Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
InvitéInvité
Sujet: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Lun 18 Avr - 21:50


The Wolf & The Shadowhunter - Hors de contrôle
Parfois pour contrer la colère et accepter la douleur ... il faut savoir prendre une raclée et tendre l'autre joue

Syrielle avait fini par s'échapper de l'Institut pour cesser de subir les pressions des uns et des autres. Aujourd'hui était l'anniversaire de Talhia et elle n'avait pas le coeur à faire autre chose qu'à boire. Il y a trois jours c'était celui de sa mère. Avant, son père et elle plaisantait toujours sur le fait que Talhia n'était pas la fille à sa mère pour rien. Aujourd'hui ça ne la faisait plus franchement rire. Comme promis, son père était sorti de sa chambre le lendemain de l'anniversaire de sa mère. Mais ce matin encore il était resté enfermé et cette fois, Syrielle n'avait pas eu le coeur à l'en sortir. Elle n'avait plus la force de se battre contre son père. Qu'il reste enfermé dans son apathie si il le voulait, elle n'avait plus envie d'essayer de l'en sortir. C'était comme frapper un mur. Au final on s'était fait très mal et le mur n'avait pas bougé. Alors ce matin elle avait évité tout le monde et s'était enfuie de l'Institut. Elle avait longuement marché dans les rues de Chicago, invisible aux Terrestres, eux même inconscients de la guerre qui se déroulait dans leurs rues à la nuit tombée. Ils étaient si inconscients, si innocents que Syrielle en venait à la jalouser. Ils ne savaient rien ces imbéciles et n'avaient même pas le bonheur d'en profiter. Elle savait que les Terrestres aussi se faisait la guerre ailleurs. Dans d'autres pays. Comme si ça ne suffisait pas. Si on lâchait des hordes de démons contre eux, se rallieraient-ils ensembles pour s'en sortir ou se trahiraient-ils pour sauver leur propre peau ? Syrielle risquait sa vie tous les jours pour eux et elle avait perdu deux des personnes les plus chères à ses yeux et pourtant le monde semblait s'en fiche totalement. Il continuait de tourner comme si c'était normal. Ca l'était d'un certain point de vue. La mort faisait partie intégrante de la vie et encore plus de celle des Shadowhunters. Mais pas aux yeux de Syrielle.

Finalement après une longue balade elle atterri au Quantum. Comme souvent d'ailleurs, elle était une habituée des lieux. Elle passa saluer Ashen puis commanda à boire à Jesse - ce qu'il avait de plus fort - et s'installa à une table. Elle but un verre, puis deux, broyant du noir et décourageant quiconque essayait de l'approcher d'un seul regard. Elle n'était vraiment pas d'humeur à taper la discussion. Tout en buvant son verre, la Chasseuse d'Ombres appuya sa tête contre le mur et ferma les yeux. FLASH BACK// - Encore Sissy, encore une fois ! supplia Talhia alors que Syrielle s'apprêtait à ranger son arc. L'adolescente de quinze ans regarda sa soeur en hésitant. Talhia avait sept ans et avait décidé qu'elle voulait commencer le tir à l'arc comme sa soeur mais elle était un peu jeune et avait un peu de mal à bander l'arc. Mais en voyant les grands yeux suppliants de sa soeur, celle ci ne put résister et hocha la tête. - Okay encore une fois alors. Elle reprit son arc et le tendit à Talhia qui le prit comme un trésor précieux. Puis elle se plaça à la hauteur et l'aida à bander l'arc pour tirer. Tal tirait légèrement la langue comme chaque fois qu'elle se concentrait. Finalement elles tirèrent. Cette fois la flèche atterri sur la cible. Pas au milieu mais c'était déjà plus proches que les dix dernières. - Bravo ma Lia ! applaudit Syrielle en embrassant sa soeur qui sourit, ravie. //FLASH - Bon anniversaire mon trésor, murmura Syrielle en tendant son paquet à sa soeur. - Oh c'est un gros paquet ça ! C'est quoi ? demanda Talhia inquisitrice. Elle fêtait ses huit ans et ressemblait de plus en plus à sa mère et à sa soeur aînée. - Et bien ouvre et tu verras ! rit Syrielle. Talhia se dépêcha donc d'ouvrir et poussa un "Oh !" de surprise et d'admiration devant l'arc d'entraînement que sa soeur lui avait offert. - Je l'ai acheté spécialement pour toi. Il est a ta taille et moins dur que le mien tu pourras t'entraîner plus facilement comme ça, expliqua sa soeur. Avec un cri de joie Talhia se précipita dans les bras de son aînée, rayonnante. - Merci, merci, merci, merci ! scandait-elle. Tu es la meilleure grande soeur dans tout l'univers ! Syrielle se mit à rire en même temps que ses parents. //FIN FLASH.

La jeune femme fut sorti de ses pensées par des rires et une voix masculine qui parcourait le flot. Elle reconnu instantanément la voix de Ciàran. C'était un des loups-garous d'Ashen et l'un de ses plus vieux amis aussi mais aujourd'hui, le seul fait d'entendre sa voix lui irritait les nerfs. Habituellement les blagues de Ciàn - comme elle l'appelait - la faisait rire mais aujourd'hui n'était pas un jour habituel. Et elle n'avait pas envie de rire. - Merde De Brùn on est obligés de toujours subir tes blagues pourries ? lança t-elle d'un ton irrité. Tu peux pas juste boire ton verre en silence comme tout le monde ? Le silence tomba sur le Quantum. Il n'était pas habituel que Syrielle agresse les gens comme ça, au contraire elle était justement appréciée pour son humeur égale, le fait qu'elle mette tout le monde sur un pied d'égalité et qu'elle n'emmerde personne si on ne la provoquait pas. Hors Ciàran ne l'avait pas provoquée. Mais c'était comme ça, elle n'était pas d'humeur. Elle aurait pu partir. Elle aurait du même plutôt que de créer un incident diplomatique à cause d'une journée pourrie mais elle était d'humeur bagarreuse. Et ça n'était jamais bon ça ...

copyright acidbrain


1002 mots
Poste 1


Dernière édition par Syrielle Lightwood le Dim 1 Mai - 19:53, édité 1 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Mar 19 Avr - 8:41

Syrielle ▲ CiàranIl est temps que tu exploses, ne fais pas attention, pleure mon épaule est faite pour ça.Souvent, il existe des périodes dans une vie où nous ne sommes plus pareils. Comme changés, métamorphosés en un autre qui ne nous ressemble absolument pas. J'avais eu cette période. Sombre ? Oui et non, la vie c'était jouée de moi comme l'on se joue d'un enfant en lui volant son bien le plus précieux. Ça avait duré deux ans. Deux ans où mon existence c'était éteinte faiblement, remplacée par cette nuit qui tombait régulièrement dans les plaines d'autrefois. Il n'était plus. Telle la bougie fragile qu'il fut autrefois, une chose ou une personne, avait soufflé de toute ses forces pour faire disparaître l'étincelle de vie en lui. Encore maintenant je me souviens de ce corps retrouvé dans vie, tapit dans une ruelle, éventré et froid. Oui, je me souviens encore de cette douleur que j'avais ressenti, de ce cri que j'avais poussé alors que je tombais à genoux dans le sang déployé autour de celui qui était mon mari. Dix-sept ans de mariage. Treize ans déchirés en un claquement de doigt. Et j'avais sombré, tête baissé.

L'homme souriant avait disparu laissant place aux larmes, aux soupires et à cet espace vide qu'il avait laissé. Mais le temps guéri tout ou passablement en tout cas. Puis, ils avaient été là. Ashen, Gaël, Syrielle et cette meute qui était devenue notre famille, ma famille. Les années avaient passées lentement mais sûrement, pansant mes plaies en silence, me redonnant petit à petit la force d'avancer. Ça avait été dur pour tout le monde, parce que, croyez-le ou non, mais j'avais été foutrement désagréable. A présent, les rires résonnaient de nouveau, les blagues sortaient une fois de plus de ma gorge alors que mes compagnons semblaient ravis de retrouver ce loup que j'avais été durant quinze ans.

Le Quantum était animé par de nombreux loups qui étaient venus boire un verre, rire, ou encore échapper à une quelconque réalité. Moi, j'étais là, au milieu de beaucoup racontant des blagues bien stupides mais qui faisaient rire pas mal de monde. J'étais comme ça...fallait pas chercher à comprendre. Même quand je souhaitais être sérieux, ça fonctionnait dix minutes et je finissais néanmoins pas dire une putain de connerie. Je bois une gorgée de mon soda, évitant l'alcool depuis quelques temps, en ayant assez abusé ses deux dernières années. Pas que je sois alcoolique dans l'âme, non, mais souvent la whisky aide à oublier. Durant un moment en tout cas. Merci les belles gueules de bois que je m'étais imposé le lendemain matin. J'avais travaillé toute la journée aux urgences, rassurant des patients amochés, d'autres venus pour une simple douleur abdominale ! « … et le type, il se ramène avec une bouteille dans les fesses ! Non mais je vous jure, quand j'ai vu ça je me suis étouffé avec mon café ! » Nouveaux éclats de rires. Pourtant, une voix féminine et froid s'éleva dans les airs comme une mélodie cassante, brisée. Syrielle. Bien sûr, qui d'autre. Mon amie était dans une passe difficile et j'avais fais, jusqu'à aujourd'hui, preuve d'une certaine patience. Le malheur l'avait également touché, lui laissant un coup d'amertume dans la bouche. Elle ne pleurait pas, elle ne riait plus, ce n'était plus celle que j'avais souvent tant aimé voir sourire. Le silence retombe et un loup gronde plutôt fort. Je lève gentiment la main vers mon compagnon. Je ne suis pas l'alpha, je ne le serais jamais et je n'en éprouvais pas l'envie, mais étant l'un des plus vieux de la meute et le meilleur ami d'Ashen, le respect m'était dû naturellement.

« Syrielle, ton humeur n'a d'égale que ton sale caractère ses derniers temps. » Un petit rire moqueur s'échappe des lèvres d'un loup assez jeune. Mon dieu, les nouveaux ne savent pas quand se la fermer...Je lui lance un petit regard mécontent et il me sourit comme si il était de mon côté. Soit, il ne doit pas être au courant que Syrielle et l'une de mes plus vieille amie et qu'elle a toujours comptée énormément à mes yeux. Je dépose mon verre sur la table d'un air assez calme, alors que les loups autours de nous observaient la scène avec une curiosité étonnante. Si Ashen était là il aurait sûrement eu un sourire aux lèvres. J'avais été mordu à douze ans, imaginez donc mon savoir faire en tant que loup, c'était presque comme si j'avais vécu ainsi toute ma vie. Je me lève et m'approche de la jeune femme pour déposer mes fesses sur la chaise en face d'elle, les bras croisés sur la table, je capte son regard avec le mien. « C'est quoi ton problème Syrielle ? Tu cherche à te défouler sur quelqu'un ? » Pas que cela me dérange en soit que ça tombe sur moi, non, mais ce n'était pas ainsi que ça fonctionnait. J'étais passé par là, je savais ce que ça pouvait faire. La jeune femme gardait tout en elle et ça allait finir par la détruire, par la bouffer de l'intérieur telle une maladie mortelle et surtout incurable. Et ça, je ne le laisserais pas arriver. Non, ce n'était pas concevable. A mon tour d'être là pour elle, de la secouer pour qu'elle finisse par lâcher tout ce qu'elle refoule depuis quelques temps. Et pour ça, quoi de mieux que de la provocation pour la faire exploser ? « Tu as tes règles ou quoi ? Parce que franchement on a pas envie de subir tes sautes d'humeur... »

Je joue sournoisement avec mes doigts, tapant le bout de ceux-ci sur la table du Quantum, faisant un bruit assez énervant même pour moi...Je n'avais pas peur de m'en prendre plein la gueule, je savais me défendre et je l'avais prouvé à de nombreuses reprises. Ça ne serait pas mon premier combat. Sauf qu'en général, quand je me battais, c'était pour tuer...Avec Syrielle la raison était tout autre, jamais il ne me viendrait à l'esprit de lui faire du mal.
© 2981 12289 0

1060 mots
-24h
Post 2


Dernière édition par Ciàran de Brùn le Dim 1 Mai - 18:38, édité 2 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Mar 19 Avr - 11:39


The Wolf & The Shadowhunter - Hors de contrôle
Parfois pour contrer la colère et accepter la douleur ... il faut savoir prendre une raclée et tendre l'autre joue

Perdre une personne qu'on aimait était quelque chose de terrible. En perdre deux était pire encore. Quand cette tragédie était arrivée à Ciàran, Syrielle avait tout fait pour le sortir de sa dépression. Elle l'avait soutenu, épaulé, l'avait poussé à accepter la perte de son mari et à faire son deuil, elle n'avait pas bronché quand il était passé par tous les stades du déni à l'acceptation en passant par le refus, la colère et le chagrin. Elle avait été là à chaque instant délaissant même ses obligations de Chasseuses d'Ombres à certains moments. Pourtant, aujourd'hui elle refusait que quelqu'un fasse pareil pour elle. Elle ne voulait pas laisser couler, elle ne voulait pas pleurer, ne voulait pas faire son deuil, ne voulait pas accepter et par dessus tout elle ne voulait pas lâcher sa colère. C'était tout ce qu'il lui restait pour affronter la douleur, l'absence et la peur. Elle était au bord du gouffre et elle ne pouvait pas lâcher prise au risque de tomber dans les profondeurs obscures qui régnaient ici bas. Elle tenait bon pour le moment. Mais canaliser la rage qui bouillait constamment en elle au point de parfois la plier en deux de douleur, lui bouffait peu à peu tout son contrôle et elle était obligée d'y travailler tout le temps pour ne pas la laisser sortir. Et elle en devenait irritable, froide et dure avec tout le monde alors qu'elle n'était pas comme ça avant. Elle était plus douce, plus chaleureuse, toujours un sourire aux lèvres et plus sociable aussi. Aujourd'hui, elle savait que certains l'appelait "La Reine des Glaces" dans son dos et qu'ils se demandaient tous ce qui arriverait si elle lâchait son contrôle quelques instants. Probablement une grosse tempête. Voire un ouragan ... la plupart l'évitaient maintenant, même son propre clan. Il n'y avait que ceux qui la connaissaient très bien qui comprenait et acceptait. Plus ou moins.

Elle n'était pas d'humeur à écouter les conneries de Ciàran. Pourtant c'était elle qui était venue au Quantum, le repaire des loups. C'était elle qui s'était assise là pour boire en sachant parfaitement qu'il serait probablement présent. Mais aujourd'hui elle avait l'impression d'évoluer dans un brouillard dense, elle n'arrivait plus à réfléchir correctement. Aussi finit-elle par agresser son ami alors que ce n'était pas dans ses habitudes. Ciàran et elle se connaissaient depuis au moins cinq ou six ans, elle avait connu son mari, elle avait vu sa douleur, ils avaient toujours été là l'un pour l'autre. Mais aujourd'hui elle n'était pas elle même. Aujourd'hui, Talhia aurait du avoir dix-huit ans et elle n'était pas là ! Son humeur n'avait d'égal que son sale caractère. Syrielle eu un sourire froid qui n'avait absolument rien de joyeux. - Et tes blagues n'ont d'égales que ton humour à deux balles. C'est à dire qu'ils sont tous les deux au niveau zéro, rétorqua t-elle sarcastique. L'un des loups se mit à rire et le regard que lui lança Syrielle le fit s'arrêter instantanément même si il prouva son allégeance à Ciàran. Non, il ne valait mieux pas trop la chercher. Ciàn avait le droit parce que c'était Ciàn et Ashen aurait probablement eu le droit aussi parce qu'ils se connaissaient depuis encore plus longtemps mais aucun autre. Se défouler sur quelqu'un ? - Mon problème c'est que même quand on veut seulement boire un verre tranquillement, il faut supporter tes conneries incessantes. Et non, désolée, je ne frappe pas les grands-pères, j'ai été bien élevée. Bon d'accord elle abusait, Ciàran n'avait même pas dix ans de plus qu'elle mais elle se sentait d'humeur bagarreuse et la colère qui vrillait dans ses veines lui faisait voir le monde en rouge.

Sa dernière phrase fit arquer un sourcil à Syrielle qui se retint de serrer les poings de rage. - Bien sûr ! Ca c'est l'excuse pourrie que vous les mecs, sortez à nous les filles, de peur qu'on vous mette une raclée ! "Non j'peux pas la taper elle a ses règles c'est pas équitable !", railla t-elle en imitant un des mecs. Elle fini par se lever et par de placer devant Ciàran l'air dangereuse. Rassure toi, j'vais pas me défouler sur toi, j't'abîmerais et après, Ashen m'en voudra, balança t-elle. Puis elle lança de l'argent sur la table pour sa boisson et tourna les talons, ces derniers claquant durement sur le sol. Mais apparemment, Ciàran n'en n'avait pas fini avec elle ...
copyright acidbrain


801 mots
poste 3
-24h


Dernière édition par Syrielle Lightwood le Dim 1 Mai - 19:54, édité 1 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Mar 19 Avr - 12:41

Syrielle ▲ CiàranIl est temps que tu exploses, ne fais pas attention, pleure mon épaule est faite pour ça.Plus je l'observe et plus elle me semble différente, froide. C'est ce que l'on appelle souffrir, car la souffrance c'est le sentiment qui dépasse toutes autres choses. Bien sur, certains vous dirons que le bonheur est plus fort, que l'amour peut vaincre toutes les blessures, les panser. Ils ont tore, terriblement tore. Quand la souffrance, la vraie fait une apparition brutale dans votre existence, et bien, plus rien n'a d'importance à par ce cœur brisé qui vous fait hurler. Je connaissais que trop bien cette sensation. C'était brûlant, comme un corps enfouis sous la lave d'un volcan en fusion. C'était sombre, comme le néant le plus profond. Et puis il n'y avait plus de lumière, même pas cette petite étincelle à laquelle se raccrocher désespérément. J'avais réussis à surmonter, m'accrochant à eux, à elle également. J'avais pris du temps, mais je recommençais à avancer. Elle, elle ne faisait que se plonger dans la colère, refusant d'exprimer une quelconque peine. Je fronce les sourcils alors que mon cerveau marche à cent à l'heure cherchant une solution à son problème. Pour l'instant il n'y en avait qu'une. Pour avancer il fallait souffrir...Laisser cette peine l’envahir, la brutaliser au point qu'elle ne puisse plus se relever. Oui, il fallait qu'elle rampe, qu'elle se noie dans ses larmes, qu'elle suffoque tant sa gorge serrait serrée. Et puis, seulement après cette terrible étape, elle pourrait envisager un renouveau. Ça ne sera pas facile, loin de là. Le pire moment de son existence. Mais cette étape était incontournable, bien que cruelle.Je ricane face à sa répartie limite mauvaise. Ses paroles ne m'atteignaient pas spécialement, je savais garder un esprit objectif et je savais qu'elle n'était pas elle-même. Néanmoins, je ne pouvais pas non plus la laisser me marcher sur les pieds, c'était bien trop facile...

Grand-père ? Pardon ? Mes yeux changent légèrement de couleur, laissant une menace planer dans les airs. Cela ne dura que quelques instants, mais assez pour tenter de lui faire comprendre qu'elle commençait clairement à dépasser les limites du concevable, surtout devant les autres. Je vois que ma dernière phrase la piquée au vif et j'en suis heureux. Ces paroles de mecs ont toujours le même effet sur les demoiselles comme elle, c'était insultant et franchement matcho...Chose que je ne suis généralement pas, loin de là. Elle se lève et passe devant moi, prenant un air dangereux. Je ne détourne pas les yeux, maintenant la jeune femme dans mon champ de vision. Non, je ne baisserais pas les yeux devant elle, ni devant quiconque qui aurait ce comportement envers moi. Je ne suis pas homme à me plier. Je ne suis pas un chien qui remue la queue, qui jappe quand il a peur. Je suis un loup qui mord, qui grogne et surtout qui se bat quand cela s'avère nécessaire. Elle se dirige vers la porte et je me lève calmement, tournant mon corps vers elle alors qu'elle me tourne le dos. « ça fait mal hein ? Tu sais comment ça se nomme Syrielle, ce sentiment qui te ronge plus que nécessaire...ce sentiment qui te bouffe de l'intérieur au point que tu ne puisse plus respirer, que tu manque d'air constamment... » Si la provocation ne fonctionnait pas j'allais entrer dans le vif du sujet, j'allais frapper là où ça fait le plus mal. J'allais lui exploser ses souvenirs en plein face, j'allais lui plonger la tête dedans. Car y penser est une chose, en parler et surtout entendre les autres énoncer nos souffrances en est une toute autre. «  c'est la peine Syrielle...mélangé à de la colère, cette colère même qui causera ta perte. Crois-tu qu'elles auraient aimés ça ? Qu'elles voudraient ça pour toi ? »

Je fais quelques pas en avant puis me frotte les mains, tout en l'observant. Finissant par enlever ma veste très doucement, me préparant à une tempête imminente, je la tend à un loup qui sans rien dire la prit pour déposer celle-ci sur une chaise. Ils semblaient tous contempler la scène qui se jouait devant eux, comme attentif à la tournure des choses. Certains semblaient même impatient de voir la jeune femme exploser. « Franchement...je pense qu'elles auraient honte de toi Syrielle. Tu te renferme dans cette colère perpétuelle, repoussant toutes personnes qui te tend la main, qui tient à toi...Je peux comprendre, je suis même bien placé pour savoir ce qui se joue en toi...mais ce n'est pas la solution qu'il faut adopter...tu devrais au moins le faire pour elles. » Parler des morts, des disparus est une chose complètement radicale. Je me souviens qu'au début je fonçais sur le premier qui osait prononcer le nom de Lorcàn, Ashen avait dut agir de nombreuses fois. Ça éveillait un flot d'émotions brutales, une colère explosant au creux de nos tripes et ça fait mal. Oh oui, ça fait foutrement mal. J'avais cessé de me mouver, restant sur place les bras le long du corps. Je m'attendais à tout, prête à accuser le choc si jamais l'envie lui venait de m'en coller une. De toute façon, cela était sans doute mon but précis. Je n'étais pas faible, je pouvais accuser de nombreux coups sans flasher et ce même venant d'elle qui était une très bonne combattante. Je sens quelques loups reculer leur chaise quand ils voient le visage de Syrielle, comme alerter par ce qui allait se passer. D'un signe négatif de la tête je m'adresse aux autres. « Je m'en occupe, tout va bien...juste...ne faites rien. » Parce que oui, un loup et une shadow qui se prennent le choux ce n'est pas spécialement habituelle et surtout bien vu au sein d'une meute. « Laisse la souffrance exploser, ta colère retentir. Arrête de jouer les fortes Syrielle, tu es loin de l'être autant que tu ne voudrais nous le faire croire. »

J'allais vraiment me faire tuer si je continuais ainsi, enfin, me faire amocher peut-être... Parce que là, je faisais en sorte d'appuyer sur les instincts dominants de la jeune demoiselle, appuyant sur le bouton colère comme un acharné appuierait sur le bouton d'un ascenseur...Oui, c'était vraiment l'image parfaite. Mais après tout, elle avait été là dans mes moments les plus sombres, mais également les plus joyeux. Elle m'avait vu heureux puis anéanti, il était temps que les rôles s'échangent. Peut-être m'en voudra-t-elle, peut-être allait-elle me remercier par la suite... qu'importe, au moins, je pourrais dire que ce jour précis, moi, j'étais là pour elle.
© 2981 12289 0

1144 mots
-24h
Post 4


Dernière édition par Ciàran de Brùn le Dim 1 Mai - 18:38, édité 3 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Mar 19 Avr - 13:24


The Wolf & The Shadowhunter - Hors de contrôle
Parfois pour contrer la colère et accepter la douleur ... il faut savoir prendre une raclée et tendre l'autre joue

Syrielle sait qu'elle n'est pas stable pour le moment. Elle n'avoue rien d'autre mais ça elle le sait. Et elle sait que dans ces moments là on peut faire de sacrées conneries. Alors elle décide de partir plutôt que de créer un incident diplomatique, plutôt que de briser deux amitiés auxquelles elle tient plus que tout autre, plutôt que de d'avoir des mots ou des gestes qu'elle ne fera que regretter plus tard. Maintenant qu'elle l'a bien provoqué, elle décide de s'en aller avant que ça ne dégénère vraiment. Il n'y a personne ici pour l'apaiser. Lux, Caleb et Jasper sont absents. Elle est toute seule. Et toute seule elle ne pourra pas gérer. Mais sa colère n'est pas satisfaite et lui fait bien savoir, grondant en elle comme un orage sourd et violent, prête à se déchaîner à la moindre parole en trop. Ses talons claquant sur le sol, Syrielle s'éloigne, choisissant pour une fois, la voie de la sagesse plutôt que celle de la bagarre. Mais Ciàran en a décidé autrement. Peut-être qu'il pense l'aider. Mais il va seulement déclencher un ras-de-marée comme personne n'en n'a encore jamais subi de la part de Syrielle Lightwood. - Ca fait mal hein ? Tu sais comment ça se nomme Syrielle, ce sentiment qui te ronge plus que nécessaire...ce sentiment qui te bouffe de l'intérieur au point que tu ne puisse plus respirer, que tu manque d'air constamment... Au début elle ne répond pas, elle continue sa route vers la sortie sans même prendre la peine de se retourner, le dos droit, le port de tête royal. Mais Ciàn continue. - C'est la peine Syrielle...mélangé à de la colère, cette colère même qui causera ta perte. Crois-tu qu'elles auraient aimés ça ? Qu'elles voudraient ça pour toi ? lance t-il alors.

A ces mots, Syrielle s'arrête brusquement de marcher. Elle ne se retourne pas encore mais tout le monde peut noter la tension qui noue ses muscles et ce devant elle peuvent lire la rage qui assombrie violemment ses prunelles marron/vert. C'est une rage intense, violente, dangereuse. Une de celles qu'il vaut mieux éviter. Mais Ciàran n'est pas conscient de ce qu'il est en train de provoquer. Il continue sur sa lancée enfonçant toujours le couteau dans la plaie, toujours plus loin, toujours plus fort, le tournant et retournant, lui coupant le souffle sous la douleur. - Je t'interdis de parler d'elles ! gronda t-elle sans se retourner, les poings serrés. Les loups commencent à s'agiter, elle sent la tension augmenter dans la pièce jusqu'à devenir presque palpable. Parler de sa mère et de sa soeur n'était pas une bonne solution; c'était même presque devenu tabou ces derniers temps. Les recherches pour retrouver Talhia ne donnaient rien, elle était introuvable, probablement morte et la perte de sa mère était trop récente pour en parler. Surtout pour lui balancer qu'elles auraient honte d'elle si elles la voyaient ainsi. Tu ne sais rien Ciàran ! lança Syrielle en se retournant. Tout ce que je fais je le fais pour elle ! Tu n'a aucun droit pour me juger et je n'ai pas de compte à te rendre ! rétorqua t-elle avec colère. Ses yeux devenus presque noirs se posèrent sur le loup tandis que les autres semblaient se mettre en position d'attaque. Mais Ciàran les calma. Ah ouais, il s'en occupait ? Et il s'occupait de quoi exactement ? De mettre en place son propre suicide ?

- Laisse la souffrance exploser, ta colère retentir. Arrête de jouer les fortes Syrielle, tu es loin de l'être autant que tu ne voudrais nous le faire croire, lança alors Ciàran. Et ce fut la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Syrielle laissa exploser sa colère qu'elle ne retint même plus et se précipita sur Ciàran. Il ne lui fallut pas plus de deux secondes pour l'atteindre vu sa vitesse de Shadowhunter décuplée par la rage. L'adrénaline coulait dans ses veines lui donnant plus de forces et de rapidité. Elle se mit à frapper Ciàran là où ça faisait mal avec ses poings et ses pieds. De toute manière elle n'aurait jamais utilisé ses armes face à Ciàn. Elle était certes très en colère mais elle n'en n'était pas au stade où elle aurait pu blesser sérieusement son amie. Sa colère ne demandait qu'à sortir, il l'avait poussée à le faire et maintenant elle ne cherchait plus qu'à se défouler. Son coup de poing fut retenu par celui de Ciàran mais elle en profita pour lancer son pied à pleine vitesse l'envoyant balader sur une des tables en bois dont il balaya les boissons. Il revint cependant tout aussi vite dans le combat et la percuta de plein fouet l'envoyant droit sur le bar. Elle se rattrapa in extremis mais son dos percuta quand même l'arrête et elle grimaça sous le coup de la douleur. Mais ça n'était pas suffisant pour la calmer. Elle sauta sur Ciàran et le plaqua contre le mur. - Qu'est ce que tu veux Ciàran ?!! Me voir pleurer ?!! C'est ça que tu veux ?!!gronda t-elle le regard si sombre et si plein de haine qu'on aurait pu la prendre pour une obscure. Mais toute cette rage n'était pas tournée vers lui et il devait le savoir sinon il ne l'aurait pas provoquée ainsi. Qu'est ce que ça peut te faire que je sois en colère ?! Pleurer ne les fera pas revenir ! Ca n'apporte rien !! hurla t-elle à bout de nerfs.
copyright acidbrain


801 mots
poste 5
-24h


Dernière édition par Syrielle Lightwood le Dim 1 Mai - 20:00, édité 2 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Mar 19 Avr - 14:20

Syrielle ▲ CiàranIl est temps que tu exploses, ne fais pas attention, pleure mon épaule est faite pour ça.J'ai attiré son attention. Je le vois. Je le sens. Son dos semble se raidir sous cette émotion qui la submerge, alors que ses pas avaient cessés de l'emporter au loin. J'ai réussis à la piquer au vif, à toucher cette blessure qu'elle tentait vainement de camoufler et de protéger pour ainsi, la supporter seule. Elle m'interdit de parler d'elles. Je peux comprendre, nous l'avons tous dit un jour ou l'autre. Le fait de se remémorer leurs visages, leurs sourires. C'est une douleur vive qui se réanime à chaque fois que nos pensées vacilles. Pourtant, il fallait qu'elle puisse faire face à toute cette peine qui l'écrasait impunément. C'était ça ou elle finirait par perdre pieds, par s'écrouler au milieu d'une vie qu'elle ne contrôlait plus. C'était évident, c'était même malsain. J'avais passé dix-sept ans avec cet homme, comme deux astres gravitants autour l'un de l'autre. Puis un jour, il n'y eu plus rien, juste le vide, le néant, la solitude. J'étais jeune quand j'avais épousé Lorcàn, dix huit ans...Pourtant, notre mariage avait tenu bon, nous étions amoureux et la mort nous a séparés.  Comme quoi, la phrase « jusqu'à ce que la mort vous sépare » fut bien mise à exécution chez nous. Elle finit par se retourner alors qu'elle m'annonce faire ça pour elles, que je n'ai rien à lui dire. Ce qui était vrai, néanmoins, elle faisait ça pour elle et non pour les disparues. Parce que oui, c'était égoïste de sa part. « Tu le fais pour toi...ne les prends pas comme une excuse. » J'avais dis cela assez froidement, comme je l'aurais fait avec quelqu'un d'autre. Généralement j'étais d'une grande douceur avec la jeune femme, parfois fort taquin, mais jamais froid. Non. Mais dans ce genre de situation, la douceur n'était pas nécessaire. Les loups s'agitent mais je demande juste qu'on me laisse me charger de cette situation de crise. Là n'est pas un combat de mort ou de méchanceté, non, bien du contraire. Si il fallait en venir aux mains c'était pour atteindre une toute autre chose.

Ma dernière phrase fit mouche mais j'étais prêt, je l'attendais de pieds fermes et je n'allais pas reculer. Non, surtout pas maintenant que la machine semblait lancée. Je vois la jeune femme se précipiter sur moi à grande vitesse, alors que moi, mes yeux avaient radicalement changés de couleur et que je m'étais mis en position de défense. Syrielle c'était mise à frapper, laissant ainsi sa colère exploser aux yeux de tous. J''esquive plusieurs de ses coups, en ramassant d'autres. Ce n'était absolument pas agréable, néanmoins, je n'en avais que faire et ce n'était pas aujourd'hui que j'allais me laisser berner par une demoiselle en détresse. Je vois son poing viser mon visage et j'arrive à le stopper. Remarque pertinente, je n'avais pas encore levé la main et cela me demandais un contrôle extrêmement pour ne pas lui envoyer mon poing dans la figure...Cette réflexion ne me fit pas voir le coup de pied qu'elle m'envoya. Grave erreur de ma part. Je valse sur la table derrière moi, faisant tomber les boissons par la même occasion, alors que certains verres se brisèrent sous mon dos. Charmant, j'étais littéralement trempé et j'allais puer la bière. Merci Syrielle. Je gronde férocement et me relève d'un bon. J'ai le cœur qui bat à toute allure et mes yeux semblaient dangereusement luisants. Fonçant droit sur la jeune femme, je fais en sorte de la pousser avec mes mains, l'envoyant valser dans le bar derrière elle. Bon...pour la douceur je repasserais. Mais il ne faut pas abuser, j'étais loin d'être d'y mettre toute ma force. Là, je me retenais et pas qu'un peux, mon objectif n'était pas de la blesser, mais bien de la faire réagir. Je vois qu'elle grimace et je me sens alors coupable. Bon, tant qu'elle n'avait pas le dos cassé...après tout, elle n'avait cas pas jouer avec le feu non plus. Nouveau moment de réflexion, nouvelle connerie...Elle me saute dessus et me plaque contre le mur. Je gronde furieusement.

« Parce que ça va te tuer Syrielle et que je ne vais pas pouvoir le supporter ! » Je lui envoie mon pied dans le tibias et je retourne son bras, pas assez pour lui faire mal mais assez pour m'échapper de son emprise. Rapidement, je la colle contre la mur, plaquant mes mains de part et d'autre de son visage. J'avais également hurlé mes précédentes paroles, essayant de lui faire percuter l'information. « Parce que je sais contre quoi tu te bas, parce que je ne peux plus te voir te renfermer ainsi. Parce que je t'aime assez pour t'obliger à céder Syrielle ! » Mon regard replongea dans le sien alors que le silence faisait rage dans le Quantum. Les loups c'étaient éloignés, assis dans un coin de la pièce comme si ils regardaient une foutue scène de théâtre. D'ailleurs, j'en avais oublié leur présence.  Cette fois-ci ma voix se fit plus calme, alors que mes mains sur son visage n'étaient pas étouffantes, juste douces et rassurantes. Mes yeux avaient changés, redevenus humains, laissant la bête se retirer mais néanmoins prête à revenir si nécessaire. « Non ça ne va pas les faire revenir, comme ça n'a jamais fait revenir Lorcan. Mais te retenir ne le fera pas non plus. Toi aussi tu as le droit d'être malheureuse...même si ce n'est qu'une fois dans ta vie. » Je ne bouge pas. Si elle veut me repousser et bien soit, qu'elle le fasse, je reviendrais à la charge sans me soucier des conséquences. Je n'allais pas l'abandonner, c'était hors de question. « Ne te bat pas contre moi...je suis là Syrielle, je suis là et je le resterais quoi qu'il m'en coûte. »
© 2981 12289 0

1046 mots
-24h
Post 6


Dernière édition par Ciàran de Brùn le Dim 1 Mai - 18:39, édité 3 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Mar 19 Avr - 16:16

CHANSON A ECOUTER : TWO STEPS FROM HELL - AMARIA ( https://www.youtube.com/watch?v=QjGe7UE3bTc )


The Wolf & The Shadowhunter - Hors de contrôle
Parfois pour contrer la colère et accepter la douleur ... il faut savoir prendre une raclée et tendre l'autre joue

Syrielle n'avait pas l'habitude d'être aveuglée par tant de colère, tant de douleur qu'elle en était submergée, devenant complètement hors de contrôle. Il n'y avait plus rien d'autre qui comptait que de frapper celui qui lui faisait tellement de mal, voulant lui montrer une vérité qu'elle ne voulait pas voir, qu'elle ne voulait pas intégrer. Oui, peut-être que si elle le faisait c'était pour elle, mais dans son esprit, elle ne pourrait être totalement sereine jusqu'à ce que sa mère et sa soeur soient vengées. Et sa froideur ne l'atteignit même pas - même si ce n'était pas normal de sa part - elle, tout ce qu'elle voulait c'était le frapper. A ses dernières paroles elle réagit au quart de tour et fonça sur lui. Elle y mettait toute sa force et l'énergie de sa colère et de son désespoir dans ce combat mais ce n'était pas son cas à lui. Il réfléchissait trop, essayant de ne pas la blesser et ça lui coûta quelques jolis vols planés et quelques coups parce que Sissy, elle, ne se retenait pas. Elle frappait là où elle le pouvait quitte à l'envoyer balader contre les murs ou les tables, se fichant bien des verres, des boissons et des spectateurs aux alentours. Spectateurs qui fixaient cette bagarre avec de grands yeux ronds, incapables de décider si ce qu'ils voyaient était réel ou non, hésitant à aller chercher l'Alpha. Mais Ciàran leur avait dit qu'il gérait, qu'il s'en occupait et comme il était l'un des plus hauts gradés, personne ne voulait lui désobéir.

Syrielle lança son poing qu'il retint mais il n'évita pas son coup de pied qui l'envoya balader. Lui non plus ne la rata l'envoyant valser contre le bar. Elle grimaça mais continua à se battre. Elle continuait toujours de se battre. Même quand elle était épuisée, blessée, même quand il n'y avait plus de quoi ou plus d'espoir, même quand c'était la fin. Elle se battait encore et toujours et seule la mort pouvait l'arrêter. Elle réussit à plaquer violemment Ciàran contre le mur en lui hurlant qu'il ne servait à rien qu'elle pleure, que ça ne ramènerait pas sa mère et sa soeur, qu'elle était plus forte que ça. Ciàn ne la laissa pas avoir le dessus très longtemps. La tuer ? - Je suis plus forte que ça ! rétorqua t-elle toute aussi rageuse que lui. Et tu n'est pas mon père ! Ca c'était mesquin. Il n'était peut-être pas son père mais elle savait qu'il tenait énormément à elle, qu'elle était importante à ses yeux et qu'il s'inquiétait seulement. Mais en ce moment elle ne pouvait pas le supporter. Elle n'en n'avait pas envie. Pas la force. Mais a ce moment là, il lui envoie son pied dans le tibias assez fort pour la faire vaciller et l'attrape par le bras, le lui retournant pour la plaquer contre le mur. - Parce que je sais contre quoi tu te bas, parce que je ne peux plus te voir te renfermer ainsi. Parce que je t'aime assez pour t'obliger à céder Syrielle ! lui rétorqua t-il. - J'ai pas besoin de toi ! J'ai besoin de personne ! hurla la Shadowhunter, tout en se débattant, incapable de lâcher prise.

Ciàran se fait plus doux, moins violent, il semble se calmer. Il essaye de l'apaiser avec ses mots mais Syrielle ne veut pas les entendre. Elle secoua la tête en refoulant les sanglots qui menacent de la submerger. Elle refuse de pleurer. Elle refuse de lâcher prise. Alors elle attrape sa colère et la maintient bien en place pour ne pas être accablée de chagrin. - Non ! La colère c'est tout ce qui me reste ! C'est ce qui me fait tenir ! cria t-elle de nouveau en se dégageant de l'étreinte de Ciàran. Elle ne veut pas lâcher. Elle ne veut pas pleurer. Hors de question pour elle de craquer. Il lui demande de cesser de se battre, qu'il est là pour elle mais elle refuse de l'entendre. Là aussi c'est trop dur. Elle ne peut pas s'arrêter de se battre. Elle a l'impression qu'elle va couler et que si elle s'arrête elle va se noyer. Alors elle le repousse, reprenant le combat mais elle n'a plus de force, n'a plus l'envie. La colère s'évanouit peu à peu et elle n'arrive pas à la retenir. Elle lui colle une jolie droite qui le fait saigner. Il réplique en l'envoyant balader contre l'une des tables où elle s'y écrase en grimaçant de douleur. Il ne lui laisse pas le temps de se relever qu'il l'attrape et la re-plaque contre le mur. Elle se débat mais il ne lui laisse aucune option de sortie. - NON ! Tout le monde se demande pourquoi elle est autant en colère. Elle lit l'interrogation dans les yeux des loups et elle craque subitement. - J’ÉTAIS PAS LA !! hurle t-elle alors. J'étais censée la protéger, prendre soin d'elle, l'entraîner et j'étais pas là ! Je l'ai abandonnée ! Elle hurle, elle crie, elle se débat mais c'est trop tard, elle ne peut plus résister, les dernières barrières s'effondre et les larmes jaillissent de ses yeux. Les premières qui coulent depuis six mois. C’ÉTAIT MON RÔLE !! hurle t-elle. Elle cesse de se battre et elle s'écroule. Littéralement. Incapable de retenir ses sanglots elle se laisse aller et se plie en deux sous la douleur et la violence de ses pleurs. J'aurais du être là pour la protéger. C'est à cause de moi que maman est morte; c'est ma faute, répétait-elle en boucle. Talhia, ma Talhia ... elle appelle sa soeur, elle pleure, elle se laisse aller. Il n'y a plus de barrière.
copyright acidbrain


1018 mots
post 7
- 24h


Dernière édition par Syrielle Lightwood le Dim 1 Mai - 20:01, édité 2 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Mar 19 Avr - 21:37

Syrielle ▲ CiàranIl est temps que tu exploses, ne fais pas attention, pleure mon épaule est faite pour ça.Pas son père ? Ben heureusement, sinon, j'aurais eu un gros coup de vieux. D'ailleurs, vu mon âge, je n'aurais sûrement jamais d'enfants. Dommage. Faut dire qu'avec Lorcan nous avions souvent pensés à adopter, malheureusement, notre condition nous avait souvent freiner dans nos ardeurs. Adopter un Terrestre n'était pas vraiment une bonne solution, puis, la meute était également une chose qui nous prenait beaucoup de temps. Ensuite, il y avait eu les obscures, les batailles, les emmerdes et nous avions abandonnés l'idée, la mettant dans un coin de notre tête. Elle se débat alors que je la colle contre le mur, me disant qu'elle n'a pas besoin de moi, qu'elle n'a besoin de personne. Faux, archi faux. Nous avions tous besoin de quelqu'un dans les moments difficiles, même les plus froids, les plus violents avaient besoin d'une oreille attentive pour vider leur sac. Syrielle ne faisait pas exception à la règle, moi non plus, c'était un mouvement universel, un besoin que beaucoup éprouvaient même inconsciemment. Elle hurlait et je la laissais faire, ne tachant même pas de l'en empêcher. Elle devait évacuer et les tremblements dans sa voix laissaient sous-entendre qu'elle n'était pas loin de succomber. Pourtant, elle gardait tout en elle, elle refusait obstinément de se laisser aller. Je devais absolument tenir bon, ne pas baisser les armes, ne pas la laisser s'en tirer aussi simplement. Je tente une approche plus douce, plus calme mais elle secoue la tête hurlant que la colère était tout ce qui lui restait. « Non, tu te trompe ! » Je m'étais attendu à ce qu'elle ne flanche pas aussi facilement, qu'elle se batte encore et encore, refusant la réalité en face. D'ailleurs, cela m'aurait étonné qu'elle ne le fasse pas. Elle ne m'écoute pas et la manière douce ne semble pas fonctionner, en-même temps, elle était aveuglée par ses sentiments comme je l'avais été autrefois.

Me repoussant de plus belle, je fais un pas en arrière ne tentant plus de la maintenir en plus. Elle avait encore besoin d’évacuer et de frapper. Grand bien lui fasse, j'étais près et déjà en position de défense. Elle me colle une droite et ma lèvre se fend très légèrement, alors qu'un filet de sang s'échappe de la blessure. Je ne ressens pas grand chose, un léger picotement mais c'est loin de ne pas être supportable. Pourtant, cette fois-ci je réplique assez sauvagement pour qu'elle cesse de me cogner au visage. Merde, j'y tiens à ma gueule d'ange. Je l'attrape par l'épaule et la balance sur une des tables avec une force contrôlée. Je fonce droit vers elle avant qu'elle ne puise se redresser, sautant d'un bond sur la table et l'attrapant au passage par le bras. Je la soulève avec rapidité et la colle de plus belle contre le mur, la bloquant de part et d'autre pour l'empêcher de s'échapper de mon emprise. Mes yeux avaient de nouveau changés, alors que je faisais preuve d'un self-contrôle étonnant. Mes muscles sont tendus, mes sens en alerte et je ne dis rien. Les regards sont posés sur nous, lourds de questions mais je n'étais pas apte à faire un discoure pour l'instant. D'ailleurs, j'allais devoir m'expliquer avec Ashen, sans nulle doute qu'il allait vite être au courant de ce petit accrochage.  C'est alors que tout sorti et que je sentis un soulagement certain s'enfuir de moi. Ça y est...c'était le moment. Elle hurle qu'elle l'a abandonné, qu'elle était censé l'entraîner, que c'était de sa faute. Elle se débat encore quelques instants avant de ne plus rien faire, la douleur la bloquant sur place. Je relâche la pression, la laissant ainsi respirer alors qu'elle appelait sa sœur, se croyant responsable de la mort de sa mère, de la disparition de Thalia.

Je sens mon cœur se serrer alors que je je m'approchais doucement d'elle, posant une main sur son épaule, la tirant vers moi pour lui offrir une présence. Je passe une main dans ses cheveux, posant mes yeux sur les loups qui ne savaient plus où se mettre. Ils n'étaient plus très nombreux et d'un signe de tête, je montre la sortie. Je ne les mets pas dehors, mais là, de suite, Syrielle avait besoin de calme et surtout d'intimité.  Ils comprirent rapidement et prirent comme excuse qu'ils allaient « chasser ». Ouai, ils auraient pu trouver mieux. Une fois la porte refermer, je soupire tristement. « Ce n'est pas de ta faute. Je sais que tu ne veux pas l'entendre, que cette culpabilité te rongera encore longtemps... Je le sais, je la ressens même après trois ans. Mais Syrielle, tu n'es pas seule, tu ne le seras jamais. » Je m'éloigne de quelques centimètres pour l'obliger à me regarder. Je ne souris pas, le moment n'est pas aux sourires, loin de là. « Tu n'aurais rien pu faire. Il faut que tu arrêtes de te faire bouffer par ta culpabilité. Je ne te laisserais pas sombrer, même si pour ça nous devons nous battre tout les jours pendant des années. » J'étais sérieux. Totalement. Si nous devions faire cela durant de nombreuses années j'étais prêt à le faire, mais jamais, au grand jamais elle ne sombrerait plus bas que terre. Je serais toujours là pour la redresser, la soutenir, lui tenir la tête hors de l'eau. Si elle devait sombrer nous sombrerions ensemble !
© 2981 12289 0

961 mots
-24h
Post 8


Dernière édition par Ciàran de Brùn le Dim 1 Mai - 18:39, édité 3 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Mer 20 Avr - 14:20


The Wolf & The Shadowhunter - Hors de contrôle
Parfois pour contrer la colère et accepter la douleur ... il faut savoir prendre une raclée et tendre l'autre joue

Ca faisait six mois. Six mois que Syrielle gardait tout en elle sans verser une larmes, sans se laisser une minute de répit quitte à ne plus dormir pour ne pas rêver et laisser son subconscient prendre le dessus. Ce soir là, il pleuvait des cordes et elle était arrivée la première sur les lieux, prête à se battre mais tout ce qu'elle avait vu c'était le corps sans vie de sa mère et le sang qui s'écoulait de celui de sa petite soeur. La douleur qui l'avait submergée à ce moment là avait été si terrible qu'elle s'était effondrée en hurlant, son cri déchirant le ciel et la terre. Elle avait serré le corps de sa soeur dans ses bras tandis que son père serrait celui de sa femme, brisé. Mais alors que la colère et la vengeance avaient prit le dessus sur sa douleur, elle n'avait lu que le désespoir, le chagrin et la mort dans le regard de son père. Elle l'avait vu s'écrouler en appelant sa femme encore et encore, la suppliant de ne pas l'abandonner, de rester avec lui. Elle l'avait entendu réciter leurs voeux de mariage en pleurant comme si le fait de lui rappeler allait la faire revenir. Elle avait été traumatisée de voir ce, si grand, si puissant Chasseur d'Ombres s'effondrer comme une marionnette dont on aurait coupé les fils et avait refusé de devenir ainsi. Ce soir là, en remarquant que sa soeur respirait encore elle avait appelé Thélios, encore et encore jusqu'à ce que le sorcier ne lui affirme que sa soeur survivrait. Mais qu'elle ne serait plus jamais la même ... Syrielle l'avait alors veillée jour et nuit, incapable de s'éloigner de son chevet mais au seul moment où elle était parti, le temps de prendre des nouvelles de son père et de l'Institut, Talhia s'était réveillée et enfuie. Et sur l'espoir de la voir en vie, s'était ajoutée la culpabilité et l'impuissance. Talhia avait été absente à l'enterrement de sa mère. Son père avait été présent mais avait été incapable de faire un geste, de dire un mot. Soutenue par ses cousins et par Lux et Jasper, c'est Syrielle qui avait du faire ce qu'il fallait, dire les derniers mots et qui avait regardé le corps de sa mère brûler.

Elle ne pouvait pas abandonner. Elle ne voulait pas abandonner. Elle ne voulait pas s'effondrer. La colère, c'était la seule chose qui lui permettait encore de tenir debout et elle s'y accrochait avec l'énergie du désespoir mais Ciàran parvint à ses fins. Après une énième bagarre durant laquelle Sissy parvint à le faire saigner - même si ce n'était pas son intention première - Ciàn, démontrant toute sa force de loup dominant la plaqua contre le mur alors qu'elle était encore un peu étourdie par sa rencontre avec une table en bois. Et elle s'effondra. Elle se mit à hurler, à se débattre puis les barrières explosèrent et la colère fit place à la douleur. Une douleur si violente, si puissante qu'elle tomba à genoux et du se plier en deux, les larmes ravageant son visage et les sanglots secouant son corps fin. Elle ne vit pas les loups partirent, n'entendit pas leur excuse, trop écrasée par la douleur. Six mois qu'elle refoulait tout et maintenant qu'elle craquait, elle n'arrivait même plus à respirer pour affronter ça. Posant les mains sur le sol pour s'y appuyer, elle tenta de retrouver son souffle mais celui ci était bloqué dans sa poitrine. Elle avait envie de vomir, envie de mourir. Son coeur lui faisait si mal qu'elle voulait se l'arracher de la poitrine et le lancer loin. Elle entendit vaguement les paroles de Ciàran mais n'en comprit pas vraiment le sens, sa voix était si lointaine, elle allait l'impression qu'elle allait s'évanouir. Il la serra dans ses bras et elle s'accrocha à lui, comme une enfant, pleurant toutes les larmes de son corps sans arriver à s'arrêter ou à se calmer.

- Pourquoi ... pourquoi elle n'est pas là ... demanda t-elle, la voix saccadée par ses pleurs. Elle n'arrivait pas à aller deux phrases, ni même deux pensées cohérentes. Elle n'arrivait pas à se calmer, ni à s'apaiser. Tout ce qu'elle avait refoulé pendant les six derniers mois venait de s'abattre sur elle et c'était beaucoup trop fort pour qu'elle réussisse à l'affronter. Toute Shadowhunter qu'elle était, elle avait des limites et elle les avaient dépassées depuis longtemps. Elle avait tenté de faire comme si elle n'était pas en territoire inconnu, comme si tout était normal, comme si elle pouvait continuer à affronter la vie et le monde comme si de rien n'était mais la vérité était qu'elle n'en n'était pas capable. Elle avait essayé mais Ciàran avait raison : elle n'était pas aussi forte qu'elle tentait de le faire croire à tout le monde depuis six mois. - J'ai l'impression de la voir partout Ciàran. Dans chaque visage que je croise, dans chaque rire que j'entends, dans chaque silhouette que j'aperçois .... mais à chaque fois, ce n'est pas elle. Elle pleurait toujours mais un peu moins fort. Pourquoi je ne la retrouve pas ? Qu'est ce que j'ai raté ? J'veux pas croire qu'elle soit morte Ciàran. J'ai déjà perdu maman, si je la perdais elle ... sa voix se bloqua dans sa gorge.

La colère reprenait le dessus et elle n'avait plus la force de la contenir. Elle s'éloigna soudainement de Ciàran, le repoussant brusquement pour ne pas lui faire de mal et se mit à hurler et à jeter tout ce qui lui passait sous la main avec une brutalité qui ne lui était pas coutumière. Quiconque passerait par là à ce moment là la prendrait probablement pour une folle à lier mais ceux qui avait déjà perdu quelqu'un comprendrait ce besoin primal, instinctif de se défouler. - QU'EST CE QUE J'AI RATE ?!!! hurla t-elle sans attendre vraiment de réponse. Elle avait juste besoin de hurler et de se défouler. Elle s'effondra à nouveau à genoux, s'arrachant les cheveux en hurlant de rage et de douleur avant de s'apaiser un peu. La tête baissée, le souffle court, elle commençait enfin à se calmer. - Désolée, j'suis désolée ... répétait-elle en boucle. C'est à ce moment là qu'elle remarqua le sang qui coulait de son avant bras. Elle avait du se couper quand elle avait balancé les bouteilles. Elle allait devoir faire un sacré ménage si elle voulait éviter de se faire tuer par Ashen. Mais pour le moment elle se calmait juste. Elle sentit la présence rassurante de Ciàran à ses côtés. - Pardon ... murmura t-elle encore en se laissant aller contre lui tout en fermant les yeux. Sa respiration était encore lourde mais la colère en elle s'était apaisée et si la douleur était toujours présente, elle pouvait néanmoins la canaliser.
copyright acidbrain


1210 mots
poste 9
- 24h


Dernière édition par Syrielle Lightwood le Dim 1 Mai - 20:01, édité 1 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Mer 20 Avr - 18:06

Syrielle ▲ CiàranIl est temps que tu exploses, ne fais pas attention, pleure mon épaule est faite pour ça.Elle avait explosé comme une boule de nerfs. Sa peine avait prit le dessus, envahissant son être, lui coupant le souffle, lui brûlant le cœur. C'était horrible de la voir ainsi, à genoux sur le sol, les larmes inondant son visage généralement si souriant. Je me sentis légèrement coupable de l'avoir malmenée ainsi, pourtant, je n'avais pas eu le choix. C'était ça ou l'observer se renfermer sur elle-même. Non, je n'aurais pas supporté cette vision d’horreur. Puis, il valait mieux qu'elle se défoule sur moi que sur une autre personne, moins compatissante ou encore, un être aimé avec qui elle risquait de se déchirer pour rien. Après tout, j'avais vécu la même situation, je savais ce qui se passait en elle, bien plus profondément ancrée. J'étais le mieux placé pour endosser cette lourde tâche qu'était de la faire craquer. Je m'approche calmement, la prenant dans mes bras dans un esprit rassurant. Elle doit sentir qu'elle n'est pas seule, que je suis là, qu'elle pouvait s’accrocher à l'homme que j'étais sans craindre d'être jugée ou de faillir dans des abîmes plus profonds, plus sombres. Et c'est ce qu'elle fit, elle s'accrocha à moi. Les larmes ne cessèrent de couler sur ses joues, mouillant par la même occasion mon tee-shirt déjà bien entamé par la bière et quelques éclats de verres. Là de suite je n'en avais que faire, si elle souhaitait bousiller mon haut et bien qu'elle le fasse, ce n'était que secondaire, voir limite inexistant. Je passe ma main dans mes cheveux, la serrant un peux plus, cherchant à la réconforter d'une manière ou d'une autre. Les paroles que je pourrais dire ne changeront rien à sa peine, à sa souffrance. Les mots sont éphémères, sans réel sens quand une situation aussi tragique nous tombes dessus. Son deuil sera long, semé d'embûches. Des jours elle pensera aller mieux, le lendemain elle s'effondrera de nouveau, jusqu'au jour ou elle cessera de pleurer définitivement...

Son corps était secoué de sanglots violents alors qu'elle me pose une question à laquelle je ne saurais répondre. Alors, je me contente de garder le silence en baissant doucement les yeux, la gorge serrée. Je ne savais rien faire de plus, je ne savais rien dire qui la soulagerait. J'étais impuissant à présent. J'avais fais ce qu'il fallait pour que tout sorte brutalement, pour qu'elle explose, qu'elle pleure. Maintenant il n'y avait plus qu'une seule chose à faire, être là pour elle et attendre que ça passe. Oui, c'est con à dire, voir cruel, mais c'était la vérité. Attendre...c'était à elle de panser ses plaies, à ses proches, sa famille de la soutenir dans les divers moments sombres à venir. Il fallait qu'elle soit entourée mais pas étouffée. Elle me parle et je l'écoute, posant mon menton contre elle. Oui, c'était typique des disparus et de leurs proches. Les familles voyaient ceux-ci partout, jusqu'au jour ou ils ont le corps mort devant les yeux...J’espérais que cela n'arrive pas à Syrielle. Moi-même, durant plusieurs mois, j'avais eu l'impression de voir Lorcan ici et là malgré le fait que j'avais vu son corps éventré dans cette ruelle sombre... « Tu ne dois pas perdre espoir Syrielle, on finira par la retrouver, je t'en fais la promesse. » Morte ou vive...mais ça, je n'allais pas l'ajouter ce n'était absolument pas une bonne idée. Bien sur, j'espérais retrouver Thalia vivant, néanmoins, je ne pouvais pas lui promettre une telle chose, ça serait mentir. Nous ne savions pas ce que la jeune femme était devenue, où elle était, ce qu'elle faisait ni même si elle était toujours vivante. Je n'étais pas homme de mensonges, je disais généralement la vérité. Du coup, je préférais garder ça pour moi, ainsi, je ne mentirais pas à la jeune femme brisée.

Elle fini par me repousser avec une certaine brutalité. Se levant furieusement, les cris résonnèrent dans le Quantum et elle explosa de nouveau. Heureusement, cette fois-ci elle s'en prit aux verres, bouteilles, mobilier. Ashen allait me tuer, mais littéralement, ce n'était pas une blague. Bon, avec un peux de chance j'arriverais à tout nettoyer avant son retour...Elle retombe sur le sol et je me redresse enfin alors qu'elle dit être désolé. Je me repose à ses côtés, posant mes genoux sur le sol, j'attends qu'elle reprenne ses esprits. L'odeur du sang vient me chatouiller les narines et j'observe sa blessure, heureusement superficielle, mais assez profonde pour la faire saigner. Je m'en occuperais par la suite, là, j'avais d'autres préoccupations et elle ne risquait pas de se vider de son sang. Elle s'excuse une nouvelle fois, venant se poser tout contre moi alors que je l'entoure de mes bras. « ça va aller Syrielle, je suis là. » Déposant un baiser sur le haut de son crane, ma joue se pose également contre elle. Je ne la lâche pas une seule seconde. « Il fallait que ça sorte... » Oui, il le fallait et j'étais désormais rassuré de la sentir moins explosive, moins pas torturée, non, mais sur le point de sombrer. Je l'écarte légèrement de moi pour poser mon regard sur sa blessure. « Viens, on va nettoyer ça... » Je me redresse doucement aidant la jeune femme au passage à faire de même. Du revers de la main j'essuie le sang qui commençait à sécher sur ma lève, remarquant que finalement c'était quand même douloureux une fois l'adrénaline retombée. Bon, c'était loin d'être insoutenable, mais ce n'était pas agréable pour autant. Je fais un pas en avant et écrase un morceau de verre au passage. Mouai, comme si je bossais pas assez à l'hôpital, j'allais devoir me taper le tablier de la femme de ménage...
© 2981 12289 0

1018 mots
-24h
Post 10


Dernière édition par Ciàran de Brùn le Dim 1 Mai - 18:40, édité 3 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Jeu 21 Avr - 14:49


The Wolf & The Shadowhunter - Hors de contrôle
Parfois pour contrer la colère et accepter la douleur ... il faut savoir prendre une raclée et tendre l'autre joue

La colère, la douleur, la culpabilité, l'impuissance, voilà tout ces sentiments qui tournoyaient en Syrielle et la rendait folle depuis six longs mois. Elle les avaient continus si longtemps, les avaient mis si longtemps de côté, tachant de ne pas y prendre garde pendant qu'elle se défoulait en chassant les Démons et les Obscurs ou en s'entraînant non-stop. Et de tout lâcher d'un seul coup comme ça, lui donnait l'impression qu'elle perdait pied, qu'elle avait lâché la paroi de la caverne et tombait au fond du gouffre, qu'elle allait perdre la raison et devenir complètement folle. Repoussant Ciàran pour ne pas lui faire de mal - du moins ne pas lui en faire plus que précédemment - la jeune femme se défoula dans le bar. Elle pensa brièvement qu'Ashen allait la tuer en voyant tout ce foutoir puis elle s'effondra. Elle était à bout de force, épuisée par six mois de nuits presque blanches, de chasses sans interruption, six mois de morts, de guerre, de violence sans pause, six mois de douleur, de rage et de culpabilité. Elle ne tenait plus. Au bout d'un moment, Ciàran vint la rejoindre et la prit de nouveau contre lui. Elle se blotti dans ses bras, n'ayant même plus la force de pleurer pour le coup. Elle était juste épuisée. - Tu ne dois pas perdre espoir Syrielle, on finira par la retrouver, je t'en fais la promesse. Elle avait envie de lui dire de ne pas faire de promesses. Que les promesses étaient faites pour être tenues. Qu'elle n'y croyait plus. Mais elle n'en n'eut pas la force. Elle se contenta de rester là à flotter dans un brouillard opaque, les yeux fermés, la respiration haletante, incapable de faire le moindre mouvement. Pourquoi est-ce que ça devait être Ciàran qui la retrouve ainsi ? Pourquoi est-ce que c'était lui qui avait du tout prendre dans la figure alors qu'il ne le méritait pas ? Pourquoi est-ce que ce n'était pas son père qui se trouvait là, avec elle, à lui assurer qu'on retrouverait sa soeur ? Comment pouvait-elle y croire si son propre père n'y croyait pas lui même ? Il était censé lui montrer la voie et jusqu'à présent, ce n'était pas franchement une réussite.

Elle l'entend lui dire qu'il est là, qu'il fallait que ça sorte et elle eu un faible sourire, pâle imitation de son sourire habituel. - Ouais j'suppose, murmura t-elle la voix rauque d'avoir trop crié, trop pleuré. Elle semble s'être calmée. Il regarde son bras et lui dit qu'il faut soigner ça. Elle même regarde l'entaille sans la voir puis la couleur du sang est fragrante et elle hoche la tête. Il l'aide à se relever, elle flageole et il la retient. Elle se raccroche à lui un instant avant de hocher la tête et d'avancer toute seule. Elle a mal partout mais c'est entièrement sa faute. Elle est devenue trop confiante avec le temps, trop sûre d'elle, trop arrogante. Elle avait oublié à quel point Ciàran était un excellent combattant. En plus il n'avait même pas mit toute sa force elle le savait. Elle non plus remarque. Même en colère elle ne voulait pas blesser son ami. Celui ci passe derrière le bar pour sortir une trousse de secours et elle le laisse la soigner. Sissy en profite pour lui avouer la véritable raison de son explosion. - C'est l'anniversaire de Talhia aujourd'hui ... Dix-huit ans ... avoue t-elle à voix basse. Ce n'est pas normal. A dix-huit ans on est censé être avec sa famille, ses amis, en profiter un maximum. Mais elle n'est pas là. Et le coeur de Syrielle se déchire en imaginant qu'elle ne fêtera plus jamais un seul anniversaire avec sa soeur. Merci, fit-elle ensuite quand il eu fini de soigner son bras.

Elle se retourna et fixa le bar en désordre. Elle a foutu un beau bordel ... Elle voit Ciàran commencer à ramasser. - Attends, fait-elle en attrapant sa stèle dans sa botte. Elle la tourne et dessine une rune non permanente sur sa paume. C'est une rune qui n'apparaît pas forcément dans le grimoire, une rune très ancienne que Clary Fairchild a ressorti des ténèbres et que depuis on s'est empressé de retenir parce qu'elle aide bien quand trop de dégâts on été subis. Syrielle dessine donc la rune puis passe la main, paume ouverte sur toute la pièce, lentement, tournant sur elle même. Et les meubles et verres cassés se reconstruisent, les cadres tombés se remettent sur le mur et tout se remet en place, en ordre. Quand tout est fini elle baisse le bras et plie et déplie ses doigts. Quand elle regarde sa paume, la rune est déjà en train de disparaître. Elle se tourne vers Ciàran. - Je te devais bien ça. Puis sinon Ash' nous aurait tués tous les deux. Elle esquisse un bref sourire et même si son regard est encore triste et hanté, on la sent déjà plus équilibrée qu'auparavant. Elle s'assoit au bar et se passe une main sur le visage l'air soudain très lasse. - J'sais même plus par où continuer Ciàn. Je l'ai cherchée partout. Freya m'a aidée. Ash' m'a aidée. Nath' m'a aidée. Personne n'arrive à la trouver. Je sais pas où elle peut-être, murmure t-elle désespérée.
copyright acidbrain


934 mots
poste 11
- 24h


Dernière édition par Syrielle Lightwood le Dim 1 Mai - 20:03, édité 1 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Ven 22 Avr - 16:58

Syrielle ▲ CiàranIl est temps que tu exploses, ne fais pas attention, pleure mon épaule est faite pour ça.J'aimerais tellement trouver les mots pour la rassurer, pour lui rendre la tâche plus facile, pour que l'acceptation du moment puisse simplement lui paraître moins lourd à supporter. Pourtant, je savais que ces mots n'existaient pas. Ils étaient invisibles, ils étaient indescriptibles, imprononçables. La vie est une vraie merde et je pouvais en témoigner. Abandonné à la naissance, j'avais tué mes « parents » suite à ma première transformation. J'avais, des mes crocs, arrachés leur gorge, laissant le sang couler à flot dans cette maison qui m'avait abrité durant tant d'années. Deux ans d'isolement. Deux ans de larmes de peurs, de froid également. J'avais dû voler pour me nourrie, oubliant chaque pleine lune, chaque vie que j'avais pris sous le coup de cette vile malédiction. Il avait fallu que je croise la meute de Lorçan pour que j'accepte enfin qui j'étais, ce que j'étais et que je puisse me contrôler. Puis l'amour avait frappé à ma porte. Généralement les amours de jeunesse ne sont pas définitives, c'est éphémère et passager. Pas avec moi, pas avec nous. A dix huit ans j'étais marié, ne craignant pas le regard des autres face à ce couple vu d'un mauvais œil par certains. Rien à foutre, moi je l'aimais et je savais qu'il m'aimait également. Nous étions le reflet de l'autre. Nous formions un tout indispensables. J'avais toujours cru Lorçan fidèle, néanmoins, je savais également qu'il avait toujours eu ce besoin de liberté, de s’évader. Avait-il été voir ailleurs ? Sûrement, mais je m'étais fait à l'idée sans pour autant l'accepter. Ça avait été une fois ou deux. Ces nuits ou il ne rentrait pas à la maison, prétextant travailler la nuit, alors que je savais qu'il me mentait. Mais j'acceptais, parce que je l'aimais, parce qu'il revenait toujours vers moi plus heureux que jamais.

Dix-sept ans de mariage ce n'est pas rien, il faut parfois faire des sacrifices. J'avais souvent pensé me venger en allant voir également ailleurs...je n'ai jamais réussis, ce n'était pas dans ma nature profonde, quand je me donnais à quelqu'un, je me donnais à fond. Envers et contre tout. Je ne vois pas le pâle sourire de Syrielle, alors que mon regard était posé sur ce point invisible devant nous. Je me contente de la consoler comme je peux, mes gestes faisaient le plus dur, mes paroles n'étaient pas spécialement indispensables. Je remarque l'entaille sur son bras et lui signifie que nous allons soigner ça. Je ne souhaite pas la laisser dans cet état, puis, j'étais médecin autant en profiter. J'en avais l'habitude. Dès qu'un loup avait une blessure assez grave qui demandait quelques soins j'étais là, offrant mes services pour cette famille qui était également la mienne. J'avais beau avoir décidé de vivre ailleurs que dans le repère, je n'en restais pas moins un membre de la meute. Puis, à l'époque nous avions besoin de notre vie privé, à présent, je m'étais juste habitué à cette maison qui était la mienne. Je passe derrière le bar pour en sortir une trousse de secoure, revenant vers la Chasseuse d'Ombre pour commencer à la soigner. Je prends soin de bien désinfecter cette plaie, lui posant notamment un bandage qui tiendra une certaine stérilité. J'espérais juste qu'elle n'allait pas s'amuser à l'enlever d'ici une heure ou deux, cela aurait gâché mon travaille qui alors n'aurait servi à rien. Je lève les yeux vers elle quand elle m'avoue que ça aurait dû être l'anniversaire de sa sœur. Dix-huit ans...Je sens ma gorge se serrer. Que dire face à ça ? Rien. Je ne pouvais rien dire. Pas de paroles réconfortantes juste un. « On va la retrouver ». Un murmure délicat.

Une fois la blessure soignée, je commence à ranger les dégâts causés par notre bataille. Il valait mieux que je m'y mette maintenant avant que Ashen ne revienne, sinon, j'allais me faire botter les fesses. Hors, mes fesses j'y tenais vraiment ! Syrielle me demanda néanmoins d'attendre. Levant les yeux vers elle, je l'observe faire. J'aurais pu être surpris, impressionné ou autre si ça n'avait pas été elle. Je vivais depuis des années avec les exploit des néphilim, avec ceux de mon amie également. Elle se battait bien et possédait une force hors du commun, puis, les runes sont choses courantes. Du coup, je me contente d'essuyer mes mains sur mon pantalon en observant les dégâts être réparés. « Merci, ça m'évitera d'enfiler un tablier et de me la jouer homme de ménage. » Je lui souris doucement. C'est vrai que mon alpha n'aurait pas apprécié de voir son bar dans un état lamentable. Je contourne de nouveau le bar et viens me poser près d'elle. Elle est désespérée et je peux la comprendre. « Et bien, il faut continuer à chercher. Je peux faire des recherches dans différents hôpitaux, cliniques privées également. Puis, on va continuer, quitte à passer Chicago au peigne fin on le fera ! On va fouiller chaque bâtiments, chaque maisons, chaque ruelles...Mais je te promet qu'on va la retrouver ! » Tant qu'on avait pas le corps de Thalia devant les yeux il y avait encore de l'espoir, en tout cas à mes yeux. Posant une main sur son épaule, je viens poser un baiser dans ses cheveux. « Puis, franchement, c'est une Leightwood Syrielle...elle a des ressources. » Je presse délicatement son épaule en cherchant un moyen de la rassurer. Si elle avait le même caractère que sa sœur, elle devait sans nuls doutes savoir se débrouiller.  
© 2981 12289 0

985 mots
Post 12


Dernière édition par Ciàran de Brùn le Dim 1 Mai - 18:40, édité 3 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Sam 23 Avr - 14:43


The Wolf & The Shadowhunter - Hors de contrôle
Parfois pour contrer la colère et accepter la douleur ... il faut savoir prendre une raclée et tendre l'autre joue

Syrielle sourit brièvement à la remarque de Ciàran. - Si j'avais sût, essaya t-elle de plaisanter quand il lui parla de se transformer en homme de ménage. Mais si elle recommençait à plaisanter - toute pourrie que soit ses blagues - et qu'elle recommençait à sourire - tout faible et pâles ses sourires puisse être - c'est qu'elle commençait à retrouver une certaine stabilité. Ce n'était pas gagné, il ne fallait pas croire. Des ombres dansaient encore dans son regard, l'assombrissant dangereusement et elle semblait toujours un peu à cran mais elle n'avait déjà plus envie de tuer personne c'était un avancement. Mais elle secoua la tête en soupirant quand Ciàran lui parla des hôpitaux. - Non ça sert à rien. C'est une louve, elle n'a pas besoin d'aller à l'hosto. Et elle est trop inexpérimentée, elle n'aurait pas résister à l'appel du sang on en aurait entendu parler. Elle ne précisa pas qu'elle écoutait les nouvelles à la fois Terrestres et du Monde Obscur, à l'affût d'un signe, n'importe quoi qui lui donnerait une piste pour retrouver Talhia. Elle ne savait pas ce qui était le pire. Etre sans aucune nouvelle, dans l'attente d'un signe qui lui donnerait l'espoir que sa soeur aille bien ou au contraire n'attendre plus rien d'autre que l'annonce de sa mort en priant pour que ça n'arrive jamais. Elle ne savait pas si il valait mieux la savoir disparue mais en vie que retrouvée mais morte. - Justement c'est une Lightwood. Notre seul nom peut lui valoir la mort sans aucune hésitation, simplement parce qu'elle fait partie de la famille. Elle se passa une main sur le visage en s'asseyant sur le tabouret haut. Je n'arrête pas de me dire que j'aurais du passer plus de temps à l'entraîner, être plus dure avec elle. Mais papa et maman étaient là, j'me disais qu'on avait du temps encore, j'étais tellement dans mon monde, dans mes batailles avec Lux et Jasper, nos missions sur le terrain, j'avais tellement envie de montrer que les Lightwood étaient encore les meilleurs, j'étais si ... si arrogante. Je pensais que la vie nous appartenait et qu'on aurait tout le temps du monde pour le reste. Elle soupira. J'ai pris une sacrée raclée. On l'a tous prise je crois. Elle se redressa. J'ai besoin de faire un tour, tu viens avec moi ? proposa t-elle.

Elle attrapa sa stèle pour réactiver sa rune de visibilité sinon Ciàran aurait l'air débile à parler tout seul dans le vide puis ils sortirent du Quantum. Ils croisèrent quelques loups qui leur jetèrent un regard de biais. - J'suis désolée les gars, lança t-elle à la ronde. Elle entendit quelques grognements d'approbation et quelques rires signifiant que ses excuses étaient acceptés puis elle et Ciàran disparurent dans la ruelle pour rejoindre la grande rue. Ils flânèrent un moment sans parler avant que Syrielle ne reprenne la parole. - Je les envient parfois. Elle regarda Ciàran. Les Terrestres, fit-elle en désignant les gens qui allait et venait, discutant, riant, se disputant, le téléphone à l'oreille, en train de boire ou manger, vivant leur vie sans faire attention à ce qui les entourait. Ne rien savoir, vivre sa vie sans être toujours sur la défensive, ne pas se battre sans arrêt. Ils ignorent que c'est grâce à nous qu'ils ont une vie si paisible. Et pourtant si ils savaient, ils nous traiteraient de monstres. Elle échangea un regard avec Ciàran et haussa les épaules. A ce moment là son portable sonna et elle l'attrapa. Frey. - Allô ? lança t-elle. Elle écouta sa cousine parler. Où ça ? s'enquit-elle en s'arrêtant tournant sur elle même pour voir où ils étaient. J'suis à côté j'm'en charge, répliqua t-elle quand elle eu trouvé le nom de la ville. Elle jeta un coup d'oeil à Ciàran et sourit. Nope c'est bon j'suis pas toute seule ça devrait aller. Je m'en occupe et j'te fais mon rapport derrière. Elle raccrocha et regarda Ciàran avec un petit sourire en coin qui ne présageait rien de bon. Frey viens de me dire qu'une activité suspecte de Démons avait été repérée à deux lieux d'ici. Ca te dit d'être mon renfort mon loup ? demanda t-elle avec une lueur dangereuse dans le regard. La Shadowhunter en elle reprenait le dessus et valait mieux pas être la prochaine cible.

Les deux amis se mirent un peu à couvert le temps que Syrielle réactive sa rune d'invisibilité puis se mirent à courir dans les rues jusqu'à l'endroit indiqué. Sissy posa un doigt sur ses lèvres et indiqua à Ciàran de se transformer alors qu'elle faisait un peu de repérage. Vu l'endroit, son arc n'était pas vraiment approprié. Elle tira son épée et l'appela. - Sitael, murmura t-elle. Aussitôt celle ci répondit à l'appel de sa maîtresse et s'illumina. Syrielle se dissimula derrière un contener et montra les démons au loup. Elle avait les sourcils froncés et l'air sombre. - Des Shax. Ils cherchent quelque chose ... ou quelqu'un. Elle hésitait entre les suivre pour savoir de quoi il en retournait ou attaquer. Elle regarda un peu mieux puis tapa rapidement un sms à Freya. Celle ci lui répondit rapidement. - Frey dit qu'ils savent ce qu'ils cherchent. On attaque. Elle hocha la tête et signifia au loup de les prendre par la droite tandis qu'elle les prenaient à revers.
copyright acidbrain


957 mots
poste 13
-24h


Dernière édition par Syrielle Lightwood le Dim 1 Mai - 20:04, édité 1 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Sam 23 Avr - 18:57

Syrielle ▲ CiàranIl est temps que tu exploses, ne fais pas attention, pleure mon épaule est faite pour ça.Je souris doucement face à sa demi plaisanterie. Au moins elle réussissait à sourire, même si celui-ci n'est qu'un pâle reflet de celui dont elle m'avait habituée. Mais j'étais heureux de comprendre qu'elle avait enfin réussit à évacuer ce qui la bloquait. Pleurer lui avait fait du bien, se défouler sur moi également. J'avais servi à quelque chose, j'avais été là pour l'aider, pour l'épauler, mais également la pousser à bout. Si il fallait que je recommence et bien, je le ferais sans aucunes hésitations. Oui, si je voyais qu'elle se renfermait de nouveau sur elle-même, qu'elle retombait dans cette noirceur qui l'habitait, je ferais en sorte de la pousser une fois de plus dans ses retranchements. Je serais toujours là pour ça. M'en ramasser une, la laisser inonder mon haut de ses larmes. Je serais présent, elle devait le savoir, elle devait le sentir. Je l'avais encore prouvé aujourd'hui. « Je suis loin d'être sexy en tablier, crois-moi, tu n'aimerais pas cette image. » Je lui souris doucement en lui offrant un petit clin d'oeil, essayant de garder cette atmosphère bonne enfant sans pour autant tomber dans la grande hilarité qui n'avait pas sa place actuellement. Non, c'était trop tôt pour les grands éclats de rires, les blagues lourdes. Elle y reviendra, certes, mais pas de suite, pas maintenant. Je soupire. Oui, Syrielle avait raison, néanmoins, l'appel du sang est parfois assez fugace surtout pour un chasseur d'ombre. Qui sait, peut-être s'était elle contrôlée grâce à ses anciennes convictions. Tuer des innocents... « Je ne suis pas sur Syrielle. Tu sais, c'est une chasseuse d'ombre à la base, une novice peut-être, mais elle a grandit entourée des siens, avec des principes, des idéaux. Elle a peut-être justement, grâce à ça, résister à l'appel du sang. » Je me frotte légèrement le front en réfléchissant à cette éventualité. C'est rare mais ce n'est pas impossible. Moi, je n'avais pas eu cette chance là, malheureusement l'appel du sang avait été bien trop fort, j'étais bien trop jeune à l'époque. J'avais pas mal de sang sur les mains.

Je l'écoute me parler et j'écoute attentivement. Cette culpabilité ne la quittera sûrement jamais, j'en savais quelque chose. Elle allait devoir vivre avec cette blessure, ses doutes, les « et si » ou encore « j'aurais du ». Moi, c'est ce que je faisais et ce depuis trois ans. Les remords ne s'effaceront jamais, j'en étais conscient. Et si j'avais été là pour Lorcàn, serait-il sain et sauf ? J'aurais dû l'empêcher de sortir cette nuit là, j'aurais dû l'accompagner ou même le suivre...le retenir...Peut-être aurais-je du également l'entraîner d'avantage, car, de nous deux, j'avais toujours été le plus débrouillard au combat, le plus féroce. Il se détachait dans d'autres domaines, mais le combat c'était le mien. Souvent je lui avait demandé de s'entraîner d'avantage...il refusait, ou encore disait qu'il était trop occupé. Pour ça, je m'en voudrais toute ma vie, mais je devais faire avec. Me lever avec ces regrets, me coucher avec, exister à travers eux. Je m'étais perdu dans ses pensées quand j'entendis le tabouret raclé le sol, Syrielle se levant en m'annonçant qu'elle avait besoin de prendre l'air.  « Oui, j'en ai besoin aussi. » Dis-je dans un petit sourire en allant chercher ma veste, enfilant celle-ci rapidement. Je sors du Quantum accompagné de la jeune femme, passant devant une bande de loups. Elle s'excusa et quelques rires s'échappèrent de leur bouche, alors que certains grognaient. Je fis un signe de main à ceux-ci, leur signifiant que je les verrais sûrement demain ou peut-être tout à l'heure. Cela allait dépendre de mon humeur, ou encore, du fait que Ashen me demande de passer ou pas. Mais sincèrement, j'aurais préféré rentrer chez moi et ne pas devoir repasser au repère, par simple fainéantise, cette journée m'avait épuisée.

Nous commençons à marcher et l'air me fait le plus grand bien. Mains dans les poches, je garde le silence, observant les alentours avec une attention particulière. Je suis toujours sur mes gardes, prêt à bondir au moindre danger. Les Terrestres. Oui, je les enviais également, vraiment. Ils avaient une vie si banale, si facile que ça en était rageant. Ils ne se rendaient pas compte de ce qui se tramait dans l'ombre, des dangers qui ne cessaient de parcourir ce monde. « Oui, moi aussi je les envies ils sont... » Son portable sonne et elle répond. Je m'arrête en même temps qu'elle, croisant les bras sur ma poitrine en attendant qu'elle aille fini sa conversation. Elle finit par raccrocher et m’annonce que des Démons rôdaient dans les parages, elle me demanda également si je voulais être son renfort. Je souris sournoisement. « Avec plaisir ma belle. » Sans plus attendre nous nous mettons en route et je comprend ce qu'elle me demande. Rapidement, je me transforme laissant place à un loup noir comme l'ébène, au regard doré et pétillant, une lueur rouge autour de mes iris, ancienne blessure qui n'avait jamais disparue. Je lui fait un signe de tête alors que, sans plus de cérémonie, je m'approche discrètement des démons par la droite. Je suis discret, assez pour, d'un bond, m'en prendre à un des démons sans qu'il ne me voit arriver. Je gronde furieusement alors que mes crocs s'enfoncent facilement dans ma victime. Je termine le démon mais ne suis pas assez rapide pour éviter un suivant, me projetant contre un mur. Merde, ça fait mal ! Déjà je me redresse, m'ébrouant alors que ma colonne vertébral me fait souffrir.

Je saute de nouveau en avant et évite le démon qui me fonçait dessus, l'envoyant valser dans ce même mur. J'entends Syrielle se battre de son côté. Je détourne les yeux vers elle et je vois une menace évidente arriver dans son dos. Ni une ni deux, je saute sur le démon mais celui que j'avais envoyé dans le mur vient aider son partenaire. Une douleur intense me prend à la patte alors que celle-ci craque avec violence. Merde, il venait de me la casser. J'en attrape un par la gorge alors que le deuxième s'acharnait sur mon flanc.   
© 2981 12289 0

1102 mots
-24h
Post 14


Dernière édition par Ciàran de Brùn le Dim 1 Mai - 18:41, édité 3 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Dim 24 Avr - 13:10


The Wolf & The Shadowhunter - Hors de contrôle
Parfois pour contrer la colère et accepter la douleur ... il faut savoir prendre une raclée et tendre l'autre joue

La ballade pour souffler s'était rapidement transformée en une chasse aux démons ce qui était loin de déplaire à Syrielle. Elle avait peut-être évacuer un peu avec Ciàran mais tout ça était loin d'être terminé et dès qu'elle fit appel à elle, sa colère répondit instantanément comme la vieille amie qu'elle était devenue au fil du temps. Mais cette colère là était différente. Elle était froide, raisonnée, implacable. C'était celle là que Syrielle utilisait en permanence et qui lui permettait d'être l'une des meilleures. La même qui lui offrait cet esprit tactique déterminé et sa fureur de gagner. Alors qu'ils approchaient de la ruelle, son regard se fonça, elle fit taire ses émotions et elle ne pensa à plus rien d'autres qu'au combat à venir. La moindre distraction pouvait coûter cher face à un Démon ou un Obscur. Pendant que Ciàran se changeait en loup, elle réactiva toutes ses runes de force, adresse, agilité et rapidité ne ressentant qu'à peine les picotements dû à la brûlure - elle ne faisait que les réactiver pas les réécrire - puis jeta un oeil à ce qui les attendait. Les Shax étaient de vraies saloperies, mordant, piquant et déchirant tout ceux sur qui ils tombaient mais ils étaient d'excellents pisteurs d'où le fait qu'ils soient si utilisés par les Obscurs ou les sorciers. Concentrée, Syrielle fit appel à sa fidèle épée et son regard vif et entraîné repéra toutes les issues, les coins sombres, les endroits où il ferait bon d'attaquer.

Quand Ciàran arriva à ses côtés, changé en loup, Sissy lui indiqua le flanc droit des bestioles. Il hocha vaguement la tête et disparu dans les ombres, sans un bruit. Toute aussi silencieuse et mortelle, Sissy fit la même chose en passant par le revers. Les Shax ne virent rien venir mais répliquèrent avec force et acharnement. Bientôt, on ne distingua plus de la Chasseuse d'Ombres que ses longs cheveux noirs mêlés à l'éclat nacré de son épée et les rugissements des bestioles qui périssaient sous ses coups. Elle récolta de ses affrontements quelques griffures sans rien de grave mais quand elle jeta un oeil à Ciàran elle le vit en très mauvaise posture. Elle trancha une des bestioles et en assomma une autre en l'envoyant balader contre le mur. Dans un même temps elle regarda autour d'elle puis s'élança avec vitesse et force contre le mur grimpant dessus avant de se projeter dans les airs. Son corps s'arqua avec grâce alors qu'elle effectuait une sorte de salto arrière tout en exterminant le Shax qui attaquait Ciàn, lui labourant le flanc de ses griffes. Elle lui laissa terminer celui qu'il était en train de déchiqueter avec ses dents et en tua deux autres. Quand il n'y en n'eut plus elle se tourna vers Ciàran, le souffle court et le vit couvert de sang, flageolant sur ses jambes. Aussitôt elle se précipita vers lui, se fichant complètement de ses propres blessures. - Ciàn ! Merde, jura t-elle en examinant le loup. Il avait une patte cassée, probablement une ou deux cotes aussi et les flancs labourés. Et elle ne pouvait même pas lui mettre de runes. - Ok reste calme il faut soigner ça, c'est pas joli à voir. J'ai quelques baumes dans mon sac mais il faudra appeler Ash' pour qu'il vienne nous chercher, tu ne pourras pas retourner au Quantum dans cet état. Elle se releva pour aller chercher son sac qu'elle avait laissé derrière un carton avant la bataille et revint vers lui en sortant un baume à base de plantes qu'elle avait toujours et une bande. Les runes ne fonctionnant pas toujours, elle avait toujours une espèce de trousse de secours spéciale Shadowhunters et Créatures Obscures dans son sac. Elle le soigna comme elle le pouvait sous ses grognements de douleur. - J'suis désolée ... j'aurais pas du te demander d'être mon renfort, j'pensais pas qu'ils seraient aussi nombreux, s'excusa t-elle peinée. J'vais appeler Ahs', ne bouge pas trop, ok ? demanda t-elle à son ami, toujours en loup. Elle se leva et récupéra son portable pour téléphoner à l'Alpha de la Meute de Chicago. Elle même sentait la brûlure des griffures mais n'y prêtait guère attention. Elle s'inquiétait trop pour son ami. 
copyright acidbrain


740mots
poste 15
-24h


Dernière édition par Syrielle Lightwood le Dim 1 Mai - 20:06, édité 2 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Dim 24 Avr - 16:32


THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - OUT OF CONTROL
Ciàran&Syrielle&Ashen

C’est quoi ce foutu bordel? D’abord, je reçois un appel pour me dire que le Quantum est passé à sac et, quand j’arrive sur place, tout est nickel. Les mains sur les hanches, je regarde l’endroit sans trop comprendre. C’est quoi tout ça? J’interroge un de mes barmans et découvre finalement qu’une bagarre a eu lieu et qu’un shadowhunter s’est chargé de tout remettre en place. Et puis quoi encore? Si j’attrape ceux qui ont fait ça, ça va aller mal. C’est mon bar, on n’y fou pas la merde sans payer –qu’il y ait des traces ou non. J’ai une clientèle à conserver, j’peux pas me permettre ce genre de connerie.

Je disparais finalement dans mon bureau, bien frustré de toute cette histoire et surtout de n’pas avoir été prévenu plus tôt quand je reçois un autre appel. Celui-là bien plus sérieux cependant. C’est Syrielle, elle a besoin d’aide. Ils sont allés sur une mission avec Ciàran et ont été pris par surprise face au nombre. Eh merde. Je prends rapidement deux loups de la meute avec moi et disparait pour aller les rejoindre. Apparemment, ils sont tous les deux blessés alors il faudra les trainer à l’hôpital. Sissy a peut-être la chance d’utiliser des runes pour se guérir, mais on ne peut pas en dire autant de mon ami de longue date.

Lorsque j’arrive enfin aux coordonnées donné par la brunette, je constate rapidement les dégâts et réalise que les quelques Shax restant doivent être en fuite. « Toi, tu prends l’ouest, toi, l’est. Vous me tuez ces Shax et je n’veux pas vous revoir tant que ce n’est pas fait. GO! » C’est un ordre et ils ne discutent pas. Ils disparaissent et on peut rapidement entendre des grognements de loups mêlés à des cris de bestioles qui se font déchiqueter. Je jogge jusqu’à mes deux amis et découvre enfin l’étendu des blessures de Ciàran. Eh merde. « Sy! J’suis là… Bon sang.. » Je me penche vers le blondinet qui est toujours sous sa forme de loup et touche lentement son flanc. « Tu crois pouvoir te retransformer mec? »

poste n°16 - 24h - 354 mots


Dernière édition par Ashen Evans le Dim 1 Mai - 2:47, édité 1 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Dim 24 Avr - 18:01

Syrielle ▲ CiàranIl est temps que tu exploses, ne fais pas attention, pleure mon épaule est faite pour ça.La douleur est violente, féroce, mais je ne lâche pas ma proie. Un deuxième démon me saute sur le dos, me lacérant les flancs avec une force étonnante. Je tente de le faire tomber sans y parvenir, agrippant son compère avec ma gueule, furieusement. Je m'interdisais de lâcher prise de peur qu'il fonce sur Syrielle. La bataille continua de faire rage, je sens néanmoins le démon me lâcher alors que mon coéquipière du moment venait de lui faire con compte. J'en fini une bonne fois pour toute avec ma victime et, enfin, je peux respirer. Enfin, respirer est un bien grand mot car dorénavant je peux me focaliser sur mes blessures. Nous ne sommes plus que deux, la menace est actuellement écartée et ça semble me ramener sur terre. Je dépose ma patte sur le sol mais pousse un gémissement craintif. Merde...Je suis amoché. Je n'avais pas réalisé qu'ils étaient si nombreux. Moi et ma façon de foncer dans le tas sans réfléchir, me voilà bien puni. Je m'écroule lourdement sur le sol, ne tenant plus debout. Je dois avoir pas mal de séquelles intérieurs, des dos brisés, mais c'était la brûlure des lacérations qui était la plus présente actuellement. J'entends Syrielle venir vers moi. Sous ma forme de loup je ne peux pas lui répondre, alors, je tente de lui faire comprendre que ça va aller, que ce n'est rien... Oui, j'essayais toujours de la rassurer d'une façon ou d'une autre. Je tente de bouger mais la douleur me cloue sur place. Je gronde. Putain, je déteste être dans un tel état de faiblesse. En même temps, aussi fort étais-je, quand le nombre te submerge tu ne peux pas faire grand chose. Ma tête se pose sur le sol, alors que mon regard jaune vif observe la jeune femme. Elle me dit qu'elle va appeler Ashen, qu'ainsi, je n'irais pas bien loin. Quoi, c'était si grave ?

La jeune femme se met à me soigner et la douleur m'arrache quelques cris de souffrances. Je serre les dents, néanmoins, ma chaire est littéralement à vif. Je respire difficilement. Les loups guérissent rapidement, mais là, j'allais mettre quelques jours à m'en remettre complètement. Je tourne les yeux vers elle quand elle me parle, essayant de lui renvoyer un air doux et sympathique. Non, je ne veux pas qu'elle se sente coupable, ce n'était pas de sa faute. Quelques temps plus tard ce fut la voix au loin de mon alpha qui me parvient. Mes oreilles se redressent mais je ne bouge pas. Mes yeux commençaient à se fermer, comme épuisé, ailleurs. L'odeur de plusieurs loups me frappent, le bruit de certains grognements. Ils prennent en chasses les démons. Ashen arrive et je pose mon regard sur lui, grondant quand il touche mon flanc. Ben ouai fais moi mal...C'était plus instinctif que menaçant. Me transformer ? Je me concentre assez et reprend ma forme d'humain, alors que mon corps était secoué de spasmes. « J'aurais dû me soûler la gueule avant de venir... » Ouai, même dans un état aussi pitoyable j'arrivais à dire des conneries. Mon corps était à présent plus à découvert, laissant apercevoir de nombreuses blessures. Du sang recouvrait mon visage, mais également mes flancs, mes jambes, mes bras. J'essaye de bouger mais grogne plus humainement cette fois, me positionnant sur le dos. « Ils étaient trop nombreux les enfoirés...y'en a un qui arrivait derrière...oh putain. » Je n'avais pas fait attention à l'angle bizarre de mon bras. Il faisait un L pas très glamour, mais ça, sa se réparera facilement et rapidement. Non sans douleurs.

« Il m'a saute sur le dos le con...en mode speedy tu vois...c'est moi ou je vois mon os...dégueulasse ! » Je tousse et crache du sang sur le sol. Effectivement, l'une des plaies était tellement profonde que l'on voyait l'os  briller sournoisement à travers le sang. Pas étonnant que je crève de mal. Je pose mon regard sur Syrielle. « Hey...ça va c'est cool. Ce n'est pas de ta faute Syrielle. » 
© 2981 12289 0

707 mots
-24h
Post 17


Dernière édition par Ciàran de Brùn le Dim 1 Mai - 18:33, édité 2 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Lun 25 Avr - 11:56


The Wolf & The Shadowhunter - Hors de contrôle
Parfois pour contrer la colère et accepter la douleur ... il faut savoir prendre une raclée et tendre l'autre joue

Syrielle regarda Ciàran, étendu sur le sol en très mauvais état et se mordit violemment la lèvre. La culpabilité monta en elle, ennemie familière maintenant. Elle a l'impression que tout s'écroule en ce moment, qu'elle ne fait que mener les gens à la mort. Le sang qui coule sur le sol lui rappelle une autre nuit six mois plus tôt. Cette nuit maudite où elle a tout perdu et où son monde s'est écroulé. Elle se revoit, tenant sa soeur dans ses bras, pleurant, la suppliant de tenir bon, qu'ils allaient la sauver, lui hurlant dessus qu'elle n'avait pas le droit de mourir et de l'abandonner, la serrant dans ses bras alors que la pluie ruisselait sur elles et que le sang rouge vif de sa soeur se noyait dans les flaques d'eau comme une mare de sang. Tant de sang. Tant de peur. De culpabilité. De colère. De douleur. Tant d'émotions qu'elle a l'impression de revivre. Elle se mord une nouvelle fois la lèvre, se faisant saigner, revenant au monde réel. Elle pose sa main dans le cou de Ciàran. - Tiens bon j't'en prie, murmura t-elle. Il lui lança un regard doux, comme pour lui dire qu'il s'en sortirait, qu'il irait bien mais elle avait du mal à se calmer. Des bruits alentours la poussèrent à reprendre son épée en main et à se redresser. Tous les Shax n'étaient pas morts et ces saletés n'attendaient qu'une chose pour leur tomber dessus à nouveau. Aussi appela t-elle Ashen, lui expliquant la situation. Et il promit d'arriver aussitôt.

Il mit moins de dix minutes pour arriver, dieu merci. Mais dix minutes c'est long, surtout quand on doit être sur ses gardes pour protéger son équipe tout en surveillant ladite équipe pour qu'elle ne meurt pas entre temps. Ciàran s'est évanoui quelques minutes. En entendant quelqu'un l'appeler, Syrielle se retourna brusquement mais ce n'était qu'Ashen. Elle vit deux loups partirent à toute vitesse chasser le reste des Shax et sût à ce moment là qu'elle pouvait ranger son épée. Ashen se précipita vers Ciàran en jurant et lui demanda si il pouvait se retransformer. Sissy le regarda faire, à moitié conscient et grimaça devant ses blessures. Le flanc lacéré était encore pire en humain sans parler de son bras qui formait un angle bizarre. Sissy n'était pas une petite âme pourtant, cette vision d'horreur lui retourna l'estomac. - J'suis tellement désolée Ciàn, murmura t-elle alors qu'il expliquait brièvement la situation. Elle s'en voulait tellement. - Hey...ça va c'est cool. Ce n'est pas de ta faute Syrielle, rétorqua son ami. - Bien sûr que ça l'est ! Je n'aurais pas du te demander d'être mon renfort, c'était dangereux, et j'aurais du voir combien ils étaient, j'aurais du ... Elle s'arrêta net et soupira. Ca ne servait à rien de se flageller maintenant. Il valait mieux parer au plus urgent.  Il faut lui remettre l'os en place avant que son métabolisme ne l'intègre comme ça. Son visage devint impénétrable alors qu'elle remettait son épée dans son dos. Froid, calme, professionnel, elle ne laissait plus filtrer aucune émotion. Se mettant à genoux près de Ciàn elle le regarda. - Tu me fais confiance ? demanda t-elle. Elle attendit son consentement puis lui sourit. Raconte un peu à Ash' comment tu as démoli la moitié des Shax, lança t-elle pour le distraire. Quand il fut dans son récit, elle échangea un regard rapide avec Ashen pour qu'il use de son influence d'Alpha pour l'empêcher de se transformer sous la douleur puis sans prévenir Ciàran, elle prit son bras et d'un mouvement sec, tira pour remettre l'os en place. Il hurla. Elle se recula légèrement en voyant ses yeux virer au doré mais son visage ne trahit aucune peur. Puis elle regarda l'Alpha. - On a des herbes et des potions assez miraculeuses à l'Institut, j'peux aller en chercher pour l'aider à accélérer la guérison. Est ce que j'y vais pendant que tu le ramène au Quantum ou tu as besoin d'aide ? demanda t-elle. Elle ne donnait pas d'ordre, elle ne le voyait pas faible, elle proposait juste son aide. Elle se sentait tellement coupable ...
copyright acidbrain


746 mots
poste 18
-24h


Dernière édition par Syrielle Lightwood le Dim 1 Mai - 20:07, édité 1 fois
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Dim 1 Mai - 3:10


THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - OUT OF CONTROL
Ciàran&Syrielle&Ashen

Ciàran grogne dès que je le touche et je me rétracte immédiatement, ne voulant pas le blesser plus qu’il ne l’est déjà. Disons simplement que je devais voir l’étendu des dégâts. Il se concentre un moment, reprenant finalement sa forme humaine et je ne suis rassurer que l’espace d’un instant de le savoir capable de le faire parce que, dès lors qu’on aperçoit ses blessures, on réalise à quel point il est mal en point. Sous sa forme canine, c’était encore pas si mal. Là, c’est carrément grotesque. Je serre la mâchoire, essaie de rester fort alors que je déteste voir mon meilleur ami dans cet état. En vérité, j’ai une envie folle de les engueuler tous les deux, mais ça ne changerait rien et ça n’aiderait personne. « J'aurais dû me soûler la gueule avant de venir... » Je secoue la tête, un sourire étirant malgré moi le coin de mes lèvres, heureux de voir qu’il conserve son sens de l’humour, même maintenant.

Cià tente de bouger, mais se ravise assez vite à cause de la douleur. On va devoir être super prudent si on veut le sortir d’ici. « Ils étaient trop nombreux les enfoirés...y'en a un qui arrivait derrière...oh putain. » Il louche sur son bras et je fronce les sourcils, surveillant ses réactions, prêt à le rattraper au moindre signe d’évanouissement. Non pas que ce soit son genre, mais on ne sait jamais quand notre corps nous lâchera. « Il m'a sauté sur le dos le con...en mode speedy tu vois...c'est moi ou je vois mon os...dégueulasse ! » Je souris à nouveau, en effet, c’était carrément dégueulasse. « C’est classe, tu trouves pas? » Rien à faire, c’est juste dégoutant. Malgré moi, je ne pense pas à sa blessure, mais bien à ce qui leur est arrivé. Comment est-ce que ça ce fait qu’ils aient été attaqué par autant de Shax? Ces créatures sont généralement envoyé par quelqu’un qui traque une personne et jamais en groupe si grand… Je vais devoir investigué sur le sujet et vite. Si ça se trouve, il y aurait moyen qu’on en laisse une en vie et qu’on la suive pour voir où elle va.

Lorsque je reviens à la réalité, Syrielle et Ciàran se confonde en excuse et en phrase rassurante. C’est bien beau tout ça,  mais je n’ai personnellement pas envie de passer la nuit ici. Je jette un regard à la ronde et Sissy retrouve enfin son sang-froid, se penche vers le loup et lui demande : « Tu me fais confiance ? » Eh bien ce n’est jamais très rassurant ce genre de question. « Raconte un peu à Ash' comment tu as démoli la moitié des Shax » J’hoche la tête et alors qu’il se perd dans son récit comme le raconteur qu’il est, elle tire sur son bras qui craque de façon surhumaine et reprend sa place. Immédiatement, mon regard brille et je le plonge dans celui du jeune homme, grognant pour l’intimer de garder sa forme humaine alors qu’il hurle, son regard reflétant le miens. Ça du faire un mal de chien –no pun intended-  mais c’était un mal nécessaire. S’il avait guérit dans cet état, c’aurait été encore cent fois pire de l’aider après.

Toujours aussi professionnel, Syrielle se tourne vers moi : « On a des herbes et des potions assez miraculeuses à l'Institut, j'peux aller en chercher pour l'aider à accélérer la guérison. Est-ce que j'y vais pendant que tu le ramène au Quantum ou tu as besoin d'aide ? » Je secoue négativement la tête. « Non, hors de question que tu ailles où que ce soit toute seule. Si tu le permets, on va rentrer avec toi à l’institut. Quitte à ce que Superman passe un nuit là-bas, il a besoin de repos de toute manière et comme ça, tu pourras veiller sur lui cette nuit. » Je lui lançai un regard entendu, un léger sourire aux lèvres. Je la connais bien notre Sissy nationale. Même si elle avait repris de l’aplomb, elle ne cesserait pas de s’inquiéter tant qu’il ne serait pas soigné. « Allons-y. » Je sifflai rapidement, rapatriant mes loups qui avaient maintenant terminés leur boulot et demandai à l’un d’entre eux s’il y avait encore des Shax. Malheureusement, ils étaient tous mort. Enfin, malheureusement… c’est vite dit. Nous n’aurions certes pas la chance d’en traquer un, mais on trouverait bien un autre moyen de savoir ce qui les avaient mené ici en premier lieu.

Attrapant Ciàran sous le bras, je l’aidai à se relever, aider de l’autre côté par un de nos confrère pour l’emmener jusqu’au van avec lequel j’étais venu un peu plus loin. Il était temps de retourner à l’institut et de voir ce qu’ils pourraient faire pour un pauvre cleb’ blessé et une chasseuse d’ombre secouée.

HJ: pardon pour l'attente mes chéries ♥

poste n°19 - 802 mots
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   Dim 1 Mai - 18:31

Syrielle ▲ CiàranIl est temps que tu exploses, ne fais pas attention, pleure mon épaule est faite pour ça.« C’est classe, tu trouves pas? » Oui, la classe...enfin, façon de parler, parce que de voir mon os hors de ma peau, sérieusement, ce n'était absolument pas le pieds. Puis, heureusement qu'il n'y avait pas des pervers dans le coin, vu les vêtements inexistants que je possédais sur le dos. Je laisse la douleur m'envahir alors que je tente de penser à autre chose. Ce qui, ça va de soit, semble franchement impossible. J'essaye de rassurer mon amie sur la situation, sur le fait qu'elle n'y est pour rien, que c'est moins pire que cela ne puisse paraître. Bon, je m'étais jeté dans la gueule du loup et j'allais me faire remonter les bretelles par l'alpha, mais heureusement, ce n'était pas le moment des remontrances. « Bien sûr que ça l'est ! Je n'aurais pas du te demander d'être mon renfort, c'était dangereux, et j'aurais du voir combien ils étaient, j'aurais du .. » Je l'observe légèrement désolé alors qu'elle se confond en excuses. Je n'ai pas la force de répliquer, alors, je me contente de soupirer et de frissonner face à la douleur qui me tiraille de part et d'autre. Je tourne mon regard vers Ashen durant quelques instants avant de détourner les yeux, un goût métallique dans la bouche. Certaines blessures étaient déjà en train de se refermées, alors que d'autres, elles, semblaient vouloir se faire attendre. « Tu me fais confiance ? » Pardon ? Je n'aime absolument pas cette question...Pas que je ne fasse pas confiance à Syrielle, non, mais c'est le genre de question qui fait vachement peur...ça n'annonce absolument rien de bon. « Euh... » Je fronce les sourcils, pas vraiment décidé à lui dire que oui, je lui fais confiance. Le soudage d'un de mes orteils me fait grimacer. Ah ben oui, apparemment je m'étais cassé le petit doigt de pied, le vilain coquin venait de se remettre tout seul en place...saloperie ! « Raconte un peu à Ash' comment tu as démoli la moitié des Shax » Je sens la connerie arrivé. Voyez-vous, je ne suis pas stupide, encore moins un crétin fini. Si elle essaye de détourner mon attention c'est pour une raison bien précise et je me doutais qu'il s'agissait d'une saloperie qui allait me faire vachement mal. Pas que je sois douillet hein, mais qui aime avoir mal ?

Je tourne la tête vers Ashen et je finis par me laisser prendre au jeu, après tout, autant penser à autre chose hein. « Ils ont criés après leurs mères tu vois, en mode bébés affamés. Ils avaient une sales tronches, pire qu'une vieille couguar au réveille... et... » Étirement de bras, douleur abominable et un foutu hurlement sort de mes lèvres. « ...OH PUTAIN DE MERDE ! » Je gronde furieusement en regardant Syrielle alors que mes yeux avaient changés de couleurs, pourtant, mon regard fut  attiré par celui de mon alpha qui arrêta le carnage de justesse. Je gronde furieusement aussi alors que nos regards se plongent l'un dans l'autre, brillants de cet air surnaturel qui désignait notre espèce. Après quelques secondes ma tête retombe sur le sol alors que des gouttes de sueurs perles de mon front. Bordel, j'en remettais régulièrement des épaules en place, mais là, c'était carrément pire que ce que je faisais subir aux autres. Ma respiration est beaucoup plus rapide mais je tente de me calmer, de garder un certain contrôle sur mon être, sur mon loup. Le regard que m'avait lancé Ashen m'y aida beaucoup. Un ordre donné par l'alpha ne se contourne pas sans conséquences. « On a des herbes et des potions assez miraculeuses à l'Institut, j'peux aller en chercher pour l'aider à accélérer la guérison. Est ce que j'y vais pendant que tu le ramène au Quantum ou tu as besoin d'aide ? » Je laisse Syrielle parler et je l'entends à peine. Mes oreilles bourdonnes comme de petites abeilles. Putain, j'ai Maya l'abeille dans la cervelle...Me voilà en train de divaguer, imaginant le petit insecte se blottissant dans mon tympan pour y raconter une histoire bourdonnante.  « Non, hors de question que tu ailles où que ce soit toute seule. Si tu le permets, on va rentrer avec toi à l’institut. Quitte à ce que Superman passe un nuit là-bas, il a besoin de repos de toute manière et comme ça, tu pourras veiller sur lui cette nuit. » Je secoue doucement la tête de droite à gauche d'un air lasse. « Oh oui elle va me border et me faire des câlins. » Bien sûr Ciàran, dis des conneries pour montrer que t'es toujours en vie... « Allons-y. »

Je sens Ashen passer mon bras autour de ses épaules et je force sur mes jambes pour me redresser, poussant un grondement douloureux. Une vraie loque moi je vous le dis. Nous nous dirigeons vers le vannes et j'arrive à dire un sourire amusé aux lèvres. « Syrielle matte pas mes fesses ! » Avant d'être déposé dans le vanne en poussant un gémissement de douleur, laissant du sang s'écouler de mes plaies. Putain vive l'institut, manquerait plus qu'on m'amène chez le véto.[/color] 
© 2981 12289 0

913 mots
-24h
Post 20
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy   

 
THE WOLF & THE SHADOWHUNTER - Hors de contrôle feat Ciàran & Sissy
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Tailler la chair et broyer les os : une équipe hors de contrôle [Kyulin, Minamistu, Shizukanaru]
» Le ministre des Haitiens hors-Haiti visite la diaspora
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Tout est sous contrôle
» Les Hors série

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: