Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Friday Bloody Friday [Axel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOAurora Montgomery

Let's go take a howl at that moon!
☾ Werewolf Girl

Je suis à Chicago depuis le : 30/08/2016 et j'ai déjà payé : 66 factures et gagné : 121 gains. Il paraît que : Kitkat Hot McNamara est mon double. Schizo je joue aussi : que moi ça me suffit! On m'appelle : Emeline et pour mon profil je remercie : sparkle & Tumblr

Je suis : ex-fiancée à Gabriel Osborn
Sujet: Friday Bloody Friday [Axel]   Mer 21 Sep - 16:45



Friday, Bloody Friday
feat. Axel Foster

La pluie s’abattait à flot sur la ville, entrainant avec elle, de longues trainées d’un rouge presque translucide… Evitant les lampadaires ou tout autre zone trop éclairée, la louve se glissait dans les ombres comme elle le pouvait, l’obscurité de la nuit n’étant certainement pas un problème grâce à la vision nyctalope qu’elle possédait, comme tout ceux de son… espèce, enfin comme toute créature obscure comme elle. Pourtant plus elle avançait, plus elle s’affaiblissait. Le sang continuait de s’écouler de ses plaies tant et si bien qu’une partie de son pelage était à présent d’un rouge délavé...  Il fut un temps où elle aurait sorti sa stèle pour graver des runes de guérison sur sa peau mais elle n’avait plus cette capacité là, c’était du passé. Il y avait tout de même un avantage à être louve, le processus de cicatrisation était énormément plus rapide, bien que non spontané. Les plus infimes entailles avaient déjà cicatrisées, mais il en restait deux importantes, dont une sur son flanc gauche, qu’elle ne cessait de lécher, avec pour objectif d’aider à la cicatrisation. Elle pouvait sentir son propre sang tapisser les parois de son œsophage et en aurait surement été dégoutée alors qu’elle n’était qu’une Obscur mais à présent c’était devenu un de ses nombreux instincts naturels. En même temps, elle ne pouvait pas marcher sur ses quatre pattes et comprimer les plaies simultanément c’était physiquement impossible … et puis sa salive avait sans doute des propriétés antiseptiques, tout comme celle d’un loup « classique ». Les plaies étaient cependant profondes, elle avait besoin de temps et de repos. Or marcher ne faisait que y tirer dessus. Pourtant, il lui semblait que le sang s’écoulait déjà moins, enfin c’était ce qui lui semblait… avec toute cette pluie longeant son pelage, il était plutôt difficile de voir clairement ce qu’il en était en fait.

Toute cette histoire n’était mais alors pas du tout prévu au scénario qu’elle avait envisagé pour cette soirée mais à présent cela ne servait à rien d’y revenir dessus. Elle était folle de rage, cette attaque surprise l’avait vraiment pas mal amochée et elle n’avait même pas pu récupérer ses vêtements. Oui parce que lors de la transformation en louve, elle les retirait avant qu’ils ne soient réduits en un tas de lambeaux de tissus… A présent elle était coincée sous cette forme, parce qu’un gros chien attirait décemment mois l’attention qu’une jeune femme toute nue chez les Terrestres…Comme chez n’importe qui en fait parce que la nudité à toujours tendance à attirer un tant soit peu l’attention hein !

Elle sentait ses forces s’amoindrir et petit à petit tout semblait se troubler autour d’elle. Elle avait reçu un choc à la tête, et le sang mêlé à la pluie venaient obscurcir sa vision. Titubant sur ses pattes, son attention s’arrêtait sur des détails insignifiants bien malgré elle, assaillie par ses autres sens, sa respiration, les gouttes de sang s’échouant au sol à un rythme régulier… dans ce brouahah parasite qui embrumait son cerveau, une voix se détacha subitement. Les oreilles dressées et aux aguets elle releva la tête brusquement. Quelle mauvaise idée… le monde vacilla de droite à gauche, tant et si bien qu’elle fut contrainte de s’arrêter, son derrière se posant sur le sol jusqu’à ce que finalement tout parvienne à se stabiliser… plus ou moins. Alors elle distingua une silhouette, un homme arrêté au beau milieu de la rue qui la fixait. Merde, elle avait dû s’approcher un peu trop d’une de ces lumières artificielles ! Elle ne devait pas rester là, elle était en position de faiblesse et n’avait certainement pas la force d’attaquer ! Un grognement agressif et menaçant s’échappa d’entre ses babines alors qu’elle parvint à se redresser, pour reculer rapidement, la peau se déchirant encore un peu plus sous l’effort. Tournant au coin de la ruelle, sa vision ne cessait de s’obscurcir, s’amoindrissant à un petit cercle trouble qui continua de vaciller…de vaciller et…

Le monde bascula brusquement alors qu’elle s’effondrait à bout de forces, le loup jonché sur le sol reprenant forme humaine, puisant dans ses dernières réserves. Elle l’entendit arriver avant même qu’il n’apparaisse dans son champ de vision. Sa tête lui semblait comme dans du coton, alors que trempée, recroquevillée sur elle-même, le corps ensanglanté, elle vint poser sa main sur son flanc, comprimant la blessure. Elle avait un don pour s’attirer les emmerdes, c’était juste incroyable quoi ! Le corps parcourut de frissons, elle avait l’impression de littéralement planer…  Elle releva les yeux, croisa ceux d’un autre alors avec tout l’aplomb et la menace dont elle était capable en ce moment, soit pas beaucoup, elle marmonna. « Pas… d’hôpital…»  et les ténèbres l’envahirent laissant sur le bitume une jeune femme à l’allure si frêle et entièrement nue…les ennuis ne faisaient que de commencer…


© MADE BY SEAWOLF.


804 mots, Post 1

avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: Friday Bloody Friday [Axel]   Ven 23 Sep - 23:21


Cette journée de merde. Encore une de plus à ajouter à la longue lignée des journées de merde qui semblent se succéder depuis quelques semaines. Je suis maudit, je ne vois pas d'autre explication. Quelqu'un a jugé qu'il était temps pour moi de recommencer à en prendre plein la gueule et voilà, je n'ai pas mon mot à dire. Je dois simplement subir. Subir cette température de merde qui m'a trempé de la tête aux pieds alors qu'on annonçait un superbe soleil, une soirée étoilé, et subir cet imbécile à l'autre bout de mon portable qui croit avoir la vérité infuse. J'en ai marre. Putain parfois je prendrais les minces possessions que j'ai et je partirais bien bien loin pour me recommencer une petite vie... Je ne sais pas comment, mais pas comme ça. Loin de ce boulet volontaire que je me suis collé à la cheville par orgueil et loin de tous ses trucs surnaturels qui sortent de nulle part et que je n'ai pas envie de croire parce que ce n'est pas normal. Je deviens fou, elle est là la réalité. J'avais un semblant de vie presque normale depuis presque quatre ans et là bam c'est comme si je me baladais dans un livre de croque mitaine pour enfants. Ses histoires à foutre la frousse, ses choses pas normales qu'on exprime simplement pour donner une peur bleue, bien voilà je les vis et je ne sais pas comment les expliquer. Je ne sais pas même comment les nommer. Ça n'a pas de nom. C'est simplement... pas normal. Même d'essayer d'en parler ne me fait que dire un gros n'importe quoi. Tout comme le n'importe quoi de ce crétin de journaliste que j'entends à moitié avec le bruit de la pluie.

« Je t'ai dit que ton article c'est de la merde et je ne vais pas le publier. Point. C'est moi le patron et si je décide que je ne le publie pas je ne le fais pas. Je m'en moque que tu travailles dessus depuis une semaine. C'est de la merde. Je ne vois pas d'autre façon de l'exprimer alors vis avec... Ah parce que tu crois que j'ai que ça à faire moi? Je quoi!? Tu dis encore quelque chose comme ça et je jure que si je te revois au bureau je te vire à grands coups de pieds... »

Non, je n'ai pas terminé ma phrase et c'est tout à fait normal... Enfin, en partie normal dirons-nous. Quand je dis que le sort s'acharne sur moi. J'allais lui faire sa fête à ce crétin lorsque j'ai vu cet espèce de gros chien un peu plus loin. Un gros chien qui me semblait tout sauf sympathique. Ne me dite pas que je vais en plus me faire bouffer par un clébard parce que j'ai eu le malheur de passer au mauvais endroit au mauvais moment. Un gros chien qui se montre tout sauf sympathique, il faut le dire. Ce grondement de 'tu m'approches je te découpe en morceaux' je m'en serais bien passé. Je n'ai tout de même pas pris de chance, pour ne pas lui donner une raison de plus de vouloir me sauter à la gorge. On ne sait jamais avec ses bêtes sauvages. Alors j'ai fermé mon portable, tant pi pour l'autre con, et levé les mains en signe de 'tu vois grosse bête je ne vais pas te faire de mal et si tu me laisses partir maintenant notre soirée ne va que mieux se terminer'. Ce qui sembla fonctionner puisque la grosse bête en question s'est redressé avant de se tirer rapidement. Trop rapidement. J'en aurais presque soupiré si je n'avais pas entendu ce bruit étrange comme... quelque chose qui déchire... C'est quoi ce bordel encore... Ma curiosité me perdra... ou ma stupidité c'est au choix au vu de la situation.

« Merde... »

J'ai soupiré et je me suis approché à petits pas de la direction dans laquelle la grosse bête s'était dirigée et ce que j'ai vu... Alors là je dois dire que je ne m'y attendais pas du tout. Moi qui croyais revoir cet espèce de gros molosse je tombe sur une jeune femme en sang et nue, surtout nue, qui me demande de ne pas l'amener à l'hôpital sur un ton qu'elle croit sans doute menaçant, mais qui ne l'est pas vraiment. J'aurai tout entendu. Je dois rêver c'est pas possible. Comme si ce n'était pas assez elle semble perdre connaissance. Je suis supposé faire quoi moi!? Je ne suis pas un médecin et elle ne veux pas que je l'emmène en voir un pour une raison obscure qui m'échappe... Forcément, je n'ai pas ma voiture avec moi. Il ne faut pas demander pourquoi.

« Merde... merde... merde... Ça tombe toujours sur moi ses conneries. »

Le dilemme. Faire ce que l'inconnue en sang a demandé, inconnue en sang qui s'est... fait bouffer par le gros molosse... forcément puisque c'est l'explication la plus logique non? Même si je n'ai pas entendu de crie ou autre chose pouvant y ressembler... ou la conduire à l'hôpital quand même sans me préoccuper de son avis parce que je sais que je ne suis pas un médecin et que mes capacités en terme de soins se limitent à la gestion de quelques plaies que mon père m'avait si gentiment fait... bon ok je me débrouille un peu. Je n'avais pas le choix. Ça ne m'aide tout de même pas... Merde... Ok... Je vais la conduire chez moi et on verra. Après tout ce n'est peut-être pas si mal comme blessures. Ce n'est pas parce qu'il y a beaucoup de sang que c'est grave. Non? Bien... Je soupire avant de retirer mon veston trempé et l'enrouler autour d'elle du mieux que je peux avec la pluie et tout le reste. Je ne vais tout de même pas jouer les pervers non plus. Ceci fait, je l'ai pris sur mon épaule et hop direction mon appartement. En passant par les petites rues évidemment. Ça serait joli de devoir expliquer pourquoi je trimbale une femme à moitié nue inconsciente sur mon épaule.

« J'espère que tu ne vas pas m'apporter des problèmes toi... »

Oui je sais que c'est joli de rêver. Je l'ai quand même conduit jusque chez moi. Non sans mal qu'on se le dise parce que je ne suis pas une montagne de muscles et même si elle n'est pas des plus costaude, ça reste un poids à lever. Un poids que j'ai conduit de peine et misère dans mon appartement de misère après sans doute beaucoup trop de temps. Avec la pluie et tout on aurait pu croire à une splendide scène de film d'horreur où le maniaque traîne le cadavre de sa victime pour lui faire des trucs de psychopathe. Heureusement pour elle que je ne suis pas un psychopathe. Heureusement pour elle qu'elle n'est pas tombée sur les psychopathe que je connais. De peine et misère j'ai donc réussi à la conduire en lieux sûr pour finalement la déposer sur le canapé... sans réfléchir au fait que j'allais le couvrir de sang... merde encore... Bon tant pi. Hum... ok... maintenant je fais quoi? Parce que c'est bien joli de l'avoir conduit ici, mais elle reste blessée et dans les vapes. Hum... Une couverture... ouais... me faut une couverture et des pansements... elle ne devrait pas aller bien loin de toute façon... Alors je la laisse là et je vais chercher tout ça... Cette journée de merde quand même...

1334 mots - post 2

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOAurora Montgomery

Let's go take a howl at that moon!
☾ Werewolf Girl

Je suis à Chicago depuis le : 30/08/2016 et j'ai déjà payé : 66 factures et gagné : 121 gains. Il paraît que : Kitkat Hot McNamara est mon double. Schizo je joue aussi : que moi ça me suffit! On m'appelle : Emeline et pour mon profil je remercie : sparkle & Tumblr

Je suis : ex-fiancée à Gabriel Osborn
Sujet: Re: Friday Bloody Friday [Axel]   Jeu 29 Sep - 18:32



Friday, Bloody Friday
feat. Axel Foster

Il s’était laissé berner par ce joli petit minois innocent, aux allures si fragiles, si douces, si vulnérables. Il n’avait aucune idée de ce qu’elle était, il ne semblait même pas faire le rapprochement entre le loup et l’humaine, autrement il ne serait pas aussi calme… C’était ce que les Terrestres faisaient de mieux : se voiler la face, trouver des réponses logiques et concrètes sans doute pour se rassurer allez savoir. Elle pouvait y lire son incompréhension à la façon dont il la regardait. De jolies prunelles en passant, semblables à un océan, rivées sur les siennes. Ce fut d’ailleurs la dernière image d’imprimé sur sa rétine alors que son corps tout entier réclamait du repos, jusqu’à finir par le prendre de force alors que son esprit luttait en vain. Elle finit par plonger dans les tréfonds de l’inconscience, là où il n’y avait plus de douleur et où règnait le calme, la tranquillité. C’était paisible. Pourtant, malgré son esprit plongé dans les ténèbres, son corps avait prit le relai, l’ensemble de ses cellules se bousculant, ses plaquettes sanguines venant se rassembler en un amas pour venir combler les brèches, stopper l’écoulement…

« Réveilles toi Aurora, Réveilles toi ! »

Elle fut obligée de cligner à plusieurs reprises des paupières quand elle rouvrit les yeux, jusqu’à ce que sa vision s’ajuste à la luminosité de la pièce. Progressivement l’environnement l’entourant s’éclaircit. Précautionneusement elle tourna la tête, juste assez pour avoir un bon visuel sur la pièce où elle se trouvait. Elle était seule. Elle tendit l’oreille, laissant son ouïe lui donner de nouvelles informations que sa vue seule était incapable de lui fournir. Une personne était là, elle l’entendait qui farfouillait dans une autre pièce, sans doute à la recherche d’un bandage quelconque pour panser ses plaies… ses plaies… Elle se redressa, faisant tomber le vêtement qu’elle portait sur ses cuisses. Sa main se porta alors automatiquement à la plaie abdominale et elle constata rapidement qu’elle avait arrêté de saigner, même mieux une fine croûte encore toute fragile s’était déjà formée sur le dessus. Idem pour l’autre. Quant aux plus superficielles, elles avaient complètement disparu. Parfait. Elle n’aimait pas être aussi vulnérable, comme en cet instant. Elle ignorait totalement où elle était, elle ne savait même pas si c’était bien l’appartement de monsieur regard océan ou s’il l’avait laissé dans cette ruelle et que quelqu’un d’autre l’avait ensuite trouvé. Elle n’aimait pas ça du tout.

Elle enfila le veston avec lequel l’avait entouré l’inconnu. Il couvrait l’essentiel, arrivant tout juste à mi-cuisses mais l’heure n’était pas vraiment à faire la difficile. Elle sentait l’odeur de cet homme qui émanait de ce vêtement et s’imprégnait déjà contre elle, sur sa peau. Son contact était froid, humide et glaciale même, lui provoquant encore davantage de frissons alors qu’elle était déjà gelée jusqu’à la moelle. Il faut dire qu’elle était trempée jusqu’aux os, les cheveux dégoulinant et collés par le sang séché sur son visage. Elle les repoussa négligemment d’une main.

A présent assise, elle resta calme, posée, encore affaiblie par ce qui s’était passé ce soir. Ca ne servait à rien de s’agiter de toute façon mais plutôt de réfléchir. Son regard vagabonda alors dans la pièce à la recherche de n’importe quel indice qui pourrait la situer. Il faisait toujours sombre à l’extérieur, et l’horloge lui donna une approximation sur le temps qu’elle avait passé inconsciente. (Pas si long que ça finalement mais bien trop selon elle !) Puis elle s’arrêta sur une photo posée sur un des meubles et reconnut monsieur yeux océan dessus. Du moins, par rapport au souvenir qu’elle en avait, un peu flou soi-disant passant. Ok, il l’avait donc ramené chez lui. Trop aimable. Elle fut interrompu par les bruits qu’elle entendait depuis tout à l’heure qui semblaient se rapprocher. Il arrivait. Elle se leva . Ses blessures, le sang perdu, la transformation, la cicatrisation… Elle n’avait plus aucune énergie en réserve et elle le sentait. Elle était faible.

Elle croisa son regard, avant de jeter un œil sur ce qu’il avait dans les mains puis de l’observer à nouveau, un sourcil arqué. Il devait encore se demander qu’est-ce-qui s’était passé pour qu’elle soit dans cet état, il faut dire que le sang séché barbouillant une bonne partie de son corps et de son visage ne devaient certainement pas aider. « Quoi ? » Il s’attendait sans doute à des remerciements…elle aurait dû lui en fournir non ? Non… Elle s’approcha tranquillement de lui, le détaillant de la tête aux pieds sans aucune gêne, jusqu’à prêter un peu plus d’attention à ce qu’il avait dans les mains : des bandages et pansements en quantité mais inutiles à présent, une couverture… Elle releva son regard vers lui, esquissant un léger sourire au coin de ses lèvres. « Tu peux remballer tout ça, tu ne joueras pas au docteur ce soir… » Elle continua de le fixer tout proche de lui et ne put s’empêcher de se demander pourquoi il ne l’avait pas juste amené à l’hôpital. Il ne la connaissait pas et il la ramenait chez lui, non mais qu’est-ce-qui tournait pas rond chez lui ? « Tu sais que c’est vraiment stupide de ramener une fille trouvée dans la rue bien amochée chez soi hein?… » Elle fit un pas en arrière avant de lui tourner le dos pour se rendre près de la fenêtre. Il flottait toujours autant, merde !


© MADE BY SEAWOLF.


905 mots. Post 3
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: Friday Bloody Friday [Axel]   Mar 4 Oct - 3:06


Mais oui Axel. C'est une bonne idée de conduire une parfaite inconnue en sang chez toi sans te poser davantage de question. C'est d'une intelligence remarquable, il n'y a vraiment pas à dire. Un plan parfait sans la moindre lacune à combler. Ce n'est pas comme si elle pouvait se taper une infection ou quelque chose dans le genre. Ce n'est pas non plus comme si elle avait des blessures graves nécessitant des soins immédiats par une personne qualifiée pour le faire. Forcément ça ne t'a pas traversé l'esprit tout ça. C'était bien plus logique de souiller ton canapé de sang qui ne t'appartient pas pour une fois sous prétexte que la miss ne voulait pas se faire conduire à l'hôpital. Ce que je peux être con c'est ridicule. Heureusement que je suis allé acheter quelques trucs lorsque je me suis fait éclater le nez sur mon bureau de travail par l'autre psychopathe parce que je ne sais pas même avec quoi j'aurais essayé de la soigner un minimum. À l'ancienne avec un peu d'alcool fort et des morceaux de tissu sans doute. De quoi améliorer ses chances de survie. Je vais vraiment me foutre dans un bordel monstrueux si elle décide de mourir dans mon salon. Non, désolé monsieur l'agent, je n'ai pas cru raisonnable de la conduire à l'hôpital. Oh oui je sais bien qu'il y a un cadavre chez moi et que je suis couvert de sang parce que je l'ai trimballé sur mon épaule. Je sais que je passe sans peine pour un meurtrier en ce moment... On va espérer ne pas en arriver-là. Alors je farfouille un moment avant de finalement mettre la main sur quelques pansements et une couverture pour ensuite retourner près d'elle et... et elle était debout comme si de rien n'était...

À tête reposée, enfin façon de parler, et à la lumière il était beaucoup plus facile de voir la quantité impressionnante, disons-le, de sang qui couvrait sa peau. Pourtant elle se tenait-là, bien droite, m'observant et me demandant 'quoi?'. Quoi? Sérieusement? Quoi à son avis!? Elle est couverte de sang, était encore dans les pommes il y a à peine quelques minutes et a littéralement perdu conscience avant de me demander de ne pas la conduire là où on pourrait la soigner comme il se doit. Elle me demande quoi. Elle est drôle celle-là. Je n'y comprends tout simplement rien. Je ne comprends pas pourquoi elle n'est pas à l'agonie sur le canapé et préfère s'avancer vers moi en me dévorant visiblement du regard pour me lancer une phrase... médicale... qui peut assurément être interprété de plus d'une façon. C'est une nouvelle arnaque c'est ça? La jeune femme en détresse qui se transforme en psychopathe une fois que sa proie a pris soin de la conduire à l'abri des regards? Une nouvelle technique de drague? C'est ridicule tout ça. Je m'y perds. Je n'y comprends rien. Ce n'est pas faute d'essayer, mais ma cervelle a décidé de baisser les bras, de ne pas chercher plus loin une explication que je ne trouverai visiblement pas.

« Je me suis dit que c'était peut-être tes dernières volontés avant de rendre l'âme et je n'avais pas envie de me damner le cul en l'enfer pour si peu. »

Parfois il vaut mieux en rire qu'en pleurer. J'ai soupiré et balancé tout ce que j'avais dans les mains sur le canapé avant de me frotter le visage de découragement. Merci de valider ma stupidité l'inconnue. Une inconnue dont la tenue signée improvisation 101 laissait bien peu de place à l'imagination il faut l'avouer. Le beau crétin que je fais.

« Et j'imagine qu'il y a une explication parfaitement logique à la situation actuelle? Je trouve une fille nue en sang dans la rue qui ne veut pas aller à l'hôpital même si elle baigne dans le sang et que sa tête la fou dans les vapes, je m'absente 30 secondes et je reviens pour trouver une fille couverte de sang, mais qui se porte visiblement à merveille... C'est un petit jeu malsain pour voir quel poisson va mordre à l'hameçon? Le gros chien est de la partie? C'est du faux sang et je passe pour le roi des cons c'est ça? Aller... tu veux quoi? De l'argent? »

Ça me dépite toute cette merde... Tout autant que ma chemise blanche qui ne l'est plus vraiment et que j'observe avec un peu plus de découragement en attendant de savoir ce qu'elle va me sortir pour expliquer la situation actuelle parce que ça m'intéresse de savoir dans quel bordel je suis tombé cette fois, quelle merde je vais pouvoir ajouter à mon tableau pour le mois.

842 mots - post 4
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Friday Bloody Friday [Axel]   

 
Friday Bloody Friday [Axel]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)
» Friday Night Smackdown - 24 février 2012 (Carte)
» Friday Night Smackdown - 27 Avril 2012 (Résultats)
» Friday Night Smackdown - 11 Mai 2012 (Résultats)
» Friday Night Smackdown - 18 Mai 2012 (Carte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: