Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

☯️Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Mar 24 Jan - 9:30



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
« AVANCE ! » Tu cries comme un malade dans la tempête, alors que le Chasseur d’Ombre d’une stupidité étonnante gémit comme un adolescent, adolescent qu’il est. Sa connerie du jour ? Sortir pour aller retrouver dieu sait qui sous cette tempête. Bien sûr, il avait été pris au piège et toi et deux membres de ton équipe aviez dû aller le repêcher. Heureusement pour toi, il n’était pas fort loin, mais la tempête était si violente que tu en étais déjà congelé. Il tombe, il gémit, il dit qu’il n’y arrivera pas. Tu le choppe par le col, pas le temps pour faire de chichi. Face contre la sienne, tu grognes furieusement. « Ecoutes moi bien, j’ai deux gosses qui m’attendent à l’institut, alors tu vas bouger ton cul de Chasseur d’Ombre et avancer ! On y est presque. » Aidé de tes coéquipiers, tu le pousses en avant en cherchant à respirer malgré le vent qui fouette ton visage. Quelques minutes plus tard, qui d’ailleurs te sembles durer des heures, vous passez les portes de l’institut en vous écroulant tous sur le sol complètement épuisés, frigorifiés. Corps contre le sol, tu respires difficilement, tu trembles comme un malade. Néanmoins, ça ne t’empêche pas de coller un coup à l’inconscient avec une force surprenante. « La prochaine fois que tu sors, fait le quand le soleil brille et qu’il fait trente degrés ! » Tes coéquipiers explosent de rire et tu ne peux t’empêcher de faire de même, bien sûr, c’était un rire nerveux, pas de joie. « C’est pas…drôle…bande de crétins… » Tu claques des dents, tu es trempé, pourtant, tu n’as qu’une idée en tête, savoir si elles vont bien. Le vent frappe les murs de l’institut, faisant parfois trembler ceux-ci. Le froid est bel et bien présent, rien ne vous sera épargné, heureusement, il vous reste l’électricité.

Te mettant sur tes deux jambes, tu vois ta sœur te balancer une serviette et tu la remercie du regard. « Mega… » « Dans sa chambre. » Tu secoues la tête affirmativement, ne perdant pas une seule seconde. Ton rapport sera pour plus tard, là, tu as juste besoin de voir tes enfants mais également celle qui te manque cruellement. Tu te mets en route vers le bâtiment, sachant exactement où tu allais. L’institut est bondé de Chasseurs d’Ombres qui tournent en rond, qui sont affolés par cette tempête brutale qui, malheureusement, fera de nombreux morts dans la partie Sud…Pas d’électricité, pas de chauffage, les températures sont si basses que la mort fauchera les plus faibles. Cette idée te révolte, te donne la nausée. Tu aimerais quitter l’institut, aider le plus possible de Terrestres, malheureusement, vous n’en aviez pas l’autorisation. Tu montes les marches rapidement, essayant de réchauffer ta peau froide et sec sous tes vêtements trempés. Cœur au bord des lèvres, tu te stoppe devant la porte de sa chambre. Tu toque deux fois. Pas de réponses…pourtant, de l’autre côté, tu peux entendre l’une de tes filles babiller avec sa voix cristalline. Hésitant, tu finis par entrer. Megara est bien là, endormie sur le lit. Couverture sur ses jambes, tu restes immobile à l’observer durant quelques secondes. Elle est si belle que ça en devient indécent ! Trois semaines. Putain, trois semaines que vous étiez en « pause ». Tu tentais de lui laisser le temps de respirer, de réfléchir, mais trois semaines….ça devient long, trop long. Tu as l’impression de la perdre. Les babillements de Clarissa te font revenir à la réalité. Calmement, tu approches de Meg pour remonter les couvertures, évitant de la toucher de tes mains froides.

Te dirigeant vers l’une des armoires, tu ouvres celle-ci y trouvant quelques vêtements secs à toi. Tu enlèves tes habits trempés et tu enfiles un jeans et un nouveau haut histoire de ne pas frigorifier ta fille au passage. Allant vers le berceau, tu prends ta fille dans tes bras. « Hello mon ange, toi et ta sœur vous épuisez maman c’est ça ? » Tu évites de toucher sa peau. « Oui, désolé chérie, papa est congelé, il a été faire un tour dehors pour sauver une andouille qui connait pas les termes : rester tranquille à l’institut. » Comme si sa sœur avait senti ta présence et le fait que Clarissa n’était plus à ses côtés, elle se mit à gigoter en ouvrant les yeux, bâillonnant à son tour. « Ah ben voilà…heureusement que vous être pas des triplés, me manquerait un bras…chut, vous allez réveiller maman. » Prenant Leandra dans ton autre main, tu finis par te tourner et…Megara est éveillé. Pris en flagrant délit, tu toussote alors que Leandra semble vouloir bouffer ton t-shirt en tirant légèrement dessus. « J’ai frappé, mais tu ne répondrais pas…et comme Clarissa était éveillé, j’suis rentré. » Tu es distant, ça se voit. La mine fermée, tu la fixe l’espace d’une seconde avant d’aller vers la double table à langer. Ouai, avoir des jumelles c’est tout prendre en double. Déposant tes filles dessus, tu montes les bords de sécurités pour qu’elles ne puissent pas tomber. « Je voulais juste savoir si ça allait…je ne resterais pas. »



© MADE BY SEAWOLF.


Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
49/77  (49/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOMegara N-Lightwood

Je suis à Chicago depuis le : 17/04/2016 et j'ai déjà payé : 1024 factures et gagné : 1615 gains. Il paraît que : Holland Roden est mon double. Schizo je joue aussi : Thyia Zacharias. On m'appelle : Dreamy/Mélanie et pour mon profil je remercie : balaclava (ava) + moi-même (sign).

Je suis : mariée à Dimitri Lightwood, éperdument amoureuse de lui, après s'être tournés autour pendant bien trop longtemps. La rousse a la bague au doigt.

“I won't apologize for the
FIRE IN MY EYES
Megara, 3ème née de la grande lignée des Nichols, lignée de chasseurs d'ombres longtemps dénigrés parce qu'ils ont rejoint la Résistance très tard, en 1996. Certains les disent lâches, Meg pense que tout vient à point et qu'il était temps pour la famille de faire ses preuves. ⊰ Entre 1990 et 1996, elle a vécu avec sa famille au sein d'un groupe de Faeries, et se sent de ce fait particulièrement proche des créatures obscures et des immortels. Ce phénomène l'a rendue mature très jeune ⊰ De toute sa famille, celui dont elle est le plus proche est son frère aîné Sebastian, d'un an de plus qu'elle. Ils ont toujours été absolument inséparables, et il est devenu son parabatai à l'âge de 16 et 17 ans. ⊰ Se bat avec des dagues jumelles légèrement incurvées outre les lames séraphiques ⊰ Grande acrobate, dans ses combats il est difficile de l'attraper. ⊰ Insaisissable, elle a eu de nombreuses conquêtes mais n'a jamais été amoureuse, jusqu'à Dimitri Lightwood ⊰ Elle ne supporte pas qu'on insulte une créature obscure devant elle, et ne se gêne pas pour recaler la personne assez sèchement. ⊰ C'est une grande sensible à tout ce qui l'entoure, et ses parents pensent que c'est lié au fait qu'elle ai grandi avec les Faeries.

OU QUE TU AILLES, J'IRAIS.
“Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré.
Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,
Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort“ Parabatai.



I'M A KING AND YOU'RE A QUEEN
and we will stumble through heaven“
Elle connaît DIMITRI depuis près de vingt ans, l'a toujours côtoyé, apprécié malgré leurs différences. Le mur qu'il s'est construit constituait un challenge pour Megara, qui s'est juré de le briser, tout comme elle voulait briser ses convictions en lesquelles les créatures obscures seraient toutes mauvaises et indigne de confiance. Ce à quoi elle ne s'attendait pas, c'était à ce qu'inconsciemment, il suscite aussi quelque chose chez Meg : Des sentiments. La rouquine vive et souriante est tombée amoureuse du brun froid dont la famille possède une histoire lourde. Coup de foudre à retardement, 20 ans pour développer un amour aussi tardif que puissant. Ils sont fiancés depuis juillet, et elle a accouché de leurs jumelles, Clarissa et Leandra, le 22 novembre.


THE FAMILY
si vis pacem, para bellum.“
La famille Nichols, chaotique, à la fois unie et détruite. SEBASTIAN est non seulement son frère aîné, mais également son parabatai. Depuis la naissance, leur proximité est telle qu'ils sont assimilés à des jumeaux, malgré leur année de différence. C'est son âme sœur, sa moitié, son essentiel, l'être le plus important de son existence.+ TESSA c'est la plus jeune, la prunelle de ses yeux. A quinze ans, elle a échoué avec son frère pour la protéger d'un démon. Depuis, sa vie est liée à un poison. Depuis, elle veille sur elle plus que sur sa propre vie.+ Sa seconde soeur, PANDORA, son opposé. Leurs avis divergent constamment. La blonde, la rousse. La rebelle, et l'obéissante. La rancune demeure venant de Pandora, depuis l'échec de Megara et Sebastian pour protéger Tessa. Leur lien s'est détruit quand la plus jeune est tombée amoureuse d'un obscur. Quand elle a passé chez l'ennemi. Et pourtant, Megara ne cessera jamais de lutter pour la récupérer. Et l'aîné, le détaché, TERRENCE, celui qui refuse de prendre part à une guerre alors que sa famille a besoin de lui. Malgré tout, Meg l'aime profondément. + CORDELIA, la jumelle d'une autre mère, le même nom, pas le même sang, la faerie dont les parents ont lutté aux côtés de la Rébellion et en ont péri. Sa sœur, envers et contre tout.


LES REBELLES
pulvis et umbra sumus“
EMMA, c'est sa meilleure amie depuis l'enfance, dès son arrivée à l'institut, la jeune de Lornet l'a accueillie à bras grands ouverts, quand tous les autres lui tournaient le dos à cause de son nom. S'il n'y avait pas eu Sebastian, elle aurait probablement demandé à la jeune fille de devenir sa parabatai. + DEMETRIA, une de ses meilleures amies avec Emma, et la jumelle de Dimitri. Elles se connaissent depuis toutes petites, et ont toujours combattu côte à côte. Un froid subsiste cependant depuis que Meg est en couple avec son frère, comme elle ne le lui a pas dit avant. +


LES INSIPIDES
Dura lex, sed lex.“
De sa naissance à ses six ans, Megara a grandi au sein de Faeries. LEHR est l'un d'entre eux, et il est ce qui s'apparente le plus à sa famille en dehors des Nichols, son protecteur, et son ami. +


LES OBSCURS
Ave atque vale“
Elle méprise TIMOTHY et n'aspire qu'à sa destruction. Il a voulu la tuer, lui a pris sa soeur, a torturé son petit ami... S'octroyant la place de choix de "tête à abattre" aux yeux de la rouquine.
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Mar 24 Jan - 18:47



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
«  Elles se sont endormi. Tu devrais en profiter pour faire de même, mon ange. » Les lèvres de Dylan Nichols viennent tendrement se poser sur le front de sa fille, au milieu du couloir menant aux chambres de l’institut. Depuis des heures, dehors, la tempête de neige qui s’abat sur Chicago fait rage, et les informations vont bon train dans le bâtiment, situé fort heureusement sur la partie nord de la ville. Meg est en sécurité depuis quelques heures, rentrée auprès de ses filles avant que la tempête ne s’aggrave considérablement, et la plupart de sa famille aussi. Sauf un. « Dimitri.. ? » Que la rousse murmure, dans les bras de son père qui l’étreint doucement.  Depuis un moment, son Lightwood de fiancé était parti à la recherche d’un jeune chasseur d’ombres perdu dans la ville, sorti alors même que tout le monde répétait de rester à l’institut par sécurité. Au lieu de quoi, en plus de s’être mis en danger, il avait également mis en danger certains de ses collègues, dont l’homme dont elle est amoureuse. «  Ils ne devraient plus tarder. » Lui assure le père Nichols, dont le regard clair inspecte sa fille aînée avec un air suspicieux. Il se risque alors à demander face au soupir de sa fille : «  Vous avez parlé depuis … » - « Non.. » Elle le coupe, connaît déjà sa réponse. Ont-ils eu une nouvelle discussion depuis que la jolie rousse a demandé de l’espace, depuis leur retour de cette réalité qui les a ébranlés plus que de raison ? Non. « Je peux pas, papa… » Megara se détache de Dylan, appuie son dos contre le mur du couloir, le regard rivé sur ses pieds, comme une enfant prise en faute par son père. Elle est surtout perdue. Parce qu’elle est partagée entre deux douleurs : Celle d’avoir vu Dimitri dans les bras d’un autre, et celle de ne plus l’avoir du tout. «  Megara… Je ne connais pas Dimitri aussi bien que toi ou ton frère. Mais je connais ses parents. Et sa mère ne cesse de nous dire à ta mère et moi qu’il est malheureux sans sa famille. Et tu es sa famille avec vos filles, tout comme vous êtes ma famille avec ta mère. » Meg relève les yeux, observe son père. La diplomatie est un art de famille, et elle admirera probablement toujours le calme de son père. Il demande, enfin : «  Tu l’aimes ? » La jeune femme hausse les sourcils, comme si la réponse était évidente. « Tu sais que oui »  - «  Alors ça ne devrait pas être tout ce qui importe ? »

C’est songeuse après ces sages paroles de la part de son père que la jeune femme retourne à l’intérieur de sa chambre, fatiguée par sa sortie, mais également par ses longues nuits sans dormir, à force de trop penser, ou tout simplement parce que les jumelles pleuraient, ne faisant pas encore entièrement leurs nuits. Elle allume l’eau bouillante de sa douche, et ne prends même pas la peine de se déshabiller pour aller dessous, l’eau venant détendre ses muscles progressivement, jusqu’à ce qu’elle se décide, enfin, à se débarrasser de sa tenue et à se savonner. Puis tout simplement, elle enfile une petite culotte et un tee-shirt, ample, appartenant à Dimitri. Son plaisir coupable, sa façon de se raccrocher à lui malgré ce chaos dans leur couple. Et c’est enivrée de son parfum que, les paupières closes, elle s’endort enfin dans son lit.

C’est en distinguant des bruits dans la chambre que la jeune femme émerge à nouveau, percevant progressivement une voix qui murmure : « Oui, désolé chérie, papa est congelé, il a été faire un tour dehors pour sauver une andouille qui connait pas les termes : rester tranquille à l’institut. » Megara ouvre alors les yeux, son cœur battant plus fort en reconnaissant la voix de Dimitri. Intérieurement, elle soupire de soulagement. Il va bien, il est en sécurité. Et il soulève délicatement Leandra dans ses bras, aux côtés de Clarissa qu’il tient déjà contre lui. « Ah ben voilà…heureusement que vous être pas des triplés, me manquerait un bras…chut, vous allez réveiller maman. » Trop tard, maman, elle est déjà réveillée. Elle se redresse légèrement, toujours enroulée dans les draps, quand finalement, le jeune homme pivote et constate qu’elle ne dort plus. Et c’est en silence qu’ils s’observent. Qu’elle détaille chacun de ses traits qui lui manquent terriblement au réveil. « J’ai frappé, mais tu ne répondrais pas…et comme Clarissa était éveillée, j’suis rentré. » Elle le regarde, pince les lèvres, puis elle détourne les yeux sur les draps, hoche la tête. « C’est rien.. Tu as bien fait. » Dimitri se détourne alors, va délicatement allonger les filles sur leur table à langer. Meg, elle, reste cruellement silencieuse. C’est comme si l’année qu’ils ont passée ensemble était gommée, du moins, extérieurement parlant. Lui, froid, elle, distante. Mais intérieurement, il déclenche toujours cette foutue tempête dans le cœur de la rousse. « Je voulais juste savoir si ça allait…je ne resterais pas. » S’appuyant sur ses mains, Megara finit par se redresser, s’appuyant sur ses mains pour s’asseoir. « Tu peux rester.. Je te prive pas de voir les filles, je ferais jamais ça.. » Elle n’en a ni le droit, ni l’envie. Et les paroles de son père résonnent en écho dans sa tête. Elle fronce les sourcils, relève ses grands yeux verts vers Dimitri : « Tu .. Ca va ? » Et comme pour se justifier, elle reprend, se mordant l’intérieur de la joue: « Mon père m’a dit que tu avais dû partir chercher un jeune coincé en ville. »



© MADE BY SEAWOLF.
946 mots, -24h


AND I DON'T WANNA LIVE FOREVER
MEGARA ⊰ Been sitting eyes wide open behind these four walls, hoping you'd call. It's just a cruel existence like there's no point hoping at all. Baby, baby, I feel crazy, up all night, all night and every day. Give me something, oh, but you say nothing. What is happening to me?

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

☯️Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Mer 25 Jan - 10:54



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
Tes filles, elles t’aident à ne pas entièrement sombrer. Oui, elles t’aident à tenir le coup face à cette situation des plus déplaisantes. Tu as l’impression que ta vie prend un tournant définitif. Voilà des mois que tu n’avais plus toucher à Megara, de par sa grossesse, puis vos nuits courtes à cause des filles et maintenant ça. Tu as juste l’impression que la flamme s’éteint. Mais là n’est pas le plus grave, le sexe n’est pas vraiment nécessaire à tes yeux, bien que comme dirait ta mère : un couple sans sexe est voué à l’échec mon fils. Entre ça de ta mère, ça t’a laissé perplexe… Non, le souci c’est que tu as l’impression de l’avoir perdue. Tu as l’impression de l’avoir tellement blessée, qu’au final, tu as fini par la dégouter. Tu n’avais jamais caché ta bisexualité, néanmoins, tu ne l’avais jamais crié sur tous les toits. Beaucoup pensaient donc que tu étais complètement Hétérosexuel. Megera en faisait-elle partie ? Le fait de te voir, dans cette autre réalité coucher avec un homme, avait-il fait qu’elle ne puisse plus du tout te voir de la même façon ? Tu le craignais. Pourtant, tu l’aimais toujours autant, tes sentiments n’avaient pas changés. Ils étaient là, ancré en toi et tu t’y accrochais comme un naufragé. Tes filles dans tes bras, tu croises le regard de celle qui aurait dû un jour porter ton nom…ça te semble lointain maintenant. Tu as l’impression d’être revenu bien des années en arrière, cachant tes émotions sous un masque froid. Tu ne veux pas qu’elle comprenne que tu crève à petit feu, non, elle ne doit pas culpabiliser, le fautif c’était toi, pas elle. Du moins, c’était Jasper. Tu l’observes, lui annonçant que tu avais frappé avant d’entrer, histoire qu’elle ne se sente pas agresser par ton intrusion.

« C’est rien.. Tu as bien fait. » Tu t’éloignes, tu lui tournes le dos. C’est plus facile comme ça. Déposant vos filles sur la table à langer, tu sors tout le nécessaire pour les changer. Elles vont sûrement réclamer à boire, vu l’heure, sauf si Megara s’en était déjà chargée récemment. Tu manquais tellement de choses…Tu avais l’impression d’être trop absent, trop renfermé dans tes missions, ton seul moyen d’échappatoire. Tu lui annonce que tu ne resteras pas, qu’elle ne devait pas s’inquiéter. Tu sais que ta présence l’indispose, la rend mal à l’aise, sinon, elle n’aurait pas réclamé une pause. « Tu peux rester.. Je te prive pas de voir les filles, je ferais jamais ça.. » « Je sais…je sais aussi que ma présence ne te met pas à l’aise. » Tu te charges de Leandra qui semble plus agitée que sa sœur, Clarissa, elle, recommençait déjà à s’endormir. Tu es devenu un pro de la couche culotte…bon, c’est assez risible quand on te connait, mais en-même temps, tu restais père et tu devais donc être multitâches. Contrairement à beaucoup de mecs, changer les couches de tes filles n’était pas un souci. Tu avais fait des enfants c’était pour t’en occuper, pas pour laisser toutes les tâches ingrates à Megara. « Tu .. Ca va ? » Doucement, tu tournes légèrement la tête vers elle, à moitié, gardant un œil sur les jumelles. « Mon père m’a dit que tu avais dû partir chercher un jeune coincé en ville. » « Oh ça… » Finissant de changer Clarissa, tu rhabilles les filles rapidement, faisant en sorte de mettre des grenouillères chaudes vu le temps qu’il fait à l’extérieur. « Oui, ça va. J’ai cru que j’allais mourir de froid sur le coup, mais on l’a ramené à temps…D’ailleurs, je me suis permis de changer de vêtements pendant que tu dormais, les miens étaient trempés. »

Reprenant les jumelles dans tes bras, tu te retournes enfin pour croiser le regard de la jeune femme. Clarissa avait déjà les yeux à demi-fermés, alors que Leandra, elle, pétait le feu…A croire que les deux possédaient un caractère déjà bien défini. « Hum…écoutes. » Tu approches du lit, déposant les filles dessus entre toi et Megara. « Si tu veux que je les prenne une nuit ou deux, je peux le faire Meg…j’irais acheter de quoi mettre dans ma chambre. Ça te permettra de te relaxer un peu…puis, j’ai l’impression de ne pas passer assez de temps avec elles… » Ni avec toi. Mais ça, tu t’abstiens de le dire. Le simple fait de penser à devoir envisager de partager vos filles, même pour la nuit, te donne la nausée. Mais là, de suite, tu ne voyais pas trop d’autres solutions. Elle te manque, vos filles également. Actuellement tu ne pouvais que t’approcher de Clarissa et de Leandra, Megara restait un doux rêve intouchable. Tu détournes les yeux vers les jumelles, jouant avec les doigts de Clarissa qui, ennuyée par sa sœur, avait de nouveau les yeux grands ouverts. « Elles ont mangés ? Ma mère aimerait bien les gardées un jour, elle n’a pas vraiment eu l’occasion de pouvoir le faire avec tout ça… » Tu ne sais pas quoi dire, tu ne sais pas quoi faire. Tu n’as jamais été doué pour gérer ce genre de chose, encore moins quand il s’agit de ton couple. Tous vos projets étaient tombés à l’eau, la regarder en devenait douloureux. Lorsque tu le faisais, tu avais l’impression de briser sa demande d’intimité. Aviez vous encore une chance de vous relever ? De vous retrouver ? ça, c’était à Megara de le choisir. Tu attendais sagement qu’elle prenne une décision, mais si elle tardait de trop, tu allais devoir le faire pour elle. Vivre ainsi n’était pas possible. Vivre dans le doute, dans le flou, ce n’était pas sain. Ni pour elle, ni pour toi, ni pour votre famille déjà si brisée ;

Post 3 - 965 mots - 24h


© MADE BY SEAWOLF.


Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
49/77  (49/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOMegara N-Lightwood

Je suis à Chicago depuis le : 17/04/2016 et j'ai déjà payé : 1024 factures et gagné : 1615 gains. Il paraît que : Holland Roden est mon double. Schizo je joue aussi : Thyia Zacharias. On m'appelle : Dreamy/Mélanie et pour mon profil je remercie : balaclava (ava) + moi-même (sign).

Je suis : mariée à Dimitri Lightwood, éperdument amoureuse de lui, après s'être tournés autour pendant bien trop longtemps. La rousse a la bague au doigt.

“I won't apologize for the
FIRE IN MY EYES
Megara, 3ème née de la grande lignée des Nichols, lignée de chasseurs d'ombres longtemps dénigrés parce qu'ils ont rejoint la Résistance très tard, en 1996. Certains les disent lâches, Meg pense que tout vient à point et qu'il était temps pour la famille de faire ses preuves. ⊰ Entre 1990 et 1996, elle a vécu avec sa famille au sein d'un groupe de Faeries, et se sent de ce fait particulièrement proche des créatures obscures et des immortels. Ce phénomène l'a rendue mature très jeune ⊰ De toute sa famille, celui dont elle est le plus proche est son frère aîné Sebastian, d'un an de plus qu'elle. Ils ont toujours été absolument inséparables, et il est devenu son parabatai à l'âge de 16 et 17 ans. ⊰ Se bat avec des dagues jumelles légèrement incurvées outre les lames séraphiques ⊰ Grande acrobate, dans ses combats il est difficile de l'attraper. ⊰ Insaisissable, elle a eu de nombreuses conquêtes mais n'a jamais été amoureuse, jusqu'à Dimitri Lightwood ⊰ Elle ne supporte pas qu'on insulte une créature obscure devant elle, et ne se gêne pas pour recaler la personne assez sèchement. ⊰ C'est une grande sensible à tout ce qui l'entoure, et ses parents pensent que c'est lié au fait qu'elle ai grandi avec les Faeries.

OU QUE TU AILLES, J'IRAIS.
“Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré.
Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,
Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort“ Parabatai.



I'M A KING AND YOU'RE A QUEEN
and we will stumble through heaven“
Elle connaît DIMITRI depuis près de vingt ans, l'a toujours côtoyé, apprécié malgré leurs différences. Le mur qu'il s'est construit constituait un challenge pour Megara, qui s'est juré de le briser, tout comme elle voulait briser ses convictions en lesquelles les créatures obscures seraient toutes mauvaises et indigne de confiance. Ce à quoi elle ne s'attendait pas, c'était à ce qu'inconsciemment, il suscite aussi quelque chose chez Meg : Des sentiments. La rouquine vive et souriante est tombée amoureuse du brun froid dont la famille possède une histoire lourde. Coup de foudre à retardement, 20 ans pour développer un amour aussi tardif que puissant. Ils sont fiancés depuis juillet, et elle a accouché de leurs jumelles, Clarissa et Leandra, le 22 novembre.


THE FAMILY
si vis pacem, para bellum.“
La famille Nichols, chaotique, à la fois unie et détruite. SEBASTIAN est non seulement son frère aîné, mais également son parabatai. Depuis la naissance, leur proximité est telle qu'ils sont assimilés à des jumeaux, malgré leur année de différence. C'est son âme sœur, sa moitié, son essentiel, l'être le plus important de son existence.+ TESSA c'est la plus jeune, la prunelle de ses yeux. A quinze ans, elle a échoué avec son frère pour la protéger d'un démon. Depuis, sa vie est liée à un poison. Depuis, elle veille sur elle plus que sur sa propre vie.+ Sa seconde soeur, PANDORA, son opposé. Leurs avis divergent constamment. La blonde, la rousse. La rebelle, et l'obéissante. La rancune demeure venant de Pandora, depuis l'échec de Megara et Sebastian pour protéger Tessa. Leur lien s'est détruit quand la plus jeune est tombée amoureuse d'un obscur. Quand elle a passé chez l'ennemi. Et pourtant, Megara ne cessera jamais de lutter pour la récupérer. Et l'aîné, le détaché, TERRENCE, celui qui refuse de prendre part à une guerre alors que sa famille a besoin de lui. Malgré tout, Meg l'aime profondément. + CORDELIA, la jumelle d'une autre mère, le même nom, pas le même sang, la faerie dont les parents ont lutté aux côtés de la Rébellion et en ont péri. Sa sœur, envers et contre tout.


LES REBELLES
pulvis et umbra sumus“
EMMA, c'est sa meilleure amie depuis l'enfance, dès son arrivée à l'institut, la jeune de Lornet l'a accueillie à bras grands ouverts, quand tous les autres lui tournaient le dos à cause de son nom. S'il n'y avait pas eu Sebastian, elle aurait probablement demandé à la jeune fille de devenir sa parabatai. + DEMETRIA, une de ses meilleures amies avec Emma, et la jumelle de Dimitri. Elles se connaissent depuis toutes petites, et ont toujours combattu côte à côte. Un froid subsiste cependant depuis que Meg est en couple avec son frère, comme elle ne le lui a pas dit avant. +


LES INSIPIDES
Dura lex, sed lex.“
De sa naissance à ses six ans, Megara a grandi au sein de Faeries. LEHR est l'un d'entre eux, et il est ce qui s'apparente le plus à sa famille en dehors des Nichols, son protecteur, et son ami. +


LES OBSCURS
Ave atque vale“
Elle méprise TIMOTHY et n'aspire qu'à sa destruction. Il a voulu la tuer, lui a pris sa soeur, a torturé son petit ami... S'octroyant la place de choix de "tête à abattre" aux yeux de la rouquine.
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Mer 25 Jan - 16:08



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
Elle a l’impression de se noyer, de se perdre entre ses souvenirs de l’autre réalité, et ses souvenirs les plus chers, aux côtés de Dimitri, depuis leur enfance. La lente progression de leur relation, vingt longues années pour en venir à comprendre que leur amitié pouvait évoluer vers quelque chose de beaucoup plus profond… Vers de l’amour. Et elle l’aime, Megara, elle l’aime tellement qu’elle en a mal au ventre à le regarder lui tourner le dos pour s’occuper de leurs filles, elle l’aime tellement qu’elle voudrait se gifler de lui infliger ça. Qu’est-ce que tu attends, Megara ? « Je sais…je sais aussi que ma présence ne te met pas à l’aise. » Elle baisse les yeux, ne répond rien à ses mots. A vraie dire, elle ne sait plus ce qui la met le plus dans l’inconfort : D’être dans la même pièce que lui, ou d’être, justement, loin de lui. Elle s’enquit alors de son état, lui qui était sorti depuis déjà plusieurs heures, avant qu’elle n’aille dormir un peu. Et quand elle précise que son père l’a mise au courant de sa « mission improvisée », il semble enfin comprendre. « Oh ça… » Elle hoche la tête, suit du regard ses mains qui s’occupent aisément de changer les petites. Il a beau avoir ses défauts, elle ne l’a jamais trouvé aussi parfait que depuis qu’ils sont ensemble. Elle a toujours su que derrière sa carapace d’homme froid et infaillible, il y avait un cœur tendre, un homme attentionné. Elle le voyait envers sa sœur, elle le voyait, parfois, avec elle-même sur le terrain. Puis elle a eu droit à cette tendresse la première fois qu’ils se sont embrassés. Ca ne lui a jamais semblé aussi loin, aussi pénible d’y penser, comme si elle touchait du bout des doigts ce qu’elle n’a plus. N’aura peut-être plus jamais. « Oui, ça va. J’ai cru que j’allais mourir de froid sur le coup, mais on l’a ramené à temps…D’ailleurs, je me suis permis de changer de vêtements pendant que tu dormais, les miens étaient trempés. » Elle baisse les yeux sur sa propre tenue, se rappelle, soudain, qu’elle porte un des hauts de Dimitri. « T’as eu raison, le dernier truc dont tu aies besoin, c’est d’être malade… » Et malgré elle, elle continue d’être attentionnée, de s’inquiéter pour lui. C’est un besoin, c’est vital pour elle, que de s’assurer qu’il va bien. Surtout après l’avoir vu vampire. Elle se souvient encore de ses larmes, de son refus catégorique de se nourrir sur elle. Du contact de ses canines dans le creux de son épaule. Elle frissonne, ferme les yeux. Et Dimitri la ramène dans cette réalité, alors qu’il l’observe, les jumelles dans ses bras.

« Hum…écoutes. » Son cœur loupe un battement, elle relève les yeux, il s’approche, dépose les filles sur le lit, entre eux deux. L’espace n’a jamais semblé aussi vaste sur ce lit. « Si tu veux que je les prenne une nuit ou deux, je peux le faire Meg…j’irais acheter de quoi mettre dans ma chambre. Ça te permettra de te relaxer un peu…puis, j’ai l’impression de ne pas passer assez de temps avec elles… » Elle a envie de hurler, Megara. Elle prend sur elle, le regarde, partagée entre une furieuse envie de le prendre dans ses bras et celle de partir en courant. Au lieu de quoi, elle se contente de tendre une main vers le visage de Leandra qui la regarde, curieuse. Elle effleure délicatement la joue de sa fille, esquisse un sourire. « Elles ont mangé ? Ma mère aimerait bien les garder un jour, elle n’a pas vraiment eu l’occasion de pouvoir le faire avec tout ça… » Elle retourne sur Terre, relève les yeux vers Dimitri. « C’est rien.. Elles ont mangé juste avant de dormir. Et aucun souci pour ta mère, mes parents ont .. Plus que profité des jumelles ces derniers temps. » Ils ont majoritairement veillé les petites pendant les insomnies de Megara, à vraie dire, et ce n’était que pure légitimité que la mère de Dimitri profite à son tour de ses petites filles. Et les paroles de son père n’ont de cesse de la hanter. De lui murmurer, tout bas, de ne pas laisser Dimitri lui échapper. Et c’est ce qu’elle est en train de faire, à garder le silence. « Dimitri… » Elle soupire, cherche ses mots. Délicatement, elle laisse la main de sa fille attraper son doigt, mais son regard n’est plus posé sur sa fille : Il est rivé sur Dimitri. « Est-ce que tu m’en veux ? » Qu’elle murmure, soudain beaucoup plus vulnérable qu’elle ne l’aurait voulu. Mais c’est un fait : Dimitri est sa faiblesse, qu’elle le veuille ou non, et elle ne craint plus de le voir, au final : Elle redoute plus que tout de l’avoir déjà sorti de sa vie.


Post 4 - 845 mots - 24h


© MADE BY SEAWOLF.


AND I DON'T WANNA LIVE FOREVER
MEGARA ⊰ Been sitting eyes wide open behind these four walls, hoping you'd call. It's just a cruel existence like there's no point hoping at all. Baby, baby, I feel crazy, up all night, all night and every day. Give me something, oh, but you say nothing. What is happening to me?

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

☯️Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Jeu 26 Jan - 14:50



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
Tu te sens mal, pas à ta place. C’est comme si tu étais devenu un étranger face à cette femme qui faisait battre ton cœur. Dans ces moment-là, tu comprenais mieux pourquoi tu avais autrefois décidé de te fermer aux sentiments. Ça te perturbe, ça fait mal…Tu ne montres pourtant rien. Ton moyen d’autodéfense naturel, peut-être pas le meilleur, mais du moins, le plus efficace pour toi. Tu t’avances vers lui pour y déposer vos filles, prenant soin de les mettre entre toi et Megara. Tu respectes son besoin de liberté, mais ce n’est pas pour autant que tu étais pour. Non, alors, tu faisais en sorte de marquer une certaine limite avec ce geste. Ainsi, tu ne pouvais pas spécialement l’approcher. « T’as eu raison, le dernier truc dont tu aies besoin, c’est d’être malade… » « Il m’en faut plus pour tomber malade. » Levant les yeux vers elle, tu remarques sa tenue et, au fond, ça allume une petite flamme d’espérance. Elle dormait avec l’un de tes hauts. Cela voulait-il dire que tu lui manquais ? Tu aimerais tellement y croire. Pourtant, elle semble si…loin. Oui, c’est exactement ça. Tu as l’impression qu’elle est près de toi, tout en étant intouchable, bien trop loin de ce que vous aviez été autrefois. Ta mère avait rapidement vu le changement dans ta personnalité, ce qui en soit, n’était pas compliqué pour elle. « ca va s’arranger », voilà ce qu’elle ne cessait de te répéter. Vingt ans d’attentes pour la trouver, pour tomber amoureux de cette amie d’enfance et tout ça, brisé pour une histoire de réalité. Vous êtes comme deux enfants, deux gamins qui ne savent plus où se mettre. Elle laisse ses doigts dériver sur votre fille, tu fais de même, vos regards se croisent à peine…

« C’est rien.. Elles ont mangé juste avant de dormir. Et aucun souci pour ta mère, mes parents ont .. Plus que profité des jumelles ces derniers temps. » Tu remarques qu’elle n’a pas répondu à ta première question, sur le fait de prendre les jumelles dans ta chambre et donc, de la décharger quelques fois… « Oui…mes parents aussi l’ont remarqué. » Ce n’est pas une remarque, ni même une réflexion, non, c’est plus une évidence. Il faut dire que, en étant le fautif dans l’histoire, tu n’osais pas trop demander quoi que ce soit même si c’est également tes filles. Ton regard se perd dans la contemplation de tes filles, alors qu’instinctivement, tes doigts glissent sur le bras de Clarissa. Tu en as besoin. Oui, tu as besoin de ce contact qui te raccroche à la réalité. Tu finiras par t’effondrer, comme Zack était en train de le faire, comme Emma également. Oui, mais pas de suite…Non, le moment n’était pas encore venu de tomber, tu avais bien trop de choses à faire. « Dimitri… » Tu clignes quelques fois des paupières, levant les yeux vers elle. Elle a son regard rivé vers toi. Ton cœur se serre, ton visage reste froid, impassible. « Est-ce que tu m’en veux ? » Murmure lointain, tu l’observe l’espace de quelques secondes. Si tu lui en veux ? Oui et non…A vraie dire, tu t’en veux plus à toi qu’à elle, néanmoins, dire que tu ne lui en veux pas serait mentir et ta franchise n’est un secret pour personne. « Meg je… » Tu détournes les yeux en poussant un soupire, prenant Clarissa, endormie, pour te lever et aller la déposer dans son berceau. Mains posées sur les montant, tu pousses un long soupire douloureux et bruyant. « Je m’en veux plus à moi-même qu’à toi…mais oui, d’une certaine façon, je t’en veux. »

Te redressant, ton dos est droit, tes muscles sont tendus à travers ton haut. Doucement, tu te déplaces à travers la pièce pour aller t’appuyer contre un mur. Bras croisés, regard baissé, tu sens que tes mots ne vont pas lui plaire. « Je t’en veux de me laisser dans le flou depuis plusieurs semaines, de me laisser espérer une potentielle réconciliation. Je sais que je suis coupable dans cette histoire ce que j’ai fait c’est…c’est impardonnable. Je n’étais pas moi-même et crois-moi, je me dégoute plus que je ne dois te dégouter…mais…Megara, j’ai besoin de savoir par où me diriger. » Tes poings se serrent doucement alors qu’une fois de plus, tu lèves ton regard vers elle. Tu n’élèves pas la voix, non. De un, tu n’en éprouves pas le plaisir, tu es fatigué. De deux, tes filles sont dans la pièce, hors, si il y a bien une chose que tu ne feras jamais, c’est gueuler lorsqu’elles sont présentes. « Je comprends que tu ais besoin d’une pause, mais là, ça commence à faire long. Si tu ne peux…si ce que tu as vu a fait en sorte que tu ne puisses plus me toucher ou quoi que ce soit, je préfère qu’on arrête le carnage. Je t’aime, ça n’a pas changer, mes sentiments pour toi n’ont jamais cessés d’être. Mais, je pense à nos filles. Ce genre de situation ne peut plus continuer. Je te laisse encore un peu de temps, mais si tu ne prends pas de décisions, je vais devoir le faire pour nous. Ce qui se résumera à une rupture définitive. On s’arrangera pour la garde des jumelles, je serais toujours là, je n’irais nulle part mais…Je suis épuisé Megara, épuisé de vivre dans le doute. J’ai trop à gérer. »


Post 5 - 911 mots - 24h


© MADE BY SEAWOLF.


Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
49/77  (49/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOMegara N-Lightwood

Je suis à Chicago depuis le : 17/04/2016 et j'ai déjà payé : 1024 factures et gagné : 1615 gains. Il paraît que : Holland Roden est mon double. Schizo je joue aussi : Thyia Zacharias. On m'appelle : Dreamy/Mélanie et pour mon profil je remercie : balaclava (ava) + moi-même (sign).

Je suis : mariée à Dimitri Lightwood, éperdument amoureuse de lui, après s'être tournés autour pendant bien trop longtemps. La rousse a la bague au doigt.

“I won't apologize for the
FIRE IN MY EYES
Megara, 3ème née de la grande lignée des Nichols, lignée de chasseurs d'ombres longtemps dénigrés parce qu'ils ont rejoint la Résistance très tard, en 1996. Certains les disent lâches, Meg pense que tout vient à point et qu'il était temps pour la famille de faire ses preuves. ⊰ Entre 1990 et 1996, elle a vécu avec sa famille au sein d'un groupe de Faeries, et se sent de ce fait particulièrement proche des créatures obscures et des immortels. Ce phénomène l'a rendue mature très jeune ⊰ De toute sa famille, celui dont elle est le plus proche est son frère aîné Sebastian, d'un an de plus qu'elle. Ils ont toujours été absolument inséparables, et il est devenu son parabatai à l'âge de 16 et 17 ans. ⊰ Se bat avec des dagues jumelles légèrement incurvées outre les lames séraphiques ⊰ Grande acrobate, dans ses combats il est difficile de l'attraper. ⊰ Insaisissable, elle a eu de nombreuses conquêtes mais n'a jamais été amoureuse, jusqu'à Dimitri Lightwood ⊰ Elle ne supporte pas qu'on insulte une créature obscure devant elle, et ne se gêne pas pour recaler la personne assez sèchement. ⊰ C'est une grande sensible à tout ce qui l'entoure, et ses parents pensent que c'est lié au fait qu'elle ai grandi avec les Faeries.

OU QUE TU AILLES, J'IRAIS.
“Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré.
Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,
Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort“ Parabatai.



I'M A KING AND YOU'RE A QUEEN
and we will stumble through heaven“
Elle connaît DIMITRI depuis près de vingt ans, l'a toujours côtoyé, apprécié malgré leurs différences. Le mur qu'il s'est construit constituait un challenge pour Megara, qui s'est juré de le briser, tout comme elle voulait briser ses convictions en lesquelles les créatures obscures seraient toutes mauvaises et indigne de confiance. Ce à quoi elle ne s'attendait pas, c'était à ce qu'inconsciemment, il suscite aussi quelque chose chez Meg : Des sentiments. La rouquine vive et souriante est tombée amoureuse du brun froid dont la famille possède une histoire lourde. Coup de foudre à retardement, 20 ans pour développer un amour aussi tardif que puissant. Ils sont fiancés depuis juillet, et elle a accouché de leurs jumelles, Clarissa et Leandra, le 22 novembre.


THE FAMILY
si vis pacem, para bellum.“
La famille Nichols, chaotique, à la fois unie et détruite. SEBASTIAN est non seulement son frère aîné, mais également son parabatai. Depuis la naissance, leur proximité est telle qu'ils sont assimilés à des jumeaux, malgré leur année de différence. C'est son âme sœur, sa moitié, son essentiel, l'être le plus important de son existence.+ TESSA c'est la plus jeune, la prunelle de ses yeux. A quinze ans, elle a échoué avec son frère pour la protéger d'un démon. Depuis, sa vie est liée à un poison. Depuis, elle veille sur elle plus que sur sa propre vie.+ Sa seconde soeur, PANDORA, son opposé. Leurs avis divergent constamment. La blonde, la rousse. La rebelle, et l'obéissante. La rancune demeure venant de Pandora, depuis l'échec de Megara et Sebastian pour protéger Tessa. Leur lien s'est détruit quand la plus jeune est tombée amoureuse d'un obscur. Quand elle a passé chez l'ennemi. Et pourtant, Megara ne cessera jamais de lutter pour la récupérer. Et l'aîné, le détaché, TERRENCE, celui qui refuse de prendre part à une guerre alors que sa famille a besoin de lui. Malgré tout, Meg l'aime profondément. + CORDELIA, la jumelle d'une autre mère, le même nom, pas le même sang, la faerie dont les parents ont lutté aux côtés de la Rébellion et en ont péri. Sa sœur, envers et contre tout.


LES REBELLES
pulvis et umbra sumus“
EMMA, c'est sa meilleure amie depuis l'enfance, dès son arrivée à l'institut, la jeune de Lornet l'a accueillie à bras grands ouverts, quand tous les autres lui tournaient le dos à cause de son nom. S'il n'y avait pas eu Sebastian, elle aurait probablement demandé à la jeune fille de devenir sa parabatai. + DEMETRIA, une de ses meilleures amies avec Emma, et la jumelle de Dimitri. Elles se connaissent depuis toutes petites, et ont toujours combattu côte à côte. Un froid subsiste cependant depuis que Meg est en couple avec son frère, comme elle ne le lui a pas dit avant. +


LES INSIPIDES
Dura lex, sed lex.“
De sa naissance à ses six ans, Megara a grandi au sein de Faeries. LEHR est l'un d'entre eux, et il est ce qui s'apparente le plus à sa famille en dehors des Nichols, son protecteur, et son ami. +


LES OBSCURS
Ave atque vale“
Elle méprise TIMOTHY et n'aspire qu'à sa destruction. Il a voulu la tuer, lui a pris sa soeur, a torturé son petit ami... S'octroyant la place de choix de "tête à abattre" aux yeux de la rouquine.
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Jeu 26 Jan - 15:56



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
« Il m’en faut plus pour tomber malade. » Elle soupire, hoche la tête. Elle le sait bien, qu’il lui en faut plus pour être malade. Dimitri, elle l’a toujours vu comme un homme difficile à briser, capable de vouloir sortir affronter un démon même en étant épuisé, au bout du rouleau. Bon nombre de fois, elle avait été aux aguets pendant leurs missions, prête à faire siffler ses dagues dans les airs pour le défendre en cas de problème, mais encore une fois, il n’avait pas montré la moindre faille. Il est comme ça, et ce depuis qu’ils sont enfants. Et c’est de cet homme-là dont elle est tombée amoureuse, radicalement opposé à elle, bien plus fort moralement qu’elle ne l’est, bien que plus abrupte, tandis que Megara, elle, fonctionne tout en subtilité. Ils se complétaient à leur manière, et voir ce vide entre eux deux lui faisait mal, elle n’en a jamais eu l’habitude. Même la tension, la réactivité qu’il y a toujours eu entre eux en temps qu’amis semble tue, enfouie dans leurs cœurs meurtris. Le regard rivé sur Leandra une fois qu’il a déposé les jumelles sur le lit, la rousse laisse ses doigts parcourir les traits de sa fille qui l’observe avec une curiosité manifeste, comme si elle découvrait sa mère. Progressivement, le nourrisson cesse de s’agiter, joue avec le doigt de Meg, tandis qu’elle lui confie que ses parents ont largement profité des petites. « Oui…mes parents aussi l’ont remarqué. » Elle relève les yeux brièvement à cette phrase, se souvient des paroles de son propre père à propos des Lightwood, de la mère de Dimitri qui lui a confié combien il est malheureux depuis qu’elle a imposé cette distance entre eux. Mais elle aussi, elle en souffre. Elle en souffre et elle ne sait plus comment agir, elle ne sait pas si elle peut ramasser les pots cassés. Et finalement, elle demande de but en blanc au brun s’il lui en veut. Est-ce que tu me pardonneras un jour ? Que son regard trahit, redoutant plus que tout sa réponse, car elle sait que quelle qu’elle soit, elle sera franche. « Meg je… » Son regard se détourne des yeux verts de la rousse, qui a la sensation douloureuse qu’on vient d’attraper son cœur dans la paume d’une main pour le contracter. Dimitri se redresse, prend Clarissa pour la porter jusque son lit. Meg, par automatisme, porte délicatement Leandra contre elle qui commence également à sombrer à nouveau. « Je m’en veux plus à moi-même qu’à toi…mais oui, d’une certaine façon, je t’en veux. »

Les mots tombent, et elle encaisse, assise dans ce lit beaucoup trop grand pour elle seule. Elle hoche simplement la tête. Elle comprend. « Je t’en veux de me laisser dans le flou depuis plusieurs semaines, de me laisser espérer une potentielle réconciliation. Je sais que je suis coupable dans cette histoire ce que j’ai fait c’est…c’est impardonnable. Je n’étais pas moi-même et crois-moi, je me dégoute plus que je ne dois te dégouter…mais…Megara, j’ai besoin de savoir par où me diriger. » Son regard se détache de Leandra pour se lever vers celui, perçant, de Dimitri qui reste droit, contre le mur. Berçant délicatement Leandra, la jeune femme se redresse, descend du lit, pour se diriger vers le berceau aux côtés de sa sœur. Elle s’efforce d’ignorer cette douleur qui lui pèse à mesure de ses mots. « Je comprends que tu aies besoin d’une pause, mais là, ça commence à faire long. Si tu ne peux…si ce que tu as vu a fait en sorte que tu ne puisses plus me toucher ou quoi que ce soit, je préfère qu’on arrête le carnage. Je t’aime, ça n’a pas changer, mes sentiments pour toi n’ont jamais cessés d’être. Mais, je pense à nos filles. Ce genre de situation ne peut plus continuer. Je te laisse encore un peu de temps, mais si tu ne prends pas de décisions, je vais devoir le faire pour nous. Ce qui se résumera à une rupture définitive. On s’arrangera pour la garde des jumelles, je serais toujours là, je n’irais nulle part mais…Je suis épuisé Megara, épuisé de vivre dans le doute. J’ai trop à gérer. » Alors qu’il finit ses mots, Megara termine de déposer Leandra, endormie, dans son berceau. Et elle se redresse, doucement, passe une main sur son visage, rejette avec force les émotions qui affluent. En tête de peloton ? Elle est terrifiée.

« J’ai été égoïste, Dimitri. » Les mots tombent, lourds comme des pierres, et elle pivote délicatement pour faire face à Dimitri, croiser son regard. S’il joue la carte de l’honnêteté, elle se doit de faire de même. « Quand je t’ai vu avec ce type, je n’ai pas été dégoûtée. J’ai été blessée. Effrayée. J’ai eu peur qu’au fond, je puisse être … Remplaçable, et j’ai fait un blocage. » Littéralement, un blocage, puisqu’elle a laissé Cecily Nichols prendre le dessus sur ses émotions, prendre le contrôle au détriment de sa vie. Doucement, avec précaution, la rousse fait un pas dans la direction du brun. « J’ai été égoïste envers toi, parce que je sais que tu n’es pas responsable. Que c’était pas toi. Mais je … je sais plus quoi faire… » Elle inspire, passe à nouveau ses mains dans ses cheveux. « J’ai peur de nous avoir condamnés avec mon idiotie, et j’avais peur qu’à chaque fois que j’te regarde, je te revoie avec lui. Mais y a rien de pire que de ne pas te voir du tout » Elle balance ses mots avec une fluidité étonnante compte tenu du fait qu’elle pourrait se mettre à pleurer n’importe quand. Et elle s’arrête enfin, laissant un espace d’un mètre entre eux deux. « J’veux pas que t’achètes des meubles pour prendre les petites avec toi. J’veux pas, parce que si tu fais ça, j’t’aurais perdu pour de bon, et je ... » Elle secoue la tête, contracte la mâchoire, reprend la gorge serrée, le regard brillant : « Je veux pas te perdre. J’en peux plus, j’suis épuisée, j’ai besoin de toi. » S’il te plait, me laisse pas.


Post 6 - 1070 mots - 24h


© MADE BY SEAWOLF.


AND I DON'T WANNA LIVE FOREVER
MEGARA ⊰ Been sitting eyes wide open behind these four walls, hoping you'd call. It's just a cruel existence like there's no point hoping at all. Baby, baby, I feel crazy, up all night, all night and every day. Give me something, oh, but you say nothing. What is happening to me?

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

☯️Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Jeu 26 Jan - 21:48



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
Il faut que ça sorte. Oui, il faut qu’elle comprenne que ça ne peut plus durer ainsi, du moins, toi, tu ne peux plus continuer comme si de rien était. Tu es en train de crever à petit feu, tu es en train d’étouffer. Tu n’arrives plus à dormir, tu te réveilles en sueur, la cherchant à tes côtés avant de te souvenir qu’elle n’est pas là. Oui, ce n’est plus vivable. Alors, tu lui dis ce que tu penses et ce, sans mâcher tes mots. Tu n’es pas connu pour ta délicatesse, pourtant, tu fais des efforts…Mais là, de suite, tu n’en vois pas l’utilité. Tu as trop à gérer. Tes histoires de cœur, tes missions, Emma et son fils, la déprime de Zack. C’est devenu trop, vraiment trop. Même si tu ne le montres pas, tu as du mal à rester les pieds sur terre. Parce que oui, ajoutez à ça ta propre détresse, ton propre mal être, tes propres démons…Vous obtenez une âme qui se brise, un cœur qui se fend. Plus le temps passe, plus tu te demandes si tu arriveras à faire face. Tu l’observes déposer Leandra dans son berceau, rejoignant sa sœur pour un sommeil bien mérité. Elles dorment comme deux anges. Si tu ne les avais pas, pas sûr que tu sois encore ici. Oui, tu aurais peut-être fini par t’écrouler comme Zack…Tout homme à ses limites, toi, tu étais clairement en train de les atteindre. Ton regard glisse sur son dos alors qu’elle passe une main sur son visage. Tu as peur. Peur qu’elle te dise que sa décision est prise. Peur qu’elle te demande de prendre tes dispositions, qu’elle ne se voit plus vivre avec toi, qu’elle ne se voit plus porter ton nom. Non, cette idée te donne la nausée, pourtant, si tel est le cas, tu devras l’accepter sans broncher. Tu es fatigué de te battre.

« J’ai été égoïste, Dimitri. » Elle pivote vers toi et ton regard croise le sien, alors que toi, tu es toujours tendu comme pas deux. A vraie dire, tu ne trouves pas qu’elle a été égoïste, non, elle est juste aussi paumée que toi. « Quand je t’ai vu avec ce type, je n’ai pas été dégoûtée. J’ai été blessée. Effrayée. J’ai eu peur qu’au fond, je puisse être … Remplaçable, et j’ai fait un blocage. » Cette fois-ci tu fronces les sourcils. Remplaçable ? Elle est sérieuse là ? « Meg… » Murmure brisé. Comment avait-elle pu penser une telle chose ? Tu ne pourras jamais la remplacer, que ce soit avec un mec ou encore une fille. Elle est la mère de tes enfants, elle est celle qui a réussi à briser les barrières que tu t’étais construite pour entrer dans ta vie. Elle fait un pas vers toi et, instinctivement, tu te décolles légèrement du mur. « J’ai été égoïste envers toi, parce que je sais que tu n’es pas responsable. Que c’était pas toi. Mais je … je sais plus quoi faire… » Tu peux ressentir sa détresse comme si c’était la tienne. Tu te déteste pour avoir fait cette connerie, pour avoir laissé Jasper prendre le dessus. Parce que oui, tu avais fini par laisser le vampire diriger ta vie, ne pouvant supporter l’idée d’être un Enfant de la Nuit. Toi qui ne supporte pas les Créatures Obscurs, tu avais dû faire face à une situation des plus déplaisantes. Tu avais tué, tu t’étais nourri du sang de Megara, mais également du sang de nombreuses autres personnes. Tu revois encore dans tes rêves le regard de tes victimes, à jamais elles hanteront ta mémoire, tu devras vivre avec ça.

« J’ai peur de nous avoir condamnés avec mon idiotie, et j’avais peur qu’à chaque fois que j’te regarde, je te revoie avec lui. Mais y a rien de pire que de ne pas te voir du tout » Ce n’était pas son idiotie mais bien la tienne, d’ailleurs, tu pouvais clairement comprendre son blocage. Elle avait quand même vu son fiancé en pleine partie de jambe en l’air avec un mec qui plus est, un vampire. Alors bon… « J’veux pas que t’achètes des meubles pour prendre les petites avec toi. J’veux pas, parce que si tu fais ça, j’t’aurais perdu pour de bon, et je ... » Ta gorge se serre, tu avances d’un pas. « Je veux pas te perdre. J’en peux plus, j’suis épuisée, j’ai besoin de toi. » Et tu les vois, ses yeux brillants, cette détresse qui te fend le cœur. Doucement, tu brises la distance qui vous sépares et tu passes une main dans sa nuque, l’attirant à toi alors que ton bras s’enroule autour d’elle. « Megara, tu ne m’as jamais perdu… » Murmure brisé alors que ton visage se perd dans ses cheveux, alors que pour la première fois depuis des semaines tu pouvais la serrer contre toi. « Comment peux-tu seulement croire que tu es remplaçable…personne ne pourra jamais prendre ta place. Personne. C’est toi la mère de mes enfants, la femme que j’aime. Je n’ai jamais voulu qu’on en arrive là, que ça, ça arrive…Je ne veux pas que tu penses que j’en avais envie, si je dois toucher quelqu’un, c’est toi et seulement toi. » Doucement, tu t’éloignes d’elle pour pouvoir croiser son regard. Replaçant quelques mèches de ses cheveux, ton regard est rempli de cette douceur que tu n’offres qu’à la jolie rousse. « Je n’ai pas envie de te perdre non plus…si tu savais à quel point j’ai honte… » Parce que oui, clairement, tu as hontes. Hontes qu’elle t’ai surpris dans une telle situation, hontes qu’elle sache également que tu pouvais être attiré par un mec. Parce qu’au final, qu’importe ta sexualité, tu n’avais d’yeux que pour elle. « Tu ne dois absolument pas penser que je pourrais te remplacer par qui que ce soit…tu m’entends ? Megara, c’est toi que j’aime bordel, c’est avec toi que je veux finir ma vie. Depuis que je t’ai rencontré ma vie est devenue bien plus facile à gérer. »




Post 7 - 1014 mots - 24h


© MADE BY SEAWOLF.


Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
49/77  (49/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOMegara N-Lightwood

Je suis à Chicago depuis le : 17/04/2016 et j'ai déjà payé : 1024 factures et gagné : 1615 gains. Il paraît que : Holland Roden est mon double. Schizo je joue aussi : Thyia Zacharias. On m'appelle : Dreamy/Mélanie et pour mon profil je remercie : balaclava (ava) + moi-même (sign).

Je suis : mariée à Dimitri Lightwood, éperdument amoureuse de lui, après s'être tournés autour pendant bien trop longtemps. La rousse a la bague au doigt.

“I won't apologize for the
FIRE IN MY EYES
Megara, 3ème née de la grande lignée des Nichols, lignée de chasseurs d'ombres longtemps dénigrés parce qu'ils ont rejoint la Résistance très tard, en 1996. Certains les disent lâches, Meg pense que tout vient à point et qu'il était temps pour la famille de faire ses preuves. ⊰ Entre 1990 et 1996, elle a vécu avec sa famille au sein d'un groupe de Faeries, et se sent de ce fait particulièrement proche des créatures obscures et des immortels. Ce phénomène l'a rendue mature très jeune ⊰ De toute sa famille, celui dont elle est le plus proche est son frère aîné Sebastian, d'un an de plus qu'elle. Ils ont toujours été absolument inséparables, et il est devenu son parabatai à l'âge de 16 et 17 ans. ⊰ Se bat avec des dagues jumelles légèrement incurvées outre les lames séraphiques ⊰ Grande acrobate, dans ses combats il est difficile de l'attraper. ⊰ Insaisissable, elle a eu de nombreuses conquêtes mais n'a jamais été amoureuse, jusqu'à Dimitri Lightwood ⊰ Elle ne supporte pas qu'on insulte une créature obscure devant elle, et ne se gêne pas pour recaler la personne assez sèchement. ⊰ C'est une grande sensible à tout ce qui l'entoure, et ses parents pensent que c'est lié au fait qu'elle ai grandi avec les Faeries.

OU QUE TU AILLES, J'IRAIS.
“Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré.
Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,
Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort“ Parabatai.



I'M A KING AND YOU'RE A QUEEN
and we will stumble through heaven“
Elle connaît DIMITRI depuis près de vingt ans, l'a toujours côtoyé, apprécié malgré leurs différences. Le mur qu'il s'est construit constituait un challenge pour Megara, qui s'est juré de le briser, tout comme elle voulait briser ses convictions en lesquelles les créatures obscures seraient toutes mauvaises et indigne de confiance. Ce à quoi elle ne s'attendait pas, c'était à ce qu'inconsciemment, il suscite aussi quelque chose chez Meg : Des sentiments. La rouquine vive et souriante est tombée amoureuse du brun froid dont la famille possède une histoire lourde. Coup de foudre à retardement, 20 ans pour développer un amour aussi tardif que puissant. Ils sont fiancés depuis juillet, et elle a accouché de leurs jumelles, Clarissa et Leandra, le 22 novembre.


THE FAMILY
si vis pacem, para bellum.“
La famille Nichols, chaotique, à la fois unie et détruite. SEBASTIAN est non seulement son frère aîné, mais également son parabatai. Depuis la naissance, leur proximité est telle qu'ils sont assimilés à des jumeaux, malgré leur année de différence. C'est son âme sœur, sa moitié, son essentiel, l'être le plus important de son existence.+ TESSA c'est la plus jeune, la prunelle de ses yeux. A quinze ans, elle a échoué avec son frère pour la protéger d'un démon. Depuis, sa vie est liée à un poison. Depuis, elle veille sur elle plus que sur sa propre vie.+ Sa seconde soeur, PANDORA, son opposé. Leurs avis divergent constamment. La blonde, la rousse. La rebelle, et l'obéissante. La rancune demeure venant de Pandora, depuis l'échec de Megara et Sebastian pour protéger Tessa. Leur lien s'est détruit quand la plus jeune est tombée amoureuse d'un obscur. Quand elle a passé chez l'ennemi. Et pourtant, Megara ne cessera jamais de lutter pour la récupérer. Et l'aîné, le détaché, TERRENCE, celui qui refuse de prendre part à une guerre alors que sa famille a besoin de lui. Malgré tout, Meg l'aime profondément. + CORDELIA, la jumelle d'une autre mère, le même nom, pas le même sang, la faerie dont les parents ont lutté aux côtés de la Rébellion et en ont péri. Sa sœur, envers et contre tout.


LES REBELLES
pulvis et umbra sumus“
EMMA, c'est sa meilleure amie depuis l'enfance, dès son arrivée à l'institut, la jeune de Lornet l'a accueillie à bras grands ouverts, quand tous les autres lui tournaient le dos à cause de son nom. S'il n'y avait pas eu Sebastian, elle aurait probablement demandé à la jeune fille de devenir sa parabatai. + DEMETRIA, une de ses meilleures amies avec Emma, et la jumelle de Dimitri. Elles se connaissent depuis toutes petites, et ont toujours combattu côte à côte. Un froid subsiste cependant depuis que Meg est en couple avec son frère, comme elle ne le lui a pas dit avant. +


LES INSIPIDES
Dura lex, sed lex.“
De sa naissance à ses six ans, Megara a grandi au sein de Faeries. LEHR est l'un d'entre eux, et il est ce qui s'apparente le plus à sa famille en dehors des Nichols, son protecteur, et son ami. +


LES OBSCURS
Ave atque vale“
Elle méprise TIMOTHY et n'aspire qu'à sa destruction. Il a voulu la tuer, lui a pris sa soeur, a torturé son petit ami... S'octroyant la place de choix de "tête à abattre" aux yeux de la rouquine.
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Jeu 26 Jan - 23:35



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
Elle a été égoïste, Megara, et elle le serait encore plus si elle n'était pas foutue de l'admettre. La voix brisée, le souffle court, brisé par la tristesse qu'elle s'efforce de contenir, elle énumère, un à un, ses torts. Avoue qu'elle a cru, la rousse, qu'elle pourrait être facile à remplacer. Après tout, elle n'a jamais connu l'amour avant Dimitri. Ses conquêtes s'enchaînaient, toutes sans le moindre sens, la moindre profondeur. Elle était utilisable, puis remplaçable, tout comme les hommes n'avaient pas la moindre importance pour elle. « Meg… » Dimitri tente de l'interrompre, mais il se tait bien vite en voyant que la jolie rousse n'a pas fini. Elle a besoin qu'il entende, qu'il comprenne qu'elle est terrifiée. Tétanisée à l'idée de l'avoir perdu en demandant de la distance. D'avoir conduit leur famille naissante à l'explosion à force de demander du temps. Le temps s'est transformé en remparts, pour elle. En une carapace qu'elle n'était pas prête à faire voler. Puis finalement, la carapace est devenue prison. Elle s'est rendue prisonnière d'une distance imposée et dont elle ne savait plus se défaire.

Elle est épuisée, à bout de forces, quand elle avoue enfin, dernier espoir, dernière vérité, qu'elle a besoin de lui. Elle est fatiguée de lutter contre la seule chose qui lui apporte un pur bonheur sur cette Terre ravagée par la guerre. Sa propre famille. Ses enfants, et l'homme qu'elle aime. Est-ce qu'elle a tout gâché ? Elle voit finalement Dimitri s'approcher, passer une main derrière sa nuque, et elle frissonne tandis qu'il l'attire immédiatement dans ses bras. Et elle craque, Megara, se laisse couler dans ses bras, elle s'abandonne à l'abime de ses étreintes comme si elles étaient son dernier lien avec ce monde. Et enfin, les mots viennent du côté du jeune homme. « Megara, tu ne m’as jamais perdu… » Elle retient un sanglot, enivrée par ses mots, par ce contact qu'elle retrouve après presque un mois sans le toucher. Et encore, la dernière fois qu'ils s'étaient effleuré, il était vampire, il s'était nourri sur elle, il était effrayé et elle était perdue. Loin de ceux qu'ils sont réellement. « Comment peux-tu seulement croire que tu es remplaçable…personne ne pourra jamais prendre ta place. Personne. C’est toi la mère de mes enfants, la femme que j’aime. Je n’ai jamais voulu qu’on en arrive là, que ça, ça arrive…Je ne veux pas que tu penses que j’en avais envie, si je dois toucher quelqu’un, c’est toi et seulement toi. » Les papillons dans le ventre, elle enfouit son visage dans le creux de son épaule, jusqu'à ce qu'il se recule pour la détailler du regard, elle qui ne cache plus les larmes qui bordent ses grands yeux verts. Larmes qui s'échappent le long de ses joues alors qu'elle ferme les yeux, profitant de la caresse subtile et légère de ses doigts dans ses mèches rousses. Et c'est comme un brusque retour à ce qu'elle a toujours connu et aimé : Son Dimitri, purement et simplement, ses élans de tendresse, ses regards qui sont les seuls à la toucher aussi intensément. « Je n’ai pas envie de te perdre non plus…si tu savais à quel point j’ai honte… » Son coeur s'emballe, elle secoue la tête, porte sa main délicatement à la joue du brun qu'elle effleure. « Non... Non ne dis pas ça.. C'était pas toi.. J'ai été trop stupide pour ne pas arriver à faire la différence, mais je sais que tu ne voulais pas me faire ça.. » Et elle rive son regard dans les yeux de Dimitri, maintient chacun de ses mots, elle les pense, profondément. Son père à raison: Ils s'aiment, qu'est ce qui pourrait être plus important ?

« Tu ne dois absolument pas penser que je pourrais te remplacer par qui que ce soit…tu m’entends ? Megara, c’est toi que j’aime bordel, c’est avec toi que je veux finir ma vie. Depuis que je t’ai rencontré ma vie est devenue bien plus facile à gérer. » Elle ne le laisse pas en dire plus. D'une pression sur ses épaules, elle le force à se pencher, elle se redresse sur la pointe des pieds, vient cueillir ses lèvres tendrement, le faisant taire instantanément. Et à peine eut-elle quitté les lèvres de Dimitri, tenant délicatement son visage entre ses doigts fins, qu'elle murmure : « ...Je veux qu'on se marie. » Et elle ne dit pas ça sous la précipitation, sous l'affluence des sentiments. Elle vit chacun des mots, elle les pense plus qu'elle ne les a jamais pensés, même quand elle a accepté de l'épouser. Leurs souffles s'effleurent, leurs regards se captent, et doucement, elle effleure les lèvres de Dimitri avec les siennes, reprenant : « Je veux plus perdre de temps, je veux plus repousser les choses parce que des merdes nous tombent constamment dessus. Tu me rend heureuse, Dim... Et j'veux que le monde entier sache que je serais ta femme. Que tu seras mien, et que je serais tienne. Que nos filles grandissent avec des parents qui s'aiment jusqu'à ce que la mort les sépare. » Jusqu'à ce que la mort nous sépare. Front contre le sien, elle rouvre les yeux, le fixe avec une détermination féroce, alors qu'elle reprend : « Je laisserais plus rien t'arracher à moi. Personne, pas même une autre réalité, un autre monde, qu'importe. J'veux porter ton nom au plus vite.. On a déjà trop perdu de temps. » Achève-t-elle en captant le regard du Lightwood, guettant ses réactions. Mais au fond, elle sait déjà qu'il attend la même chose qu'elle. Ils ont passé des années à se chercher, un an pour se trouver définitivement. Maintenant, les pertes, la douleur, la guerre, l'avenir, ils l'affronteront ensemble.



Post 8 - 1011 mots - 24h


© MADE BY SEAWOLF.


AND I DON'T WANNA LIVE FOREVER
MEGARA ⊰ Been sitting eyes wide open behind these four walls, hoping you'd call. It's just a cruel existence like there's no point hoping at all. Baby, baby, I feel crazy, up all night, all night and every day. Give me something, oh, but you say nothing. What is happening to me?

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

☯️Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Ven 27 Jan - 22:37



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
Tu l’écoutes. Oui, tu l’écoutes comme jamais tu ne l’as écouté en plus de vingt années. Il t’avait fallu tellement de temps pour trouver celle qui ferait de ta vie un paradis bleu, tellement de temps pour ouvrir entièrement ton cœur. Tu ne sais toujours pas comment elle est parvenue à cet exploit, tu ne sais pas vraiment où tout ça à commencer. Sûrement dans ce lac ou, pour la première fois, vous aviez failli vous embrasser. Rapprochement soudain, tu avais pris peur, tu avais craint le pire. Puis, enfin, il y avait eu cette mission où tu avais dû aller la récupérer, se baiser échangé, ce premier échange qui avait donné naissance à vos filles. Ça avait été si vite entre vous, mais après tout, l’amour ne se contrôle pas. Tu l’avais aimé d’une façon inconditionnelle, tu l’aimais toujours de la même façon et ça, depuis le début. Non, tu n’avais plus peur, pas des sentiments que tu ressens du moins. Non, tu avais peur de la perdre, de les perdre. Si il y a un an on t’avait dit que tu serais père de deux petites merveilles, amoureux de cette rouquine au tempérament si différent du tiens, tu ne l’aurais pas cru…Et pourtant, tu es là, son corps contre le tien. Tu es là, cherchant à la rassurer sur l’importance qu’elle a pour toi. Comment peut-elle songer au fait que tu puisses la replacer ? C’est simple, tu ne voyais plus ta vie sans elle. Chose impossible, chose improbable, c’est avec elle que tu voulais construire cette union merveilleuse. Vous aviez traversé bien des épreuves, bien des disputes et tu en es sûr, ça ne sera pas les dernières. Non, la seule différence à présent, c’est que tu es sûr d’une chose…c’est ensemble que vous alliez traverser tout ça.

Tu as honte. Oui, tu as honte d’avoir été dans cette foutue position. Tu aurais dû être plus fort que ça. Ça ne te ressemble pas de craquer si facilement, pourtant, le fait d’être un vampire, loin de tes filles avait eu raison de toi. Le fait de devoir te nourrir d’elle, de boire son sang que tu avais trouvé délicieux t’avait purement dégouté. Alors oui, tu avais éteint ton humanité de Chasseur d’Ombre. Tu avais laissé Jasper prendre le contrôle pour ainsi, ne plus ressentir la peur, la peine, le dégout ou encore la colère. Non, Jasper ne ressentait rien… Sa main se pose sur ta joue alors que les larmes coulent de ses beaux yeux. « Non... Non ne dis pas ça.. C'était pas toi.. J'ai été trop stupide pour ne pas arriver à faire la différence, mais je sais que tu ne voulais pas me faire ça.. » Pourtant tu n’en as pas fini. Tu continues à parler, tu essayes de bien lui rentrer dans le crâne qu’elle est la seule et l’unique à te faire vibrer. Vous vous étiez perdus en cours de route, laissant vos émotions vous submerger. Vous êtes humains, mais votre couple est solide, plus fort que ça, que les conneries que le destin pourrait vous infliger. Tu sens une pression s’appuyer sur tes épaules, t’obligeant ainsi à te pencher légèrement. Tes lèvres rencontrent les siennes, ton cœur explose, ta respiration se coupe. Tes doigts glissent dans ses cheveux alors que tu réponds à son baiser. Voilà bien des semaines que tu rêvais de ce moment. Elle t’avait tellement manqué. Pas que ses baisers, non, tout en elle. Sa personnalité, sa façon de te rendre fou, ses manières qui t’exaspères mais que tu aimes. Ses défauts qui te donnent envie de l’étriper, ses qualités qui te font sourire bêtement…Oui, tu ne peux le nier, tu ne l’as jamais fait. Tu es incontestablement et purement amoureux de Megara Nichols.

Vos lèvres se séparent et tu soupires légèrement, les doigts fins de la jeune femme sur ton visage. Douce caresse brûlante, agréable. « ...Je veux qu'on se marie. » La surprise doit se lire sur ton visage et ce, malgré la bouffé de réconfort qui t’envahi. Elle veut toujours se marier avec toi… Tu en as tout autant envie, à vraie dire, l’idée de ne pas te marier avec elle ne t’a jamais effleuré. Mais, après ce qu’elle avait vu, tu avais craint le pire. Ton regard se plonge dans le sien, ses lèvres effleurent les tiennes. Tu frisonnes, tu ne t’éloignes pas. « Je veux plus perdre de temps, je veux plus repousser les choses parce que des merdes nous tombent constamment dessus. Tu me rend heureuse, Dim... Et j'veux que le monde entier sache que je serais ta femme. Que tu seras mien, et que je serais tienne. Que nos filles grandissent avec des parents qui s'aiment jusqu'à ce que la mort les sépare. » Tu as l’impression que ton cœur va exploser sous le soulagement. Non, toi non plus tu ne veux plus perdre temps, tu en as assez d’attendre que le monde tourne rond…celui-ci ne tournera jamais rond de toute façon. Tu veux qu’enfin, elle porte ton nom, que tu ne sois l’homme que d’une seule femme. « Je laisserais plus rien t'arracher à moi. Personne, pas même une autre réalité, un autre monde, qu'importe. J'veux porter ton nom au plus vite.. On a déjà trop perdu de temps. » Un léger sourire s’empare de tes lèvres alors que, pour toute réponse, tu viens l’embrasser, enroulant tes bras autour de sa taille. Ce baiser, tu le fais durer, profitant de ce contact. Ton corps se colle au sien, tes lèvres ne semblent plus vouloir décoller des siennes et ce, jusqu’à ce que tu manques de souffle. Alors là et seulement là, tu daignes te détacher d’elle.

« Tu as raison, on a assez repoussé la date comme ça…J’en ai marre d’attendre…Je t’aime. Tu m’as offert les deux plus belles merveilles du monde, il ne manque plus qu’une chose… » Ton pouce passe délicatement sur ses lèvres. « Que tu portes enfin mon nom et qu’on se marie, envers et contre tous. » Et sur ses paroles, tu viens déposer un léger baiser sur ses lèvres avant de demander calmement. « Je suppose que j’ai l’autorisation de dormir ici cette nuit ? »






Post 9 - 1032 mots - 24h


© MADE BY SEAWOLF.


Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
49/77  (49/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOMegara N-Lightwood

Je suis à Chicago depuis le : 17/04/2016 et j'ai déjà payé : 1024 factures et gagné : 1615 gains. Il paraît que : Holland Roden est mon double. Schizo je joue aussi : Thyia Zacharias. On m'appelle : Dreamy/Mélanie et pour mon profil je remercie : balaclava (ava) + moi-même (sign).

Je suis : mariée à Dimitri Lightwood, éperdument amoureuse de lui, après s'être tournés autour pendant bien trop longtemps. La rousse a la bague au doigt.

“I won't apologize for the
FIRE IN MY EYES
Megara, 3ème née de la grande lignée des Nichols, lignée de chasseurs d'ombres longtemps dénigrés parce qu'ils ont rejoint la Résistance très tard, en 1996. Certains les disent lâches, Meg pense que tout vient à point et qu'il était temps pour la famille de faire ses preuves. ⊰ Entre 1990 et 1996, elle a vécu avec sa famille au sein d'un groupe de Faeries, et se sent de ce fait particulièrement proche des créatures obscures et des immortels. Ce phénomène l'a rendue mature très jeune ⊰ De toute sa famille, celui dont elle est le plus proche est son frère aîné Sebastian, d'un an de plus qu'elle. Ils ont toujours été absolument inséparables, et il est devenu son parabatai à l'âge de 16 et 17 ans. ⊰ Se bat avec des dagues jumelles légèrement incurvées outre les lames séraphiques ⊰ Grande acrobate, dans ses combats il est difficile de l'attraper. ⊰ Insaisissable, elle a eu de nombreuses conquêtes mais n'a jamais été amoureuse, jusqu'à Dimitri Lightwood ⊰ Elle ne supporte pas qu'on insulte une créature obscure devant elle, et ne se gêne pas pour recaler la personne assez sèchement. ⊰ C'est une grande sensible à tout ce qui l'entoure, et ses parents pensent que c'est lié au fait qu'elle ai grandi avec les Faeries.

OU QUE TU AILLES, J'IRAIS.
“Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré.
Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,
Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort“ Parabatai.



I'M A KING AND YOU'RE A QUEEN
and we will stumble through heaven“
Elle connaît DIMITRI depuis près de vingt ans, l'a toujours côtoyé, apprécié malgré leurs différences. Le mur qu'il s'est construit constituait un challenge pour Megara, qui s'est juré de le briser, tout comme elle voulait briser ses convictions en lesquelles les créatures obscures seraient toutes mauvaises et indigne de confiance. Ce à quoi elle ne s'attendait pas, c'était à ce qu'inconsciemment, il suscite aussi quelque chose chez Meg : Des sentiments. La rouquine vive et souriante est tombée amoureuse du brun froid dont la famille possède une histoire lourde. Coup de foudre à retardement, 20 ans pour développer un amour aussi tardif que puissant. Ils sont fiancés depuis juillet, et elle a accouché de leurs jumelles, Clarissa et Leandra, le 22 novembre.


THE FAMILY
si vis pacem, para bellum.“
La famille Nichols, chaotique, à la fois unie et détruite. SEBASTIAN est non seulement son frère aîné, mais également son parabatai. Depuis la naissance, leur proximité est telle qu'ils sont assimilés à des jumeaux, malgré leur année de différence. C'est son âme sœur, sa moitié, son essentiel, l'être le plus important de son existence.+ TESSA c'est la plus jeune, la prunelle de ses yeux. A quinze ans, elle a échoué avec son frère pour la protéger d'un démon. Depuis, sa vie est liée à un poison. Depuis, elle veille sur elle plus que sur sa propre vie.+ Sa seconde soeur, PANDORA, son opposé. Leurs avis divergent constamment. La blonde, la rousse. La rebelle, et l'obéissante. La rancune demeure venant de Pandora, depuis l'échec de Megara et Sebastian pour protéger Tessa. Leur lien s'est détruit quand la plus jeune est tombée amoureuse d'un obscur. Quand elle a passé chez l'ennemi. Et pourtant, Megara ne cessera jamais de lutter pour la récupérer. Et l'aîné, le détaché, TERRENCE, celui qui refuse de prendre part à une guerre alors que sa famille a besoin de lui. Malgré tout, Meg l'aime profondément. + CORDELIA, la jumelle d'une autre mère, le même nom, pas le même sang, la faerie dont les parents ont lutté aux côtés de la Rébellion et en ont péri. Sa sœur, envers et contre tout.


LES REBELLES
pulvis et umbra sumus“
EMMA, c'est sa meilleure amie depuis l'enfance, dès son arrivée à l'institut, la jeune de Lornet l'a accueillie à bras grands ouverts, quand tous les autres lui tournaient le dos à cause de son nom. S'il n'y avait pas eu Sebastian, elle aurait probablement demandé à la jeune fille de devenir sa parabatai. + DEMETRIA, une de ses meilleures amies avec Emma, et la jumelle de Dimitri. Elles se connaissent depuis toutes petites, et ont toujours combattu côte à côte. Un froid subsiste cependant depuis que Meg est en couple avec son frère, comme elle ne le lui a pas dit avant. +


LES INSIPIDES
Dura lex, sed lex.“
De sa naissance à ses six ans, Megara a grandi au sein de Faeries. LEHR est l'un d'entre eux, et il est ce qui s'apparente le plus à sa famille en dehors des Nichols, son protecteur, et son ami. +


LES OBSCURS
Ave atque vale“
Elle méprise TIMOTHY et n'aspire qu'à sa destruction. Il a voulu la tuer, lui a pris sa soeur, a torturé son petit ami... S'octroyant la place de choix de "tête à abattre" aux yeux de la rouquine.
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Mer 1 Fév - 1:50



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
Elle repousse ses craintes, ses appréhensions. Bien sur, elle a toujours cette plaie, cette crainte qui a été mise en avant quand elle a vu Dimitri dans les bras de ce vampire. Mais son père a raison sur ce point : Ce n’était pas Dimitri, tout comme elle n’était pas Megara quand elle a presque écrasé Demetria contre le mur d’une prison de l’institut de l’autre réalité. Dominés par des caractères, des histoires qui n’étaient non pas les leurs, mais celles de leurs autres « eux », ils ont fait des erreurs, mais n’avaient pas de contrôle dessus, et aujourd’hui, et depuis des semaines maintenant… C’était fini. Il n’en reste plus rien, rien d’autre que des souvenirs qui doivent rester derrière, parce que le plus important, au fond… C’est qu’ils s’aiment. Et elle l’aime, Megara, elle l’aime comme elle n’a jamais aimé un homme en 26 ans d’existence. C’est plus intense, plus dévastateur que n’importe quelle autre forme d’amour. Elle ne l’aime pas comme elle aime Sebastian, son parabatai, son frère, non, c’est à la fois similaire et parfaitement différent. Dimitri n’a pas son sang, ne partage pas de rune particulière avec elle. Pas encore. Mais elle pourrait crever pour lui. Elle pourrait donner sa vie pour cet homme, plus encore qu’au cours des dernières années où ils ont combattu côte à côte. Pour lui, et pour les deux petites filles endormies dans les lits à leurs côtés. Les mots sortent, évacuent enfin. Elle lui avoue avoir eu peur d’être remplacée, et lui, confie sa honte, honte d’avoir infligé ça à la rousse. Elle aurait probablement honte aussi, s’il l’avait trouvée dans les bras d’un autre. Et ce même si elle avait été consciente de ne pas avoir été elle-même. Que peut-elle faire d’autre alors que de le rassurer ? Tendrement, elle lui assure qu’elle a été idiote de ne pas être en mesure de différencier les choses, de ne pas avoir été capable de faire la part des choses, alors que lui n’avait juste plus le contrôle sur ce vampire qu’il a haït dès lors qu’il a eu conscience de sa nature. Elle pleure, l’enlace, et enfin, ils s’apaisent. Des mois de tension qu’ils balaient à leur rythme, car il est temps de faire table rase du passé, pour leur famille, pour eux deux. Pour leurs filles.

Et enfin elle l’attrape, le fait taire, l’embrasse comme elle ne l’a jamais embrassé. Elle a l’impression d’avoir perdu tellement, tellement de temps. Et elle n’en peut plus, de repousser à cause de la peine qui leur pèse sur les épaules à cause de cette guerre. Dimitri, c’est la source de son bonheur, aussi complexe soit-il. Ses défauts, ses qualités, elle a appris à les aimer, absolument tous. Et elle décide d’annoncer la rousse, de but en blanc, qu’elle veut l’épouser. Des mois depuis sa demande, eux qui voulaient se marier avant la naissance des jumelles, ils n’ont eu de cesse de repousser l’échéance, et pour Megara, c’est assez. Elle reprend son souffle en lisant la surprise sur le visage de Dimitri, mord sa lèvre, légèrement intimidée, effrayée même qu’il puisse avoir changé d’avis, mais elle ne se démonte pas, elle ira jusqu’au bout. Elle ne veut plus le perdre, plus jamais, elle a déjà beaucoup trop souvent risqué de perdre le brun cette année, et cette fois, c’était la fois de trop. Pour toute réponse, il sourit, et ce sourire, c’est celui qu’elle veut voir tous les matins au réveil, celui qu’elle veut voir chaque fois qu’elle arrive à l’institut. A jamais, elle veut lier son destin à celui de Dimitri Lightwood. Il s’approche, l’enlace, et l’embrasse, elle s’abandonne, se serre contre le corps de son fiancé, mêlant leurs souffles dans un baiser tel qu’on pourrait croire qu’il lui apportait l’air dont elle avait manqué pendant longtemps. Beaucoup trop longtemps. Son cœur s’emballe, et elle s’agrippe à son épaule pour ne pas vaciller lorsque leurs visages s’éloignent à nouveau. « Tu as raison, on a assez repoussé la date comme ça…J’en ai marre d’attendre…Je t’aime. Tu m’as offert les deux plus belles merveilles du monde, il ne manque plus qu’une chose… » Sourcils légèrement froncés, elle le regarde, ne comprenant pas de prime abord, tandis qu’il la regarde tendrement, effleure délicatement la peau de sa lèvre inférieure du bout du pouce. « Que tu portes enfin mon nom et qu’on se marie, envers et contre tout. » Et son visage s’éclaire, à Meg, qui hoche la tête, accueille à nouveau les lèvres de son fiancé contre les siennes. Puis apaisé, les choses enfin clarifiées, il demande : « Je suppose que j’ai l’autorisation de dormir ici cette nuit ? » Elle reprend doucement Dimitri dans ses bras, Meg, comme si elle avait besoin de s’assurer que tout ça est bien réel, bien concret. Qu’elle l’a bien retrouvé et n’est pas victime d’un rêve. « Je t’interdis même de quitter cette chambre.. » Qu’elle murmure contre sa peau, son visage logé dans le cou du brun. « Reviens. De façon permanente. » Ordre, demande, elle se perd dans ses mots, alors qu’elle recule son visage pour planter son regard émeraude dans celui du Lightwood. Délicatement, elle vient encadrer son visage de ses mains, tandis qu’elle effleure ses joues du bout des pouces. « Tu sais … Quand on était coincés là-bas, quand … Quand j’ai laissé le contrôle à l’autre…» Elle fronce les sourcils, contracte la mâchoire. Elle s’en veut encore d’avoir été aussi faible, de s’être laissée surpasser par Cecily Nichols. Mais elle poursuit, le fixant tendrement. Elle est tellement, tellement amoureuse. « Ta sœur m’a ramenée en me parlant de toi. De nous… De nos filles. Et même si là-bas, il n’y avait pas la guerre, même si les obscurs n’ont jamais été créés… » Elle s’avance à nouveau, effleure ses lèvres des siennes, et murmure, son visage proche du sien : « Vous êtes ma réalité. Je n’échangerais ça pour rien au monde. »


Post 10 - 1066 mots


© MADE BY SEAWOLF.


AND I DON'T WANNA LIVE FOREVER
MEGARA ⊰ Been sitting eyes wide open behind these four walls, hoping you'd call. It's just a cruel existence like there's no point hoping at all. Baby, baby, I feel crazy, up all night, all night and every day. Give me something, oh, but you say nothing. What is happening to me?

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

☯️Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Dim 5 Fév - 23:21



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
Tu as besoin d’elle. Tu as toujours eu besoin d’elle. Pas aussi intensément, certes, mais elle avait toujours fait partie de ta vie. Bien qu’avant elle, son frère ait pris une position plus grande à tes côtés, Megara avait fini par avoir ton cœur entièrement. Votre relation avait toujours été très tumultueuse et ce, dès le départ. Les disputes étaient fréquentes, bien que depuis votre mise en couple, tu prenais plus sur toi qu’autrefois. Sûrement par amour pour elle, tu n’en sais rien, mais c’était évident, tu prenais moins vite la mouche. Il faut dire aussi que tu avais appris à mieux la connaître, à l’aimer entièrement, passionnément. Alors oui, tu ne pouvais plus te passer d’elle. Cette « séparation » de plusieurs semaines te l’avait confirmé. Tu avais été mal, terriblement mal. Ton cœur avait saigné jour et nuit, alors que dans l’obscurité, tu suffoquais en manquant de cet air vital qu’elle te procurait. Elle avait chamboulé ta vie et en bien, t’offrant deux petites filles merveilleuses, te faisant voir le bon côté des choses le plus souvent possible. A vraie dire, tu ne sais pas si, à l’heure d’aujourd’hui, tu serais apte à vivre sans elle. En un an, elle avait créé une dépendance en toi que tu n’avais pas envisagé. C’est sûrement ça l’amour, le vrai, le vrai. C’est niais à dire, mais c’est la vérité. Alors oui, la voire ainsi pleurer, tenter de te rassurer, c’était une vision bien cruelle pour toi. Si il y avait bien une chose que tu détestais, c’était de voir Megara pleurer à cause de toi, à cause de vos sentiments. Non, tu ne voulais pas là voire pleurer, ce n’était pas ça ton but, mais les choses devaient être dites. Vos lèvres se trouvent enfin alors que tu peux te détendre, alors que tu peux sentir cette plaie béante doucement se refermer.

Tu finis par lui avouer qu’il ne restait plus qu’une chose qu’il manquait à votre tableau familial, le fait qu’elle porte ton nom. Parce que oui, les choses ont beaucoup trop durées, vous aviez assez repoussé l’échéance. Il était temps. Le pire, c’est que tu n’as absolument pas peur, non, mais les circonstances avaient fait en sorte que le mariage avait été repoussé encore et encore…Pour ton plus grand malheur. Il était temps que ça change. Tu vois son visage s’illuminer à tes mots, vos lèvres se retrouvant de nouveau, t’arrachant un soupire d’aise. Ça faisait un bien fou. Tu lui demandas si tu avais l’autorisation de rester cette nuit, bien qu’au fond, tu connaisses déjà la réponse. Vu vos échanges, tu te doutais que la réponse était affirmative, bien qu’elle puisse quand même te demander de dormir ailleurs. Après tout, pas sûr que tu puisses la toucher davantage avant des lustres vu comment elle t’avait retrouvé. Pourtant, tu étais prêt à attendre le temps qu’il faudra si nécessaire. Doucement, elle te reprend dans ses bras et tu enfuis ton visage dans ses cheveux, poussant un doux soupire. « Je t’interdis même de quitter cette chambre.. » Tu souris tendre face à ses mots, sentant un poids se dégager une fois de plus de tes épaules. Tu n’avais pas envie de quitter cette chambre, tu n’avais plus envie de te séparer d’elle, de la laisser filer, de la quitter. Non, tu voulais rester à ses côtés jours et nuits, élever tes filles avec elle, te lever la nuit à sa place. Tu voulais vivre cette vie de couple qui est la vôtre, tu n’as jamais rien demandé de plus que de l’aimer encore et encore. « Reviens. De façon permanente. »

Ses paroles sonnent comme un ordre et, lorsqu’elle recule son visage pour plonger ses iris dans les tiennes, tu souris avec amusement. « Tu en deviendrais presque autoritaire. » Ses mains encadrent ton visage et tu poses l’une de tes paumes sur celle-ci, tournant légèrement la tête pour déposer un baiser sur sa peau. « Ta sœur m’a ramenée en me parlant de toi. De nous… De nos filles. Et même si là-bas, il n’y avait pas la guerre, même si les obscurs n’ont jamais été créés… » Ses lèvres approchent des tiennes, les frôlent, t’embrasse, t’anime. « Vous êtes ma réalité. Je n’échangerais ça pour rien au monde. » Ta main serre tendrement la sienne alors que tu combles la distance de vos lèvres, venant de nouveau l’embrasser, soupirant contre elle. « Vous êtes la mienne aussi Meg… » Tu avais soufflé ses paroles entre deux baisers, avide de ses lèvres alors que tu finis par te reculer calmement. « Je pense que quelques heures de sommeil ne seraient pas de refus, t’en pense quoi ? Du moins, tant que les filles décident de nous laisser dormir. » Parce que oui, avoir des jumelles c’est beaucoup de travail, mais également peux d’heures de sommeil. Ton bras glisse dans son dos, l’autre sous ses jambes et tu la soulèves, la faisant décoller du sol. « De toute façon, tu n’as pas le choix. Si je vais dormir, tu viens dormir avec moi. » Posant un baiser dans son cou, tu te diriges vers le lit, la déposant dessus alors que tu enlèves ton t-shirt et ton pantalon. Un frisson s’empare de toi. Instinctivement tu repars vers le berceau des filles, faisant en sorte de les couvrir convenablement, tout en évitant l’étouffement potentiel. Une fois fait, tu reviens dans le lit conjugal, glissant sous les couvertures, venant surplomber la rouquine.

« Je ne te le dirais jamais assez, mais je t’aime Meg…même si parfois, je ne le montre pas forcément de la bonne façon. » Heureusement pour toi, Megara avait appris à lire entre les lignes, à comprendre ton regard, tes gestes. Tes doigts glissent sur sa joue, ton front se collant au sien alors que tu glisses de nouveau sur le côté. A vraie dire, tu n’oses pas trop la toucher non plus, tu as cette peur inévitable qu’elle te revoit avec cet abruti de vampire. C’est frustrant.




Post 11 - 1001 mots -


© MADE BY SEAWOLF.


Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
49/77  (49/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOMegara N-Lightwood

Je suis à Chicago depuis le : 17/04/2016 et j'ai déjà payé : 1024 factures et gagné : 1615 gains. Il paraît que : Holland Roden est mon double. Schizo je joue aussi : Thyia Zacharias. On m'appelle : Dreamy/Mélanie et pour mon profil je remercie : balaclava (ava) + moi-même (sign).

Je suis : mariée à Dimitri Lightwood, éperdument amoureuse de lui, après s'être tournés autour pendant bien trop longtemps. La rousse a la bague au doigt.

“I won't apologize for the
FIRE IN MY EYES
Megara, 3ème née de la grande lignée des Nichols, lignée de chasseurs d'ombres longtemps dénigrés parce qu'ils ont rejoint la Résistance très tard, en 1996. Certains les disent lâches, Meg pense que tout vient à point et qu'il était temps pour la famille de faire ses preuves. ⊰ Entre 1990 et 1996, elle a vécu avec sa famille au sein d'un groupe de Faeries, et se sent de ce fait particulièrement proche des créatures obscures et des immortels. Ce phénomène l'a rendue mature très jeune ⊰ De toute sa famille, celui dont elle est le plus proche est son frère aîné Sebastian, d'un an de plus qu'elle. Ils ont toujours été absolument inséparables, et il est devenu son parabatai à l'âge de 16 et 17 ans. ⊰ Se bat avec des dagues jumelles légèrement incurvées outre les lames séraphiques ⊰ Grande acrobate, dans ses combats il est difficile de l'attraper. ⊰ Insaisissable, elle a eu de nombreuses conquêtes mais n'a jamais été amoureuse, jusqu'à Dimitri Lightwood ⊰ Elle ne supporte pas qu'on insulte une créature obscure devant elle, et ne se gêne pas pour recaler la personne assez sèchement. ⊰ C'est une grande sensible à tout ce qui l'entoure, et ses parents pensent que c'est lié au fait qu'elle ai grandi avec les Faeries.

OU QUE TU AILLES, J'IRAIS.
“Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré.
Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,
Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort“ Parabatai.



I'M A KING AND YOU'RE A QUEEN
and we will stumble through heaven“
Elle connaît DIMITRI depuis près de vingt ans, l'a toujours côtoyé, apprécié malgré leurs différences. Le mur qu'il s'est construit constituait un challenge pour Megara, qui s'est juré de le briser, tout comme elle voulait briser ses convictions en lesquelles les créatures obscures seraient toutes mauvaises et indigne de confiance. Ce à quoi elle ne s'attendait pas, c'était à ce qu'inconsciemment, il suscite aussi quelque chose chez Meg : Des sentiments. La rouquine vive et souriante est tombée amoureuse du brun froid dont la famille possède une histoire lourde. Coup de foudre à retardement, 20 ans pour développer un amour aussi tardif que puissant. Ils sont fiancés depuis juillet, et elle a accouché de leurs jumelles, Clarissa et Leandra, le 22 novembre.


THE FAMILY
si vis pacem, para bellum.“
La famille Nichols, chaotique, à la fois unie et détruite. SEBASTIAN est non seulement son frère aîné, mais également son parabatai. Depuis la naissance, leur proximité est telle qu'ils sont assimilés à des jumeaux, malgré leur année de différence. C'est son âme sœur, sa moitié, son essentiel, l'être le plus important de son existence.+ TESSA c'est la plus jeune, la prunelle de ses yeux. A quinze ans, elle a échoué avec son frère pour la protéger d'un démon. Depuis, sa vie est liée à un poison. Depuis, elle veille sur elle plus que sur sa propre vie.+ Sa seconde soeur, PANDORA, son opposé. Leurs avis divergent constamment. La blonde, la rousse. La rebelle, et l'obéissante. La rancune demeure venant de Pandora, depuis l'échec de Megara et Sebastian pour protéger Tessa. Leur lien s'est détruit quand la plus jeune est tombée amoureuse d'un obscur. Quand elle a passé chez l'ennemi. Et pourtant, Megara ne cessera jamais de lutter pour la récupérer. Et l'aîné, le détaché, TERRENCE, celui qui refuse de prendre part à une guerre alors que sa famille a besoin de lui. Malgré tout, Meg l'aime profondément. + CORDELIA, la jumelle d'une autre mère, le même nom, pas le même sang, la faerie dont les parents ont lutté aux côtés de la Rébellion et en ont péri. Sa sœur, envers et contre tout.


LES REBELLES
pulvis et umbra sumus“
EMMA, c'est sa meilleure amie depuis l'enfance, dès son arrivée à l'institut, la jeune de Lornet l'a accueillie à bras grands ouverts, quand tous les autres lui tournaient le dos à cause de son nom. S'il n'y avait pas eu Sebastian, elle aurait probablement demandé à la jeune fille de devenir sa parabatai. + DEMETRIA, une de ses meilleures amies avec Emma, et la jumelle de Dimitri. Elles se connaissent depuis toutes petites, et ont toujours combattu côte à côte. Un froid subsiste cependant depuis que Meg est en couple avec son frère, comme elle ne le lui a pas dit avant. +


LES INSIPIDES
Dura lex, sed lex.“
De sa naissance à ses six ans, Megara a grandi au sein de Faeries. LEHR est l'un d'entre eux, et il est ce qui s'apparente le plus à sa famille en dehors des Nichols, son protecteur, et son ami. +


LES OBSCURS
Ave atque vale“
Elle méprise TIMOTHY et n'aspire qu'à sa destruction. Il a voulu la tuer, lui a pris sa soeur, a torturé son petit ami... S'octroyant la place de choix de "tête à abattre" aux yeux de la rouquine.
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Lun 6 Fév - 23:20



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
C'est un besoin vital, que de l'avoir auprès d'elle, un besoin devenu une nouvelle source d'oxygène, depuis qu'il a passé cette chambre, depuis qu'il l'a embrassé, depuis qu'ils se sont enfin réconciliés. Et elle lui demande, lui impose presque de rester, Meg. Elle ne veut plus le voir partir, plus jamais, elle ne veut plus faire chambre à part, elle veut qu'ils s'occupent à deux des jumelles, elle veut rentrer de mission avec lui et se coucher dans le même lit. Elle en demande beaucoup, mais c'est un fait: Elle l'a déjà bien trop perdu, et elle ne veut plus perdre de temps. Cette demande en fait sourire Dimitri, qui observe avec un sourire en coin: « Tu en deviendrais presque autoritaire. » Une lueur amusée passe dans ses iris verts, tandis qu'un sourire en coin vient apparaître au coin de ses lèvres.  « Ces années passées à tes côté ont forcément laissé des séquelles. » Qu'elle murmure, un brin enjouée, perdue dans sa contemplation des traits de son fiancé. Puis elle vient encadrer son visage de ses mains, il en profite pour venir tenir une de ses mains, ses lèvres déviant sur la peau de sa paume. Elle frissonne, elle sourit, et elle l'aime à tel point qu'elle en aurait la tête qui tourne. Et pourtant elle s'approche, leurs lèvres si proches qu'elles s'effleurent, leurs souffles se rencontrent, leurs regards sont captivés. Il ne la lâche pas du regard, et elle veut qu'il ne voie plus qu'elle. Il est, avec leurs filles, sa réalité. Leur famille, leur nid d'amour, elle s'y était raccroché désespérément quand Demetria l'avait ramenée brusquement sur terre. Ce monde là bas, même si Pandora était toujours néphilim, n'était pas le sien. Elle avait beaucoup trop à y perdre, notamment son propre parabatai, son frère, sa moitié, perdue en terres faeries. Et quand elle rappelle ces faits à Dimitri, rapidement il s'approche pour combler les maigres centimètres séparant leurs lèvres, la rousse n'y opposant pas la moindre résistance. « Vous êtes la mienne aussi Meg… » Elle sourit contre ses lèvres, serre en retour les mains du Lightwood dans les siennes, jusqu'à ce qu'il se recule. « Je pense que quelques heures de sommeil ne seraient pas de refus, t’en pense quoi ? Du moins, tant que les filles décident de nous laisser dormir. » Pinçant les lèvres, Meg regarde vers les berceaux, constate que les petites se sont bel et bien rendormies. « J'en déduis que c'est une bonne id... Eh! » Elle n'a pas le temps de finir sa phrase qu'elle se sent décoller du sol, soulevée dans 1m90 de muscles, des cheveux noirs, un regard vert. Elle étouffe sa protestation pour ne pas réveiller les filles. Puis aussi parce qu'au fond, elle est loin de vouloir protester. « De toute façon, tu n’as pas le choix. Si je vais dormir, tu viens dormir avec moi. » Elle rit, fronce le nez, et enroule ses bras autour du cou de Dimitri, envahie par une sensation de déjà vu. Un souvenir lointain, celui d'un point de départ, alors que, blessée, il l'avait soulevée de cette même façon. Tout comme il l'avait portée dans le lac Michigan quelques jours auparavant. Au contact des lèvres de Dimitri dans son cou, Megara frissonne, bafouille en s'efforçant de rejeter ce que ce simple baiser lui inspire: « Bon si tu insistes, je suppose que je vais devoir obtempérer. » Il la dépose déjà contre son matelas, et elle remonte les draps contre elle, ne pouvant s'empêcher de laisser son regard s'égarer sur la silhouette de Dimitri qui se dénude, retire les vêtements qu'il venait d'enfiler en arrivant ici, dévoilant une musculature que Megara pourrait reconnaître les yeux fermés, et qu'elle n'avait pourtant pas effleurée depuis bien longtemps.

Elle suit sa trajectoire, et son coeur accélère lorsqu'elle voit le père de ses filles aller poser un regard protecteur sur leurs deux petits corps endormis, venant les recouvrir avec soin. Et Meg, elle ne loupe pas une miette du spectacle, s'insultant intérieurement de pauvre folle. Comment a-t-elle pu le rejeter aussi longtemps ? Et c'est finalement une Megara silencieuse qu'il retrouve en venant s'installer sous les draps, placé au dessus d'elle. Le silence s'installe, tandis qu'elle l'observe avec minutie, éclairée par la lumière tamisée de leur chambre. Il y a tant de choses qu'elle veut lui dire, et qu'elle ne saurait formuler. Et pour une fois, ce sont les rôles qui s'inversent, c'est lui qui semble trouver comment briser le silence. « Je ne te le dirais jamais assez, mais je t’aime Meg…même si parfois, je ne le montre pas forcément de la bonne façon. » Et ses doigts viennent à effleurer sa joue, un contact qui l'électrise, lui arrache un frisson le long de l'échine, alors qu'elle ferme les yeux, la rousse, le coeur battant la chamade. Elle rouvre les yeux au contact de son front posé sur le sien, mais voilà déjà qu'il glisse à nouveau sur le côté, rompant leur contact, et c'est à bout de souffle qu'elle le fixe, perdue, ne sachant comment agir. Partagée entre deux envies parfaitement opposées. Et elle lui tourne le dos, mais plutôt que de le fuir, elle recule, Meg, vient délicatement se serrer contre le brun, dont elle attrape la main pour la glisser autour de sa taille fine, et serrer sa paume tout contre son coeur. « Je pourrais te reconnaître... Les yeux fermés. » Dit-elle d'abord, passant sa langue entre ses lèvres, les paupières closes, illustrant ses propos. « Quand on avait six ans, je savais déjà reconnaître dans ta voix les nuances d'une émotion à une autre: la colère, la jalousie.. la tristesse. L'affection. » Combien de fois ils s'étaient disputés? Elle ne sait plus. Jamais elle ne lui en avait tenu rigueur, parce que derrière les apparences, Megara savait dès leur enfance que Dimitri tenait à elle. « Personne n'a jamais réussi à toucher mon coeur comme tu l'as fait, Dimitri.. J'aimais mon entourage, sans jamais être amoureuse. Et à ta façon, tu m'as ouvert les yeux. » Délicatement, ses doigts dessèrent leur étreinte autour de la main de Dim, et elle pivote, Meg, pivote jusqu'à lui faire face, son corps fin semblant si petit en comparaison de celui du Lightwood. Alors elle tend une main, passe le bout de ses doigts dans ses cheveux pour descendre, longer son front jusque passer sur le côté de son visage, lente ascension à côté de ses yeux : « Quand tu me regardes comme ça, je sais que tu m'aimes. » Il expire, inspire, ses doigts descendent à peine, se rapprochent de ses lèvres. « Quand ton souffle tressaute, je sais que tu m'aimes. » Puis enfin, délicatement, elle effleure ses lèvres du bout du pouce, son regard rivé sur sa bouche qu'elle meurt d'envie d'embrasser. « Et chacun de tes baisers, de tes mots, même les plus abruptes me montrent que tu m'aimes.. » Et elle craque, la belle, tandis que ses doigts descendent contre la peau nue du cou de son fiancé, elle murmure en le fixant, de ses grands yeux verts: « J'veux juste que tu m'aimes, Dimitri... Je veux oublier ce qu'on a vu là bas, je veux que tu chasses ces images, pour toi comme pour moi, avec nos souvenirs. A tous les deux. »


Post 12 - 1273 mots -


© MADE BY SEAWOLF.


AND I DON'T WANNA LIVE FOREVER
MEGARA ⊰ Been sitting eyes wide open behind these four walls, hoping you'd call. It's just a cruel existence like there's no point hoping at all. Baby, baby, I feel crazy, up all night, all night and every day. Give me something, oh, but you say nothing. What is happening to me?

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

☯️Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Mer 8 Fév - 23:33



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
A refaire, tu ne changerais pas grand-chose dans votre histoire. Il t’avait fallu vingt ans pour l’aimer, certes, mais dès lors où ton cœur avait commencé à battre pour elle, tu ne t’étais jamais plus senti seul. Par l’Ange, l’amour t’avait foudroyé, rendu plus fort, rendu plus vivant. La moindre de ses paroles, le moindre de ses gestes te faisait frissonner. Sa silhouette qui apparaissait au coin d’un couloir te faisait rêver, ses sourires te faisait sombrer et surtout, ses larmes faisaient en sorte de te tuer. Pour elle, tu serais capable de décrocher la lune, de donner ta vie sans détour. Pour elle, tu pourrais tout abandonner si elle te le demandait. Oui, cet amour est sûrement bien trop fort, bien trop dévorant pour que d’autres puissent le comprendre. Elle avait réussi à toucher ton cœur là où beaucoup avaient échoués, à présent, elle ne pouvait plus le perdre, tu ne pouvais pas la perdre. Beaucoup d’épreuves c’étaient mises sur votre chemin, mais à deux, vous êtes bien plus forts. « Ces années passées à tes côté ont forcément laissé des séquelles. » Un sourire s’affiche sur tes lèvres face à ses paroles. Il est vrai que niveau autorité tu n’étais pas en reste, menant ton équipe d’une main de fer. Les erreurs sont tolérées mais à petite dose, tu faisais en sorte de mener les tiens vers l’excellence, leur en demandant souvent de trop selon ta sœur. « Et mes années à tes côtés en ont également laissées. » Dans un sens, vous vous étiez marqués mutuellement. Plus tu restais à ses côtés, plus tu devenais plus apte à la compréhension, à l’acceptation des Créatures Obscurs. Oui, même si tu ne les portais toujours pas dans ton cœur, tu avançais pas à pas, devant faire des efforts, pour elle, pour vous.

Tu lui annonces qu’elle doit venir se coucher avec toi, d’une certaine façon, tu ne lui laisses pas le choix. « J'en déduis que c'est une bonne id... Eh! » Tes bras la soulèvent alors qu’à tes yeux, elle n’est plus qu’un poids plume. Certes, lors de sa grossesse tu évitais de la porter. Il faut bien avouer que niveau poids, elle était devenue plus lourde en portant vos filles. Néanmoins, à présent, tu avais l’impression qu’elle ne pesait plus rien. Tes lèvres viennent caresser la peau de son cou, retrouvant sa chaleur, son odeur. Elle avait été bien trop longtemps éloignée de toi pour que tu te risques à une nuit de plus sans elle. « Bon si tu insistes, je suppose que je vais devoir obtempérer. » « Effectivement mademoiselle Nichols, aucune résistance ne sera permise. » La déposant sur le lit, tu finis par enlever tes propres habits, allant soigneusement veiller sur tes deux princesses. Souvent, tu te demandais à qui elles ressemblaient le plus, bien qu’au final, les deux portais des traits uniques. Leandra avait les traits de tes yeux, Clarissa, elle, tirait plus vers Megara. Tu t’amusais à faire quelques comparaisons, bien que oui, elles restent uniques…Néanmoins, pour des personnes extérieures, elles se ressembles comme deux gouttes d’eaux, toi, possédant une jumelle, tu sais reconnaitre les différences et ce, aussi subtiles soient-elles. Puis, étant leur père, tu avais appris à les différencier. Tu sens le regard de ta fiancée peser sur toi. Te retournant pour la rejoindre dans le lit, tu finis par déposer ton front contre le sien, t’éloignant de nouveau de la jolie rousse. Ces semaines de séparations n’aident pas à retrouver une vie de couple normal, encore plus après un si court moment après son accouchement. Les évènements c’étaient malheureusement enchaînés.

Ton corps repose à ses côtés lorsque tu la sens se retourner, venant coller son dos à toi. Sa main prenant la tienne, ton bras l’enroule. Protecteur, tu pousses un léger soupire face à ce contact. Ta paume contre son cœur, tu peux sentir celui-ci battre à travers sa peau et tu remercies les Anges pour ce cadeau. « Je pourrais te reconnaître... Les yeux fermés. » Un léger sourire étire tes lèvres, car oui, c’était pareil pour toi. Tu avais appris par cœur à reconnaitre les traits de son visage, les courbes de son corps, son odeur, son parfum, sa démarche, sa voix…Elle n’avait plus rien d’un mystère pour toi. « Quand on avait six ans, je savais déjà reconnaître dans ta voix les nuances d'une émotion à une autre: la colère, la jalousie.. la tristesse. L'affection. » « A dix ans j’avais toujours envie de t’étriper…Tu m’agaçais royalement. » Tu ris légèrement face à ses souvenirs. Oui, à cet âge-là, vos différences étaient déjà bien marquées, plus proche de son frère que d’elle, tu la trouvais agaçante comme pas deux. « Personne n'a jamais réussi à toucher mon coeur comme tu l'as fait, Dimitri.. J'aimais mon entourage, sans jamais être amoureuse. Et à ta façon, tu m'as ouvert les yeux. » Sa main serre davantage la tienne et tu soupires calmement, les paupières closes, profitant de ce moment unique. « Comme tu as ouvert les miens. » Parce que oui, dans un sens, tu avais toujours été aveuglé par ton devoir, tes obligations. Enfermé dans ton monde, dans ton univers, tu n’avais d’yeux que pour tes entraînements, tes missions, tes obligations. Elle se retourne et tu ouvres les yeux, posant ton regard sur elle, la tête reposant sur l’oreiller. Ses doigts glissent dans tes cheveux, sur ta peau, t’arrachant un frisson.

« Quand tu me regardes comme ça, je sais que tu m'aimes. » Ton cœur s’accélère sur ses caresses, sous la descende de ses doigts. « Quand ton souffle tressaute, je sais que tu m'aimes. » Son pouce vient effleurer tes lèvres, ton corps s’échauffe, s’anime. « Et chacun de tes baisers, de tes mots, même les plus abruptes me montrent que tu m'aimes.. » Oui, tu l’aimes. Tu l’aimes de cet amour qui pourrait sans nuls doutes te détruire, de cet amour si passionnel qu’il pourrait te mettre en danger, la mettre en danger. Tu l’aimes au point de ne jurer que par elle, de ne voir qu’elle parmi toutes ses filles, tous ses hommes. Seul son visage compte, seul son regard attire le tiens. « J'veux juste que tu m'aimes, Dimitri... Je veux oublier ce qu'on a vu là bas, je veux que tu chasses ces images, pour toi comme pour moi, avec nos souvenirs. A tous les deux. » Ta main se lève, tes doigts frôlent la peau de sa joue, viennent frôler ses lèvres. « Je t’aime, je n’ai jamais cessé de t’aimer, que ce soit ici ou ailleurs. Tu es la femme que j’aime, avec qui je veux faire ma vie. Tu es celle que je regarde au poids de me perdre dans ton regard, celle qui me fait respirer plus vite d’une simple caresse, celle qui m’agace autant qui me donne envie d’avancer… » Tes doigts glissent dans ses cheveux alors que tu viens poser tes lèvres sur les siennes, venant coller ton corps au sien. Tu soupires contre sa peau, vibrant sous la chaleur de son corps. Ton esprit s’échauffe, ta main quitte ses cheveux pour glisser dans son dos, venant se réfugier sous son haut. Tes baisers se font plus appuyés, plus désireux. Pourtant, tu finis par rompre ce contact, le cœur tambourinant dans ta poitrine. Doucement, tu dis d’un air sérieux.

« Je sais pas si c’est une bonne idée…on devrait peut-être attendre le mariage… » Tu peux rapidement voir son regard changer, les traits de son visage se tendre et tu souris avec amusement, approchant tes lèvres des siennes. « Non je déconne…y a bien trop longtemps que je t’ai pas toucher, je vais finir par croire que je suis de nouveau puceau ! » Tu ris contre ses lèvres alors que tu revenais l’embrasser.




Post 13 - 1300 mots -


© MADE BY SEAWOLF.


Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
49/77  (49/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOMegara N-Lightwood

Je suis à Chicago depuis le : 17/04/2016 et j'ai déjà payé : 1024 factures et gagné : 1615 gains. Il paraît que : Holland Roden est mon double. Schizo je joue aussi : Thyia Zacharias. On m'appelle : Dreamy/Mélanie et pour mon profil je remercie : balaclava (ava) + moi-même (sign).

Je suis : mariée à Dimitri Lightwood, éperdument amoureuse de lui, après s'être tournés autour pendant bien trop longtemps. La rousse a la bague au doigt.

“I won't apologize for the
FIRE IN MY EYES
Megara, 3ème née de la grande lignée des Nichols, lignée de chasseurs d'ombres longtemps dénigrés parce qu'ils ont rejoint la Résistance très tard, en 1996. Certains les disent lâches, Meg pense que tout vient à point et qu'il était temps pour la famille de faire ses preuves. ⊰ Entre 1990 et 1996, elle a vécu avec sa famille au sein d'un groupe de Faeries, et se sent de ce fait particulièrement proche des créatures obscures et des immortels. Ce phénomène l'a rendue mature très jeune ⊰ De toute sa famille, celui dont elle est le plus proche est son frère aîné Sebastian, d'un an de plus qu'elle. Ils ont toujours été absolument inséparables, et il est devenu son parabatai à l'âge de 16 et 17 ans. ⊰ Se bat avec des dagues jumelles légèrement incurvées outre les lames séraphiques ⊰ Grande acrobate, dans ses combats il est difficile de l'attraper. ⊰ Insaisissable, elle a eu de nombreuses conquêtes mais n'a jamais été amoureuse, jusqu'à Dimitri Lightwood ⊰ Elle ne supporte pas qu'on insulte une créature obscure devant elle, et ne se gêne pas pour recaler la personne assez sèchement. ⊰ C'est une grande sensible à tout ce qui l'entoure, et ses parents pensent que c'est lié au fait qu'elle ai grandi avec les Faeries.

OU QUE TU AILLES, J'IRAIS.
“Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré.
Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,
Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort“ Parabatai.



I'M A KING AND YOU'RE A QUEEN
and we will stumble through heaven“
Elle connaît DIMITRI depuis près de vingt ans, l'a toujours côtoyé, apprécié malgré leurs différences. Le mur qu'il s'est construit constituait un challenge pour Megara, qui s'est juré de le briser, tout comme elle voulait briser ses convictions en lesquelles les créatures obscures seraient toutes mauvaises et indigne de confiance. Ce à quoi elle ne s'attendait pas, c'était à ce qu'inconsciemment, il suscite aussi quelque chose chez Meg : Des sentiments. La rouquine vive et souriante est tombée amoureuse du brun froid dont la famille possède une histoire lourde. Coup de foudre à retardement, 20 ans pour développer un amour aussi tardif que puissant. Ils sont fiancés depuis juillet, et elle a accouché de leurs jumelles, Clarissa et Leandra, le 22 novembre.


THE FAMILY
si vis pacem, para bellum.“
La famille Nichols, chaotique, à la fois unie et détruite. SEBASTIAN est non seulement son frère aîné, mais également son parabatai. Depuis la naissance, leur proximité est telle qu'ils sont assimilés à des jumeaux, malgré leur année de différence. C'est son âme sœur, sa moitié, son essentiel, l'être le plus important de son existence.+ TESSA c'est la plus jeune, la prunelle de ses yeux. A quinze ans, elle a échoué avec son frère pour la protéger d'un démon. Depuis, sa vie est liée à un poison. Depuis, elle veille sur elle plus que sur sa propre vie.+ Sa seconde soeur, PANDORA, son opposé. Leurs avis divergent constamment. La blonde, la rousse. La rebelle, et l'obéissante. La rancune demeure venant de Pandora, depuis l'échec de Megara et Sebastian pour protéger Tessa. Leur lien s'est détruit quand la plus jeune est tombée amoureuse d'un obscur. Quand elle a passé chez l'ennemi. Et pourtant, Megara ne cessera jamais de lutter pour la récupérer. Et l'aîné, le détaché, TERRENCE, celui qui refuse de prendre part à une guerre alors que sa famille a besoin de lui. Malgré tout, Meg l'aime profondément. + CORDELIA, la jumelle d'une autre mère, le même nom, pas le même sang, la faerie dont les parents ont lutté aux côtés de la Rébellion et en ont péri. Sa sœur, envers et contre tout.


LES REBELLES
pulvis et umbra sumus“
EMMA, c'est sa meilleure amie depuis l'enfance, dès son arrivée à l'institut, la jeune de Lornet l'a accueillie à bras grands ouverts, quand tous les autres lui tournaient le dos à cause de son nom. S'il n'y avait pas eu Sebastian, elle aurait probablement demandé à la jeune fille de devenir sa parabatai. + DEMETRIA, une de ses meilleures amies avec Emma, et la jumelle de Dimitri. Elles se connaissent depuis toutes petites, et ont toujours combattu côte à côte. Un froid subsiste cependant depuis que Meg est en couple avec son frère, comme elle ne le lui a pas dit avant. +


LES INSIPIDES
Dura lex, sed lex.“
De sa naissance à ses six ans, Megara a grandi au sein de Faeries. LEHR est l'un d'entre eux, et il est ce qui s'apparente le plus à sa famille en dehors des Nichols, son protecteur, et son ami. +


LES OBSCURS
Ave atque vale“
Elle méprise TIMOTHY et n'aspire qu'à sa destruction. Il a voulu la tuer, lui a pris sa soeur, a torturé son petit ami... S'octroyant la place de choix de "tête à abattre" aux yeux de la rouquine.
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Sam 11 Fév - 22:19



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
Bien des fois, au début de leur relation, elle s’est demandé s’ils ne commettaient pas l’erreur de leur vie en se laissant aller à leurs sentiments naissants. Lui l’inatteignable, le cœur de glace, celui qui privilégiait son devoir de chasseur d’ombres à toute relation amoureuse, et elle, celle qui en dépit de ses émotions décuplées, n’était pas capable de tomber amoureuse, préférant de loin batifoler de gauche à droite sans parvenir à s’attacher réellement. Elle a grandi comme ça, Megara, n’a jamais été capable de présenter à ses parents un véritable « petit ami ». S’il y en a une qui a été ravie d’apprendre l’idylle entre la rousse et le Lightwood, c’était bien Flora, sa mère. Amie de Johanna Lightwood, mais surtout, mère attentionnée, bien des fois elle avait fait observer à Megara que plus il grandissait, plus Dimitri devenait beau garçon. Et elle n’avait pas besoin des mots de sa mère pour le savoir, la rouquine, passant ses journées aux côtés des jumeaux pour s’entraîner, partir en mission, ou simplement pour patrouiller et déambuler calmement dans les rues de Chicago, amis de longue date, amis qui, aujourd’hui, représentent deux familles prochainement liées. « Et mes années à tes côtés en ont également laissées. » Elle pince les lèvres, hoche la tête avec un sourire fin. Oui, au départ, elle s’est demandé si dépasser leur amitié n’était pas une mauvaise idée, une idée dangereuse, qui au final, leur couterait beaucoup. Sauf que Megara s’est montrée égoïste, incapable de faire machine arrière. Et elle n’a jamais été aussi heureuse d’une décision. Leurs différences avaient fait leur force, et leurs sentiments, plutôt que de devenir confus, n’en sont devenus que plus sincères, confirmés pour la jeune femme. Et voilà que bientôt, ils se marqueront mutuellement devant leurs proches, devenant mari et femme.

Lorsqu’elle décolle du sol, soulevée dans les bras de Dimitri, Meg s’agrippe à lui, surprise, mais n’oppose pas de résistance particulière. Elle aime ce réconfort qu’elle ressent quand il la prend dans ses bras. Même dans cet autre monde, elle s’était sentie en sécurité lorsque Dimitri, vampire, l’avait soulevée et serrée contre lui, alors affaiblie après l’avoir nourri de son sang. « Effectivement mademoiselle Nichols, aucune résistance ne sera permise. » Elle rit, rire léger, sincère, emporté par ce bonheur de l’avoir contre elle, de l’avoir à nouveau, d’avoir pris sur elle pour passer au-delà de ce qu’ils ont vécu à la fin de l’année dernière. Bien sûr qu’elle n’oublie pas, bien sûr que c’est encore difficile, mais elle sait que sa réaction n’a pas été la bonne, elle le sent au plus profond de ses entrailles, alors que, allongée sur son lit, elle suit la démarche d’un Dimitri à demi nu qui veille sur leurs enfants. Elle sait que c’est ensemble qu’ils doivent avancer pour effacer cette blessure, et non pas en se forçant à être loin l’un de l’autre. Elle observe avec minutie ses gestes envers les jumelles, et sourit. Elle se souvient avoir fondu en larmes en revenant à l’institut, voyant les visages aux traits fins de ses bébés qu’elle a longtemps cru ne jamais pouvoir voir à nouveau. Puis elle avait passé de longues journées à ne plus bouger de sa chambre pour s’occuper d’elles, comblant son chagrin loin de son fiancé en étant la meilleure mère qu’elle puisse être. Sa façon à elle de se pardonner son absence, bien que Clarissa et Leandra soient bien trop jeunes pour avoir remarqué que leur mère avait littéralement été aspirée dans une autre dimension avec leur père.

Puis finalement, Dimitri revient auprès d’elle, mais leur étreinte devient courte, hésitante d’un côté comme de l’autre. La tension demeure, ou du moins, l’hésitation, la retenue. Et c’est après un long silence qu’elle se tourne, se serre contre lui, l’encourage à venir toucher sa taille, placer sa main sur son cœur. Elle lui appartient toute entière, et elle veut qu’il le sache, qu’il le comprenne. Alors elle commence à parler, les paupières closes, se laisse guider par ses pensées, tout simplement.  « A dix ans j’avais toujours envie de t’étriper…Tu m’agaçais royalement. » Elle rit aussitôt, en chœur avec le brun, et hoche la tête de haut en bas. « J’admets que plus tu t’énervais, plus je repoussais mes limites pour voir jusqu’où tu pouvais tenir. » Peste ? Peut-être un peu. Taquine, surtout. Le meilleur ami de son frère l’a toujours intriguée, la rousse, et en tant qu’amie, elle a grandi avec cette optique de ne pas le laisser se fermer aux gens, poussant sans cesse pour briser sa carapace. Elle ne pensait pas réussir aussi bien. Au final, ils se sont trouvés parfaitement. Il lui a ouvert les yeux, le coeur, se faisant une place dans sa vie comme personne n’a jamais réussi à le faire. « Comme tu as ouvert les miens. » Un sourire, un souffle, et elle se tourne, Meg, pivote pour l’observer, pour le toucher, lui murmurer toutes ces petites choses qu’elle a su relever pour comprendre ses sentiments sans avoir besoin de mots. Il avait redouté aussi leur relation, Dimitri, craint que son caractère ne soit trop « froid » pour la jeune Nichols, bien plus émotive, expressive. Elle n’a pas besoin de quelqu’un comme elle, Meg. Elle n’a besoin que de lui. Et elle lui dit, Meg, dans un souffle bouleversant de sincérité, elle lui assure qu’elle ne veut que ça : Qu’il l’aime, à sa façon, avec son caractère à la con, qu’il l’aime et qu’ensemble, ils avancent vers de nouveaux horizons. Et elle sent son corps qui se tend, s’anime, ses mains qui effleurent le visage de la rouquine qui pour une fois, garde les yeux grands ouverts, son regard rivé dans celui de cet homme dont elle est éperdument amoureuse. « Je t’aime, je n’ai jamais cessé de t’aimer, que ce soit ici ou ailleurs. Tu es la femme que j’aime, avec qui je veux faire ma vie. Tu es celle que je regarde au poids de me perdre dans ton regard, celle qui me fait respirer plus vite d’une simple caresse, celle qui m’agace autant qui me donne envie d’avancer… » Emue, silencieuse, elle n’a même pas le temps de bouger que déjà, le jeune homme s’approche et l’embrasse.

Elle se love contre lui, serre son corps contre le sien, un frisson remonte le long de son échine lorsqu’elle sent sa main contre la peau nue de son dos, sous le tee shirt de Dimitri qu’elle porte. Et quand il recule, elle le fixe, pantelante, à bout de souffle, sourcils froncés. « Je sais pas si c’est une bonne idée…on devrait peut-être attendre le mariage… » Bouche bée, interdite, surprise, et surtout.. Absolument déroutée, Megara le fixe avec incompréhension. Est-ce qu’il sait que normalement, on attend le mariage pour conserver la virginité, chose qui est perdue pour eux deux depuis un sacré moment ? Puis finalement, devant son expression probablement hilarante, il sourit et s’approche à nouveau : « Non je déconne…y a bien trop longtemps que je t’ai pas toucher, je vais finir par croire que je suis de nouveau puceau ! » Elle fronce le nez en riant, l’embrasse encore, l’attire dans ses bras avant de finalement.. se reculer pour lui tourner le dos. Esprit vengeur quand tu nous tiens. « Non mais tu as raison au fond, si t’as l’impression d’être redevenu puceau, on suivra les mœurs des mariages terrestres ! Tu sais, se garder pour le mariage, tout ça.. » Un sourire malin sur les lèvres, elle se fait violence pour ne pas lui faire face à nouveau et lui sauter dessus. « Je respecte ton choix, mon cœur, tu me diras merci au mariage… » Bien sûr, Meg, on y croit.




Post 14 - 1354 mots -


© MADE BY SEAWOLF.


AND I DON'T WANNA LIVE FOREVER
MEGARA ⊰ Been sitting eyes wide open behind these four walls, hoping you'd call. It's just a cruel existence like there's no point hoping at all. Baby, baby, I feel crazy, up all night, all night and every day. Give me something, oh, but you say nothing. What is happening to me?

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
52/77  (52/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELODimitri C. Lightwood


Je suis à Chicago depuis le : 05/06/2016 et j'ai déjà payé : 384 factures et gagné : 1361 gains. Il paraît que : Matthew sexy Daddario est mon double. Schizo je joue aussi : Garett B-Herondale On m'appelle : Manon ou chikita et pour mon profil je remercie : Ante mortem -Megara - Tumblr et moi-même;

Je suis : marié à Megara Lightwood depuis peu, tu nages dans le bonheur, complètement comblé entre ta femme et tes filles.
Dimitri Caleb Lightwood.
Il est né à l'institut de Chicago, d'ailleurs, il est le premier à avoir vu le jour vu qu'il a une soeur jumelle, Demetria de quelques minutes sa cadette. ➺ Il possède du sang de Faerie dans les veines, néanmoins, il n'apprécie pas qu'on le lui rappel. ➺ N'apprécie pas du tout les créatures obscures, bien qu'il commence doucement à faire avec grâce à sa fiancée. ➺ Il dirige une équipe de cinq néphilims avec sa soeur jumelle. ➺ Il est l'un des meilleurs combattants de son âge. ➺ Son arme de prédilection est une arbalète automatique, il ne rate jamais sa cible. ➺ Beaucoup le voit comme un homme froid et distant qui ne sourit jamais, c'est l'image qu'il donne aux personnes qui ne sont pas proches de lui. ➺ Sa soeur jumelle, Démétria, est également sa parabatai. ➺ Papa de deux petites filles, Clarissa et Leandra ➺ Il a récemment demandé à Megara Nichols de l'épouser, étant éperdument amoureux d'elle.

The sun in the darkness.
Si il ne s’attendait pas à aimer, Megara fut la seule à le bouleverser. Relation inattendue et coup de foudre tardif, ils se connaissent depuis vingt ans et n’éprouvent des sentiments l’un envers l’autre que maintenant. Si au début leur relation devait rester secrète, la jeune femme tomba enceinte de jumelles ce qui fait le plus grand bonheur du futur papa. A présents fiancés, ils ont décidé de se marier avant l’accouchement pour former une réelle famille. Ce qui est sûr aujourd’hui, c’est que l’homme de glace à fondu devant cette merveilleuse rouquine.

☯️Parabatai and twin.
Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Ven 17 Fév - 21:07



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
La vie est faite de hauts et de bas, tu le sais, tout le monde le sait. Certains moins que d’autres. Oui, certains sont aveuglés par leur vie si banale, par leur petite sécurité. Vous, vous n’aviez pas ce luxe, vous ne l’aurez jamais. Souvent, tu l’observais dormir, tu te demandais jusqu’où votre chemin allait vous mener. Oui, combien de fois n’as-tu pas passer des yeux à caresser ses cheveux du bout des doigts ? A espérer la retrouver demain ? A espérer l’aimer davantage encore et encore. Combien de fois n’as-tu pas prié silencieusement une quelconque divinité pour lui offrir bien plus d’années que toi… La vie d’un chasseur d’Ombre peut s’avérer très courte. Certains meurt plus vite que d’autres, mais rares sont ceux que l’on croise et qui s’aident d’une cane pour avancer. Oui, rares sont ceux que la vie à amener loin dans le temps, arrachant des pères et des mères à leur famille, des enfants à leurs parents. Tu avais commencé à penser à tout ça dès lors qu’elle était tombée enceinte. Avant, tu le savais, tu l’acceptais sans broncher. Maintenant, c’était une toute autre chose. Tu avais Megara, tu étais papa, ton cœur mourrait, saignait à chaque fois que tes pensées vagabondaient vers une mort certaine. Certes, mourir au combat est un honneur pour les vôtres, mais ce n’est pas pour autant que tu es prêt à accepter cette fatalité pour les tiens. Alors oui, avoir été séparé d’elle avait été une torture. Tu avais craint le pire. Et si il lui arrivait quelque chose ? Et si tu n’avais pas l’occasion de l’aimer davantage demain ? Et si tu te réveillais un beau matin et qu’elle n’était plus là…Et si demain, les Obscurs prenaient tous ce que tu possédais ? Tous ceux que tu aimais ?

Avant, tu te battais pour tes convictions, tu te battais pour ce que tu croyais juste. Aujourd’hui, si on te demande les raisons de ta lutte, tu répondrais sans hésitations : elles. Tes filles, ta future épouse. Tu répondrais que tu te bas pour ta famille, pour ta sœur, pour que leur cœur ne cesse jamais de battre. Si un jour cela doit arriver, ton âme n’en sera que plus déchiré. Alors oui, dès que ta peau se mit à retrouver la tienne, tu eus l’impression de respirer de nouveau. Comme une bouffée d’air frais, comme si tu récupérais cet oxygène qui t’avait tant manqué. Son dos collé à ton torse, tu l’écoutes parler, tu ripostes. Lorsque vous étiez enfant, son tempérament te tapait sur les nerfs. Tu étais un jeune homme renfermé, un jeune homme déjà si froid, si inexpressif. « J’admets que plus tu t’énervais, plus je repoussais mes limites pour voir jusqu’où tu pouvais tenir. » Tu souris légèrement. Megara avait toujours aimé te pousser dans tes retranchements, que ce soit il y a bien des années, ou encore aujourd’hui. Elle ne le fait sûrement plus consciemment, mais rien que dans sa façon d’être, de penser, tu étais sans cesse poussé vers tes limites. Créatures Obscurs, patience, chaleur humaine. Elle faisait de toi un autre tout en préservant celui que tu étais. Tu étais différent en sa présence, dans votre intimité encore plus. Et pourtant, dès que cela s’avère nécessaire, tu redevenais le combattant froid et impassible, autoritaire et parfois même brutale. Elle pourrait faire de toi un monstre, comme un homme meilleur. Emprise diabolique, dépendance enivrante, grisante, merveilleuse. Tu n'as pas de mots pour définir votre relation. Si l’amour est ainsi fait, alors oui, tu ne seras amoureux qu’une seule fois et que d’une seule femme. Elle.

Les mots s’échappent, s’échangent. Les baisers pleuvent, pourtant, tu décides de la taquiner, de retrouver son rire, son air pénaux. Tu aimes observer ses sourcils se froncer de la sorte alors que tu lui annonces que ce n’est pas une bonne idée, qu’il serait peut-être préférable d’attendre le mariage. Tu souris, tu te reprends lui annonçant que ce n’était pas vrai alors qu’elle dépose un nouveau baiser sur tes lèvres. Ton corps se colle au sien, tu soupires, ta main glissant dans ses longs cheveux avant qu’elle…ne recule et te tourne le dos. « Non mais tu as raison au fond, si t’as l’impression d’être redevenu puceau, on suivra les mœurs des mariages terrestres ! Tu sais, se garder pour le mariage, tout ça.. » Tu ouvres légèrement la bouche, frustré, littéralement. Tu grognes doucement, laissant tes cordes vocales résonner. Tu l’as bien cherché, dire le contraire serait mentir…mais quand même, cela ne t’empêche pas de sentir la frustration monter. « Je respecte ton choix, mon cœur, tu me diras merci au mariage… » Mais bien sûr, comme si tu allais la remercier. Puis, tu connais assez Megara pour savoir qu’elle te cherche, qu’elle te fait payer tes propres conneries. Doucement, tu viens te coller à elle, dégageant son cou de ses cheveux pour y déposer tes lèvres. Ta main glisse sur sa hanche, frôlant la peau de son ventre. « Chérie, tu mens mal…Tu sais aussi bien que moi, que si je commence, tu ne vas pas m’en empêcher. » Tes dents viennent s’emparer de son cou, mordillant celle-ci avec douceur. Ton corps se colle davantage au sien et tu finis par l’obliger à te faire de nouveau face. Ne lui laissant pas le temps de dire quoi que ce soit, tes lèvres s’emparent brusquement des siennes.

Ton corps se hisse au-dessus du sien, tes miennes cherchent les siennes, entremêlant vos doigts. Tu souris contre ses lèvres, le cœur tambourinant dans ta poitrine d’une façon extravagante. Tes mains serrent les siennes, tu te laisses aller à cette douce sensation, qu’enfin, tu pouvais être heureux.


Post 15 - 948 mots -


© MADE BY SEAWOLF.


Teach me how to fight I'll show you how to win You're my mortal flaw And I'm your fatal sin Let me feel the sting The pain The burn Put me to the test I'll prove that I'm strong Won't let myself believe That what we feel is wrong I finally see what You knew was inside me All along Under my skin

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
49/77  (49/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOMegara N-Lightwood

Je suis à Chicago depuis le : 17/04/2016 et j'ai déjà payé : 1024 factures et gagné : 1615 gains. Il paraît que : Holland Roden est mon double. Schizo je joue aussi : Thyia Zacharias. On m'appelle : Dreamy/Mélanie et pour mon profil je remercie : balaclava (ava) + moi-même (sign).

Je suis : mariée à Dimitri Lightwood, éperdument amoureuse de lui, après s'être tournés autour pendant bien trop longtemps. La rousse a la bague au doigt.

“I won't apologize for the
FIRE IN MY EYES
Megara, 3ème née de la grande lignée des Nichols, lignée de chasseurs d'ombres longtemps dénigrés parce qu'ils ont rejoint la Résistance très tard, en 1996. Certains les disent lâches, Meg pense que tout vient à point et qu'il était temps pour la famille de faire ses preuves. ⊰ Entre 1990 et 1996, elle a vécu avec sa famille au sein d'un groupe de Faeries, et se sent de ce fait particulièrement proche des créatures obscures et des immortels. Ce phénomène l'a rendue mature très jeune ⊰ De toute sa famille, celui dont elle est le plus proche est son frère aîné Sebastian, d'un an de plus qu'elle. Ils ont toujours été absolument inséparables, et il est devenu son parabatai à l'âge de 16 et 17 ans. ⊰ Se bat avec des dagues jumelles légèrement incurvées outre les lames séraphiques ⊰ Grande acrobate, dans ses combats il est difficile de l'attraper. ⊰ Insaisissable, elle a eu de nombreuses conquêtes mais n'a jamais été amoureuse, jusqu'à Dimitri Lightwood ⊰ Elle ne supporte pas qu'on insulte une créature obscure devant elle, et ne se gêne pas pour recaler la personne assez sèchement. ⊰ C'est une grande sensible à tout ce qui l'entoure, et ses parents pensent que c'est lié au fait qu'elle ai grandi avec les Faeries.

OU QUE TU AILLES, J'IRAIS.
“Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré.
Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,
Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort“ Parabatai.



I'M A KING AND YOU'RE A QUEEN
and we will stumble through heaven“
Elle connaît DIMITRI depuis près de vingt ans, l'a toujours côtoyé, apprécié malgré leurs différences. Le mur qu'il s'est construit constituait un challenge pour Megara, qui s'est juré de le briser, tout comme elle voulait briser ses convictions en lesquelles les créatures obscures seraient toutes mauvaises et indigne de confiance. Ce à quoi elle ne s'attendait pas, c'était à ce qu'inconsciemment, il suscite aussi quelque chose chez Meg : Des sentiments. La rouquine vive et souriante est tombée amoureuse du brun froid dont la famille possède une histoire lourde. Coup de foudre à retardement, 20 ans pour développer un amour aussi tardif que puissant. Ils sont fiancés depuis juillet, et elle a accouché de leurs jumelles, Clarissa et Leandra, le 22 novembre.


THE FAMILY
si vis pacem, para bellum.“
La famille Nichols, chaotique, à la fois unie et détruite. SEBASTIAN est non seulement son frère aîné, mais également son parabatai. Depuis la naissance, leur proximité est telle qu'ils sont assimilés à des jumeaux, malgré leur année de différence. C'est son âme sœur, sa moitié, son essentiel, l'être le plus important de son existence.+ TESSA c'est la plus jeune, la prunelle de ses yeux. A quinze ans, elle a échoué avec son frère pour la protéger d'un démon. Depuis, sa vie est liée à un poison. Depuis, elle veille sur elle plus que sur sa propre vie.+ Sa seconde soeur, PANDORA, son opposé. Leurs avis divergent constamment. La blonde, la rousse. La rebelle, et l'obéissante. La rancune demeure venant de Pandora, depuis l'échec de Megara et Sebastian pour protéger Tessa. Leur lien s'est détruit quand la plus jeune est tombée amoureuse d'un obscur. Quand elle a passé chez l'ennemi. Et pourtant, Megara ne cessera jamais de lutter pour la récupérer. Et l'aîné, le détaché, TERRENCE, celui qui refuse de prendre part à une guerre alors que sa famille a besoin de lui. Malgré tout, Meg l'aime profondément. + CORDELIA, la jumelle d'une autre mère, le même nom, pas le même sang, la faerie dont les parents ont lutté aux côtés de la Rébellion et en ont péri. Sa sœur, envers et contre tout.


LES REBELLES
pulvis et umbra sumus“
EMMA, c'est sa meilleure amie depuis l'enfance, dès son arrivée à l'institut, la jeune de Lornet l'a accueillie à bras grands ouverts, quand tous les autres lui tournaient le dos à cause de son nom. S'il n'y avait pas eu Sebastian, elle aurait probablement demandé à la jeune fille de devenir sa parabatai. + DEMETRIA, une de ses meilleures amies avec Emma, et la jumelle de Dimitri. Elles se connaissent depuis toutes petites, et ont toujours combattu côte à côte. Un froid subsiste cependant depuis que Meg est en couple avec son frère, comme elle ne le lui a pas dit avant. +


LES INSIPIDES
Dura lex, sed lex.“
De sa naissance à ses six ans, Megara a grandi au sein de Faeries. LEHR est l'un d'entre eux, et il est ce qui s'apparente le plus à sa famille en dehors des Nichols, son protecteur, et son ami. +


LES OBSCURS
Ave atque vale“
Elle méprise TIMOTHY et n'aspire qu'à sa destruction. Il a voulu la tuer, lui a pris sa soeur, a torturé son petit ami... S'octroyant la place de choix de "tête à abattre" aux yeux de la rouquine.
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   Mar 7 Mar - 23:23



Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver.
feat. Megamitri
Elle n'a jamais eu le loisir de se visualiser terrestre, Meg, et ça ne lui a jamais effleuré l'esprit. Du moins, jusqu'à Dimitri, sa grossesse, leur future vie de famille. Là, elle y a brièvement pensé, non pas par crainte pour elle-même, mais pour ses filles. Mais rapidement, elle s'était débarrassé de cette idée ridicule, sachant pertinemment qu'elle vivait pour cette existence de chasseuse d'ombres, et que Dimitri est exactement comme elle. Ils ont ça dans le sang, le combat, leur existence menée à défendre les terrestres, à défendre leur vie face au Nouvel Ordre. Elle aurait voulu voir ses filles grandir dans un climat de paix. Elle voudrait les voir grandir, tout simplement, mais n'a même pas la certitude de vieillir aux côtés de Dimitri. Chaque fois qu'ils franchissent les portes de l'institut, c'est un risque pour qu'ils ne rentrent jamais. Souvent, elle s'est dit qu'il faudrait qu'elle demande à Lehr une faveur dans le cas où ils venaient à mourir, si jamais la guerre devait tourner en leur défaveur : Prendre les jumelles avec lui et les cacher en terres faeries. Mais les filles en grandissant ressentiront le même vide que Megara a ressenti dans les premières années de sa vie, ce besoin de se battre, ce besoin de défendre les autres. C'est vital, et elle sait que le sang angélique dans leurs veines veut que, naturellement, ils soient des combattants. Quoi qu'il arrive, ils ne pourront jamais tourner le dos à leur nature. Alors tout ce qu'elle peut faire, Meg, c'est prier, espérer chaque matin de pouvoir vivre un autre soir, de pouvoir fermer les yeux sur la silhouette endormie de Dimitri Lightwood, cet ami d'enfance qui était parvenu à lui voler son coeur pour ne plus jamais le lui rendre.

Grisée par le moindre contact de la peau de Dimitri contre la sienne, ils se taquinent, discutent, se cherchent l'un l'autre, oscillant entre douceur, tendresse et complicité. Elle aime voir cet aspect de sa personnalité qu'elle voyait émerger beaucoup plus rarement avant qu'ils ne tombent amoureux. Elle aime voir combien il change à son contact, ils s'équilibrent parfaitement, et si elle ne lui a jamais rien demandé - outre des efforts vis à vis des créatures obscures qui composent sa vie - elle voit qu'il prend toujours sur lui pour faire des concessions sans rien attendre en retour. Et n'est-ce pas là une preuve indéfectible de son amour ? Puis elle le cherche, le taquine, retourne sa propre blague contre lui, et pourtant elle sait Meg, elle sait que s'il la suit la dedans, c'est elle qui craquera en première. Elle l'aime avec démesure, Dimitri. Elle l'aime et le désire tellement que le simple fait de lui tourner le dos lui tord le ventre, mais malgré ça, elle sourit. Parce qu'elle est avec lui, et qu'il n'y a rien qu'elle veuille plus en ce monde que d'être au creux de ses bras, au brun. A peine eut-elle pivoté dos à lui qu'elle sent la chaleur qui émane du corps de Dimitri, venant doucement se rapprocher du sien. Et c'est comme si elle redécouvrait pour la première fois ces sensations, la belle, la douceur de ses doigts qui filtrent dans ses cheveux roux, et surtout, la douceur des lèvres de son futur mari qui effleurent la peau de son cou. Putain, qu'elle se répète intérieurement, alors que sa main vient à effleurer la peau de son ventre. Instinctivement, elle se recule, se colle d'avantage à lui. Elle a déjà perdu la lutte, et elle le sait pertinemment. « Chérie, tu mens mal…Tu sais aussi bien que moi, que si je commence, tu ne vas pas m’en empêcher. » Il a raison, et il le sait. Pour toute réponse, la rouquine fronce le nez, émet un grognement de protestation, mais tout dans ses gestes trahit qu'elle approuve ses mots. « Je suis une chasseuse d'ombres, j'ai été entraînée pour résister à tout.. » Maigre argument, car elle soupire sous l'assaut de ses dents qui mord sa peau, allume tous ses sens, éveille une jeune femme n'ayant pas eu de contact avec l'homme dont elle est amoureuse depuis bien trop longtemps. Et quand Dimitri se rapproche et se colle entièrement à elle, ses barrières sautent, à Megara, tant et si bien que quand il la contraint à lui faire face, elle n'oppose pas la moindre résistance ses doigts tremblants s'agrippant à ses épaules tandis qu'elle écrase ses lèvres contre celles de l'homme de sa vie.

Du bout des ongles, Meg promène ses doigts le long de la colonne vertébrale mise à nu de Dimitri, qui vient se hisser au dessus d'elle à nouveau. Instinctivement, la prise de ses mains dans son dos se resserre, sa manière à elle de lui dire "Cette fois, ne te sauve pas.". Qu'il ne se dérobe plus, parce qu'elle le veut, tout de suite, maintenant. Leurs lèvres se séparent le temps de reprendre de l'air, et elle murmure, son souffle proche du sien : « Ok, peut-être qu'on m'a pas entraînée pour ça... » Leurs mains se serrent tendrement, et elle lui sourit, remonte une jambe le long du bassin de Dimitri pour le serrer plus fort contre elle. « Mais je veux bien relever le challenge d'apprendre à te résister.. » Qu'elle dit dans un rire, venant parsemer la peau de son cou de multiples baisers, tandis que d'une main elle vient taquiner le tissu de son sous vêtement. « Juste.. pas ce soir.. » Dit-elle enfin avant de revenir capturer les lèvres du Lightwood langoureusement. Elle se sent à nouveau entière, la jeune femme, à tel point qu'elle réalise combien sa réaction depuis quelques semaines ne l'avait pas aidée, bien au contraire, ça n'avait fait que l'écarter un peu plus de ce dont elle avait vraiment besoin : Lui, et rien que lui.


Post 16 - 1022 mots -


© MADE BY SEAWOLF.


AND I DON'T WANNA LIVE FOREVER
MEGARA ⊰ Been sitting eyes wide open behind these four walls, hoping you'd call. It's just a cruel existence like there's no point hoping at all. Baby, baby, I feel crazy, up all night, all night and every day. Give me something, oh, but you say nothing. What is happening to me?
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]   

 
Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Les Chalorts Et vive la liberté[DVDRiP]
» Vive le vent, vive le vent, vive le vent d'hiver. [Megara]
» vive Chavez, vive Castro
» Le 30 mai 1431... Jeanne d'Arc est brulée vive à Rouen...
» Vive stupéfaction de Danielle Mitterrand

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Premier étage :: Les chambres-
Sauter vers: