Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
57/77  (57/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOJeremiah Fitz
Je suis à Chicago depuis le : 04/05/2016 et j'ai déjà payé : 684 factures et gagné : 635 gains. Il paraît que : Jamie Bell est mon double. Schizo je joue aussi : Lehr O'Siodhachain. On m'appelle : Luiyna et pour mon profil je remercie : Shiya & Tumblr.

Je suis : en train de tomber pour les beaux yeux d'une louve
Sujet: Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]   Mer 17 Aoû - 20:30


❝Do you wish me a good morning,…❞
- Thyia & Jeremiah -
… or mean that it is a good morning whether I want it or not; or that you feel good this morning; or that it is a morning to be good on ?
Cela faisait des années que Jeremiah ne s’était pas senti aussi énervé. Il se sentait pris au piège comme un lion en cage lorsqu’il était à l’appartement. La présence d’Octavia l’électrisait, ne faisant qu’augmenter sa frustration. Il ne savait pas comment agir avec elle, comment se comporter, il avait perdu l’habitude de ce genre de choses. Et leurs deux caractères n’aidaient pas vraiment. Il savait qu’ils auraient dû discuter dès qu’elle est revenue avec ses cartons, mais il avait été lâche prétextant devoir sortir, une affaire urgente avec Andrea, et depuis il évitait la louve. S’ils n’en parlaient pas, ça ne pouvait pas empirer, si ? Ça ne pouvait pas s’améliorer non plus, certes, mais ça ne serait pas pire. C’est ce qu’il se répétait chaque fois.

Puis il y avait eu cette chasse raté ce Nephilim qui lui avait glissé entre les doigts à cause de cette chasseuse d’ombres qui s’était interposé. Cela faisait des années que le sorcier ne s’était pas senti dans un tel état de rage. Il avait besoin de tuer, d’extériorisé cette rancœur intérieure avant qu’elle ne le ronge, il savait que s’il atteignait un certain point il risquerait de s’en prendre à n’importe qui, vraiment n’importe qui. Jamais il ne se pardonnerait s’il blessait Octavia, même involontairement. Alors il était sorti, direction le quartier des affaires. Il pourrait se choisir une nouvelle victime et la suivre, aujourd’hui il ne ferait que la suivre, noter ses habitudes, la traque lui apportait autant de paix que la mise à mort. Même si cette dernière lui apportait bien plus de satisfaction.
Si depuis qu’il avait recueillie Octavia des années auparavant il avait pris l’habitude de s’assurer que le Terrestre ou le Nephilim méritait vraiment de mourir, aujourd’hui, il n’en avait cure, l’immortel choisirait le premier être dont la tête ne lui reviendrait pas et le mettrait sur sa liste. De toute façon, personne n’est vraiment innocent sur cette Terre, même ceux qui prêchent la bonne parole cachent souvent de lourds secrets, des squelettes dans le placard comme on dit. Jeremiah ne put s’empêcher un petit sourire carnassier à sa propre pensée, de squelettes dans les placards il en avait un paquet… en huit cent quatre-vingt ans d’existence et un certain nombre de guerre auxquelles il a participé juste pour le plaisir de tuer… et puis ces quatre-vingt-dix dernières années… Il n’a pas plus tué que pendant les guerres, mais disons que c’était fait avec une certaine régularité. Comme les serials killers. Ce qu’il était devenu au fond.

Il ne mit pas longtemps à jeter son dévolu sur une proie. Un homme, taille moyenne, brun, la petite trentaine, sûrement un de ses courtiers en bourses qui jouaient avec l’argent de autres. Parfait. Il ne les aimait pas du tout ceux-là. L’anglais le suivi, discrètement, se mêlant à la foule des travailleurs qui allaient et venaient aux grés de leurs horaires. Ce Terrestre allait probablement à sa pause déjeuné vu l’heure. Alors que l’Immortel le vit tourner à l’angle de la rue quelques mètres plus loin, il butta sur quelques choses au sol. S’il ne perdit pas complètement l’équilibre il trébucha néanmoins. Il baissa les yeux pour constater qu’il s’agissait d’une racine qui semblait venir d’on ne sait où. « C’est une blague ? » grommela-t-il entre ses dents, on avait décidé de le contrarier une fois de plus dans ses plans. « Thyia. » siffla-t-il imperceptiblement aux oreilles des humains, la colère qui l’animait bien présente dans ce murmure.
Il soupira, si elle s’était mise en tête de l’empêcher de tuer quelqu’un aujourd’hui ça ne servait à rien. Elle ne faisait que retarder l’inévitable elle aussi, comme cette Chasseuse d’Ombres. L’immortel se sortit du flux des Terrestres, cherchant à se faufiler dans les allées et ruelles moins fréquentées du quartier afin de s’éclipser en toute tranquillité. C’était évidemment sans compter la ténacité de la faerie. « Tu comptes me suivre encore longtemps ou tu vas te décider à me foutre la paix ? » gronda-t-il en se retournant vers elle. Il n’avait pas pour habitude de lui parler aussi mal, pas avec le passé qu’ils avaient eu ensemble, pas depuis les siècles qu’ils se connaissaient, mais aujourd’hui et depuis quelques temps il était borderline, toujours à cran, ne réussit qu’avec grandes difficultés à contrôler la bête qui lui mordait le cœur et réclamait que le sang coule, gicle et s’éparpille au sol.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 8076 MOTS.





Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
61/77  (61/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
COMINUS ET EMINUS
COMINUS ET EMINUSThyia Zacharias

“A little bit dangerous, but baby
THAT'S HOW I WANT IT

Je suis à Chicago depuis le : 23/06/2016 et j'ai déjà payé : 120 factures et gagné : 306 gains. Il paraît que : Lauren Calaway est mon double. Schizo je joue aussi : Megara Nichols, la belle rouquine. On m'appelle : dreamy, ou mélanie pour les intimes, et pour mon profil je remercie : moi-même - Dreamy (avatar+gifs) + endlesslove (sign)

Je suis : Célibataire
Thyia, nymphe et plus précisément naïade du petit peuple, fille de la haute dirigeante des nymphes de Grèce et d'un chevalier de la Cour des Lumières, elle porte le surnom de "petite princesse de la nature" auprès de ses semblables ⊰ Si en apparence elle ressemble à une belle jeune femme de 25 ans, elle est née aux environs du sixième siècle avant Jesus Christ, à l'époque de la mythologie grecque. Elle a de ce fait dépassé les deux mille six cent ans ⊰ Très engagée dans la défense de la nature, sa dévotion envers la planète va au delà de sa dévotion envers les êtres vivants. D'un tempérament très doux, elle méprise tous ceux qui bafouent l'équilibre naturel ⊰ Herboriste, elle arpente le monde et les royaumes en quête de plantes médicinales, poudres démoniaques, et tous les ingrédients qu'on peut lui demander ⊰ elle ne prend aucun parti dans la guerre qui oppose les néphilims au nouvel ordre ⊰ sa loyauté ne va qu'à ses semblables et à la nature ⊰ Elle est maman d'une faerie, Aeris, qu'elle a eu d'une liaison passionnelle avec un terrestre au dix-huitième siècle ⊰ Après des décennies passées auprès de Thyia et de leur fille dans le royaume des faeries, le terrestre a fini par se donner la mort, ne supportant pas cette vie prolongée, et nostalgique du monde terrestre ⊰ depuis, Thyia n'est pas retombée amoureuse ⊰ ses cheveux et ses ailes changent de couleur en fonction de ses humeurs, et ses yeux apparaissent d'un bleu plus ou moins sombre également.


LES REBELLES
Coming


LES INSIPIDES
Elle fournit Lehr en herbes diverses, et en retour, il la fourre. (que de poésie, lel.) + Dakin possède une place particulière dans le coeur de la belle nymphe. En 700 ans, ils ont été bien des choses. Amants, puis amis. Elle a été sa première fois, et surtout, elle l'a guidé lorsqu'il n'était qu'un jeune sorcier dérouté par ses dons. Leur neutralité dans cette guerre va de paire avec tout ce qu'ils ont déjà vécu. +


LE NOUVEL ORDRE
Voilà bien des siècles qu'elle connaît Jeremiah avec qui elle a eu quelques écarts. Seulement, elle ne reconnaît plus la froideur du sorcier, et lui rappelle que perdre un être cher ne doit pas changer qui on est.
Sujet: Re: Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]   Mer 17 Aoû - 21:36



Don't lose your way.
feat. Thiya + Jeremiah
Avantage du vingt-et-unième siècle : Plus personne ne s’étonne de voir une femme aux cheveux violets se promener dans les rues de Chicago. Et pourtant, malgré sa tenue « d’époque », sa jupe et son haut tout droit sortis d’une boutique huppée de la ville, Thyia se démarque des autres dans la foule qui s’accumule et slalome dans les rues. Tous se poussent presque, se lancent à peine des regards, se précipitent d’un passage piéton à un autre comme si leur vie dépendait de leur vitesse. Ils n’ont aucun goût pour la vie, voilà ce que Thyia déplore chez les terrestres, au bout d’une vingtaine de siècles d’existence, alors qu'elle s'avance, d'une démarche calme, gracieuse. Elle sourit constamment, croise le regard de tout le monde, et s'amuse de leur incompréhension, de leur gêne. Comme si la courtoisie était devenue anormale, et au fond, peut-être est-ce le cas. Peut-être est-ce pour cela qu'elle a tant de mal à apprécier la compagnie des humains. Rares sont ceux qui l'ont fait changer d'avis, et pourtant, avec les années, elle s'est surprise à s'attacher à cette race, à ces mortels qui évoluent au fil des années, devenus de nos jours dépendants d'une technologie qui échappe à la nymphe. Aujourd'hui, ce qu'elle observe ? Ces jeunes terrestres épris d'un jeu sur leur téléphone, si bien qu'ils ne lèvent presque plus leur nez de l'engin. Qu'est-ce qu'un pokémon go? Elle ne comprend pas pourquoi ils s'arrêtent, martyrisent leur écran, semblent attraper quelque chose qu'elle ne voit pas. Serait-ce un nouveau genre de seconde vue ? Impossible, ce genre de charmes n'échappent pas à un faerie. Son regard d'un bleu limpide louche clairement sur le mobile d'un adolescent, quand l'attention de la belle se retrouve détournée par un parfum familier, une démarche rapide, mais différente encore de celle de ces terrestres pressés d'aller travaille. Non, ces pas sont ceux d'un prédateur, et la naïade double le groupe d'ados hébétés par leur écran, pour filer en plein coeur de la ville. Il ne lui faut pas beaucoup de temps pour le remarquer, grande silhouette toute aussi différente que celle de Thyia au milieu de la foule.

Elle adapte sa progression à celle des autres, et décide de le suivre de prime abord. Elle l'analyse, ne tarde pas à tirer des conclusions simples : Ses poings serrés, sa mâchoire crispée, elle n'a même pas besoin de voir son visage pour deviner que Jeremiah a la rage au ventre, une rage qu'elle ne lui connaissait pas au douzième siècle, douce époque ou la faerie a connu le sorcier. Le temps l'a changé, l'a aigri, et elle n'est pas idiote, elle remarque vite qu'il suit un homme d'affaires. La pauvre potentielle victime ne se rend compte de rien, à vraie dire, ce qui rend la tâche encore plus facile à l'immortel, mais c'est sans compter sur son amie, qui ne médite pas bien longtemps sur la marche à suivre. Le destin des terrestres ne lui tient pas toujours à coeur, il faut l'admettre. L'âme de Jeremiah, en revanche, reste sujette à préoccupation de la part de la belle aux cheveux violets, qui se penche, touche le sol, un bref instant, son regard fixé sur l'angle d'une rue. La seconde suivante, voilà que le brun vacille, alors que la seelie se redresse, incognito. Une racine, c'est tout ce qu'il aura fallu pour peut-être sauver une vie. « C’est une blague ? » La voix du sorcier tonne, et un rire cristallin quitte les lèvres de la belle, adossée contre le mur. Elle sait qu'il a compris, et le prénom ne tarde pas à venir. « Thyia. » Oh oui, elle l'entend marmonner son prénom, quand bien même se trouve-t-il des mètres devant elle. Et elle sait qu'il l'entendra dire, son éternel timbre rieur et chantant se faisant entendre lorsqu'elle dit: « Missed me? » Pour bien manifester sa présence. Un terrestre ralenti, regarde la naïade d'un air étrange. C'est vrai que la voir parler seule peut sembler curieux. Mais il la détourne de son attention principale, et quand elle tourne la tête, Jeremiah avait déjà commencé à prendre la fuite. Pas si vite. Abandonnant ses airs de terrestres, c'est avec fluidité et rapidité qu'elle rattrape le sorcier jusque quelques ruelles retirées du coeur animé de la ville. Son pas frôle les pavés, et elle ralentit lorsque l'enfant de Lilith se retourne vers elle.  « Tu comptes me suivre encore longtemps ou tu vas te décider à me foutre la paix ? » Il s'approche, menaçant, et son visage confirme les pensées de Thyia : La colère se lit dans ses traits qui furent un temps pourtant si doux lorsque le regard du sorcier se portait sur son amie. Cette dernière hausse un sourcil, et penche la tête sans manifester la moindre inquiétude. « Ça dépend, Fitz, tu me laisse te raccompagner chez toi, boire une bonne tasse de thé et aller lire un ouvrage dédié à la méditation? » Il soupire pour toute réponse, exaspéré par le ton dérisoire qu'emprunte la nymphe. Ses cheveux s'éclaircissent, perdent doucement la vivacité de leur violet alors qu'elle place ses mains sur ses propres hanches, fixant Jeremiah d'un oeil circonspect. « Cet homme que tu prétends être depuis le siècle dernier ne te va pas, Jeremiah. » Et ce n'était certainement pas elle qui allait se laisser impressionner par ses airs de colérique et d'ado en pleine crise. Ou de serial killer, certes. Mais des tueurs, Thyia en a vu des tas. Elle a aussi vu le potentiel d'un jeune sorcier épris de la vie, et non pas de la mort, et c'est cet homme là qu'elle cherche à retrouver en lui. Il se retourne comme si ses paroles n'avaient pas le moindre sens, pas la moindre valeur. C'est en haussant le ton alors qu'elle reprend : « Fut un temps ou tu considérais mes conseils comme précieux, Enfant de Lilith. Où est passé cet ami qui m'a rappelé la valeur humaine quand je n'y accordais que peu d'importance ? »

1068 mots, -24h


Don't need permission, made my decision to test my limits. 'Cause it's my business, God as my witness, start what I finished. Don't need no hold up taking control of this kind of moment. I'm locked and loaded, completely focused, my mind is open. ▵ ©️endlesslove.
fifty shades of thyia ▵


Dernière édition par Thyia Zacharias le Mer 21 Sep - 23:50, édité 1 fois

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
57/77  (57/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOJeremiah Fitz
Je suis à Chicago depuis le : 04/05/2016 et j'ai déjà payé : 684 factures et gagné : 635 gains. Il paraît que : Jamie Bell est mon double. Schizo je joue aussi : Lehr O'Siodhachain. On m'appelle : Luiyna et pour mon profil je remercie : Shiya & Tumblr.

Je suis : en train de tomber pour les beaux yeux d'une louve
Sujet: Re: Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]   Lun 22 Aoû - 22:18


❝Do you wish me a good morning,…❞
- Thyia & Jeremiah -
… or mean that it is a good morning whether I want it or not; or that you feel good this morning; or that it is a morning to be good on ?
La colère du sorcier ne fait que monter de minutes en minutes, la bête dans son cœur réclamant sa livre de chair et de sang, il sait qu’il ne pourra pas rentrer dans cet état, ce serait trop dangereux pour Octavia, il est parfaitement conscient qu’elle saurait se défendre, même contre lui, mais lui, lui ne se pardonnerait jamais de l’avoir touchée. Il fallait qu’il trouve une autre alternative, et vite, peut-être un petit portail, vite fait pour un de ces pays en guerre, il y en avait toujours dans le monde, les Terrestres étaient si stupides. Ou alors qu’il s’envoie en l’air… ça pouvait éventuellement faire l’affaire pour un temps. « Missed me? » entendit-il au loin la naïade lui demander. Non, définitivement pas en cet instant. Peut-être si elle ne lui avait pas fait perdre son exutoire, la réponse aurait été différente. Il se rappelait encore les moments qu’ils avaient passé ensemble bien avant tout ça. Mais c’était loin, très loin. Ne répondant pas à la provocation, il préféra s’échapper.

Malheureusement elle ne lui en laissa pas le temps, s’attirant un peu plus ses foudres. « Ça dépend, Fitz, tu me laisse te raccompagner chez toi, boire une bonne tasse de thé et aller lire un ouvrage dédié à la méditation? » répond-elle, ne soutirant qu’un soupire agacé du sorcier. S’il s’écoutait il la collerait au mur et l’éviscèrerait, mais il n’était pas suffisamment stupide pour risquer de s’attirer les foudres du Petit Peuple. « Cet homme que tu prétends être depuis le siècle dernier ne te va pas, Jeremiah. » Et ça l’énerve l’Immortel, que sait-elle de sa vie à présent ? Que sait-elle de la douleur qu’il ressent ? Oh bien sûr, il sait qu’elle lui dira que ce n’est parce qu’on perd un être cher que cela doit nous changer. Sauf qu’il ne les a pas perdu, on les lui a arrachés, on lui a retiré le bonheur qu’il avait eu tant de mal à accepter. On avait anéanti ses rêves de vivre, le temps d’une vie, heureux avec une femme qui l’aimait, des enfants qu’il verrait grandir, à qui il apprendrait tout un tas de petites choses. On lui avait arraché ça de la pire des façons, parfois il se réveillait en hurlant, sentant encore l’odeur du sang de sa femme sur ses mains et de l’odeur de poudre dans l’air. Mais aujourd’hui, il n’avait pas envie de l’entendre le discours de la nymphe, il n’était pas d’humeur, et sentait déjà les flammes danser sur ses mains, comme si son corps cherchait tout seul un moyen d’extérioriser. Alors plutôt que de répondre, Jeremiah tourna les talons, dans l’intention ferme de partir, de trouver autre chose pour laisser s’écouler ta rage. « Fut un temps ou tu considérais mes conseils comme précieux, Enfant de Lilith. Où est passé cet ami qui m'a rappelé la valeur humaine quand je n'y accordais que peu d'importance ? » poursuit la faerie en haussant le ton. Il soupire, en se pinçant l’arête du nez. L’anglais a bien compris qu’elle ne comptait pas le laisser tranquille, elle allait finir par user du peu de patience qu’il lui restait pour la journée. « Il est mort le jour où sa famille lui a été arraché sous ses yeux. » gronda-t-il en réponse sans prendre la peine de se retourner vers la naïade. « Et épargne-moi ton sermon habituel, je le connais par cœur, et tu sais ce que j’en penses. » Oh oui elle le savait, cela faisait des années qu’elle lui servait, et des années qu’il ne l’écoutait pas. Bien sûr qu’elle avait perdu des gens en deux millénaires d’existences, lui aussi, il avait perdu sa famille en tout premier lieu, ses frères, ses parents, mais ils étaient morts de leur belle mort si l’on peut dire. On ne les avait pas assassinés dans ses bras. Et c’était ça qu’elle ne semblait pas vouloir comprendre. Il aurait pu vivre avec l’idée qu’ils étaient mort des décennies plus tard, de vieillesse ou, au pire, de maladie. Mais ça… ça, il n’avait jamais réussi à s’en remettre préférant se laisser envahir par cette bête qui contrôlait à présent son âme. « Tu n’as pas la moindre idée de ce que tu viens de faire aujourd’hui… » grommelle-t-il, ses poings et sa mâchoire se serrant malgré lui. Il sentait les flammes s’étendre autour de lui, grandir un peu plus, s’il n’y prenait pas garde il finirait par brûler le quartier. Il se força à relâcher les doigts de sa main, essayant aussi de contrôler les flammes avant qu’elles ne touchent quelque chose à brûler, les ravalant à l’intérieur de lui, les laissant brûler dans ses veines.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 846 MOTS.





Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
61/77  (61/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
COMINUS ET EMINUS
COMINUS ET EMINUSThyia Zacharias

“A little bit dangerous, but baby
THAT'S HOW I WANT IT

Je suis à Chicago depuis le : 23/06/2016 et j'ai déjà payé : 120 factures et gagné : 306 gains. Il paraît que : Lauren Calaway est mon double. Schizo je joue aussi : Megara Nichols, la belle rouquine. On m'appelle : dreamy, ou mélanie pour les intimes, et pour mon profil je remercie : moi-même - Dreamy (avatar+gifs) + endlesslove (sign)

Je suis : Célibataire
Thyia, nymphe et plus précisément naïade du petit peuple, fille de la haute dirigeante des nymphes de Grèce et d'un chevalier de la Cour des Lumières, elle porte le surnom de "petite princesse de la nature" auprès de ses semblables ⊰ Si en apparence elle ressemble à une belle jeune femme de 25 ans, elle est née aux environs du sixième siècle avant Jesus Christ, à l'époque de la mythologie grecque. Elle a de ce fait dépassé les deux mille six cent ans ⊰ Très engagée dans la défense de la nature, sa dévotion envers la planète va au delà de sa dévotion envers les êtres vivants. D'un tempérament très doux, elle méprise tous ceux qui bafouent l'équilibre naturel ⊰ Herboriste, elle arpente le monde et les royaumes en quête de plantes médicinales, poudres démoniaques, et tous les ingrédients qu'on peut lui demander ⊰ elle ne prend aucun parti dans la guerre qui oppose les néphilims au nouvel ordre ⊰ sa loyauté ne va qu'à ses semblables et à la nature ⊰ Elle est maman d'une faerie, Aeris, qu'elle a eu d'une liaison passionnelle avec un terrestre au dix-huitième siècle ⊰ Après des décennies passées auprès de Thyia et de leur fille dans le royaume des faeries, le terrestre a fini par se donner la mort, ne supportant pas cette vie prolongée, et nostalgique du monde terrestre ⊰ depuis, Thyia n'est pas retombée amoureuse ⊰ ses cheveux et ses ailes changent de couleur en fonction de ses humeurs, et ses yeux apparaissent d'un bleu plus ou moins sombre également.


LES REBELLES
Coming


LES INSIPIDES
Elle fournit Lehr en herbes diverses, et en retour, il la fourre. (que de poésie, lel.) + Dakin possède une place particulière dans le coeur de la belle nymphe. En 700 ans, ils ont été bien des choses. Amants, puis amis. Elle a été sa première fois, et surtout, elle l'a guidé lorsqu'il n'était qu'un jeune sorcier dérouté par ses dons. Leur neutralité dans cette guerre va de paire avec tout ce qu'ils ont déjà vécu. +


LE NOUVEL ORDRE
Voilà bien des siècles qu'elle connaît Jeremiah avec qui elle a eu quelques écarts. Seulement, elle ne reconnaît plus la froideur du sorcier, et lui rappelle que perdre un être cher ne doit pas changer qui on est.
Sujet: Re: Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]   Lun 29 Aoû - 20:44



Don't lose your way.
feat. Thiya + Jeremiah
Elle se retrouve comme une funambule sur le fil, pendue au-dessus du vide, titillant le danger. Mais Thyia n’a jamais craint l’adrénaline, elle n’a jamais fui face à la mort, et elle espère bien que Jeremiah ne sera pas celui qui éteindra sa lumière. Alors elle le suit, sert son éternel discours moralisateur. Elle qui se promenait simplement, la voilà excédée, Thyia. La nymphe ne comprend pas pourquoi il s’obstine à vouloir tuer gratuitement. Bien sûr qu’elle tue, elle aussi, mais seulement dans des cas extrêmes. Ou alors, elle blesse plus ou moins gravement quand elle se retrouve contrariée, mais jamais elle n’a atteint le niveau de l’enfant de Lilith qu’elle appelle son ami depuis plusieurs siècles. Sa métamorphose ne lui convient pas, et elle lui demande, une énième fois, où est passé cet homme qui lui-même autrefois lui servait de longs monologues destinés à la sensibiliser à la cause humaine. Evaporé, détruit, voilà ce qu’il va lui dire. Les mots ne tardent pas. « Il est mort le jour où sa famille lui a été arraché sous ses yeux. »qu’il tonne, comme bien souvent depuis qu’il a tout perdu. Elle comprend sa douleur, quand bien même elle n’a pas vécu aussi tragique. Elle comprend sa colère, son besoin de vengeance, mais des décennies sont passées, et la colère, plutôt que d’être apaisée, s’est enhardie. A quand le jour où il commettra l’irréparable, ou il perdra définitivement tous ceux qu’il a aimés, aveuglé par sa vendetta personnelle ? L’immortelle espère profondément ne jamais voir ce jour arriver, et s’escrime comme elle peut avec le fantôme de son ami, perdu dans le corps de cet étranger. « Et épargne-moi ton sermon habituel, je le connais par cœur, et tu sais ce que j’en penses. » Oh oui c’est un étranger pour elle, que celui qui roule des yeux et lui répond avec dédain. Fut un temps où ils avaient du respect l’un pour l’autre. Aujourd’hui, Thyia a l’impression constante de lui taper sur le système. Elle ne se dérobe pas pour autant. « Tu le connais par cœur, mais tu ne l’a pas encore compris. Alors je n’ai pas fini. » Son ton reste égal, alors qu’elle fait un premier pas, tandis qu’il lui a tourné le dos. Elle devine ses expressions sans même les voir, anticipe ses réactions avec aisance. Beaucoup auraient abandonné un cas désespéré comme celui de Jeremiah Fitz, rendu aigri par la mort, par la bêtise humaine. Bien des immortels ne s’attarderaient pas sur son cas, le laissant s’auto-détruire et finir par se retrouver confronté à plus fort que lui. Mais la réalité, c’est que Thyia se refuse à le perdre lui. Jamais.

« Tu n’as pas la moindre idée de ce que tu viens de faire aujourd’hui… » Son ton sonne comme une menace qu’il tait, une menace qui plane dans les airs, et pourtant, l’immortelle demeure immobile, pas le moins effrayée du monde. Oh elle sait ce dont il est capable, ce dont il est devenu capable. Au fil des décennies, elle l’a vu changer, se transformer en cette personne bien différente, trop différente, méconnaissable aux yeux d’une femme qui l’a connu comme Thyia l’a connu.  « Bien sûr que si, j’ai idée. » Elle ne le quitte pas du regard, s’approche, sans la moindre précaution, alors qu’elle voit les flammes bleues dévorer ses bras, gagner en intensité. Elle l’approche comme elle a pu approcher l’ami qu’elle a connu, l’homme qui était capable de douceur, l’homme à qui elle a été jusque confier un jeune sorcier, car elle lui faisait confiance. Et elle a confiance, Thyia, elle garde cet optimisme, cet espoir qu’un jour elle retrouve cet homme qui n’avait pas été meurtri, ou du moins, un homme passant au-delà de la douleur qu’il a dû endurer.  « Autrefois, tu aurais tué des personnes agissant comme tu le fais aujourd’hui. »  Elle le contourne, le regarde une fois face à lui, penche un peu la tête pour mieux capter son regard dans lequel elle pourrait presque voir danser les flammes bleues qui parcourent ses veines. Elle l’a déjà vu en colère, elle voit les mouvements nerveux qu’il exerce, elle sait qu’il est à fleur de peau, et qu’il pourrait lui brûler les ailes, sans vilain jeu d’expression. Mais si elle lui tourne le dos, que restera-t-il de son âme, de sa conscience ? Alors Thyia prend des risques, elle tend la main, effleure une veine bleue le long de son bras du bout de l’ongle, il irradie, il tente de se contrôler, et n’importe quand, les flammes peuvent surgir à nouveau, lui brûler la peau, la blesser. Elle s’en moque. Néanmoins, elle connaît Jeremiah, et agit avec précaution, alors, elle retire ses doigts, recule d’un pas, pour lui laisser l’espace dont il a besoin. Il voudrait qu’elle s’en aille, elle le lit clairement à son regard, et pourtant, elle ne bouge pas d’un pouce, s’adosse simplement au mur le plus proche. « Les terrestres sont des imbéciles, des inconscients, ils détruisent autant qu’ils créent. Mais tu te rabaisse à leur niveau, Jeremiah, si tu tues des innocents. Et toi comme moi savons que tu vaux plus que ça.   »

Elle tente d’apparaître comme étant calme, la nymphe, mais sa particularité physique la trahit : Ses cheveux ne sont non pas d’un bleu sombre, mais tournent vers le blanc, donnant une teinte pastel à l’azur de ses mèches. Elle est inquiète. Elle a beau être millénaire, elle ne supporte pas son impuissance quant à guérir les maux de son ami. Elle sait qu’elle l’énerve, quand elle évoque sa vraie nature. Les flammes ressurgissent quand il s’avance, décidé à la faire taire, à l’écarter de lui, à disparaître. Thyia se décolle du mur, tend un bras, faisant barrage en le plaquant en travers du torse de Jeremiah. Elle sent la brûlure, sens la douleur, la chaleur, et pourtant, elle exerce une pression plus importante, supplie le sorcier : « Explique moi, Jeremiah. Explique-moi ce que ça t’apporte d’agir comme ça. Quelle satisfaction malsaine tu éprouves à retirer des vies qui n’ont pas le moindre lien avec ce qui s’est passé.   » Ces gens n’ont pas connu sa famille. N’ont pas connu ce qu’il a vécu. Peut-être même n’ont-ils jamais tué personne, et pourtant, il se donne lui-même un droit de vie et de mort sur eux. Elle ferme les yeux, ravale la douleur, mais son bras fini par retomber le long de son corps frêle, rougi, brûlé. Elle ne le regarde même pas, continue d’essayer, encore, et encore, de retenir Jeremiah. « Je refuse de croire que tu ne peux pas être sauvé, que tu le veuilles ou non. Je n’arrêterais pas, tu le sais.   » Vu la détermination dont elle est capable de faire preuve, ça serait comme croire au père noel que de croire qu'elle pourrait baisser les bras, en fait.

1219 mots


Don't need permission, made my decision to test my limits. 'Cause it's my business, God as my witness, start what I finished. Don't need no hold up taking control of this kind of moment. I'm locked and loaded, completely focused, my mind is open. ▵ ©️endlesslove.
fifty shades of thyia ▵


Dernière édition par Thyia Zacharias le Mer 21 Sep - 23:49, édité 1 fois

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
57/77  (57/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOJeremiah Fitz
Je suis à Chicago depuis le : 04/05/2016 et j'ai déjà payé : 684 factures et gagné : 635 gains. Il paraît que : Jamie Bell est mon double. Schizo je joue aussi : Lehr O'Siodhachain. On m'appelle : Luiyna et pour mon profil je remercie : Shiya & Tumblr.

Je suis : en train de tomber pour les beaux yeux d'une louve
Sujet: Re: Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]   Mer 31 Aoû - 23:34


❝Do you wish me a good morning,…❞
- Thyia & Jeremiah -
… or mean that it is a good morning whether I want it or not; or that you feel good this morning; or that it is a morning to be good on ?
Le sorcier n’est pas vraiment étonné d’entendre la faerie insister, lui dire qu’elle continuera à lui servir son sermon puisqu’il ne l’a toujours pas compris. Il n’a jamais réussi à savoir pourquoi elle continuait à le poursuivre ainsi, pourquoi elle ne cessait de s’accrocher à lui, de lui faire retrouver l’humanité qu’il perdait un peu plus chaque jour qui passait. C’était quelque chose qui le dépassait. Mais ce qui l’agaçait par-dessus tout c’est qu’elle ne comprenait pas, elle ne saisissait pas qu’il était devenu dépendant de ces tueries. « Bien sûr que si, j’ai idée. » ose-t-elle lui répondre en s’approchant doucement de lui. « Autrefois, tu aurais tué des personnes agissant comme tu le fais aujourd’hui. » continue-t-elle en venant lui faire face, penchant la tête pour croiser son regard. Il ne peut s’empêcher de ricaner, un rire presque sans vie, désabusé. « Cela fait bien longtemps que je ne contrôle cette soif de sang mais c’est elle qui me contrôle, et c’est ce que tu refuses de comprendre. » gronde-t-il en essayant de maintenir les flammes en lui. Même si la nymphe lui tape présentement sur le système il se refuse à la blesser, tout comme il se refuse à blesser Octavia, raison pour laquelle il ne peut pas rentrer sans s’être déchargé de cette rage meurtrière qui l’animait en cet instant.

Il retient son souffle quand elle tend la main vers lui, effleurant sa peau, ne soufflant que lorsqu’elle retire sa main se reculant d’un pas. « Les terrestres sont des imbéciles, des inconscients, ils détruisent autant qu’ils créent. Mais tu te rabaisse à leur niveau, Jeremiah, si tu tues des innocents. Et toi comme moi savons que tu vaux plus que ça. » déclare-t-elle par la suite. Il hausse un sourcil, se demandant à qu’elle moment est-elle devenue si altruiste. « Personne n’est innocent. En dehors des enfants. » réplique-t-il d’un ton égal. « N’est-ce pas ce que tu pensais aussi autrefois ? » persiffle-t-il en lui jetant un regard presque joueur comme à l’époque malgré les flammes de colère qui continuent à danser dans ses yeux.

Il sait qu’il ne pourra pas se contrôler encore bien longtemps, il faut qu’il parte d’ici, et c’est bien son intention quand il se décide à bouger. Et alors qu’il reprend la direction du bout de la rue, les flammes refont leur apparition, comme s’il n’était déjà plus capable de faire avancer son corps et contrôler le feu qui brûle en lui. Encore une fois, la faerie en décide autrement, tendant un bras en travers de son torse pour l’empêcher d’avancer. Les yeux du sorcier s’écarquillent tandis qu’il tente de ravaler la chaleur, car si les flammes ne peuvent rien contre lui, ce n’est pas le cas de la nymphe. « Explique moi, Jeremiah. Explique-moi ce que ça t’apporte d’agir comme ça. Quelle satisfaction malsaine tu éprouves à retirer des vies qui n’ont pas le moindre lien avec ce qui s’est passé. » le supplie-t-elle en endurant la douleur que doit probablement lui infliger la chaleur qui se dégage du corps de l’anglais. « AUCUNE ! » lui hurle-t-il en s’écartant à défaut de pouvoir ravaler sa colère. « Tu ne comprends rien Thyia… Ce n’est plus une question d’envie mais de besoin, c’est devenu une drogue, et je ne peux pas rentrer chez moi dans cet état, je ne peux pas prendre le risque de la blesser. Il n’y a que tuer ou coucher avec quelqu’un qui réussit à calmer cette rage qui me consume depuis que j’ai tout perdu. Et c’est toujours temporaire. » finit-il par lui expliquer en veillant à rester loin d’elle, marchant en long et en large dans la rue.

Si elle pensait le calmer en se blessant, c’est raté, sa colère ne fait qu’enfler, une colère contre lui-même de n’avoir pas réussi à empêcher ça s’ajoutant à sa rage déjà présente. « Je refuse de croire que tu ne peux pas être sauvé, que tu le veuilles ou non. Je n’arrêterais pas, tu le sais. » s’entête-t-elle ne s’attirant d’un soupir du sorcier qui se pince l’arête du nez. « Tu ne peux rien faire Thyia… Il n’y a rien à faire… » soupire-t-il vaincu par sa propre souffrance. Pourtant au fond de lui il sait que ce n’est pas tout à fait vrai. Si l’immortelle ne peut effectivement sans doute rien pour lui, l’anglais a conscience qu’Octavia a toujours eu tendance à avoir une certaine influence sur lui. Il tuait un peu moins souvent et surtout des ordures de la société lorsqu’elle vivait sous son toit autrefois. Aujourd’hui elle était de retour, mais les choses étaient compliquées, peut-être que lorsqu’ils auraient mieux défini les choses entre eux… Peut-être. Pour l’heure il avait toujours besoin de ça, de sang ou de sexe pour calmer cette bête qui ne cessait de mordre dans son cœur, tuant chaque fois un peu plus ses sentiments pour ne l’emplir que de haine et de froideur.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 908 MOTS.





Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
61/77  (61/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
COMINUS ET EMINUS
COMINUS ET EMINUSThyia Zacharias

“A little bit dangerous, but baby
THAT'S HOW I WANT IT

Je suis à Chicago depuis le : 23/06/2016 et j'ai déjà payé : 120 factures et gagné : 306 gains. Il paraît que : Lauren Calaway est mon double. Schizo je joue aussi : Megara Nichols, la belle rouquine. On m'appelle : dreamy, ou mélanie pour les intimes, et pour mon profil je remercie : moi-même - Dreamy (avatar+gifs) + endlesslove (sign)

Je suis : Célibataire
Thyia, nymphe et plus précisément naïade du petit peuple, fille de la haute dirigeante des nymphes de Grèce et d'un chevalier de la Cour des Lumières, elle porte le surnom de "petite princesse de la nature" auprès de ses semblables ⊰ Si en apparence elle ressemble à une belle jeune femme de 25 ans, elle est née aux environs du sixième siècle avant Jesus Christ, à l'époque de la mythologie grecque. Elle a de ce fait dépassé les deux mille six cent ans ⊰ Très engagée dans la défense de la nature, sa dévotion envers la planète va au delà de sa dévotion envers les êtres vivants. D'un tempérament très doux, elle méprise tous ceux qui bafouent l'équilibre naturel ⊰ Herboriste, elle arpente le monde et les royaumes en quête de plantes médicinales, poudres démoniaques, et tous les ingrédients qu'on peut lui demander ⊰ elle ne prend aucun parti dans la guerre qui oppose les néphilims au nouvel ordre ⊰ sa loyauté ne va qu'à ses semblables et à la nature ⊰ Elle est maman d'une faerie, Aeris, qu'elle a eu d'une liaison passionnelle avec un terrestre au dix-huitième siècle ⊰ Après des décennies passées auprès de Thyia et de leur fille dans le royaume des faeries, le terrestre a fini par se donner la mort, ne supportant pas cette vie prolongée, et nostalgique du monde terrestre ⊰ depuis, Thyia n'est pas retombée amoureuse ⊰ ses cheveux et ses ailes changent de couleur en fonction de ses humeurs, et ses yeux apparaissent d'un bleu plus ou moins sombre également.


LES REBELLES
Coming


LES INSIPIDES
Elle fournit Lehr en herbes diverses, et en retour, il la fourre. (que de poésie, lel.) + Dakin possède une place particulière dans le coeur de la belle nymphe. En 700 ans, ils ont été bien des choses. Amants, puis amis. Elle a été sa première fois, et surtout, elle l'a guidé lorsqu'il n'était qu'un jeune sorcier dérouté par ses dons. Leur neutralité dans cette guerre va de paire avec tout ce qu'ils ont déjà vécu. +


LE NOUVEL ORDRE
Voilà bien des siècles qu'elle connaît Jeremiah avec qui elle a eu quelques écarts. Seulement, elle ne reconnaît plus la froideur du sorcier, et lui rappelle que perdre un être cher ne doit pas changer qui on est.
Sujet: Re: Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]   Jeu 1 Sep - 21:19



Don't lose your way.
feat. Thiya + Jeremiah
Elle a l’impression de faire face à un automate, comme si d’une certaine manière, le Jeremiah Fitz en face de Thyia avait coupé tout accès aux émotions positives dans sa vie. Et pourtant elle essaie, la faerie, elle essaie désespérément de lui rappeler qu’il était différent avant cela, que quelques siècles en arrière, c’était lui qui était moralisateur envers elle, lui qui devait l’humaniser, après mille années à cultiver sa cruauté envers l’espèce humaine et leur manière de bafouer la nature. Et voilà qu’il rit, un rire dénué d’expression, un rire qui n’atteint même pas Thyia, laquelle reste le regard fixé sur l’enfant de Lilith. « Cela fait bien longtemps que je ne contrôle cette soif de sang mais c’est elle qui me contrôle, et c’est ce que tu refuses de comprendre. » Elle soupire, ferme les yeux, hausse les épaules, comme si cela suffisait à résumer la situation : Elle est dépassée par sa répartie, parce qu’elle échappe à la faerie. Elle n’a jamais eu « besoin » de tuer. Quand elle le fait, c’est sur le coup des nerfs, et d’une certaine façon, c’est que sa victime l’a mérité. Ce qui n’est pas le cas pour Jeremiah. « Et depuis quand Jeremiah Fitz se laisse contrôler par quoique ce soit ? » Son ton pourrait être espiègle, elle qui connaissait de façon particulière le caractère assez dominant du sorcier, néanmoins, son timbre de voix reste égal. La nymphe n’est, hélas, pas d’humeur à rigoler, surtout lorsqu’elle voit sa colère, et les flammes qu’il contient tant bien que mal. Elle effleure par ailleurs sa peau, et elle sait que ce contact dérange. Elle suspend alors son geste, et ses mots arrachent une expression étonnée, mauvaise à Jeremiah, lequel rétorque d’un ton égal : « Personne n’est innocent. En dehors des enfants. N’est-ce pas ce que tu pensais aussi autrefois ? » Il évoque le passé alors que lui-même a changé, bafouant tous ses principes de cette même époque. Thyia hausse un sourcil, ses mèches d’un bleu clair prenant une teinte légèrement verte sous l’agacement.  « Tu sais ce que j’entends par ce terme. Les siècles nous apprennent à devenir plus sensés, en principe. »  Réplique-t-elle aussitôt, avec une pointe d’agacement dans sa voix. Il marque un point, mais elle a toutes les raisons de mépriser l’espèce humaine, c’est dans sa nature. Fut un temps où c’était le sorcier qui empêchait la nymphe d’ôter des vies pour des détails futiles. « Il y a une différence entre les criminels et les simples êtres vivants, voilà tout. » Qu’elle ajoute même en balayant l’air de sa main comme si elle voulait chasser les paroles de l’immortel au passage, du plat de sa paume.

Mais ses mots ne l’atteignent pas, l’effleurent à peine comme le vent pourrait le faire. Elle est frustrée, Thyia, parce qu’elle ne sait pas y faire, elle ne sait pas comment remettre un homme sur le droit chemin, même un homme qu’elle connaît depuis aussi longtemps que Jeremiah. Elle a toujours été celle à qui il fallait rappeler le concept d’indulgence, et maintenant… Voilà qu’elle se trouve la plus douce des deux. Alors, lorsqu’il s’écarte d’elle, incapable de contenir sa colère et avec, son pouvoir, elle l’arrête. N’hésite pas à se brûler le bras pour le retenir, s’efforce de ravaler la douleur, car même si elle est bien résistance, la faerie, elle n’est pas à l’épreuve du feu d’un sorcier.  Elle le supplie de lui apporter une explication, de l’aider à comprendre pourquoi il fait ça, et c’est brutalement, en hurlant qu’il réplique : « AUCUNE ! » Il s’écarte d’elle, et de son côté, elle recule. Pour la première fois en huit-cent ans, une vague de crainte envahit Thyia, qui fixe le brun : « Tu ne comprends rien Thyia… Ce n’est plus une question d’envie mais de besoin, c’est devenu une drogue, et je ne peux pas rentrer chez moi dans cet état, je ne peux pas prendre le risque de la blesser. Il n’y a que tuer ou coucher avec quelqu’un qui réussit à calmer cette rage qui me consume depuis que j’ai tout perdu. Et c’est toujours temporaire. » Il tourne, tourne comme un lion en cage, et elle sait qu’il parle d’elle. Cette louve qu’il a recueillie, la seule qui, lorsque la nymphe a eu l’occasion de l’observer, a su faire emmerger en lui l’affection qu’elle lui a connu tant de fois auparavant. « Et si tu n’apprends jamais à contrôler cette rage Jeremiah ? Si elle ne fait qu’augmenter ? Si un jour, ce n’est plus assez, et que tu perds le contrôle devant elle ? Tu ne te le pardonnerais jamais, je te connais. » Son ton s’emballe, le cœur s’accélère. Elle reste douce lorsqu’elle évoque cette louve qu’elle ne connaît pas. Peut-être Thyia devrait-elle aller lui parler. Peut-être qu’elle … Elle pourrait tout faire changer.

Une ultime fois, elle manifeste son besoin d’essayer de le retenir, de le sauver. Elle ne baisse pas les bras, la nymphe. Trop de créatures obscures ont perdu la vie, transformées par la guerre ou par l’humanité. Et elle se refuse à le laisser lui. « Tu ne peux rien faire Thyia… Il n’y a rien à faire… » Qu’il soupire, excédé. Et c’’est comme s’il avait transmis son agacement à la nymphe, qui écarte les bras en signe d’incompréhension, qui perd patience, se retrouve à cours de moyens. Son ton se hausse, sa voix tremble, et c’est son tour à elle de faire les cent pas, avant de s’arrêter face à Jeremiah. Elle se moque de sa blessure, elle se moque de sa colère, elle a besoin qu’il comprenne qu’elle n’agit pas comme ça par pure bonté d’esprit. Thyia n’a jamais rien eu d’une justicière, et elle ne le sera jamais. « Alors je dois faire quoi, Jeremiah ? Te laisser aller tuer, encore et encore, devenir tout ce que tu méprises jusqu’à ce que je voie un de mes amis se faire tuer ? Jusqu’à ce que TU te fasses tuer ? » Elle croise les bras, ses boucles soyeuses tournées à un blanc écarlate, ce blanc qui ne lui vient pratiquement jamais. Elle est bouffée par l’inquiétude, elle est rongée par la crainte de sortir un jour de sa cachette, pour apprendre qu’un autre immortel a perdu la vie, un de ceux qui ne le méritent pas. « Je me contrefiche de l’espèce humaine, Fitz. Ils pourraient tous crever que ça m’importerait peu, ils ne sont que poussière, ils mourront dans quelques dizaines d’années si tu ne les tue pas ce soir. Mais toi ? Toi tu es à mes côtés depuis des siècles, c’est ça que toi tu ne comprends pas ! Tu ne comprends pas qu’en jouant avec la vie des autres, tu joues avec la tienne, et qu’il y a encore des personnes qui tiennent à toi malgré tout ça putain ! »  Et voilà qu’elle jure en grec, qu’elle passe une main sur son visage, serrant ses poings nerveusement. Voilà pourquoi les nymphes préfèrent rester en contact pur et simple avec la nature : La nature ne les fait jamais passer par tous les états d’âme. « Alors dis-moi, est-ce que tu crois qu’à ma place, Jeremiah d’aujourd’hui ou Jeremiah d’il y a 800 ans, tu me laisserais devenir quelqu’un que je ne suis pas ? Est-ce que tu me laisserais partir, si c’était au passage, me laisser partir vers la mort ? Parce que si c’est le cas, là oui… Je ne peux plus rien pour toi. » Elle capte son regard, les yeux de l’immortelle aussi clairs qu’un ciel d’hiver, ses traits bien tristes lorsqu’elle conclut, en soupirant : « Parce que si c’est le cas, c’est que tu n’es plus Jeremiah Fitz. »

1375 mots, -24h


Don't need permission, made my decision to test my limits. 'Cause it's my business, God as my witness, start what I finished. Don't need no hold up taking control of this kind of moment. I'm locked and loaded, completely focused, my mind is open. ▵ ©️endlesslove.
fifty shades of thyia ▵


Dernière édition par Thyia Zacharias le Mer 21 Sep - 23:48, édité 1 fois

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
57/77  (57/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOJeremiah Fitz
Je suis à Chicago depuis le : 04/05/2016 et j'ai déjà payé : 684 factures et gagné : 635 gains. Il paraît que : Jamie Bell est mon double. Schizo je joue aussi : Lehr O'Siodhachain. On m'appelle : Luiyna et pour mon profil je remercie : Shiya & Tumblr.

Je suis : en train de tomber pour les beaux yeux d'une louve
Sujet: Re: Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]   Lun 5 Sep - 21:29


❝Do you wish me a good morning,…❞
- Thyia & Jeremiah -
… or mean that it is a good morning whether I want it or not; or that you feel good this morning; or that it is a morning to be good on ?
Le sorcier ne répond même pas quand la faerie lui demande depuis quand il se laisse contrôler par quoique ce soit. Il sait que d’une certaine manière, elle a raison. Mais il est fatigué. Fatigué de lutter contre cette rage au fond de son cœur, fatigué de se battre tous les jours, fatigué de supporter cette douleur lancinante qui ne l’a jamais quitté depuis ce jour funeste, fatigué de vivre tout simplement. Il n’y a bien que quand il est avec Octavia qu’il a l’impression de ressentir quelque chose à nouveau, autre que cette soif de vengeance qui guide sa vie depuis si longtemps. Elle est la seule à réussir à lui redonner l’envie de vivre, l’envie d’autre chose que ces tueries qui rythme son existence depuis plusieurs décennies.

Il voit bien que son comportement butté agace la nymphe, difficile de le louper de toute façon quand il a ses sautes d’humeurs en visuels par le changement de couleur de ses cheveux. « Tu sais ce que j’entends par ce terme. Les siècles nous apprennent à devenir plus sensés, en principe. » réplique-t-elle lorsqu’il lui rappelle ce qu’elle disait autrefois. Oui, normalement, quand on n’assassine pas votre famille sous vos yeux. C’est ce que Jeremiah aurait envie de lui répondre, mais même ça, il n’en a plus la force, il concentre déjà toute son énergie et son attention pour tenter de contenir la chaleur et les flammes qui ne demande qu’à s’épanouir et réduire en cendre les alentours. « Il y a une différence entre les criminels et les simples êtres vivants, voilà tout. » Il hausse un sourcil perplexe devant cette répartie. Pour lui les Terrestres et les Nephilims sont tous à mettre dans le même panier. Ils détruisent tout, ruinent tout ce qu’il y a de beau et de pur en ce monde. Il y a des exceptions, il y en a toujours, mais un courtier en bourse n’est clairement pas un innocent. Aucune chance. Mais l’anglais estime que répliquer ne sert à rien, une fois encore, ça ne les mènerait encore que sur un débat stérile. Il n’a clairement pas envie de s’éternise plus que de raison dans cette ruelle, si cela n’avait tenu qu’à lui, il serait déjà loin.

Il tourne en rond alors qu’il tente de faire comprendre son point de vue à la nymphe. Il prend soin de rester à distance, il est déjà bien assez mortifié de l’avoir blessé même sans l’avoir voulu. « Et si tu n’apprends jamais à contrôler cette rage Jeremiah ? Si elle ne fait qu’augmenter ? Si un jour, ce n’est plus assez, et que tu perds le contrôle devant elle ? Tu ne te le pardonnerais jamais, je te connais. » déclame-t-elle, obtenant de la part du sorcier qu’il s’immobilise, tournant son visage vers elle. « Tu crois que je n’en ai pas conscience ? Tu crois que je ne sais pas tout ça ? Pourquoi tu crois que je suis là, à chercher une échappatoire à cette colère que je sens montée en moi depuis plusieurs jours ? JE SAIS TOUT CA THYIA. » s’énerve-t-il, les flammes refaisant leur apparition, léchant la peau de ses mains avant qu’il ne prenne une lente inspiration puis de souffler en les réabsorbant sous sa peau. « Je sais que je ne pourrais pas vivre si je venais à commettre l’irréparable avec elle. » soupire-t-il doucement, presque comme un murmure. Non, il ne pourrait pas continuer à arpenter cette Terre si jamais il se laissait dépasser par sa rage et lui faisait du mal de cette façon.

Même si dans les tréfonds de son cœur, l’inquiétude de la nymphe à son encontre le touche, le sorcier sait que malgré tous ses efforts elle ne pourra rien changer pour lui. Ce qui évidemment agace l’immortelle face à lui. Comme lui précédemment elle fait les cent pas, excédée par son comportement avant de venir se poster face à lui, une fois de plus. Et cette fois elle n’arrête pas son sermon, elle ne le laisse pas en placer une, croisant ses bras sur sa poitrine pendant qu’elle parle, ses cheveux laissant clairement comprendre son état d’esprit. Tout ce qu’elle dit il le sait, du moins il s’en doutait bien. Elle ne s’était jamais soucier de l’espèce humaine, quoi de plus normal pour une nymphe de plus de deux milles ans ? Pourquoi se soucierait-elle d’une espèce qu’elle a vu naître, mourir, naître à nouveau et mourir encore, inlassablement ? Il se doutait bien que si elle s’accrochait ainsi à tenter de le ramener dans le droit chemin ce n’était pas pour le bien d’une humanité qu’elle méprise, au mieux. Même si ça n’a rien de drôle l’anglais ne peut s’empêcher de sourire en l’entendant jurer à un moment. Ça ne lui arrive que très rarement. Preuve qu’il n’est pas loin d’avoir épuisé tout son lot de patience. Et c’est bien malgré lui qu’il sourit à nouveau en l’entendant mentionne le Jeremiah d’il y a huit cent ans. Il y a huit cent ans il n’était pas Jeremiah, pas encore, il l’est devenu après la mort de sa femme et de sa famille justement. Jeremiah a toujours été ce monstre qui tue encore et encore, sans se lasser, sans s’en soucier. « Parce que si c’est le cas, c’est que tu n’es plus Jeremiah Fitz. » termine-t-elle sans un soupir triste. Il laisse passer quelques secondes pour s’assurer qu’elle a bel et bien fini sa tirade. « Jeremiah n’a pas changé au fond, mais tu dois faire référence à Wyatt, ou peut-être était-ce déjà Carter, je me perds un peu dans la chronologie… » réplique-t-il d’un ton presque amusé, même si sa voix reste terne, fatiguée, comme lassée. « Mais pour te répondre… Non, sans doute que moi non plus je ne te laisserais pas te perdre quel que soit mon nom d’emprunt du moment. » lui répond-il relâchant finalement la tension qui ne cessait de s’accumuler dans son corps, ses épaules tombant légèrement, comme s’il avait le poids du monde –ou juste de sa souffrance– sur elles. « Mais même avec toute la bonne volonté du monde, tu ne peux rien pour moi. » répète-t-il en soupirant. « Je suis fatigué Thyia. » finit-il par admettre, sa colère semblait presque s’être mis en sommeil, distancée par sa lassitude. Quatre-vingt-dix ans à tuer, à chercher un moyen d’apaiser sa souffrance sans jamais trouver de réel répit, toutes ses années avaient fini par épuiser l’anglais. Il arrivait toujours une période dans la vie des immortels où ils étaient blasés de tout, incapable de continuer à trouver leur place dans ce monde qui évoluait à une vitesse folle, suivant le rythme de ces êtres mortels aux vies si courtes et qui, d’une certaine manière, semblaient plus palpitant qu’une vie éternelle.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 1 210 MOTS.





Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
61/77  (61/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
COMINUS ET EMINUS
COMINUS ET EMINUSThyia Zacharias

“A little bit dangerous, but baby
THAT'S HOW I WANT IT

Je suis à Chicago depuis le : 23/06/2016 et j'ai déjà payé : 120 factures et gagné : 306 gains. Il paraît que : Lauren Calaway est mon double. Schizo je joue aussi : Megara Nichols, la belle rouquine. On m'appelle : dreamy, ou mélanie pour les intimes, et pour mon profil je remercie : moi-même - Dreamy (avatar+gifs) + endlesslove (sign)

Je suis : Célibataire
Thyia, nymphe et plus précisément naïade du petit peuple, fille de la haute dirigeante des nymphes de Grèce et d'un chevalier de la Cour des Lumières, elle porte le surnom de "petite princesse de la nature" auprès de ses semblables ⊰ Si en apparence elle ressemble à une belle jeune femme de 25 ans, elle est née aux environs du sixième siècle avant Jesus Christ, à l'époque de la mythologie grecque. Elle a de ce fait dépassé les deux mille six cent ans ⊰ Très engagée dans la défense de la nature, sa dévotion envers la planète va au delà de sa dévotion envers les êtres vivants. D'un tempérament très doux, elle méprise tous ceux qui bafouent l'équilibre naturel ⊰ Herboriste, elle arpente le monde et les royaumes en quête de plantes médicinales, poudres démoniaques, et tous les ingrédients qu'on peut lui demander ⊰ elle ne prend aucun parti dans la guerre qui oppose les néphilims au nouvel ordre ⊰ sa loyauté ne va qu'à ses semblables et à la nature ⊰ Elle est maman d'une faerie, Aeris, qu'elle a eu d'une liaison passionnelle avec un terrestre au dix-huitième siècle ⊰ Après des décennies passées auprès de Thyia et de leur fille dans le royaume des faeries, le terrestre a fini par se donner la mort, ne supportant pas cette vie prolongée, et nostalgique du monde terrestre ⊰ depuis, Thyia n'est pas retombée amoureuse ⊰ ses cheveux et ses ailes changent de couleur en fonction de ses humeurs, et ses yeux apparaissent d'un bleu plus ou moins sombre également.


LES REBELLES
Coming


LES INSIPIDES
Elle fournit Lehr en herbes diverses, et en retour, il la fourre. (que de poésie, lel.) + Dakin possède une place particulière dans le coeur de la belle nymphe. En 700 ans, ils ont été bien des choses. Amants, puis amis. Elle a été sa première fois, et surtout, elle l'a guidé lorsqu'il n'était qu'un jeune sorcier dérouté par ses dons. Leur neutralité dans cette guerre va de paire avec tout ce qu'ils ont déjà vécu. +


LE NOUVEL ORDRE
Voilà bien des siècles qu'elle connaît Jeremiah avec qui elle a eu quelques écarts. Seulement, elle ne reconnaît plus la froideur du sorcier, et lui rappelle que perdre un être cher ne doit pas changer qui on est.
Sujet: Re: Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]   Mar 6 Sep - 21:30



Don't lose your way.
feat. Thiya + Jeremiah
Quand est-ce qu’ils en sont venus là, à ne plus savoir se comprendre, se connaître comme ils le faisaient au fil des décennies ? Elle ne sait plus, Thyia. Peut-être aurait-elle du tenter de le soutenir dès qu’il a perdu sa famille, au lieu de quoi, elle a voulu lui laisser le temps de faire son deuil. Peut-être que ce n’était pas la meilleure solution. Alors l’immortelle tourne en rond, s’agace devant la répartie de Jeremiah, se perd en parlant des humains. La vérité, c’est que leur sort lui importe peu. Depuis la Grèce Antique, elle les a vus se déchirer, se détruire mutuellement sans même que les créatures obscures telles que les faeries aient besoin d’intervenir. La nymphe, elle a marché sur des cadavres, littéralement, observé la cupidité et la stupidité terrestre pendant plus de deux-mille ans. La seule différence dans le cas présent, c’est qu’elle n’essaie pas de protéger les humains de Jeremiah, mais plutôt de sauver le sorcier de lui-même, de sa rage destructrice qui ne lui ressemble pas. Ignorant son bras rougi par les flammes, ignorant tout, entièrement focalisée sur l’enfant de Lilith, elle le cherche, soulève le sujet délicat de cette petite louve qu’il a prise sous son aile à sa transformation, il y a de cela quelques années. Elle sait Thyia, elle a vu que cette brune, Octavia, l’a fait changer. Alors que se passera-t-il si un jour il franchit cette limite fragile entre passion et colère ? Si un jour, dans un accès de rage destructrice, il devait la blesser, voire pire, la tuer ? Quand il s’immobilise, elle devine qu’elle a fait mouche. Et elle déteste ça, la nymphe, de le toucher de la sorte. Mais tant qu’elle parvient à atteindre son cœur, c’est la preuve qu’il en a toujours un. Et en l’occurrence, la seconde de la meute obscur semble potentiellement le détenir entre ses mains. « Tu crois que je n’en ai pas conscience ? Tu crois que je ne sais pas tout ça ? Pourquoi tu crois que je suis là, à chercher une échappatoire à cette colère que je sens montée en moi depuis plusieurs jours ? JE SAIS TOUT CA THYIA. » Elle l’observe calmement, soupirant en voyant les flammes revenir enflammer chaque centimètre de sa peau. Elle a l’impression qu’elle vient de le blesser, sans même avoir fait usage de violence, si ce n’est la violence du cœur. Doucement, les flammes s’abaissent, disparaissent à nouveau. « Je sais que je ne pourrais pas vivre si je venais à commettre l’irréparable avec elle. » Elle perçoit sa vulnérabilité dans cette phrase, et Jeremiah confirme là les doutes de Thyia. « Tu éprouves des sentiments pour cette louve. Ne laisse pas le passé empiéter sur ce terrain bien fragile, sinon, cette fois, le seul responsable à ton malheur, ce sera toi-même… » Son ton sonne comme une prophétie funeste, mais elle le murmure d’un ton doucereux, de ceux qu’elle emploie dans ses rares instants de tendresse envers un autre. « Si elle devait venir à te tourner le dos, tu finirais par te perdre toi-même. » Conclue-t-elle, dans un soupir.

Puis, elle s’emballe, s’énerve contre elle-même, face à son incapacité de faire revenir l’homme qu’elle a connu. Les mots s’enchaînent, s’entassent, et elle avoue que tout ce qui l’inquiète, c’est lui, et non pas ceux qu’il tue. Des gens meurent tous les jours, à Chicago. Que ce soit de maladie ou de la main d’un tueur, qu’importe, mais le sorcier n’est pas un tueur. Pas de ce genre. Et s’il continuait, il allait finir par en mourir, et ça, la nymphe le refuse. Alors elle se place elle-même dans l’équation, lui demande si il la laisserait se perdre sans bouger le petit doigt, comme lui est en train de le faire. « Jeremiah n’a pas changé au fond, mais tu dois faire référence à Wyatt, ou peut-être était-ce déjà Carter, je me perds un peu dans la chronologie… » Son ton amusé arrache un énième soupir las de Thyia, désemparée. Elle passe une main dans ses cheveux, secoue la tête, excédée. « Les noms ne sont que des mots pour moi, je parle de mon ami, peu m’importe le pseudonyme que tu as pu prendre ces derniers siècles. Je ne les ai même pas tous retenus. » Ce n’est pas tellement vrai, elle a bien connu tous ses noms. Elle s’y adapte continuellement. Elle parle juste de la personne, ne parle pas de celui qu’il prétend être depuis le siècle dernier, justement. « Mais pour te répondre… Non, sans doute que moi non plus je ne te laisserais pas te perdre quel que soit mon nom d’emprunt du moment. » Son regard clair s’était baissé sur le bitume, et aussitôt, la nymphe relève le regard, tourne la tête vers le sorcier, comme s’il venait d’attiser le feu de cette petite lueur d’espoir qu’elle ne cesse d’entretenir depuis des années. Le calme semble être revenu dans la ruelle, la tristesse prend place sur les traits de Jeremiah. Non, pas de la tristesse. Il semble éreinté. « Mais même avec toute la bonne volonté du monde, tu ne peux rien pour moi. » Il recommence. Elle fait un pas dans sa direction, se rapproche avec précaution. « Ne dis pas ça... » Murmure-t-elle dans une supplique. Elle ne supplie pas souvent, Thyia. Mais elle veut qu’il continue de croire en sa rédemption, qu’il y croie à nouveau, qu’il cesse de se penser condamné. « Je suis fatigué Thyia. » Les mots viennent, enfin. Elle semble retrouver, l’espace d’un instant, celui qu’elle a toujours connu. Un pas encore. « Et je le comprends, Jem. » Elle s’est déjà lassé de l’immortalité et de ce qu’elle apporte, une fois. Après avoir perdu le seul être mortel qu’elle ait sincèrement aimé. Elle n’osait alors imaginer la détresse et le chaos régnant dans le cœur de Jeremiah après qu’il ait tout perdu. Elle fait un pas, encore. « S’il te plait, n’abandonne pas. Il y a toujours cette lumière chez toi, l’humanité ne t’a pas encore tout enlevé. » Elle la voit lorsqu’il parle d’elle. Un pas encore. Elle tend la main avec précaution, pour effleurer la peau de Jem, puis, elle presse sa paume sur son bras, la passe dans son dos, l’attire contre elle. S’il veut se dérober, elle le laissera faire. Elle caresse alors doucement son dos, sans même s’inquiéter qu’il puisse brûler ce bras également, et murmure : « Si tu veux repartir après cet homme… Je ne te suivrais pas. Mais s’il te plait, prend en compte mes paroles. N’oublie pas ceux qui sont là pour toi. Je suis là pour toi. » Elle l'a toujours été, le sera toujours. C'est une promesse qu'elle pourrait formuler sans ciller, la nymphe. Envers lui, elle en serait parfaitement capable.

-24h, 1200 mots


Don't need permission, made my decision to test my limits. 'Cause it's my business, God as my witness, start what I finished. Don't need no hold up taking control of this kind of moment. I'm locked and loaded, completely focused, my mind is open. ▵ ©️endlesslove.
fifty shades of thyia ▵


Dernière édition par Thyia Zacharias le Mer 21 Sep - 23:47, édité 1 fois

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
57/77  (57/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOJeremiah Fitz
Je suis à Chicago depuis le : 04/05/2016 et j'ai déjà payé : 684 factures et gagné : 635 gains. Il paraît que : Jamie Bell est mon double. Schizo je joue aussi : Lehr O'Siodhachain. On m'appelle : Luiyna et pour mon profil je remercie : Shiya & Tumblr.

Je suis : en train de tomber pour les beaux yeux d'une louve
Sujet: Re: Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]   Dim 11 Sep - 3:11


❝Do you wish me a good morning,…❞
- Thyia & Jeremiah -
… or mean that it is a good morning whether I want it or not; or that you feel good this morning; or that it is a morning to be good on ?
Malgré les siècles qui passent, Thyia a toujours su où appuyer pour que ça fasse mal, comme Jeremiah a souvent su le faire avec elle du reste. Si le sorcier sait au fond qu’elle ne cherche pas spécialement à le blesser mais plus à le faire réagir, il ne peut s’empêcher de se sentir comme trahi par le fait qu’elle parle d’Octavia. Il n’a jamais dit à quiconque les raisons qui l’ont poussé à la sauver à l’époque, le fait qu’elle lui rappelait sa défunte épouse par sa combattivité alors même que tout était perdu. D’une certaine manière, l’anglais a toujours su depuis le début que la louve était sa faiblesse. « Tu éprouves des sentiments pour cette louve. » Il ne peut s’empêcher de rouler des yeux en soupirant. « Bien sûr que j’ai de l’affection pour elle, sinon je ne l’aurais pas accueilli sous mon toit pendant trois ans. » réplique-t-il, le sorcier n’est pas encore prêt à admettre ce qu’il éprouve pour la jeune femme, que ce soit à quelqu’un d’autre ou à lui-même du reste. Mais il ne sait pas vraiment où ils en sont tous les deux depuis qu’il a accepté de la laisser revenir vivre avec lui. Depuis qu’elle lui a demandé d’être plus… Il n’avait jamais espéré pouvoir aimer à nouveau, et encore moins être aimé en retour, alors il a du mal à se faire à cette idée. Il balaie l’air de la main à la suite de sa phrase, cela sonne un peu trop comme les prophéties funèbres qui étaient monnaie courante à l’époque où est née la nymphe. Mais ça n’a jamais été son truc. Même s’il ait qu’au fond, elle a raison. S’il venait à faire du mal à la louve à cause de cette rage qu’il peine tant à contrôler, il serait l’auteur de son propre malheur, et il ne pourrait jamais vivre en sachant cela. « Si elle devait venir à te tourner le dos, tu finirais par te perdre toi-même. » soupire-t-elle, auquel il répond par un simple soupir également, qu’aurait-il pu dire de toute façon ? Je sais ? Ou bien pire, qu’il s’était déjà perdu de toute façon. Car dans l’essence, c’est exactement ça. Il s’est perdu lui-même depuis des décennies maintenant, s’abîmant dans cette rage mortifère.

Au fil de la conversation que lui impose la faerie, Jeremiah finit par avouer où se situe le réel problème. Peut-être ne s’en était-il même pas vraiment aperçu avant cet instant, avant qu’elle ne l’oblige à regarder en profondeur dans son âme. Mais au final, ce désir de vengeance, cette soif de violence et de sang, peut-être n’était-elle dû qu’à une chose : sa lassitude face à son immortalité. La brutalité avec laquelle il a perdu sa famille ne lui a pas permis de s’y préparer comme cela avait été le cas avec ses précédents proches, la famille de Terrestre auprès desquels il avait grandi à sa naissance notamment. Il ne s’est jamais vraiment remis de cette déchirure, il n’a jamais réussi à faire son deuil, il est comme un animal blessé depuis tout ce temps, enragé et depuis quelques années la fatigue s’y est mêlée. L’anglais sait que la nymphe comprendra, elle aussi est passée par-là avec ses deux millénaires à errer sur Terre. La différence est sans doute qu’elle a probablement la possibilité de compter sur ses semblables du Petit Peuple, les sorciers eux sont souvent désespérément seul. À force de vivre ils finissent toujours par se lier à d’autres immortels, c’est inévitable, mais ce n’est pas vraiment la même chose. Il y a moins cette sensation d’appartenance hormis leur vie éternelle. Même si certains immortels ont fini par être ce qu’il avait le plus proche d’une famille, Thyia en est d’ailleurs un parfait exemple. « S’il te plait, n’abandonne pas. Il y a toujours cette lumière chez toi, l’humanité ne t’a pas encore tout enlevé. » le supplie-t-elle en avançant vers lui. Il se demande si elle a raison, s’il y a encore du bon en lui, après avoir tué tant de personnes durant tant d’années. Au fond il a toujours aimé ça, guerroyer, se battre, cela ne date pas d’hier. L’assassinat de sa famille n’a fait qu’exacerber ce trait de caractère chez lui. Peut-être n’y a-t-il jamais eu la moindre lumière chez lui.

Sans vraiment s’en rendre compte il finit par se faire attirer dans les bras de la nymphe. S’il est d’abord surpris, il ne se dérobe pourtant pas, allant même jusqu’à se laisser aller à cette étreinte impromptue, passant lui aussi ses bras dans le dos de Thyia. Sa colère est bien loin à présent et les flammes sont retournées sagement dormir dans ses veines miroitantes de ce bleu caractéristique. Il se laisse étreindre, réconforter par ce contact et cette douceur que la faerie a toujours eut envers lui, enfouissant son visage dans son cou et dans ses cheveux, à mi-chemin entre ce que ferait un enfant et ce que ferait un amant. « Si tu veux repartir après cet homme… Je ne te suivrais pas. Mais s’il te plait, prend en compte mes paroles. N’oublie pas ceux qui sont là pour toi. Je suis là pour toi. » lui souffle-t-elle. Il resserre légèrement son étreinte, secouant la tête. Non il ne repartira pas après cet homme. « Non, ça devrait aller, je crois que tu m’as offert un peu de répit pour aujourd’hui. » murmure-t-il sans bouger de ses bras. Cette proximité l’apaise. Bien sûr, depuis des décennies il a choisi de vivre dans cette solitude, ne s’accordant que quelques nuits entre les draps et les bras de trop nombreuses femmes pour qu’il ne se souvienne de toutes. Mais ce genre de contacts, cette tendresse et cette amitié que lui offre Thyia, ça lui manque. Pourtant il sait que demain, il s’isolera de nouveau, se renfermant sur lui-même, s’abimant dans cette haine qui est devenu sa compagne depuis tant de temps. Il est difficile, surtout pour les immortels, de se séparer de ses manies et de ses habitudes. « Mais je ne peux pas te promettre de changer du jour au lendemain, nous autres immortels en sommes incapables. »souffle-t-il et cela pourrait presque paraitre comme une plaisanterie s’il ne l’avait pas prononcé sur ce même ton las et triste. Au fond de lui il est conscient qu’il ne fait que s’autodétruire, mais il a passé tant d’années à faire cela qu’il ignore encore comment changer, ni quel pourrait être le déclic de ce changement –ou du moins fait-il encore mine de l’ignorer… Mais s’il est honnête avec lui-même Thyia et lui savent déjà quel ou plutôt qui pourrait être l’élément instigateur de cette évolution : Octavia.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 1215 MOTS.





Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
61/77  (61/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
COMINUS ET EMINUS
COMINUS ET EMINUSThyia Zacharias

“A little bit dangerous, but baby
THAT'S HOW I WANT IT

Je suis à Chicago depuis le : 23/06/2016 et j'ai déjà payé : 120 factures et gagné : 306 gains. Il paraît que : Lauren Calaway est mon double. Schizo je joue aussi : Megara Nichols, la belle rouquine. On m'appelle : dreamy, ou mélanie pour les intimes, et pour mon profil je remercie : moi-même - Dreamy (avatar+gifs) + endlesslove (sign)

Je suis : Célibataire
Thyia, nymphe et plus précisément naïade du petit peuple, fille de la haute dirigeante des nymphes de Grèce et d'un chevalier de la Cour des Lumières, elle porte le surnom de "petite princesse de la nature" auprès de ses semblables ⊰ Si en apparence elle ressemble à une belle jeune femme de 25 ans, elle est née aux environs du sixième siècle avant Jesus Christ, à l'époque de la mythologie grecque. Elle a de ce fait dépassé les deux mille six cent ans ⊰ Très engagée dans la défense de la nature, sa dévotion envers la planète va au delà de sa dévotion envers les êtres vivants. D'un tempérament très doux, elle méprise tous ceux qui bafouent l'équilibre naturel ⊰ Herboriste, elle arpente le monde et les royaumes en quête de plantes médicinales, poudres démoniaques, et tous les ingrédients qu'on peut lui demander ⊰ elle ne prend aucun parti dans la guerre qui oppose les néphilims au nouvel ordre ⊰ sa loyauté ne va qu'à ses semblables et à la nature ⊰ Elle est maman d'une faerie, Aeris, qu'elle a eu d'une liaison passionnelle avec un terrestre au dix-huitième siècle ⊰ Après des décennies passées auprès de Thyia et de leur fille dans le royaume des faeries, le terrestre a fini par se donner la mort, ne supportant pas cette vie prolongée, et nostalgique du monde terrestre ⊰ depuis, Thyia n'est pas retombée amoureuse ⊰ ses cheveux et ses ailes changent de couleur en fonction de ses humeurs, et ses yeux apparaissent d'un bleu plus ou moins sombre également.


LES REBELLES
Coming


LES INSIPIDES
Elle fournit Lehr en herbes diverses, et en retour, il la fourre. (que de poésie, lel.) + Dakin possède une place particulière dans le coeur de la belle nymphe. En 700 ans, ils ont été bien des choses. Amants, puis amis. Elle a été sa première fois, et surtout, elle l'a guidé lorsqu'il n'était qu'un jeune sorcier dérouté par ses dons. Leur neutralité dans cette guerre va de paire avec tout ce qu'ils ont déjà vécu. +


LE NOUVEL ORDRE
Voilà bien des siècles qu'elle connaît Jeremiah avec qui elle a eu quelques écarts. Seulement, elle ne reconnaît plus la froideur du sorcier, et lui rappelle que perdre un être cher ne doit pas changer qui on est.
Sujet: Re: Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]   Jeu 15 Sep - 21:59



Don't lose your way.
feat. Thiya + Jeremiah
« Bien sûr que j’ai de l’affection pour elle, sinon je ne l’aurais pas accueilli sous mon toit pendant trois ans. »Le déni, encore, toujours. Il ne sait pas voir en face qu'il est attaché à cette louve bien plus que de raison. Mais ce n'est pas son rôle à elle de lui ouvrir les yeux sur ça, alors, elle se contente d'un bref haussement d'épaules, laissant clairement entendre que la nymphe n'a pas voulu entendre que ça par ses paroles. La démarche pour ouvrir les yeux, et surtout ouvrir son coeur, ele ne pouvait venir que de lui, avec un coup de pouce de cette jeune femme que Thyia ne connaît guère. Cependant, ce qu'elle peut faire, ce qu'elle peut tenter de lui apporter, c'est de l'espoir. Lui rappeler l'homme qu'il a été jadis, l'homme que Thyia elle-même a su aimer, à sa manière propre dirons nous. Son attachement envers certaines personnes se trouve parfois dans un mi-chemin parfait entre l'amitié profonde et ce que beaucoup appellent l'amour. Depuis bien des siècles, c'est dans ce couloir que la faerie s'est perdue, et Jeremiah fait partie de ces rares enfants de Lilith privilégiés à avoir su attiser l'attention, l'affection de la nymphe. Aujourd'hui encore, l'attachement reste, quand bien même ne reste-t-il plus grand chose de l'homme qu'elle a connu. Reste à savoir désormais s'il s'agissait d'une bonne ou d'une mauvaise chose. Alors elle insiste, Thyia, ses cheveux virant au blanc écarlate sous l'inquiétude, elle le supplie de ne pas céder à l'obscurité complète, parce qu'il n'est pas né comme ça, c'est l'humanité qui l'a forgé de cette manière, et si jamais elle devait le perdre à cause de cette même humanité... Peut-être bien que la nymphe perdrait foi en ce monde, se terrant au sein du Petit Peuple et de la nature, comme elle a pu le faire des siècles durant, étant une jeune seelie.

Fut un temps où leurs étreintes faisaient partie de leur quotidien, et plus encore. Aujourd'hui, elle sent sa tension, lorsqu'elle attire sa silhouette jusque contre elle, nouant tendrement ses bras autour de lui. Elle lui dit qu'elle comprend, bien qu'elle ne comprenne qu'à moitié. La lassitude de l'immortalité et de son lot de déboires n'ont jamais beaucoup atteint Thyia, si ce n'est récemment. La nymphe, en laissant un terrestre entrer dans sa vie, l'a laissé toucher son coeur, et c'est quelque chose de peu commun, elle qui prend soin de ne pas s'attacher aux mortels d'ordinaires. Finalement, la faerie soupire de soulagement en sentant Jem s'apaiser, venant même jusque relever à son tour ses bras dans son dos pour se laisser aller contre elle. Sa température corporelle s'était apaisée, elle pouvait le sentir contre son dos, même à travers le tissu de sa robe. Elle vient même à sourire, un sourire fin, emprunt de nostalgie lorsqu'elle sent le visage du sorcier venir se loger dans le creux de son cou, qu'elle lui offre docilement en penchant la tête. Vieille habitude qui ne change pas, Thyia a toujours été attentionnée envers Jeremiah, et huit-cent ans plus tard, l'attachement ne s'est que renforcé pour la faerie. C'est le cœur serré qu'elle finit par le libérer de sa présence, le laissant libre de retourner à sa traque si tel était son désir. Et c'est avec surprise qu'elle le sent secouer la tête, resserrer son étreinte un peu plus fort. Se pourrait-il que finalement, elle ai ne serait-ce qu'un peu réussi? « Non, ça devrait aller, je crois que tu m’as offert un peu de répit pour aujourd’hui. » Automatiquement, la chevelure de la nymphe reprend sa teinte d'un bleu violacé qu'elle possède lorsqu'elle est sereine, ses grands yeux clairs se ferment, et ses doigts remontent du dos de Jem jusque sa nuque alors qu'elle lui répond : « J'en suis sincèrement heureuse. » Même si elle sait que ce n'est qu'un pas, elle est apaisée, Thyia. Elle sait que tout n'est pas perdu pour Jeremiah. « Mais je ne peux pas te promettre de changer du jour au lendemain, nous autres immortels en sommes incapables. » Ses paupières s'ouvrent à nouveau, et les doigts fins de Thyia viennent avec légèreté rejoindre le visage de l'anglais, encadrant ses traits alors qu'elle vient embrasser son front, dans un geste pouvant évoquer la tendresse d'une mère, mais aussi l'attention de celle qui a ponctué ses derniers siècles de vie par la présence de l'enfant de Lilith. Ses yeux limpides rencontrent le regard de Jem, dans lequel elle devine presque les flammes bleues qui dansent dans son corps tout entier. « Parfois je me demande si tu n'oublies pas à qui tu parles. » Qu'elle murmure, un brin enjouée, son index caressant la joue de l'immortel avant que sa main ne retombe le long de son corps un brin moins serré contre son opposé. Oh oui elle sait qu'il ne changera pas si vite. Deux mille cinq cent ans d'existence, et pourtant, elle change à une lenteur phénoménale. Elle est presque la même que lorsqu'il l'a rencontrée, même. Seule son empathie pour l'espèce humaine s'est légèrement manifestée au cours des deux derniers siècles. « Je ne te demande pas de changer du jour au lendemain, Jem. Juste d'accepter le fait que ces flammes qui brûlent en toi t'apportent plus qu'un moyen de détruire. » Aujourd'hui, il n'utilise plus son don que pour tuer. Alors qu'il a su faire bien plus auparavant, et aujourd'hui, elle est intimement convaincue du faire qu'avec du temps, et avec les - la - bonne personne, une petite étincelle saura rallumer la lumière qu'il a éteinte il y a des décennies.

1020 mots


Don't need permission, made my decision to test my limits. 'Cause it's my business, God as my witness, start what I finished. Don't need no hold up taking control of this kind of moment. I'm locked and loaded, completely focused, my mind is open. ▵ ©️endlesslove.
fifty shades of thyia ▵


Dernière édition par Thyia Zacharias le Mer 21 Sep - 23:46, édité 1 fois

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
57/77  (57/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
PRO MUNDI BENEFICIO
PRO MUNDI BENEFICIOJeremiah Fitz
Je suis à Chicago depuis le : 04/05/2016 et j'ai déjà payé : 684 factures et gagné : 635 gains. Il paraît que : Jamie Bell est mon double. Schizo je joue aussi : Lehr O'Siodhachain. On m'appelle : Luiyna et pour mon profil je remercie : Shiya & Tumblr.

Je suis : en train de tomber pour les beaux yeux d'une louve
Sujet: Re: Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]   Lun 19 Sep - 0:54


❝Do you wish me a good morning,…❞
- Thyia & Jeremiah -
… or mean that it is a good morning whether I want it or not; or that you feel good this morning; or that it is a morning to be good on ?
Thyia était entrée très tôt dans sa vie, pas dès la première où il avait quasiment vécu comme un Terrestre, mais dès qu’il avait décidé de laisser derrière lui sa famille humaine, ses frères, et de suivre sa voie d’immortel. Il était parti à la recherche de quelqu’un pour lui apprendre à se servir de ses dons et les perfectionner, et il avait trouvé la sorcière Circé. C’était par elle qu’il avait croisé la route de la nymphe. Ils s’étaient tout de suite très bien entendus, partageant à certains moments de leur vie plus qu’une simple amitié. D’une certaine manière il y avait toujours eu plus. Entre immortels c’est d’ailleurs souvent le cas, sachant qu’à la fin ils ne resteraient toujours qu’eux. L’anglais avait toujours eu beaucoup d’affections pour la nymphe, même quand, comme quelques instants plus tôt, elle le poussait dans ses retranchements, dans sa colère et dans sa rage, il n’arrivait pourtant jamais à la haïr.

Une fois de plus il avait fini par se retrouver dans le havre de paix de ses bras qu’elle lui avait offert. La faerie avait réussi l’exploit d’apaiser, pour un temps, la rage sourde qui montait en lui depuis plusieurs jours, lui faisant gagner quelques jours de répit supplémentaires. Le sorcier constata au changement de couleur de ses cheveux que cette nouvelle la ravie, tout comme elle lui confirma ensuite. Il ferme les yeux en sentant la main de l’immortelle remonter dans son dos jusqu’à sa nuque, appréciant ce geste de réconfort presque maternelle de la nymphe envers lui. C’est étrange de se dire qu’à presque neuf-cent ans il apprécie toujours ce sentiment d’avoir quelqu’un qui veille sur vous, qui cherche à vous protéger, autant que ça l’agace parfois. Un peu comme avec un parent surprotecteur. Mais malgré tout, il n’arrive pas à s’imaginer une vie dans laquelle Thyia n’en ferait plus partie. Même s’il ne l’admettrait jamais, elle fait partie des quelques personnes dont il ne se remettrait jamais de la perte, mettant le monde à feu et à sang bien plus qu’il ne le fait déjà. Si la nymphe venait à perdre la vie, il détruirait le monde entier pour lui avoir enlevé un de ses derniers repères sur Terre.

Il finit par se reculer légèrement pour pouvoir la regarder en lui déclarant qu’il ne pourra pas changer du jour au lendemain. Il ferme les yeux quand elle vient embrasser son front, se rappelant presque douloureusement ce geste avec les traits de sa mère, sa vraie mère, depuis bien longtemps disparue. Il rouvre les yeux, venant les plonger dans ceux de la nymphe. « Parfois je me demande si tu n'oublies pas à qui tu parles. » lui murmure-t-elle amusée. Il lève les yeux au ciel avec un sourire, léger, presque imperceptible pour un œil non avisé –ce qui est loin d’être le cas de Thyia– mais un sourire sincère et réel. Non il n’oublie pas, jamais, c’était plus pour lui rappeler que, même s’il est plus jeune, lui aussi est immortel et pour lui aussi le changement est difficile. Elle le sait bien sûr, mais il n’a pas pu s’empêcher de le lui rappeler, comme pour chercher son pardon pour les futurs meurtres qu’il pourrait perpétrer avant de réussir à changer complètement. « Je ne te demande pas de changer du jour au lendemain, Jem. Juste d'accepter le fait que ces flammes qui brûlent en toi t'apportent plus qu'un moyen de détruire. » ajoute-t-elle. Le sorcier fait une légère moue, bien sûr qu’il peut faire énormément avec sa magie, mais le feu qui brûle en lui… Le feu a toujours été quelque chose de destructeur, on peut reconstruire après un incendie, rebâtir, se relever, mais le feu en lui-même ne sait que détruire… « Le feu a toujours été destructeur… » soupire-t-il en secouant la tête. « Un peu comme tous les éléments en plus, un des plus incontrôlable… Tu en sais quelque chose. » lui sourit-il avec malice n’oubliant pas qu’elle est une naïade, son opposée parfaite en terme de pouvoir, et tout comme lui son don est un des quatre éléments, le sien est sans doute plus puissant encore, impossible d’arrêter un tsunami, l’eau s’infiltre partout. « Mais je vois ce que tu veux dire, et je peux essayer en tout cas. » lui promet l’anglais en venant déposer un baiser sur sa joue. Il est né à une époque où les promesses avaient une valeur, donc tous deux savent qu’il tiendra sa promesse même sans être un faerie.

À nouveau son regard accroche le sien et un sourire vient s’étirer plus franchement sur ses lèvres. « Finalement peut-être que je vais revoir ma position sur ta proposition de me raccompagner et qu’on boive un thé. » plaisante-t-il en faisant référence à la première pique de la nymphe. Sauf que cette fois l’ambiance serait bien plus amicale, après tout cela fait un moment qu’ils n’ont pas partagé du temps ensemble, se remémorant le passé, parlant de l’avenir, ou même vivant juste l’instant présent. À cette heure-ci Octavia devra probablement être avec la meute, même si elle est revenue vivre à ses côtés, elle a toujours ses obligations auprès du Nouvel Ordre.
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 923 MOTS.





Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
61/77  (61/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
COMINUS ET EMINUS
COMINUS ET EMINUSThyia Zacharias

“A little bit dangerous, but baby
THAT'S HOW I WANT IT

Je suis à Chicago depuis le : 23/06/2016 et j'ai déjà payé : 120 factures et gagné : 306 gains. Il paraît que : Lauren Calaway est mon double. Schizo je joue aussi : Megara Nichols, la belle rouquine. On m'appelle : dreamy, ou mélanie pour les intimes, et pour mon profil je remercie : moi-même - Dreamy (avatar+gifs) + endlesslove (sign)

Je suis : Célibataire
Thyia, nymphe et plus précisément naïade du petit peuple, fille de la haute dirigeante des nymphes de Grèce et d'un chevalier de la Cour des Lumières, elle porte le surnom de "petite princesse de la nature" auprès de ses semblables ⊰ Si en apparence elle ressemble à une belle jeune femme de 25 ans, elle est née aux environs du sixième siècle avant Jesus Christ, à l'époque de la mythologie grecque. Elle a de ce fait dépassé les deux mille six cent ans ⊰ Très engagée dans la défense de la nature, sa dévotion envers la planète va au delà de sa dévotion envers les êtres vivants. D'un tempérament très doux, elle méprise tous ceux qui bafouent l'équilibre naturel ⊰ Herboriste, elle arpente le monde et les royaumes en quête de plantes médicinales, poudres démoniaques, et tous les ingrédients qu'on peut lui demander ⊰ elle ne prend aucun parti dans la guerre qui oppose les néphilims au nouvel ordre ⊰ sa loyauté ne va qu'à ses semblables et à la nature ⊰ Elle est maman d'une faerie, Aeris, qu'elle a eu d'une liaison passionnelle avec un terrestre au dix-huitième siècle ⊰ Après des décennies passées auprès de Thyia et de leur fille dans le royaume des faeries, le terrestre a fini par se donner la mort, ne supportant pas cette vie prolongée, et nostalgique du monde terrestre ⊰ depuis, Thyia n'est pas retombée amoureuse ⊰ ses cheveux et ses ailes changent de couleur en fonction de ses humeurs, et ses yeux apparaissent d'un bleu plus ou moins sombre également.


LES REBELLES
Coming


LES INSIPIDES
Elle fournit Lehr en herbes diverses, et en retour, il la fourre. (que de poésie, lel.) + Dakin possède une place particulière dans le coeur de la belle nymphe. En 700 ans, ils ont été bien des choses. Amants, puis amis. Elle a été sa première fois, et surtout, elle l'a guidé lorsqu'il n'était qu'un jeune sorcier dérouté par ses dons. Leur neutralité dans cette guerre va de paire avec tout ce qu'ils ont déjà vécu. +


LE NOUVEL ORDRE
Voilà bien des siècles qu'elle connaît Jeremiah avec qui elle a eu quelques écarts. Seulement, elle ne reconnaît plus la froideur du sorcier, et lui rappelle que perdre un être cher ne doit pas changer qui on est.
Sujet: Re: Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]   Mer 21 Sep - 23:45



Don't lose your way.
feat. Thiya + Jeremiah
Elle a commencé par arrêter de compter les années, puis les siècles, progressivement. C’est l’unique inconvénient de l’immortalité : On se perd dans le temps, progressivement, et si les terrestres n’accordaient pas tant d’importance aux dates et à l’histoire, Thyia ne saurait même pas son âge, ne serait-ce que de façon approximative. Alors, dans un sens, elle ne peut que comprendre la lassitude de Jeremiah. Les sorciers n’ont pas un royaume entier dédié aux immortels comme peuvent l’avoir les cours Seelie et Unseelie. La nymphe n’a jamais eu à errer dans le monde des mortels, n’a même pas réellement daigné s’y attacher, en dehors de quelques rares exceptions. Lui, a changé d’identités, de vies, de noms à répétition, si bien qu’au bout d’un moment, la belle ne s’en formalisait même plus. Aujourd’hui, elle l’appelait Jem. Le siècle prochain, ce sera probablement autre chose, mais pour ça, il faut qu’il reste en vie, et c’est pour ça que l’immortelle s’évertue à faire en sorte que le sorcier retourne, lentement, vers l’homme qu’il est et a toujours été jusqu’au drame qui a bouleversé son existence. Un homme complexe, certes, mais pas un meurtrier pour la solde d’une sorcière mégalomane. Oui, Thyia ne s’est jamais franchement entichée d’Andrea Belson, et cette dernière le sait bien pour le peu de fois où les deux femmes se sont croisées. Alors savoir que son cher ami est devenu tueur pour son bon plaisir est bien loin d’enchanter la nymphe. Mais pour aujourd’hui, elle semble avoir gagné la partie, semble avoir su apaiser les flammes qui le rongent, si l’on peut dire. Oh non elle ne lui demande pas de changer du jour au lendemain, seulement de croire qu’il peut faire plus que tuer. Bien plus. « Le feu a toujours été destructeur… » Soupire le sorcier, et la nymphe hoche la tête d’un air condescendant. Elle parlait de ce feu de façon parfaitement métaphorique. Son don, en lui-même, est destructeur, c’est vrai, mais rien ne l’empêchait d’en user avec précaution. « Un peu comme tous les éléments en plus, un des plus incontrôlable… Tu en sais quelque chose. » Un sourire vient sur les lèvres de Thyia. Exact. Sa magie à elle est bien différente de celle du sorcier, mais tous deux possédants des dons élémentaires, elle sait combien ces deux magies peuvent être destructrices. Elle en a fait, des dégâts, Thyia, depuis sa naissance. Avec le temps, par ailleurs, elle avait appris à contrôler la puissance de son don lors de ses accès de colère. Les nymphes contrôlent les éléments naturels de façon globale, mais étant naïade, c’est avec l’eau qu’elle possède une affinité particulière, et dieu sait qu’elle en a provoqué, des catastrophes, dans des accès de colère. Pourquoi croyez-vous que les terrestres craignent la colère des Dieux ? Ils ne craignaient juste pas les bonnes personnes, le ciel n’ayant que peu d’intérêt pour leur monde, les faeries, eux, ont toujours pris un certain plaisir à faire des passages dans le monde terrestre, surtout en Grèce, à la douce époque de la naissance de la demoiselle aux cheveux couleur lavande. « Tu marques un point. » Admet-elle, le temps qu’il reprenne : « Mais je vois ce que tu veux dire, et je peux essayer en tout cas. » A ces mots, le visage aux traits doux de Thyia s’illumine, tandis qu’elle réceptionne de la part de Jeremiah une bise sur sa joue. « Je te fais confiance, Jem. » Il a fait une promesse, elle compte sur lui pour qu’il l’honore. S’il n’est pas faerie, il connaît Thyia depuis suffisamment longtemps pour connaître la valeur d’une promesse à ses yeux. A lui désormais de faire en sorte d’honorer ses paroles. Mais elle croit en son ami pour ça. Un jour, il redeviendra celui qu’elle a connu.

L’ambiance s’est apaisée, la chaleur, retombée. Parce que rester aux côtés du sorcier dans ses accès de colère, c’est moins cher qu’aller au sauna. Plus dangereux, certes, mais moins cher. La seelie fixe son ami avec curiosité en voyant son sourire devenir plus franc, plus marqué. « Finalement peut-être que je vais revoir ma position sur ta proposition de me raccompagner et qu’on boive un thé. » Ses premiers mots en l’attrapant lui revinrent à l’esprit, et reculant un peu, la belle tend une main à l’enfant de Lilith. « Ce sera avec plaisir, mais si ça ne te dérange pas... » Elle hausse un sourcil, esquisse une moue légère, avant de montrer d’un geste de la tête son second bras, lequel n’étant pas accroché à celui de Jeremiah. A vraie dire, elle ne s’en sert plus depuis tout à l’heure, à juste titre. « J’aimerais faire un détour par le Lac, pour soigner ça, à moins que tu ne t’en charge toi-même. » Pas une once d’animosité, elle rit même, tout en l’entraînant avec elle loin de la rue. Aujourd’hui, elle aura réussi à rappeler au sorcier son humanité. A lui de faire l’autre moitié du chemin pour quitter l’homme qu’il est devenu.

893 mots


Don't need permission, made my decision to test my limits. 'Cause it's my business, God as my witness, start what I finished. Don't need no hold up taking control of this kind of moment. I'm locked and loaded, completely focused, my mind is open. ▵ ©️endlesslove.
fifty shades of thyia ▵
Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]   

 
Stay out of my way [Thyia & Jeremiah]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» Fiche technique et news de Stay with me
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)
» BUT I'LL ONLY STAY WITH YOU ONE MORE NIGHT - 9 JUIN, 2H24
» sullivan&sevde ◭ stay out tonight and see through my eyes.
» Oriane Ω stay alive. (finiiiiiiii)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Anciens RPs-
Sauter vers: