Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 (Eliott) Dysfonctionnel.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
48/77  (48/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGabriel P. Osborn
Parabataï and more

Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort

Je suis à Chicago depuis le : 21/08/2016 et j'ai déjà payé : 250 factures et gagné : 1140 gains. Il paraît que : Nathaniel Buzolic On m'appelle : spf et pour mon profil je remercie : Amiante et Hunt

Je suis : Fiancé à Aurora Montgomery, amoureux de mon parabatai Florian.
☯️ My Twin

Parce que tu es mon double, ma vie, mon tout. Pour toi je donnerais mon âme, je brûlerais cette terre. Oui, pour toi je tomberais sans remords, parce que ton coeur et le miens ne font qu'un. Deux êtres, une âme, un frisson à l'unisson.
My complication.

Tu es cette drogue qui me fait tomber, tu es cette femme qui me fait vibrer. Je me perds dans cette sensation étrange. Non, je ne le souhaites pas. Laisses-moi me détourner de l'aurore, laisses-moi m'échapper de ton regard. Plier n'est pas une option, pas pour toi, encore moins pour moi. Pars, va-t-en, abandonnes-moi, laisses-moi avant qu'on n'en crève mutuellement.
Sujet: (Eliott) Dysfonctionnel.   Mar 23 Aoû - 21:17



Dysfonctionnel.
feat. Eliott Morgenstern
Ma lame glisse contre sa gorge, l’entaillant pour y laisser couler le sang qui faisait palpiter mon cœur bien plus vite. Voilà, ça c’est prendre son pied. Pas besoin de baiser pour ça ! Un petit groupe à étriper suite à une désobéissance quelconque, je n’avais pas demandé de détails. Moi tant que je pouvais tuer. Mais je n’étais pas seul pour cette mission, oh non, il y avait ce pti cul qui bougeait non loin de moi, tuant comme j’étais en train de le faire. Charmante vision hein. Je lâche le corps sans vie pour river mon regard sur mon autre proie, qui déjà, prenait ses jambes à son cou. « Oh mec, tu vas où ? Attends ! Non mais…rhan, j’aime pas courir. » Je tape du pied comme un gamin, du sang plein les vêtements et maintenant plein les chaussures. Chiure, c’était des nouvelles baskets. Je savais que j’aurais dû les acheter en noir et pas en blanc ! J’enjambe le corps et…je glisse, manquant de m’étaler dans la mare de sang de l’autre andouille. « Putain, ils savent pas crever proprement non. » Le fugueur ne pouvait pas aller bien loin, plus loin, c’était un cul de sac. Du coup, je n’avais pas besoin de courir si ? Essuyant ma lame sur la manche de ma veste en jeans, je me redresse en m’étirant par la même occasion, fouillant dans la poche de mon jeans. Mon Twix…où est mon twix ! J’ai la dalle moi. « Eliott t’as pas vu mon…ah non ça va je le vois. » Dans l’agitation le biscuit emballé était tombé près d’un corps, entouré de ce liquide rouge encore tiède. Me dirigeant vers celui-ci, j’enjambe le corps avec un. « Oups, navré ma chère madame…ou mademoiselle…dommage c’était un joli petit lot. » Une petite moue boudeuse s’affiche sur mon visage avant que je ne me redresse, ouvrant le paquet pour mordre dans la friandise préférée.

Il faut savoir que le Twix chez moi c’est sacré, voir obsessionnel. Mais soit, le souci n’est pas là. Revenant sur mes pas, je joue avec ma lame sans trop me préoccuper de mon coéquipier du jour. Ben quoi, il a l’air de bien s’en sortir, il n’avait donc pas besoin de mon aide. Puis, j’avais également une proie à aller buter. « Attention, j’arrive… » C’est à peine si je ne sautille pas vers ma prochaine victime, qui rapidement, fit son apparition dans mon champ visuel, cherchant une issue de secours face à ce destin qui l’attendait. Pas de chance crétin, tu es condamné cherches pas, acceptes-le. Ma lame bougeait entre mes doigts alors que mon adversaire me faisait face. Son regard semble partager entre la peur et la surprise de me voir manger un biscuit en plein carnage. Quoi ? Il fallait que j’attende d’être à table pour manger ? Non mais, faut arrêter. Quand j’ai faim, j’ai faim hein. Haussant les épaules, je regarde le jeune homme sans grandes émotions. Quoi ? T’as jamais vu quelqu’un manger ? Tu veux un bout ? » Je tends le biscuit au moment même où je sens une présence près de moi. Tournant très doucement ma tête vers l’Obscur, je souris d’un air innocent et malsain. « Je proposais une petite gourmandise à notre invité…a moins que ce soit nous les invités vu que de base, c’est chez lui…ou chez un qu’on a déjà buter…j’en sais foutrement rien. Et toi ! C’est chez toi ici ? » Oui, me voilà de nouveau en pleine réflexion, le bras tendu dans le vide, proposant un morceau de mon Twix à ce crétin qui allait finir par se chier dessus. « Non mais c’est pas poli de ne pas répondre… »

Je déteste ça…qu’on me laisse dans le vide, qu’on ne me réponde pas. D’un coup, ma lame fend l’air à une rapidité étonnante, venant s’enfoncer dans la jambe de ma cible. Un cri résonne dans la pièce et je souris. « Ben tu vois que tu sais parler…enfin, crier dans ce cas-là. »




© MADE BY SEAWOLF.

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOEliott Morgenstern

Je suis à Chicago depuis le : 26/04/2016 et j'ai déjà payé : 126 factures et gagné : 10 gains. Il paraît que : Lucky Blue Smith On m'appelle : Wiise et pour mon profil je remercie : Moi même

Je suis : célibataire tentant d'oublier son véritable amour
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   Mar 23 Aoû - 22:01

Tu n’es pas la personne la plus heureuse du monde en cet instant. Pas vraiment à cause des types que tu découpes un peu trop violemment avec ton épée courte, mais bel et bien parce que tu penses sincèrement que ton acolyte du jour est un idiot. Un idiot diablement attirant, mais un idiot quand même. Heureusement pour toi, il a au moins le mérite d’être un très bon combattant. Entaillant les chairs avec une agilité et une maîtrise que tu n’as pu voir que chez ton père. Patriarche sanglant de ta branche Morgenstern. Tes cheveux platine, d’habitude immaculés sont désormais parsemés de tache de sang, tandis que tes yeux clairs se dessinent comme deux prunelles brillantes au milieu d’un visage teinté lui aussi de rouge. Vous ne lésinez pas sur les moyens mais à vrai dire, tu n’as jamais été du genre à faire dans la dentelle. Tu aimes entailler les chairs et observer tes ennemis tomber à terre, s’étouffant dans leur propre sang. Evidemment, très peu de gens connaissent cette facette de ta personnalité. Ce jeune homme à l’avenir si prometteur, si brillant, qui s’enfuit des De Lornet pour rejoindre les siens, les cruels Morgenstern qui font de lui ce qu’il est aujourd’hui. Ce que tu es aujourd’hui. Ce leader impitoyable qui cache ses travers derrière une apparence angélique et des airs charmeurs. Tu as beau être jeune, ton esprit lui, est bien plus mûr qu’il n’y paraît. Tu as su grandir vite, peut être trop vite, même si une part de toi est encore bien joueuse et provoquante. Ce désir de tirer encore un peu sur toi la couverture de l’adolescence. Ce côté impertinent, provoquant, par pur plaisir. Par pur désir.

Ton épée fend l’air de nouveau et tu observes ta victime tomber au sol, tandis que le sang coule le long de la lame. Vous n’avez pas fait de quartier ce soir-là et encore, quelques survivants tentent de fuir, se démène pour échapper à la violence punition. Au châtiment ultime qui abrégera leurs souffrances ou les fera durer un peu, suivant votre humeur. Mais tu ne sens pas spécialement joueur pour l’instant. Tu as juste envie de massacrer. L’esprit peut être encore troublé. Le désir de ne penser à rien, d’être le monstre que l’on décrit si bien. De faire honneur à ton nom et à ton père, qui applaudit chaque souffrance que tu infliges et l’accueilles avec un sourire mauvais. Tu l’entends non loin, l’autre idiot de Gabriel qui s’agite, qui parle à ses victimes, de sa nonchalance que tu juges comme faisant partie intégrante du personnage. En un sens il t’amuse, mais de là à la reconnaître publiquement. Tu as cette arrogance lorsque tu pars en mission, lorsque tu diriges un bout d’opération. Ta mine est froide et détachée, concentré sur la tâche à exécuter. Pourtant ce type semble tout prendre à la légère. Mais sa maitrise est déconcertante. Serait-il profondément mauvais ? Profondément malsain comme tu l’es parfois, refusant pourtant de l’admettre ? Tu préfères ne pas imaginer les réponses à ces questions.

Tu donnes un dernier coup, privant ton dernier adversaire de sa tête. Tu prends grand soin d’aiguiser ton épée à la perfection. Tu es réputé pour être tranchant, autant que ta lame. Tu as ce côté sociable, blagueur, détendu, mais ça, c’est seulement dans une certaine sphère privée. Le reste du monde connaît une facette bien plus sombre d’Eliott Morgenstern. Ta capuche, d’abord rabattue sur la tête a fini par totalement tomber en arrière, libérant ta crinière d’argent, tandis que tu t’approches de ton compagnon sanglant qui semble se délecter de sa dernière victime. Tu n’es plus sur tes gardes. Tu fais tourner ton épée dans ta main, d’un geste souple et parfaitement maîtriser en t’approchant encore. Lorsque tu remarques que Gabriel est en train de manger un twix tout en désignant du doigt sa victime en tenant des propos plus stupides les uns que les autres, tu esquisses un sourire, c’est plus fort que toi. Ce type te déconcerte totalement. Tout ce sang, toute cette violence semble être pour lui juste un vaste terrain d’un jeu, dans lequel il évolue comme un enfant dans un bac à sable. « T’es vraiment un idiot » Lâches-tu, comme une constatation amusée, après qu’il est planté son épée dans la jambe du pauvre type qui se met à hurler. Tu t’approches, d’un pas presque lent et lui coupe la tête, d’un geste sec, rapide et parfaitement maitrisé. Tu te retournes vers Gabriel tandis que tu essuies ta lame dans ton jean sombre. Ton habituel perfecto en cuir est désormais maculé de sang, mais tu n’y accordes pas trop d’importance. Le sang ne t’a jamais dérangé. « T’es toujours comme ça ? Où j’ai droit à un numéro spécial ? » Demandes-tu, un brin provoquant. Il réveille le joueur en toi. Qui peut se montrer aussi provoquant que tranchant. Tu arrives finalement à sa hauteur, s’arrêtant devant lui. Un nouveau sourire en coin se dessine sur ton visage tandis que tu lui prends son twix des mains pour en prendre une bouchée. Provocateur. Vil provocateur. Tu ne pourrais pas vraiment l’expliquer mais il te donne envie de jouer au con. Le type froid et trop sérieux en mission se transforme en l’Eliott que tu es de nature. Plus fin, plus joueur. Presque à chercher la merde finalement. Oh car au fond de toi tu le sais, ce seul geste va te valoir une vive réaction. Reste à savoir laquelle.

-24h
916 mots


I wanna hide forever in your heart
What I would do to take away this fear of being loved, Allegiance to the pain, Now I'm fucked up and I'm missing you sign by Wiise

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
48/77  (48/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGabriel P. Osborn
Parabataï and more

Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort

Je suis à Chicago depuis le : 21/08/2016 et j'ai déjà payé : 250 factures et gagné : 1140 gains. Il paraît que : Nathaniel Buzolic On m'appelle : spf et pour mon profil je remercie : Amiante et Hunt

Je suis : Fiancé à Aurora Montgomery, amoureux de mon parabatai Florian.
☯️ My Twin

Parce que tu es mon double, ma vie, mon tout. Pour toi je donnerais mon âme, je brûlerais cette terre. Oui, pour toi je tomberais sans remords, parce que ton coeur et le miens ne font qu'un. Deux êtres, une âme, un frisson à l'unisson.
My complication.

Tu es cette drogue qui me fait tomber, tu es cette femme qui me fait vibrer. Je me perds dans cette sensation étrange. Non, je ne le souhaites pas. Laisses-moi me détourner de l'aurore, laisses-moi m'échapper de ton regard. Plier n'est pas une option, pas pour toi, encore moins pour moi. Pars, va-t-en, abandonnes-moi, laisses-moi avant qu'on n'en crève mutuellement.
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   Mar 23 Aoû - 22:47



Dysfonctionnel.
feat. Eliott Morgenstern
Ma lame fend l’air avec une rapidité que je n’avais pas vraiment contrôlée, faut dire que quand ça part ça part hein. C’est un peu comme dans la baise, quand ça sort on ne sait pas retenir. Les cris du jeune homme me firent sourire alors que, sincèrement, je me retenais de sautiller comme un gamin. Me contentant de prendre une autre bouchée de mon Twix, histoire d’avoir un semblant de dignité. J’ai bien dis un semblant. « T’es vraiment un idiot » Je tourne doucement la tête vers l’Obscur, un sourire niai sur les lèvres. Ce sourire tellement faux qui m’allait si bien. Ce sourire qui trompait beaucoup sur ma réelle personnalité. Moi, un idiot ? Bien sûr que non, quoi que, si un peu…d’accord beaucoup, mais il ne faut pas le dire. « Non, sérieux ? » Phrase complètement ironique qui sort de mes lèvres, alors que je ricane sournoisement en reportant mon attention sur ma victime qui tentait de se débarrasser de la lame. Ouai mec, elle est bien enfoncée. Je vois alors Eliott avancer vers MA victime et lui trancher la tête. Alors que j’allais reprendre une bouchée de mon twix, j’interrompt mon geste, la bouche grande ouverte, suivant des yeux la tête qui roule. « Ben mec, c’est ce qu’on appelle perdre la tête. » Non mais, il venait vraiment d’achever mon jouet ? C’est cruel là ! Je fais quoi maintenant ? Je me branle ? Non, j’ai un dicton, jamais en public. Une petite moue boudeuse s’affiche sur mon visage, tel un gamin, je me renfrogne sur moi-même. Je n’aime pas qu’on m’enlève mes jouets… Celui-là j’avais en tête de lui ouvrir le bide, de jouer avec ses boyaux et de m’en faire une corde à sauter. Pour l’heure, c’était clairement raté ! Il mériterait que je lui fasse bouffer la tête, en commençant par les dents.

« T’es toujours comme ça ? Où j’ai droit à un numéro spécial ? » Je hausse légèrement les épaules, reprenant une bouchée de ma friandise, mâchant lentement en levant mon regard vers l’Obscur. « Non, ma mère m’a faite ainsi. Me demande pas comment autant de perfection peut avoir élu domicile dans une seule personne…moi-même je n’en ai aucune idée. » Je l’observe approcher, ayant récupérer un petit sourire amusé sur le visage. Ce regard, je le connais que trop bien pour l’adopter dans de régulières situations. Il s’arrête à ma hauteur et je ne le quitte pas des yeux, une main dans la poche, l’autre tenant mon Twix. Nous étions dans de sales états, enfin, hygiènement parlé. Autant couvert de sang l’un que l’autre, c’était foutrement sexy. C’est alors qu’il…prend mon twix. WHAT ! Ma bouche s’ouvre, mes yeux s’écarquille. Non mais…c’est mon Twix….il…il vient de bouffer mon twix là ! Il sait que je tuerais pour un Twix ? Que c’est genre, la prunelle de mes yeux ? Si je devais me marier avec quelqu’un ou notamment, quelque chose, ça serait avec un putain de Twix quoi. « Mon Twix. » Mes paroles étaient sorties dans un petit couinement plaintif, vibrant, alors que mon regard s’enflamme. Il me cherche ? Et bien soit, il va me trouver. On ne me vole pas ma friandise, mon âme sœur, impunément. Oh ça non. Je me redresse droit comme un I, ne le quittant pas des yeux. Il voulait jouer ? Jouons alors….sauf que là, il allait s’en prendre plein la gueule le petit. Je ne suis pas un foutu Osborn pour rien. Puis, tout ce sang ça me donne le feu au cul, que voulez-vous. Un sourire en coin s’empare de mes lèvres, alors que mon regard se fait plus sombre, plus adulte, mais surtout plus malsain.

Je fais un pas en avant réduisant notre proximité. « On ne t’a jamais dit que prendre quelque chose qui n’est pas à toi c’est du vol ? » Un nouveau pas et cette fois, mon visage frôle le sien sans grandes gênes. Rien à foutre qu’on soit entouré de cadavre, que mes vêtements soient trempés de sang, que mon visage soit également pas mal tâché… Ce n’est pas ça qui va m’arrêter, que du contraire. Ma main se lève et viens se placer dans sa nuque, alors que rapidement, mes lèvres se déposent sur les siennes. Inutile de dire que j’avais une idée bien précise dans la tête. Ma langue force la barrière de ses lèvres et glisse dans sa bouche, touchant la sienne avant de trouver ce qu’elle cherchait. Le bout de Twix ! Avec agilité, je fais passer le bout dans ma bouche et le relâche enfin, lui reprenant mon Twix des mains en reculant de deux pas. Un sourire malsain sur les lèvres, je passe mon pouce sur celles-ci, le regard animé par cette flamme que j’aime tant. « Et voilà, merci beaucoup pour la récupération de mon bien. » Il a voulu me provoquer ? Pas de soucis, j’étais toujours prêt à pour l’attaque, sauf qu’il ne devait pas s’attendre à une telle chose. En-même temps, en volant mon Twix, il voulait que je fasse quoi ? Que je le laisse manger ? Non, non, ce n’est pas aussi facile que ça. Je porte la friandise à ma bouche et mord un bout avant de pointer mon doigt vers le jeune homme. « Puis, tu m’as volé mon jouet, rien que pour ça tu mériterais que je te fouette sur place…sisisi, je te jure… » D’ailleurs, j’aurais pas un fouet sur moi ? Je fais quelques pas sur ma gauche et sans le vouloir, je chotte dans la tête décapitée. « Oups, pardon jeune homme. » C’était sorti tellement naturellement, alors que j’enjambais celle-ci. « Il avait vraiment une tête de noeux…un peu comme toi quand j’ai fourré ma langue dans ta bouche…c’était terrible. »


972 mots
-24h
post'3


© MADE BY SEAWOLF.

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOEliott Morgenstern

Je suis à Chicago depuis le : 26/04/2016 et j'ai déjà payé : 126 factures et gagné : 10 gains. Il paraît que : Lucky Blue Smith On m'appelle : Wiise et pour mon profil je remercie : Moi même

Je suis : célibataire tentant d'oublier son véritable amour
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   Lun 29 Aoû - 0:30

Il t’agace ce type trop sur de lui, trop détendu, trop nonchalant. T’as envie de lui faire ravaler son arrogance, ses sourires niaient et son humour douteux. Mais une part de toi a envie de jouer avec ce type. De t’amuser de ses conneries et de les retourner contre lui. Parce que tu es comme ça, provocateur, provoquant, sans arrêts. Pourtant en mission tu es plus sérieux, plus froid, plus expéditif. Mais il a le don de t’agacer au point de vouloir faire naître chez toi cette envie de jeu. Cette envie de vouloir le faire sortir de ses gonds. De lui montrer que toi aussi tu peux te montrer con quand tu veux. Alors tu le provoques, un peu, gentiment, avec quelques remarques, quelques questions un peu piquantes. Sa réponse concernant son comportement te fait lever les yeux au ciel. Tu ne lui feras pas le plaisir de reconnaître à haute voix qu’il t’agace, pourtant c’est bel et bien le cas. Tu t’approches, tu le vois jouer avec sa victime, votre victime alors tu sautes sur l’occasion. C’est trop beau pour laisser passer ça, pour ne pas entrer dans son jeu. La tête de sa victime tranchée, tu t’approches et lui voles ton twix pour venir en prendre une bouchée et la mâcher lentement, longuement, juste pour observer son air dépité, surpris et probablement énervé. Il se montre plaintif et un sourire satisfait illumine ton visage tandis que tu continues de mâcher, prêt à prendre une nouvelle bouchée, à engloutir toute sa barre chocolatée s’il le faut. Juste attendant sa réaction. Tu es probablement un peu masochiste mais c’est ton côté joueur qui dicte tes gestes ou plutôt tes conneries. Oui car malgré tout, il n’a pas l’air du genre à épargner qui que ce soit, donc tu te doutes bien qu’il va se défendre d’une façon ou d’une autre. Ou en tout cas te faire payer tes deux gestes provoquants consécutifs.

Son regard s’assombrit, devient plus dur, tandis qu’un sourire mauvais éclaire son visage. Toi, tu restes de marbre, tu ne bouges pas, tu gardes ce sourire provoquant, trop fier, trop arrogant. Mais qu’importe ce qu’il compte entreprendre, tu répliqueras. Parce que tu es comme ça, une forte tête, qui ne se laisse jamais marcher sur les pieds. Quitte à se prendre des coups. Notamment par ton père, trop violent, trop impulsif. Probablement la seule personne devant laquelle tu as appris à te contenir. Tu ne réponds rien, continuant de mâcher. Impertinent. Mais sa réaction est bien loin de tout ce que tu pouvais imaginer. Il te plaque contre lui d’une main sur ta nuque et son baiser, qui aurait pu être agréable en devient dégoutant. Oui car tu mâches encore ce Twix et sa langue qui bouscule tes dents pour se frayer un chemin dans ta bouffe. Tu ouvres grands les yeux tandis qu’il récupère le morceau de Twix avant de se reculer et que toi, tu craches par terre les restes de biscuit mâché. « T’es taré putain ! » Craches-tu avant de t’essuyer la bouche. Tu avais beau le trouver con, tu le trouvais aussi mignon, jusqu’à ce geste qui te déséquilibre complètement. Tu le regardes, te redressant, tâchant de reprendre tes esprits tandis qu’il s’adresse à toi avec la même désinvolture qu’auparavant. Il est clairement déstabilisant. Tu ranges ton épée dans le fourreau que tu gardes dans ton dos, avant de le regarder de nouveau, toujours aussi déconcerté par son attitude. Il joue, constamment, d’une façon bien pire que toi, bien plus malsaine. Une partie de toi peut réellement être attirée par un type comme ça. Il faut croire que les années à fréquenter ton taré de père n’ont pas aidé. Mais d’un autre côté, il te fait un peu peur. Oui tu dois l’admettre, peur. Simplement car sa folie semble dépassée ce que tu as pu imaginer à son encontre. « T’as sérieusement des problèmes mon gars » Lâches-tu de nouveau par dépit. Il se moque de toi, s’amuse de la situation comme tu as tant l’habitude de le faire. Mais tes provocations semblent bien légères à côté de ce dont il est capable. « Faut dire que je ne m’attendais pas à un truc pareil, c’est quand même plutôt dégueu » Dis-tu en haussant les sourcils, avant de frotter son visage pour te rendre compte qu’il est maculé de gouttes de sang à la suite des nombreux meurtres violent que tu viens de commettre.

Tu constates le carnage autour de vous. Les membres découpés, les têtes roulant sur le sol et le sang jonchant la ruelle. Des flaques de sang. Tu dois bien admettre que même tu as pu effectuer un bon paquet de mission, celle-ci semble être une des plus sanglantes. Oui car toi, tu ne joues pas bien longtemps avec tes victimes. Tu n’es pas un grand sadique. Tu es simplement violent, abrégeant les souffrances rapidement, sauf si tu as besoin de quelques informations. Mais de manière générale tu tues, sans sommation. C’est exactement ce que tu as fait aujourd’hui mais ton partenaire lui, prenait bien davantage son pied. « J’pensais pas qu’en plus d’adorer les trucs sanglants, t’étais un adepte du viol buccal » Ok d’accord tu retrouves un peu le sourire, parce que tu ne restes pas déstabilisé bien longtemps. Tu sais rebondir, tu sais t’adapter, et même si tu as bien compris que tu dois te tenir un peu à l’écart de ce type, tu ne peux t’empêcher de rire de ta propre réaction. Il t’a bien eu, ce con.

926 mots


I wanna hide forever in your heart
What I would do to take away this fear of being loved, Allegiance to the pain, Now I'm fucked up and I'm missing you sign by Wiise

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
48/77  (48/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGabriel P. Osborn
Parabataï and more

Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort

Je suis à Chicago depuis le : 21/08/2016 et j'ai déjà payé : 250 factures et gagné : 1140 gains. Il paraît que : Nathaniel Buzolic On m'appelle : spf et pour mon profil je remercie : Amiante et Hunt

Je suis : Fiancé à Aurora Montgomery, amoureux de mon parabatai Florian.
☯️ My Twin

Parce que tu es mon double, ma vie, mon tout. Pour toi je donnerais mon âme, je brûlerais cette terre. Oui, pour toi je tomberais sans remords, parce que ton coeur et le miens ne font qu'un. Deux êtres, une âme, un frisson à l'unisson.
My complication.

Tu es cette drogue qui me fait tomber, tu es cette femme qui me fait vibrer. Je me perds dans cette sensation étrange. Non, je ne le souhaites pas. Laisses-moi me détourner de l'aurore, laisses-moi m'échapper de ton regard. Plier n'est pas une option, pas pour toi, encore moins pour moi. Pars, va-t-en, abandonnes-moi, laisses-moi avant qu'on n'en crève mutuellement.
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   Mar 30 Aoû - 16:08



Dysfonctionnel.
feat. Eliott Morgenstern
Il ne me connait pas le pti blondinet, enfin, blanchounet, je ne sais pas trop comment le nommer pour dire la vérité. Il ne sait pas de quoi je suis capable, jusqu’où je peux clairement aller. Ça m’amuse. Il est complètement inconscient, ça en est presque stupide mais quand même amusant. Du coup, autant le mettre directement au parfum non ? Genre, In Victus ou encore Millenium… vous voyiez le genre ? Je ne me gêne donc pas plus pour coller mes lèvres contre les siennes, sensation agréable qui pourtant avait pour but de récupérer ce qui était à moi. On ne vole pas mon Twix, même une simple bouchée. Ce n’est carrément pas possible hein, faut pas abuser ! C’est vraiment la dernière chose à faire avec moi. Ma langue se fraye un chemin à travers ses dents, forçant le passage, ne lui laissant clairement pas le choix. Ni une ni deux, je récupère mon twix mâché au préalable par Eliott, bof, au moins il m’aura facilité le boulot hein. Dégueulasse ? Moi ? Je n’ai jamais dit avoir été élevé chez les riches hein. Je finis par le relâcher, me doutant que sa réaction n’allait pas forcément être des plus joyeuse. « T’es taré putain ! » Je hausse les épaules alors qu’il crache sur le sol. « Non, c’est juste une image faussée de ma personnalité. » Je souris d’un air complètement amusé face à sa réaction. Pauvre petit bichon, l’aurais-je choqué ? Peut-être. En-même temps, il ne devait pas s’attendre à ce que j’aille récupérer mon Twix à moitié mâché, voir complètement, dans sa jolie petite bouche. Il apprendra à me connaître avec le temps, surtout si nous étions amenés à bosser de nouveau ensemble. Au moins, il saura dorénavant que mon Twix c’est sacré et qu’on ne touche pas à celui-ci…bon, c’est également un moyen de m’acheter, je ne le nie pas.

« T’as sérieusement des problèmes mon gars » Je ricane avec amusement, tournant mon regard vers lui. Oui, j’ai de sérieux problèmes mentales, et alors, ça change quoi à ma vie ? En-même temps je suis quand même né dans une famille de tarés ! Mon père à quatre ans, me faisait tuer un petit chien tout mignon, il l’était moins quand j’en ai eu fini avec lui. « Mais non, c’est juste dans ton imagination tout ça. » J’ai toujours quelque chose à répondre, toujours une phrase à répliquer. C’est comme un automatique de provocation pur et dur, ne supportant pas ne pas avoir le dernier mot. Même Léa en pâtissait, enfin, avec elle c’était moins facile vu qu’elle a une aussi grande gueule que moi. « Faut dire que je ne m’attendais pas à un truc pareil, c’est quand même plutôt dégueu » Je souris avec un air foutrement arrogant et surtout fier de moi. Je l’avais eu par surprise et il semblait avoir du mal à s’en remettre. Ne connait-il pas la réputation des Osborn ? Je connais la sienne pourtant…Après tout, entres Obscurs il faut se connaître non. « Le mot dégueu est assez relatif mon cher. Beaucoup penseraient qu’être couvert de sang de la tête au pied est dégueu…moi je trouve ça charmant, voir sexy. Du coup, je ne sais pas si aller rechercher mon Twix dans ta bouche est véritablement dégueu, c’est juste…d’une grande banalité. » Me dirigeant vers un coin de la pièce, je finis par m’asseoir sur le dos d’une victime sans son bras gauche. Le pauvre, s’il était gaucher ç’était pas de bol…en même temps, il est mort, du coup, il n’avait pas réellement besoin de son bras si ?

Mon regard glisse sagement sur Eliott, alors que je froissais le papier de mon Twix à présent terminé. Il semblait autant couvert de sang que moi, alors qu’il avait rangé son épée pour la laisser pendre à son dos. Penchant la tête sur le côté, je remarque qu’il reste à bonne distance de moi. Un sourire arrogant se fige sur mon visage. Voilà qui est intéressant, l’aurais-je vraiment pris au dépourvu ? Pensait-il que j’étais capable du pire ? Il avait raison, sauf qu’en restant loin, il me provoquait sans le comprendre. Plus il allait chercher la distance, plus j’allais la lui refuser. « J’pensais pas qu’en plus d’adorer les trucs sanglants, t’étais un adepte du viol buccal » Je pouffe de rire en me relevant d’un bon, approchant du jeune homme sans grandes précautions ni même discrétion. Ce n’est pas mon style, je suis in fonceur, je ne marche pas sur des œufs. « Arrête de chialer beau gosse, je suis sûr qu’au final, tu as adoré. » Je me stoppe juste en face de lui, plantant mon regard dans le sien, un sourire carnassier sur les lèvres. Je joue, j’adore ça. Puis, apparemment, il ne semblait pas contraire à me suivre dans cette partie qui pouvait rapidement prendre plusieurs tournant. Eliott et moi n’avions jamais eu l’occasion de travailler ensemble, c’était une première, mais je n’en étais pas déçu. Bien qu’il achève bien trop vite ses victimes, ce qui est dommage, le sang sur sa peau ne laissait aucuns doutes sur ses capacités. « Puis, si tu avais voulu me repousser, tu l’aurais fait. Tu es un Obscur, j’en suis également un, force égale Eliott…alors ne fais pas le prude, ça ne te va pas. » J’avais dit ses mots d’une façon plus suaves, plus charismatique. Oui, j’ai tendance à passer du noir au blanc avec une rapidité déconcertante.

Contournant l’Obscur, je viens me positionner derrière lui. Mes lèvres approchent alors de son oreille, mon regard ne cessait de briller face à ce que j’avais en tête. Le chercher, le trouver, m’amuser. « Puis, saches que je ne demande jamais la permission quand je veux faire quelque chose… » Ce qui est totalement vrai en soi. Quand je veux quelque chose je l’obtiens, que ce soit par la force ou non. C’est comme ça, je suis mal élevé ! Je n’ai pas peur d’une telle proximité avec lui, après tout, s’il m’en colle une il s’en ramassera une également. Donnant donnant…


1019 mots
-24h
post'5


© MADE BY SEAWOLF.

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOEliott Morgenstern

Je suis à Chicago depuis le : 26/04/2016 et j'ai déjà payé : 126 factures et gagné : 10 gains. Il paraît que : Lucky Blue Smith On m'appelle : Wiise et pour mon profil je remercie : Moi même

Je suis : célibataire tentant d'oublier son véritable amour
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   Sam 3 Sep - 22:53

Sa nonchalance t’agace, sa désinvolture, encore plus. Pour lui, tout semble normal. Tout semble logique. Comme si sa folie n’a rien de choquant, comme si elle est parfaitement normale. Il t’exaspère autant qu’il te fascine. T’as une espèce de curiosité mal placée qui te pousse à le titiller, à le taquiner, mais tu sens aussi qu’une telle chose est absolument dangereuse, car il ne semble reculer devant rien. Rien qu’à voir cette espèce de baiser langoureux ragoutant. Même dans tout travers tu n’aurais pas osé. Cependant, lorsqu’il parle de ta perception de quelque chose de dégoûtant, il marque un point. Tu as tellement l’habitude, n’étant absolument pas choqué par la vue du sang et de morceaux de chair sur vos corps, que tu en as presque oublié qu’une telle vision peut dérouter bien du monde. Mais admettre qu’il a raison, admettre que la véritable chose dégoutante ici, ce sont vos deux corps couverts du sang de vos victimes bien trop vite déchiquetés, ca te paraît simplement impossible. Se serait lui donner raison et ça, tu ne veux pas. Tu ne veux surtout pas. « Moué » Lâches-tu simplement, comme acceptant à moitié son évidence bien qu’il marque un point. Surtout qu’il dit que lui, ça lui plaît cette vision et à dire vrai, toi aussi. Ce sentiment de toute-puissance, cette victoire d’avoir réduit vos ennemis à néant. La douce odeur du sang qui vient chatouiller tes narines. Oui, tu dois admettre que tu adores ça. Tu es devenu une machine à tuer grâce à ton père mais au delà de ça, tu aimes être devenu une telle arme. Avoir les aptitudes de te battre vite, bien, jusqu’en détruire littéralement tes ennemis. Toi-même ennemis de l’altruisme et de la pitié. Tu coupes les têtes, entailles les chairs et crache sur les cadavres. Sans honte, sans gêne, le regard éclairé d’une lueur malsaine. La toute-puissance d’avoir le droit de vie ou de mort. Alors oui finalement, son twix et ce baiser ne sont pas grand chose en vérité. Tu as envie de lui dire que le spectacle qui se dessine autour de vous te plaît à toi aussi. Que de le voir ainsi, aussi maculé de sang que toi, te plait bien plus que de raison. Mais tu préfères rester silencieux, balayant à la suite de sa réplique, les cadavres qui jonchent le sol, du regard, tandis que Gabriel s’assoit sur le dos d’une de vos victime, qui n’aura vraisemblablement plus besoin de son corps désormais privé de vie.

Cependant, tu restes à bonne distance de Gabriel qui semble se mettre à l’aise. Tu préfères être sur tes gardes. Ce type semble bien trop imprévisible pour que tu te permettes de te détendre complètement. Tu te doutes bien qu’il n’osera pas te tuer, ton nom, comme le sien, est bien trop connu pour que ton meurtre soit invisible et rapidement oublié. Surtout que la colère de ton père serait sans limites et qu’il n’est pas réputé pour sa douceur. Pour autant, tu ne sais pas à quoi t’attendre avec ce type qui te plaît autant qu’il t’exaspère. Un sentiment étrange. Tu t’adresses une nouvelle fois à lui. Plus joueur cette fois, parce que malgré tout, t’as envie de jouer un peu avec le feu. T’es peut-être masochiste dans le fond, à croire aux amours impossibles et à provoquer les psychopathes. Mais t’as ce désir malsain de le faire, de le tester. Il pouffe et se lève pour s’approcher de toi, tandis que tu ne bronches pas, attendant simplement de voir la suite. Il te cherche lui aussi et tu ne peux t’empêcher de répliquer « Adoré ? Peut être sans le twix » Impertinence. Foutue impertinence. Portant l’attirance de ce corps plus épais que le tien, mais tout aussi couvert de sang. Il s’arrête en face de lui et tu le dévisages, le dominant seulement de quelques centimètres et pourtant tu sais que s’il agit, il est bien capable de te maîtriser. Non sans que tu te défendes, toutefois. Son sourire est carnassier mais tes yeux brûlent de provocation. Foutu arrogance.

Ses paroles te provoquent, autant que les tiennes. Il marque un point, tu fais le choquer, l’outré, pourtant tu n’as rien d’un type prude, bien au contraire. Sans te considérer trop vulgaire ou trop fonceur, tu ne manques pas de confiance en toi. Tu ne manques pas de désir de jouer et de provoquer avant d’arriver à tes fins. Et dieu sait que tu aimes arriver à tes fins. « Tu m’as pris par surprise » Lâches-tu simplement, comme pour te défendre. Un léger sourire naissant à la commissure de tes lèvres. Vous vous provoquez, vous vous tatez l’un l’autre dans un simplement jeu de parole et de proximité. Tu le laisses te contourner sans rien dire. Ne bronchant pas, attendant de voir la suite. Bien trop curieux alors que tu devrais être inquiet. Ses lèvres viennent s’approcher de ton oreille et y murmurer quelques paroles. Tu frissonnes légèrement de cette proximité. « Ne t’attend pas à ce que je me laisse faire, cette fois- ci » Lâches-tu, probablement trop sur de toi, mais lui exprimant clairement que désormais, tu es prévenu, tu vas le voir venir et tu réagiras en fonction. Ta main se recule et vient saisir son entre-jambe que tu presses un peu violemment. « Tu m’as eu une fois, pas deux » Avertissement et provocation qui vont probablement se retourner contre toi. Mais tu es prêt à agir en conséquence. Pourtant partager entre une envie de davantage de proximité et au contraire celle de fuir loin de ce type un peu taré. Il commence à faire naître un désir malsain que tu as bien du mal à contrôler.

954 mots


I wanna hide forever in your heart
What I would do to take away this fear of being loved, Allegiance to the pain, Now I'm fucked up and I'm missing you sign by Wiise

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
48/77  (48/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGabriel P. Osborn
Parabataï and more

Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort

Je suis à Chicago depuis le : 21/08/2016 et j'ai déjà payé : 250 factures et gagné : 1140 gains. Il paraît que : Nathaniel Buzolic On m'appelle : spf et pour mon profil je remercie : Amiante et Hunt

Je suis : Fiancé à Aurora Montgomery, amoureux de mon parabatai Florian.
☯️ My Twin

Parce que tu es mon double, ma vie, mon tout. Pour toi je donnerais mon âme, je brûlerais cette terre. Oui, pour toi je tomberais sans remords, parce que ton coeur et le miens ne font qu'un. Deux êtres, une âme, un frisson à l'unisson.
My complication.

Tu es cette drogue qui me fait tomber, tu es cette femme qui me fait vibrer. Je me perds dans cette sensation étrange. Non, je ne le souhaites pas. Laisses-moi me détourner de l'aurore, laisses-moi m'échapper de ton regard. Plier n'est pas une option, pas pour toi, encore moins pour moi. Pars, va-t-en, abandonnes-moi, laisses-moi avant qu'on n'en crève mutuellement.
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   Dim 4 Sep - 1:08



Dysfonctionnel.
feat. Eliott Morgenstern
Je pars dans un délire concernant le mot dégueulasse, un moment d’égarement dont j’ai le secret. Parfois, je pars dans des discours assez étranges, comme maintenant, sans vraiment réaliser ce que je dis. Pourtant, c’est des paroles censées et réalistes, c’est d’ailleurs sûrement pour cette raison que je ne comprenais pas trop mon tripe sur le coup. Je comprenais plus vite mes crises de psychopathe que de beaux discoures réalistes et complets. « Moué » Je souris face à ce comportement désinvolte qu’il avait, comme si mes paroles ne le touchaient pas plus que ça. Bon, je ne m’en offusque pas, personnellement son avis m’importe peu, j’ai ma manière de fonctionner et j’aime celle-ci. Puis, avouons que l’heure n’était pas vraiment aux débats, nous étions quand même entourés de cadavres, couvert de sang et en train de nous provoquer en quelque sorte. Qu’elle situation merveilleuse, c’est le genre de chose qui me met dans des états d’ouverture assez étrange. Je vais poser mon cul sur un cadavre, laissant mes paroles s’élever dans la pièce autrefois abritée par de nombreuses vies que nous avions sauvagement fauchées. C’est notre façon d’être, notre mission. Après tout, je savais qu’il avait aimé ça, je l’avais vu dans son regard. C’est un tueur, il est façonné ainsi, comme sa famille…comme moi je l’étais grâce à la mienne. Bon, j’avais toujours eu une case en moins également, mais ça c’est sûrement génétique hein. Surtout que Léa est la même, Adam aussi, Eve n’en parlons pas…bref, à part Marie qui fait sa prude, nous sommes tous des tueurs assez sauvages et psychopathes. D’accord, pour se taper sa jumelle faut pas être très net. Mais merde, Léa est franchement canon ! ca aussi c’est génétique non ? Tous des beaux gosses dans la famille, pas un pour rattraper l’autre…

« Adoré ? Peut être sans le twix » Mais quel provocateur, il semble se lâcher le pti là. Je me lève pour approcher de lui, laissant mon sourire carnassier s’installer sur mes lèvres, alors que je pouvais lire toute l’arrogance du monde dans son regard. J’adore ça, c’est franchement drôle et assez excitant. Le voir comme ça me provoquer, s’attendre à tout de ma part sans pour autant savoir ce dont je suis capable. Et oui, c’est ça qui me rend fou, puis, tout ce sang sur lui aussi. Le rouge lui va tellement bien, j’ai envie de laisser mes doigts glisser sur son visage, rien que pour avoir le plaisir de ressentir le sang qui commence à sécher sur lui. Tu vas commencer à jouer, tu vas commencer à réellement le provoquer…parce que ça tu sais le faire aussi, tu veux voir jusqu’où il est prêt à aller dans ses provocations. Oui, tu veux voir s’il est capable d’aller aussi loin que toi ou alors, s’il allait tenter de faire sa prude. Le souci, c’est qu’une fois que tu es lancés et bien, tu veux obtenir l’objet de ton désir. Hors, Eliott est devenu cet objet, ce désir, malheureusement pour lui. « Tu m’as pris par surprise » Il sourit et tu hausses un sourcil l’air attentif à ce qu’il dit, comme amusé par ses paroles. « Tu ne devrais pas être surpris… tu n’as encore rien vu. » Oui, une simple attention, de simples mots qui veulent dire tellement de choses. Là, il n’avait eu qu’un simple aperçu de ce que tu étais capable de faire, de ce que tu allais faire. Car déjà, tu le contournais, t’arrêtant derrière lui pour laisser tes paroles se murmurer à son oreille. Toute cette tension tu peux la sentir, comme une bouffée de chaleur qui t’envahie.

« Ne t’attend pas à ce que je me laisse faire, cette fois- ci » Heureusement, je n’aime pas quand je dois faire tout le boulot, quand c’est trop facile. J’aime les hommes farouches, les hommes qui se font de fausses idées en pensant pouvoir me résister bien longtemps. Un petit ricanement sort de mes lèvres, pourtant, je ne m’attendais pas à la suite. Je sens sa main attraper mon entre-jambe sans grande douceur, tant mieux, la douceur c’est pas mon fort. Un souffle s’échappe de mes lèvres alors que mes yeux se ferment légèrement sous cette pression, ce contact intime et plaisant. « Tu m’as eu une fois, pas deux » Je ricane de nouveau. « Tu crois ? » Et sans prévenir, je prends sa main dans la mienne et, sans gêne, je la glisse dans mon pantalon, passant sous mon boxer pour la placer contre mon intimité mais peau contre peau. « Si tu veux faire quelque chose, fais les choses bien Eliott, sinon, ne fais rien du tout. » J’avais murmuré ces mots, un sourire mauvais sur les lèvres. Il voulait jouer et bien, qu’il joue le jeu à fond parce que clairement, il avait lancé la machine et je n’allais pas m’arrêter. Avant même qu’il puisse réagir, j’approche mes lèvres de son cou, y déposant un baiser tout en laissant ma langue glisser sur sa peau couverte de sang. J’avais dégagé ma main pour juste y laisser la sienne. Mon pantalon n’était pas détaché, du coup, la pression de sa main était bien présente et cette sensation ne fit que m’exciter davantage. Allait-il jouer ou se dégager ? Allait-il prendre peur ou encore, allait-il me surprendre ? Je n’en avais pas la moindre idée, sauf que là, je n’en avais plus rien à foutre. J’étais chaud bouillant et l’environnement ne faisait qu’augmenter la chose. Il y avait tout ce sang, cette odeur métallique qui me rendait dingue. Sa peau sous ma langue, alors que je pouvais goûter à nos victimes… Je frisonne en soupirant légèrement, alors que je recule mes lèvres de son cou, un sourire arrogant sur le visage.



962 mots
-24h
post'7


© MADE BY SEAWOLF.




Darkness is your candle.
Floriel ☽ I'll be right here now To hold you when the sky falls down I will always Be the One who took your place When the rain falls I won't let go I will show you the way back home Never leave you all alone I will stay until the morning comes I'll show you how to live again

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOEliott Morgenstern

Je suis à Chicago depuis le : 26/04/2016 et j'ai déjà payé : 126 factures et gagné : 10 gains. Il paraît que : Lucky Blue Smith On m'appelle : Wiise et pour mon profil je remercie : Moi même

Je suis : célibataire tentant d'oublier son véritable amour
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   Dim 4 Sep - 2:40

Il te met en garde. Tu n’as encore rien vu. Oh ça, tu t’en doutes fortement. Mais il y a toujours cette fascination. Cette envie de jouer. Probablement un peu masochiste et pourtant. Tu n’es pas du genre à avoir peur. Tu n’es pas du genre à avoir froid aux yeux. Des limites, tu dois en avoir, pourtant en cet instant, alors que ta raison te crie de t’arrêter là dans les provocations et de simplement rentrer chez toi, tu n’arrives pas à faire autrement que de rentrer dans son jeu. Ou plutôt de relancer votre jeu, qui s’était un peu calmé après son baiser langoureux. C’est pour ça que tu n’hésites pas, à fixer ta main sur ses parties que tu serres fortement, presque violemment. Tu n’es pas connu par ta douceur ou ta tendresse, davantage pour ta passion. Un peu de passion et de sauvagerie ne font jamais de mal. Lorsque tu t’emportes, c’est totalement. Tu n’aimes pas retenir tes gestes, tu n’aimes pas faire dans la demi-mesure. On ne t’a pas appris à te modérer, mais plutôt à embrasser tes démons, à croire en ton instinct et en ta colère. Ton père t’a toujours incité à avoir le gout de tuer, d’agir, de répliquer avec plus ou moins de violence. Tu sais que tu devrais probablement avoir peur de ce type qui semble particulièrement dangereux et taré. Mais tu veux jouer avec le feu, tu veux le pousser à agir. Tu veux voir ce qu’il va faire tu veux la voir à l’œuvre. Peut-être la perspective de tester autre chose, de t’aventurer vers l’inconnu, loin de certaines relations insipides.

Saisissant ta main, après un rire mauvais, signifiant que tu n’as encore rien vu, il vient la glisser dans son pantalon, dans son caleçon, juste contre sa peau, juste contre sa virilité que tu sens durcir doucement. Toujours dos contre lui, tu souris en coin. Un sourire mauvais, un sourire lubrique. S’il te provoque de la sorte, pour sur que tu vas réagir. Tu n’es pas du genre à ne pas céder à des avances, quelle que soient leur forme. Sa voix grave vient murmurer quelques paroles à ton oreille une fois de plus et ton regard pétille, habillé désormais d’une lueur plus désireuse. Désireuse de plus. Malgré le sang, malgré les cadavres, malgré la scène apocalyptique qui en dégouterait plus d’un. Mais pas vous. Les tueurs sanguinaires. Pas vous et votre habitude du sang et des chairs découpés. Pas vous et votre aisance à ôter des vies. « Très bien… » Lâches-tu, un peu évasif, un peu lascif, tandis que ta main se montre aventureuse. Désireuse d’explorer cette partie si intime de sa personne malgré la gêne de l’espace réduit. Au contraire, ta pression est bien plus intense et tes doigts se montrent curieux. Tu as au moins le mérite de savoir ce que tu fais, étant tout sauf un débutant en matière de relation de ce genre. D’un naturel dominant, tu sens pourtant que tu ne l’emporteras pas au paradis avec Gabriel. Mais tu attends de voir, car tu ne te laisseras pas faire. Tu ne te laisseras pas dominer aussi facilement, mais tu es prêt à gouter à une autre forme de plaisir. Car ne nous mentons pas, tu n’en resteras pas à quelques caresses trop douces et suggérer. Pourquoi ne prendre qu’une cuillère de confiture lorsque tu veux dévorer le pot ? Ses lèvres se posent dans ton cou, embrassant, léchant ta peau et le sang qui la macule. Tu te mords la lèvre inférieure, fermant un instant les yeux, concentré sur tes gestes, sur ta main, mais aussi sur chaque sensation qui parcoure ton corps.

Il finit par reculer ses lèvres de ton cou, tu peux presque le sentir sourire tandis que tes yeux s’ouvrent de nouveau. Les battements de ton cœur s’accélèrent. Tu sens l’envie monter en toi. Ce type aura eu le pouvoir de te faire passer de la haine, de l’exaspération et du dégoût jusqu’à l’irrépressible désir qui risque très fortement de se transformer en plaisir. « Puis merde » Lâches-tu presque de dépit. Tant pis pour ta fierté et ton arrogance. Tu es forcé de reconnaitre que là tout de suite, t'en as envie. Tu finis alors par te retourner, d’un coup, peut être trop brusquement mais qu’importe. Tes lèvres viennent s’écraser sur les siennes, violemment, sauvagement, passionnément. Tandis que tes mains viennent défaire sa ceinture puis son pantalon. T’en veux plus, encore plus. Tu n’en a plus rien à foutre de la pièce dans laquelle vous vous trouvez. Des morceaux de cadavres sur lesquels vous risquez de trébucher dans votre fougue. Désormais, tu le veux-lui. Ta langue vient à la recherche de la sienne, dans un contexte bien plus agréable. Tu l’as provoqué un peu plus tôt et tu lui montres désormais ce que c’est que d’avoir droit à tes répliques, à tes véritables gestes, pas juste à un mouvement de recul et de dégoûts. T’attends de voir la suite, car tu te doutes bien qu’il ne va pas te laisser prendre les rênes aussi facilement, mas qu’importe. Tu t’abandonnes au moment, tu ne penses plus à rien. Juste à tes lèvres, brûlantes, dévorant les siennes. Profitant de toute sa bouche.

-24h
878 mots


I wanna hide forever in your heart
What I would do to take away this fear of being loved, Allegiance to the pain, Now I'm fucked up and I'm missing you sign by Wiise

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
48/77  (48/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGabriel P. Osborn
Parabataï and more

Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort

Je suis à Chicago depuis le : 21/08/2016 et j'ai déjà payé : 250 factures et gagné : 1140 gains. Il paraît que : Nathaniel Buzolic On m'appelle : spf et pour mon profil je remercie : Amiante et Hunt

Je suis : Fiancé à Aurora Montgomery, amoureux de mon parabatai Florian.
☯️ My Twin

Parce que tu es mon double, ma vie, mon tout. Pour toi je donnerais mon âme, je brûlerais cette terre. Oui, pour toi je tomberais sans remords, parce que ton coeur et le miens ne font qu'un. Deux êtres, une âme, un frisson à l'unisson.
My complication.

Tu es cette drogue qui me fait tomber, tu es cette femme qui me fait vibrer. Je me perds dans cette sensation étrange. Non, je ne le souhaites pas. Laisses-moi me détourner de l'aurore, laisses-moi m'échapper de ton regard. Plier n'est pas une option, pas pour toi, encore moins pour moi. Pars, va-t-en, abandonnes-moi, laisses-moi avant qu'on n'en crève mutuellement.
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   Dim 4 Sep - 20:57

Interdit aux âmes sensibles ça surchauffe:
 




Darkness is your candle.
Floriel ☽ I'll be right here now To hold you when the sky falls down I will always Be the One who took your place When the rain falls I won't let go I will show you the way back home Never leave you all alone I will stay until the morning comes I'll show you how to live again

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOEliott Morgenstern

Je suis à Chicago depuis le : 26/04/2016 et j'ai déjà payé : 126 factures et gagné : 10 gains. Il paraît que : Lucky Blue Smith On m'appelle : Wiise et pour mon profil je remercie : Moi même

Je suis : célibataire tentant d'oublier son véritable amour
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   Lun 12 Sep - 19:28

C'est chaud, ça brule:
 

802 mots


I wanna hide forever in your heart
What I would do to take away this fear of being loved, Allegiance to the pain, Now I'm fucked up and I'm missing you sign by Wiise

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
48/77  (48/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGabriel P. Osborn
Parabataï and more

Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort

Je suis à Chicago depuis le : 21/08/2016 et j'ai déjà payé : 250 factures et gagné : 1140 gains. Il paraît que : Nathaniel Buzolic On m'appelle : spf et pour mon profil je remercie : Amiante et Hunt

Je suis : Fiancé à Aurora Montgomery, amoureux de mon parabatai Florian.
☯️ My Twin

Parce que tu es mon double, ma vie, mon tout. Pour toi je donnerais mon âme, je brûlerais cette terre. Oui, pour toi je tomberais sans remords, parce que ton coeur et le miens ne font qu'un. Deux êtres, une âme, un frisson à l'unisson.
My complication.

Tu es cette drogue qui me fait tomber, tu es cette femme qui me fait vibrer. Je me perds dans cette sensation étrange. Non, je ne le souhaites pas. Laisses-moi me détourner de l'aurore, laisses-moi m'échapper de ton regard. Plier n'est pas une option, pas pour toi, encore moins pour moi. Pars, va-t-en, abandonnes-moi, laisses-moi avant qu'on n'en crève mutuellement.
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   Mar 13 Sep - 14:00

Interdit aux âmes sensibles ça surchauffe:
 




Darkness is your candle.
Floriel ☽ I'll be right here now To hold you when the sky falls down I will always Be the One who took your place When the rain falls I won't let go I will show you the way back home Never leave you all alone I will stay until the morning comes I'll show you how to live again

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOEliott Morgenstern

Je suis à Chicago depuis le : 26/04/2016 et j'ai déjà payé : 126 factures et gagné : 10 gains. Il paraît que : Lucky Blue Smith On m'appelle : Wiise et pour mon profil je remercie : Moi même

Je suis : célibataire tentant d'oublier son véritable amour
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   Mar 13 Sep - 23:14

C'est chaud, ça brule:
 

-24h
808 mots


I wanna hide forever in your heart
What I would do to take away this fear of being loved, Allegiance to the pain, Now I'm fucked up and I'm missing you sign by Wiise

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
48/77  (48/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGabriel P. Osborn
Parabataï and more

Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort

Je suis à Chicago depuis le : 21/08/2016 et j'ai déjà payé : 250 factures et gagné : 1140 gains. Il paraît que : Nathaniel Buzolic On m'appelle : spf et pour mon profil je remercie : Amiante et Hunt

Je suis : Fiancé à Aurora Montgomery, amoureux de mon parabatai Florian.
☯️ My Twin

Parce que tu es mon double, ma vie, mon tout. Pour toi je donnerais mon âme, je brûlerais cette terre. Oui, pour toi je tomberais sans remords, parce que ton coeur et le miens ne font qu'un. Deux êtres, une âme, un frisson à l'unisson.
My complication.

Tu es cette drogue qui me fait tomber, tu es cette femme qui me fait vibrer. Je me perds dans cette sensation étrange. Non, je ne le souhaites pas. Laisses-moi me détourner de l'aurore, laisses-moi m'échapper de ton regard. Plier n'est pas une option, pas pour toi, encore moins pour moi. Pars, va-t-en, abandonnes-moi, laisses-moi avant qu'on n'en crève mutuellement.
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   Mer 14 Sep - 10:49

Interdit aux âmes sensibles ça surchauffe:
 




Darkness is your candle.
Floriel ☽ I'll be right here now To hold you when the sky falls down I will always Be the One who took your place When the rain falls I won't let go I will show you the way back home Never leave you all alone I will stay until the morning comes I'll show you how to live again

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOEliott Morgenstern

Je suis à Chicago depuis le : 26/04/2016 et j'ai déjà payé : 126 factures et gagné : 10 gains. Il paraît que : Lucky Blue Smith On m'appelle : Wiise et pour mon profil je remercie : Moi même

Je suis : célibataire tentant d'oublier son véritable amour
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   Dim 18 Sep - 21:59

C'est chaud, ça brule:
 

821 mots


I wanna hide forever in your heart
What I would do to take away this fear of being loved, Allegiance to the pain, Now I'm fucked up and I'm missing you sign by Wiise

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
48/77  (48/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOGabriel P. Osborn
Parabataï and more

Où que tu ailles, j'irai;Où tu mourras, puissé-je y mourir, qu'à tes côtés je sois enterré :Que l'Ange m'inflige son courroux, et plus encore,Si toi et moi étions séparé par quelque raison sinon la mort

Je suis à Chicago depuis le : 21/08/2016 et j'ai déjà payé : 250 factures et gagné : 1140 gains. Il paraît que : Nathaniel Buzolic On m'appelle : spf et pour mon profil je remercie : Amiante et Hunt

Je suis : Fiancé à Aurora Montgomery, amoureux de mon parabatai Florian.
☯️ My Twin

Parce que tu es mon double, ma vie, mon tout. Pour toi je donnerais mon âme, je brûlerais cette terre. Oui, pour toi je tomberais sans remords, parce que ton coeur et le miens ne font qu'un. Deux êtres, une âme, un frisson à l'unisson.
My complication.

Tu es cette drogue qui me fait tomber, tu es cette femme qui me fait vibrer. Je me perds dans cette sensation étrange. Non, je ne le souhaites pas. Laisses-moi me détourner de l'aurore, laisses-moi m'échapper de ton regard. Plier n'est pas une option, pas pour toi, encore moins pour moi. Pars, va-t-en, abandonnes-moi, laisses-moi avant qu'on n'en crève mutuellement.
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   Lun 19 Sep - 22:08

Interdit aux âmes sensibles ça surchauffe:
 




Darkness is your candle.
Floriel ☽ I'll be right here now To hold you when the sky falls down I will always Be the One who took your place When the rain falls I won't let go I will show you the way back home Never leave you all alone I will stay until the morning comes I'll show you how to live again
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: (Eliott) Dysfonctionnel.   

 
(Eliott) Dysfonctionnel.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Eliott Tyler
» Toc, toc. C'est l'technicien. ft Eliott
» Eliott Martin Petit : Mauvais garçon
» Présentation Eliott-so-Swagg
» Elliott Durts

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: