Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 (Léarian) On n'a beaucoup plus en commun qu'on peu bien le croire.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
InvitéInvité
Sujet: (Léarian) On n'a beaucoup plus en commun qu'on peu bien le croire.    Mar 6 Sep - 22:26



On n'a beaucoup plus en commun qu'on peu bien le croire.
feat. Florian Starkweather
Au départ, je croyais que ce n’était qu’une pure erreur d’odorat. En fait, non j’espérais simplement que ce n’était que mon nez qui me jouait des tours pour être exacte. Avec tous ces nouvelles odeurs, toutes ces sensations, j’avais tellement les sens surs développés que je devais simplement arrivé à canalisé le tout, mais ce n’était pas chose facile. À mon réveil la veille dans le lit de mon frère je constatais qu’il s’était assoupi, dormant aussi innocemment qu’un petit bébé. Je le regardais un moment et me décolla de ce dernier. C’est en enfonçant mon nez une dernière fois dans le lit que je sentis une nouvelle fois ce parfum... Pourtant je suis persuadé d’avoir déjà senti ça, cette odeur de fond qui me rappelle vaguement une personne. Certainement un mec, car les filles s’entent plus douce ou alors c’est moi... Pourtant Gabriel n’a jamais senti ça, n’a jamais paru avoir ce parfum et pourtant je reconnaîtrais son odeur parmi une foule. C’est en asseyant au bord du lit que je glissais ma main dans mes cheveux pour amener mes boucles sur le côté. Je tournais ma tête sur le côté voyant mon jumeau bougé dans son sommeil et je me mis à me licher les lèvres en voyant ces fesses. Bordel, cette partie de jambe en l’air ne m’avait jamais semblé aussi intense et je devais dire merci à mon nouveau côté... Bon je baise qui maintenant?!

Je vins pour enfiler mes vêtements, mais pas la peine de dire que ces derniers étaient bons que pour une chose... la poubelle. J’attrapais un chandail à Gabriel et enfila ma culotte pour ensuite sortir de la sorte. Vous imaginez la nana sortir de chez son jumeau à peine habillé pour se rendre chez elle? Je ne vous parle pas des coups de chaleur que j’ai ressentis alors que j’essayais de ne pas me faire choper...  Qui disait que les vampires étaient sans émotion? Pourtant j’aurais bien pu resté auprès de Gabriel, mais disons que nos chers parents chéris auraient trouvé ça limite étrange de ne pas revoir leur fille chérie au manoir alors que le matin est sur le point de se levé. Vous imaginez s’ils arrivent dans la chambre?! Coucou maman! Ouin ba on baise ensemble depuis déjà un certain temps. Une chance que je ne suis pas tombée enceinte quand même hein! T’imagines les réunions de famille?... Non peu pour moi. Déjà que notre famille à ces petits côtés spéciaux et que la plupart son cliniquement mort, je crois qu’on leur aurait donné une crise de morte. Ouin ba ils ont pu de battement de coeur vous avez oublié?! Bref, je me changeais rapidement et j’attendrais certainement le soleil tombé pour approfondir mon enquête sur cette fameuse odeur... Quoique j’ai sûrement déjà une idée sur l’identité...

''Léa... '' C’est en me mordant les lèvres que je terminais mon travail de cochon et laissa tombé le corps sans vie de ma victime. Amenant mon couteau à ma bouche, je lichai le sang sur cette lame et figea comme une petite gamine venant tout juste de se faire prendre la main dans le sac avec un bonbon. '' Ba quoi?! '' Shawn serra des dents et roula des yeux alors je me remis à licher la lame brillante de nouveau. '' Avoue que ça te donne des idées pas vrai?!'' Dis-je d’un sourire amusé et aguicheur alors qu’il me lança son bâton que je rattrapais sans mal. Je roula des yeux, retirant mon couteau et l’enfermant dans son étui '' Hooo on peu plus rire c’est ça!'' Shawn me lançait son regard impatient, mais surtout d’un bleu si intense que j’en fondis presque aussitôt. J’ai toujours la manière de terminé les scènes et que voulez-vous, le sang ne me fait pas peur, encore moins depuis ma métamorphose. Il me montra sa main pour m’aider à sortir de ma scène de crime. Je la pris avec gentillesse et enfonça mon talon dans les parties génitales du mec et d’une expression étonner je dis '' Oup, désoler pour t’avoir castré mon petit, mais d’après moi ça ne fera pas grande différence. '' Il soupira et je mis même à faire un sourire en coin sous ma connerie. Je souris de plus belle et ajouta '' Enfin ce beau sourire... '' dis-je de façon plus délicate cette fois. Il me regardait alors que je fis les derniers pas et laissait entendre un... '' Allé on va entré... ''

Je ne pus m’empêcher de retourner chez Gabriel. C’était plus fort que moi, ma curiosité me poussait au bout pour en savoir l’identité de cette personne qui fréquentait mon frère. Quoique bon... Tous ont droit de se traîner avec lui, mais étrangement, ce n’était pas une odeur légère, temporaire, mais plutôt attaché au tissu de son lit. Avec mon côté légèrement possessif, je devais savoir. Le noir m’allait à ravis et encore plus quand la lune prenait place autour de nous. Je marchais jusqu’à la porte principale et je me glissais contre le mur pour peut-être entendre la moindre chose... '' Vien petit canard, montre-moi tes belles plumes... ''


863 mots - post 1



© MADE BY SEAWOLF.
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (Léarian) On n'a beaucoup plus en commun qu'on peu bien le croire.    Mer 7 Sep - 12:54


Léa & Florian
On a beaucoup plus en commun qu'on peut bien le croire
Un léger coup dans le ventre me fit ouvrir les yeux. Avant que je n’aie pu me raidir en préparation d’un éventuel danger, je reconnus le décor, la chambre de Gabriel. Avec un léger grognement je me décalai un peu de mon parabatai, l’auteur involontaire de mon réveil. Je jetai un coup d’œil par la fenêtre et je me rendis compte que la nuit était tombée, et ce depuis un moment puisqu’il ne restait plus aucun signe du soleil. Finalement ce réveil forcé n’était pas une mauvaise chose, puisqu’il était temps que j’y aille. Ne serait-ce parce que la famille Osborn avait une drôle de conception de l’intimité et que n’importe membre de la famille de Gab était susceptible d’entrer à l’improviste. Et comme ils étaient majoritairement vampires, il y avait peu de chance qu’ils croient en une excuse minable du genre « Nan mais on était tous les deux fatigués et il faisait chaud alors on s’est endormi à poil dans le même lit. » Et franchement, tant que je ne savais pas exactement pourquoi le genre d’intimité que nous partagions Gabriel et moi était interdit entre parabatai, je préférais ne pas à avoir à répondre à des questions embarrassantes.

Glissant une main très légèrement sur son corps – je ne voulais pas le réveiller, il me demanderait un autre round, et je n’étais pas capable de lui dire non, ce qui ne serait pas raisonnable – je vérifiai qu’il ne restait plus de trace de ses blessures. Satisfait de trouver une peau parfaitement lisse – et douce et ferme, c’était vraiment dur de ne pas approfondir cette caresse, mais j’étais censé être l’homme de conscience de notre duo – je retirai ma main, et me tortillai doucement hors du lit. Je récupérai mes affaires éparpillées dans la pièce – Gab et sa manie de tout balancer – et je partis en direction de la douche. Une chance que mon frère d’arme fût fatigué – nos activités de la nuit n’y étant pas pour rien – car ma douche rapide ne le réveilla pas. Après avoir enfilé mes vêtements, je jetai un coup d’œil à mon portable. Plusieurs SMS et appels en absence. Heureusement que j’avais pris ma journée, n’est-ce pas ?

Même s’il n’était plus blessé, je refusais de priver Gabriel de sommeil et je décidai donc de partir pour répondre à mes messages. Réussissant à dégoter un morceau de papier et un stylo dans le bordel environnant – j’allais devoir forcer Gab à ranger sa chambre d’une façon ou d’une autre – et lui laissai un mot expliquant que j’avais dû partir, et qu’il avait qu’à m’appeler s’il avait besoin d’un truc. Je coinçai le mot sous un twix que je posai sur la table de chevet – pas moyen qu’il le loupe de cette manière. Je me retins d’aller l’embrasser – je n’étais pas prêt de filer autrement – et sortis de chez lui. Je m’arrêtai sur le seuil pour déterminer à qui j’allais répondre en premier, faisant le tri parmi mes messages.

Soudain une impression étrange me mit en alerte. Mes sens de chasseur d’ombre en alerte, je rangeai mon portable et mes muscles se tendirent, alors que je me mis à la recherche de ce qui m’avait mis dans cet état. Depuis des années maintenant, j’avais appris à me fier à mon instinct quand il me soufflait que quelque chose n’allait pas. C’était l’arme la plus utile d’un chasseur d’ombre. Et en l’occurrence, j’étais quasiment sûr qu’on m’observait. Je jetai un coup d’œil autour de moi, une main prête à se glissai vers ma botte où se cacher une lame, j’observais attentivement chaque ombre, chaque recoin de la rue.

Brusquement je vis un mouvement derrière moi près du mur, et je sortis aussitôt la lame, la pointant vers la forme menaçante, bien ancré sur mes pieds. Contrairement à Gabriel qui se jetai sur les dangers sans réfléchir, je préférais attendre de savoir ce contre quoi je me battais avant de me jeter dans la bataille. Finalement la lumière de la lune me permit de deviner une silhouette féminine. Enfin, je reconnus la personne en face de moi : la jumelle de mon parabatai. Voilà qui était étonnant. Pourquoi se cachait-elle de la sorte ? Ce n’était pas son genre, aussi impulsive que l’était Gabriel. Si elle avait voulu aller voir son frère, elle serait directement rentrée à l’intérieur.
Surtout, la question que je me posai était : se doutait-elle de ce que nous avions fait Gabriel et moi ? Enfin ce n’était pas la bonne question. Ses sens de vampire l’avaient sans doute déjà avertie de nos activités récentes et illicites. Encore qu’elle était mal placé pour parler, se taper son frère jumeau – aussi chaud soit-il – était loin d’être moral. Du coup, ce qui m’intéresser vraiment de savoir, c’était comment allait-elle réagir, et qu’allait-elle donc faire ? Doucement, baissant quelque peu mon arme – pas trop, sait-on jamais – je l’appelai doucement :

« Léa ? »


Post 2
818 mots -24h
avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: (Léarian) On n'a beaucoup plus en commun qu'on peu bien le croire.    Ven 9 Sep - 2:31



On n'a beaucoup plus en commun qu'on peu bien le croire.
feat. Florian Starkweather
Florian... Il est ce petit garçon qui est entré dans la vie de mon frère de façon qui m’a toujours déranger. Il a eu cette importance dans sa vie qui me déplaisait comme si ma place était en danger alors que Gabriel m’a toujours dit et prouvé le contraire. Pas qu’il est méchant, aucunement, mais disons que... je suis de nature possessive ce qui est pas très surprenant en voyant mon jumeau. Menacé?! Non je ne crois pas! C’est étrange en fait. Quand je le vois, je le trouve attachant, il est évidement mignon et ça on ne peut se le mentir soyons franc, mais quand il est près de Gabriel, j’ai comme ce petit dérangement au creux de moi. J’ai l’envie de lui faire avaler son regard qui se pose sur lui et peut-être l’étrangler en entendant son rire. Voilà mon point de vue de quand j’étais plus jeune - sympa la gosse pas vraie?! Je viens bien des Osborn ça c’est claire!- aujourd’hui j’ai qu’une corde sensible à son sujet... Pourquoi il m’a pris ma place? Je devais être le parabatail de mon frère, toute notre enfance à été basé sur ça et même nos parents étaient convaincus, mais non! Il a pris ma foutue place! J’ai encore cette petite larme au coeur et disons que je suis peut-être un peu loin de lui pardonné, mais bon... Ok c’est bon, il n’a pas choisi pour Gabriel, mais j’ai tellement cette tête de mule que j’ai cette réticence envers lui.

J’ai toujours été de nature imprévisible tout comme pouvait l’être mon jumeau aîné. Autant je me sentais comme une invitée partout, croyant que tout m’était dû sans me poser la moindre question, autant je pouvais faire tout le contraire le lendemain. Je pouvais autant prendre de place d’une façon à taper sur la tête des autres pour qu’il me laisse faire ce que je voulais, tant je pouvais me montrer calme et discrète comme une souris... Ça faisait sans doute partie de mes capacités à être imprévisible ou j’étais peut-être simplement bipolaire qui sait! Je suis une personne difficile à cerné de tous les côtés et c’est as aujourd’hui que ça va changer. Quand on croit que je vais faire un truc, je surprends même ceux qui me connaissent le plus alors imaginé des gens qui me connaissent que peu...

Je pouvais le sentir se rapprocher... Je pouvais sentir soudainement son coeur faire un bond de plus. Peut-être que son super instinct venait de le prévenir de quelque chose ou quelqu’un... Bordel, laissons passé l’élément de surprise! Dommage j’aurais bien aimé j’attraper par derrière avec mon couteau ou autre! Vous imagineriez sa surprise?! Ça aurait été à se rouler par terre quand même. Bref! Alors que je vois Florian sortir de la demeure de mon oncle, je me concentre sur son odeur et sérieusement... C’est en plein l’odeur que je soupçonnais... BORDEL DE MERDE, JE LE SAVAIS! Et le connard il sent encore Gabriel sur lui. Je serre des dents aussitôt me demandant si je dois me contenir ou alors me laisser allé. Bien évidemment, je sais qu’il est habitué avec mon frère donc bon, faire une scène risque de plus le mené dans une situation déjà connue. Relaxe Léana, ce n’est pas un touriste là, mais un soldat entraîné comme toi. Je prends une grande inspiration et sous sa réaction, je sors doucement de l’ombre amusée par son côté alerte. Je laisse passé un rire limite cynique et qui cache un certain fond en faite. Alors que l’éclairage de la lune atteignit la peau blanchâtre de mon visage ce dernier semblait limite rassuré moins sur ces gardes. Après qu’il est dit mon prénom, je dis d’une voix amusée '' Dit moi Florian... Tu as déballé ton autre épée de la même manière à mon frère ou sais juste pour moi? '' Eu oui... C’était plus fort que moi! La perche était si longue que j’ai sauté dedans à pieds joints! Moi et les piques! J’adore atteindre les gens et d’après moi je ne suis pas la seule... Si ce n’est que de jouer avec ceux-ci c’est des choses du genre que je fais.

Je m’approchais de lui avec ce petit sourire en coin qui peut être limite agaçant, mon visage liste comme si aucun sentiment mise à par l’amusement se présenta. Je croisai les bras et cessa le pas une fois à une bonne distance. Je le regardais de haut en bas et fini par posé mon regard sur son âme alors que je semblais dire de le ranger que ça ne servait strictement à rien. '' Voyons Flo... Ce n’est pas parce que je suis vampire que je mords tout ce qui bouge quand même... Je suis respectable, je surveille mes repas tout de même.''
Je ne savais pas comment me sentir... J’avais un million de sentiments qui m’habitait en même temps et je ne savais pas sur quelle je devais me focaliser. Ma colère était évidement présente, mais le pire c’était ce sentiment de jalousie qui enflammait, entraînaient les autres. Mais... malgré mes pulsions qui me hurlait de lui faire regretter son geste, je me contenais... Pas pour moi, non, mais pour mon frère. Je me mis à pincer mes lèvres et prit une expression neutre, qui laissait place à un doute extrême venant de moi-même. '' Tu sais... '' Dis-je en retirant le croisement de mes bras. '' Au départ j’ai senti ton odeur hier... '' Je lui lançais un regard, supportant le sien tout en avançant d’un pas. ''J’ai eu le doute, parce que bon...Je suis nouvelle dans tout ça et tout, puis... J’ai creusé un peu... '' Je laissais plané une certaine attente et dit tout en ignorant ce que Gabriel aurait pu lui dire à notre propre sujet. '' Puis je me suis dit que par un heureux hasard si cette odeur pouvait provenir de toi. '' Mon sourire se dessina de nouveau au creux de mes lèvres. '' J’ai quand même un instinct féminin à rude épreuve quand pense-tu? Presque aussi violent que ma soif de tuer non?'' Une menace? Non aucunement. Même si ça semblait l’être je lui dis doucement '' Tant fais pas... Si je te tuais, Gabriel risquerait de pas trop d'apprécier'' Je montrais un visage grave et souffla pour amplifier mon côté expressive. '' Surprenant je sais, mais t’imagine ce que ça donnerait... Ça ne serait pas du tout joli quand même...''



1093 mots - post 3



© MADE BY SEAWOLF.
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: (Léarian) On n'a beaucoup plus en commun qu'on peu bien le croire.    

 
(Léarian) On n'a beaucoup plus en commun qu'on peu bien le croire.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Calypso || Aime la vie, même si elle te réclame beaucoup d'effort ♥
» Ylo: grain de folie, un peu , beaucoup... passionément...bien casse cou
» "Je t'apprécie beaucoup tu sais...."(with EMY!)
» "J'ai beaucoup entendu parler de vous." [Seth]
» "J'aime beaucoup ce que vous faites"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: