Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 This boy is mine… [feat Toi, toi mon toi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOAurora Montgomery

Let's go take a howl at that moon!
☾ Werewolf Girl

Je suis à Chicago depuis le : 30/08/2016 et j'ai déjà payé : 66 factures et gagné : 121 gains. Il paraît que : Kitkat Hot McNamara est mon double. Schizo je joue aussi : que moi ça me suffit! On m'appelle : Emeline et pour mon profil je remercie : sparkle & Tumblr

Je suis : ex-fiancée à Gabriel Osborn
Sujet: This boy is mine… [feat Toi, toi mon toi]   Jeu 1 Sep - 0:16



Toi, toi, mon toi…
feat. Auroriel


Elle arriva devant la baraque de Gabriel de mauvaise humeur.  Ne pouvait-il donc pas décrocher son pu**in de téléphone ? S’appuyant contre l’encadrement de la porte, elle attendit, elle attendit avant de finalement glisser son mobile dans la poche arrière de son jean après être de nouveau tombé sur sa messagerie. Il fallait qu’elle se calme, où était donc passé la jeune femme calme et sage d’autrefois ? Il lui arrivait de ne plus se reconnaître, oscillant entre la louve et l’être humain, soumise à ses humeurs, à ses émotions. Elle était incontrôlable et elle en avait bien conscience. Cette louve qui cohabitait avec elle, ne cherchait qu’à sortir. Aurora avait besoin de divertissement, de penser à autre chose. La solution Gabriel était apparue tout naturellement dans son esprit, son sourire taquin, ses mains si douces et fortes à la fois…

Alors qu’elle allait repartir deçue qu’il soit aux abonnés absents, des bruits attirèrent son attention. Elle fronça les sourcils, y prêtant davantage d’attentions, son ouïe de louve surdéveloppée, lui permettant d’entendre ce qui était en train de se passer dans cette foutue baraque. Des gémissements, des murmures de femme… Sa poitrine sembla soudain comme prise dans un étau alors que les battements de son cœur se mirent à résonner dans sa tête. Ca lui faisait mal, ça la mettait dans une colère noire. Elle devait se calmer, c’est ce que Jazz s’évertuait à lui apprendre à tant qu’Alpha. Comme si c’était chose aisée, surtout en cet instant, alors que tout son être hurlé à l’intérieur…Tout était une question de contrôle, elle devait respirer, se forcer à prendre une profonde respiration et…et…

La porte d’entrée s’ouvrit à la volée et la tornade rousse pénétra dans la pièce, guidée par son ouïe, par la rage qui prenait soudain possession d’elle. Elle gravit les escaliers pour parvenir à sa chambre et il était bien là oui, une blondasse collée contre lui à gémir à son oreille. Aurora vit rouge. Même noir pour dire vrai. « Trois putain de quart d’heure que j’essaye de t’appeler tout ça pour…ça » Son regard  daigna à peine se poser sur la jeune femme à ses côtés. Elle aurait été tout sauf raisonnable si elle l’avait fait plus longtemps. C’était une drôle d’entrée en matière et pourtant Aurora savait parfaitement annoncer sa présence. Evidemment elle aurait pu être plus délicate, elle qui autrefois maniait si bien les mots… mais elle n’était pas d’humeur, pas quand ce terrible, agaçant, énervant, canon, terriblement attirant…

« Non mais ça va pas c’est qui celle-là ?!! »  La blonde était outrée, cachant son corps du mieux qu’elle le pouvait avec le drap. Aurora reporta son attention sur elle. Oh franchement pour ce qu’il y avait à voir… il n’y avait pas grand chose à cacher. S’approchant d’elle, les yeux brillants et menaçants, elle sembla presque oublier la présence de Gabriel durant un instant… ou alors peut-être faisait-elle exprès d’ignorer ce crétin. Il n’était pas sien, elle le savait, mais il ne serait certainement pas à l’autre non plus. Jamais. Aurora l’aurait mis en pièce bien avant. « Celle là hein ? » Sa voix était plus rauque, et au fond d’elle, elle sentait le loup trépigner, cherchant à se manifester, grattant son estomac, son esprit, la bousculant pour pouvoir prendre le relai. Du contrôle, du contrôle…

D’un mouvement vif, elle attrapa les longs cheveux de la demoiselle et tout en y tirant dessus, marcha en direction de la porte, ne pouvant que l’obliger à la suivre si elle tenait un tant soit peu à ses extensions alors qu’elle poussait des hurlements d’hystérique sur son sillage. Aurora se maitrisait, il ne fallait pas croire. Si ce n’était pas le cas, elle l’aurait déjà déchiqueté sur ce matelas mais elle contrôlait ses pulsions animales. Les leçons de Jazz payaient finalement, il lui suffisait juste de faire sortir celle qui lui provoquait cet état d’énervement. Une fois arrivées à la porte, elle la poussa sans ménagement, encore nue comme un ver sur le pas de la porte. La jeune femme continuait à beugler sur la louve « Oui c’est ça, le bonjour chez toi ! » Elle lui claqua la porte au nez, s’appuyant ensuite contre. Bordel que ça faisait du bien ! Quand,elle releva le regard, elle croisa alors celui de Gabriel.

© MADE BY SEAWOLF.

719 mots


Dernière édition par Aurora Montgomery le Jeu 8 Sep - 21:26, édité 4 fois

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
48/77  (48/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGabriel P. Osborn
Parabataï and more

Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort

Je suis à Chicago depuis le : 21/08/2016 et j'ai déjà payé : 250 factures et gagné : 1140 gains. Il paraît que : Nathaniel Buzolic On m'appelle : spf et pour mon profil je remercie : Amiante et Hunt

Je suis : Fiancé à Aurora Montgomery, amoureux de mon parabatai Florian.
☯️ My Twin

Parce que tu es mon double, ma vie, mon tout. Pour toi je donnerais mon âme, je brûlerais cette terre. Oui, pour toi je tomberais sans remords, parce que ton coeur et le miens ne font qu'un. Deux êtres, une âme, un frisson à l'unisson.
My complication.

Tu es cette drogue qui me fait tomber, tu es cette femme qui me fait vibrer. Je me perds dans cette sensation étrange. Non, je ne le souhaites pas. Laisses-moi me détourner de l'aurore, laisses-moi m'échapper de ton regard. Plier n'est pas une option, pas pour toi, encore moins pour moi. Pars, va-t-en, abandonnes-moi, laisses-moi avant qu'on n'en crève mutuellement.
Sujet: Re: This boy is mine… [feat Toi, toi mon toi]   Jeu 1 Sep - 8:48



Toi, toi, mon doux,mon roiiiii
feat. Auroriel
J’étais censé ne boire qu’un verre avec les Obscurs de ma fratrie. Donc ; Eve – Marie – Adaïde et Adam, les autres étant des vampires, inutiles de dire qu’ils n’avaient pas besoin de boire de l’alcool. Puis, Joshua était en mission pour le Nouvel Ordre, Léa, elle, apprenait encore à se contrôler face à sa soif de sang. Sauf que voilà, avec moi il y a toujours un mais. Au lieu de rester sagement au bar à picoler, j’en avais profiter pour envoyer quelques messages à des « amies » pour finir par en ramener une chez moi. Il faut bien finir la soirée en beauté non ? Le truc que je n’avais absolument pas prévu, c’est que la conne s’endorme près de moi et surtout, que je la laisse faire tellement j’étais crevé. Logiquement, elle aurait dû détaler toute seule une fois terminé. Mais non, les femmes c’est pire qu’une glue, ça colle et ça colle…De ce fait, je m’étais réveillé avec la net impression de ne pas être seul dans mon pieux. Au départ je pensais y trouver Florian, sauf que non, très vite je compris que ce n’était pas lui. Le lien qui m’unissait à mon parabatai n’était pas présent, justement, ça formait un certain manque en moi. Vu l’heure matinale, ça ne pouvait pas être Léa non plus et la couleur des cheveux n’indiquait pas non plus qu’Aurora était l’inconnue. Les trois seules personnes autorisées à passer la nuit chez moi et ce n’était aucune des trois. Clignant plusieurs fois des yeux, j’observe la jeune blonde se réveiller pour venir se coller à moi. Bon, j’allais devoir faire avec encore une petite heure, voire deux, histoire de bien me réveiller puis je la foutrais à la porte. Puis, elle est là, autant disposer d’elle non ? Elle n’est pas vilaine. Ce n’est pas un canon, j’en ai déjà ramené des bien plus jolies, mais l’alcool ne m’avait pas aidé à faire un choix convenable. Elle était, disons-le crument, baisable mais sans plus.

Elle engage la discussion et ris comme une poule, alors que je lâche une simple connerie. Trop facile… cherchant mon portable du bout des doigts, je finis par remarquer que celui-ci n’a plus de batterie. Je devrais peut-être le recharger non ? Ouai, bon, j’ai vraiment la flemme de me lever là, j’ai d’autres préoccupations en tête, ou dans le slip, à vous de choisir. Alors que je m’approchais de la blonde, un bruit de porte résonne en bas, sans grande délicatesse d’ailleurs. Tiens donc, j’ai de la visite…ça allait m’empêcher de continuer ? Non, bien sûr que non. « Trois putain de quart d’heure que j’essaye de t’appeler tout ça pour…ça » Je soupire en tournant doucement la tête vers la tornade rousse qui venait de faire éruption chez moi. Aurora Montgomery, louve depuis trois mois à qui j’avais sauvé les jolies fesses. « Relaxe ma belle, respire. » Je souris avec amusement certain alors que la blonde s’écrie déjà tout en cachant son corps avec les couvertures. Heureusement je ne suis pas nu, enfin, j’ai un boxer ce qui en soit est franchement rare ! Je hausse les sourcils d’un air calme et attentif, sur mes gardes face à cette jeune louve foutrement sexy et surtout impulsive. « Celle-là hein ? » « Ouuuuuuu, ma belle tu n’aurais pas dû dire ça. » Secouant la tête d’un air désespéré, je vois déjà Aurora se ruer sur la blondinette. J’allais devoir m’interposer ? Mais vous êtes fous ! C’est genre le pied d’assister à cette scène matinale, mieux qu’un combat de catch féminin dans une arène pleine de boue ! Puis, Aurora est très mignonne quand son visage est déformé par la colère. D’ailleurs, pourquoi elle râle celle-là ?

« Aurora, fais attention au tapis ! » J’avais crié ses mots alors qu’elle traînait la pauvre fille en dehors de la pièce, la tirant par les cheveux. Une fois hors de mon champ de vision je lève les yeux au ciel, enfilant rapidement un haut et un training, je sors de mon lit avec un calme déconcertant. Je n’aime pas être brutalisé dès le matin, surtout quand je n’ai pas eu ma dose de Twix et café matinal. Descendant les escaliers, je peux assister juste à temps au refermage de porte. Les bras croisés sur la deuxième marche de mes escaliers, je croise le regard de la rouquine. Je ne souriais pas, je semblais plus désespéré qu’autre chose. « C’est bon tu te sens mieux ? Non mais parce que tu viens juste de me réveiller en fanfare là. Les louves, toutes les mêmes… » Je passe devant elle pour aller dans ma cuisine, tout en ajoutant. « Bon, il me faut ma dose de caféine avant que tu ne continues à me sermonner. Puis, pourquoi tu voulais me parler ? Je dis ça, mais mes parents habitent juste à côté et se sont des vampires…mon frère et Léa aussi d’ailleurs…donc évite de faire trop de vagues tu serais gentille. » Oui, c’est bien connu, les vampires et les loups ne se supportent pas spécialement. C’est instinctif. Allumant la machine à café, j’ai un petit sourire en coin en repensant à la scène qui venait de se dérouler. Cette fille avait le don de me surprendre, puis, elle pouvait foutre autant de filles dehors si elle le souhaitait. Comparer à elle, elles n’avaient pas grande importance.


902 mots - post 2 - 24h


© MADE BY SEAWOLF.

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOAurora Montgomery

Let's go take a howl at that moon!
☾ Werewolf Girl

Je suis à Chicago depuis le : 30/08/2016 et j'ai déjà payé : 66 factures et gagné : 121 gains. Il paraît que : Kitkat Hot McNamara est mon double. Schizo je joue aussi : que moi ça me suffit! On m'appelle : Emeline et pour mon profil je remercie : sparkle & Tumblr

Je suis : ex-fiancée à Gabriel Osborn
Sujet: Re: This boy is mine… [feat Toi, toi mon toi]   Lun 5 Sep - 21:48



Toi, toi, mon toi…
feat. Auroriel

La voix de Gabriel lui paraissait un lointain murmure alors qu’elle mettait à la porte cette jeune femme qui avait osé passer la nuit avec lui.  Rien que le fait d’imaginer leurs corps glisser l’un contre l’autre, ses mains longer des courbes autres que les siennes, ses lèvres effleurant la peau d’une autre… Les images envahissaient ses pensées alors que ses poings se serraient, ses ongles entrant dans ses propres paumes les entaillant. Jalousie quand tu nous tiens…

Elle était blessée, bien qu’au fond, elle savait que ça arriverait et ceci en permanence. Gabriel n’était pas l’homme d’une femme c’était un fait et elle, au plus profond de son âme le voulait pour elle seule. Elle lui en voulait pour ça, parce qu’il l’avait pris dans ses filets et qu’elle était en train de réellement s’attacher à lui. Mais il était clair que ce n’était pas réciproque.  Elle avait bien essayé de se sortir le jeune homme de la tête mais elle était irrésistiblement attirée par lui, par cette espèce d’aura si caractéristique qu’il dégageait. Il hantait ses pensées, véritable obsession qu’elle avait dans la peau. Pourtant on ne cessait de la prévenir qu’il était dangereux mais étrangement ça ne faisait que l’inciter davantage à aller vers lui. Les filles aimaient les hommes dangereux c’était bien connu, c’était étrangement excitant. Gabriel Osborn représentait la dangerosité à l’état pur : puissant, fort, violent, sanguinaire… Tout ce qu’elle n’avait jamais été, elle, la jeune femme calme, patiente, raisonnable. Jusqu’à il y a trois mois. Jusqu’à ce qu’elle soit mordue. La louve impulsive, violente, avide de chair et de sang pouvait alors se manifester, incontrôlable, ne faisant que révéler cette douce noirceur refoulée au plus profond d’elle-même… Peut-être était-ce d’ailleurs l’une des raisons qui la poussait à être autant attirée par Gabriel…

« C’est bon tu te sens mieux ? Non mais parce que tu viens juste de me réveiller en fanfare là. Les louves, toutes les mêmes… »  Son regard rejoignit alors celui du bel Obscur, son attention se reportant alors sur son centre d’intérêt personnel, brun, au regard rempli de cette douce folie. Il était un excellent moyen pour détourner son attention de cette blonde qu’elle rêvait d’étriper et qui continuait de beugler à travers la porte qu’on lui rende au moins ses habits. Elle n’en avait pas besoin pourtant, elle avait assez chaud au cul non ? « J’ai cru comprendre que tu étais déjà réveillé et qu’une espèce de poupée Barbie de mauvais goût te quémandait déjà un nouveau round… » Lança-t-elle tout en se décollant de la porte et le rejoignant dans la cuisine. Elle n’avait pas l’intention de s’excuser pour avoir débarqué comme ça, elle le referait sans hésiter. Elle allait y réfléchir à deux fois à présent avant de poser les mains sur Gabriel, ça Aurora s’en assurerait. « Bon, il me faut ma dose de caféine avant que tu ne continues à me sermonner. Puis, pourquoi tu voulais me parler ? Je dis ça, mais mes parents habitent juste à côté et ce sont des vampires…mon frère et Léa aussi d’ailleurs…donc évite de faire trop de vagues tu serais gentille. » Trop faire de vagues hein ? Elle fronça les sourcils croisant les bras sur sa poitrine un instant.  Elle savait qu’à cet instant, elle n’avait pas à craindre les vampires Osborn, ni aucun autres d’ailleurs pour la simple et bonne raison que le jour s’était levé voilà quelques heures et aux dernières nouvelles, ils n’étaient pas diurnes.

Elle était déjà à cran et à fleur de peau, d’autant plus depuis qu’elle avait trouvé l’autre nunuche dans le pieu de Gabriel. Ca l’amusait peut-être de titiller sa jalousie mais pas elle ! Pas aujourd’hui, pas maintenant…en fait jamais.  Elle repoussa une mèche rousse de devant son visage révélant un côté couvert de sang séché qu’elle avait oublié de nettoyer. Oui elle avait eu une nuit merdique… « Je vois, je n’aurai vraiment pas dû venir… Je te laisse à ton café, tes twixs et ta blonde qui gueule devant ta porte ! »  Déjà elle se détournait pour retourner à la porte d’entrée.  


© MADE BY SEAWOLF.

688 mots


Dernière édition par Aurora Montgomery le Mar 6 Sep - 22:01, édité 2 fois

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
48/77  (48/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGabriel P. Osborn
Parabataï and more

Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort

Je suis à Chicago depuis le : 21/08/2016 et j'ai déjà payé : 250 factures et gagné : 1140 gains. Il paraît que : Nathaniel Buzolic On m'appelle : spf et pour mon profil je remercie : Amiante et Hunt

Je suis : Fiancé à Aurora Montgomery, amoureux de mon parabatai Florian.
☯️ My Twin

Parce que tu es mon double, ma vie, mon tout. Pour toi je donnerais mon âme, je brûlerais cette terre. Oui, pour toi je tomberais sans remords, parce que ton coeur et le miens ne font qu'un. Deux êtres, une âme, un frisson à l'unisson.
My complication.

Tu es cette drogue qui me fait tomber, tu es cette femme qui me fait vibrer. Je me perds dans cette sensation étrange. Non, je ne le souhaites pas. Laisses-moi me détourner de l'aurore, laisses-moi m'échapper de ton regard. Plier n'est pas une option, pas pour toi, encore moins pour moi. Pars, va-t-en, abandonnes-moi, laisses-moi avant qu'on n'en crève mutuellement.
Sujet: Re: This boy is mine… [feat Toi, toi mon toi]   Lun 5 Sep - 22:32



Toi, toi, mon doux,mon roiiiii
feat. Auroriel
Non mais sincèrement, cette situation dès le matin à soit le but de m’amuser, soit de me foutre de mauvais poile. Bon, pas qu’Aurora me dérange, mais si elle était arrivée quelques temps plus tard ça m’aurait arrangé. J’entends la blonde beugler dehors et prie je ne sais quel dieu pour qu’une de mes sœurs ou mon frère sorte pour lui trancher la gorge. Mon regard se plongea dans celui de la belle louve. Elle avait ce petit quelque chose que je ne saurais décrire. Ce petit quelque chose qui la rendait différente des autres, plus attrayante, plus attirante. Ce caractère à double tranchant, cette beauté destinée à faire chavirer des cœurs. Sans le savoir, elle m’avait pris dans ses propres filets, chose que je ne pouvais concevoir ou bien admettre. Moi qui aimais vagabonder avais du mal à jouer sur un seul tableau, voire pas du tout. En-même temps, je me tapais mon parabatai, ma sœur jumelle et bien d’autres personnes. Comment pourrais-je ressentir un quelconque sentiment pour une personne qui n’était pas de ma propre famille, ou encore, que je connaissais depuis bien des années. « J’ai cru comprendre que tu étais déjà réveillé et qu’une espèce de poupée Barbie de mauvais goût te quémandait déjà un nouveau round… » Je ricane face à ses paroles, roulant des yeux pourtant amusé par celle-ci. Elle puait la jalousie et j’adorais ça, comme si elle me prouvait qu’au final, elle n’attendait qu’une seule chose, moi. D’accord, je me lance des fleurs et alors ? C’est la vérité non ? Je ne pouvais pas lui laisser entrevoir ce qui naissait en moi, le fait que je me perdais dans mon propre jeu depuis trois mois. J’avais beau faire le malin, souvent, je me surprenais à penser à elle. Que faisait-elle ? Avec qui était-elle ?

Connaissant Jazz et étant bons amis, quelques fois, je lui demandais des nouvelles de la jolie rousse, demandant comment son apprentissage se passait. Oui, d’accord, je réclamais des nouvelles d’une façon détournée et innocente aux yeux des autres. Mais au final, effectivement, je me souciais d’elle. « Je vois, je n’aurai vraiment pas dû venir… Je te laisse à ton café, tes twixs et ta blonde qui gueule devant ta porte ! » Déjà, j’entends qu’elle se dirige vers la porte et je serre les dents, poussant un long soupire désespéré. Cette fille va me rendre fou ! J’abandonne ce que je suis en train de faire pour me détourner et la rejoindre avant qu’elle n’atteigne la porte, passant mes bras autour de sa taille pour la soulever du sol. « Oh ça va râle pas ma jolie louve, je rigole. » Sans lui laisser le loisir de bouger, je vais la déposer sur la table de la cuisine, posant mes mains sur ses hanches, entendant la blonde frapper à la porte. « Mais merde…elle fait chier ! » Je vole un baiser à Aurora sans grande gêne, ouvrant ensuite mon tiroir à couteau, sortant une lame de boucher. Sans plus de cérémonie je me dirige vers l’entrée et ouvre précipitamment la porte, choppant la blonde par les cheveux pour la faire entrer dans le hall. « Là j’en ai marre de ta gueule. » Ni une, ni deux, je lui enfonce la lame dans le ventre, tournant celle-ci dans sa chair pour dire que le coup soit mortel. Elle s’écroule et je pousse un soupir de soulagement, revenant l’air de rien dans la cuisine. « Voilà, Barbie est morte…contente ? Tu sais bien que ce genre de fille n’a aucune importance à mes yeux Aurora… » Oui, je pouvais tuer n’importe qui, n’importe quand que ça en devenait troublant. C’était naturel, dangereux. « Mais là je viens de bousiller mon parquet…rien que pour tes beaux yeux. »

Je reviens me mettre en face de la jolie rousse, remarquant sa mèche tâchée de sang. Penchant la tête sur le côté, je frôler celle-ci du bout des doigts, entortillant la mèche autour de mon doigt. « Il c’est passé quoi ? Tu m’explique ou tu comptes râler toute la sainte journée… » Je laisse ma main retomber, frôlant son bras au passage avant de retourner à mon café pour me verser une tasse. Je détestais me sentir ainsi…si…comment dire…sentimental ? Attentif ? Sûrement, je m’inquiétais plus que d’habitude pour une simple fille. Que je m’inquiète pour Léa ou Florian c’est une chose, c’est ma jumelle et lui mon parabatai. Mais elle, elle n’est rien ! Une louve parmi d’autre, une fille qui n’a pas grande place dans mon existence. C’est ce que j’aimais me dire, me répéter encore et encore. Quand Aurora est dans les parages je ne me reconnais plus, bien que je tente de le cacher sous un masque d’arrogance, de piques bien placées. Mais dès qu’elle tentait de se détourner de moi, au lieu de la laisser partir je revenais vers elle, l’en empêchant. Comme il y a quelques minutes…J’aurais pu la laisser quitter ma demeure, quitter les lieux. Mais non, j’avais été l’emprisonner de mes bras, savourant ce contact pour la faire rester en ma compagnie.


853 mots - post 4 - 24h


© MADE BY SEAWOLF.




Darkness is your candle.
Floriel ☽ I'll be right here now To hold you when the sky falls down I will always Be the One who took your place When the rain falls I won't let go I will show you the way back home Never leave you all alone I will stay until the morning comes I'll show you how to live again

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOAurora Montgomery

Let's go take a howl at that moon!
☾ Werewolf Girl

Je suis à Chicago depuis le : 30/08/2016 et j'ai déjà payé : 66 factures et gagné : 121 gains. Il paraît que : Kitkat Hot McNamara est mon double. Schizo je joue aussi : que moi ça me suffit! On m'appelle : Emeline et pour mon profil je remercie : sparkle & Tumblr

Je suis : ex-fiancée à Gabriel Osborn
Sujet: Re: This boy is mine… [feat Toi, toi mon toi]   Mar 6 Sep - 21:58



Toi, toi, mon toi…
feat. Auroriel

Déjà la jeune femme s’apprêtait à affronter celle qu’elle avait jetée dehors voilà plusieurs minutes à présent. Elle s’attendait déjà à entendre sa voix de crécelle désagréable au plus haut point l’insulter et lui jeter au visage tout un tas de noms d’oiseaux.  Il ne fallait pas trop la chercher non plus, Aurora n’était plus autant d’une sagesse incarnée  qu’autrefois et elle n’irait pas par quatre chemins si elle se mettait en travers du trajet menant à sa voiture, quitte à arracher pour de bon ses extensions et son cuir chevelu par la même occasion.

Se dirigeant vers la porte d’entrée sans ajouter quoi que ce soit à l’intention de Gabriel – tout était dit non ?- elle ne s’attendait pas à ce qu’il la rattrape jusqu’à cet instant où il apparut dans son champ de vision et que ses pieds quittèrent le sol. Aussitôt, sous l’effet de surprise, ses jambes encerclèrent la taille de l’Obscur, plus par reflexe qu’autre chose. Ses mains s’étaient jointes derrière sa nuque  pour l’empêcher de tomber. Comme s’il oserait la laisser tomber tiens… quoi que, avec lui rien n’était jamais sûr ! « Oh ça va râle pas ma jolie louve, je rigole. » Elle battit aussitôt les pieds dans le vide, tentant de se défaire de son emprise alors qu’il la portait avec une facilité déconcertante vers la cuisine. Mais il n’avait pas le droit hein ?! Il n’allait tout de même pas l’empêcher de partir maintenant, ce n’était pas à lui de décider non mais…mais… Bon sang le jeune homme avait une sacré poigne, ça pas de doute. Son regard vint alors à la rencontre du sien, très sérieuse. « Lâches moi Gabriel ! » Elle sentit le bois de la table sous ses fesses alors qu’il la déposait enfin, l’ayant visiblement amené là où il le souhaitait. Comme si il était habitué à ce que quelque chose ou quelqu’un lui résiste!... Elle le fixa de ses jolies prunelles oscillant entre le vert et le noisette,  alors que déjà la blonde sur le paillasson reprenait ses cris. Bordel mais ce n’était pas possible ça, elle ne pouvait pas la fermer ?! « Mais merde…elle fait chier ! » Au moins nous étions en accord sur ce point là ! En même temps c’était sa faute, c’était bien lui qui l’avait ramené dans son plumard et sauté une partie voir toute la nuit !

Les lèvres du jeune homme se posèrent sur les siennes un court instant, un geste anodin et tout ce qu’il y avait de plus naturel et avant qu’elle n’ait pu faire quoi que ce soit, il s’éloignait déjà. La jeune femme arqua un sourcil face au couteau qu’il venait de sortir. Il comptait faire la cuisine ? Non… L’observant avec attention, elle avait remarqué la lueur qui s’était allumée dans ses yeux parmi la froideur de ses traits. Il était calme, d’un calme à faire froid dans le dos.  Elle le suivit du regard, se penchant légèrement en avant pour avoir vu sur la porte d’entrée. Elle aurait sans doute dû intervenir non ? Il allait la buter à n’en pas douter et elle, elle restait là en spectatrice…

Elle entendit la blonde gueuler, insultant la louve de « psychopathe complètement ravagée ». Elle n’avait donc pas encore vu Gabriel à l’œuvre. A côté Aurora était un enfant de cœur. Elle n’eut pas à attendre bien longtemps que déjà la lame fendit l’air brutalement avant de venir se loger dans l’abdomen de sa victime, un coup sec, net et précis. Sans même s’en rendre compte, la louve avait resserré ses mains contre le recoin de la table, ses ongles s’y enfonçant. Elle devait intervenir, elle devait…  Les battements de son cœur s’étaient accélérés et avec une fascination tout ce qu’il y avait de plus malsaine, elle assistait à la scène en éprouvant ce plaisir si délectable et grisant à la fois. Gabriel dans toute sa splendeur, ange de la mort sans une once de pitié.

Elle avait déjà tué des chasseurs d’Ombre mais n’y avait jamais pris aucun plaisir. Or là, elle percevait la détresse de celle qui avait partagé le lit de son bel Obscur et semblait s’abreuver de ses gargouillis à même le sol, du sang souillant son parquet, de la dominance de Gabriel et de son aplomb... C’était… Mal à n’en pas douter et en même temps tellement excitant. « Voilà, Barbie est morte…contente ? Tu sais bien que ce genre de fille n’a aucune importance à mes yeux Aurora… » Elle en était très satisfaite effectivement, bien plus que ce qu’elle aurait dû. Il était là, avec une certaine nonchalance alors qu’il venait de retirer la vie d’un corps. Il était dangereux, sanguinaire, cinglé et là tout de suite alors qu’elle aurait dû en être effrayée bordel qu’elle le désirait. « Mais là je viens de bousiller mon parquet…rien que pour tes beaux yeux. » Elle était vraiment touchée par son attention si délicate mais il l’avait fait autant pour elle que pour lui. Le silence était tellement plaisant et puis la trainée n’allait certainement pas lui manquer. Après tout il avait réalisé ce qu’elle rêvait de faire depuis tout à l’heure,  depuis qu’elle l’avait trouvé dans le lit de Gabriel. Elle s’était abstenue, elle avait retenu ses instincts et finalement voir Gabriel faire avait été encore bien plus excitant que si elle l’avait fait elle-même. Un sourire apparut au coin de ses lèvres. Elle semblait avoir complètement oublié sa mauvaise humeur fascinée par cet être Obscur face à elle.

Son contact était étrangement doux et tendre quand ses doigts s’entortillèrent dans les cheveux de la jeune femme, contraste que trop flagrant avec l’acte violent qu’il venait de commettre. « Il c’est passé quoi ? Tu m’explique ou tu comptes râler toute la sainte journée… » Hein ? Ah oui le sang… Elle allait lui expliquer mais déjà sa main s’éloignait, la frustrant royalement. Déjà ?! Elle voulait plus, tellement plus en cet instant. Oui elle était devenue instable, régit par ses instincts et puis c’était sa faute, c’était lui qui avait fait naître ce  sombre désir.

Tranquillement elle lui prit la tasse des mains pour la déposer sur le plan de la cuisine ne lui laissant ainsi pas d’autres choix que de lui prêter toute son attention. C’était mieux ainsi… Ses doigts glissèrent sur son tee-shirt qu’elle empoigna pour l’amener contre elle. Approchant ses lèvres des siennes, elle les effleura un court instant avant d’y murmurer contre. « Ca n’a plus d’importance là tout de suite… »   Elle parcourut du bout des lèvres l’arête de sa mâchoire jusqu’à venir à son oreille, ses mains s’aventurant d’ores et déjà sous son tee-shirt. « J’aime que tu bousilles ton parquet pour moi… » Elle mordilla son cou, à la base de son oreille avant de redescendre vers ses lèvres. Ses jambes le rapprochèrent tout contre elle, de sorte qu’il entende sa respiration courte, vibrante de désir. Son regard se logea dans le sien, étincelant d’une lueur sauvage, un sourire espiègle sur les lèvres. La louve était décidément jamais bien loin…  



© MADE BY SEAWOLF.

1183 mots; -24H

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
48/77  (48/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGabriel P. Osborn
Parabataï and more

Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort

Je suis à Chicago depuis le : 21/08/2016 et j'ai déjà payé : 250 factures et gagné : 1140 gains. Il paraît que : Nathaniel Buzolic On m'appelle : spf et pour mon profil je remercie : Amiante et Hunt

Je suis : Fiancé à Aurora Montgomery, amoureux de mon parabatai Florian.
☯️ My Twin

Parce que tu es mon double, ma vie, mon tout. Pour toi je donnerais mon âme, je brûlerais cette terre. Oui, pour toi je tomberais sans remords, parce que ton coeur et le miens ne font qu'un. Deux êtres, une âme, un frisson à l'unisson.
My complication.

Tu es cette drogue qui me fait tomber, tu es cette femme qui me fait vibrer. Je me perds dans cette sensation étrange. Non, je ne le souhaites pas. Laisses-moi me détourner de l'aurore, laisses-moi m'échapper de ton regard. Plier n'est pas une option, pas pour toi, encore moins pour moi. Pars, va-t-en, abandonnes-moi, laisses-moi avant qu'on n'en crève mutuellement.
Sujet: Re: This boy is mine… [feat Toi, toi mon toi]   Mer 7 Sep - 13:07



Toi, toi, mon doux,mon roiiiii
feat. Auroriel
Je ne comptais pas la laisser quitter ma maison aussi facilement, après tout, elle était venue pour une raison non ? Puis, sa compagnie a toujours été assez plaisante, distrayante également. De ce fait, quand elle s’éloigne, je ne me gêne pas pour aller la rechercher, l’encerclant de mes bras pour la soulever du sol. Je sens ses jambes s’agripper à ma taille, alors que ses mains, elles, venaient agripper ma nuque. « Lâches moi Gabriel ! » Elle est sérieuse, mais qui a dit que j’en avais quelque chose à foutre de ce qu’elle me demandait ? Je ne suis pas connu pour exaucer les souhaits de la Montgomery hein. Je fais ce que j’ai envie et là, j’avais simplement envie qu’elle reste avec moi, malgré la mauvaise humeur que la jolie blonde avait provoquée chez elle. Il faut dire que quand elle se montre jalouse elle n’en est que plus charmante. La déposant sur le plan de travail de la cuisine, je finis par être exaspéré par cette vache qui beugle devant ma porte d’entrée. C’est amusant durant quelques minutes, mais à force elle allait rameuter ma fratrie et ceux-ci allaient sans nuls doutes squoitter chez moi. Chose dont je n’avais pas envie dans l’immédiat, pas tant qu’Aurora était dans les parages. Pourquoi…pour différentes raisons, certaines plus flagrantes que d’autres. Les miens ne sont pas connus pour leur hospitalité, surtout les plus jeunes. Sauf peut-être Marie…Sinon, les autres, n’en parlons pas. Je suis certes le pire avec Léa, mais mes sœurs et frères sont tout aussi cinglés. Du coup, avoir une louve dans les parages entourées d’Osborn ce n’était pas une brillante idée. Déjà que, j’en suis sûr, quand Léa rappliquera chez moi, elle allait directement sentir l’odeur de la louve et me faire une tête au carré. Rien que d’y penser j’en avais la migraine.

De ce fait, je lui vol un rapide baiser avec de chopper un couteau et de m’occuper personnellement de blondie. Pas d’états d’âmes, pas d’hésitations. Geste naturel. Comme si je venais simplement de m’occuper de ranger ma salle de bain, vous voyez le délire. Ça ne serait pas la première fois que je demanderais à mes parents ou mon aîné de dégager un cadavre de chez moi…Revenant vers la jeune femme, je laisse la lame enfoncée dans l’ancienne gueuleuse à présent totalement silencieuse. Et encore, j’ai été gentil, j’aurais pu lui trancher la gorge. Je lui fais part de l’état de mon parquet quand elle sourit légèrement. Bon, au moins j’avais réussis à la faire sourire, c’était déjà ça. Quoi que, elle est un peu contradictoire sur le coup. Elle me gueule dessus, puis elle me sourit. Quoi ? Le fait d’avoir tué la blonde lui faisait plaisir ? Certainement...Tant mieux, c’était le but au final. Lui demandant ce qu’il se passait dans sa petite tête, ma tasse en main, je souris légèrement en coin. Sa mèche tâchée de sang ne laissait aucuns doutes, elle avait eu des emmerdes ou encore, elle avait simplement laissé exploser ses instincts nouveaux. J’étais bien entouré moi. Une nouvelle louve et un nouveau vampire, deux mondes qui sont censés se détester et pourtant, je savais que mon père cherchait à contourner cette rage pour ses propres avantages. Il pouvait toujours essayer…je ne voyais absolument pas comment il allait s’y prendre. C’était comme essayer de boire l’eau d’un océan, carrément impossible. Mais bon, laissons-le rêver hein. Quoi que, si j’avais su ce qu’il se tramait dans sa jolie cervelle de matriarche, j’aurais clairement moins fait le malin. Faut dire que mon père a toujours eu des idées plus tordues les unes que les autres.

Je sens ma tasse m’être enlevée des mains et je hausse un sourcil d’incompréhension. Mon café…Suivant le trajet de la tasse avec mon regard, je reviens l’observer alors qu’elle attrapait mon T-shirt et me tirait un peu plus vers elle. D’accord, là je suis complètement paumé. Elle n’aurait pas ses règles par hasard pour avoir des sautes d’humeurs semblables ? Ses lèvres viennent frôler les miennes et je finis par sourire, laissant ce frôlement m’offrir des frissons étranges le long de ma colonne vertébrale. « Ca n’a plus d’importance là tout de suite… » Je ferme légèrement les yeux, laissant mes mains glisser le long de ses hanches. Non mais, en vrai elle a ses chaleurs alors ? D’ailleurs, les louves ont des chaleurs ? Je n’en sais foutrement rien, mais je ne vais pas me plaindre. Je peux déjà sentir ses mains glisser sous mon haut, sensation agréable, excitante à souhait. « J’aime que tu bousilles ton parquet pour moi… » Je ricane légèrement en soupirant de plaisir lorsqu’elle s’attaque à mon cou, ses jambes me forçant à me coller à elle. Mon regard se plongea dans le sien. Sauvage, animal. Je n’en ai pas peur, loin de là. Si je devais commencer à avoir peur des loups alors que je vivais entouré de vampires, je n’étais pas sorti de la merde. Une de mes mains vient se loger sur sa joue, me laissant bercer par son souffle se mélangeant au mien. « On évitera juste de faire ça constamment…mais ce fut avec plaisir. » Je viens déposer mes lèvres sur les siennes une fois de plus, ma main glissant dans sa nuque alors que mon corps rechercha directement la chaleur qui émanait d’elle. Contradiction totale, attention tenez-vous bien…vous êtes bien assis ? Mon baiser se doux. Le genre de baiser qu’on a juste envie de prolonger, de continuer à l’infini.

Mes lèvres finissent par quitter les siennes, glissant dans son cou en rabattant ses longs cheveux roux sur le côté. Pourtant, je viens murmurer avec une pointe d’amusement dans la voix. « Dis-moi ce qu’il t’es arrivé, sinon j’arrête ce que je suis en train de faire… » Oui, je suis tenace et je voulais vraiment savoir ce qu’il c’était passé. Si elle était sous la protection de Jazz, elle était également sous la mienne depuis que j’avais sauvé ses jolies petites fesses. Ma main gauche glisse sous son haut, se posant sur la peau de son dos, alors que je laissais mes dents frôler quelques parcelles de peau, passant de sa gorge à sa mâchoire ou encore à sa gorge. Si ça continue, mon café allait refroidir…

1047 mots - post 6 - 24h


© MADE BY SEAWOLF.




Darkness is your candle.
Floriel ☽ I'll be right here now To hold you when the sky falls down I will always Be the One who took your place When the rain falls I won't let go I will show you the way back home Never leave you all alone I will stay until the morning comes I'll show you how to live again

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOAurora Montgomery

Let's go take a howl at that moon!
☾ Werewolf Girl

Je suis à Chicago depuis le : 30/08/2016 et j'ai déjà payé : 66 factures et gagné : 121 gains. Il paraît que : Kitkat Hot McNamara est mon double. Schizo je joue aussi : que moi ça me suffit! On m'appelle : Emeline et pour mon profil je remercie : sparkle & Tumblr

Je suis : ex-fiancée à Gabriel Osborn
Sujet: Re: This boy is mine… [feat Toi, toi mon toi]   Mer 7 Sep - 20:01



Toi, toi, mon toi…
feat. Auroriel

Son contact provoqua d’infimes décharges électriques à la surface de sa peau, à l’endroit même où ses doigts passés. La prédatrice en elle s’en délectait déjà, ses doigts allant à la rencontre de son abdomen parfaitement dessiné, de ses muscles d’Obscur parfaitement sculptés. Il avait un corps à se damner, sportif, robuste, musclé… Le genre à faire baver toutes les femmes. Aurora en profitait, en longeant chaque détail, allant de son torse à la limite de son training, sans jamais en franchir le tissu, comme quoi elle pouvait parfois être sage…quoi que…

Sa peau sous ses lèvres était douce, et elle s’imprégna de son odeur si particulière, distincte entre mille et ses soupirs… ces sons si parfaits s’échappant de ses lèvres l’incitaient à continuer ses caresses, douces et lentes. Alors qu’elle percevait l’odeur de la blonde sur lui, elle releva la tête, le rapprochant d’elle, d’un geste simple et presque possessif, ses jambes fines entourant ses hanches, l’emprisonnant dans ses filets. Là, tout de suite il n’était qu’à elle. « On évitera juste de faire ça constamment…mais ce fut avec plaisir. » Elle aimait le voir ainsi avec elle : tendre, doux et délicat dans ses gestes. Il était tout attentionné et elle avait cette sensation d’être particulière à ce moment là, qu’il faisait vraiment attention à elle. Et ses lèvres… ses lèvres… Elle ne se lasserait jamais de leur goût. Il était addictif, littéralement. Plus on y goutait, plus on en redemandait. Le charme Gabriel Osborn.  

« Dis-moi ce qu’il t’es arrivé, sinon j’arrête ce que je suis en train de faire… » Voilà qu’il se mettait à lui faire du chantage affectif maintenant. Elle tourna légèrement la tête vers lui, son index venant longer son visage, de sa tempe à la base de son menton. Se pourrait-il donc que le jeune homme s’inquiète pour elle ? Elle s’apprêtait à rétorquer mais déjà il s’attaquait à son cou, lui faisant que relever légèrement le menton pour qu’il ait un meilleur accès. Il fallait bien dire qu’il avait de parfaits arguments pour la convaincre, la tendresse de ses caresses et ses légers mordillements provoquant de doux frissons parcourant l’échine de la louve. Se mordillant la lèvre inférieure de plaisir, sa respiration était déjà plus désordonnée. Comment voulait-il qu’elle sorte une phrase concrète en cet instant mmh ?

Pourtant elle savait qu'il ne lâcherait pas l'affaire et qu'il finirait par s'arrêter pour avoir une réponse. Après tout n'était-elle pas venue frapper à sa porte pour ça à la base? Elle s’obligea à poser une main sur son torse pour qu'il relève la tête. Ce n’était pas que ça lui plaisait au contraire, c’était presque à contrecœur pour être tout à fait honnête… mais s’il souhaitait obtenir une réponse cohérente, elle ne devait pas être trop distraite. Hors, en cet instant, elle ne pouvait pas penser à autre chose que ses dents glissant sur sa peau. Il avait parfaitement conscience de l’effet qu’il lui faisait, et il en usait. Vilain garçon. Elle reporta son regard dans le sien, laissant sa main glisser sur son torse avant de rejoindre la table. Il n’abandonnerait pas avant de savoir, elle le savait.  « Je ne peux définitivement pas te raconter avec tes lèvres contre moi...» lâcha-t-elle enfin tout en reprenant une certaine contenance, ses doigts jouant avec les siens distraitement…  «Je ne pense pas que c'est mon sang...ou alors j'ai cicatrisé entre temps...Je me suis nettoyée et changée mais il faut croire que j’en ai oublié » Elle replaça sa mèche derrière son oreille distraitement avant d'entamer sa petite...mésaventure. «Je me suis disputée avec ma mère hier soir et je lui ai claqué la porte au nez avant que ça ne se finisse mal… Je suis allée marcher pour me calmer et je suis tombée sur des ... connaissances… » Elle n’avait eu que des micros-flashs de cette nuit passée, une série d’images floues et décousues qui allaient et venaient dans son esprit. Elle en retenait surtout des sons, des odeurs, des ressentiments, des émotions...« ils m’ont bien accueillis…l’Obscur trop fragile qui s’est faite mordre par un loup… » Son regard s’était baisé vers ses genoux, la voix amère, la gorge serrée, elle s’était tendue brusquement à l’évocation de ces moments. Ce n’était pas les premiers à lui balancer ce genre de choses à la figure, Trop fragile, pas assez rapide, trop distraite, pas assez dans la communication et la négociation pour régler ce genre de chose à l’amiable… tous avaient leur propre version! Même sa famille le faisait, sauf qu’ils se culpabilisaient eux plutôt qu’elle… qu'ils ne l'avaient pas assez protégés, qu'ils auraient dû être là, que ça aurait dû être eux plutôt qu'elle... et Aurora, elle, s’imaginait juste un instant si Gabriel n’avait pas été là. Elle se serait faite littéralement déchiqueté par ce loup de la Rébellion.

Son pouce caressait distraitement le dos de la main de l’Obscur, un geste simple qui lui rappelait qu'il était là avec elle  Ca lui permettait de ne pas se retransformer sous la douce colère qui l'envahissait alors qu'elle se remémorait péniblement cette nuit vraiment pourrie. « C’est la dernière chose concrète dont je me souviens… la suite s’est un flot confus d’images… mais quand j’ai repris connaissance leurs entrailles jonchaient le sol à mes pieds et les morceaux de leurs corps s’étalaient sur plusieurs mètres... » Son regard s’accrocha de nouveau au sien. Voilà pourquoi elle était venue le voir lui et pas quelqu’un d’autre… Sa famille l’aurait regardé presque outrée, elle était une Montgomery, elle ne se délectait pas des carnages, elle était la voix de la raison et de la sagesse…mais ce qu’elle avait fait était tout sauf raisonnable et sage…et bordel qu’elle avait aimé ça ! Parce que s’il y avait bien une chose de clair dans ce lot de confusion, c’est ce qu’elle avait ressenti, cet instinct de chasseur, ce plaisir à les dépecer…

Elle jeta un regard vers le corps inerte plus loin, baignant dans une mare carmin. Voilà pourquoi elle était venue le voir lui. Pour Gabriel c’était presque… normal et naturel. « Ma famille m’a enseignée à être posée et réfléchie, à régler les choses par un discours bien construit et convainquant…réfléchir avant d’agir… mais depuis trois mois…depuis trois mois je suis incontrôlable et impulsive, j’éprouve un putain de plaisir à mordre dans de la chair, à voir le sang couler, ça… m’excite littéralement… et ses instincts de prédateurs à la con vont me rendre dingues ! » Elle ne parvenait pas à s’y habituer, elle était toujours en conflit avec elle-même, entre celle qu’elle était, et la louve qu’elle était devenue…

Ses jambes venaient de quitter les hanches du jeune homme, se détachant de lui. Assez de confidences pour ce matin hein... Elle était juste venue...venue chercher quoi au juste? Elle n'arrivait pas à le définir. En tout cas, il fallait croire que toute cette histoire lui avait au moins fait redescendre sa bouffée d’excitation… elle était beaucoup moins câline d'un coup. « Satisfait ?... maintenant tu sais tout… » Elle soupira doucement attendant qu’il se pousse pour pouvoir descendre de cette table. « Je pense que je vais rentrer chez moi et prendre une bonne douche avant d’aller me coucher… Je t’ai assez ennuyé avec mes histoires et ma crise d’hystérie de bon matin…»  


© MADE BY SEAWOLF.

1219 mots, -24H

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
48/77  (48/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGabriel P. Osborn
Parabataï and more

Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort

Je suis à Chicago depuis le : 21/08/2016 et j'ai déjà payé : 250 factures et gagné : 1140 gains. Il paraît que : Nathaniel Buzolic On m'appelle : spf et pour mon profil je remercie : Amiante et Hunt

Je suis : Fiancé à Aurora Montgomery, amoureux de mon parabatai Florian.
☯️ My Twin

Parce que tu es mon double, ma vie, mon tout. Pour toi je donnerais mon âme, je brûlerais cette terre. Oui, pour toi je tomberais sans remords, parce que ton coeur et le miens ne font qu'un. Deux êtres, une âme, un frisson à l'unisson.
My complication.

Tu es cette drogue qui me fait tomber, tu es cette femme qui me fait vibrer. Je me perds dans cette sensation étrange. Non, je ne le souhaites pas. Laisses-moi me détourner de l'aurore, laisses-moi m'échapper de ton regard. Plier n'est pas une option, pas pour toi, encore moins pour moi. Pars, va-t-en, abandonnes-moi, laisses-moi avant qu'on n'en crève mutuellement.
Sujet: Re: This boy is mine… [feat Toi, toi mon toi]   Mer 7 Sep - 22:10



Toi, toi, mon doux,mon roiiiii
feat. Auroriel
Du chantage ? Bien sûr. Je suis curieux, je l’ai toujours été. Ma nature fait que j’aime fourrer mon nez partout – vraiment partout – du coup, elle avait titillé ma curiosité et surtout, une certaine inquiétude. Légère hein, mais quand même. Je ne lui avais pas sauvé les fesses pour qu’elle se fasse tuer quelques mois plus tard. Certes, je pouvais concevoir qu’elle aille du mal avec sa nouvelle nature, mais elle devait apprendre à se contrôler. Posant mes lèvres dans son cou, je sens sa main se poser sur mon torse, me faisant ainsi stopper mes gestes pour l’observer. Mon regard croisa le sien et s’y arrêta, alors que déjà, je pouvais sentir sa main glisser le long de mon torse, me faisant légèrement frissonner. « Je ne peux définitivement pas te raconter avec tes lèvres contre moi...» Je souris en coin, fier de moi, sachant que dans un sens j’avais gagné. Elle allait m’expliquer ce qu’il c’était passé, ce qui la mettait dans cet état. Parce que oui, je pouvais à présent sentir la tension dans son corps. Détachant ma main de son dos, je sens la sienne venir chercher la mienne, jouant doucement avec mes doigts. Je la laisse faire, ne souhaitant pas la distraire dans sa lancée. «Je ne pense pas que c'est mon sang...ou alors j'ai cicatrisé entre temps...Je me suis nettoyée et changée mais il faut croire que j’en ai oublié » Je fronce doucement les sourcils, penchant ma tête sur le côté en signe d’interrogation. Je n’ajoute rien, pour une fois, je ne l’interromps pas. Et oui, pour la première fois de ma vie, enfin, l’une des rares fois, je fermais complètement ma gueule pour laisser quelqu’un d’autre prendre la parole. Comme quoi, les miracles existent non ? Elle replace une mèche de ses cheveux derrière son oreille, distraitement, comme perdue dans ses souvenirs.

«Je me suis disputée avec ma mère hier soir et je lui ai claqué la porte au nez avant que ça ne se finisse mal… Je suis allée marcher pour me calmer et je suis tombée sur des ... connaissances… » Les parents ! Ils sont souvent assez chiants, surtout quand il s’agit des Faeries. Parce que oui, c’est connu, la mère d’Aurora est une Faerie. Quoi que, essayez de partager votre existence avec des vampires, on verra qui est le plus chiant de tous. « ils m’ont bien accueillis…l’Obscur trop fragile qui s’est faite mordre par un loup… » Je grogne légèrement entre mes dents. Bordel, les Obscurs n’ont vraiment aucunes jugeotes hein. Que moi je n’en aille pas ce n’est pas un secret, mais les autres devraient savoir que provoquer une louve de quelques mois, incontrôlable, n’était pas forcément une bonne idée. « Bande de crétin ! » J’avais marmonné entre mes lèvres, laissant une certaine vibration rageuse être largement palpable dans celle-ci. Je pouvais voir qu’elle n’était pas bien, amère, en colère. Toutes ses émotions devaient s’embrouiller en elle, surtout à cause de sa nouvelle condition. J’ai souvent vu ce genre de choses, il faut dire que Jazz est également une bonne amie à moi. Et oui, juste une amie, pour une fois que je ne couchais pas avec quelqu’un. Son pouce caresse le dos de ma main et, calmement, j’exerce une pression sur celle-ci pour lui intimer de continuer son récit. Néanmoins, je peux déjà me douter de la suite. Je ne suis pas stupide et si ce sang n’était pas celui de la jeune rousse, il ne pouvait appartenir qu’à une potentielle victime. Hors, un loup hors de lui et qui plus est, jeune, faisait clairement des ravages considérables.

« C’est la dernière chose concrète dont je me souviens… la suite s’est un flot confus d’images… mais quand j’ai repris connaissance leurs entrailles jonchaient le sol à mes pieds et les morceaux de leurs corps s’étalaient sur plusieurs mètres... » Je ne cille même pas des yeux, parce que oui, je m’y attendais et pour moi c’était totalement banale comme situation. « Ils ont eu ce qu’ils méritaient, au fond, ils n’avaient qu’à pas te provoquer. » Ben oui, ils avaient été stupides et ils ne devaient pas être très entraînés pour succomber à plusieurs sous les crocs d’une jeune louve. Certes, elle pouvait parvenir à tuer un Obscur assez facilement, mais plusieurs beaucoup moins. Du coup, ça devait sûrement être de simples Obscurs pas très expérimentés qui manquaient d’entraînements, des bons à rien qui n’auraient pas servi à grand-chose. Ouai, elle avait servi son camp en éradiquant ces crétins. Je suis son regard vers le cadavre qui jonchait le sol. Mes yeux n’expriment aucuns regrets, aucunes compassions, rien. Cette femme est morte et alors ? Il faut bien crever un jour non ? « Ma famille m’a enseignée à être posée et réfléchie, à régler les choses par un discours bien construit et convainquant…réfléchir avant d’agir… mais depuis trois mois…depuis trois mois je suis incontrôlable et impulsive, j’éprouve un putain de plaisir à mordre dans de la chair, à voir le sang couler, ça… m’excite littéralement… et ses instincts de prédateurs à la con vont me rendre dingues ! » Ouai, je sais ce que ça fait. Ayant du sang vampirique dans les veines, j’avais tendance à aimer mordre naturellement, le gout du sang ne me déplaisant pas le moins du monde. Donc oui, je pouvais sans soucis comprendre ce qu’elle ressentait, étant moi-même naturellement impulsif et incontrôlable.

Elle détache ses jambes de moi, beaucoup moins encline aux contacts quelconques. « Satisfait ?... maintenant tu sais tout… » Elle soupire doucement et je ne cesse de la regarder, ne répondant pas à sa question. « Je pense que je vais rentrer chez moi et prendre une bonne douche avant d’aller me coucher… Je t’ai assez ennuyé avec mes histoires et ma crise d’hystérie de bon matin… » Levant les yeux au ciel, je bloque la jolie rousse pour l’empêcher de se bouger de là. Posant mes mains de part et d’autre de son visage, je l’oblige à me regarder droit dans les yeux. Mes yeux sont sérieux et mon visage fermé, il est temps qu’elle comprenne les choses telles qu’elles sont, sinon, elle n’avancera jamais dans la vie et se tourmentera encore durant des années. « Ecoutes et écoutes moi bien. » Ma voix et rogue mais également dominatrice, lui intimant de se la fermer clairement. « Tu es une louve d’accord, qui plus est une jeune louve. Mets-toi ça dans le crâne. Tu as des instincts, des pulsions qui sont totalement naturelle. Il faut que tu apprennes à gérer ta nouvelle nature, simplement. Tuer fait partie de toi, verser le sang également. Tu ne dois absolument pas en avoir honte, encore moins avoir honte d’aimer ça ! » Oui, pour moi, tuer n’est absolument pas honteux et je ne vois pas en quoi ça suscitait en elle une telle crise existentielle. « Tu as été mordue il y a trois moi Aurora, c’est normal que tu réagisses de la sorte, c’est pour ça que Jazz est là. Ça va prendre du temps, mais plus tu vas t’entraîner, plus tu vas te contrôler. Tu ne dois pas te brider, être honteuse de ce que tu es non d’un chien…ok mauvais jeu de mot… »

Je pousse un léger soupire, laissant mes mains glisser dans son cou puis le long de ses bras. « Tu es ce que tu es, c’est tout, tu dois apprendre à vivre avec. Et jamais, au grand jamais tu m’entends, tu dois laisser les autres te juger sur ta nature. Tu es forte Aurora, tu es sauvage, tu es une louve digne de ce nom. » Je viens déposer un baiser sur son front et, calmement, je la serre contre moi en soupirant. « J’espère au moins qu’ils ont souffert, sinon ça serait moins drôle à imaginer… » Bon, je reste Gabriel quand même hein, il ne faut pas trop m’en demander.


1322 mots - post 8 - 24h


© MADE BY SEAWOLF.




Darkness is your candle.
Floriel ☽ I'll be right here now To hold you when the sky falls down I will always Be the One who took your place When the rain falls I won't let go I will show you the way back home Never leave you all alone I will stay until the morning comes I'll show you how to live again

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOAurora Montgomery

Let's go take a howl at that moon!
☾ Werewolf Girl

Je suis à Chicago depuis le : 30/08/2016 et j'ai déjà payé : 66 factures et gagné : 121 gains. Il paraît que : Kitkat Hot McNamara est mon double. Schizo je joue aussi : que moi ça me suffit! On m'appelle : Emeline et pour mon profil je remercie : sparkle & Tumblr

Je suis : ex-fiancée à Gabriel Osborn
Sujet: Re: This boy is mine… [feat Toi, toi mon toi]   Jeu 8 Sep - 21:36



Toi, toi, mon toi…
feat. Auroriel

Elle ne s’arrêta pas à sa petite mésaventure de la nuit passée, à  ces deux Obscurs qui l’avaient énervé et qu’elle avait mis en pièce… Non. Les mots franchirent ses lèvres sans même qu’elle puisse les contrôler, se confiant au jeune homme, lui dévoilant ce qui la taraudait vraiment, ce qu’elle ressentait, ce qu’elle vivait intérieurement, ses plaisirs malsains, ses instincts… et Lui… Lui il l’écoutait. Il ne fit pas semblant, il ne lui accorda pas uniquement sa présence mais aussi son écoute et son soutien.  Ses doigts ne le quittèrent pas, la douceur de sa peau sous ses doigts la gardant tout de même sur Terre, à ses côtés, lui permettant de ne pas perdre pied à nouveau dans ses souvenirs. Pourtant elle sentait cette rage prendre possession de son être mais il était là, calme, c’était toute la différence.

Elle s’était ouverte, elle s’était livrée … Elle n’attendait pas qu’il dise quoi que ce soit en retour. Il lui avait fait part de son opinion brièvement et c’était bel et bien des crétins et peut-être l’avaient-ils mérités… sans doute. Elle ne lui demandait rien de plus. Il avait voulu savoir, il savait, même plus que nécessaire et parler avec quelqu’un d’autre que sa famille lui avait fait du bien. Elle s’était sentie plus libre, sans avoir besoin de contrôler ce qui pouvait sortir d’entre ses lèvres.  Quand elle se redressa prête à descendre, il l’en empêcha, ses mains, à la fois douces et fermes venant à la rencontre de son visage.

Elle se laissa faire, finissant par relever son regard qui aussitôt s’accrocha au sien. « Ecoutes et écoutes moi bien. » Comme si elle avait le choix tiens ! Ce n’était pas comme si elle pouvait clairement aller quelque part là en cet instant… Elle observait son regard perçant, presque intimidant alors qu’il la fixait ainsi. Quand elle  disait qu’il dégageait vraiment quelque chose ! Cet espèce de « truc » totalement indéfinissable qui émanait de lui et qui renforçait chaque fois un peu plus l’attirance qu’elle éprouvait à son égard. Bon et puis il avait un regard à se damner aussi, surtout lorsqu’il ne cillait pas comme maintenant, tout proche d’elle. « Tu es une louve d’accord, qui plus est une jeune louve. Mets-toi ça dans le crâne. Tu as des instincts, des pulsions qui sont totalement naturelle. Il faut que tu apprennes à gérer ta nouvelle nature, simplement. Tuer fait partie de toi, verser le sang également. Tu ne dois absolument pas en avoir honte, encore moins avoir honte d’aimer ça ! » Il avait ciblé le problème dès les premiers mots. Elle ne parvenait pas à accepter la louve pourtant elle faisait partie d’elle à présent, c’était une part de son être. Or pour elle, il y avait encore Aurora l’Obscur au sang de faerie douce et sage et puis il y avait Aurora la louve aux instincts de chasseuse, de prédatrice… L’une l’autre se combattaient au lieu de s’accepter et de ne faire qu’un.Un vrai problème. « Tu as été mordue il y a trois moi Aurora, c’est normal que tu réagisses de la sorte, c’est pour ça que Jazz est là. Ça va prendre du temps, mais plus tu vas t’entraîner, plus tu vas te contrôler. Tu ne dois pas te brider, être honteuse de ce que tu es non d’un chien…ok mauvais jeu de mot… » Elle leva un instant les yeux au ciel…du Gabriel tout craché. Elle n’était pas un chien mais un loup et même si tout ce joli petit monde appartenait aux canidés, ce n’était pas pareil. Elle ne faisait pas pipi contre les murs par exemple…euh quoi que… « Tu es ce que tu es, c’est tout, tu dois apprendre à vivre avec. Et jamais, au grand jamais tu m’entends, tu dois laisser les autres te juger sur ta nature. Tu es forte Aurora, tu es sauvage, tu es une louve digne de ce nom. » Elle resta silencieuse fermant les yeux sous son baiser d’une tendresse infime, avant de venir se blottir tout contre lui. Elle pouvait autant être attirée par sa noirceur que par sa douceur. Son visage blottit au creux de son épaule, elle apprécia la chaleur et le réconfort de son étreinte, se laissant bercer par le silence et la cadence si calme et posée de sa respiration.  Ce dont elle avait besoin. Il l’apaisait, la remotivait. Il n’y avait plus rien à rajouter. Enfin si… « Merci… » Un mot tout simple, soufflé sur sa peau et pourtant d’une importance certaine pour la louve. Cinq petites lettres le remerciant pour bien des choses mais surtout pour être là…pour l’avoir écouté bon et pour la supporter aussi, elle et son ascenseur émotionnel… Qui a dit que les Osborn étaient plus doués avec une arme à la main plutôt que dans le maniement des mots ?! Gabriel savait définitivement jouer sur les deux tableaux.

«J’espère au moins qu’ils ont souffert, sinon ça serait moins drôle à imaginer… » Elle releva la tête, un léger sourire s’esquissant sur le bord de ses lèvres, lui mettant une légère tape sur son épaule. « T’es vraiment pas croyable ! » Elle leur avait littéralement arraché tout bout de chair qui passait sous ses crocs alors qu’ils étaient parfaitement conscients, il y avait de bonnes raisons de croire qu’effectivement, ils avaient souffert et sans doute un long moment. C’était une vraie boucherie. De quoi sans doute satisfaire l’Osborn qu’il était.

Jetant un regard vers la tasse qu’elle lui avait retiré des mains depuis un bon moment maintenant, elle constata qu’elle était toujours aussi pleine mais en revanche plus du tout fumante. Oupssss, Gabriel n’allait pas trop apprécier ce petit…désagrément. « Ton café a refroidi… » Laissa-t-elle échapper avec une petite moue. « Que puis-je faire pour me faire pardonner ? » Elle reporta son attention vers lui mordillant sa lèvre inférieure, quelque peu confuse… Se laissant tomber, ses pieds rejoignirent le sol, son corps glissant entre la table et Gabriel toujours proche d’elle.  « Je vais t’en faire un autre… ah moins que tu veuilles autre chose ? » De l’eau, des Twix ou autre…


© MADE BY SEAWOLF.

1032 mots, -24H

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
48/77  (48/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGabriel P. Osborn
Parabataï and more

Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort

Je suis à Chicago depuis le : 21/08/2016 et j'ai déjà payé : 250 factures et gagné : 1140 gains. Il paraît que : Nathaniel Buzolic On m'appelle : spf et pour mon profil je remercie : Amiante et Hunt

Je suis : Fiancé à Aurora Montgomery, amoureux de mon parabatai Florian.
☯️ My Twin

Parce que tu es mon double, ma vie, mon tout. Pour toi je donnerais mon âme, je brûlerais cette terre. Oui, pour toi je tomberais sans remords, parce que ton coeur et le miens ne font qu'un. Deux êtres, une âme, un frisson à l'unisson.
My complication.

Tu es cette drogue qui me fait tomber, tu es cette femme qui me fait vibrer. Je me perds dans cette sensation étrange. Non, je ne le souhaites pas. Laisses-moi me détourner de l'aurore, laisses-moi m'échapper de ton regard. Plier n'est pas une option, pas pour toi, encore moins pour moi. Pars, va-t-en, abandonnes-moi, laisses-moi avant qu'on n'en crève mutuellement.
Sujet: Re: This boy is mine… [feat Toi, toi mon toi]   Jeu 8 Sep - 22:51



Toi, toi, mon doux,mon roiiiii
feat. Auroriel
J’essaye de lui faire comprendre, de lui faire réaliser les choses. Aurora ne sera plus jamais une Obscur. Arrachée de son être par la morsure lunaire, elle était à présent une enfant de la lune, une louve. Elle doit faire avec. Dès mon enfance j’ai été préparé psychologiquement à devenir un vampire, apprenant ce que cela signifiait, les changements que ça effectuerait. Mon frère avait passé le cap en sachant ce qu’il allait endurer, ma sœur également. Malgré mon âme mortelle, je savais dès lors et déjà ce qu’être transformé voulait signifier. Vampire, loup, la transition restait la même. Aussi brutale et déstabilisante. Aurora, contrairement à moi, n’avait pas eu cette éducation. Elle n’avait pas été destinée à cette transition, à cette nouvelle nature qui est à présent sienne. La vie est ainsi faite, pleine d’imprévus et de surprises, de choses que l’on aurait préféré éviter. Je n’avais pas été assez rapide pour la sauver, pour empêcher la morsure de l’atteindre. Me sentais-je coupable ? Non, n’abusons pas. Ce qui est fait est fait, le destin avait choisi la jolie rousse comme cible et je n’allais pas me torturer à cause de ça. Dans un sens, devenir une louve était peut-être une bonne chose. Elle devenait plus forte, plus sauvage et son caractère ressortait bien plus qu’autrefois. J’avais déjà entendu parler d’elle, avant de la rencontre. La douce Montgomery, celle qui parlait plus qu’elle ne frappait. Sa famille était connue pour ça d’ailleurs, pas vraiment violente de nature. Si je l’avais croisé avant, je lui aurais simplement tourné le dos, je l’aurais dévisagé sans lui accorder plus d’attention que ça. Mais voilà, elle avait croisé ma route d’une façon incertaine, d’une façon surprenante. Depuis, elle était entrée dans ma vie, s’accrochant à mon existence sans que je ne daigne l’en empêcher.

« Merci… » Sa voix résonne contre moi, alors que, aussi surprenant soit-il, je l’avais calmement enlacée. Un tel moment serait assez risible vu de l’extérieur. L’Osborn sanguinaire faisant preuve de douceur envers une personne autre que Florian ou sa propre famille. Et oui, comme quoi, beaucoup de choses peuvent arriver entre quatre murs, bien à l’abri des regards. Elle allait devoir s’y faire, quoi que, elle ne devait pas trop espérer non plus. Je suis une pièce à double face, passant du blanc au noir avec une rapidité surprenante. Mais pour le moment, j’étais simplement calme, à l’écoute, tendre également. Peu de gens pouvaient se vanter de voir cette facette de ma personnalité. Et oui, j’ai également un cœur, je peux également ressentir des émotions, des sentiments. Lâchant une connerie, je sens qu’elle me tape sur l’épaule et je ricane légèrement. « T’es vraiment pas croyable ! » Ben quoi… C’est la vérité ! Je fais un regard choqué, alors qu’un léger sourire s’affiche sur mes lèvres. « Oh, je suis innocent, je ne fais qu’exposer mon ressentis. » Je lui offre un petit clin d’œil, assez content de la voir reprendre du poil de la bête. Elle semblait déjà plus à l’aise, plus enclin à la discussion ou même au fait de sourire. Elle détourne les yeux pour les poser sur ta tasse de café, qui effectivement, avait fini par mourir sur place. « Ton café a refroidi… » Non sans blague…je ne l’avais absolument pas remarqué. Je pousse un soupir désespéré devant ma tasse de café froide, voire très tiède en vrai. Je ne supporte pas boire mon café froid, d’ailleurs, dès qu’il refroidit je le jette dans l’évier, m’en faisant un autre. Oui, je ne suis pas doué en économie, mes parents me le disent souvent. En même temps, eux ils bouffent du sang, nous ont dois encore se la taper mortalité !

« Que puis-je faire pour me faire pardonner ? »
Elle reporte son attention sur moi, se mordillant la lèvre inférieure. J’adore quand elle fait ça, je ne sais pas trop pourquoi d’ailleurs. Elle semble tellement…innocente. Tout le contraire de ma personne. Mon corps couvert de cicatrices en disait long sur mon parcoure déjà bien ancré dans ma peau, ma réputation également. Gabriel Osborn n’était pas inconnu, bon, je n’étais pas non plus une star chez les Obscurs, mais je ne passais pas inaperçu. En-même temps, en étant l’un des gardes rapprochés d’Andréa, je ne pouvais que faire résonner mon prénom dans le milieu Obscur. Glissant de la table pour retomber sur le sol, je m’écarte légèrement pour ne pas l’écraser non plus et donc, lui offrir plus de liberté de mouvement. « Je vais t’en faire un autre… ah moins que tu veuilles autre chose ? » Je souris avec amusement face à ses paroles. Non mais elle me tend une perche là, elle sait bien comme je suis en plus. J’ai l’esprit tordu à souhait. « Non, je veux bien un café et, là de suite, il y a beaucoup de choses qui me viennent à l’esprit. » J’avais dit ça avec un petit sourire toujours ancré sur mes lèvres, posant mes mains sur ses hanches pour l’attirer vers moi. Calmement, sans demander son autorisation, je n’en avais pas besoin, je viens poser mes lèvres sur les siennes. C’est toujours aussi agréable, différent. Elle a ce petit quelque chose qui rend les choses plus douces, moins compliquées, plus envoutantes également. Bien sûr je ne le dirais jamais à voix haute, n’abusons pas, je reste moi-même en toutes circonstances. Mais oui, effectivement, ça me troublait.

Mes lèvres glissent sur les siennes, doucement, sereinement avant que je ne mette fin à celui-ci. Je lui fais un petit clin d’œil avant de la relâcher et de m’éloigner vers mes chaussures. « Tu t’occupes du café, je vais chercher le petit déjeuner, enfin, je vais aller dévaliser le manoir. » Oui, mes parents laissaient toujours de la nourriture à disposition pour mes sœurs et mon frère. J’enjambe le cadavre et dit en même temps « et demander à ce qu’on me débarrasse de…ça ! » Sans attendre une quelconque réponse, je sors dehors et traverse la distance qui me sépare de la demeure des Osborn. Une quinzaine de minutes plus tard je fais le chemin inverse, un sac dans les mains alors qu’un domestique me suis de près. Un homme baraqué, l’homme de main de la famille. Entrant chez moi, je saute au-dessus du cadavre. « Elle est là, mettez là avec les autres, ça n’en fera qu’une de plus. » Il pose son regard sur la blonde puis sur Aurora, la saluant poliment, habitué à voir des filles ou même des hommes chez moi. Sans plus tarder ni avoir peur de se salir, il la prend dans ses bras et sort de la maison, n’imposant pas sa présence. Je dépose rapidement le sac sur la table et sors du pain, des croissants, des Twix – un déjeuner sans Twix ce n’est pas un déjeuner et mes parents le savent -, des fruits…Bref, il y avait pas mal de choses. « Voilà, je pense que je vais entendre Adelaïde gueuler d’ici quelques minutes que j’ai encore pris toute la bouffe, mais on s’en fou… » Déjà, je souriais à cette idée. Faire chier mes sœurs c’était mon passetemps favori. « Tu veux quoi ? »





1200 mots - post 10 - 24h


© MADE BY SEAWOLF.




Darkness is your candle.
Floriel ☽ I'll be right here now To hold you when the sky falls down I will always Be the One who took your place When the rain falls I won't let go I will show you the way back home Never leave you all alone I will stay until the morning comes I'll show you how to live again

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOAurora Montgomery

Let's go take a howl at that moon!
☾ Werewolf Girl

Je suis à Chicago depuis le : 30/08/2016 et j'ai déjà payé : 66 factures et gagné : 121 gains. Il paraît que : Kitkat Hot McNamara est mon double. Schizo je joue aussi : que moi ça me suffit! On m'appelle : Emeline et pour mon profil je remercie : sparkle & Tumblr

Je suis : ex-fiancée à Gabriel Osborn
Sujet: Re: This boy is mine… [feat Toi, toi mon toi]   Mar 13 Sep - 19:16



Toi, toi, mon toi…
feat. Auroriel
« Non, je veux bien un café et, là de suite, il y a beaucoup de choses qui me viennent à l’esprit. » Ses mots avaient été ambigus effectivement et ce fut seulement une fois qu’ils eurent traversé ses lèvres qu’elle s’en rendit compte. Evidemment, Gabriel dans toute sa splendeur en avait déjà profité pour le relever, avec bons nombres de sous-entendus dans cette simple phrase. Le laissant encercler sa taille, elle ne protesta pas quand il la rapprocha de lui. Pourquoi l’aurait-elle fait alors qu’elle aimait tant être dans ses bras, tout contre lui... Elle continuait de se mordiller la lèvre, ses dents s’enfonçant davantage dans sa propre chair. Il éveillait ce sentiment si indescriptible au plus profond de son être, qu’il était le seul à parvenir à faire naitre en elle, surtout quand il la regardait comme en ce moment, avec ce sourire.

Ses lèvres étaient telle la caresse d’une plume contre les siennes, douces et légères. Fermant les yeux, elle se délecta de cette étreinte remplie de douceur. Ses mains vinrent se rejoindre dans son dos après être passé entre ses bras et son corps, l’encerclant alors qu’elle répondit à son baiser. L’instant lui parut presque trop court alors qu’il se séparait d’elle. « Tu t’occupes du café, je vais chercher le petit déjeuner, enfin, je vais aller dévaliser le manoir. » Ah oui le petit-déjeuner !... Chose qu’il n’avait toujours pas fait avec tout … ça. Elle acquiesça brièvement tout en se décollant de la table, maintenant qu’elle le pouvait. « et demander à ce qu’on me débarrasse de…ça ! » Son regard se porta sur le cadavre dans l’entrée, sur ses cheveux autrefois d’un blond parfait et à présent dont les pointes baignaient dans le sang. Elle fixa l’arme improvisée que Gabriel avait employée, toujours logée dans son corps. Elle ne l’avait pas remarqué auparavant, mais elle pouvait sentir cette odeur qui émanait d’elle, celle de la mort, de sa chair qui avait déjà entamé le processus de putréfaction. Foutus sens développés de loup ! Aurora s’en détourna sans ajouter un mot ressentant toujours cette petite satisfaction au fond d’elle-même qu’il l’ait tué. S’il ne l’avait pas fait, elle s’en serait sans doute occupée elle-même, juste pour être certaine qu’il y ait une femme de moins à coucher avec lui. Attrapant la tasse de Gabriel, elle en jeta le contenu dans l’évier.

L’odeur du café vint rapidement embaumer la pièce, permettant à Aurora de mettre en arrière plan celle du cadavre. Ayant fait un tour rapide du frigo et des placards du jeune homme, elle comprit qu’il n’y avait pas grand-chose à en tirer, à part une bouteille de jus de fruit à moitié pleine. C’était déjà ça. Elle s’assura quand même que le contenu était buvable, avec Gabriel rien n’était jamais moins sûr, puis de sortir une autre tasse et des couverts pour déjeuner, déposant le tout sur la table. Elle sentit son téléphone vibrer dans la poche de son jean et le sortit. L’écran illuminé lui signalait en lettres capitales qui était son interlocteur : « MAMAN ». Elle n’avait pas envie de parler, pas après hier soir. Il fallait savoir que toutes les vérités n’étaient pas bonnes à entendre hors les faeries ne savaient pas mentir… quelle chance d’avoir une mère faerie… Avec un soupire, elle laissa glisser l’appareil de nouveau dans sa poche. Elle ne pourrait pas l’éviter perpétuellement mais pour l’instant, elle n’avait pas envie d’y penser… « Elle est là, mettez là avec les autres, ça n’en fera qu’une de plus. » Aurora releva la tête pour regarder en direction de l’entrée. Saluant l’homme accompagnant Gabriel, elle le suivit du regard dans ses gestes, son regard rencontrant celui vide de la blonde avant de détourner la tête et reporter son attention sur le jeune homme visiblement très fier de lui. Elle lui adressa un léger sourire. « Voilà, je pense que je vais entendre Adelaïde gueuler d’ici quelques minutes que j’ai encore pris toute la bouffe, mais on s’en fou… » Ah les chamailleries fraternelles !… Aurora était la petite dernière, elle avait toujours eu la meilleure position et qui plus est, c’était la seule fille de la famille, la petite princesse enfin…non. Saoirse. Ce prénom planant toujours au dessus de sa famille, cette ombre, celle de sa sœur ainée, de celle qu’elle n’avait jamais connue…Elle n’avait pas toujours été l’unique fille de la fratrie… « Tu veux quoi ? » Gabriel la tira de ses pensées et elle jeta un œil au petit festin qu’il avait rassemblé sur la table. Il pouvait se montrer attentionné quand il le voulait, ce qui ne faisait que la charmer davantage…comme si y avait besoin de ça ! « Un croissant s’il te plait...» Elle saisit sa tasse, lui servant son café chaud avant de la lui tendre puis fit de même avec la sienne avant de s’asseoir. Le calme après ce début de matinée mouvementée. Il fallait savoir l’apprécier et en profiter. Ca ne durerait sans doute pas bien longtemps…

© MADE BY SEAWOLF.

839 mots, END
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: This boy is mine… [feat Toi, toi mon toi]   

 
This boy is mine… [feat Toi, toi mon toi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung
» Words drifting in the wind ... (feat. Rafael Alvarez)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: