Revenir en haut Aller en bas



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Should we dig another grave ? - ft. Amaury

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
InvitéInvité
Sujet: Should we dig another grave ? - ft. Amaury   Mar 16 Aoû - 20:43

should we dig another grave ?
Amaury & Jake

La musique, trop forte pour ses sens plus aiguisés que la moyenne, résonne dans la boîte de nuit, se déversant sur les danseurs, les enivrant de rythmes lascifs ou endiablés, les abrutissant autant que l’alcool, parfois même plus… Assis au comptoir, un verre de bourbon à la main, les prunelles bleu clair de Jake scrutent la foule à la recherche d’une proie alléchante. Une cigarette encore intacte tournant entre ses doigts fins, plus par habitude que par réel besoin, il adresse un sourire à la jolie blonde qui, assise à ses côtés, ne cesse de le dévorer du regard. En temps normal, sans doute se serait-il laissé tenter par ses courbes avantageuses et son décolleté ravageur mais, ce soir, elle lui rappelait bien trop le même genre de poupée fade et stéréotypée qu’il avait trouvée chez Lane, ce qui la rendait, du même coup, détestable. Sans plus lui accorder davantage d’attention, il quitte son tabouret, après avoir terminé son whisky d’un seul trait, déambulant sur la piste de danse, sans trouver chaussure à son pied. Certains le prétendraient sans doute difficile mais un vampire de son âge avait des goûts plus raffinés que la plupart de ses jeunes congénères, on ne pouvait pas l’en blâmer, honnêtement… Avec un soupir à fendre l’âme, il se résout finalement à quitter les lieux, bredouille parce qu’il le voulait bien, ce qui n’étanchait pourtant en rien la soif qui le tiraillait. L’air frais de la ruelle a au moins le dent de le détourner un instant de sa faim et il inspire à plein poumons, même s’il n’en a pas réellement besoin ; après tout, il avait cessé de respirer depuis bien longtemps… Tout ça n’était qu’une ruse de plus pour se fondre parmi la masse des vivants, ressembler à la proie pour qu’elle ne se méfie pas, qu’elle se laisse plus aisément charmer et dévorer par le prédateur. Il était même des victimes qui s’offraient de pleine grâce à la cruauté de leur bourreau, quand elles le découvraient si beau. Esquissant quelques pas en direction d’un autre bar, un autre garde-manger en puissance, à croire que les humains n’attendaient que ça, son épaule heurte celle d’un jeune homme arrivant en sens inverse et il ne peut se retenir de lui jeter un coup d’œil assassin. Cette vermine terrestre, toujours là à se croire tout permis comme si le monde leur appartenait quand ils n’étaient rien. Rien qu’un nuisible agaçant bourdonnant aux oreilles des véritables maitres de ce monde. C’est en croisant son regard que son cœur mort se tord dans sa cage thoracique et nul doute que s’il avait battu encore, il se serait arrêté un instant. Ce visage, ces yeux sombres et cet air effronté… Ils ne les avaient jamais oubliés pour la bonne et simple raison qu’il avait pris son temps pour les mener de vie à trépas, des centaines d’années auparavant. « Leopold ? » interroge-t-il instinctivement tout en sachant bien, avec le recul, que c’était impossible. Il avait écorché vif ce sale Nephilim infect qui avait osé prendre la vie de son premier infant, il se souvenait encore de chacun de ses cris, de son sang giclant sur les pavés, de la satisfaction qu’il avait éprouvé quand la lueur de vie s’était éteinte dans ses yeux. Alors oui, c’était impossible, pour cette raison et pour tant d’autres, mais il n’avait pu retenir sa langue. Il fallait reconnaitre que la ressemblance était frappante, désespérément troublante et, s’il en fallait beaucoup pour déstabiliser une créature aussi vieille que lui, ce gosse avait réussi à le perturber profondément sans même prononcer un mot. « J’ai… dû me tromper… » finit-il par ajouter sur un ton plat, ses prunelles inquisitrices le dévisageant pourtant avec une curiosité bien trop poussée pour être saine. Et, quand la logique des choses aurait voulu qu’il s’éloigne sans plus regarder en arrière, il ne pouvait s’empêcher de demeurer là, scrutant avec torpeur le visage de l’homme qui lui avait arraché l’un des êtres qu’il avait aimé le plus…
Made by Neon Demon


670 mots


Dernière édition par Jake Hall le Mer 17 Aoû - 15:03, édité 1 fois

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOAmaury De Lornet
Je suis à Chicago depuis le : 06/06/2016 et j'ai déjà payé : 56 factures et gagné : 0 gains. Il paraît que : Jack Falahee est mon double. Schizo je joue aussi : personne. On m'appelle : Golden`Lies - Laure et pour mon profil je remercie : shiya (ava) ; anaëlle (sign) ; tumblr (gif)

Je suis : célibataire papilloneur
Sujet: Re: Should we dig another grave ? - ft. Amaury   Mer 17 Aoû - 13:34



JAKE & AMAURY
❝ should we dig another grave ? ❞

La lumière dansait au même rythme que les danseurs, bougeant, se mouvant aisément, au même rythme que cette musique abrutissante. Installé au bar, Amaury avalait plus qu’il ne buvait son verre, laissant le whisky brûler sa gorge, de cette brûlure douloureuse et pourtant si agréable. Il le savait, bientôt, il oublierait tout. Bientôt, même son nom lui serait flou, presqu’inconnu. Il oublierait jusque la signification de cette rune argentée sur le poignet. Il ne comptait plus les verres qu’il avait ingurgité, probablement la preuve qu’il n’y en avait eu que bien trop. Mais qu’importe. Il aimait lorsqu’il atteignait cette limite. Lorsque ce point de non retour était presque franchi, et qu’il oubliait tout. Tout, tout, tout. Il se sentait revivre, comme l’ivresse le prenait, l’englobait et ne le laissait plus partir. Comme cette ivresse faisait partie de lui, comme un filet bien trop précieux sur lequel il pouvait se rattacher, lorsqu’il avait trop peur de tomber. Cette ivresse, ce sentiment que rien ne pouvait l’atteindre, il l’aimait, il ne voulait jamais la quitter, jamais s’en débarrasser. Un peu comme une amie, toujours là pour lui, lorsque les larmes voulaient s’échapper, encore et encore, et que lui le refusait. Sa ronde était finie, terminée, il avait accompli sa mission du jour. Et son amie l’avait appelée, murmurant son nom, l’accueillant avec plaisir. Après un nombre incertain de nouveaux verres engloutis, il finit par se lever du bar, souhaitant quitter cet endroit qui l’étouffait peu à peu. Sauf que non. Au lieu d’enfin respirer l’air frais, ce fut une odeur bien plus musquée, bien plus masculine qui vint chatouiller ses narines, alors qu’il se cognait de plein fouet contre quelqu’un. « Leopold ? » Il fronça des sourcils, pressant brièvement des paupières, face à l’homme qui s’adressait apparemment à lui. Leopold. Etait-ce ainsi qu’il s’appelait ? Etait-ce son nom ? Cela lui disait quelque chose. Leopold … De Lornet. Oui. Leopold De Lornet. Ou pas. Quelque chose manquait. Quelque chose n’était pas juste et sonnait faux. Amaury. Amaury Leopold De Lornet. Voilà. C’était son patronyme. Amaury Leopold De Lornet. Un long patronyme, si on le lui demandait. Très long, même. Il y avait même quelques prénoms qui suivaient mais, ceux-là, par contre, son esprit trop flou refusait de les lui souffler. « J’ai… dû me tromper… » Ah. L’homme aussi savait que ce n’était pas son prénom. Comment le savait-il ? Il pressa une nouvelle fois des paupières, se demandant si l’homme lisait dans son esprit. Sa bouche s’étira dans une grimace, comme il penchait un peu la tête sur le côté en le regardant. Tu m’entends ? Ouh Ouh ! Pas de réponse. Mais, dans le même temps … Est-ce qu’un télépathe lui répondrait, au risque de briser sa couverture ? Ce serait idiot, non ? Oui, très idiot. C’était comme si, là tout de suite, il disait quelle était sa nature. Oh. Quelle était sa nature, déjà ? Ah oui. Runes. Tout ça tout ça. Argentée. Rune argentée. Non ! Pas de rune argentée ! Il avait besoin d’un autre verre. Mais il y avait cet homme, là. Cet homme qui ne cessait de le fixer. Et ce serait donc malpoli de sa part de se tourner sans même lui répondre, tout ça pour aller se prendre un autre verre, non ? Oui, très certainement. « Amaury. » dit-il simplement, sa bouche devenant pâteuse comme les lettres roulaient sur sa langue. Et il fronça des sourcils, se passant une main dans les cheveux, comme il eut d’un coup l’impression que sa rune de voyance le brulait. Sa première rune. Sa toute première. Non, elle ne le brûlait pas en fait. C’était plus comme un chatouillement. Ou alors, c’était dans sa tête. Oui, c’était probablement dans sa tête. Mais cela eut le mérite de le faire se concentrer sur l’homme en face de lui. Et dans un soupir, il fixa l’homme dont il avait pourtant tant apprécié l’odeur. « Leopold est mon deuxième prénom. J’imagine que tu as connu un de mes ancêtres. Vampire. » Sa voix était faible, malgré la musique forte dans la pièce. Presqu’un murmure, presqu’un souffle. Mais il savait que l’immortel l’avait entendu. Et, sans un mot, sans un regard de plus, il prit enfin la direction de la porte, appréciant l’air frais qui fouettait son visage.


725 mots.
- 24 H


Listen to your heart
sometimes you wonder if this fight is worthwhile. the precious moments are all lost in the tide, yeah. they're swept away and nothing is what it's seems. the feeling of belonging to your dreams. listen to your heart, when he's calling for you. listen to your heart, there's nothing else you can do.


avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: Should we dig another grave ? - ft. Amaury   Mer 17 Aoû - 18:21

should we dig another grave ?
Amaury & Jake

Il a beau se dire que ce n’est pas la même personne, leur ressemblance est pourtant tellement frappante qu’elle a réussi à réveiller ses plus vils instincts. S’il avait toujours été du genre sanguinaire, il n’avait jamais vraiment été cruel, préférant accorder à ses victimes une grâce rapide. Leopold avait été le seul à lui faire déroger à cette règle et il avait, dans son cas, pris un plaisir infini à le voir mourir lentement et douloureusement. Il aurait dû se détourner, cela aurait été bien plus sage, il en était parfaitement conscient mais… ce visage… tellement proche de celui qui avait instigué sa haine des Nephilims… « Amaury. » se présente l’autre avec simplicité et Jake ne peut le nier, même sa voix est en tous points identiques. A moins que ce ne soit son esprit qui s’amuse à lui jouer des tours et qui rend les deux êtres plus semblables qu’ils ne l’étaient vraiment. Tout ça n’était peut-être qu’une vaste farce organisée par son esprit taraudé par la soif. Le Nephilim soupire, le sortant de ses pensées décousues. « Leopold est mon deuxième prénom. J’imagine que tu as connu un de mes ancêtres. Vampire. » Jake ne peut retenir un sourire en coin, résolument moqueur, un brin sarcastique, à cette dernière remarque. Etait-il donc si aisément reconnaissable quand il faisait tout pour se fondre dans la masse ? Ou était-ce simplement que le gosse était perspicace ? Il ne réfléchit pas longtemps avant de le suivre dehors à son tour. A cette heure tardive, la ruelle est déserte ; il sait aussi qu’il ne lui reste plus beaucoup de temps. Bientôt l’aube poindrait le bout de son nez et le forcerait à regagner ses pénates pour ne pas finir en cendres. Alors, il ne perd pas une seule seconde comme déjà, profitant de l’ivresse évidente du chasseur d’ombres et mettant à profit l’effet de surprise, il l’attrape par le col, l’épinglant contre le mur comme un vulgaire insecte dans la vitrine d’un collectionneur. Son sourire se fait plus carnassier comme, déjà, il passe sa langue sur ses lèvres, se réjouissant d’avance de ce qui allait advenir… N’était-ce pas merveilleux d’avoir l’opportunité de revivre sa vengeance une nouvelle fois ? Ses doigts se resserrent autour de la gorge du Nephilim, sans encore trop forcer, comme il murmure, sur un ton qui transpire l’excitation. « J’ai effectivement connu ton ancêtre, Nephilim… Enfin… Connu est un bien grand mot… » Il ne retient pas le léger ricanement moqueur qui vient franchir ses lèvres ; la perspective de tuer le descendant du meurtrier de Merle avait quelque chose… d’orgasmique« Tu lui ressembles tellement, si tu savais… Ca n’en sera que plus jouissif pour moi… » Il resserre sa poigne sur sa gorge, son nez venant s’enfouir dans son cou pour respirer son parfum. « La même odeur, la même effronterie… » Il le colle avec un peu plus de force contre le mur décrépi, lui arrachant un gémissement qui sonne à ses oreilles comme la plus douce des musiques. « Mh… Les mêmes plaintes… si… harmonieuses… » Il sent déjà le démon s’agiter en lui, réclamer davantage qu’une simple bousculade, ordonner le sang et les larmes. Lentement, ses doigts relâchent sa gorge mais il ne lui laisse pas beaucoup de répit malgré tout comme, déjà, une gifle vient frapper le visage du jeune homme, faisant couler un fin filet de sang à la commissure de ses lèvres. Le regard de Jake s’assombrit, s’allume même d’une lueur vorace, la faim se faisant à nouveau impérieuse à la vue du liquide carmin sur sa peau blanche. Un bien joli contraste qu’il aimait à retrouver sur les tableaux qu’il achetait à Lisbeth. A bien y réfléchir, Amaury aurait fait un modèle magnifique pour une toile qu’il se serait plu à peindre en teintes pourpres. Sa main gauche se pose sur l’épaule du chasseur d’ombres, le maintenant en place, comme les phalanges de la droite viennent recueillir le précieux liquide pour le porter à sa bouche. « Le sang des Nephilim… » ronronne-t-il, comme un enfant face à une friandise. « Je crois que c’est bien la seule chose qui me plait à propos de ta race, chasseur d’ombres… » Il étale le sang sur le visage d’Amaury, en un geste purement artistique, juste parce qu’il trouve ça beau, ce rouge sur cet épiderme opalin. Ça lui donne envie d’en faire plus… Il ferme les yeux quelques secondes, savourant le goût de l’hémoglobine angélique sur ses papilles. Jouissif… Presque autant que d’avoir cassé le dernier jouet de Lane… Ou presque… Avec fugacité, son corps se presse contre le sien, le crucifiant au mur comme un nouveau Messie sur un nouveau Golgotha, sauf qu’aucun ange ne viendrait au secours de celui-là… C’est avec une malice non dissimulée qu’il vient murmurer à l’oreille du jeune homme. « Sois gentil, Amaury… Crie un peu pour moi… »
Made by Neon Demon


819 mots
- 24h

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOAmaury De Lornet
Je suis à Chicago depuis le : 06/06/2016 et j'ai déjà payé : 56 factures et gagné : 0 gains. Il paraît que : Jack Falahee est mon double. Schizo je joue aussi : personne. On m'appelle : Golden`Lies - Laure et pour mon profil je remercie : shiya (ava) ; anaëlle (sign) ; tumblr (gif)

Je suis : célibataire papilloneur
Sujet: Re: Should we dig another grave ? - ft. Amaury   Mer 17 Aoû - 19:11



JAKE & AMAURY
❝ should we dig another grave ? ❞

Il était sorti, ne faisant même plus attention au vampire qu’il avait croisé. Non, il ne voulait que de l’air. Il voulait respirer. Ses poumons l’oppressaient, le brûlaient. L’air frais lui fit instantanément du bien. Ou presque. Puisque, tout à coup, il fut pris d’un immense haut le cœur. Mais rien. Un goût de bile sur la langue, coincé dans sa gorge, tout au plus. Il se racla la gorge, toussotant, avant de sursauter, comme il sentit des mains l’attraper par le col. Rapidement, son dos heurta le mur, lui tirant une grimace de douleur qui écorcha ses traits. Sa tête lui tourna un instant, pris d’un vertige, mais il pressa des paupières pour calmer les battements incessants de son cœur, qui résonnaient jusque dans ses tempes, inlassablement. « J’ai effectivement connu ton ancêtre, Nephilim… Enfin… Connu est un bien grand mot… » Le ricanement moqueur s’échappa des lèvres de l’immortel, résonnant dans cette ruelle vide, ricochant contre les murs. Ce rire qui retentissait à ses oreilles, bourdonnant encore et encore, comme son souffle à lui se fasait plus court, plus rapide aussi. Le mur froid contre son dos l’apaisait, étrangement. Il ferma brièvement les yeux, pressant des paupières. « Tu lui ressembles tellement, si tu savais… Ca n’en sera que plus jouissif pour moi… » Il frémit en sentant son nez chatouiller son cou et s’il chercha brièvement à se débattre, son odeur musquée finit par venir taquiner ses sens. « La même odeur, la même effronterie… » Si le gémissement s’échappa de ses lèvres malgré lui, comme le vampire le plaquait encore un peu plus contre ce mur glacé, il eut envie de lâcher un rire. Un rire sarcastique, ironique, comme l’alcool était déjà si présent en lui, coulant dans ses veines, le noyant, l’englobant. « Mh… Les mêmes plaintes… si… harmonieuses… » Il ne se débattait même pas. Pas l’envie. Juste de la lassitude. Et ses sens un peu trop demandeurs, aussi. Cette chaleur diffuse qui venait s’installer dans son ventre, en bas de ses reins. Même la claque, si violent au point que sa tête se répercuta contre le mur, au point de lui faire couler le sang, n’y changea rien. A moins que cette envie malsaine n’alla qu’en amplifiant. Oui, peut-être. Alors il ferma simplement les yeux, laissant cette douce chaleur l’envahir. « Le sang des Nephilim… Je crois que c’est bien la seule chose qui me plait à propos de ta race, chasseur d’ombres… » Un soupir, comme il sentit les doigts du vampire étaler son sang sur son visage. Puis son corps se pressant contre le sien, écartant ses jambes, se collant un peu plus encore contre lui. Avait-il seulement idée du fait que le jeune homme était incapable de penser, incapable il y a encore quelques instants de se souvenirs de son prénom ? Parce que c’était ce qu’il avait toujours recherché, lorsqu’il buvait. Tout oublier, jusque son nom. Tout oublier, jusque ce qu’il était. Tout oublier jusque devenir un autre. Un autre capable d’émettre un soupir de plainte, mais plus liée à cette chaleur envahissante qu’à la douleur. « Sois gentil, Amaury… Crie un peu pour moi… » Cette phrase, pourtant, lui fit remettre un pied sur terre. Un pied, seulement, comme il était toujours dans cet état second, cet état qui lui ressemblait si peu. A des années lumière de l’homme qu’il pouvait être. A des années lumière Nephilim haïssant les obscurs, quels qu’ils soient. Alors non, ce ne fut pas un cri qu’il lâcha. Ce ne fut pas une supplique non plus. Ce fut un rire. Un rire désabusé, à la limite du sarcasme et de l’ironie. Puis il écarta un peu plus les hanches, sans rien dire, ce rire s’échappant une nouvelle fois de ses lèvres qu’il mordilla brièvement en le regardant. Puis un soupir, à la limite de la débauche, de la frustration, comme il sentait son corps déjà demandeur, oubliant les menaces de l’éternel, comme si elles n’étaient jamais sorties de sa bouche. Bouche. Jolie bouche. Il la voulait. Entre ses lèvres. Entre ses dents. Il voulait s’en amuser, jouer avec, comme un enfant avec une sucette. Enfant. Laetitia. Morte. Rune argentée. Vampire. Vampire qui le tenait, le bloquait contre ce mur. Vampire qui allait le tuer, pour une raison qui lui échappait, tout simplement parce qu’il n’avait pas écouté un traitre mot de ce qu’il avait bien pu lui dire. Nouveau soupir, bien plus las, cette fois-ci. Bien plus fatigué, dépité. Oui, il était fatigué. Fatigué de tout. « Juste fais-le. Tues-moi. » répondit-il simplement, comme si c’était la chose la plus naturelle à dire, à faire. Ni une demande, encore moins une supplique. Simplement une énonciation. Il aurait pu se battre, peut-être. Du moins tenter de prendre l’avantage. Mais il n’en avait pas la force. Laetitia. Il voulait juste la revoir. La rejoindre. En finir. Une bonne fois pour toutes.


836 mots.
- 24 H


Listen to your heart
sometimes you wonder if this fight is worthwhile. the precious moments are all lost in the tide, yeah. they're swept away and nothing is what it's seems. the feeling of belonging to your dreams. listen to your heart, when he's calling for you. listen to your heart, there's nothing else you can do.


avatar
InvitéInvité
Sujet: Re: Should we dig another grave ? - ft. Amaury   Jeu 18 Aoû - 16:54

should we dig another grave ?
Amaury & Jake

Il aurait donné cher pour entendre ses cris, le voir se débattre un peu ou même mieux, qu’il se mette à implorer pour sa vie. S’il s’était attendu à peut-être à peu près toutes les possibilités, il n’avait pas vraiment imaginé celle-là. Loin de lui offrir ce qu’il lui avait demandé, le Nephilim se met, au contraire à éclater d’un rire sans vie, le genre de rire que même-lui, mort à l’intérieur, ne produisait pas. Le vampire fronce les sourcils en le voyant écarter les jambes, un air puant la lubricité sur le visage, comme il se mordille les lèvres, aguicheur au possible. Il venait juste de le menacer de le tuer et lui, il préférait lui faire… Quoi au juste ? Jouer les loups garous en chaleur ? Quel genre de type était-ce là ? Il gronde à mi-voix en entendant son soupir las, à croire qu’il ne le prenait pas au sérieux, ce qui était horriblement vexant. « Juste fais-le. Tues-moi. » Un bref instant de silence interloqué avant que le vampire, presque incrédule, ne finisse par répliquer, sincèrement surpris. « Pardon ? » Un moment, il pense avoir mal entendu. Non, en réalité, il espère avoir mal entendu car, soyons honnêtes, le jeu perd tout son intérêt si l’un des participants refuse de se plier aux règles. Il y a un blanc, un flottement embarrassant comme les deux protagonistes se dévisagent, Jake essayant de juger du sérieux et du potentiel du chasseur d’ombres, Amaury essayant de… Il aurait été bien en peine de le dire. De toute évidence, il n’y avait pas besoin de posséder de quelconques sens vampiriques pour se rendre compte que le jeune homme était complètement ivre. A se demander comment il parvenait encore à tenir debout. En y réfléchissant bien, il n’était droit sur ses jambes, probablement, parce que l’immortel le maintenait fermement en place, ses doigts encore agrippés à son col. Avec un mépris clairement affiché, le vampire recule d’un pas, le relâchant brusquement, espérant presque le voir tomber à genoux, là où était sa place, pour le toiser avec dédain. « C’est donc ça qu’ils vous apprennent maintenant, à l’Institut ? A écarter les cuisses quand on vous attaque ? C’est une technique… intéressante… j’imagine… » Il ricane, mi musé mi outré ; juste quand il pensait qu’il ne pouvait pas haïr plus leur race, voilà que ce gosse lui donnait une raison de plus de les détester. Lui, qui avait toujours pensé que les chasseurs d’ombres étaient des soldats sans peur, il devait reconnaitre qu’il était terriblement déçu par la lâcheté et l’inertie de celui qu’il avait entre ses griffes. Un Nephilim qui refusait le combat, c’était un peu comme un vampire végétarien qui refusait de se nourrir de sang humain : contre-nature et répugnant… Son ancêtre, lui, au moins, s’était battu avec vaillance et, s’il avait perdu au final, il n’avait pas à rougir de la bataille qu’il avait menée. Il se fait d’ailleurs un plaisir de lui rappeler à quel point il est une honte pour son nom, pour sa race. « Finalement, tu ne lui ressembles pas tant que ça… » décrète-t-il, un peu sèchement. Etait-il déçu ? Certainement, mais pas autant que de le voir encore debout quand il l’avait pensé prêt à s’écrouler. Il se sent même obligé de lui donner un petit coup de main ou, plutôt, en l’occurrence, un petit coup de pied, comme il balaye ses jambes d’un geste rapide, le précipitant à genoux. Cette simple vision suffit à lui remettre un peu de baume au cœur et, soudainement, la déception que représente Amaury ne lui parait plus si lourde à porter sur ses épaules. « Tu as au moins le mérite de savoir où est ta place, Nephilim… » se moque-t-il, appuyant sur le dernier mot avec un sifflement méprisant. Avec une malice presque diabolique, ses doigts viennent se glisser dans la tignasse brune du jeune homme, presque doux, au départ, avant que, finalement il ne la saisisse à pleine main, tirant brusquement sa tête en arrière pour le forcer à le regarder. L’esthète féru d’art qu’il est, trouve sans nul doute une beauté farouche à cette scène ; le sang sur sa peau, les rayons de la lune le nimbant de leur lueur… Oui, il avait tout l’air d’un ange qui avait chuté un peu trop rapidement de son ciel ; brisé, mais pas encore suffisamment pour que cela en devienne un véritable chef d’œuvre… Quelque part, dans son cerveau malsain, une lueur s’allume, un éclair de sadisme pur, comme il en a bien trop souvent, ces envies violentes que seul Lane était capable de comprendre, sans doute parce qu’il l’avait façonné à son image, avec toute sa force de persuasion. Lentement, il se penche à l’oreille du Nephilim, tirant un peu plus sur ses cheveux d’ébène, comme il chuchote à son oreille, d’un ton bien trop empressé pour être honnête. « Je t’ai demandé de crier… » Et comme pour qu’il daigne enfin exaucer sa requête, les ongles de son autre main s’enfoncent avec violence dans sa nuque.
Made by Neon Demon


863 mots
- 24h

Battle cry
Seconde vue: Active
Niveau de compétence:
0/77  (0/77)
Compétences:
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
MANET ULTIMA CAELO
MANET ULTIMA CAELOAmaury De Lornet
Je suis à Chicago depuis le : 06/06/2016 et j'ai déjà payé : 56 factures et gagné : 0 gains. Il paraît que : Jack Falahee est mon double. Schizo je joue aussi : personne. On m'appelle : Golden`Lies - Laure et pour mon profil je remercie : shiya (ava) ; anaëlle (sign) ; tumblr (gif)

Je suis : célibataire papilloneur
Sujet: Re: Should we dig another grave ? - ft. Amaury   Ven 2 Sep - 11:50



JAKE & AMAURY
❝ should we dig another grave ? ❞

« Pardon ? » lui demanda-t-il, visiblement surpris. Ce n’était pas étonnant, après tout. Il était un Nemphilim. Sa race était connue pour se battre, jusqu’au dernier souffle. C’était ainsi que Laetitia était morte. Elle s’était battue. Elle n’avait pas voulu fuir, lorsque le combat n’allait pas dans leur sens. Non, elle avait voulu continuer. Alors ils s’étaient battus. Et lorsque l’épée de l’obscur avait failli l’atteindre, lui, elle s’était interposée. La lame avait alors atteint son cœur, la laissant mourante, dans ses bras. Elle était morte au combat, parce qu’elle avait un honneur et qu’elle ne voulait pas battre en retraite. Elle l’avait laissée, elle l’avait abandonné. Il était tout seul, à présent. Rien que lui. Il y aurait pu avoir Eliott. Après tout, son frère était rentré dans sa vie, avant d’en repartir aussi rapidement. Parce qu’il ne le considérait pas comme son frère. L’avait-il déjà considéré comme son frère ? Y avait-il eu au moins un moment où il avait été sincère avec lui ? Bref, Amaury n’avait personne. Amaury voulait rejoindre sa sœur. Il en avait assez de se battre et, clairement, il n’était pas en état de le faire, ce soir. A quoi bon, donc ? « Tues-moi. » répéta-t-il dans un souffle. Parce que c’était ce qu’il comptait faire, de toute façon. Le tuer. Apparemment parce qu’il ressemblait à son ancêtre. Qu’importe. Il comptait le tuer. Il aurait voulu se battre avant de lui voler son dernier souffle, probablement. Mais Amaury n’était pas en état de se battre, et connaissait parfaitement l’issue de ce combat. Alors autant en finir dès à présent. « C’est donc ça qu’ils vous apprennent maintenant, à l’Institut ? A écarter les cuisses quand on vous attaque ? C’est une technique… intéressante… j’imagine… » Qu’il s’agisse de ses mots ou de son ricanement, rien ne l’atteignit. Il s’en foutait. Il voulait juste que ça s’arrête, qu’enfin il lui retire sa peine, qu’enfin il le guide vers sa sœur. Et puis, il fallait bien avouer que toute trace d’érotisme avait quitté ses pensées. Il était à présent bien plus excité à l’idée de mourir et de rejoindre Laetitia, que de passer une nuit entre les draps du vampire. Ou alors était-ce son alcoolémie qui avait un peu descendu, le laissant simplement suicidaire, au lieu de l’inihiber. Qu’importe. « Finalement, tu ne lui ressembles pas tant que ça… » Et ? Qu’est-ce qu’il pouvait bien en avoir à faire, de ne pas ressembler à un ancêtre qu’il n’avait jamais connu ? On ne lui en avait même jamais parlé, de ce Leopold. Il savait qu’il lui ressemblait, voilà tout. Cela n’allait pas plus loin. Ou alors on lui avait parlé de lui lorsqu’il n’était qu’un enfant, et il ne s’en souvenait plus. C’était également une possibilité. Un coup de pied dans le genou le fit vaciller, jusque le faire tomber au sol. Mais toujours cet état apathique. « Tu as au moins le mérite de savoir où est ta place, Nephilim… » Il roula des yeux pour seule réponse. Il avait donné un coup de pied à un homme en état d’ébriété. Ce n’était pas une question de place, simplement une question de logistique. Lorsqu’il le vit se mettre à sa hauteur – alors, apparemment, ils avaient donc la même place ? Il se retint de ricaner à cette pensée – puis souffler à son oreille « Je t’ai demandé de crier… », il ne pensa pas directement à ce genre de cris. Non, à croire que ses hormones lui semblaient bien plus importantes que sa vie, en cet instant. Même lorsqu’il sentit les ongles du vampire s’insérer dans sa peau, rien n’y fit. Il ne pouvait simplement pas garder son sérieux. Oh, bien entendu que la douleur était présente. Bien entendu que même l’alcool ne l’anesthésiait pas. Mais, sérieusement ? Des ongles ? Hé ho ! Il était un Nemphilim ! Il s’était déjà pris une dague dans le ventre, et autres blessures de guerre dont il portait quelques cicatrices. Donc des ongles ? Il ricana finalement, ne pouvant se retenir. Des ongles, quoi ! Son rire se fit plus fort, presque démentiel, résonnant dans la petite ruelle. « Tu sais que je suis bourré, hein ? » souffla-t-il en ricanant toujours, sans pouvoir s’en empêcher. « Enfin … Là j’ai un désir de mort particulièrement intense … Et je connais la douleur … C’pas comme si je m’étais jamais battu, jamais pris de coups particulièrement mal placé, jamais pris de coups d’épée, de couteau ou de dague … Donc me torturer ? Well … C’pas très intéressant. » dit-il en relevant le visage vers lui, ignorant ses ongles qui le piquaient dans son cou. « Tu sais … Je suis un Nemphilim … En temps de guerre contre les obscurs … Du coup, j’ai peut-être un peu été entrainé à la torture aussi … Juste un peu hein … Mais histoire que je puisse pas révéler des informations, des fois que je me fasse capturer par le camp adverse … » Il marqua une courte pause, ricana un peu de son rire alcoolisé. Ricanement qui devint presque un gloussement ensuite, comme il reprenait « Donc … J’imagine que tu vas être trèèèèèès déçu par moi, et par mon manque de réactivité. Tant pis, c’la vie, on peut pas toujours avoir ce qu’on veut ! »


900 mots.


Listen to your heart
sometimes you wonder if this fight is worthwhile. the precious moments are all lost in the tide, yeah. they're swept away and nothing is what it's seems. the feeling of belonging to your dreams. listen to your heart, when he's calling for you. listen to your heart, there's nothing else you can do.


Contenu sponsorisé
Sujet: Re: Should we dig another grave ? - ft. Amaury   

 
Should we dig another grave ? - ft. Amaury
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» je bug grave !!! (regarder le screen)
» Accent Grave sur la tête des ex-militaires haitiens.
» Grave deterioration dans camps: Desesperes pensent au suicide
» Bienvenue à Amaury Conte!
» Problème grave

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lux Tenebris :: Relaxation :: Anciens RPs-
Sauter vers: