa propre famille pour son bien être personnel. Qui avait prit un pur plaisir à tuer son père, à lui enfoncer cette lame dans le corps encore, et encore. Et encore. Il retire la lame, un grognement de douleur accompagne ce geste. Il y est parvenu, cette fois. La douleur déclenchait cette noirceur en lui, il la laissait se répandre doucement dans son corps jusqu'à l'explosion. Et il allait bientôt exploser. Il se contenait encore quelques secondes, juste histoire de le faire patienter. Et la douleur qu'il ressentit les quelques secondes après le firent imploser. Un grognement de douleur bien plus puissant sorti de sa bouche, et finalement il s'était remit à rire, penchant sa tête contre la chaise en s'appuyant correctement. Il avait réussi à faire ce qu'il désirait. Et pour ça, Genesis pouvait se sentir fier.

Il avait relevé le regard vers l'Osborn, sa tête penchée sur le côté alors qu'un sourire ornait ses lèvres. « Je vois pas quel mal il y a quand on est soi-même. Détache-moi. » Il ne comptait pas s'arrêter de lui dire ces deux mots-là : Détache-moi. Jamais il n'arrêterait de le dire, pas tant qu'il était attaché à cette chaise. « Je vais compter jusqu'à trois. Si d'ici-là je suis toujours attaché, je me chargerais de défaire ces liens moi-même. Et ça va pas sentir très bon pour toi. » Première menace, et il avait gardé un sourire sur ses lèvres comme s'il préparait quelque chose. Finalement il avait penché la tête de l'autre côté, disant un seul mot. « Un. » Il comptait réellement jusqu'à trois alors ? Il ne rigolait peut-être même plus avec ça. Son regard avait perdu la lueur de contrôle qu'il avait depuis toujours, ses yeux étaient un véritable trou noir où l'on ne trouvait plus que ses mauvaises intentions. « Deux. » Il n'avait plus rien qui semblait garder son humanité intacte, comme s'il l'avait redémarré en mode sans échec cette fois-ci. Il avait gagné. « Trois. » Il avait perdu son sourire en prononçant ces mots, tirant brutalement sur son poignet qui n'était pas cassé. Une fois. Deux fois. Trois, puis quatre fois avant que les liens ne cèdent. Il aurait pu le faire bien avant, il s'en rendait compte maintenant.

Ses doigts lui faisaient mal dès qu'il bougeait sa main, mais maintenant qu'il avait de quoi bouger correctement, il se penchait vers son autre poignet pour attraper le lien avec ses dents, lien qu'il voulait briser également pour pouvoir totalement se libérer. Il n'y arrivait pas, la seul chose qu'il arrivait à attraper étant sa propre peau qu'il avait involontairement finit par faire saigner. Mais Jasper n'en avait rien à faire, il avait évidemment mal mais il ne le montrait que par un grognement à cause de la douleur. Il avait finit par se détacher ce poignet-là également, et il avait relevé le visage, son poignet et sa bouche en sang alors qu'il passait sa langue sur ses lèvres portant ce liquide rouge écarlate. « J'aurais qu'un conseil à te donner. Cours. » Parce qu'il pensait pouvoir faire quoi ? Plaçant ses deux doigts valides autour du couteau qu'il lui avait premièrement enfoncé dans le genou, il pensait réellement pouvoir marcher avec ça après ? C'était impossible, improbable. Il n'y arriverait pas, et même tirer sur le couteau fut un véritable supplice. Sa douleur s'entendait très clairement, et se voyait également par son corps qui envoyait toute sorte de signaux. S'il retirait ce couteau maintenant, il allait probablement réellement se vider de son sang.

Mais ce n'était pas sa préoccupation, alors il n'eut comme geste que de tirer un grand coup, en faisant sortir la lame avec une grande douleur. L'Osborn devait très certainement prendre son pied, pendant que Jasper se mettait à regretter de l'avoir retiré en sentant le sang couler à flot le long de sa jambe. Son corps lâchait prise, et ses deux doigts valides lâchaient le couteau. Il finit par se relâcher au fond de la chaise, la perte de sang qu'il venait de subir en une seule seconde l'ayant plus affaiblit que ce qu'il avait pensé. Il tentait pourtant de se redresser avec ses coudes, mais la force lui manquait clairement, et la seule chose qu'il réussissait à faire, c'était de retomber. Kai était en train de se vider de son sang, là, blessé par un Osborn qui plus est, son obscurité ayant prit totalement part de son être, et Genesis avait gagné. Quoi de mieux comme nouvelle ?

1174 MOTS - POST 9 - 24H
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (genesis+jasper) dysfunctional   Sam 7 Mai - 1:53


dysfunctional.
Genesis & Jasper




Quand son hurlement retenti dans la pièce je ne peux que jubiler devant l'émotion qui me frappe. Ce son semble si doux à mes oreilles. Si j'aurais pu jouir je l'aurais fais, sincèrement, j'aurais franchement craqué mon slip rien qu'en l'écoutant gueuler comme un porc qu'on égorge ! Puis ce regard... Dès lors je savais que j'avais gagné, que Jasper avait craqué et que j'avais fini mon job. Son regard Obscur ne m'échappa pas d'une seule seconde. Non, nos regards étaient plongés l'un dans l'autre alors que je retirais le couteau avec plaisir. Il pensait ne pas craquer ? Malheureusement pour lui il était tombé sur plus fort que lui. Et oui, il était tombé sur un Osborn, un as de la torture, un mec qui sait exactement comme s'y prendre pour faire tomber les barrières, aussi fortes soient-elle. Il se met à rire et cela ne me choc absolument pas. J'aurais eu la même réaction. La douleur n'est qu'un simple déclencheur, la haine que j'avais provoqué en lui n'avait fait qu'attiser sa rage, sa colère, sa souffrance. Brisant, anéantissant celui qu'il souhaitait être, laissant le monstre s'échapper, enfin. « Je vois pas quel mal il y a quand on est soi-même. Détache-moi. » Le détacher ? Je commençais à y penser, néanmoins, je ne voulais pas faire ça de suite, non. Le tuer n'était pas mon but, mais j'avais encore envie de me défouler un peux. J'avais eu une journée merdique et donc, le torturer était mon petit rayon de soleil vous voyez. « Nop...pas encore chéri. » Je ricane en jetant la lame plus loin sans plus me préoccuper de celle-ci. Il avait une belle grosse brûlure sur la joue. Allait-il garder des séquelles de cette torture divine ? Peut-être. Son corps allait avoir beaucoup de mal à cicatriser, même avec sa rune de guérison, même avec un quelconque sorcier. En tout cas sa joue, elle, allait sûrement garder une trace de son passage entre mes mains douces et tendres. « Je vais compter jusqu'à trois. Si d'ici-là je suis toujours attaché, je me chargerais de défaire ces liens moi-même. Et ça va pas sentir très bon pour toi. » Je ricane haussant un sourcil alors que, en silence, je vais m'appuyer contre l'une des parois de ma salle de torture. Il voulait me menacer ? Grand bien lui fasse, je n'attendais que ça. Même si il se libérait il n'irait pas bien loin, j'avais fais en sorte que son corps subisse bien trop de supplices pour qu'il puisse m'échapper voir se lever.

« Un. » Un petit canard au bord de l'eau...il est si beau...il est si beau... Mon regard ne le lâche pas. Je me régale à voir cette obscurité prendre le dessus sur cette petite lumière qui était en train de s'éteindre, se faisant ainsi cruellement bouffer par la noirceur de son âme. Mon père allait être franchement fière de moi. Car dès lors, je savais que Jasper ne serait plus jamais le même, plus comme avant même si il souhaitait faire marche arrière. Trop de noirceur avait envahi son âme en peux de temps pour dire de l'effacer entièrement, j'étais fière de moi sur ce coup là. « Deux. » Y'a deux cheveux sur la tête à Matthieu.... Je souris de plus belle, croisant les bras face à ses menaces, son comptage à deux balles. Pensait-il me faire peur ? Non, je ne frissonnais même pas...J'avais envie de voir ce qu'il allait faire, ce qu'il allait réussir à faire. J'étais curieux, amusé. « Trois. » Trois petits cochons pendus au plafond...Et il tira sur ses liens, encore et encore quand ceux-ci finirent enfin par lâcher. Enfin ! Je ne bouge pourtant pas et je vais jusqu'à frapper mes mains l'une contre l'autre pour applaudir son geste. Il se fait mal tout seul, c'est beau à voir, j'adore ça. « J'aurais qu'un conseil à te donner. Cours. » Je hausse légèrement les épaules. Ouai, ben en tout cas vu son état je n'avais pas spécialement besoin de courir hein. J'aurais pu avoir une jambe cassée que j'aurais pu aller plus vite que ce son. Je le vois retirer le couteau et je soupire. La con...mais le con...Je me fais un faceplane et pousse un profond soupire. « T'as rien dans le crâne toi hein... » Je le vois commencer à vouloir se débattre, se vidant de son sang à une vitesse assez...rapide. Bon, j'allais devoir intervenir avant que ce crétin ne crève dans cette pièce. Pas que ça me dérange, non, mais mon père le voulait vivant.

Je pousse un grognement et prend une nouvelle lame qui, elle, était seine. Je vais la foutre de nouveau dans le feu en sifflotant pendant que Jasper se vidait de son sang, essayant de se redresser. Ouai, c'est ça imbécile, essaye...Une fois la lame bien chauffée, j’attrape une batte de base ball qui trônait dans le coin et me dirige vers Jasper. Vu son état je ne risque rien et je plaque la lame contre la blessure, brûlant ainsi celle-ci. J'effectue la même opération sur la deuxième blessure et je me redresse un sourire aux lèvres. « Bon dodo mon pote. » Et, avant qu'il n'aille le temps de réagir, la batte lui défonce le crâne. Pas assez pour le tuer, mais assez pour le blesser et le faire tomber dans les pommes. Je jette celle-ci en soupirant. « BON, ce fut bien agréable mais maintenant faut que j'aille dormir moi. » J'envoie un message à Joshua qui rapplique après dix minutes pour porter le corps inerte de Jasper. Ensemble, nous allons le déposer dans une ruelle sombre derrière une poubelle. Je prend un malin plaisir à verser une poubelle sur le néphilim, lui collant trois chewing-gum dans les cheveux et lui foutant des déchets dans le pantalon. « T'abuse Genesis... » Mon frère observait la scène avec un sourire amusé et je souris également. Une fois terminé, j'attends que Joshua me tourne le dos pour envoyer un message à Syrielle histoire qu'elle vienne récupérer son crétin de meilleur ami...et je me casse, sortant un Twix de ma poche. Ouai, torturer sa creuse...


146189 mots
Post 10
-24h

© ACIDBRAIN
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: (genesis+jasper) dysfunctional   

 
(genesis+jasper) dysfunctional
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» the mysterious explorations of Jasper Morello
» Jasper & Alice Forever
» Bella Jasper... Fille de Antonio Jasper
» genesis-hockey.forumactif.com
» Marine VS Révolutionnaires: Genesis [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: