Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 THE SHADOWHUNTERS & THE HUMAN • On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ? feat Zack, Juju & Sissy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
InvitéInvité
Sujet: THE SHADOWHUNTERS & THE HUMAN • On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ? feat Zack, Juju & Sissy   Lun 25 Avr - 14:46


The Shadowhunters & The Human • On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ?
Welcome in their world, babe

Syrielle arqua un sourcil devant l'ordinateur puis un sourire triomphant vint éclairer son visage. Elle le tenait ! Depuis le temps qu'elle cherchait des indices pour filer un coup de main à Zack, elle n'allait pas laisser passer cette chance. Tout en attrapant sa veste en cuir elle sorti de l'institut et se dirigea vers sa moto. Elle l'enfourcha mais avant de démarrer elle passa un appel. - T'es chez toi ? Ta soeur est là ? Génial. J'ai des news. J'arrive, fit-elle sans prendre de gant ou faire attention aux banalités d'usage. Elle mit son casque et quitta l'Institut à fond, zigzaguant entre les voitures et les terrestres sans que personne ne la capte vraiment. Elle était d'une autre réalité, invisible pour ceux qu'elle protégeait pourtant au péril de sa vie, chaque jour depuis qu'elle était en âge de le faire. Elle arriva rapidement à l'appartement qu'habitait Zack depuis qu'il avait récupérer sa terrestre de demi-soeur, la protégeant de son mieux du monde qui les avaient vus naître. Syrielle respectait ça. Tout comme elle respectait son voeu de ne pas les présenter. Il voulait préserver Juliette et elle comprenait. Si elle avait pu faire pareil avec sa soeur, elle l'aurait fait. Aussi elle essayait de ne voir Zack que lorsqu'elle était absente et si elle arrivait, Sissy disparaissait aussitôt. Elle frappa à la porte et se glissa dans l'ouverture que Zack lui offrit, déposant tout de même un rapide baiser sur la joue de son ami d'enfance. - Ca va ? demanda t-elle tout de même en le regardant, les sourcils froncés, soucieuse de sa santé. Elle se préoccupait toujours plus de la santé des autres que de la sienne.

- J'ai trouvé l'indic dont je te parlais. Celui qui pourrait nous conduire à ton frère. Ou du moins à une cachette d'Obscurs.Il ne parlera pas facilement par contre il va falloir ou lui offrir quelque chose de gros en échange ou ... et bien le pousser un peu à nous parler,  lança t-elle avec un sourire dangereux. Syrielle était dangereuse. Elle n'en n'avait pas l'air comme ça, belle jeune femme qu'elle était, mais elle était l'une des combattantes les plus redoutables. Dans le monde obscur, elle avait deux surnoms. La Tueuse aux flèches de feu. Ou bien, quand elle se battait en symbiose avec sa cousine Freya, on les surnommaient les Tornades Lightwood. Il était dangereusement mortel de sous estimer Syrielle Lightwood. Un bruit attira son attention et instinctivement son arc apparu entre ses doigts fins, carquois dans le dos. Mais ce n'était rien. - Désolée je suis un peu à cran, j'ai eu une sale journée hier. Et ce n'était rien de le dire quand on pensait au pétage de câble au Quantum, suivit de la bagarre avec Ciàran, de sa crise de larmes et ensuite de la bataille avec les Shax. Elle en gardait d'ailleurs quelques griffures mais rien d'important. Elle rangea son arc sans voir qu'on les épiait depuis l'autre bout de l'appartement. Je repars à l'Institut, chercher quelques armes et définir un plan précis pour le trouver. Est ce que je te prends quelque chose ? demanda t-elle à Zack. Ok donc on se retrouve devant le Lincoln Park à 22h. A ce moment là, elle entendit du bruit, signifiant que Juliette était dans les parages. Si elle avait pu la voir avant ... Elle déposa un baiser sur la joue de Zack puis disparue dans un léger courant d'air, presque aussi rapide et invisible qu'un vampire et retourna à l'Institut.

Une heure avant le rendez-vous, elle trouva une excuse pour se débarrasser de Lux et de ses cousins puis s'enferma dans sa chambre et se prépara à sortir. Elle passa un jean effet déchiré, un débardeur, des bottines à talons et sa veste en cuir, le tout en noir, attacha négligemment ses cheveux longs avec une pince puis s'équipa. Elle attacha deux sangles de cuisse et y glissa des couteaux puis elle mit son épée dans son jean dans le dos, glissa sa stèle dans sa poche de veste et passa son arc et son carquois dans son dos, les dissimulant dans l'ombre. Puis elle passa la tête dans le couloir pour vérifier qu'il n'y avait personne. Elle s'engagea ensuite et se plaqua dans une alcove dans le mur quand Freya passa devant sa porte en priant pour qu'elle ne frappe pas. Ce que sa cousine ne fit pas. Enfin elle fila à toute vitesse, évitant les cerbères et faisant mine d'être naturelle devant le reste des Chasseurs d'Ombres qui ne la calculèrent même pas. Ils avaient tellement l'habitude de la voir partir en mission qu'ils ne faisaient même plus gaffe. Reprenant sa moto, elle fila jusqu'au Lincoln Park, retrouvant Zack juste devant. - Tu n'as pas eu de mal à laisser ta soeur sans qu'elle ne veuille à tout prix savoir où tu allais ? demanda t-elle à son ami. De ce qu'elle avait comprit, la jeune Juliette était du genre très curieuse. Hochant la tête, les deux Chasseurs entrèrent dans le parc sans voir qu'ils étaient suivis par une silhouette fine. - Il paraît qu'il a un coin dans le parc. Mais il faut le trouver maintenant. Reste sur tes gardes on ne sait jamais, fit-elle à Zack. Ce n'était pas utile elle le savait mais c'était inconscient. Un pur réflexe. Elle même empoigna son arc et encocha une flèche au cas où. Soudain elle s'arrêta. - J'ai la vague impression qu'on est pas tous seuls. Pas toi ? s'enquit-elle sur ses gardes.

copyright acidbrain


979 mots
poste 1


Dernière édition par Syrielle Lightwood le Dim 1 Mai - 20:51, édité 1 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE SHADOWHUNTERS & THE HUMAN • On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ? feat Zack, Juju & Sissy   Dim 1 Mai - 12:04



Cela faisait quelques temps que je m’étais mise en tête de trouver ce que Zack cachait, en effet comme beaucoup d’individus à Chicago, il se comportait de manière assez bizarre. Bien qu’en apparence il soit normal, depuis que j’avais débarqué dans son appartement, je sentais que quelque chose clochait sans trop savoir quoi. On avait l’impression qu’il n’était pas lui-même, qu’il cachait sa véritable nature. Alors, j’essayais à chaque fois que l’on se croisait, de lui poser tout un tas de questions, pour déjà apprendre à le connaitre un peu mais pour découvrir son noir secret … Il m’était déjà arrivée de penser que peut-être je me faisais des idées, que peut-être je ne le trouvais pas normal car je ne le connaissais pas et que personne ne m’en avait parlé, alors je me trompais sans doute sur toute la ligne. D’ailleurs, hormis le fait qu’il parte par moment en pleine nuit pour aller je ne sais où, ou qu’il ne parlait pas spécialement de son travail, il était relativement normal. Mais ce qui me paraissait louche également était le fait que depuis que j’étais en ville, je n’avais jamais rencontré ses amis, alors soit il avait honte de moi, soit il trempait dans des affaires louches. Cette idée m’avait également traversé à l’esprit et celle-ci aurait pu expliquer beaucoup de choses, comme le fait que personne ne m’avait parlé auparavant de la famille de mon père. Alors, je me suis mise en tête de découvrir ce qu’il s’était passé il y a de cela dix-sept ans. En effet, bien que ma mère m’ait toujours dit que mon père avait été tué en service, je commençais à me demander si cela était vrai. Il était fréquent qu’à Chicago il y ait des policiers qui soient mêlés à des trafics de drogue ou de meurtres. Alors,  je me disais que peut-être mon père avait trempé dans ces histoires-là et qu’il avait été tué par des ripoux. Ainsi, cela aurait pu être la raison de notre déménagement pour New York. Alors, pour découvrir ce qu’il s’était réellement passé, je décidais de me renseigner en ville, tel un détective privé. Au début, je commençais à poser des questions à Zack mais il restait vague dans ses réponses, comme s’il voulait me protéger de quelque chose, mais j’avais le droit de savoir ce qu’il s’était passé, il s’agissait également de mon père et tant que je ne connaîtrais pas la vérité, je continuerais mes recherches.

Devant aller au lycée la journée, j’attendais la fin des cours pour aller à la bibliothèque, histoire de voir s’il n’y avait pas eu un événement en ville. Je pouvais y rester des heures, j’aimais cet endroit, il était calme, reposant et personne pour vous parler de votre mère, du fait qu’ils étaient désolés pour vous, comme beaucoup de personnes ces derniers temps. La bibliothèque de Chicago avait également un département généalogique, ainsi je m’y rendis ce soir-là afin de découvrir s’il n’y avait pas quelque chose sur mon père ou sa famille. Après quelques heures de recherche, je ne trouvais rien de bien concluant. Cela me paraissait étrange dans le sens où ma mère m’avait toujours affirmé que mon père avait toujours vécu à Chicago, ainsi j’aurais dû retrouver dans les archives des traces de sa famille, à croire que tout avait disparu. La seule chose qui y était inscrite était la date de sa mort, mais pour ce qui est du motif, il demeurait inconnu. « -Mademoiselle, je suis désolé mais la bibliothèque va fermer ». Je regardais par la fenêtre et vit que la nuit venait de tomber, ainsi je pris mes affaires et décida de rentrer, avant de voir l’heure. Une fois arrivée à l’appartement, Zack n’y était pas, alors je me rendis directement dans ma chambre. Omnubilé par les recherches que j’effectuais sur internet, je ne prêtai pas attention à Zack qui venait de rentrer jusqu’à ce que j’entende du bruit, ou du moins des paroles. Alors je jetais un coup d’œil dans l’autre pièce, tout en laissant la porte entre-ouverte. Zack y était, ainsi qu’une autre jeune femme que je ne connaissais pas. J’entendis des mots comme un code, comme ceux qu’elle appelait obscurs, je ne savais pas ce que cela signifiait mais je savais pertinemment que cela n’était pas positif. Mais ce qui m’intriguait était qu’elle parlait du frère de Zack donc mon demi-frère, celui qui était censé être mort, alors je commençais à douter de la franchise de Zack. Puis quelques minutes plus tard la jeune femme partit. Peu de temps après, Zack partit également, en effet la jeune femme lui avait donné rendez-vous au Lincoln Park. Alors sans trop réfléchir, je pris ma veste et décida de le suivre, cela resterait le meilleur moyen de découvrir ce qu’il me cachait.  Une fois arrivé là-bas, je décidais de me cacher, pour ne pas que ces deux-là me voient, tout en essayant d’être discrète. Mais cela n’était pas mon fort, et en essayant de les suivre, je ne pus m’empêcher d’écraser les branches d’arbres sous mes pieds ce qui fit du bruit. « - J'ai la vague impression qu'on est pas tous seuls. Pas toi ? ». Oups, je me cachais derrière le premier arbre, en espérant qu’ils ne m’avaient pas vu. Soudain, je pris un peu peur lorsque je vis la jeune femme avec un arc, je me demandais ce que je faisais là et surtout ce qu’ils comptaient faire ces deux-là.
912 mots.


Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
45/77  (45/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOZack B-Herondale
I'D COME FOR YOU

Je suis à Chicago depuis le : 04/01/2016 et j'ai déjà payé : 1356 factures et gagné : 73 gains. Il paraît que : Chris Wood est mon double. Schizo je joue aussi : Oliana - sexy - Osborn On m'appelle : Exotic (sarah) et pour mon profil je remercie : * { Lux.

Je suis : Marié à Emma De Lornet, papa d'un petit garçon (15 Decembre)
SOME INFINITIES ARE BIGGER
THANKS OTHER INFINITIES

+ EMMA
+ NATHANAËL





FIND YOUR TRIBE.
LOVE THEM HARD


+ MEG
+ SEB
+ ENOLA
+ TESSA
+ LEHR




MEMORIES WARM YOU UP FROM THE INSIDE. BUT THEY ALSO TEAR YOU APART


+ GARETT
+ ELSA




EMMA & LEHR (x) EMMA & MEG & DIM (x) ENOLA (x) GARETT (x)
WEDDING (x) EMMA TG SALEM (x) EMMA (x) DIMITRI (x)

Sujet: Re: THE SHADOWHUNTERS & THE HUMAN • On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ? feat Zack, Juju & Sissy   Dim 1 Mai - 19:57

On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ? ∞ Jusyriack

Ce n’était pas une démence, mais plutôt une obsession. Un mauvais tourment qui me hantait chaque nuit tant que je ne l’avais pas assouvi. En quelques mois, j’avais perdu les plus gros repères de ma vie. J’avais cette soudaine impression d’être seul contre le monde entier, bien qu’appartenant à la Rébellion. J’avais des amis, des alliés, oh ça oui. Mais qui réellement savait exactement ce que je ressentais, qui exactement savait ce que je pensais. Ces personnes-là avaient disparues dans un soupire trop rapide. Il y avait bien Emma, mais je craignais de la décevoir si je lui disais réellement ce que je faisais. On tentait de nous sauver, comme lui avouer qu’une part de moi-même était toujours attaché à ce passé déchirant ? Je ne pouvais le lâcher. Je ne pouvais abandonner. Parce qu’un jour, si je le faisais, cela reviendrait à perdre définitivement mon frère. Et je préférais encore le savoir mort sous Anaël et libéré de ce fléau que de le laisser pourrir dans cette lourde fatalité. « Ca va ? » C’était la voix de Syrielle qui me regardait d’un air inquiet, après lui avoir ouvert la porte. « Oui oui » dis-je dans une voix presque trop basse. Je lui fis signe que Juliette était dans sa chambre et elle comprit aussitôt ce que je voulais dire. « J’ai trouvé l’indic dont je te parlais. Celui qui pourrait nous conduire à ton frère. Ou du moins à une cachette d'Obscurs. Il ne parlera pas facilement par contre il va falloir ou lui offrir quelque chose de gros en échange ou ... et bien le pousser un peu à nous parler » J’hochais la tête en la regardant d’un air sérieux. Je savais très bien ce qu’elle voulait signifier. Torturer ne me faisait pas peur. Je n’aimais pas forcément ça, et pourtant lorsque je le faisais, mon âme était habitée par une force plus grande, une rage féroce. « C’est parfait. » Un bruit léger se fit entendre dans la chambre de Juliette et aussitôt l’arc de Syrielle apparut. Je lui dis de grand yeux et elle s’excusa aussitôt : « Désolée, je suis un peu à cran, j’ai eu une sale journée hier. » Je soupirai en regardant derrière mon épaule. Rien à l’horizon ! « Je repars à l’Institut, chercher quelques armes et définir un plan précis pour le trouver. Est ce que je te prends quelque chose ? » « Non, c’est bon. J’ai tout ce qu’il faut ici. » Tout était caché derrière mon armoire, verrouillé d’une rune. Autrement dit, totalement inaccessible aux autres, même aux néphilims. Seule ma stèle ouvrait cette cachette et heureusement qu’elle était là. « Ok donc on se retrouve devant le Lincoln Park à 22h » « C’est noté. » Elle me déposa un léger baiser sur la joue et je lui souris. « Merci encore sysy » Elle me fit un clin d’œil et disparu rapidement. Fermant la porte, je soupirai pour remettre d’aplomb. Juliette était encore dans sa chambre, à faire je ne sais quoi, alors instinctivement, je me reposais devant la télé et ce match de football, avec cette excitation au creux du ventre. L’excitation d’un combat à venir.

***

J’avais filé par le toit de l’immeuble, comme à mon habitude. D’un pas lent et gracieux, j’avais escaladé l’escalier de secours pour finalement redescendre l’immeuble d’à côté. C’était mon moyen de sortie le plus sur sans éveiller les soupçons de Juliette. Un bon moyen de m’éclipser sans être pris sur le fait ! Lincoln Park, à 22h, c’était plutôt calme. Quelque joggeur faisait leur sport, mais le silence de la nuit était dominant. Adossé sur un arbre, un peu en reclus, j’attendais patiemment l’arrivée de Syrielle. Le bruit de sa moto ne fit aucun doute et je souris lorsque je la vis passer le portail du parc. « Je pourrai reconnaître ta bécane à des milliers de lieu x » lui dis-je en l’incitant à avancer. « Tu n’as pas eu de mal à laisser ta sœur sans qu’elle ne veuille à tout prix savoir où tu allais ? » J’haussais les épaules : « Non. Je m’éclipse par la fenêtre. Elle n’a sans doute pas remarqué que j’étais sorti » Un léger sourire se dessina sur mes lèvres. Au fond, ça ne me plaisait pas de lui mentir, mais j’imaginais toujours sa tête si elle découvrait que je n’étais plus là. Et la frustration qu’elle exprimerait, parce qu’elle en aurait une. C’est une Blackthorn-Herondale. Elle l’avait toujours été. « Il paraît qu’il a un coin dans le parc. Mais il faut le trouver maintenant. Reste sur tes gardes, on ne sait jamais » « Je suis toujours sur mes gardes » dis-je en sortant Anaël de son fourreau. Elle étincela à mon contact, et je sentis sa puissance me remonter le bras.  C’était ma fidèle amie, la meilleure, qui ne me laissera jamais tomber. Héritage de mon grand-père, il me l’avait confié sur son lit de mort, en me faisant jurer de ne jamais la quitter. Promesse que je lui tiens depuis plus de 24 ans. « C’est quoi ? Un démon… ? Un elfe… ? » Demandais-je le regard à l’affut du moindre bruit. Finalement, c’est ensemble qu’on se retourna, Syrielle et moi. « J’ai la vague impression qu’on est pas tous seuls. Pas toi ? » Je manquai de respirer, tentant de sonder l’obscurité de la nuit. « Ces bois ont toujours été habité, Syrielle. » dis-je d’une voix pesante. Les fées adoraient s’y rendre. Quoi que cela puisse être, je ne comptais pas m’attarder. Alors, après une longue examination, je fis demi-tour, et reparti pour m’enfoncer un peu plus dans le bois. D’une agilité surprenante, et sans bruit, on continua à s’aventurer, et lorsque mon pied se prit dans une substance gluante, je soupirai. « Un Junk » Mon murmure se porta par une brasque de vent ainsi qu’une odeur nauséabonde. « Tu sais bien les choisir Syrielle. » Une plaisanterie dans une atmosphère pesante, typique de moi. Un bruit finit par retentir dans sous un pont du parc, et je fis signe à mon acolyte. « Hey, saleté de Junkie. Montre-toi ! » Criais-je à voix haute avant qu’une énorme passe ne sortie de l’ombre. D’une forme d’un rat, mais en taille anormale, ce démon avait du causé pas mal de dégât chez les humains. Il finit par nous regarder, Syrielle et moi, et rit d’un rire machiavélique et féroce. « Tiens donc, deux néphilims perdus. Un festin s’offre à moi ! »




1094 MOTS - 24h


Mon père disait qu'il ne faut jamais comparer les gens, chaque personne est différente, l'important est de trouver la différence qui vous convient le mieux.
Emma était ma différence
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE SHADOWHUNTERS & THE HUMAN • On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ? feat Zack, Juju & Sissy   Dim 1 Mai - 23:09


The Shadowhunters & The Human • On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ?
Welcome in their world, babe

Syrielle savait à peu près ce que pouvait ressentir Zack. Le sentiment de trahison, de perte, l'impuissance qu'on ressent face à la perte de ses repères, la sensation que notre monde s'écroule autour de nous et qu'il n'y a rien ni personne à quoi se raccrocher. C'était des sensations terribles qui pouvait rendre dingue. Syrielle avait failli le devenir, ressassant tout en elle sans jamais vouloir évacuer, s'accrochant à sa colère et à son besoin de vengeance comme si elle avait peur de s'écrouler si elle les lâchait ne serais-ce que le temps de pleurer. Elle n'avait d'ailleurs pas pleuré une fois en six mois. Plus depuis cette nuit maudite où son propre monde s'était écroulé. Plus jusqu'à ce que Ciàran fasse exploser toutes ses barrières la veille. Résultat, la nuit venue elle avait veillé le loup très tard, et pleuré tout le reste du temps dans les bras de Lux, sa jumelle et parabatai. Elle en avait eu besoin. Et elle était à peut près persuadée que Lux avait été extrêmement soulagée de la voir craquer enfin, cesser de retenir tout ce qui la rongeait de l'intérieur. Mais même plus équilibrée mentalement, Sissy n'avait pas abandonné ses envies de vengeance. Et comme pour l'instant les siennes étaient compromises, elle aidait Zack dans les siennes. Peut-être qu'il y aurait une meilleure issue pour lui. Peut-être qu'ils pourraient ramener Garett à la raison et à la maison surtout. Sissy ne voulait pas être pessimiste, elle ne voulait pas perdre espoir, pourtant elle n'était pas très convaincue qu'ils y arriveraient. Néanmoins elle le ferait. Pour Zack, qu'elle adorait et avec qui elle avait grandi. Pour Garett qui avait été l'un de ses premiers flirts, premiers amours. Elle avait toujours de l'affection pour lui et si elle pouvait aider à le ramener, elle le ferait.

C'était pour ça qu'elle s'était démener pour trouver un informateur et elle en avait finalement trouvé un par le biais de Jasper. Il n'avait pas précisé quel genre c'était ou un nom quelconque, juste un endroit où le trouver et la certification qu'il aurait des informations à leur donner sur Garett ou au moins une planque d'Obscurs. C'était toujours bon à prendre. Aussi Sissy s'était précipité chez Zack pour lui en parler le plus discrètement possible puisque Juliette était dans la pièce à côté. Sissy trouvait ça bien que Zack prenne soin de sa soeur en la mettant à l'écart de tout ce foutoir. C'était courageux de sa part. Il était difficile de dissimuler des choses à sa famille, surtout quand on mourrait d'envie de leur parler, de leur faire découvrir son monde, les gens qui compte, de raconter sa journée le soir autour du repas. Zack ne pouvait rien faire de tout ça avec Juliette et ça devait leur peser à tous les deux. C'était dans ces moments là que Talhia manquait le plus à Sissy. Ne plus voir sa petite soeur sautiller dans les couloirs de l'Institut, venir la réveiller tôt le matin alors qu'elle venait de s'endormir après une nuit de chasse et se faire pardonner en lui tendant une assiette de pancakes, ne plus lui parler, lui raconter des histoires, lui parler des démons, de ses chasses, de ses combats, ne plus l'entraîner. Ne plus simplement l'entendre rire. Elle avait un manque profond de sa soeur et espérait vraiment que Talhia soit toujours en vie.

A 22h heures précises elle gardait sa moto devant le parc Lincoln. - Je pourrai reconnaître ta bécane à des milliers de lieux, lui lança Zack alors qu'elle enlevait son casque. Ca fit rire Syrielle. - En même temps des comme la mienne il n'y en n'a pas deux ! rétorqua t-elle amusée. Tant mieux, répondit-elle par rapport à ses éclipses. Moins Juliette s'en rendrait compte et moins elle poserait de questions. C'était mieux pour elle. Et pour tout le monde d'ailleurs. Elle le rejoignit et ils entrèrent dans le parc, sur leurs gardes et armés jusqu'aux dents. - C’est quoi ? Un démon… ? Un elfe… ? s'enquit alors Zack. Sissy haussa les épaules. - Aucune idée, Jazz n'a pas précisé. Il a juste dit qu'il était par ici et qu'il fallait faire attention et le surveiller. J'sais pas d'où il tient ce contact. Mais elle avait confiance en Jasper, le troisième membre de son équipe donc à ses yeux, sa recommandation suffisait. Il lui semblait pourtant être suivie. Elle se retourna mais Zack la poussa à continuer. - Mouais, murmura Syrielle pas convaincue alors que sa vision nocturne fouillait le parc. Ne voyant rien elle continua sa route, rattrapant son coéquipier de la soirée. Ils arrivèrent alors devant une vraie ... déchetterie.

- Un Junk, murmura alors Zack. Sissy plissa le nez de dégoût sous l'odeur nauséabonde. - Charmant, commenta t-elle entre ses dents. - Tu sais bien les choisir Syrielle, la taquina Zack. - Je ferais passer à Jasper t'en fais pas, rétorqua t-elle en grimaçant. Le Blackthorn-Herondale se mit alors à interpeller le junk qui fini par se montrer. Merde, sacrée bestiole qu'ils avaient là ! Sissy se demandait comment ça se faisait qu'il soit toujours en vie celui là. - Perdus ? On a l'air perdus ? lança t-elle à Zack. Non parce que si c'est le cas dis le moi de suite que je rectifie la donne, continua t-elle d'un ton qu'elle voulait léger, plaisantin et qui dissimulait une froideur mortelle. Non on n'est pas perdus. On veut des informations. Et il paraît que tu les a pour nous. Elle pencha la tête sur le côté, la main crispé sur son arc, prête à bondir au moindre mouvement du junk. - Et qu'est ce que vous m'offrez en échange ? demanda le démon d'une voix rauque. - Pourquoi, la vie sauve et aucune torture ce n'est pas suffisant ? railla Sissy. - Que voulez-vous Tueurs d'Ombres ? gronda la créature. Elle décida ensuite de laisser Zack prendre la parole, lui servant de renfort. Après tout, c'était pour lui qu'ils étaient ici. A lui de poser les questions.
copyright acidbrain


HJ/ Voilà Juju tu peux te faire kidnapper si tu veux Sissy viendra te sauver :P Et ZACK ! C'est Sissy qui sauve ta soeur hein je préviens :P

1059 mots
poste 4
-24h
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE SHADOWHUNTERS & THE HUMAN • On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ? feat Zack, Juju & Sissy   Mar 3 Mai - 22:08



Peu avant que Zack ne sorte, pour ne pas éveiller ses soupçons, je restais dans ma chambre faisant mine dans un premier temps de lire un livre avant de faire semblant de dormir. Je luttais contre le sommeil pour pouvoir me réveiller et ainsi le suivre. J’avais choisi une tenue en adéquation avec la situation, à savoir un débardeur noir, un pantalon slim noir et ma veste en cuir fétiche. Toujours caché derrière l’arbre qui me servait de bouclier, j’observais Zack et son amie, la seule qu’il devait avoir. Mais au moins cela me rassurait, Zack n’était peut-être pas un psychopathe en puissance, bien que bon nombre de tueurs avaient une compagne de jeu, espérons que cela ne soit pas le cas pour ce dernier. Quelques instants après, je vis Zack sortir une arme également, et je me posais de plus en plus de questions concernant mon frère. Pourquoi avait-il une arme ? Et où cachait-il tout ce matériel à l’appartement ? J’aurais voulu sortir d’un coup de ma cachette pour qu’il m’explique tout ceci et savoir ce qu’il me cachait. Pas une seule seconde je me suis dit qu’il était un tueur ou un chasseur, mais à Chicago, on ne croise pas un sanglier à chaque coin de rue. Alors, j’essayais de me faire de plus en plus discrète pour voir où cette planque allait nous mener. Tout en gardant une certaine distance, j’essayais d’écouter leur conversation, « C’est quoi ? Un démon… ? Un elfe… ? », quand j’entendis cela, je me crut en plein épisode de Charmed, mais dans quel pétrin m’étais-je mise ? En écoutant leur conversation, je me posais bon nombre de questions sur leurs santés mentales et je commençais à réfléchir à comment je pouvais leur dire que les elfes ou même les démons n’existaient pas.

Je continuais de les suivre à travers le parc, et bien que le trajet ne fût pas long, pour moi c’était interminable. « Hey, saleté de Junkie. Montre-toi ! », quand j’entendis la phrase de Zack, je ne pouvais m’empêcher de pousser un soupir de soulagement car de là où je me trouvais, j’avais entendu le mot junkie alors pour moi, tout ceci n’était qu’une question de drogue mais cela restait toutefois un problème de taille. Tout d’un coup, quelque chose ou quelqu’un apparu devant nous, et en le voyant je ne pus m’empêcher de pousser un petit cri. Je ne pouvais pas croire ce que je voyais, cela n’était pas possible, des créatures surnaturelles ne pouvaient pas exister, je cru devenir folle à mon tour mais je ne rêvais pas. « Tiens donc, deux néphilims perdus. Un festin s’offre à moi ! », quand j’entendis cela, je pensais de suite à un jeu de rôle grandeur nature, car tout le monde savait que les anges n’existaient pas, cela n’était réel que dans les livres ou les films que je regardais. Je restais en retrait, ayant peur, je ne pouvais plus bouger, la peur de ce que je voyais me paralyser. Pour moi tout ceci était irréel, j’aurais voulu crier, ou me réveiller, je ne pouvais qu’être que dans un cauchemar. Puis, je reculais d’un pas avant de me taper le dos contre quelque chose. Je me retournais et me voilà face à face avec le même genre de créature avec qui Zack et son amie discutait. Alors, ma première réaction n’était pas de courir, mais de pousser un hurlement de peur, je ne pouvais plus bouger, comme si je n’étais plus maitre de mon corps. Avant que je ne puisse partir, le junk m’empoigna et me voilà prisonnière de cette créature. Nous sortimes rapidement de ma petite cachette, et nous fîmes face à Zack, son amie et l’autre junkie. Ne pouvant pas bouger et ne sachant pas trop quoi faire, je suppliais les deux des yeux de me sauver, et on pouvait lire en moi de la terreur. En effet, il n’était pas donné à tout le monde d’être dans ma position. « -Zack mais c’est qui et qu’est ce qui se passe ? », en disant cela, j’étais bien sûr dans tous mes états bien que le junk ne me laissait pas bouger. L’autre junk, celui qui faisait face aux deux, ne put s’empêcher de rigoler, il savait que dorénavant il avait un otage. Et sans que je ne puisse rien y faire, le junk qui retenait prisonnière me chargea sur son dos comme un vulgaire sac de patates en marche pour se repère.
749 mots.

HJ: j'espère bien être secouru quand même, cela serait dommage qu'il arrive quelque chose à Juliette :D.


Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
45/77  (45/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOZack B-Herondale
I'D COME FOR YOU

Je suis à Chicago depuis le : 04/01/2016 et j'ai déjà payé : 1356 factures et gagné : 73 gains. Il paraît que : Chris Wood est mon double. Schizo je joue aussi : Oliana - sexy - Osborn On m'appelle : Exotic (sarah) et pour mon profil je remercie : * { Lux.

Je suis : Marié à Emma De Lornet, papa d'un petit garçon (15 Decembre)
SOME INFINITIES ARE BIGGER
THANKS OTHER INFINITIES

+ EMMA
+ NATHANAËL





FIND YOUR TRIBE.
LOVE THEM HARD


+ MEG
+ SEB
+ ENOLA
+ TESSA
+ LEHR




MEMORIES WARM YOU UP FROM THE INSIDE. BUT THEY ALSO TEAR YOU APART


+ GARETT
+ ELSA




EMMA & LEHR (x) EMMA & MEG & DIM (x) ENOLA (x) GARETT (x)
WEDDING (x) EMMA TG SALEM (x) EMMA (x) DIMITRI (x)

Sujet: Re: THE SHADOWHUNTERS & THE HUMAN • On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ? feat Zack, Juju & Sissy   Ven 6 Mai - 19:01

On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ? ∞ Jusyriack

« Aucune idée, Jazz n'a pas précisé. Il a juste dit qu'il était par ici et qu'il fallait faire attention et le surveiller. J'sais pas d'où il tient ce contact. » Mon instinct me disait que ça ne sentait pas si bon que ça. Mais maintenant qu’on était là, il fallait mieux vérifier ses dires. Qu’importe sur quoi on tombe, on allait l’affronter, même s’il ne nous donnait aucune information. Les démons ne devraient même pas toucher le sol de cette Terre, mais depuis que les Obscurs avaient pris le pouvoir, ils fourmillaient de plus en plus. Alors, nous néphilims, pourchassés pour être né ange, on devait tout même lutter toute notre vie pour réparer les erreurs de nos ancêtres. Un comble tout de même, nous étions devenus notre pire ennemi. Nous avions une mission, un but, donné par Jonathan Shadowhunter, mais le pouvoir n’avait pas suffit. Il en fallait toujours plus. Et aujourd’hui, on se retrouvait comme ce soir : à arpenter les sombres ruelles du parc à tenter d’obtenir des informations d’un démon où autres créatures pour ne serait-ce gagner cette guerre.

« Charmant…Je ferais passer à Jasper, t’en fais pas. » fit Syrielle quand je lui fis remarquer quel était le démon. Un Junk était répugnant, le genre de démon que vous sentiez à la ronde de sa forte odeur de pourriture. Il ne dérogeait pas à la règle, celui-là. Je me demandais simplement comment il avait pu rester aussi longtemps caché sans qu’aucun néphilim ne l’achève. Avait-il une protection des obscurs… ? Peut être. Dans ce cas-là, c’était notre source. « Perdus ? On a l’air perdu ? Non parce que si c’est le cas dis le moi de suite que je rectifie la donne » me dit Syrielle d’une manière ironique. Ca ne faisait que rendre le Junk dans une colère un peu plus noire. Serait-elle en train de faire exprès... ? Peut être bien. « Non on n’est pas perdus on veut des informations. Et il paraît que tu les a pour nous. » « Et qu’est ce que vous m’offre en échange ? « Pourquoi, la vie sauve et aucune torture ce n’est pas suffisant… ? » « Que voulez-vous Tueurs d’Ombres. » fit-il en grognant rapidement. C’était trop facile, beaucoup trop facile. C’est alors qu’un cri retentit derrière nous. Un cri humain, perçant et désespéré. Intrigué, je détournais la tête pour deviner la silhouette de ma propre sœur. « Zack, mais c’est qui et qu’est ce qui se passe… ? » Elle était maintenue par un autre démon, aussi colossal que le premier, et pendant une seconde, je restai planté là. Qu’est ce qu’elle faisait ici bordel… ? Et putain, elle avait la Seconde Vue. Ce qui expliquait bien des choses. Le plus gros finit par rire, d’un rire atroce et lança : « Vous croyez vraiment qu’on se laisserait faire misérable vermines… ? Vous êtes tombés sur une mine. » A ces mots, un autre démon, plus petit sortie de sa droite, et je finis par cligner des yeux. Serrant des dents, je me retournais vers Syrielle alors que Juliette fût chargée le dos du démon qui commençait à partir. « Occupes-toi d’elle ! » criais-je de rage à l’intention de mon acolyte. Elle acquiesça et partie à la rencontre du kidnappeur. Je faisais confiance à Syrielle, je lui confierai ma vie. Alors, lui confier la vie de ma sœur, je pouvais le faire. De toute manière, je n’avais pas le choix. « Maintenant, qu’on est entre homme » dis-je en faisant un arc de cercle avec Anaël. « On va pouvoir parler » « On détient un humain, et tu oses encore poser tes conditions. » Je ris jaune, et commença à avancer. « Vous savez, vous les démons, vous n’avez jamais compris la puissance des néphilims. Et avant même que tu puisses un soupire, je t’aurai taillé en pièce. Mais avant ça, je veux mes informations. » « Viens donc les chercher » dit le plus gros, alors que le petit chargeait déjà. Je poussai un cri de rage, tandis que j’esquivais sa première attaque sur le côté. Un tour sur moi-même me permit de lui décapiter la queue, et de l’Ichor vint s’en échapper. Le plus gros vint alors à sa rescousse, et tenta de m’avoir. Combattre deux démons en même temps n’était pas un jeu que je préférais, mais Garett m’avait entraîné. Il m’avait tout appris, et je savais que de par ma rapidité et mon agilité, j’allais les dominer. Quelques esquisses plus tard, j’avais taillé en pièce le plus petit qui se désintégrer déjà. Reprenant mon souffle, je finis par ajouter : « T’es sur de vouloir continuer… ? »  Je l’avais blessé à plusieurs reprises et lui aussi semblait agoniser. Il finit par crier et attaqua une énième fois. En attendant un cri lointain – Syrielle ? Juliette ? – j’en fus déconcentré. Il me toucha à l’épaule gauche, d’une telle violence que mon corps en fût projetée contre le mur d’en face. Grimaçant de douleur, je me relevais cependant, le bras ensanglantée avant qu’il ne charge de nouveau. Dans un dernier mouvement, je lui sectionnai aussitôt l’un de ses membres inférieurs et il cria à la mort. Dans sa torpeur, j’en fis de même avec le second, qui tomba aussitôt à terre. Il se roula en boule de douleur, et finit par capituler. « D’accord…d’accord, que veux-tu néphilims ? » avait-il craché d’une voix presque vaincue. « Le repère des obscurs. Je veux Garett Herondale. » « Oh tu cherches le transformé. » Ainsi il en avait entendu parler, Jasper avait vu juste. Bouillonnant de rage, je resserrai un peu plus ma main autour du pommeau d’Anaël. « Parles où je t’envoie toi aussi dans l’autre monde ! »


963


Mon père disait qu'il ne faut jamais comparer les gens, chaque personne est différente, l'important est de trouver la différence qui vous convient le mieux.
Emma était ma différence
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE SHADOWHUNTERS & THE HUMAN • On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ? feat Zack, Juju & Sissy   Sam 7 Mai - 11:27


The Shadowhunters & The Human • On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ?
Welcome in their world, babe

Syrielle allait le tuer. Non non promis. Une fois rentrée à l'Institut, elle se promettait de tuer son putain de meilleur ami qui les balançait tout droit dans la gueule des Junks. C'était une blague sérieux. Elle savait que dernièrement elle en avait fait un peu baver a Jazz mais franchement au point qu'il se venge comme ça ? Elle allait le dégommer. En attendant, ils firent front tous les deux Zack et elle. Perdus ? Ils avaient l'air perdus ? Sissy savait que ce n'était pas un très bonne idée de provoquer mais c'était une garce surtout quand elle était de mauvaise humeur. Croisant le regard de Zack elle haussa les épaules en articulant un "Quoi?" puis leva les yeux au ciel en acceptant de la boucler. Ou presque. Ce qu'ils voulaient ? Ben justement ils voulaient ... Mais alors que Sissy allait le dire, du mouvement se fit à l'arrière. Flèche encochée, Syrielle visa pour voir un Junk sortir de derrière - un énorme sérieux ! - en tenant une gamine entre ses pattes dégueulasses. - Et merde, jura Syrielle en reconnaissant Juliette, la soeur de Zack. Apparemment, elle n'était pas qu'une humaine et possédait bel et bien quelque chose de leur père : la seconde vue. Elle ne savait pas trop si c'était une bonne ou une mauvaise chose. Elle baissa immédiatement son arc pour ne pas la blesser - bien que soyons honnêtes, elle ne l'aurait pas touchée si elle ne l'avait pas voulu - et se positionna de profil pour avoir une vue sur tous les fronts. Celle là elle ne l'avait pas vu venir. Elle allait tuer Jasper. Vraiment. Et douloureusement en plus.

- Vous croyez vraiment qu’on se laisserait faire misérable vermines… ? Vous êtes tombés sur une mine, se marra le chef de la bande alors que le gros junk chargeait Juliette pour l'emmener. Zack réagit au quart de tour. - Occupes-toi d’elle ! lui lança t-il. Sissy acquiesça. - Compte sur moi, rétorqua t-elle en poursuivant le Junk avec Juliette, laissant les autres à Zack. Les pauvres. Ils allaient souffrir atrocement. Zack allait le tuer pour avoir ne serais-ce que menacé sa soeur. Et en plus en essayant de la kidnapper. Elle ne donnait pas cher de leur peau. Elle même se concentra sur la piste. C'est qu'il allait vite ce maudit Junk ! Elle se retrouva rapidement au bout du parc, vers une sorte de grotte qu'elle n'avait jamais vu. Probablement auparavant protégée par des enchantements d'Obscurs. Flèche encochée, elle visa le Junk devant elle et tira, le touchant à l'épaule, le poussant à lâcher Juliette qui tomba sur le sol. Syrielle se précipita vers elle et la tira en arrière pour la protéger. - Reste derrière moi, ordonna t-elle à la brunette.

Des ricanements se firent entendre. Bon elles venaient de tomber dans un piège. Sissy recula, une main vers Juliette pour la garder à proximité. - Zack m'a dit que tu savais te battre ? Tu sais te battre avec un couteau aussi ? demanda t-elle à la jeune femme sans lâcher les trois Junks du regard. Elle n'attendit pas sa réponse, faisant disparaître son arc et attrapant un couteau qu'elle lui déposa dans les mains avant d'attraper son épée. - Sitael, appela t-elle doucement. Aussitôt l'épée séraphique s'illumina de son éclat nacré et rayonnant, répondant à l'appel de sa maîtresse. - Ok. Tu ne t'approches pas. Reste là, si y en a un qui vient, tu frappes. Ou tu m'appelle. Ah oui ... j'm'appelle Syrielle au fait.Puis elle s'avança. - Joli repaire les monstres ! Vous m'faites visiter ? lança t-elle d'une voix claire pour attirer leur attention. Elle fit tournoyer son épée entre ses doigts fins, attendant qu'ils attaquent. Et ça ne tarda pas. Aussitôt elle se lança dans le combat et bientôt Sitael et elle ne formèrent plus qu'une masse floue de cheveux bruns et de lueur nacrée. Elle était impressionnante. Vive, agile, efficace. Une véritable amazone. Rapidement, l'un des Junk succomba, sa tête séparée de son corps par Sitael. Elle en embrocha un second dans un même temps tout en effectuant une rotation circulaire au sol, lui fauchant les pieds tout en blessant le second avec son talon aiguille. On sous-estimait toujours la fonction des talons aiguilles.

A ce moment là elle entendit un cri et elle se tourna vers Juliette pour voir si c'était elle ou pas. Le dernier Junk l'atteignit et la griffa au bras. Syrielle le fixa d'un air furieux avant de lui couper les bras et de le maintenir au sol. - Où est-il ?! demanda t-elle d'un ton menaçant. Garett Herondale ?! Le Junk la fixa d'un air sombre. - Va te faire voir Néphilim ! Et il la mordit. Elle poussa un léger cri de douleur avant de lui trancher la tête. Et de se redresser. Genial. Maintenant j'suis dégueulasse et mon jean est foutu, râla t-elle. Regardant autour d'elle elle chercha Juliette du regard. - Juliette ? C'est bon y en a plus, lança t-elle en essayant d'arrêter le sang de la morsure. Pauvre gosse. Dire qu'elle débarquait dans leur monde comme ça.
copyright acidbrain


884 mots
poste 7
-24h
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: THE SHADOWHUNTERS & THE HUMAN • On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ? feat Zack, Juju & Sissy   

 
THE SHADOWHUNTERS & THE HUMAN • On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ? feat Zack, Juju & Sissy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» THE SHADOWHUNTERS & THE HUMAN • On ne t'a jamais dit que la curiosité était un vilain défaut ? feat Zack, Juju & Sissy
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» human BOMB
» Human shields used at the border
» 'cause i'm only human after all, don't put your blame on me. (sully)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: