Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 let me shine through you, let me kiss you and be alive again ( kamille )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
InvitéInvité
Sujet: let me shine through you, let me kiss you and be alive again ( kamille )   Lun 18 Avr - 1:47

the urge of runing, the desir of staying
camille de lornet et kaleb morgenstern

Les nuits passaient, le soleil se couchait, se levait, et encore et encore. Mais les nuits de la brune se ressemblaient encore plus. Rentrer tard de mission, pleine de cendre laissé par les démons qu’elle a traqué. Prendre sa douche et laisser l’eau effacer les traces de sang de ses blessures. Refaire ses runes si elles étaient écorchées. Parler un peu avec Freya avant de prétexter aller dormir pour la laisser se faufiler en dehors de l’institut. Camille répétait ce cercle avant de s’allonger dans son lit, laissant ses yeux se fermer d’eux même et les cauchemars afflués encore et encore. Elle se réveillait en criant, tous les soirs. Parfois, elle demandait à l’infirmerie d’avoir un breuvage pour l’aider à dormir, mais ça ne fonctionnait que peu souvent et en plus, pouvait entraîner une dépendance. Hors de question pour la jeune De Lornet. Il y avait pourtant une solution simple. Une nuit avec son pire ennemi. Une nuit où ils se défoulaient, leur corps en collision, leur esprit au-delà de leur problème. Et elle s’endormait, sereine, vidée de toutes émotions. Enfin. Mais comme tout, Camille sait qu’il y a des limites. Elle sait que ce n’est pas une solution permanente, qu’il faut qu’elle trouve une solution qui n’implique pas d’aller voir le psychiatre de l’Institut et de parler, encore et encore, de la mort d’un mari qui n’existe pas pour les Chasseurs d’Ombres et de sa culpabilité qui la ronge jour après jour. Elle envoie un simple message à Sullivan, voulant prendre de ses nouvelles. Cela fait un moment qu’elle ne l’a pas vu et elle sait qu’il faut qu’elle le protège. Qu’elle le protège comme elle aurait dû le faire avec Benjamin. Mais là, tout de suite, elle n’avait qu’une envie. Kaleb. Sans réellement le comprendre, elle s’était embourbée dans une sorte de relation étrange avec lui. Entre caresses et coup de poignards, les deux amants prenaient un malin plaisir à se cracher au visage et se dévorer deux secondes plus tard. Camille n’avait pas eu de nouvelles depuis plusieurs semaines de Kaleb, et ça la perturbait. Elle avait besoin de se défouler, de laisser sa rage parler. Elle n’aimait pas être sous tension, laisser sa colère prendre le dessus. Déjà, son sommeil devint inexistant en une semaine, tellement elle n’arrivait pas à contenir les cauchemars et la nervosité constante. Voulant avoir au moins une nuit de vrai sommeil avant de se réveiller en sursaut, elle fit ce qu’elle s’était promise de ne jamais faire. Appeler Kaleb. Le Morgenstern avait intérêt à répondre parce qu’elle aurait beaucoup de mal à ne pas lui mettre littéralement le couteau sous la gorge à leur prochaine rencontre. « Kaleb, rendez-vous chez moi dans une demi heure. » Il avait bien fait de répondre. Prenant sa stèle et son poignard, elle ne s’en séparait jamais, elle partit dans une simple robe noire près du corps et des bottes à talons en cuirs de la même couleur. Il était rare qu’elle porte une robe, elle était plus du genre pantalon t-shirt mais elle avait envie d’inciter le désir et il n’y avait pas meilleur moyen. Le hall était vide de monde. Ils étaient soit tous en train de dormir ou en mission ou autre part. Personne ne la vit habillée comme une traînée sortir de ce lieu sacré. Personne ne vit la jeune fille aller prendre sa dose comme une droguée. Personne. Vingt minutes plus tard, elle débarque dans son appartement. Ce n’est pas le même que celui qu’elle a brièvement partagé avec son mari, mais il y a des petits objets ici qui lui rappelle Ben. Comme ce globe où il avait pointé toutes les destinations où il voulait se rendre avec elle. Ou ce poncho qui pend lamentablement sur le canapé. Des petites choses mais qui avaient leur importance. Retirant sa veste, elle la posa sur une chaise et prit une bière dans le réfrigérateur. Sa famille avait de l’argent, assez pour qu’elle puisse avoir un appartement sans aucuns réels travails. On frappa à la porte et Camille fit face celle-ci en se demandant s’il ne valait mieux pas qu’elle rentre chez elle, à l’Institut et arrête ses conneries. Elle ouvrit la porte avant même de répondre à sa question. « Kaleb, entre. » Pas de réel sourire, pas de baiser, pas d’embrassade. Elle ferma la porte derrière lui et reprit sa bière, ses hanches ondulant dans l’appartement. « Tu veux une bière ? » Se penchant légèrement, elle en sortit une du réfrigérateur et la tendit, décapsulé, à son amant. « Alors, je peux savoir pourquoi ça fait si longtemps que je n’ai pas entendu parlé de toi ? » Question réponse.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: let me shine through you, let me kiss you and be alive again ( kamille )   Dim 24 Avr - 20:10



Let me shine through you...
Oui, le temps n'était plus à faire les quatre cent coups, j'avais particulièrement abusé des bonnes choses, c'est-à-dire traîné dans pas mal de lit de créatures ou de personnes du côté de la rébellion. Oui, c'était mal. Oui, ce n'était pas du tout bon pour l'image de ma famille mais ça, ce n'était que mauvais que quand seulement, les gens avec qui je me laissais aller, savaient qui j'étais vraiment. Et en général, je n'étais pas la personne qui aimait divulguer ma véritable identité, au final...Quand j'avais des conquêtes et dieu sais que c'était le cas, beaucoup ne savais pas vraiment qui j'étais, beaucoup ne savaient pas que j'étais un Obscur, un Morgenstern.

Toi, tu le savais. Tu avais fini par le savoir. Il faut dire qu'on avait une histoire en commun et c'est vrai que je ne comprenais pas ce que tu voulais bien encore me vouloir, alors que notre famille avait plus ou moins détruit la tienne, ou du moins ton bonheur. J'avais vaguement souvenir que c'était quelque chose comme ça, du moins. En toute franchise, cela m'importais peu au final, de savoir qui avait fait quoi, si c'était moi qui avait tué ton mari, si c'était mon frère ou ma cousine qui en était le coupable. Qu'importe. On tuait tellement de personnes en une journée que je ne me souvenais pas vraiment des noms, des visages qui s'éteignaient devant moi, au contact de ma lame. Oui, c'était d'une grande cruauté, mais un Morgenstern n'en avait que faire de ça. J'avais fais des fautes, beaucoup. J'avais aussi fait la bêtise de faire confiance plus que de raison à mon jumeau, qui m'avais réellement trahi. Ce trou béant dans mon corps, je le sentais au quotidien. Je ne comprenais pas pourquoi il avait fait une chose pareille, car au final, sa situation n'avait pas réellement changé. Robin était toujours dans la politique, était toujours aussi mauvais et n'avais pas eu de réelles évolutions. Hormis si, peut-être plus la reconnaissance de notre père. Oui, il avait bien fait son coup, il avait vraiment bien joué, en me balançant avec ma relation avec un Lightwood. Maintenant, j'étais plus ou moins certain qu'il fallait que je fasse confiance qu'en moi et que je me méfie toujours de ma famille car certes, c'était mon sang, mais ils étaient avant tout des Morgenstern, des Obscurs avec du sang vampirique. Le pouvoir et l'égoïsme, c'était le maître-mot chez nous.

J'avais reçu ton message, et en toute franchise, je voulus l'ignorer, ne pas venir. Je n'avais aucunement de temps à t'accorder et l'envie surtout de le faire. Tu étais bien le cadet de mes soucis, comme pas mal de personnes en ce moment. Oui, j'apprenais à être encore plus égoïste que je ne l'étais déjà, il valait mieux. Toute cette histoire m'avais vraiment ouvert les yeux et je voyais bien que je devais compter que sur moi et surtout, ne penser qu'à moi. Enfin bon. J'avais donc pris le chemin de l'appartement que tu n'occupais que de temps à autre, ou seulement quand tu voulais t'envoyer en l'air avec moi, car oui, je n'étais pas stupide, je savais parfaitement que tu venais ici que peu de temps, j'observais beaucoup les lieux et cela se voyait que rien ne bougeait. Quand tu ouvres la porte, je remarque immédiatement ta façon d'être apprêté. Oui, je savais parfaitement ce que tu voulais, ainsi vêtu mais tu allais vite être surprise, car je ne comptais pas finir dans ton lit ce soir.

« Non, sans façon. » Répondis-je à ta proposition de bière, n'ayant pas particulièrement envie de boire un coup et surtout de m'éterniser. J'avais une mission que j'avais un peu délaissée pour venir, mais je comptais l'achever avant le lendemain donc oui, je n'étais pas là pour rester, c'était une évidence.
« J'étais occupé, tout simplement. Le pourquoi ne te regarde pas. » Lâchais-je d'un ton légèrement froid, n'ayant pas à te dire ce qui ne te regardait pas. Je n'avais pas à raconter ce qui c'était passé avec mon frère et encore moins à une Néphilims.
« C'est tout ce que tu voulais ? Me demander pourquoi je ne venais pas te voir pour qu'on s'envoie encore en l'air ? » Ajoutais-je sur le même ton, croisant mes bras musclés et recouverts de rune démoniaque, propre à notre race obscur, tout en soutenant sans aucun problème ton regard, qui semblait critique et à la recherche de réponse.
« Sache que je ne compte pas reproduire ce qui a pus se passer, je suis juste venu pour te dire ceci, donc évite de me rappeler et reste loin des Obscurs, il vaudrait mieux pour toi. »
AVENGEDINCHAINS
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: let me shine through you, let me kiss you and be alive again ( kamille )   Mar 3 Mai - 1:57

the urge of runing, the desir of staying
camille de lornet et kaleb morgenstern

Aux allures effrontées et sans limites, Camille avait ce visage qui vous inspirait mais aussi vous faisait craindre sa colère. Elle n’aimait pas qu’on lui dise quoi faire, quoi ne pas faire, qu’on lui dicte les règles de sa conduite, qu’on lui ordonne quelque chose. Les règles, elle n’aime pas ça, elle les a en abjection. Elle aime sa liberté, celle qui l’a poussé à aller dans le monde des Mundanes, à se lier à l’un d’entre eux et découvrir que sa vie ne se limitait pas à tuer des démons et des obscurs. Non. Elle aime cette liberté. Et c’est pourtant ça qui a fait son mari tuer lors d’un affrontement auquel elle n’était certainement pas préparée. Pourtant, elle devait vivre avec. Vivre avec le fait qu’elle était la raison de la mort de Benjamin. L’ancienne Camille si souriante et pleine de joie mourut en même temps que son mari. Il ne restait plus que la Camille effrontée et téméraire, celle qui fonce sans se soucier des conséquences, sans se soucier de sa survie. Seulement celle des autres. Dans cet appartement qu’elle a partagé pendant un an avec Benjamin, elle y invite parfois Kaleb. Cet Obscur qui la met particulièrement hors d’elle mais dont elle ne se passe que peu. Une relation destructrice, aussi dangereuse pour elle que pour lui. Si un Chasseur d’Ombre fricote avec une créature obscure, le monde dans lequel elle vit la blâmerait, mais pas énormément. On lui dirait de faire ce qu’elle voulait mais de ne pas interférer avec les affaires internes. Si l’on découvre qu’elle fricote avec un Obscur, elle ne sait pas trop ce qui adviendrait de sa pauvre tête. Pourtant, elle rencontre souvent le blond dans son appartement, partage une nuit avec lui et le congédie par la suite. Rien de plus, rien de moins. Des cris, des engueulades, oui, il y en a. A se demander comment ils ont fait pour en venir ici. Il était pourtant là, avec elle. Elle a cette robe qui est digne d’une fille de rue. En clair, pas du tout son genre. Mais elle veut charmer, elle veut séduire. Elle veut le faire ramper. Ce qui sera très difficile, voire impossible car, bien qu’elle ait horreur de l’admettre, elle a plus besoin de lui que lui d’elle. Elle tente. Elle lui offre une bière mais son air froid la refroidit immédiatement. Si bien qu’elle passe à l’attaque, qu’elle lui demande réellement la raison de sa disparition soudaine. Buvant une gorgée, elle écoute sa réponse avec l’envie de l’étranger sur le champ. « J'étais occupé, tout simplement. Le pourquoi ne te regarde pas. » « C’est sympa à savoir que je ne suis qu’un trou à combler de temps en temps. » Elle s’assieds sur un tabouret près du bar, sa bière à la main, agacé par la situation. Elle avait compté sur lui pour prendre son pied et ensuite se sentir mieux. Mais apparemment, ce ne serait pas le cas ce soir. « C'est tout ce que tu voulais ? Me demander pourquoi je ne venais pas te voir pour qu'on s'envoie encore en l'air ? » Prenant une longue gorgée, elle le regarda avec mépris. Mépris pour elle-même et pour lui et sa race. « Oui, simplement. Te demander pourquoi tu avais disparu dans la circulation et si tu ne voulais pas remettre ça. Quoi, j’ai trop de sang angélique dans mes veines pour ça ? » Finissant sa boisson avec rage, elle lança la bouteille vide dans la poubelle près de la cuisinière. Elle regardait Kaleb partagée entre l’envie de lui enlever ses vêtements et lui en coller une. Elle se sentait suppliante et elle détestait être dans cette situation où elle demandait quelque chose et qu’on le lui refusait. « Sache que je ne compte pas reproduire ce qui a pus se passer, je suis juste venu pour te dire ceci, donc évite de me rappeler et reste loin des Obscurs, il vaudrait mieux pour toi. » Se levant, elle vint se mettre juste en face de lui, bien décidée à obtenir ce qu’elle voulait de lui. « Quoi ? Tu as peur qu’on découvre que tu fricotes avec l’ennemi ou tu as peur qu’on ne me tue dans mon sommeil ? » Le fixant avec détermination, elle fit glisser son doigt le long de sa mâchoire, sentant chaque repousse d’une barbe qui peinait à sortir. « J’ai juste besoin d’une chose venant de toi et c’est tout. Rien de plus, rien de moins. Et puis avoue le, je suis particulièrement sexy ce soir. » Elle s’amusait. Elle s’amuse à le titiller du bout des doigts. Kaleb avait cette saveur de l’interdit qui l’attirait particulièrement. « T’en viendrais presque à me vexer à te refuser ainsi à moi. »
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: let me shine through you, let me kiss you and be alive again ( kamille )   

 
let me shine through you, let me kiss you and be alive again ( kamille )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Kiss me goodbye [PV Natasha]
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» Shine bright like a diamond ▬ Sovahnn
» MARLENE MOIRA HAYWORTH ♦ I used to shine bright like that diamond until that day.
» présentation de kiss me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: